HDS en page de démarrage Faites d'HDS votre page de démarrage
Ajoutez hds à vos favorisAjoutez HDS à vos favoris.
 
Amateurs de littérature sexy, vous trouverez sur HDS de nombreuses histoires de sexe vécues ou romancées. Ecrivains en herbe et maîtres de la plume, vous pouvez aussi envoyer vos propres histoires et récits érotiques personnels.
Menu des histoires.
Ecrire une histoire.
 
HDS Petites Annonces
HDS Rencontres
Dernières histoires...
HDS Entre Hommes
HDS Videos De Sexe


Menu principal d'histoires de sexe Menu principal

Histoires par catégories
 
Pour la première fois Pour la première fois
Fétichisme Fétichisme
Hommes et femmes Hommes et femmes
Dominants et dominés Dominants dominés
Entre femmes Entre femmes
A dormir debout A dormir debout
Entre hommes Entre hommes
Plus on est Plus on est...
En solitaire En solitaire
Dans la zone rouge Dans la zone rouge


>>> Rencontre sur HDS <<<
Mon meilleur ami et ma femme
Ref : f240

Auteur : Fabien92 Sexe : homme Récit érotique
Catégorie : Dominants et dominés Publié sur HDS le : 20-02-2009
: fabien.complaisantlapostenet

Guillaume était déjà l’an dernier, et est toujours, mon meilleur ami. Nous avons fait nos études ensemble, il vit près de Paris alors que ma femme Hélène et moi vivons désormais à Lille. Il est marié, et sa femme était enceinte depuis plusieurs mois lorsqu’il est venu passer deux jours à Lille pour une formation professionnelle. Evidemment je lui ai proposé de l’héberger.

Hélène a 2 ans de moins que moi, cela lui faisait alors 26 ans et moi 28. Elle est plutôt jolie, 1m68, mince, et surtout des seins magnifiques (100 bonnet D !!) qui font toujours se retourner les hommes dans la rue. Elle a beaucoup de tempérament, alors que je suis plutôt réservé. Guillaume a mon âge et il me ressemble pas mal : brun, mignon, 1m75. Mais il fait plus de sport que moi, il est beaucoup plus sociable, et il s’est toujours vanté devant moi d’être capable de pouvoir faire l’amour 7 ou 8 fois dans une nuit, et d’être mieux monté que moi. Ce qui est vrai, en tout cas son sexe au repos est franchement gros, le genre de queue qui pend lourdement entre les jambes, et je ne l’avais jamais vu en érection.
Il faut dire que notre amitié est forte, mais qu’elle a toujours été teintée d’une sorte d’inégalité, de supériorité de sa part : il me traitait parfois de sous-homme en plaisantant, il m’a souvent chambré en disant que je rêvais sûrement de lui sucer la queue, et devant les filles, pendant nos études, il me vannait sur nos performances sexuelles respectives. Il a été surpris quand j’ai épousé une bombe sexuelle, il y a 4 ans maintenant … Moi, de mon côté je me suis toujours senti inférieur à ce genre de type, sûr de lui, fier de sa queue et toujours prêt à des prouesses sexuelles, alors que je n’arrive pas à faire l’amour plus d’une fois par nuit … Mais malgré cela, nous avons toujours été très liés, très amis, il m’a rendu pas mal de services dans le cadre professionnel et moi aussi.

Quand il est arrivé à Lille, il devait être 18h ; j’étais allé le cherche à la gare, et je l’ai amené jusqu’à notre appartement, où Hélène nous attendait. Sur le trajet, Guillaume m’a parlé de la grossesse de sa femme, et m’a dit que, évidemment, pour lui l’abstinence sexuelle était incroyablement dure à supporter ; il m’a demandé en riant si je ne connaissais pas une pute, pour qu’il puisse se soulager. Arrivés chez moi, on a discuté, bu un verre, puis on a dîné. Guillaume et Hélène se connaissent depuis plusieurs années, et il m’a toujours dit que d’après lui « cette fille n’est pas pour moi ». Je sais aussi qu’il a toujours été très très intéressé par ses seins, et il les regarde souvent en douce.

Après le dîner, on s’est installés au salon, devant la télé, Guillaume et moi sur un canapé, Hélène sur l’autre canapé. Comme il n’y avait rien d’intéressant à la télé, on a commencé à discuter de tout et de rien. Pendant la discussion, j’ai commencé à remarquer les regards de plus en plus fréquents que Guillaume posait sur les seins de ma femme. Elle portait un tee-shirt blanc et une jupe beige à mi-cuisses : des vêtements pas faits pour être sexys, mais un tee-shirt sur des seins de taille 100 D, c’est forcément sexy pour un homme, surtout un queutard comme Guillaume, et surtout quand il n’a pas pu coucher avec sa femme depuis pas mal de temps. Ses regards m’ont excité, et c’est moi qui, sans doute avec une arrière pensée perverse mais pas encore bien nette dans mon cerveau, ai proposé un poker. Comme Guillaume faisait remarquer qu’il n’avait pas beaucoup d’argent sur lui, j’ai donc ajouté, encore poussé par ce début de désir un peu masochiste et pervers de voir l’effet des seins de ma femme sur lui : « bon alors on fait un strip-poker ! ». Immédiatement les yeux de Guillaume se sont mis à briller et son visage s’est éclairé. Hélène m’a plus surpris en disant criant presque « d’accord ! ». Je pense qu’elle n’avait pas été insensible aux regards de Guillaume sur son tee-shirt …et peut-être qu’elle-même avait apprécié la carrure de mon meilleur ami, qui portait lui aussi un tee-shirt clair, et un jean.

Très vite Guillaume s’est retrouvé torse nu ; un torse plus dessiné que le mien, avec des épaules bien larges. Hélène plaisantait avec lui, et je me suis assez vite senti un peu en dehors de la conversation. Ils ne se draguaient pas ouvertement, mais on s’en rapprochait. Le jeu continuait, Hélène s’est retrouvée en soutien-gorge, puis elle a perdu sa jupe. Moi je me suis retrouvé aussi en caleçon, mais ça n’avait l’air d’intéresser personne. Les yeux de Guillaume brillaient, et quand il a perdu à nouveau, il a enlevé son jean et s’est retrouvé en caleçon moulant, avec une érection monstrueuse bien visible sous le caleçon, qu’Hélène et moi faisions semblant de ne pas remarquer. Le visage de Guillaume au contraire brillait de fierté. Les choses pouvaient déraper, ou au contraire en rester là. Clairement, Guillaume avait envie que ça dérape, Hélène aussi, et moi aussi même si je le cachais mieux.

C’est quand Hélène a encore perdu que les choses se sont précipitées. Elle devait logiquement ôter son soutien-gorge et dévoiler enfin ses très gros seins devant mon meilleur copain en rut. Mais j’ai eu peur, tout en en ayant envie. J’ai donc proposé qu’elle garde son soutien-gorge, mais que la prochaine fois qu’elle perdrait, elle l’enlèverait et aurait en plus un gage. Guillaume qui commençait à craindre que les choses tournent moins bien que prévu, sauta sur l’occasion et décida que le gage serait que celui qui lui ferait perdre son soutien-gorge, serait chargé de le lui enlever lui-même. D’un ton résigné, je dis « d’accord », mais c’est Guillaume qui a perdu le coup suivant. Il du donc enlever son caleçon, ce qui n’a pas semblé le gêner : assez fièrement, il se leva, baissa son caleçon, et Hélène et moi avons donc eu droit au spectacle d’une énorme queue en érection, dressée devant nous. Puis il revint s’assoir à côté de moi, en laissant bien son membre en évidence, raide et dur comme un pieu en bois. Hélène dissimulait mal l’état d’excitation dans lequel elle était, et Guillaume était l’image même du mâle très fier de sa virilité, sourire narquois aux lèvres, pas gêné du tout. Puis Hélène a perdu le coup suivant, et je pense que c’était tout sauf un hasard. Guillaume lui fit signe de s’approcher, elle s’assit à côté de lui, sur le même canapé que moi, les seins tournés vers lui, et il lui dégrafa son soutien-gorge ; quand le soutien-gorge tomba, il lui dit « t’as vraiment des seins magnifiques » et il commença à les caresser du bout des doigts. Il se tourné vers moi et me dis « tu ne m’en veux pas, ça faisait partie du gage, non ? J’ai pas touché ma femme depuis des mois … » et je ne répondis rien. Bien sûr il comprit que je me retirais du jeu et qu’il devenait logiquement « le mâle dominant» dans cet appartement. Hélène se laissait faire, en baissant les yeux, et Guillaume lui prit les seins dans ses mains, plus franchement, en poussant quelques « mmmhhhhhh » de satisfaction.

Puis je lui fis remarquer que le gage était terminé, et il s’arrêta gentiment de caresser les seins de ma femme, et elle retournée sur l’autre canapé, très troublée visiblement. Elle portait toujours sa culotte, mais perdit encore le coup suivant, et je me retrouvais comme dans un état de somnambulisme, ne sachant plus si je voulais tout arrêter ou au contraire les pousser dans les bras l’un de l’autre. Cette fois-ci elle enleva elle-même sa culotte, et Guillaume se leva très naturellement, avec son énorme trique, et vint s’asseoir à côté d’elle. Il me demanda « on continue ? », ce qui semblait s’appliquer au strip-poker (ou à autre chose ?), et je répondis « oui » d’une voix tremblante, Hélène ajoutant un « oui » aussi. Visiblement les choses étaient allées trop loin pour revenir en arrière. Je perdis le coup suivant et Guillaume décida que mon gage serait qu’il embrasse ma femme, ce qui n’était pas un gage normal dans la mesure où j’avais encore mon caleçon que j’aurais donc du enlever. Je répondis « ok », et Hélène vint s’asseoir sur ses genoux, « en amazone », et il l’embrassa à pleine bouche en lui caressant les hanches, les cuisses et de nouveau les seins. Il me regarda ensuite de nouveau, en me demandant si ça me gênait qu’il embrasse les seins d’Hélène. Visiblement on ne parlait plus de strip-poker, mais il avait l’air de dire qu’il se contenterait de caresses et de baisers. Je pu juste faire un « oui » de la tête, et il prit Hélène dans ses bras, la coucha sur le canapé, et vint se placer à l’horizontal, sans se poser sur elle, et il commença à lui lécher les seins, à les manger presque, devant moi, en remontant parfois sur son cou, ses lèvres, redescendant ensuite sur sa grosse poitrine. Cela durait depuis quelques instants, il poussait des petits gémissements, et Hélène encore plus, elle écartait insensiblement les cuisses, et elle commença alors à lui caresser les épaules et les bras, presque tendrement. Je vis alors le corps de Guillaume descendre au point de toucher celui d’Hélène, cela dura quelques secondes, puis il tourna le visage vers moi et dit d’un ton soudain grave et légèrement autoritaire : « faut que je la baise, j’en peux plus », et sans attendre de réponse, il prit sa grosse queue dans une main, la décalotta, l’approcha de la fente d’Hélène, et pénétra ma femme sous mes yeux, faisant entrer toute sa queue dans sa chatte, assez vite. Leurs gémissements devinrent plus forts, il se mit à la limer sans complexe, et je devins complètements spectateurs.

Pendant un gros quart d’heure, Guillaume fit l’amour à ma femme, de façon très vigoureuse, comme un macho en rut fait l’amour à une femme dont il a envie depuis un moment. Clairement, il lui bourrait la chatte et voulait tirer un coup, pas commencer une histoire d’amour. Cependant, ils s’embrassaient, se caressaient, leurs gestes n’était pas tendres, pas violents non plus, c’était les gestes d’un couple qui baise, un homme en rut et une femme en chaleur. Ils sont restés dans la position « du missionnaire » pendant tout le temps où ils ont fait l’amour. Hélène murmurait des « encore, encore … ! », des « c’est bon, prends-moi fort », et Guillaume ne répondait rien, sauf à un moment où il lui murmura « je vais te baiser toute la nuit » et Hélène soupira un long « oui … ». Hélène avait vraiment les gestes, les gémissements et l’air d’une femme qui prend un plaisir incroyable. Ses gémissements devenaient des cris rauques de plaisir quand Guillaume poussait sa grosse queue large tout au fond de son vagin, tout en lui léchant les seins ou le cou. Guillaume n’avait pas mis de préservatif, mais cela ne l’empêcha pas d’éjaculer dans le vagin de ma femme, sans aucun scrupule. Ils restèrent ensuite enlacés quelques secondes, se roulèrent une pelle, puis Guillaume se retira, s’assit sur le canapé sans rien dire, et Hélène se leva pour aller à la salle-de-bains.

Après quelques secondes de silence, Guillaume me regarda, il n’avait pas l’air honteux du tout, mais il me dit quand même : « désolé », et moi, sortant de mon hébétude, je lui répondis quelque chose comme « ne sois pas désolé, tu avais envie d’elle, elle avait envie de toi, je n’ai pas à me mettre entre vous ». Il me répondit, en souriant gentiment « t’es un peu lopette, quand même, franchement ! ». Guillaume restait nu, assis, sa grosse queue débandant lentement. Quand Hélène revint, avec une culotte et un tee-shirt, elle évitait mon regard. Guillaume hésita quelques secondes puis se leva, la prit par la taille, l’embrassa de nouveau, et lui dit « on va dans la chambre, j’ai encore envie de toi ». Sa queue recommençait à grossir. Hélène sembla gênée, mais Guillaume lui dit « t’inquiète » et pour lui prouver que tout allait bien il se tourna vers moi et me dit « tu dors sur le canapé cette nuit » d’un ton certes autoritaire, un peu supérieur, mais pas méchant. Comme Hélène se dirigeait vers la chambre, visiblement ravie de passer la nuit dans les bras d’un amant aussi vigoureux, je dis « Guillaume », il se retourna, revins vers moi, son membre cette fois-ci complètement gros et raide, et je lui dis « tu ne veux pas mettre un préservatif, quand même ? » en désignant cet énorme bite avec ma main. Il me répondit en souriant gentiment « non, c’est plus agréable sans, ça donne plus de sensations à ma bite » ; il s’interrompit et ajouta « franchement, tu ne veux pas que je raconte à des potes que tu es allé me chercher des préservatifs pour que je baise ta femme ? » et ma voix redevint mourant quand je répondis un timide « non … ».

Ils ont passé la nuit à faire l’amour, j’ai entendu le lit grincer presque sans interruption, leurs gémissements, les paroles étouffées … c’était pour moi à la fois un enfer brûlant et une scène d’un érotisme torride. J’ai dormi sur le canapé en me réveillant souvent et à chaque fois j’entendais leurs ébats de l’autre côté de la cloison. Franchement, Guillaume est aussi endurant au lit qu’il me le disait en se vantant, et Hélène était visiblement au 7ème ciel, en tout cas elle le criait. C’était très étrange de me faire cocufier par mon meilleur ami, dans mon lit et avec mon consentement, mais sous son emprise, et de le voir me parler avec ce mélange de supériorité et de gentillesse, en sentant bien de toute façon que son amitié pour moi s’effaçait complètement devant son envie irrésistible de baiser ma femme, de la posséder sans que je me sente même me droit de m’y opposer

Au matin, Guillaume en caleçon dans la cuisine était visiblement le maître des lieux. Je lui ai proposé un bol de lait, qu’il a accepté, à un moment il m’a passé la main sur l’épaule sans rien dire, en me regardant dans les yeux : encore cette amitié et cette supériorité, mélangées, indissociables. Il est parti pour suivre sa 2ème journée de formation, sans caresser Hélène, sans un geste montrant qu’il l’avait possédée toute la nuit, juste un léger baiser sur les lèvres en se disant au revoir, une poignée de mains pour moi, et il franchit la porte. Hélène est partie se doucher avant sa journée de travail, et nous n’avons jamais reparlé de cette nuit. Guillaume est toujours mon meilleur ami, je l’admire encore plus qu’avant, on se voit souvent, parfois avec Hélène et avec Virginie, sa femme, mais à ma connaissance il ne s’est jamais rien repassé entre eux depuis un an, même si je surprends toujours fréquemment des regards insistants de Guillaume sur les seins de ma femme.


Menu principal d'histoires de sexe Menu principal

Ecrire votre histoire de sexe Ecrire votre histoire



Contact HDS
Toutes les histoires de sexe les histoires gay les dernières histoires postées Les récits érotiques par auteur Les nouveautés vidéos sexe françaises le blog info d'histoires de sexe
©tous droits réservés à :: histoires-de-sexe.net :: webmasters