HISTOIRES ET CONFESSIONS DE SEXE AMATEURS

Histoires-de-sexe.net
service gratuit de publication d' histoires et confessions
écrites par les auteurs internautes amateurs

Voyeurisme
Ajoutez HDS à vos favoris
Newsletter

- Retour au menu principal d'histoires-de-sexe.net - Ecrire une histoire érotique



Auteur : Père-vert
Titre : Ma femme se fait chienne III

Les événements de cette histoire ont lieu avant l'histoire, Ma femme se fait chienne I


Moi et ma compagne de vingt ans, nous nous rendons à un terrain où plusieurs gens font la fête à l'extérieur. La soirée est agréable et l'alcool coule à flot. Soudain, il commence à pleuvoir. Nous cherchons un endroit où nous asseoir à l'abris. Nous allons un peu à l'écart où il y a une terrasse derrière un bois. Là, sur la petite terrasse couverte avec une table et quatre bancs, il y a deux hommes assis, éclairés par des chandelles. Peut-être nous laisseraient-ils une place. Je le propose à ma compagne qui acquiesse avec indifférence. Ce fut une grave erreur d'aller m'asseoir là, si tard et à l'écart, avec ses deux hommes qui boivent leur bière. En montant les marches, je les salut. Ils sont presque indifférents à moi jusqu'à ce qu'ils regardent ma belle qui me suit. Elle est un peu grassouillette, de petite taille, mais oh combien plaisante à regarder. Son torse est enfermé dans un corset très serré en velours qui enserre ses gros seins double-D dans un appétissant décolleté profond et débordant. Elle a une jupe courte en cuir qui laisse voir ses jarretelles et bas en filet. Une paire de souliers à plateau accentue ses hanches et son gros cul. Mais c'est son visage qui est magnifique. De petite joues grassouillettes, un menton et un nez fin, des yeux bleu d'allure toujours gêné. Elle a des cheveux noir courts qui laissent voir ses multiples perçages sur les oreilles. Lorsqu'elle parle ou grimace, on peut voir l'autre sur la langue. Un collier en cuir enserre son cou.

Un des hommes se lève. Il démontre des signes d'ivresse. Début quarantaine, il est grand et chauve. Il a un long nez aquilin et une barbe de quelques jours. Mais ce qui est dérangeant ce sont ses yeux qui se sont posés tout de suite sur ma belle avec un regard presque maniaque. Il l'a observée des talons jusqu'au front. L'autre, attablé à la table est un vieux grassouillet avec sa bière. Il contemple ma jolie d'un regard approbateur. Son regard ne peut quitter son ample décolleté et je le vois s'essuyer discrètement la salive avec la langue. L'homme debout est entreprenant, car sans gêne, il prend la main de sa proie et l'approche de sa bouche pour lui faire un baise-main tout en la regardant dans les yeux avec un regard des plus pervers et l'invite à s'asseoir. Au lieu de poser ses lèvres sur la main, il passe un lent coup de langue bien baveux sur sa peau douce et laisse un petit lac de bave sur sa main. Ses intentions sont claires. Cette femme lui plait. Il la veut. Je regarde ma compagne. Elle est tombée dans son piège. Elle ne peut le quitter des yeux et ne dit point mot sauf un sourire gêné. La manière barbare avec laquelle l'homme a osé la séduire l'a atteint au but. Sa petite culotte doit déjà commencer à être humide. Moi c'est comme si je n'existais plus.

Nous nous asseyons chacun à la table ronde. L'homme s'assoie entre moi et elle. De l'autre coté, il y a le vieux. Le plus jeune a déjà mit son bras autour de sa taille et lui verse de l'alcool. Ils se présentent. Elle serre la main du vieux et lui souris. Elle semble gênée, mais pourtant, l'autre a de la facilité à se coller sur elle. Elle ne fait que jouer à un jeu et lui aussi. Ses inhibitions ont disparu depuis longtemps avec le fougueux baise main. Nous discutons. Le vieux m'engage la conversation, mais je sais que c'est une diversion, car pendant que je lui parle, je vois que l'autre parle à voix basse avec ma compagne. Leur têtes sont presque collées et ils se regardent dans les yeux. Son autre main est déjà sur sa cuisse. Il commence à flatter et masser l'extérieur de sa cuisse. Son visage montre qu'elle aime ça. Elle s'avale quelques rasades d'alcools. Ce n'est pas bon signe. Elle me regarde cherchant à avoir mon approbation mais je ne répond rien. Je ne suis pas encore sûr moi-même si je veux la voir faire cela. Je vois que la main se rapproche de l'intérieur de sa cuisse et de plus en plus près de la jupe. Je suis souvent distrait car par politesse je continue ma conversation avec l'autre. Je me demande combien de temps je vais pouvoir tenir en feignant ne rien voir. Plus pour longtemps. Elle écarte tranquillement les cuisses. Il suit aussitôt le mouvement et entre discrètement la main sous sa jupes, mais au lieu de foncer droit sur la chatte qui pulse d'envie sous la petite culotte, il retire sa main tout aussi lentement en caressant la cuisse. Il répète le mouvement plusieurs fois. Elle se mord la lèvre d'envie. Elle a fermé ses yeux, ses descendu un peu plus sur la chaise pour exposer son entre jambe à ses caresses. Elle ne s'occupe plus du tout de moi. Lui fait durer le plaisir. Il continue à flatter sa cuisse et passe seulement quelquefois un doigt entre les lèvres à travers le tissu. Juste assez pour faire grandir son excitation.

Soudain, sa main ne bouge plus. Je ne la vois pas puisqu'elle est sous la jupe, mais on peut deviner qu'il a commencé à lui caresser la chatte par l'oscillation de son coude et les petit tressaillement de ma compagne, soulagée enfin. Je suis bouche-bée. Même le vieux a arrêter de me parler et la regarde. Plus personne ne parle. On n'entend que sa respiration et un bruit humide provenant de sous sa jupe. Il commence à lui lécher le décolleté. De ses mains libres, elle commence a délasser son corset pour faciliter l' accès tout en se cabrant pour faire sortir les seins au maximum. L'autre de sa main libre lui caresse le dos. Moi et le vieux nous regardons le spectacle sans participer. La vue est excitante. Les deux nouveaux amants on vingt d'ans d'écart. Elle a finit de délasser son corset, chose non facile sous la main experte de ce dieu du sexe. Il sort sa main de sous la jupe. La clarté des chandelles font reluire l'humidité de sa main. Elle semble couverte de jute. Il la dépoitraille comme une pute. Ses énormes seins ronds au bout gonflé font la joie de tous. Même moi qui y est habitué, je suis impressionné par sa poitrine. Le vieux et l'autre le sont encore plus que moi. Ils contemplent les bijoux qu'elle a sur ses deux mamelons percés. L'homme qu'il l'a se met aussitôt les seins dans la bouche en les massant et les écrasants avec sa main. Il a presque l'air d'un vieux bébé, se rentra le visage entre les deux énormes mamelles et en mordillant et suçant les mamelons. Il est vorace et elle recoule de plaisir. Je n'avais pas remarqué qu'elle lui caressait le pantalon. Il y a une énorme bosse longue et épaisse. Le male en rute lâche un de ses seins et de sa main retourne sous la jupe. Il retire la petite culotte qu'il fait descendre jusqu'à ses pieds. Elle se descend sur la chaise et écarte les jambes. Elle dépose une de ses jambes sur les genou du vieux pour être plus a l'aise. Celui-ci est surpris et hésitant. Ma belle prend sa paire de petite culotte et me la lance. Je l'attrape. Elle est détrempé. Personne ne me regarde alors je l'approche de mon nez et la sens. Une forte odeur acre de fluide corporaux s'en dégage. Il ne m'en fallait pas plus pour compléter mon érection. Je regarde le vieux. Il commence discrètement a lui flatter le mollet déposé sur ses genoux. Mais je ne peut laisser mes yeux longtemps sur les actes du vieux, puisqu'un cris de jouissance me ramène a ma belle. Elle est affalé a moitié sur son nouvel amant, les jambes bien écarté, l'une au sol et l'autre sur le vieux. La jupe est relevé et je vois ce qui cause ses cris. Il lui a entrer un doigt et fait des va et viens brutaux tout en agaçant son clito avec le pouce. Elle halète, respire fort, lâche de petit cri et soupire et sert parfois les dents. D'une main libre elle se caresse un seins et tire ses mamelons et de l'autre elle a réussi a sortir le pénis de son étalon. Celui-ci est énorme. Au moins 9 pouces avec un petit gland pointu. Sur sa longueur il est large, avec d'énorme veine qui parcours sa longueur comme un chemin de plaisir sensible. La main de ma compagne a presque du mal a en faire le tour. Je vois a peine les énormes couilles gonflées, caché sous une foret de poil noir. Il lui entre un deuxième doigts, intensifiant les cris et les bruits de succion humide. Elle commence a branler son gros pénis en tirant sa langue pour montrer son appétit. Mais il ne bronche pas et continue a la branler. Il lui entre le petit doigt dans le cul.
Elle sert les dents. Je vois qu'elle regarde soudainement le vieux avec surprise. Je retourne mon regard vers lui. Il fixe le vagin dégoulinant de ma compagne et a la bouche ouverte comme un prédateur. Sous la table, dans l'ombre, je devine qu'il a sortie sa queue. Il se branle tranquillement contre le talon de la botte de ma belle.

L'amant de ma compagne se penche vers l'arrière et de sa main libre, agrippe les cheveux de ma belle et la descend sans aucune protestation vers son énorme vergue. Il lui lance quelques obscénités et la traite de chienne et retire sa main de son vagin. Sa bouche déjà ouverte et affamé engouffre le gros membre. Elle commence a le sucer de façon vorace. Il y a longtemps que je ne l'avais pas vue déguster une queue de la sorte. Tout en le branlant de sa main, elle suce le gland, descend sur la verge, remonte en faisant des bruits de succion, passe sa langue de façon sensuelle sur toute la longueur. Elle prend même les couilles poilu dans la bouche et les suce. A cette vue, j'ai commencé moi aussi a me toucher. La gourmande continue a le sucer a fond. On voit la queue poussé contre sa joue et parfois, le pervers appuie sur sa tête pour l'enfoncer plus. Il lui enfonce la queue jusqu'au fond et la maintien en place. Elle se retire en s'étouffant et en laissant de gros filins de baves. Il prend vite goût a se jeu. Il commence même a lui baiser la bouche, frappant dans le fond de sa gorge. Elle se masturbe furieusement de sa main libre. Nous entendons les fluides de sa chatte qui démontre son désir.

Tout en suçant, elle nous lance un regard pervers en coin pour nous aguicher. Elle pose surtout un regard sur le vieux qui semble torturer de regarder une telle scène sans pouvoir participer. Le vieux qui regarde toujours la chatte se faire masturber, demande a son compagnon s'il peut en abuser. Celui-ci répond négativement et lance un regard un peu hostile a son compagnon. « Cette saloppe est seulement pour moi » dit-il cavalièrement. Le vieux répond d'un air déçu et intensifie son branlage contre sa botte pour se consoler. Le pervers continue a enfoncer son pénis dans la gorge de sa saloppe. Il semble apprécier beaucoup tellement il respire fort. Il enfonce de plus en plus la tête de ma compagne sur sa queue et elle s'étouffe de plus en plus. Soudain, elle a un haut le cour et vomit une longue giclée que son amant évite de justesse en se retirant. Il semble contrarié. Il la traite de saloppe, de cochonne et de truie. Elle s'excuse. Il dit que ce n'est pas grave. Il regarde le vieux d'un regard complice et dit, « Pour te faire pardonner, j'ai le goût de voir tes grosses fesses a vif. Va te coucher sur les genoux de ce vieux cochon pour recevoir une fessée. » Puis il dit a son ami qu'il a seulement le droit de lui donner une fessé et n'a pas accès a ses trous. Le salaud veut a la fois torturer ma belle ainsi que son ami. Il se relève en prenant sa chienne par les cheveux. Elle suit sans broncher. Il l'amène vers le vieux qui se branle, et ces avec gêne qu'elle se couche de face sur ses genoux. Le vieux a un gros sourire de satisfaction. Il caresse ses cheveux d'une main et de l'autre enlève la jupe révélant ses grosses fesses blanche et douce. Il se ne gêne pas pour tâter les fesses de façon encore plus vulgaire que le faisait l'autre. Il les tâte, les pétri, crache même dessus pour les lubrifier. Puis il commence a donner quelques tapes. Douce au début, mais elle ne tarde pas a claquer contre les fesses. Ma belle répond par des lamentations et des cris. Chaque coup de main laisse une marque rouge. La douleur est de plus en plus intensifier. Le vieux marmonne des jurons et la traite de tout les noms. Je remarque aussi qu'il se fait légèrement aller le bassin. Son pénis était toujours sortie, alors il doit être en train de se le frotter contre le ventre nue de la chienne qu'il frappe. Elle ne semble même pas remarquer, trop occuper a gémir et pleurer. Je sais que malgré ses pleures, elle est exciter de se faire donner la fessé par un tel vieux cochon. L'autre ses approchés, lui empoigne les cheveux et lui lève la tête. Il enfonce a nouveau son gros pieu dans sa bouche et fait quelque va et viens pendant que le vieux obèse frappe. Puis il demande au vieux de la relevé. Il s'exécute non sans en profiter pour lui tâter les seins et donner un gros coup de langue sur ses hanches. Il ose même passer ses gros doigts sur sa fente mouillé. Je regarde son cul, il est tout rouge et meurtrie.
Son amant la prend et lui tâte le cul. Il la fait agenouiller et elle recommence a lui sucer la queue goulûment. Il lui tient la tête par les cheveux et fait des va et viens dans sa bouche. Il va très profond et les bruits de succion sont très excitant. Le vieux regarde comme moi en se masturbant furieusement d 'une main et de l'autre, prend les seins de ma belle par en arrière. Le vieux cochon lui tire même les mamelons. Soudain, il pousse un grognement et éjacule en envoyant une grande gicler de sperme qui tombe sur la table, faisant une grosse flaque. L'autre continue a se faire sucer et les grimaces de son visage et sa respiration fort laisse paraître qu'elle s'y prend très bien. Il la complimente d'ailleurs en lui disant qu'elle suce mieux qu'une pute.
Soudain, il retire sa queue. Un long filin de bave s'écoule de la bouche de sa chienne et tombe sur ses seins. Il la fait relever, la tourne et la penche sur la table, la couchant les deux seins dans le sperme du vieux. Ce dernier a recommencé a déjà recommencé a se masturber, mais il a changé de place pour mieux observé la scène et est maintenant debout a coté de la table. L'amant de ma belle lui écarte les jambes et la pénètre d'un coup avec son immense phalus. Elle est tellement mouillé que cela rentre d'un coup. Elle lâche un cris de plaisir et arc les fesses pour mieux se faire pénétrer plus profondément. L'étalon commence alors a lui faire un grand va et viens, entrant et sortant la totalité de sa queue. Ses couilles claque contre les grosses fesses rouge. Il s'agrippe a ses hanches et augmente de plus en plus la cadence. Elle cris de plaisir et s'aggripe après la table. Son regard est perdu dans le nirvana. La chienne se fait défoncer. Il l'injurie, lui claque les fesses et la tire par ses cheveux. La pénétration est brutal. Il lui donne ce qu'elle mérite, de se donner ainsi a un inconnu sous les regards d'un autre. Il la change de position et la couche sur le dos. Elle lève ses jambes dans les aires et les écartes au maximum. La chienne se masturbe et lèche ses gros seins pendant que son pervers la pénètre. Le vieux lui regarde en se branlant. Son pénis est moins long que l'autre, mais très épais, avec un gros gland bien rond. Il approche une main et commence a toucher les seins qui rebondisse a chaque coup de bassin de son compagnon. Il se lèche les lèvres d'envie, mais l'autre refuse toujours de partager sa saloppe. Il lui donne quand même le droit de lécher les seins, ce qui redonne de la vigueur a ma jolie qui se pâme encore plus de plaisir lorsque le vieux pervers viens prendre sauvagement ses seins dans sa bouche. Il les lèche dans leur rondeur et suce ls tétons. Sa bouche est bien baveuse. Parfois il tire sur les mamelons.
Ma compagne est maintenant au septième ciel. Elle se fait défoncer a fond pendant que le papi lui mange ses gros seins. Son amant la retourne et elle se met a quatre pattes. Il la prend par les cheveux, lui relève la tête et lui enfonce sa queue dans sa chatte mouillé.
« -Ouvre ta bouche pour le soulager. » ordonne enfin son amant.
Elle s'exécute aussitôt, tout excité de pouvoir sucer cette deuxième bite qui la désire. Le vieux porc ne se fait pas prier. Il enfonce sa queue jusqu'au couille et entame un va et viens. Elle a maintenant la bouche pleine et ne peut donc plus crier mais seulement gémir. Elle se fait prendre par les deux cotés. Ses deux amants se font aller avec une singulière brutalité. Le vieux lui fourre la bouche jusqu'au couille tout en serrant ses gros seins très fort et en les tirant. L'autre donne de grand coup de bassin en la tirant par les cheveux et en lui claquant ses fesses. Les trois ont leur orgasme a peu près au-meme moment, confirmé par trois longs gémissement. Ma belle a avalé tout le foutre du vieux et ces fait crémer la chatte par son amant.
Les trois reprennent leur souffle et se rhabille. Les deux hommes s'en vont, satisfait et repus. Ils lui disent avant de partir qu'ils aimeraient bien la revoir. La saloppe est du même avis. Ma belle s'approche de moi et se léchant les lèvres de satisfaction. Son corps dégouline de foutre, et il est claire qu'elle en veut encore. Elle me dit, la prochaine fois, j'amène le vieux à la maison.

A suivre.



- Retour au menu principal d'histoires-de-sexe.net - Ecrire une histoire érotique


©tous droits réservés à
www.histoires-de-sexe.net