Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
La punition des exhibitionnistes
(9.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
La punition des exhibitionnistes
(10.0 /10 )

Récit érotique écrit par Olive.
Auteur homme.
l-billhotmailfr

Cette histoire de sexe a été affichée 4305 fois depuis sa publication.

sexe récit : La punition des exhibitionnistes Publié sur HDS le 08-08-2017
Catégorie : Plus on est
Histoire Réf : 27032-o341

Titre : La punition des exhibitionnistes
 

La punition des exhibitionnistes

C’était un soir d’été, nous avions déjà bien chaud ma femme et moi.
Des idées nous trottaient en tête et trouvèrent concrétisation dans le trajet qui nous ramenait de la plage.
Cela faisait déjà quelques kilomètres qu’Elo co-conduisait la voiture à l’aide de mon levier de vitesse intime et que je fouillais son petit puit d’amour en alternance avec des caresses sur ses seins que j’avais dénudé. Ceci n’avait d’ailleurs pas échappé à quelques routiers qui nous l’avaient fait savoir. Mais bon, bien que légèrement exhibitionnistes, nous ne sommes pas partageurs, aussi c’est une fois que nous eûmes mis de la distance entre eux et nous que nous décidâmes de nous arrêter sur une aire d’autoroute où nous avions nos habitudes de gentilles exhibitions.
En effet celle-ci est bien conçue et il faut vraiment avoir quelque chose de bien précis à faire pour effectuer ce grand contournement et quasiment s’engager dans le sous-bois bien loin du bloc sanitaire.
Je coupe le contact et incite Elo à se pencher plus avant sur l’objet de son désir, en profitant pour relever sa robe et caresser sa croupe diabolique. Ce qui est excitant sur cette partie de l’aire de repos c’est qu’il n’y a pas de lumière à l’extérieur, aussi la moindre lumière dans l’habitacle met en évidence ce qui s’y passe alors qu’on ne voit pas forcément ce qui se passe dehors.
Ce n’était pas la première fois que nous nous prêtions à ces jeux et, si nous n’avions jamais formellement vu qui se trouvait derrière la fenêtre et les portières bien closes, nous avions bien entendu quelques grognements qui nous laissaient à penser que des bêtes sauvages trainaient dans le coin. Du genre à dire des « ohhhh la saloppe » et à tartiner la vitre d’Elo de bon sperme bien chaud.
Reprenons : Elo est à genoux sur son siège, croupe vers la fenêtre et seins à l’air tournés vers moi, en train de me lécher délicatement le bout du gland, avant de m’enfourner en entier dans sa tendre gorge que j’aime tant.
Je la doigte obligeamment, ne souhaitant la laisser démunie quand le plaisir sera venu, d’autant que je sens que ça bouge à l’extérieur et qu’il semble que nous intéressions quelque hardi promeneur qui doit bien se rincer l’œil.
Quand tout d’un coup un flash ! Oh l’enculé ! Il rompt les codes de discrétion qui président à des moments partagés entre couples coquins et voyeurs délicats : il photographie le cul de ma femme.
D’un bond je sors du véhicule furax (après être sorti de la bouche d’Elo), prêt à lui faire effacer ses photos, quand juste au moment où je sors on me fait tourner sur moi-même et on me colle le front contre mon SUV : « attentat à la pudeur sur une aire d’autoroute fréquentée par des enfants, ça va vous coûter cher mon vieux ! »….la douche froide !
Je vois que de l’autre côté un autre gendarme a fait sortir Elo (et oui, j’ai déverrouillé toutes les portes en sortant comme un con), toujours seins nus, et la place dans la même position que moi sans qu’elle ait put se rajuster.
« on nous avait signalé votre présence, heureusement qu’il y a encore des gens pour qui la morale compte ! Allez, suivez nous jusqu’au camion on va dresser le procès-verbal »
Ce faisant ils nous réunissent, toujours à moitié nus, ce que je leur signifie : « mais enfin, laissez nous nous rhabiller au moins ! »
« Pas question : flagrant délit, on ne touche pas aux éléments de preuve tant que la procédure n’est pas enregistrée. »
Elo est en panique, mi nue devant ces mastards, mais à la fois rassurée car ce sont des flics.
« T’inquiète chérie, on risque pas grand-chose »
« Silence ! » m’intime sévèrement le gradé, et ils nous asseyent face à face sur les banquettes du camion, Elo du côté des gendarmes et moi de l’autre.
Il saisit alors la radio de son véhicule : « unité 2 pour maraudeurs : on a intercepté un couple d’exhibitionniste au PK 114, on applique la procédure standard. Ok bien reçu maraudeurs »
« Allez on commence : noms, prénoms, professions…ah ? ah ben c’est du propre ! »
L’humiliation est sévère, je commence à flipper sérieusement mais je tente de n’en rien montrer à Elo pour ne pas la paniquer.
Pour me sortir de ma peur je la regarde et me rends compte de la situation : assise craintive les mains dans le dos, ses seins provoquants en avant et sa jupe d’été remontant largement sur ses cuisses, elle est d’une sensualité absolue. Ma grosse bite qui était devenue vermicelle reprend un peu d’allure devant cette scène surréaliste : nus immobilisés face à des gendarmes zélés sous la faible lumière du plafonnier du trafic !
Elle répond patiemment aux questions du gradé pendant que son sous fifre nous regarde alternativement, il remarque mon début de résurrection et reste impassible même s’il me semble entrapercevoir un sourire discret sur ses lèvres.
« Alors, les faits : à hauteur du point kilométrique n°114, nous nous rendons sur l’aire sur indication de témoins bienveillants qui etc…
Nous y trouvons effectivement à l’intérieur de type SUV de marque Renault un couple en pleins ébats sexuels peu recommandés pour des enfants. Elo baisse la tête…
Alors que le monsieur est déboutonné exhibant un sexe de taille - euh Roger de quelle taille ? Moyenne chef dit ce dernier en me voyant reprendre de la vigueur – nous, brigadiers dûment assermentés constatons également l’état de quasi nudité de sa compagne : en effet, celle-ci arbore une poitrine - comment la poitrine Roger ? je dirais un 90B chef en regardant et soupesant un des seins d’Elo d’une de ses mains ! »
« Eh !! Faut pas vous gêner dis-je ! »
« Attention mon p’tit gars, l’outrage n’est pas loin, je vous conseille de nous laisser faire notre travail, on sait ce que l’on fait ! »
Je baisse la tête à mon tour, entendant alors la conversation reprendre :
« Tu m’as dit quoi pour la taille de la poitrine, Roger ? Euh attendez chef – et cette fois d’empoigner carrément les deux seins d’Elo de ses grosses mains, de les soupeser voire même de les malaxer légèrement : 90B chef, à n’en pas douter, ils ont une bonne tenue » dit-il en les relâchant enfin.
Elo est tétanisée, ne dit pas un mot, je crois même l’avoir vue frémir légèrement, probablement de peur.
« Ensuite, les tétons ? Je jette un œil sur les tétons d’Elo, il ne va quand même pas faire ça ? Si : le gendarme attrape alors directement les deux tétons d’Elo entre ses doigts, aidé en cela il faut dire par leur érection naissante, probablement le froid ?
Il les fait rouler entre ses doigts de manière parfaitement symétrique, d’abord doucement puis plus franchement, finissant par tirer franchement dessus !
J’entends Elo pousser un petit cri et m’apprête à intervenir, mais je ne suis plus sûr que celui-ci fut de douleur : après le cri vient un soupir et je vois les jambes d’Elo s’écarter sans qu’elle s’en aperçoive.
Le brigadier lui s’en est visiblement aperçu, son pantalon règlementaire étant sensiblement déformé là où vous pensez.
« Suffit Roger, n’abîme pas les preuves, alors ces tétons ? »
« Doux et fermes à la fois chef, bien bandés, on pourrait crever l’œil d’un curé avec ça ! On dirait que ça excite Madame de s’exhiber sur les autoroutes ! »
« Elle en subira les conséquences ! »
Cette menace qui avait clairement fait flipper Elo tout à l’heure ne semble plus avoir le même effet sur elle : elle me regarde par en dessous, son regard brillant bien trop pour quelqu’un qui a peur de la sanction judiciaire…
De mon côté que la situation la situation devient intenable : un mec, sous prétexte de vérifications administratives, pelote ma femme devant moi, et au lieu d’être en colère je suis en érection ! Pour le dire plus clairement j’ai une gaule d’enfer qui n’a pas pu échapper à Elo. J’ai la queue tremblante, une envie furieuse de me branler mais mes mains sont toujours attachées dans mon dos.
« Bien, on n’a pas vu que ça Roger ? »
« Non chef, moi j’ai bien vu son sexe à cette dame, et si je l’ai vu tout le monde aurait pu le voir ! »
« Ok, description de l’objet du délit Roger, tel qu’on l’a vu en situation dans sa voiture ».
« Bien chef ! », et de relever Elo, de la faire mettre à 4 pattes sur la banquette, cul tourné vers son supérieur. Celle-ci ne résiste pas le moins du monde et prend d’elle-même l’exacte pose que celle dans laquelle ils nous ont trouvé, tête vers le bas comme si elle suçait ma bite.
« J’écoute Roger »
« Oui chef »: en écartant les fesses d’Elo. « On est en présence d’une chatte typiquement moderne chef, épilée à 80 %, il ne reste qu’un petit duvet sur le pubis (dit-il en passant sa main dessus, ce qui fait frissonner Elo), le reste est bien dégagé. On dirait qu’elle est assez humide chef ».
« Précise Roger, la procédure ne souffre pas d’à peu près : mouillée ou pas ? »
Le gendarme entre alors, devant mes yeux médusés, deux doigts dans la chatte d’Elo, qui pousse un profond soupir, et il entame quelques va et viens.
« Attendez chef, je vous précise. »
« Vas-y Roger, applique toi, tu sais que je suis à cheval sur la procédure ! »
« Je vérifie partout chef » et de tourner ses doigts à l’intérieur d’Elo pendant qu’il les fait aller et venir.
« Chef je vous confirme elle est mouillée, et même, pour être plus précis, elle est trempée ! »
Le brigadier observe encore un instant son subordonné doigter ma femme, faisant mine de taper son « rapport ». Prise dans le sien, Elo commence à couiner et à aller vers les doigts du gendarme. Mon érection est douloureuse.
« Ok Roger, on a assez d’éléments de contexte, on va passer à la reconstitution, rassieds la dame ! »
Hein, quoi, la quoi ?
« Roger tu fais le monsieur, moi je fais les victimes ».
« Ok chef » et de s’assoir à hauteur de la tête d’Elo, après lui avoir délié les mains.
« Alors, comment ça s’est passé ? Monsieur vous nous dites et Madame nous démontre… »
Donc là clairement, je dois dire au type ce qu’Elo m’a fait, et elle doit lui refaire à lui ?? C’est d’une perversion ! Ca veut dire que je vais « ordonner » à ma femme de sucer un autre ???
« Euh, je…euh… »
« Soyez précis Monsieur, on ne comprend rien ! »
« Euh, on roulait sur l’autoroute et… »
Le gendarme fait mine de tenir un volant
« …et ma femme avait laissé sa main trainer sur ma jambe »
Sans attendre le moindre ordre, Elo dépose sa main sur la jambe du flic qui commence à bander
« et, euh….elle m’a caressé la jambe, puis le sexe par-dessus mon pantalon »
Là je viens de donner l’accord à Elo pour qu’elle caresse le gars, mais je crois qu’elle n’en avait pas besoin, sa main ayant quasiment anticipé ma phrase : je la vois ainsi poser sa main sur la bosse formée sur le pantalon du flic, j’ai du sperme qui commence à s’échapper doucement de mon gland : je jouis doucement, sans me toucher, pas par saccades puisque je ne l’aide pas, mais du sperme coule de mon bout….
« Et ensuite ? »
« Ensuite, euh, ben moi j’étais excité… »
« ça t’excite Roger ? «
« Oui chef ! »
« Alors je lui ai dit qu’elle m’excitait et que pour que ce soit plus commode elle pouvait sortir mon sexe de mon pantalon »
« Tu m’excites chérie, sors ma queue » dit le flic à Elo
Ce moment est surréaliste, on dirait que c’est moi qui me fais caresser alors que ma queue m’en fait mal de ne pas l’être, et en plus c’est moi qui donne les directives !!
Alors Elo tire doucement sur la braguette de l’uniforme règlementaire et apparait une queue de belle taille, encore enfermée dans le caleçon. Elo regarde le flic dans les yeux
« Sors ma queue chérie je t’ai dit ! »
Alors Elo obtempère et va chercher l’animal sous le tissu. Elle sort un engin encore calotté, assez long mais surtout épais. Et me regarde : que vais-je lui dire de faire maintenant ?
« et, euh….elle a commencé à me branler doucement avec une main…. »
Alors Elo commence à faire aller et venir sa main sur la verge de cet encore inconnu il y a une demi heure, devant mes yeux fascinés par le spectacle. Lentement elle tire de plus en plus vers la base de l’engin et finit par mettre à jour un gros gland violacé. Une fois ceci fait, elle commence à accélérer son mouvement, sa main prenant à chaque fois toute la mesure du sexe du flic.
Comme un automate, et vu qu’il y a la place, je m’entends dire
« et puis l’autre main…. » ce qui est une légère déformation de la réalité : sur la mienne y’a pas la place pour deux mains. Comprenant ce qui est en train de se passer dans ma tête, Elo se tourne vers moi et me souris. Elle adresse un petit baiser à ma queue en pleine érection, avant de se tourner et de mettre sa deuxième main sur la bite du flic.
Celui-ci se cale alors dos contre la banquette, je suis le mouvement :
« alors on s’est arrêté parce que je ne pouvais plus conduire… »
« Et c’est là qu’elle s’est mise à genoux sur le siège passager ? » dit le chef que j’avais momentanément oublié. Me retournant vers lui, je m’aperçois qu’il a sorti sa bite de son falzar et se touche doucement devant le spectacle.
« euh…oui, c’est ça, et elle…..m’a pris dans sa bouche ! »
C’est bien moi qui ai dit ça ??
Alors Elo se met à genoux sur la banquette, la chatte sous le nez du chef, elle y passe d’ailleurs nerveusement sa main, comme pour se soulager d’une trop grande tension, et attrape la queue du flic qu’elle commence à laper consciencieusement, avant de l’engloutir, tout au moins la partie qu’elle peut.
Le chef observe consciencieusement la chatte qui danse devant ses yeux et lance à son acolyte :
« Ouvre la fenêtre Roger »
Ce dernier, qui commence à perdre un peu pied avec la pipe d’Elo, comprend néanmoins le message et fait mine de déverrouiller la fenêtre côté conducteur : « dzzzzzz ».
« Le problème avec ces inconscients d’exhibitionnistes, c’est qu’il ne se rendent pas compte du danger qu’ils encourent : ils ne savent pas sur qui ils peuvent tomber pendant leurs pratiques déviantes ».
Il se lève alors et ni une ni deux il enfile Elo directement, bien au fond !
Surprise et jouissant d’excitation, celle-ci pousse un grand « oui !! »
« imaginez ce qui peut se produire quand on fait ce que vous faites ainsi, vous pourriez vous faire violer, heureusement que les forces de l’ordre sont là ! », tout cela en étant bien au fond.
« allez, répétez après moi : je/ne /dois/pas/sucer/mon/mari/sur/l’aire/de/repos » et à chaque mot un va et vient, et il revient taper au fond du sexe d’Elo.
Alors Elo essaie de répéter, mais la grosse queue du flic l’en empêche :
« ve/ne/goit/pa/fufer…. » et à au dernier mot elle jouit comme je ne l’ai jamais vu jouir : « repoooooooohhhhhhhhhh oui ! oui ! oui !
Le chef en profite pour lui claquer les fesses à coup de violentes gifles, une punition bien méritée….
« et encore là ce n’est rien dit-il : imaginez qu’ils soient plusieurs et que votre mari ne puisse vous défendre » me désignant toujours entravé avec du sperme qui coule en continu de ma bite surtendue : « Roger ! »
Tel un manège bien réglé, le gendarme s’allonge par terre à mes pieds, embarquant Elo et l’installant à califourchon au-dessus de lui. Dans la manœuvre j’ai eu le temps de croiser son regard, que je ne reconnais pas : on dirait une bête, affairée à son seul plaisir, qu’importent les conséquences…
« Car il y en a qui ont des pratiques bizarres » continue le chef en s’installant derrière Elo.
Il me jette un coup d’œil, constate mon état et en profite en attrapant un peu de mon sperme qu’il étale sur le petit trou d’Elo qui a déjà repris ses allées et venues sur la bite du sbire.
Sa main m’électrise, je crois qu’une mouche qui passerait à côté de ma bite congestionnée m’électriserait aussi d’ailleurs, j’en ai quelques saccades de sperme qui s’échappent de manière convulsive.
Le voilà qui tartine le trou d’Elo, y rentrant un puis deux doigts. Heureusement, sa bite est moins large que son collègue, mais plus longue. Elo va la sentir passer de toutes manières !
Elo rue maintenant du cul sur le gendarme, le chef la stoppe d’une gifle sur ses fesses : « suffit ! ». Elle ne bouge plus.
Puis il colle son gland sur la rosette d’Elo qui, sans être opposée à ces petits jeux n’en est pas non plus une afficionada, et s’enfonce lentement, mais sans s’arrêter.
Elo ne bouge toujours pas, elle respire fort.
« « Allez en avant cochonne ! » lui lance-t-il alors.
Et Elo se remet en mouvement de plus en plus fort, embrassant goulument le gendarme entre deux cris. Si nous avons déjà joué avec des godes, c’est sa première vraie fois avec des bites bien réelles, et cela semble complètement la transporter. Je ne la reconnais plus : elle n’a plus de limite et après les mouvements d’une rare violence de son bassin, les mots arrivent : « oh oui punissez-moi, je n’ai pas été sage, fouettez-moi encore avec votre verge ! »
Je suis fasciné par le spectacle, le chef m’adresse un clin d’œil tout en défonçant le cul de ma femme…puis il attrape ma bite et me branle énergiquement ! Devant ce geste inattendu et sous la pression de l’excitation, je lâche tout ce qui me restait à l’intérieur sur sa main qu’il s’empresse de mettre devant la bouche d’Elo qui lape comme une bonne chienne.
Elle sait donc désormais que j’ai joui en la voyant se faire « violer » devant moi.
« Allez Roger on termine, ils doivent nettoyer leurs saletés maintenant ! »
Le gendarme dégage Elo et l’installe à côté de moi sur la banquette et les voilà tous deux en train de se palucher devant nous avec la perspective de se finir vraisemblablement.
Elo est toute rouge, fascinée pr le mouvement des mains, ne me voit pas.
« Prêt Roger ? »
« Prêt chef ! »
Alors tous deux avancent d’un pas, la bite à la main, prêts à juter.
Sauf que le chef est en face de moi ai-je à peine le temps de me rendre compte avant de prendre une première giclée de sperme chaud en pleine figure, tandis qu’Elo subit le même traitement à côté de moi.
Elo a instinctivement reposé sa main sur ma bite et me masturbe à une vitesse effrénée pendant que les deux flics se terminent sur nous.
J’ai du sperme plein les yeux, je ne vois plus rien mais je jouis encore sous les mains d’Elo et l’excitation de ce moment d’une rare perversité, pendant que j’entends Elo à côté dire « oui, donne-moi tout ! »

Alors que la tension retombe à peine j’entends un bruit de moteur et un léger coup de sirène, puis 3 portes qui claquent.
« Bonsoir maraudeur, nous venons au renfort comme promis, où sont les individus ? »
« juste ici, ils viennent à peine de finir la première partie de leur leçon » répond le chef.
A suivre…