Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Le Comte perd du terrain...
(10.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Le Comte perd du terrain...
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Lilly Grasse.
Auteur femme.


Cette histoire de sexe a été affichée 1575 fois depuis sa publication.

sexe récit : Le Comte perd du terrain... Publié sur HDS le 12-08-2017
Catégorie : Dominants et dominés
Histoire Réf : 27071-l2339

Titre : Le Comte perd du terrain...
 

Le Comte perd du terrain...

Le Comte perd du terrain...

Résumé :
XXXXXX a vraiment eu l'idée du siècle en organisant cette veritable mascarade.
Ce fut un sacré coup de genie , si excellent même que j'ai pu continuer à être sa maitresse à la barbe et au nez de tout le monde...
J'allais même jusqu'a dormir chez lui au chateau...toutes les nuits même...!
Le mieux dans tout ça: il a également réussi a couper court à toutes ces rumeurs d'adultére pourtant effectives ... ouais, ça c'était trop fort mec !..
Enfin, pas tant que ça en fait car son plan, pourtant si machiavelique et si astucieux avait une limite imposée par le Temps qui passe...
Comme un bébé ça fini bien par grandir un jour, je n'allais pas pouvoir être sa nourrice comme ça indéfinement , logique...
Ce qui a fait que le Comte avait vraiment commençer a paniquer, a perdre completement les pédales et c'est ce que nous verrons ensemble dans cet épisode...

Malheureusement pour lui donc , plus le temps passait , plus ma présence au chateau s' espaçait...
A son grand détriment , Philippe reprenait de plus en plus sa vraie place de mari légitime auprés de moi.
Deja aprés quelques mois , j'avais même pu retouner chez moi pour y dormir la nuit sans que le Comte ne me retienne.
Comme le bébé faisait ses nuits completes à cette periode précise, je pouvais deja revenir a la maison le soir, mais bon, je devais tout de même retourner au chateau tout les lendemains matins trés tôt ...

Philippe:
"Je suis content que tu reviennes dormir a la maison... tu m'as terriblement manqué, toutes les nuits je pensais a toi"

"Moi aussi je suis heureuse de pouvoir redormir ici. Je dois encore y retourner dans la journée mais ce sera bientot fini tout ça. Il ne pourra pas prolonger le contrat indéfiniment ...de toute façon la fin approche de plus en plus, on sera bientot tranquilles toi et moi"

Quand on s'est retoruvés , ça a vraiment été la fiesta mais on a du attendre que les petits s'endorment puisqu'on vivait tous dans la même piéce...
Aprés ça a été le feu d'artifice ...mais le tout dans un plus grand silence, bien sur.
Des gemissements muets , des respirations étouffés , des mouvements de corps discrets , un plaisir non affiché vocalement...cela était aussi au programme de nous retrouvailles.
Nous étions heureux et excités mais nous étions discrets pour ne reveiller personne:
Des râles sourds pour Philippe et de mon coté, j'avais du me mordre violemment les lévres pour ne laisser aucun son s'echapper, je montait tellement que j'ai fait des griffes sur le dos de Philippe et il me mettait des doigts dans la bouche pour garder le silence...
Ces retrouvailles étaient torrides mais cois ,mais si chaude que Philippe s'est écrasé lourdement sur moi aprés avoir déchargé et grimacer de jouissance...


LE FANTASME SECRET DU COMTE SE REALISE

Bien sur, même si je retournais chez moi le soir , je me rendais toujours au chateau en journée.
Cela faisait deja plusieurs années que je fréquantais intimement le Comte et malheureusement pour Philippe, il ne se lassait jamais de moi , bien au contraire...
Il me dit :
"Aujourdhui nous allons faire la chose secréte dont je t'ai parlé l'autre jour. Viens, on monte a l'étage..." et on prenait les escaliers...je ne savais des lors toujours pas de quoi il allait sagir.
J'étais curieuse de savoir ce qu'il allait faire car il ne m'avait donné aucun indice... et j'appréhendait un peu quand même car je savais que c'etait un "capable"...de pas mal de choses...

On entre dans une piéce qui était étrangement arrangée : un paravant déplié se tenait casiment collé a la fenêtre.
Il y avait par conséquent une forte pénombre , a un point qu'il avait allumé une petite chandelle pour qu'on puisse y voir plus clair...
Il a soigneusement fermé la porte avec un max de précaution, il a en effet mis un mouchoir autour de la clé avant de l'enfoncer dans la serrure, histoire d'être sûr que personne ne puisse nous voir du couloir de derriére la porte.
J'aimais beaucoup cette ambiance secréte et cachée, l'atmosphére que dégageait l'arrangement de cette piece l'avais rendue encore plus érotique... ça se passait vraiment qu'entre nous deux, dans la pénombre... pas mal en fait!

Pleine de stupefaction j'entends le Comte me demander de le fesser en lui disant "vilain bébé"...
Sur le coup je croyait avoir mal compris... je lui avais donc demandé de répéter ce qu'il attendait de moi tant je n'en croyais pas mes oreilles...il me dit :
"Moi aussi j'ai besoin d'une nourrice ... et j'ai besoin de fessées aussi"

Sitôt dit, sitôt fait , le Comte se mit sur mes genoux en position allongée et attendait impatiemment sa correction... ah, trés bien, si il croit que j'ai oublié ses coups de cravache qui m'a mis sur les fesses y'a plusieurs années auparavant, il rêve lui...
Je me suis fait un plaisir de fesser son posterieur et de lui dire "vilain bébé" à sa demande donc.
Il aimait ça, je lui voyait un petit sourire coquin aux lévres...
Et je me disait:
"Si Philippe voyait ça..."
(.............)
"Enfin, plus d'une personne hallucinerait de toute façon"

Mais ce n'est pas fini , il a voulu que je lui mette des langes a sa taille pour qu'il défèque dedans , comme un bébé .
Il bandait trés dur quand je le nettoyais avec une bassine d'eau apportée dans cette piéce au préalable...
Je n'en revenait pas...dés lors, je comprennais mieux pourquoi il avait vraiment tout verouillé en mode parano.
Bon, c'etait mignon tout plein ...tant que cela restait entre nous!
Certes, si une tierce personne nous avait surpris, ça aurait pu mettre trés gravement son autorité en peril... pensez bien! et moi j'aurais certainement été désigné comme "la perverse qui cautionne ça"
Cependant, malgrés les risques et les dangers de se faire surprendre nous avions souvent refait ce jeu de rôles "nounou et son bébé".

Quelques années plus tard...

Je n'avais dès lors plus aucune raison d'y aller au chateau , ni même en pleine journée d'ailleurs...
Je n'allaitais deja plus mon propre enfant car il était deja bien trop grand pour ça !
Par contre , le Comte , avait insisté pour que je continue à donner le sein au sien d'enfant jusqu'à ces ...tenez vous bien ... 3ans !
Il mangeait normalement pour un enfant de son age , de la bouillie exactement , donc voila il ne mettais pas non plus la santé de son enfant en danger , mais disons que je lui donnait la tétée pour le dessert et le gouter....c'etait le dernier recours du Comte.
Evidemment , cela commençait a faire parler les gens car strictement aucune personne ne comprenait pour quelle raison un enfant de cet age avait encore besoin de sa nourrice...
Les plus "mauvaises" langues, dans un excés de franchise des plus téméraires , se demandait si le Comte n'etait pas un peu devenu fou sur les bords...

Suite a cela, la jalousie du Comte envers Phillipe était vraiment a son paroxysme: il s'etait vraiment déchainé contre mon mari.
Le Comte réagissait ainsi car il sentait que je commençais a lui echapper et que Philppe reprenait de plus en plus ses droits au fur et a mesure que le temps s'écoulait.
Par conséquent, sa haine à l'encontre de Philippe était montée de plusieurs crans.
Sa trouvaille ; demander a son espion de ne jamais nous lacher d'une semelle et a la moindre faute , aussi minime soit elle , il était tenu de tout dire au Comte strictement tout ! même nos moindres faits et gestes...
Malheureusement je m'en suis rendue compte de cela quand il etait deja beaucoup trop tard, voici pourquoi...

L'ANNONCE DU PROCES....BIDON !

On s'est pris dans les bras l'un de l'autre, je sentais son odeur et la chaleur de son corps...soudain, il m'est venue une idée...
"Je dois aller au moulin pour la pate a pain... tu m'y accompagnes?" ai je dit à Philippe avec un petit sourire coquin.

Ah le moulin ... c'est qu'il s'en passait des choses la dedans et si les murs pouvaient parler , ils nous en raconteraient des histoires pornographiques... et pas qu'un peu !
Bon, officiellement toute relation sexuelle dans cette enceinte était interdite par la loi mais officieusement, tous les couples l'avaient deja fait au moins une fois, le tout étant de ne pas se faire prendre...
C'est un peu comme se fumer un joint , c'est illégal mais beaucoup passent au dessus de cette loi, moi la première.

Nous sommes donc partis pour le moulin avec deja plein d'idées coquines en tête.
Alors que je pêtrissais la pate pour faire le pain , Philippe pêtrissait mes hanches et on s'amusait a le faire de la même façon l'un comme l'autre.
C'etait marrant de constater comment deux hommes pouvaient avoir chacun des préférences differentes sur un seul et même corps ; je veux dire :
Tant le Comte faisait une fixation sur mes seins et tant pour Philippe c'etait surtout mes hanches qu'il préférait.
Ses malaxages me mettaient de plus en plus en condition pour vraiment bien m'exciter... ma respiration commençait a changer.
Il remonte ma jupe et constate que je suis vraiment trés mouillée et toute excitée, il me dit
"Tu es prête ma cherie ?"
Il était debout , derriére moi , je me cambre pour qu'il puisse accéder a ma chatte plus facilement. Il commence a me pénétrer tout doucement et je ressens deja du plaisir. Plus mon exitation grandissait , plus mon mari me pénétrait virilement et intensemment.
Je sentais ma chatte s'ecarté puis se contracter et ainsi de suite sous l'effet de ces coups de reins. Je levais ma tête vers le plafond , je fermais mes yeux et je me laissait guidée par Philippe. C'était si bon que je ne pensais plus a rien d'autre... Philippe décharge dans ma chatte.
Soudain , on entend une personne de l'exterieur hurler , il soufflait même dans une trompette ou tout du moins dans un instrument qui fait un bruit d'enfer!

On a vite compris que c'etait l'espion du Comte, cette fouine merde , toujours la aux mauvais moments, comme si il flairait les coups fourés a 100 métres celui la...
Quel enflure n'empeche... il s'est bien rincé l'oeil a nous épier tout le temps qu'on a fait ce qu'on a fait...
Et c'est seulement quand on avait bien fini qu' il a ouvert sa bouche et souffler dans ce qui pourrait être l'ancêtre du mégaphone ...

Voyeur, mouchard ... un vrai sac a merde type! ça matte le film porno gratuit , ça profite bien du spectacle et aprés ça geule a qui veut l'entendre, bravo !
On s'est fait avoir par une fenetre vraiment traite...
De cette maudite fenetre, une personne postée à l'exterieur pouvait voir tout ce qu'il se passait a l'interieur du moulin et tout ça sans se faire repérer...
Elle était construite de cette façon et c'etait certainement due la forme arrondie du moulin qui faisait que cet angle de vue était comme ça a mon avis.

On est sorti de la tout les deux, rouges de honte... tout le monde se fichait de nous. Il y allait avoir un procés dans les prochaines 48heures "présider" par le Comte et c'etait surtout ça qui me mettait dans une angoisse pas possible...

A suivre....