Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Rêve ou Réalité
(9.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Rêve ou Réalité
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Léon687.
Auteur homme.


Cette histoire de sexe a été affichée 2630 fois depuis sa publication.

sexe récit : Rêve ou Réalité Publié sur HDS le 09-06-2017
Catégorie : A dormir debout
Histoire Réf : 26550-l2302

Titre : Rêve ou Réalité
 

Rêve ou Réalité

Je dormais paisiblement quand soudain je réalisais que je ne pouvais plus bouger, j’étais pieds et poings liées au coin de mon lit sur le dos. Ne comprenant pas ce qui m’arrivait, je tentais d’ouvrir les yeux mais je ne voyais rien que le noir, je connaissais cette matière qui couvrait mon visage, du cuir, j’avais un masque en cuir sur les yeux.

Je sentis une main me pincer le nez et j’ouvris la bouche pour pouvoir respirer et sentis que l’on voulait m’enfoncer quelques chose dans la gorge. L’objet qui me pénétrais la bouche s’arrêta quand sa base toucha mes lèvres, puis ma tête fut basculer d’un côté et de l’autre pour verrouiller le bâillon.

Je voulu me débattre mais cessa vite lorsque je fus saisi à la gorge brutalement et sentant les ongles s’enfoncer dans mon cou

- Ça suffit, tu as intérêt à obéir sinon gare à toi !

Cette voix féminine et très autoritaire me donna un frisson à la fois de peur mais aussi d’excitation qui en résultat par une légère érection.

- Oh mais c’est que ça t’excite d’être ainsi, pas vrai ?

Je ne répondis pas, j’étais trop concentre a essayer de comprendre ce qui se passait.
Une gifle me sortit de mes pensées, la prise sur mon cou se fit plus forte.

- J’attends une réponse
- *oui* (pas évident de répondre avec ce truc en bouche)
- Je vais devoir t’apprendre à te tenir devant une dame

Mon cou fut libérer de son étreinte et je pu respirer a nouveau normalement enfin façon de parler. Je perçus un bruit dans l’air et soudain des lanières en cuir heurtèrent ma peau avec violence, je lâchais un cri de douleur mélangés à la surprise.
Un second coup tomba peu après, ma tortionnaire entama un moulinet avec son jouet et parcourait tout mon corps, je grognais plus fort lorsqu’elle approchait de mes parties intimes.

Cela sembla lui déplaire car je reçu deux coups secs sur mon sexe dressé, je ne put m’empêcher de hurler de douleur, je sentais les larmes me monter aux yeux à cause du choc.

- Arrête de pleurnicher ou je serais encore plus sévère
- *pardon* entre deux sanglots et mes tentatives pour respirer
- J’aime mieux ca

Elle changea d’ustensile et passe à a la cravache cette fois.
Elle fut plus douce et me tapotait doucement au début en lâchant un coup plus sec de temps à autre.
Ces derniers me faisait pousser des gémissements, je commençais à prendre du plaisir sous ces coups.

- Oh le vilain garçon, il aime se faire corriger
- *oui madame*
- Je vais bien m’amuser avec toi

Elle reprit son manège à la cravache, j’en voulais encore, je me trémoussais légèrement visiblement cela l’encourageait à continuer.
Puis elle cessa sans prévenir, je sentis qu’elle montait sur lit et soudain une vive douleur au niveau de mon sexe, quelque chose de pointues et dure.
Elle devait m’enfoncer son talon, bon sang j’ai toujours voulu essayer ça sans jamais trouvé quelqu’un pour le faire.

- *aaaah*
- Hum oui c’est bon, j’aime t’entendre hurler
- *AAAAAH*, elle appuyait plus fort

J’haletais tant bien que mal lorsqu’elle retirait son pied avant de l’enfoncer à nouveau.
Elle commença son ascension vers mon visage, posant ces talons sur mon corps mais étonnamment elle arrivait à garder l’équilibre (comment faisait-elle ?) ça me rendait fou d’être aussi impuissant mais en même temps être ainsi dominer m’excitais.
Elle arriva à hauteur de mon cou et posa le plat de son escarpins dessus et pressa légèrement dessus, je sentais l’air me manquer peu à peu puis la pression se relâcha et je repris mon souffle avant de sentir mon visage balayé sur le côté par un pied qui se posait sur ma joue et jouait avec, je gémissais sous cette pratique.

- Ah, tu m’excites comme une folle à répondre aussi bien à mes supplices. Il est temps que je prenne un peu de bon temps avec toi, mais je suis loin d’en avoir fini.

Elle me libéra le visage et le remis droit du revers du pied, elle descendit du lit, pour y revenir quelque instant plus tard et sans talons qu’elle venait de déposé au sol (je perçus le son distinct lors du contact avec le parquet de ma chambre)
Elle se plaça au-dessus de ma tête visiblement et sembla se baisser, je l’entendis crachée et soudain mon bâillon bougea bizarrement

- Oh j’oubliais, c’est un bâillon gode que je t’ai mis, je vais me baiser avec sans que tu me touches

Ma seule réaction fut d’agripper le tissu du lit car cela me frustra, elle rigola face à ma réaction.
Ces genoux se posèrent sur mes épaules, je sentis qu’elle portait des bas et cela m’excita un peu plus

- Hum, petit pervers attends ton tour… ah, oh c’est bon de s’enfiler sur son sex-toy vivant.

Elle s’empala sur le gode dans un long râle de plaisir et entama un vas et vient plutôt torride qui la fut partir en transe assez vite, elle hurla de plaisir rapidement et se calma un peu.
Se penchant en avant, elle attrapa mon sexe et commença à le tripoter, passant ces ongles me long de ma hampe, m’arrachant un long frisson et un petit cri de douleur/
Sa main se referma autour et l’autre s’empara de mes bourses/
Elle joua avec un moment puis les quitta et cracha sur mon sexe avant de reprendre sa masturbation lente et sensuelle.
C’était une vraie torture tellement c’était bon. Elle accéléra le rythme en même temps qu’elle reprit son vas et vient sur mon visage, le tout synchronisé.
Je sentais le plaisir monté en moi, ma tortionnaire me quitta et chercha quelque chose à côté du lit. Elle reprit sa position initiale non sans avoir soupiré car elle s’était à nouveau empalé sur le gode.
Mon sexe fut repris en main et je me crispai lorsque je sentis les piques d’une roulette cranter parcourir mon sexe sur toute sa longueur puis allez sur mes testicules et enfin l’intérieur de mes cuisses.
J’avais beau connaitre ça, je suis toujours surpris et sous le choc lorsque je ne m’y attends pas
- J’aime beaucoup comment tu réagis… et si j’appuyais plus fort, hein ?
- *non pitié*

Mon cri ne sembla pas l’avoir atteinte car elle repassa en appuyant un peu plus mais cette fois elle allait encore moins vite, c’était insoutenable.
Elle arrêta sa torture après quelques minutes et me branla plus rapidement cette fois, ondulant du bassin avec force.
Elle a jouit la première dans un orgasme intense et bruyant, la suivant peu après je fus surpris de sentir sa bouche m’avaler pour recueillir tout mon jus chaud, elle me branla pour me vider entièrement.
J’haletais de plaisir, je sentis qu’elle se retira pour venir m’enlever le bâillon.
Le gode intérieur glissa dans un long filet de salive hors de ma bouche et je n’eut pas le temps de réagir qu’elle m’embrassa et me donna tout mon sperme avant de quitter ma bouche et me plaquer sa main dessus.

- Avale ! (J’obéis à cet ordre)
- Fais voir
(J’ouvris la bouche et elle constata que j’avais tout avaler)
- Bien mon cochon. Maintenant plus un mot, c’est clair
(J'hochais de la tête en signe d’obéissance.)
- Je n’en ai pas fini avec toi
-
Je l’entendis s’éloigner puis revenir
Elle se plaça entre mes jambes et pris mon sexe en main, je sentis un liquide froid, un lubrifiant ?

- Tu vas rebander pour moi et je vais te masturber jusqu’à l’orgasme en récompense pour avoir subi mes caprices
-
Elle commença à me branler délicatement, après toute cette douleur c’était un vrai délice, je gémissais de bonheur en sentant mon sexe redevenir peu à peu bien dur.

- Oui c’est ça, hum quel grosse bite!

Elle arrêta et s’avança vers moi, me frôlât de tout son corps au passage ce qui accentua mon plaisir. Elle me fixa un bâillon boule cette fois mais retira le bandeau.
Le temps que mes yeux se réhabituent à la lumière elle était repartie sur sa position initiale et avait repris sa masturbation.
Elle me fixa du regard tout en continuant et je pu enfin voir à quoi elle ressemblait.

Une femme magnifique, une longue chevelure noire avec des mèches décolorés, un masque argenté masquait la majeur partie de son visage, je distinguais ces yeux verts émeraude, magnifique qui étincelait d’une perversité comme je n’avais jamais vu. Ces lèvres étaient ornées d’un rouge à lèvre classique mais qui allait parfaitement avec le reste.

Elle ne portait qu’un body noir à dentelle bleu et j’avais une vue incomparable sur sa poitrine qui semblait trop grosse pour le tissu qui l’enveloppait.
Je m’interrogeais sur son identité, elle me rappelait quelqu’un. Est-ce que je la connaissais.

Ces questions furent vite balayés par l’effet qu’elle me produisait car malgré sa masturbation lente et très sensuelle j’étais excité comme jamais, je gémissais sous ces caresses c’était divin, je relevais la tête au ciel, me cambrant comme je pouvais au vu de ma position et mobilité réduite.
Je sentais peu à peu le désir monté en moi, je feulais presque. Elle changea de positon et s’allongea entre mes cuisses ce qui m’offrit une jolie vue sur sa poitrine et je peux voir ces jambes gainée et les talons qui furent enfoncés dans mon corps.

Elle remit du gel et reprit son mouvement, cela dura plusieurs minutes durant lesquels je sentais son regard sur moi et elle se délectait de l’effet qu’elle me faisait. Elle jouait avec ces lèvres et sa langue me faisant croire qu’elle allait me prendre en bouche mais non.

Je sentis le plaisir arrivé, j’étais sur le point de jouir je gémissais de plus belle car elle accéléra et lorsqu’elle sentit ma jouissance arrivé elle se retira et je finis par jouir cependant mon sperme coula le long de mon sexe qui tressautait de plaisir, je gémissais et elle souriait fier d’avoir ruiné mon orgasme.

Je me sentais vidé, je commençais à avoir les yeux qui se fermaient je ne comprenais rien, je vis ma belle arriver devant moi et je n’ai pas pu voir son visage lorsqu’elle retira son masque, je sombrais dans un sommeil lourd

Je me réveillais plus tard, j’étais sur le ventre, je me relevais car mon sexe me faisait mal et je le vis maculé de sperme ainsi que le matelas
Mais qu’est ce qui s’est passé, est ce que j’ai rêvé ou était-ce vraiment arrivé….