ALBERT LE ROUTIER, LA SUITE

- Par l'auteur HDS Romainro -

→ Connectes-toi : tchat, discussions et rencontres...

Auteur de récits érotiques
Note attribuée à cette histoire par HDS :
ALBERT LE ROUTIER, LA SUITE
( 9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Romainro.
Auteur homme. romainroyahoocom

Cette histoire de sexe a été affichée 4956 fois depuis sa publication.
L'ensemble des récits de Romainro ont reçu un total de 679 490 visites.

sexe récit : ALBERT LE ROUTIER, LA SUITE Publié sur HDS le 13-01-2018
Catégorie :Entre-nous, les hommes
Histoire Réf : 28520-r699

 
 

ALBERT LE ROUTIER, LA SUITE


Après cette pause très agréable nous avons repris la route et repris nos discussion.
Julien est étudiant en architecture. Il descend passer une dizaine de jours sur Béziers
pour profiter de la plage et de ses parents avant de rentrer travailler ses examens de
septembre.
Même si le soleil commence à baisser il fait toujours aussi chaud dans le camion ce qui
augmente les odeurs de sexe qui sont toujours dans la cabine. Je baiserai bien à nouveau
avec lui, mais cette fois j’ai envie de sentir son énorme queue en moi.
Il est maintenant 18h et j’ai bientôt atteint mon quota d’heures de route pour la journée
alors je lui explique et lui dit
« Je vais m’arrêter au prochain parking pour la nuit. Tu as 2 possibilités soit tu
cherches quelqu’un qui continue de t’avancer soit tu peux passer la nuit avec moi dans le
camion et on continue la route ensemble demain. Ca dépend si tu es pressé. » Il n’hésite
pas une seconde et me dit dans un sourire
« Je préfère continuer avec toi, je ne suis pas sur de prendre autant de plaisir avec mon
prochain chauffeur ».
« J’espérais que tu me répondes ça. Je vais m’allonger une petite demi heure et après je
vais me doucher. Si tu veux te dégourdir les jambes je laisse le camion ouvert ».
Je passe derrière en le lui disant et me met à poil avant de m’allonger. Il tire les
rideaux, me rejoins derrière et se déshabille avant de venir se lover dans mes bras.
D’avoir un petit jeunot entièrement nu à côté de moi m’excite trop pour que je m’endorme
mais lui s’écroule. Cela fait bientôt une heure que nous sommes comme ça, mon bras qui le
tien est totalement endormi. Je le retire et fais glisser Julien qui se retrouve sur le
dos. Son sexe est gonflé mais n’a pas encore atteint sa taille maximum. Je l’observe,
j’ai envie de le toucher, de l’embrasser, de le sentir gonfler dans la bouche. En plus
comme il est circoncis son gland est totalement à découvert et son méat coule un peu. Je
ne peux pas résister, avec ma langue je lèche le liquide transparent et légèrement
visqueux puis ma langue descend sur son frein que je titille un peu avant de remonter sur
son gland. Mes lèvres redescendent de chaque coté de sa bite pour que je le prenne en
bouche de plus en plus profondément. Julien commence à se réveiller et sa queue continue
de gonfler. Je monte et descend lentement le long de sa hampe en variant les pressions de
langue, de lèvres et de dents pendant qu’il continu de se réveiller. Une fois qu’il est
bien réveillé j’accélère mes mouvements pour le faire rentrer de plus en plus
profondément dans ma bouche, jusqu’à ce que son gland tape ma glotte. Il attrape ma tête
avec ses 2 mains et me maintient enfoncé comme ça puis relâché la pression pour que je
reprenne ma respiration. Il tient toujours ma tête, c’est lui qui donne le rythme de mes
mouvements. Il me baise littéralement la bouche et bien que mes lèvres soient très
tendues j’adore ça. Il s’enfonce de nouveau entièrement en moi. Avec ma main droite
j’attrape ses couilles que je serre entre mes doigts et avec ma langue je titille son
frein. Je sens sa que encore gonfler puis une première giclée de sperme coule directement
dans ma gorge suivie par 4 autres que je n’avale pas. Je continue de le sucer la bouche
plein de son sperme alors qu’il commence à ramollir. J’abandonne son sexe et je viens
m’allonger sur lui. Ma bite gonflée et contre la sienne molle mais encore de belle
taille. Je pose mes lèvres contre les siennes, ma langue force le passage entre ses
lèvres et nous avalons ensemble son sperme tout en se galochant.

Nous nous levons et nous rhabillons pour aller se doucher. Nous rentrons ensemble dans la
cabine. Nous nous savonnons et caressons mutuellement. Nous ne pouvons pas faire grand
chose d’autre car des routiers attendent pour la douche.
Ensuite nous allons manger au resto-grille. Avant de retourner au camion il s’arrête dans
une cabine pour appeler ses parents, j’avance vers le camion et je l’attend déjà à poil
sur la couchette.
Quand il arrive il se déshabille immédiatement attrape la revue « histoire gay » de tout
à l’heure et viens s’allonger contre moi. Ma queue est déjà gonflée alors je lui arrache
la revue que je jette sur les sièges et lui dit:
« Je ne crois pas qu’on ait besoin de ça pour s’exciter ».
Il me sourit grimpe sur moi et m’embrasse à pleine bouche. Mon sexe tendu se place entre
ses jambes et tape sa queue et ses couilles. Au bout de quelques minutes à nous embrasser
à pleine bouche et nous caresser il se décolle de moi et me dit
« Ok mais cette fois c’est moi qui prend les choses en main. » Immédiatement il dépose sa
bouche sur mon sexe qu’il caresse en même temps. Il l’embrasse, le lèche et l’aspire
avant de me faire le même traitement aux couilles. Puis avec ses mains il soulève mon
cul, sa bouche continue de descendre et maintenant sa langue est entre mes fesses. Il
lèche mon trou en y déposant le plus de salive possible avant de commencer à me pénétrer
avec sa langue. Il enfonce de plus en plus sa langue en moi alors qu’avec sa main droite
il me caresse les couilles et la bite. Une fois mon cul bien ouvert, il remonte sa langue
le long de mon périnée, lèche couille, lape ma bite et ensuite m’avale entièrement. Il
s’excite sur ma queue tendue alors que je sens un doigt me pénétrer. Quand le deuxième
doigt rentre en moi je sens ma bite gonfler dans sa bouche et Julien aussi puisqu’il
accélère ses mouvements pour y rentrer un troisième doigt.
Cela fait bien 2 minutes que je me retiens pour ne pas gicler dans sa bouche quand ses
lèvres abandonnent mon sexe et que ses doigts se retire un à un de mon cul. Il crache sur
sa main et caresse son mat avec. Je sens son énorme gland se poser sur ma rondelle. Il
appuie dessus alors je pousse sur mes sphincters pour l’aider à rentrer. Je sens mes
chairs se tirer au passage de son champignon si épais. Une fois que son gland est en moi
nous ne bougeons pas afin que mon trou s’habitue à sa taille. Puis il démarre des petits
mouvements pour me prendre de plus en plus. Il est à moitié en moi et je ne sens
maintenant que du plaisir. Je sens mon cul totalement détendu même si son sexe continue
de grossir en moi. Ses mouvements sont de plus en plus rapide. Je prend mon sexe en main
et me branle au rythme de ses vas et viens. Julien m’a attrapé par les hanches et me
besogne comme un fou. Il continue de me baiser ainsi, je sens que je mouille du cul,
c’est dire comme je prends mon pied. J’ai l’impression que mon cul va exploser tellement
qu’il me baise fort, mais en fait c’est lui qui va exploser. Je sens sa queue gonfler, je
contracte mon cul autour de sa bite et augment le rythme de ma branlette. Dans un dernier
mouvement il se cale au fond de moi et m’immonde le cul, submerger par le plaisir
j’explose à mon tour sur mon ventre 5 grosses giclées de sperme. Il reste comme ça en moi
un moment alors que je sens que mon cul évacue ses sécrétions et les miennes. Alors qu’il
a toujours sa queue dans mon cul, il se penche et lèche mon sperme qui est sur mon ventre
et ma bite. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi souple. Une fois que je suis entièrement
nettoyer je me penche vers lui pour que nous partagions mon sperme. C’est qu’une fois
notre baiser terminer qu’il sort de mes fesses pour y laisser un grand vide.

Nous nous endormons dans les bras l’un de l’autre. Par habitude je me réveille à 5h30 du
matin. Je sens que mon cul est encore trempé. Je touche mon trou qui est encore ouvert,
je me rentre un doigt et je sens que j’ai encore un peu de son sperme en moi. Je regarde
mon jeune Julien. Il bande et moi aussi. Je me mets tête bêche et commence à le sucer. Il
se réveille rapidement car je sens ses lèvres autour de ma queue. Je me mets sur lui et
lui demande de me doigter pendant que l’on se suce. Je suis tellement excité par la
situation que je jouis très rapidement dans sa bouche. mon sexe reste entre ses lèvres et
je me concentre sur sa bite qui me semble encore plus grosse qu’hier. Je le suce tout en
lui caressant les couilles et quelques minutes après moi il jouit à son tour de ma
bouche. Je me retourne vers lui pour que nous échangions nos spermes dans une belle pelle
baveuse.
Une fois bien réveillé, nous allons prendre un petit déjeuner. Il est malheureusement
temps de reprendre la route. En début d’après midi nous rapprochons de Béziers. Je lui
propose de continuer la route avec moi et que je le reposerai sur le chemin du retour.
C’est à grand regret qu’il refuse, sinon il verra à peine ses parents.
Nous nous arrêtons sur dernière aire de repos où nous baisons pour la dernière. Ca a été
grandiose. Apres nous être sucé et baisé pendant un long moment j’ai joui dans ses
fesses. Ensuite je lui ai bouffé le cul afin de récupérer le plus possible de mon sperme
et j’ai fini en le suçant la bouche pleine afin de mélanger nos spermes dans une dernière
pelle.

Je l’ai déposé à l’entrée de Béziers et je ne l’ai plus jamais revu. Je me suis branlé
tous les soirs en sentant son odeurs sur mes draps. Je repense à lui, son corps, sa queue
assez régulièrement ce qui a pour effet de bien me faire bander. Je me demande ce qu’il
est devenu.


 
Réagissez à l'histoire après lecture:




Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur ? Sinon, laissez vide :

° Recopiez le code suivant :
 
>
*



sexe recit érotique ALBERT LE ROUTIER, LA SUITE Les avis des lecteurs :

 

Ton histoire m’a fait jouir, merci


 

 

de jose merci pour la suite tres belle histoire avec du bon sexe


 

 

Écxitant, bandant, merci