Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Sabine et Mickaël 2/3
(9.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Sabine et Mickaël 2/3
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Alès.
Auteur homme.
thucy86gmailcom

Cette histoire de sexe a été affichée 1519 fois depuis sa publication.

sexe récit : Sabine et Mickaël 2/3 Publié sur HDS le 26-06-2017
Catégorie : Fétichisme
Histoire Réf : 26681-a2426

Titre : Sabine et Mickaël 2/3
 

Sabine et Mickaël 2/3

Le week-end suivant les amoureux se retrouvaient chez Mickaël dont les parents étaient absents. Ensemble ils avaient préparés une généreuse pizza à la viande hachée comme Sabine aimait, Mickaël qui avait apprit à cuisiner pour son fantasme, préparait une tarte au citron meringuée, aussi grande que la pizza. Sabine se régalait, et après avoir mangée dans les bras de Mickaël qui lui caressait le ventre, Sabine excitée par les caresses de son homme, lui demandais de prendre les parts de tarte et de lui apporter jusqu’à la bouche ce qui lui permettait avec ses mains libres de caresser les bras, les cuisses et le visage de son compagnon. Une fois la tarte fini, Mickaël partait se laver les mains et quand il revient s’arrêtait devant Sabine toujours assise, alors la main de la jeune fille caresse les jambes du jeunes homme avant de se poser son son sexe, qui se gonflait sous l’effet de ces mains. Alors Sabine défait le jean qui tombe aux pieds de Mickaël, descendais son boxer et ayant fait dans la semaine le test du SIDA avec lui, elle prenait en bouche la queue de Mickaël fièrement dressée. Déjà à l’aise le week-end dernier, Sabine avait pris de l’assurance dans ses mouvements. Mickaël poussait des soupirs de plaisirs et sentait qu’il n’allait pas tenir longtemps. Sabine le sentait aussi, alors pour prolonger le plaisir, elle se retirait, se déshabillait et laissait Mickaël venir embrasser son corps jusqu’à sa caverne aux plaisirs. Elle aussi n’était pas loin de venir, et comme elle, Mickaël décidait de se retirer juste avant l’orgasme, pour la prendre couchée sur le dos. Il aimait cette position elle lui permettait d’admirer le corps de sa partenaire. Il aimait voir ce corps rond ces jolis seins lourds se balancer, et se disait en rêvant que bientôt ils seraient plus gros encore. L’orgasme qui arrivait tous les deux le sentaient allait être puissant. Leur envies contenues pendant une semaine, il ne s’en était pas fallu de beaucoup pour qu’ils jouissent quelques minutes plus tôt. Sabine n’en pouvait plus, une semaine sans la bite de son homme, elle jouissait, l’instant d’après Mickaël se lâchait et répandait son sperme dans l’antre de son amante. C’était la première fois qu’ils faisaient l’amour sans préservatif et tous les deux étaient heureux de pouvoir se passer de ce bout de caoutchouc et de sentir le sexe de l’autre. Sabine sentait ses sensations décuplées et prenait un pied fabuleux. Sabine et Mickaël allaient refaire deux fois l’amour dans la nuit. Tous les deux y prenaient toujours le même plaisir. Et Mickaël sentait bien qu’il était en train de tomber amoureux de Sabine. Il ne savait pas pourquoi, mais son coeur était en train de fondre pour la jolie Sabine.
Le lendemain, après un copieux petit déjeuner, Sabine et Mickaël préparait le repas fait de hamburgers et d’une tarte au chocolat. Sabine mange cinq hamburgers et la tarte. Après le repas, les jeunes gens font une sieste en amoureux, blottis dans les bras l’un de l’autre.

Les semaines passaient, et dès que les parents de l’un ou l’autres s’absentaient, les amoureux en profitaient pour squatter. Sabine avait fêter ses 18 ans et révélé à ses parents ce qu’elle avait accepté par amour. Les parents de la jeune fille l’avaient mal pris, mais ils ne l’avaient pas mis à la porte, sachant bien que s’ils le faisaient elle irait directement chez Mickaël, chez eux ils pouvaient avoir un oeil sur elle. Pour compenser les week-end, la mère de Sabine ne faisait plus que des légumes verts. Même si elle savait que c’était vain elle tentait de compenser les kilos que sa fille prenait le week-end. Trois mois après avoir acceptée de grossir Sabine avait pris 10 kilos. Au lycée les autres se moquaient d’elle comme jamais, la traitaient de vache, de truie, d’éléphant, d’hippopotame, … . Mais elle s’en moquait. Elle assumait sa prise de poids. Elle revendiquait même son acte en disant aux autres « Au moins je ne suis pas comme vous. Vous vous ressemblez tous. ». Elle ne savait pas si c’était lié à sa prise de poids, mais sa libido déjà forte s’en trouvait décuplée. Et celle de Mickaël aussi à voir comme il bandait quand ils étaient ensemble. C’est-à-dire une bonne partie de leurs temps. Les week-ends où ses parents étaient absents Mickaël prévoyait toujours des petits jeux qu’il avait vu sur Internet, les plus connus étaient le tuyau et les menottes. Assise attachée par des menottes au lit de Mickaël, Sabine laissait Mickaël la nourrir avec tout ce qu’il avait préparé, quitte parfois à la forcer un peu quand elle n’en pouvait plus. Le jeu de tuyau consistait en cela, Sabine assise sur le lit prenait dans sa main un tuyau qu’elle mettait dans sa bouche et Mickaël debout y versait tout ce qu’il pouvait de liquide, soda, milk-shake, glace fondue, coulis de chocolat, … . De ces jeux celui du tuyau était celui qu’elle aimait le plus, Mickaël la gavait véritablement. Elle aimait être gavée de cette manière. Elle ne prenait pas beaucoup de poids parce qu’en général c’était du liquide qu’elle avalait, mais cela avait un effet immédiat sur son ventre qui grossissait à vue d’oeil, ce qui les excitaient profondément l’un et l’autre. Plus Sabine grossissait et plus Mickaël la trouvait sexy et avait envie de lui faire l’amour.

Sabine et Mickaël n’avaient pas eurent leur bac mais ils s’en fichaient, tout comme les parents de Mickaël chez lesquels Sabine avaient finie par venir s’installer. Alors parce qu’il fallait gagner de l’argent pour nourrir Sabine, Mickaël s’était fait embaucher comme menuisier par l’entreprise de son père. Sabine se voyait refuser tous les emplois où elle postulait en raison de ses 100 kilos passés. Au bout d’une dizaines de refus Sabine avait finie par arrêter de postuler aux différentes offres d’emplois qu’elle trouvait. Car même les supermarchés ne voulaient pas d’elle comme caissière. Sabine ne savait plus quoi faire, quand en surfant sur les pages des BBW que lui avait montré son compagnon, une idée se faisait jour dans son esprit. Pourquoi elle ne posterait pas des photos d’elle en tenue sexy. En échange de ses photos et vidéos ses fans paieraient, comme Penny Lane, Mara Jane, .… Elle devait en parler à Mickaël. Mickaël était emballé par l’idée. L’idée que des gens allaient payer pour voir sa copine grossir lui plaisait. Il était heureux que d’autres puissent l’admirer, bander et se faire plaisir en la regardant, surtout s’ils payaient.

Cela faisait maintenant 1 an que Mickaël et Sabine étaient ensemble. Cela faisait presque 1 an que la jeune fille grossissait. Sabine pesait désormais 135 kilos. Il ne lui restait plus que 10 kilos à prendre. C’était l’affaire d’un mois. Elle variait son alimentation, mais chaque jour elle mangeait un grand bol de céréales, le midi, elle continuait à manger comme chez ses parents mais elle avait doublée les quantité. Et lorsqu’elle mangeait pizza ou McDo c’était deux pizzas géantes qu’elle mangeait, avec un litre d’Ice Tea. Mc Do c’était trois hamburgers et une boite de 20 nuggets. Elle semblait ne plus avoir de limite. Souvent Mickaël quand elle mangeait pizza ou McDo la nourrissait. Il s’installait derrière ou devant elle et tout en lui donnant à manger lui caressait le ventre, les cuisses, les seins, il bandait comme un âne. Sabine le voyait bander et voir le désir que son compagnon avait pour son corps la faisait mouiller. Chaque fois dès qu’il avait finit de la nourrir Mickaël faisait l’amour à Sabine. Lorsqu’elle prenait sa queue entre ses seins il ne la voyait plus tellement les seins de Sabine avaient grossis. Et lorsqu’elle se couchait sur le dos il voyait son ventre et ses seins remuer dans tous les sens, il se disait « Qu’est-ce que j’aime ça ». Sabine aimait elle aussi se caresser, le ventre et les seins. Quand il y’a un an elle avait accepté de grossir et de devenir une SSBBW pour son copain, elle ne pensait pas qu’elle y arriverait. Elle ne pensait surtout pas qu’elle arriverait à engloutir d’aussi grande quantité. Elle ne pensait pas non plus qu’elle éprouverait un vrai plaisir à grossir comme cela. Surtout elle se sentait bien dans sa peau. Et contrairement à ce qu’elle aurait put craindre son amour pour Mickaël n’était pas éphémère, mais fort. Mickaël qui au début n’avait pas semblé plus amoureux que ça d’elle, était réellement tombé amoureux d’elle et éprouvais un profond attachement à Sabine. Non seulement grâce à elle il pouvait enfin réaliser son fantasme, mais aussi Sabine lui avait apporté la joie de vivre, l’attention et la douceur dont il avait besoin. En échange il avait apporté à sa copine, la confiance. Sabine manquait cruellement de confiance en elle avant sa rencontre avec Mickaël. Maintenant c’était fini elle avait pleinement confiance en ce qu’elle faisait. Les remarques sur son poids ou sa volonté de grossir, elle s’en fichait complètement, elle savait que ça ne lui posait aucun problèmes. Et que le jour où ça deviendrait un problème elle arrêterait avec l’accord de Mickaël.

Elle n’avait eut aucun problème de santé durant cette année et semblait pouvoir grossir encore. Les vergetures parsemaient son ventre, ses cuisses et même ses bras. Mais elle était heureuse. Son poids la gênait certes, mais cela restait acceptable. Surtout Mickaël et elle faisaient l’amour tous les soirs. Ils s’aimaient à la folie, Mickaël la trouvait désirable comme jamais, avec son ventre qui commençait à retomber, ses vergetures, ses seins devenus tout aussi énormes que son ventre. Elle était passée d’un joli D, à un magnifique M. Ce qui lui posait problème, dans le sens où elle avait un mal fou à trouver des soutiens-gorges à sa taille.