Terma- Djaffar et Sousou

- Par l'auteur HDS Noura -

→ Connectes-toi : tchat, discussions et rencontres...

Auteur de récits érotiques
Note attribuée à cette histoire par HDS :
Terma- Djaffar et Sousou
( 9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Noura.
Auteur homme.

Cette histoire de sexe a été affichée 5675 fois depuis sa publication.
L'ensemble des récits de Noura ont reçu un total de 100 241 visites.

sexe récit : Terma- Djaffar et Sousou Publié sur HDS le 08-01-2017
Catégorie :Entre-nous, les hommes
Histoire Réf : 25352-n565

 
 

Terma- Djaffar et Sousou


Par la suite, notre soirée s'est totalement modifiée. Djaffar nous a invités à nous mettre, tous les trois, à poil, ce que nous firent en vitesse et dans les rires et la joie. La suite sera certainement des ébats inédits en perspective.
J’ai enfin observé le corps de Sousou. Par devant, Sousou n’a pas été gâté, un pénis moyen, bien plus petit que le mien et recroquevillé sur lui-même, il n’était pas tentant. Par contre, de derrière, Sousou était bien rempli, surtout sur les hanches et les fesses blanches, avec un long sillon provocateur qui cachait des trésors de plaisirs et de jouissances. En somme, une très bonne terma qui a du subir les outrages de centaines de zob. D’après ce que je voyais, ce gars ne pouvait donner son cul qu’à de gens pourvus de gros zob et professionnels de la sodomie. Je ne sais pas pourquoi je fantasmais sur ce gars que je viens juste de connaitre.
Nous étions donc tous nus et la séance a commencé par moi. Nous nous sommes installés sur le grand lit à deux places de Djaffar. Il m’a pris entre ses bras : « Garbi laya ya kahabti j’dida ! hatili foumok ! hahou zebi m’ta’nn’nane ! moussih ! moussih kaamel m’lih !» (approche toi ma nouvelle putain ! donne moi ta bouche ! regarde zébi qui est bandé !suce le ! suce le complètement et bien ! ) Et voila, j'ai été le premier à recevoir sa queue dans la bouche, elle était monstrueusement gonflée par le désir. Son choix m’a fait un grand plaisir ! j’étais heureux (se) de l’empoigner, la gouter, la sucer jusqu’à sa racine et la lubrifier. Cinq minutes de plaisir buccal, pendant que Djaffar me titillait le cul avec ses mains et ses doigts.
Puis, comme on dit, on est passé aux choses sérieuses ! « Hatili dhorka teremtek enik’ha ! e’ntartag’ha ! zebi raah s’khoun bez’za’nnna ! » (donne moi ta terma pour la niquer ! l’exploser ! mon zob est brulant de sperme !) En position levrette, le cul en l’air, les fesses dégagées et l’anus gentiment ouvert, Djaffar a honoré ma terma de ce zob si délicieux, dont je commençais à connaitre les désirs, les palpitations et les soubresauts à l’approche du plaisir. Sa pénétration express a été facilitée par le suc de ma terma qui mouillait son intérieur dès notre déshabillage. Ensuite, Djaffar m’a labouré le sphincter par ses coups de reins virils comme d’habitude. Cela n’a duré que quelques minutes et il se crispa sur mes hanches. « jaat ! jaat ! e’nfarak fi termetek ! nesguiha be’3assal zébi ! » (ça vient ! ça vient ! je me déverses dans ta terma ! je l’arrose avec le miel de mon zob !)
Trop rapide pour mes sens, dommage, mais il devait être à cran, car, soudain, dans une dernière secousse de son zob, une crispation passionnée, les couilles de Djaffar ont déversé leur plein de sperme par des jets puissants et brulants qui ont arrosé et rempli mes fondements. Et comme d’habitude, j’ai profité de ce choc brutal, quoique rapide mais délicieux, pour crier librement et fort mon plaisir, sans retenue. Mon cul coulait de son suc et de sperme. Encore une fois, ce fut une sensation douce, chaude et de remplissage de mes entrailles. Oui ! J’étais, tout à la fois, agréablement et largement ouvert, mais aussi rempli, totalement et jusqu’au fond de mon cul.
La présence de Sousou ne nous a, en aucun cas, dérangé et pour moi, bien au contraire, elle a ajouté un nouveau frisson de plaisir, un autre type de sensations agréables d’être sodomisé en public. Dés que Djaffar s’est retiré de ma terma, alors que mon plaisir continuait à secouer ma terma ensemencée de sperme, Sousou a pris la relève. Il s’est jeté sur le zob luisant de Djaffar pour le nettoyer avec une langue gourmande. Il a sucé et léché si adroitement et avec passion le zob jusqu'à le faire bander dur à nouveau, puis il s’est mis, lui aussi, en levrette pour le recevoir dans son fondement. Merveilleux, ce zob de Djaffar ! surtout lorsqu’il est debout, long et gonflée ! une image qui vous secoue terma !
Alors, Djaffar, toujours prêt, a repris sa danse du sexe et du plaisir. Moi, tout en m’essuyant succinctement le cul et les cuisses, je les observais. C'est ainsi que j'ai constaté, chez les deux amants, certains mouvements corporels et certaines cadences que je ne connaissais pas et qui semblaient augmenter leur plaisir commun. Ils baisaient en silence mais leurs souffles devenaient de plus en plus rauques et saccadés.
Ils ont des cadences et des changements de vitesses assez étonnants. Les mouvements d’aller et retour du zob de Djaffar avaient des arrêts et des départs brusques, qui me semblaient désordonnés, et les légères rotations de la terma de Sousou faisaient de même. Les deux mouvements étaient parfaitement synchronisés. Ils baisaient dans une union parfaite de leurs organes et de leurs sensations internes. J’observais ce spectacle avec admiration.
Et au moment de finir, ils ont poussé, en commun, de grands râles de plaisir, tellement profonds, qu'ils m'ont secoués, et encore une fois, mon corps a réagit par mon pénis qui s'est bandé tout seul. Ils sont restés collés pendant un bon moment, il me semblait même qu’ils étaient étourdis, mais je voyais le sperme couler sur les cuisses de Sousou, par dessous les couilles de Djaffar, dont le zob était toujours au fond de la terma.
Enfin ils se sont désunis, et ça coulait chez l’un comme chez l’autre de ce nectar, résultat de nos amours et de nos désirs. Une sodomie presque muette mais tellement entraînante ! Si Djaffar pouvait encore…j’étais prêt à le recevoir immédiatement dans ma terma excitée. Mais laissons cela pour ce soir.
Puis, tout le monde a accouru, dans le rire et la joie commune, vers la salle de bain pour un nettoyage collectif. Ensuite, Djaffar s’est rhabillé et est sorti pour acheter quelques provisions pour notre diner. Profitant que j’étais seul avec Sousou, je l’ai questionné sur sa technique de sodomie. Avec un sourire complice, il m'a informé que ce sont des années d'expérience qui lui permettent de tirer le maximum de ces rencontres d'amour et qu'il se fera un plaisir de me les apprendre.
J’étais très intéressé et voulant connaitre beaucoup plus, alors il m'a invité de venir chez lui un jour. Comme j'étais un peu étonné il m'a rassuré qu'il vivait seul depuis sa séparation avec sa femme il y a plus de huit ans. A ma question sur les gens qu'il recevait chez lui, il m'a aussi rassuré qu'il ne faisait jamais l'amour chez lui mais toujours chez ses clients comme le cas avec notre ami Djaffar ou dans un endroit spécialisé comme dans certains hôtels et pensions particuliers. Et il m'a promis de me faire ses confidences sur ses expériences de sodomie. Il m'a donné son numéro de téléphone et rendez vous pris pour le samedi prochain à onze heure dans un bar connu.
Djaffar étant revenu avec quelques provisions et boissons, nous avons repris le chemin de nos plaisirs pour une nuit chaude à trois. Mais Djaffar en a décidé autrement. Pour me faire plaisir encore une fois, et, selon ses dires, pour « m’éduquer », Djaffar m'a donné un avantage pour la nuit : « em’maym’ ti ! ez’zouenti ! e’layla laytek ! » (mimi ! bella me ! cette nuit est pour toi !) « zebi rah leik ! nikiih ! koulih be’teremtek es’skhouna ! » (mon zob tout à toi ! nique le ! mange le avec ta terma si chaude !). Sousou, s’il le désire, devra se contenter pour cette nuit, seulement de sucer et branler le zob de Djaffar avant chaque sodomie. Et, pour mon bonheur et celui de ma blanche terma, j'ai reçu, par quatre fois, le zob de Djaffar dans mes entrailles et il a éjaculé autant de fois. Je vous conte quelques détails de cette performance.
Les deux premières fois, en début de soirée, il m’a sodomisé sauvagement mais le résultat a été pour mon corps follement agréable. La première fois, en levrette, avec forte éjaculation. La seconde fois une demi heure plus tard, une sodomie face à face avec mes jambes bien levées pour faciliter l'accès de mon anus à la grosse queue de mon amant. Pendant nos ébats, il m’a murmuré des mots gentils : « Khaletlek e’layla ! bach t’kouni m’rati ejdida ! kheir mine kahabti ! » - (je t’ai laissé cette nuit ! pour que tu sois ma nouvelle femme ! mieux que ma putain !) et il ajouta avec un sourire prometteur : « rani rajlik ! n’hilek sou’tek ! » - (je suis ton mari ! et je t’ouvre ta chatte !)
Ces paroles chuchotées, en complices, ont ébranlé, en moi, des tabous ancestraux ! Elles sont plus graves que ce qu’il m’avait dit auparavant. Me considérer non plus comme simple putain, simple sujet ou partenaire de plaisirs sexuels, mais comme femme, c’est passé à un autre stade qui casse les tabous. J’ai eu de la difficulté, au début pour accepter ces mots, mais je n’ai rien dit. Puis il a ajouté : « bach t’dhougui zébi ! we’n’rafadlek el’karch ! » - (pour que tu goutes mon zob !et pour t’engrossir !) .
Alors la, je me suis fâché ! Et je l’ai repoussé alors qu’il venait de finir la première sodomie brutale avec éjaculation : « Kifach taj3alni m’ratek ! wana b’zébi ! » (comment peux-tu me considère comme ta femme ! alors que j’ai une bite !) et j’ai ajouté la preuve par un geste brusque : « chouf ! hahou zébi waguef ! m’ta’nn’nane 3’la termet Sousou ! » - (regarde ! ma queue debout ! gonflée pour le cul de Sousou !) et toujours courroucé, j’ai ajouté :« l’la ! l’la ! ana sahabtek ! kahabtek ! » - ( non ! non ! je suis ton amie ! ta putain !) et pour bien fixer les droits que je lui octroyais : « teremty hahi leik ! n’haar w’leil ! » - ( ma terma est à toi ! jour et nuit !) «n’moussek w’t’ferek fi teremty ! w’fi foumi ! » - (je te suce et tu te soulage dans ma terma ! et dans ma bouche !) et les limites à ne pas dépasser : « lakine ana mazalte rajel ! wa n’ike termate e’rjal ! el’3atayne kima ana !) – (mais je suis encore un homme ! qui baise les terma des hommes ! des pédés comme moi ! )
Il devint tout rouge et se confondant en excuses, il m’entoura de ses bras, m’embrassa sur les joues et la bouche en murmurant presque craintivement : « raha e’neyka lahlouya hya li dawkhouni ya habibti ! » - (c’est notre baise si douce qui m’a étourdit ! ô mon amie) et avec quelques caresses sur mon visage, sans oublier mes fesses : «khlass ! ma natlach e’nawyk ! » - (ça y est ! je ne te fâcherais plus) « haya ! n’zidou nayka ! li t’salehna! » - (viens ! on va faire une baise ! qui va nous réconcilier !) .
Puis augmentant ses caresses sur ma terma et multipliant ses baisers un peu partout sur mon corps, il ajouta avec une voie rauque, pleine de désir : « hatli ! hatli teremtek ! e’nikek mine goudam, 3ayni 3ala 3ayniek !) – ( donnes moi ta terma ! je vais te niquer par devant, face à face !) . Sincèrement, le ton de sa voie m’a ému et je me suis, alors, abandonné à ses désirs, ses fantasmes, sa force brutale et si douce.
Et on est reparti pour une seconde sodomie face à face avec mes jambes largement ouvertes et haut levées. Son zob pointe mon anus et sans préparation, il me pénétra ! Son amour semblait sincère et excuse sa brutalité. En tout cas, il m’a enflammé les sens. J’ai accueilli la force de sa grosse queue dans mes entrailles comme une preuve de passion pour moi et pour ma terma. Et j’étais prêt (ou prête, ce serait plus correcte) à reconsidérer mes conditions et ma saute d’humeur.
Pendant qu’il me pilonnait de son gros engin, je continuais à penser. En réalité, me considérer comme femme n’était pas aussi grave que j’ai dit, mais je voulais créer une frontière dans nos relations et surtout dans les considérations que nous avions l’un de l’autre. Je voulais certes gouter à fond les joies de la sodomie, mais aussi garder un espace pour les autres plaisirs, aussi bien sur les terma des autres, et je pensais déjà à Sousou, mais aussi pourquoi pas des femmes. Je ne suis qu’à mes débuts et je ne vais pas restreindre, si tôt, toutes les possibilités de plaisirs sexuels. Voila, c’est clair maintenant.
On a gouté ensemble cette seconde sodomie, comme racontée plus haut et on s’est couché ensemble, serrés étroitement sur le même lit. Sousou ronflait déjà depuis un bon moment. Je crois qu’il n’a pas assisté à notre esclandre et surtout à mes vues sur lui ! On verra plus tard si mes possibilités seront à la hauteur de mes désirs avec lui.
Djaffar s’est bien racheté et notre sodomie fut à la hauteur. Baisé par devant, j’avais son visage pratiquement collé au lien, ses lèvres sur ma bouche et mon cou et sa respiration rauque soufflaient en concert avec la mienne. Ce fut une baise presque bestiale dans sa violence, mais avec amour dans sa jouissance.
Quant il a fini son pilonnage, il s’est soulagé les couilles dans mes entrailles et, comme tout à l’heure, on n’a pas pu retenir notre jouissance sonore. Même nos baisers furent violents. Et, entourant son corps avec mes bras, je m’accrochais à Djaffar pour retenir au maximum son zob dans mon cul et ressentir à fond la chaleur et la puissance de ses jets de sperme. Ensuite, je me suis endormi bien satisfait de ma soirée.
Mais, un peu avant l’aube, Djaffar m’a réveillé. Il avait envie certainement, d’une seconde sodomie. Il m’a murmuré doucement : « Rani 3atchane b’termetek ! rani choufoutha fi m’nami ! » (J’ai soif de ta terma ! je l’ai vue dans mes rêves !) . « zébi raah m’ta’nn’nane ! griib n’ferak ! » (mon zob est debout ! gonflé ! prêt à juter !).
Puis il me poussa avec ses mains et ses cuisses, pour me retourner en criant presque : « fissa3 ! fissa3 ! soud menheih ! garrab teremtek !ah ya zébi !zébi !» (vite ! vite !tournes toi ! approches ta terma ! zob ! zob !) Il hoquetait presque ! Il semblait pris de folie ! Et il m’empoigna les hanches et enfonça son zob au maximum dans mon cul. Son jus de la soirée et le suc de ma terma lui ont facilité la pénétration. Je n’ai presque rien senti, juste son zob losqu’il m’a rempli le cul.
Il était chaud et dur. Il devait bander depuis un bon moment, vu la manière dont il me niquait avec passion car il me dit : « ra7 3’lya e’noum ! zébi nawadhni ! chahi h’bibtou teremtek es’khouna ! hatha ! » (j’ai perdu le sommeil ! mon zob m’a réveillé ! il veut son aimée ta chaude terma ! donne !).
Et voila encore la preuve que Djaffar est totalement entiché de ma blanche et douce terma jusqu’à hanter ses rêves ! Ses mots m’ont bouleversé et il me semblait que mes entrailles jutaient déjà leur suc de désir. Après cette attitude de Djaffar, et pour accepter son pardon, son aveu si sincère, j’étais prêt à lui donner tout ce qu’il veut ! Je devrais accepter ses désirs, ses gestes même brusques, et peut-être même, ses intentions pour me considérer comme sa femme et mon cul comme une chatte à niquer et à semencier !
Cette sodomie va être merveilleuse, surtout dans ma situation de demi-sommeil ou ma chair est reposée, chaude et douce. Et Djaffar va en profiter et moi aussi, amplement et sans retenue. Et en effet, je sentais bien mon corps reposé et mon cul très disponible. Dès qu’il m’a pénétré, ce fut merveilleux ! Une sensation d’ouverture de l’anus douce et jouissante et un remplissage chaud et viril de mon sphincter. Nos gémissements et nos râles affolaient nos souffles. Le zob de Djaffar allait et venait dans mes entrailles et mes propres mouvements du derrière amplifiaient nos jouissances. Je voudrais tellement que ces moments de jouissances durent éternellement, mais la hâte de Djaffar se manifesta trop rapidement.
Il éjacula chaudement et en quantité folle. Son sperme giclait dans mon cul et sur le lit. Dommage que je ne puisse voir et gouter cette liqueur virile, à cause de nos positions soudés l’un à l’autre par mon derrières et mes fesses. Puis il s’est retiré doucement de ma terma. Gêné par le sperme entre mes fesses et sur le lit, je me suis levé pour aller aux toilettes.
J’étais nu et assis sur le bidet, je me suis vidé au maximum tout en me doigtant le cul par plaisir. J’ai fermé les yeux pour fantasmer. Soudain j’ai senti une présence et ouvrant les yeux, Djaffar était devant moi, nu et tenant son zob qui était toujours au garde à vous. Il voulait se nettoyer, mais j’en ai décidé autrement. Mes touchers de cul et cette queue qui me narguait ont réveillés ma flamme sexuelle.
J’ai empoigné la bite de Djaffar pour la sucer, la lécher et la branler. Mais elle n’avait pas besoin de ma main pour se réveiller, elle était déjà gonflée, dure et douce et même lisse à cause du sperme. Mes gestes et mon intention visible d’une autre baise ont poussé Djaffar à vouloir me saillir, la, debout dans les toilettes, mais j’ai refusé. Je désirais, si Djaffar en avait encore la force, gouter encore, une sodomie comme celle de tout à l’heure, bien couché sur le ventre et avec Djaffar sur mon dos. L’image même de ce désir m’a donné des frissons.
J’ai empoigné Djaffar par le zob et je l’ai tiré, franchement vers la salle jusqu’au lit. J’ai recouvert, avec ma couverture, ma partie de lit polluée par le sperme et je me suis recouché sur le ventre. J’ai écarté au maximum mes cuisses pour offrir le spectacle de ma terma à mon amant et j’attendais cette saillie que j’ai vue dans les yeux de Djaffar.
Il s’est couché sur mon dos, et je ressentais tout son corps me couvrir. La pénétration de sa queue dans mon cul a été presque un simple glissement, presque insensible, mais je savais qu’il était déjà arrivé jusqu’au fond de ma terma. Ensuite il m’a niqué doucement, avec des vas et viens très lents et langoureux. Je ressentais aussi ses poils qui me brossaient les fesses avec douceur et le poids de ses couilles sur l’intérieur de mes cuisses. L’arrivée de son plaisir a été aussi rapide qu’auparavant mais avec moins de sperme. Je le sentais fatigué.
Nous sommes restés un long moment sans mouvements, Après cette longue pause pour gouter à fond le poids de mon amant sur mon dos et dur mon derrière, je voulais me dégager, mais, surprise, j’entendais Djaffar qui ronflait doucement. Il s’était endormi sur mon dos, sur mon cul. Il a pris ma terma comme lit douillet. Je n’ai pas voulu le réveiller, alors, je me suis endormi sous mon amant.


 
Réagissez à l'histoire après lecture:




Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur ? Sinon, laissez vide :

° Recopiez le code suivant :
 
>
*



sexe recit érotique Terma- Djaffar et Sousou Les avis des lecteurs :

 

C'est vrai que les Arabes sont de sacrées bêtes de sexe, de sacrés baiseurs. J'en connais deux Ali et Slimane. On a eu des parties d'enfer. Est ce qu'on sait pourquoi ? Eux ne savent pas... ( Akileditu)


 

 

Ce Djaffar a de la chance ton récit me fait bander tellement c'est excitant j'aimerais beaucoup rencontrer un gars comme toi .


 

 

Quelle chance tu as Terma d'avoir un amant comme Djaffar. J'en rêve.


 

 

merci tres excitante vivement la suite


 

 

Tellement jouissif. Vite la suite.