Pour Jackie

- Par l'auteur HDS Thma69 -

→ Connectes-toi : tchat, discussions et rencontres...

Auteur de récits érotiques
Note attribuée à cette histoire par HDS :
Pour Jackie
( 10.0 /10 )

Récit érotique écrit par Thma69.
Auteur homme. thma69outlookfr

Cette histoire de sexe a été affichée 2045 fois depuis sa publication.
L'ensemble des récits de Thma69 ont reçu un total de 44 626 visites.

sexe récit : Pour Jackie Publié sur HDS le 10-01-2017
Catégorie :Entre-nous, les hommes
Histoire Réf : 25395-t833

 
 

Pour Jackie


Pour Jackie de la part de Tammy

-Ho ! Ma Jackie, c’était extraordinaire, merci.
-Tu as aimé ? Je ne t’ai pas fait mal ?
- Non, tu étais parfaite.
Je commence à sentir l’excitation revenir et je cherche ta bouche. Nos lèvres se soudent, nos langues se cherchent, se caressent langoureusement. Je sens ta main venir sur ce qui est maintenant mon clito. Tu l’agaces et l’excites mais j’ai une autre idée. Je n’ose t’en parler. Comment le prendras-tu après l’amour que tu viens de me donner. Je me sens incapable de te le rendre en retour. Je me sens incapable de te faire l’amour ce soir, pas comme tu me l’as fait. Alors l’idée qui germe en moi est osée, j’ai peur de te faire du mal, l’accepteras-tu ? Finalement, je me lance :
-Tu ne voudrais pas qu’on aille chercher des hommes ?
Tu me regardes et je vois ton regard, un instant troublé, s’illuminer. Il se fait mutin.
- C’est une très bonne idée. Habillons-nous et allons chasser.
Tu te lèves d’un bon, tu ouvres ta penderie et me fais voir une garde robe impressionnante.
- Viens habillons nous.
Nous commençons par quitter nos effets froissés par nos ébats et parcourons ta garde robe. Je craque pour une robe courte, fuchsia. Tu me la disputes un moment et nous nous chamaillions. Au bout du compte, je cède et me rabats sur une robe tout aussi courte mais verte pomme. Nous passons aux dessous et je me rends compte que tu en as assortis à toutes tes robes.
- Tu as la robe fuchsia, je prends les dessous fuchsia et tu prends les pommes
- Ok ma chérie. Nous serons siamoises.
Je passe donc la guêpière, j’adore, puis les bas que je fixe aux jarretelles. Je ne manque pas de te regarder te parer de ton serre taille puis de t’enfiler les bas. Tu es très sensuelle et, si je n’avais pas un autre plan en tête, je crois bien sur je t’aurais sauté dessus. Mais je me raisonne en pensant à notre objectif et j’enfile le joli string en dentelle qui complète la tenue. Je te vois alors enfiler une superbe culotte en satin assorti à tes dessous. Il me faut encore un effort pour ne pas craquer. Finalement nous enfilons nos robes, nous admirons dans le miroir. Nous passons par a salle de bain pour nous refaire une beauté puis nous enfilons nos chaussures à talons, assortie à nos robes et nous sortons, bras dessus, bras dessous, d’un aire entendu, en chasse.
Pour ma première, c’est génial. Je vais chasser le mec en espérant en trouver un dans mon lit. Il y a encore du monde à la soirée et il ne faut pas longtemps pour que je sente le regard des males en rut. Nous prenons chacune une coupe de champagne et nous posons dans un profond canapé.
Nous trinquons et je ne peux m’empêcher de me pencher vers toi pour t’embrasser. Je suis heureuse de sentir tes lèvres contre les miennes et plus encore lorsque je sens ta langue venir à la rencontre de la mienne. Nous échangeons un baiser passionné lorsque nous sommes interrompues par un « humm ! humm ! Mesdames, nous feriez-vous l’honneur ? ». Nous nous regardons, c’est un slow qui passe, nous échangeons un sourire et acquiesçons à la requête. Je je retrouve dans les bras d’un bel homme, la quarantaine. Je passe mes bras sur ces épaules et il me prend les hanches. Nous dansons ainsi, pas trop coller, je n’ose pas. Je regarde Jackie qui, elle, a osée, et je la vois embrasser son danseur qui est la copie du mien. Alors j’ose, je me colle à lui et il ne peut pas ignorer mon désir. Je le sens se raidir un instant, il me regarde et je lui fais un petit clin d’œil. Il sourit, me serre contre lui et se penche vers moi. C’est ave un plaisir inouïe que je reçois ces lèvres puis sa langue avec laquelle nous entamons une danse aussi lancinante que celle de nos corps collés.
C’est une tape sur l’épaule qui me ramène sur terre. C’est toi qui me dit : « Et si nous continuions dans ma chambre ? ». Mon beau mâle opine alors nous vous suivons. Arrivé dans la chambre ils semblent un peu perdus alors tu me dis : « On les chauffe un peu ? » et sur ce tu viens m’embrasser fougueusement et nos mains s’égarent sur nos corps. L’une contre l’autre, il ne faut pas longtemps pour sentir nos males se coller dans notre dos. Le mien me caresse les fesses, se colle à moi et je sens son désir. Sans concertation, nous avons le même geste, nous descendons une main vers leur entre-jambe tandis que nos lèvres restent souodées et que nous langues se caressent.
Tu prends l’initiative de quitter mes lèvres et tu me regardes en disant : « nous sommes là pour ça, non ? ». Tu te tournes vers ton homme et le pousses doucement sur le lit sur lequel il s’assoit. Je te regarde faire et je fais de même avec le mien. Alors tu l’embrasses et je fais de même. Tu lui hôtes son teeshirt et je fais de même. Tu quittes sa bouche, tu descends le long de son corps, lui titille les tétons, arrive au nombril et commence à dégrafer ses jeans. Je fais de même. Lorsque tu fais glisser ses jeans, que tu remontes doucement entre ses cuisses, que tu fais descendre son boxer, je fais de même. Lorsque je te vois caresser cette queue tendue, la lécher, l’avaler, je fais de même. Mais bientôt je me laisse aller à mes propres envies et je le suce sans un regard pour toi. Je prends mon plaisir, je me concentre sur ce sexe qui coulisse dans ma bouche, sur les gémissements que je procure, je me sens forte. Je titille le gland, salive pour faire coulisser cette verge tendue. Mais un mouvement me déconcentre et je te vois te lever, quitter ta robe, allonger ton mec et venir sur lui. J’apprends, alors je fais de même et bientôt je sens son sexe tendu contre mon clito. Je le fais glisser vers mon sexe, entre mes fesses et ne peux m’empêcher de gémir. Je suis en string, quoi ? Je te vois faire de même et commencer à faire des aller et venue avec le sexe de ton partenaire entre tes fesses, contre ta culotte.
Tu es très excitée et désirable. Je ne peux m’empêcher d’avoir envie de toi, ce qui décuple mon plaisir de sentir cette queue entre mes fesses. Mon sexe juste protégé par un fin bout de dentelle. Je quitte un instant les lèvres de mon homme pour me rapprocher de toi. Tu me vois et fais de même et nous nous embrassons chacune avec une queue entre les cuisses.
Finalement nos mecs prennent des initiatives et nous retournent. Nous nous retrouvons cote à cote, à genoux sur le bord du lit. « C’est ton grand soir ma chérie » me dis-tu. Je sens mon string descendre et bientôt un chose humide et douce me caresser le sexe. Je gémis, je ferme les yeux sous cette caresse. Lorsque je les ouvre je te vois me regarder en souriant mais il faut peut de temps pour que tu gémisses aussi sous une caresse analogue. Malgré la position nous parvenons à nous embrasser ce qui semble décupler le plaisir de nos males car c’est quelques instants plus tard que je sens autre chose contre mon œillet, qui pousse un peu pour me pénétrer. Je vois à ton regard qu’il t’arrive la même chose. Je sens bientôt des mains sur mes hanches et le sexe, timide au début, prendre de l’assurance et me pénétrer profondément. Heureusement que tu m’as déflorée plus tôt. Malgré tout je ressens un douleur atténuée par tes lèvres qui viennent se poser sur les miennes. Par ta langue qui me redonne confiance. C’est ainsi que nous allons nous faire limer un bon moment. Je sentais se plaisir bestial de me donner, je ne quittais ta bouche que pour gémir et anticiper les coups de reins pour sentir se sexe au plus profond de moi. Je reprenais tes lèvres entre deux gémissements, je sentais ton plaisir monter, je te sentais onduler, tu me quittais aussi pour gémir sous les assauts de ton mâle. Je ne sais par quel miracle nous nous sommes retrouvées bouche à bouche, langue contre langue quand nos deux mecs, dans un synchronisme inouïe, ont jouie en nous, j’ai alors senti ton orgasme arriver en même temps que le mien et c’est dans un cri unique, à 4 partitions, que nous nous sommes tous écroulés.
Nos beaux mâles n’ont pas tardé à quitter la chambre et nous nous sommes retrouvées dans les bras l’une de l’autre, heureuses.


 
Réagissez à l'histoire après lecture:




Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur ? Sinon, laissez vide :

° Recopiez le code suivant :
 
>
*



sexe recit érotique Pour Jackie Les avis des lecteurs :

 

Bises de Jackie. Ce soir là je t'attends chez moi un peu anxieuse de savoir si tu va venir. Je porte une courte jupe noire fluide, dessus un chemisier de satin rouge . Une ceinture à la taille fait ressortir ma poitrine nouvellement achetée. Mes cuisses gainées de noirs , mes talons me donne un déhanché. J'ai osée un léger maquillage. Je prépare qq toast en t'attendant. Je sursaute quand cela sonne, j'ouvre le portillon et te regarde monter l'allée. Tu es superbe avec se fin chemisier léopard cette jupe soyeuse noire. Un regard dans le miroire et je t'ouvre le coeur battant. Je prends ta main te fait entrer. - Bsr je suis ravie que tu soie là, tu es ravissante. - Tiens ce paquet est pour toi. - Merci il ne fallait pas, je l'ouvre? - Oui j'ai besoin de ton avis. Je l'ouvre et découvre une superbe nuisette transparente noire.Mes lèvres effleurent les tiennes. - Il ne fallait pas c'est trop beau. - C'est que je vais vendre dans le magasin, cela te plait? pour toute réponse mes lèvres effleurent les tiennes Puis je prends ta main te guide vers le salon baigné dans une douce pénombre. Tu es devant moi découvrant la piece, ma main caresse ta nuque puis mes lèvres s'y posent. mes mains remontent de tes hanches vers tes seins. Sous la soie je devine un sg balconnet faisant pointer tes mamelons. Mes doigts les exitent, ta tête se penche en arrière et se pose sur mon épaule. Mon bassin se love à tes reins, tu ne peux pas ne pas sentir ce désir collé à ta croupe. Tu tourne la tête m'offrant ta bouche que je goutte avec passion. Je te guide vers un coin du salon ou se trouve de profonds coussins. Ensemble nous glissons dedans. Nos corps sont de face lovés. Ma bouche se geve de la tienne. Doucement j'ouvre ton chemisier decouvrant un superbe balconnet. Mes lèvres glissent vers tes mamelons offerts, tendus. Je les suces, les exite. Ma main glisse sous ta courte jupe se pose sur cette fine culotte tendue. Ma bouche descent, ma main relève le tissu dévoilant une large culotte de satin fendue fermée par des rubans. Un à un je les deffaits faisant jaillir un superbe clito tendu. Je le caresse puis mes lèvres l'effleurent, le gouttent puis le gobent. Je suce la prune luisante , mes doigts vont et viennent le long. Un doigt glisse vers ton sillon à la recherche de cette grotte . Je caresse cette chose fermée que je rève d'ouvrir. Je prends un petit pot de crème et etale une noisette à l'entrée. Ma bouche affole ton sexe frémissant, mon doigt force l'anneau qui cède. Je te sents te tendre, arrête mes caresses. . Tu protes doucement.- Ho non n'arrête pas... - Rassure toi amoure... J'ote ma jupe te dévoilant mon sexe tendu. Je opasse de la crèeme desus puis m'agenouille entre tes cuisses. Je guide mon sexe devant cette porte fermée. Je force doucement, joue avec, l'exite puis lentement me glisse en toi. Légèrement au début. Ma bouche prends la tienne puis tu me demande - Oui vient jai trop envie. Mon bassin descend vers toi, mon sexe glisse au fond de ta grotte offerte. Ensemble nos coprs soudés entament un lent ballet. Mon sexe va et vient en toi et lentement accélère. - Ho amoure c'est trop bon je ne tiens plus. Nos bouches se soudent et mon sexe explose de paisir livrant sa sève .. Nos corps enlaces retrouvent un peu de calme. Je te quitte, mets une noisette de crème sur ta prune brulante. Je m'agenouille au dessus de ton bassin, guide ton sexe vers mon écrin et doucement descend sur toi. J'aime sa présence en moi, sa dureté, sa chaleur. Mon bassin monte et descend sur toi, je sents ton corps entier se crisper. Je descends très loin sur toi. - Humm oui amoure... jouis en moi... livre toi.. De longs jets innondent mon écrin libérant notre trop plein de plaisir. Nous restons un long moments enlacées puis glissons sur le coté. Je me lève pour aller mettre ton cadeau... Si tu as aimée mon histoire, continue. J'attends la suite avec impatience. Bious


 

 

bisous de Jackie. Tu as rendez-vous avec ta nouvelle banquière pour demander un prêt vous ouvrire une boutique de lingerie. Tu es assis devant mon bureau, je t'ecoute mais surtout te détaille. Tu porte avec beaucoup de gout un fin chemier de soie rose un large pantalon de satin blanc . Je te trouve très séduisant et même séduisante. Je me lève de mon siège , vais fermer la porte du bureau a clé puis me pose sur le bord du bureau près de toi. - Jeune homme votre dossier m'interresse, mais il me faut plus de précision. Ton regard n'arrive pas a se détacher des mes cuisses gainées dévoilées par la courte jupe de mon tailleur. - J'ai besoin de savoir votre implication sur ce dossier... Tout en te parlant je prends ta main aux ongles faits puis la pose sur ma cuisse. - Dans la vie il faut parfois savoir saisir.... les opportunités. Tu hesite ta main tremble lègérement puis doucement remonte sous ma jupe. très vite tes doigts frolent la soie de la fine culotte. J'écarte legèrement mes jambes t'aidant dans ton désir de toucher mon minou. Tu sursaute et me regarde un peu surpris qund tes doigts découvre cette chose dure frémissante. - Voila jeune homme une opportunité à saisir.... Je me lève un peu , fait remonter ma courte jupe et me repose contre le bureau. Doucement tes doigts remontent le longs de mon sexe brulant et commencent un doux massage.. Tu ecarte la soie , mon sexe tendu jaillt de son écrin. tes doigts l'entourent et doucement vont et viennent dessus. Je pose ma main sur tes cheveux et te guide doucement vers cette prune luisante que tu rève de goutter. Ta langue la frole, tes lèvres la mouille , puis lentement la goute. tes lèvres s'arrondissent et mon sexe disparait dans cet anneau de chaire. Ta bouche prend la mesure de mon clito frémissant. je m'allonge le dos sur mon bureau, tu te lève me gardant dans ta bouche. je pousse de doux rales de sentir le plaisir approcher. Mon corps se crispe et violement j' inonde ta gorge d'un doux nectar. Tu continue a me garder en toi, degustant les dernières gouttes de ma sève.Nos corps se séparent, je meits un peu d'odre dans ma tenue. - Jheune homme , je pense que votre dossier est en bonne voie. Venez cherche la réponse ce soir vers 20 h à cette adresse. - Mais vous travaillez encore à cette heure ? - Rassure toi, ces mon adresse personnel, nous porrons finaliser cela. Je te quitte cers la porte, avant que tu sorte mes lèvres prennent les tiennes pour un fougeux baiser. - Surtout faits toi belle ce soir.... Si tu veux continuer le récit. Bises


 

 

Merci de m'avoir repondue. je t epropose de partir toute les deux a venise qq jours nous alons connaitre une semaine sublime. Envie de cette histoire? Bisous