Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 2 votes ):
Le match, tout les coups sont permis
(8.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Le match, tout les coups sont permis
(8.0 /10 )

Récit érotique écrit par Lilly Grasse.
Auteur femme.


Cette histoire de sexe a été affichée 9837 fois depuis sa publication.

sexe récit : Le match, tout les coups sont permis Publié sur HDS le 12-06-2017
Catégorie : A dormir debout
Histoire Réf : 26580-l2305

Titre : Le match, tout les coups sont permis
 

Le match, tout les coups sont permis

-- ATTENTION HISTOIRE FICTIVE POUR LECTEURS AVERTIS --

C'est lundi matin, le téléphone sonne, le patron de mon mari voulait que je passe impérativement dans son bureau.
A peine rentrée , il me somme de m'asseoir sur ce fauteuil, il a l'air énérvé mais moi j'ai l'air amusée.

"Que m'aviez vous administré? depuis que je suis sorti de chez vous , mon penis a perdu sa taille et sa fonction de male dominant ? Répondez moi immediatement avant que je vous brise vous et votre pisseux de mari !!!
"Bah, vaut mieux encore ça que du maxipiss , au moins c'est plus discret...non mais, vous ralez vraiment pour rien vous" lui répondi je avec désinvolture, et je rajoute :
"Allez y , portez pleinte , si vous voulez que le commissariat entier et une court de tribunal soit au courrant que vous avez un petit zizi impuissant, faite vous plaisir, ébruitez l'affaire , ça ne fera que des gens de plus a le savoir...sans parler de vos salariés qui auront des echos de cette honteuse affaire, pas trés glorieux tout ça..."

Il était médusé , completement en panique...et m'a demandé comment je m'y suis prise , toute fiére de moi , je lui explique que les hommes ont vraiment une bite a la place du cerveau, il suffisait juste que je me fasse lécher les seins dégoulinant de saké par Sophie devant lui pour qu'il prenne comme un con le verre deja versé sans réfléchir.

J'ai ajouté que malgrés tout , je pouvais lui donner l'antidote a moyen de 1 cachet par jour pour que son penis retrouvera de sa superbe d'ici un mois ou deux...alors c'etait vraiment pas malin d'etre mechant avec moi, la seule qui pouvait l'aider.

"Vous etes vraiment une incroyable salope vous...que voulez vous?"
"Mhh...que vous m'accompagnez dans les magazins pour m'offrir tout ce que je veux, shopping illimité, c'est vous qui chauffer la carte bleue et qui portez mes sachets...et d'ici la je trouverai encore des idées capricieuses, faites moi confiance et dans l'immediat a vous aussi j'ai envie de mettre une couche...ça m'excite de voir un homme en couche, mais bon, ça c'est pas un scoop."
Je me cachait même pas pour pouffer de rire... et j'ajoutais avec une énorme conviction...
"Vous n'avez vraiment pas une mentalité de vrai puissant en tout cas...bin oui, c'est quand même assez connu...les Grands tel que Ministres ou PDG aiment se faire humilié sécrétement par leur maitresse de confiance en tout intimité pour contre-balancer leur pouvoir histoire de retrouver un équilibre."
Je lui souriais avec une grande suffisance, bien fiére de moi.
"Allez mon bébé, c'est l'heure de mettre la couche"

Il se laissait allongé , même lui était chamboulé et ne savait plus quelle emotion avoir...je lui mettait le talc et la créme tout doucement , en lui mettant sa protection pour adulte incontinent je lui dit
"Tu verras comme c'est bon de mettre une couche, ça restera entre nous dans la plus stricte intimité, la preuve, j'ai fermé les stores et la clé a double tours...il se sent bien mon bébé dans sa couche en coton toute douce? tu verras, ça fait l'effet des carresses permanente sur tes parties intimes...il ne faut jamais essayer ça autrement on peut plus s'en passer."
Et je lui donnait le sein pour le récompenser "c'est bien, tu es sage" ...

Avant de partir, je lui demande de laisser mon mari tranquil car il n'a plus besoin de mettre des couches, donc les séances de nursing ne seront maintenant que pour le patron... et j'ai egalement exigé que Thomas avait besoin d'un mois de vacances pour se remettre de tout ça en Inde aux frais de l'entreprise ....
Si le boss n'etait pas d'accord, Thomas, qui n'est pas au courrant de ça , verra le film a son insu de la soirée ou il a fini avec un sexe de 4 centimétres devant moi et Sophie... il a été obligé de ceder.

Aprés avoir passé une semaine a faire tout mes caprices...enfin bref éclate totale , j'ai même été jusqu'a faire pipi sur son torse ,je l'ai maquillé aussi pour delirer... je me suis bien marré comme jamais.
Je sentais que quelquechose allait mal tourné... son penis avait deja attenit 10 centimétres et une erection molle commençait a se faire sentir. J'ai commencé a paniqué , car d'aprés mon cousin, il ne m'avait pas dit que les effets disparaissent aussi vite.
Quand je suis venue au bureau pour m'amuser avec lui, sa secrétaire m'a dit qu'il etait absent pour la journée... ouais, ça ça pue...

C'etait en soirée, j'etais chez moi et j'entendais la porte s'ouvrir avec des clés qui tournent dans la serrure...je pensais que c'etait Thomas qui rentrais deja de vacances mais non, c'etait le boss en personne... j'ai rien compris la! et franchement j'etais vraiment pas rassurée en le voyant débarquer chez moi, je commençait même a flipper.

"Comment vous avez fait pour avoir les clés?"
"C'etait simple ...il suffisait de demander a un de mes salarié de prendre le troussaut de clé dans son vestiaire pour aller en faire un double chez le serrurier en pleine journée de travail."

Il baissais un peu son pantalon pour me montrer son penis redevenu bien gros en erection avec un petit sourire sadique... il s'est avancé vers moi fiér et sur de lui.
"Fini de jouer , maintenant c'est moi qui reprends les commandes"
Je courrais dans tout l'appart' pour pas qu'il m'attrappe afin de m'enfermer au plus vite dans une piéce , mais j'ai pas réussi car il courrait plus vite que moi et il a fini par m'attrapper un bras.

J'etais éssoufflée mais ça m'empêchait pas de continuer a hurler.
Il m'agenouillait de force pour que je lui fasse une gaterie, je resistait du mieux que je pouvais mais ce n'etait pas la peine , j'ai fini par m'effondrer a genoux même si j'essayais de lutter de toutes mes forces jusqu'au debout.
"Espéce de garce, tu vas finir par comprendre que je suis ton maitre. Madame est seule a la maison, et le grand loup arrive ...je ne pouvais imaginer mieux comme scenario..." et il éclatait de rire comme un psychopathe!!!
J'avais son enorme penis collé face a mon visage et je me sentais completement piégée.
"Moi, rester impuissant ? Je n'en suis pas si sure que vous...j'ai de l'argent, des relations, en une semaine j'ai trouvé le contre poison... vous avez fait la betise de vous venter dans les details de votre plan... j'ai fini par comprendre d'ou venais le probleme ,petite idiotte , deja qu'il avais des doutes contre moi mais aprés cela, c'etait trés facile de me debarrasser des effets du medicament !
Il voulais que je le suçais a genoux et il m'a dit que c'etait que le commencement de la soirée...je bougeais ma tete de tout les cotés pour ne pas mettre sa bouche devant son sexe.

Il me porte ensuite comme un sac a patate jusqu'a la chambre, je lui donnais plein de gros coups de poings dans le dos , mais ça ne suffisait pas pour qu'il me lache par terre.
On est rentré dans la chambre, il me dirigait vers le lit et me jette voilemment dedans pour m'allonger de force ... je me débattais même si je savais que c'etait perdu d'avance, il a fini par réussir a m'attacher au lit sur le ventre avec des foulards et des bas nylon qui trainaient dans la piéce....
Il m'a mis un mouchoir chiffoné dans ma bouche pour que "j'arrete mes cris hysteriques" quand je me suis calmé , comprenant que ma resistance allait de toute evidence l'exciter encore plus, j'ai decidé d'ecouter ses instructions, de toute façons je n'avais pas le choix...

"Qu'on se comprenne bien ma jolie ,vous avez une énorme dette a me rembourser. Vous m'avez humilié comme personne n'a oser le faire et ne penser pas vous en tiré a aussi bon compte , petite peste ! "
Il en a profité que j'etais retourné sur le ventre pour me fesser et il jubilait de les voir rebondir sous l'effet des coups. Je dois avoué que ces fessées etaient bonnes : ni trop douce, ni trop forte, je me retenais de gemir pour ne pas lui faire ce plaisir mais mon sexe mouillé trahissait mon excitation. Il commençait a s'en appercevoir mais ne disait rien. Il glissait son doigt de haut en bas sur ma raie avant de mettre un doigt dans mon anus... "aie" j'ai repondu ... et il a vite compris que j'etais encore vierge de derriére.

Il est sorti de la chambre et m'a laissée seule attachée.Je l'ai entendu sortir de chez moi et ça m'a angoissé encore plus.
Il revient au bout d'une demie heure, il me détache pour me ré-attachée cette fois ci sur le dos et me dit

"Je sais que tu es capable de beaucoup de douceur , c'est ça qui me plait chez toi . Il me carresse toutes les parties du corps et j'ai vraiment fini par mouiller.
"Bon sang, qu'est ce que tu mouilles toi, j'ai souvent entendu que les grosses mouillent plus que la moyenne, tu ne contredit en rien cette légende urbaine... tu vas innondé le lit si ça continue"...il n'avait pas tord , il y avait une petite tache sur le drap house qui s'étendait de plus en plus"

Il était au dessus de moi en me tenant par les poignets avec son regard vraiment perçant et dominant qui me disait "je te tiens, je te monte dessus et tu es trop faible pour m'échapper"

Il commençait donc a me pénétrer trés virilement, tout en me fixant droit dans les yeux, je soutenais son regard comme une effrontée qui ne voulait rien baisser, façon de lui dire "je t'emmerde, tu m'impressionnes pas"
Aprés plusieurs vas et viens ,je tenais mes yeux fixés dans les siens tant bien que mal ...mon regard commençait a s'embué par le plaisir qu'il me procurait.
Il voyait que je commençait a plier même si je continuais a le regarder droit dans les yeux , il s'efforçait a me faire jouir encore plus pour que je craque. Mon regard devenait de moins en moins franc et effronté même si je le soutenait encore.
Je montait de plus en plus,je commençait a morde ma lévre, je ne tenais plus et tout d'un coup, mes yeux se sont retournés tout seul vers le haut et j'ai fini par les fermés m'abandonnant a la jouissance qu'il me procurait, mon corps de décrispait complétement, ma chatte s'ouvrait d'avantage et s"humidifiait encore plus, j'en foutait partout dans le lit.

Il me dit doucement a l'oreille "perdu ma belle, tu as vraiment une belle voix quand tu jouis ...tu verras je vais réussir a te remettre a ta place de femme" ...oh purée, il m'enervait mais il m'excitait en même temps, j'ai cru que je devenais folle en verité a ressentir deux choses en même temps aussi contradictoires.
Pour bien me montrer qu'il reprenait le dessus sur moi , il me disait "chut" sur un ton calme mais autoritaire en me mettant un doigt dans ma bouche en me disant "arrete de couiner comme un truie, suce mon index pour te calmer"
Quand il a éjaculé et déchargé toute son agressivité, il s'est allongé sur moi en soupirant quelques minutes.

Quand il est reparti, il m'a dit en me donnant une tape sur les fesses"n'empeche que je t'ai bien fait jouir comme une vraie cochonne" , "ta geule connard" lui ai je repondu.

Tout de suite je suis allée sur mon ordi pour consulter ma boite mail ,a ma grande panique, il n'y avait aucun message de Thomas mon mari alors je lui ai envoyé ceci :
"Catastrophe, ton connard de patron a trouvé un moyen foireux pour s'introduire chez nous. Reviens vite, j'ai peur, c'est un malade"

Aprés j'ai appellé Sophie ma meilleure amie, je suis directement tombée sur sa messagerie, normal, il etait presque 2heures du mat'
"Sophie, c'est moi, ça va pas , reponds moi aussi vite que tu peux ma cherie, j'ai trop besoin de te parler, je ne comprends même pas ce qui m'arrive".

Du lendemain elle m'envoit un message.
9h58: Je pense savoir que tu parles du patron... il m'a mis la trouille de ma vie. Je peux passer chez toi a 14 heures entre deux rendez vous?
10h00: Yep ma cherie, bon choix de l'heure, le psychopathe sera a son taf.

Sophie passe a l'heure convenue. Je vois qu'elle n'est pas comme d'habitude , elle a limite l'air traumatisée.

"Ca va?" lui ai je dit en lui carressant le bras.
"Il est malade ce mec. Figure toi qu'il m'a faite kidnappée a la sortie de mon institut."
"QUOI ???!!!"
"J'ai rien compris. Je sentais que quelqu'un me tirait par derriére, j'ai été mise de force dans un BMW , on a roulé assez longtemps... j'etais la seule nana avec trois gorilles que je n'ai jamais vu de ma vie, j'angoissait toute seule dans la voiture.
"Normal, je te comprend... rhan lala...
"Ils m'ont déposée chez lui et le patron m'obligeait a répondre a toutes ses questions, il voulait tout savoir de toi, tes fantasmes, tes multiples personalités , tes gouts, tout... je suis désolée, au debut j'ai essayé de lui mentir , pour brouiller les pistes , mais il est super intelligent...quand il a compris que je l'embrouillait ... (elle s'est mise a pleuré)
Je la prend dans mes bras en lui disant que j'etais vraiment désolée de l'avoir mélée a tout ça et je ne pensais pas qu'il allait la trouvée aussi facilement une fois seule.
Aprés elle me dit:
" Non mais la Lilly, tu vas vraiment me tuer la...j'ai du lui avouer un truc que je sais sur toi ...
"Bah, pas grave , que je fantasme sur les obèses a trés grosse poitrine ? que je kifferait téter une grosse qui allaite? oui, bon ça c'est pas grave qu'il sache que je fais une obession sur les enormes poitrines ou que je me transforme en petit chaton des qu'une femme m'offre ses gros lolos... c'est pas nouveau.
"Heu.. non, pas tout a fait... enfin si, ça je lui ai avoué aussi mais je ne pensais pas a ça...
" Ha nan, Sophie, ne me dit pas que tu lui a revelé mon fantasme secret...le fantasme embarrassant la..." (je commençait a rougir)
"Te taper un dominateur d'experience mais assez soft quand même ,vu ton ego surdimentionné ,qui te met a 4 pattes pour t'obliger a manger un gateau plein de créme et qui te mette une raffalle de fessées si tu finis pas tout...qui claque de ses doigts pour que tu t'egenouilles pour lui faire une pipe...qui te taquine sur ton poids durant les preliminaires...qui te traite de grosse vache en te prenant fermement par tes hanches larges de toutes ses mains en pleine levrette...qu'il garde tout ses vetements en ne sortant que son sexe pour te penetrer alors que tu es nue sur le lit...qu'il...
"Sophie arretes, merci je connais mes fantasmes...oh purée, je suis officiellement dans la merde la... c'est hyper dangereux de jouer a ça avec un mec pour cela que ce sont des fantasmes a ne jamais mettre vraiment en scéne... c'est connu on leur donne le doigt ils prennent le bras, ils vont toujours de plus en plus loin des qu'on commence un peu...pour ça que j'evite de fréquenter des mecs comme ça même si de toute évidence, c'est les meilleurs coups... ils se servent de leur force virile non pas pour nous protéger mais pour nous detruire... c'est pas rassurant un dominateur, c'est écrasant, oppressant et je ne supporte pas qu'on le prenne pour une pauvre merde."

Et je fait les cent pas dans mon salon en agitant mes bras , en pleine panique.
Je ne lui en voulait pas a Sophie, a sa place et avec son caractére, j'aurais fini par tout lacher aussi. Elle me quitte car ses clientes l'attendaient.

J'ai passé une semaine a vivre trés ambivalente avec lui, il n'y avait que des paradoxes...et Sophie avait raison, il mettait en scéne tout mes fantasme mais c'etait bizarre, j'etais sa princesse mais en meme temps son esclave sexuelle , il m'excitait mais il m'enervait...trop bizarre ces paradoxes , j'en avait même mal a la tete si je pensais trop a ça...

Thomas mon mari a fini par rentrer de "vacances", mais il etait en fait en Suisse pour se trouver un nouveau job et un nouvel appart' afin de m'eloigner de son patron. Des que je le vois, je le prends dans mes bras, il me répond
"Allez ma cherie, dépeche toi on y va, ne perds pas de temps, fait un sac"
"Non mais attends, j'etais pas prevenue, y'a encore toutes mes fringues la...
" Prends tes préférées mais fait vite...et ça te fera une excuse en or pour devaliser les magasins" avec un clin d'oeil.

Soudain le patron rentre avec ses clés, presque comme d'habitude depuis un petit moment... les deux hommes se fixaient du regard dans le salon, je sentais l'electricité dans l'air avec une ambiance lourde , limite oppressante .
Sans prevenir , Thomas lui décolle une droite en plein visage, l'autre est tombé a la renverse, j'en profitait qu'ils se battaient pour reprendre les clés du patron discrétement car il avait pour rituel de laisser "ses" clés sur le petit meuble de l'entrée.
Thomas a été gagnant d'un tournois de boxe ammateur quand je l'ai connu, j'avais accomagné un de mes potes et c'est comme ça qu'on s'etait rencontrés. Il me disait que j'etais "sa poupée du bronx" car on ne venait pas du tout du même milieu.

Au bout de plusieurs jours, tout semblait rentrer dans l'ordre, nous avons fait changé les serrures pour pouvoir déménager tranquillement, mis l'appartement en vente, Thomas m'a mise a l'abris dans un hotel pas loin de mon ancien quartier afin d'etre sure que le patron n'allait pas me retrouver le temps de regler les formalités administratives.
Nous sommes partis pour la Suisse , en etant dans la voiture, j'ai blémi en lisant un SMS envoyé par le patron

"Bonjour ma chére, ne vous etonnez pas d'avoir des nausées matinales dans les semaines a venir... je serai pret a assumer l'education de notre enfant, comme ça vous cesserez de penser que les hommes ne sont que des monstres. Bien a vous, un pére comblé."