Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par HDS :
La Comtesse esclave - Histoire réelle écrite par esclave Hathor (mais textes romancés par MDE)
(10.0 /10 )

Récit érotique écrit par MAITREDOMINO.
Auteur homme.


Cette histoire de sexe a été affichée 1197 fois depuis sa publication.

sexe récit : La Comtesse esclave - Histoire réelle écrite par esclave Hathor (mais textes romancés par MDE) Publié sur HDS le 06-10-2017
Catégorie : Dominants et dominés
Histoire Réf : 27517-m3827

Titre : La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N°1046)
 

La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N°1046)

La Comtesse esclave - Histoire réelle écrite par esclave Hathor (mais textes romancés par MDE) – (suite) -

Immédiatement je la rabaissais mais…

- Non Madame La Comtesse, de grâce Non ! Pour une fois que je vois dans mon bureau une Dame aussi charmante, de grâce non, restez ainsi, vous êtes si…

Il se leva, vint derrière moi. La porte s’ouvrit sur une secrétaire (je ne l’avais pas entendue frapper), elle lui apportait un dossier qu’il prit. Alors que la porte s’était refermée, je l’entendis me dire :

- Madame La Comtesse, est-ce dans vos habitudes vestimentaires de ne pas porter de sous-vêtements ?
- Qu… quoi ?… comment … ? , balbutiai-je
- Ne vous excusez pas Madame, votre ensemble vous va à ravir… Veuillez-vous lever, s’il vous plait et venez-vous placer ici !

Le ton avait changé brusquement ! Il était beaucoup plus directif. Il me désignait un endroit. Derrière moi, se trouvait une grande glace murale. De son interphone, il dit :

- Qu’on ne me dérange pas, sous aucun prétexte !

S’approchant de moi, il me prit délicatement la main droite, la leva devant mes yeux médusés et très lentement, la faisait remonter vers ma nuque. Son sourire était charmeur, ses gestes tout en douceur, il me tenait la main ainsi, ce qui fit remonter mon sein droit, tendre un peu plus mon chemisier et finalement laissa apparaître dans l’anfractuosité du chemisier, un début d’aréole.

- Vous êtes superbe Madame, vraiment superbe, très belle.

Tout aussi délicatement, il me prit l’autre main et commençait de la lever à son tour. Mes yeux l’imploraient mais comme tétanisée, je me laissais faire…

- Ne craignez rien Madame, nous sommes ici entre gens de bonne compagnie.
- Oui Monsieur, cependant…
- Je vous écoute Madame. Cependant quoi?
- Cette façon de me faire me comporter quand même pour un entretien d’embauche…
- Je dois tester vos capacités Madame, vous le comprenez…
- Oui Bien sûr, mais quand même.

Le téléphone se mit à sonner.

- Veuillez m’excuser Madame, mais gardez la pose, s’il vous plait ! (Le ton est sec, froid, autoritaire). - Ah oui ! Bonjour Cher ami…
- …………………..
- Non, elle est ici…
- …………………….
- Ah ! Je vois, en effet...
- ……………………………
- A ce point ! Vraiment ? …
- ………………………..
- Dans ce cas, oui je comprends naturellement…
- ……………………
- Bien sûr, merci, oui vivement merci….

Il reposa le combiné, me dévisagea d’un regard gourmand tout en réfléchissant un moment puis se levant tout en déboutonnant sa braguette :

- Retire ton chemisier, salope ! A poil et vient me sucer !

Vous dire que le coup que je venais de recevoir était normal n’est rien à côté de la réalité de son ressenti du moment. Je ramenais vivement mes bras, et retrouvant mes instincts et ma fierté :

- Je ne sais, petit monsieur à quel jeu vous vous livrez ou tentez maladroitement de jouer, mais je vais de ce pas, vous laisser à vos petites combines de rat de société. Vous êtes, Monsieur, un malotru…

Je me dirigeais vers mon imperméable, rouge de colère, commençais de le réenfiler quand je sentis sur ma nuque, sa main caressante qui tentait d’aller sur le devant pour caresser mes seins… Ma réaction fut immédiate. Je lui assénais une gifle qui le laissa penaud, se frottant la joue avec un étonnement d’imbécile

- Goujat !, m’écriais-je en lui hurlant dessus

Et je sortis du bureau en furie. Très énervée, je traversais le hall d’entrée quand l’hôtesse d’accueil me demanda :

- Tout va bien Madame ?, avec une pointe d’inquiétude
- Tout va bien en effet, veuillez m’appeler ce taxi, ma petite !

Pourquoi ai-je traité cette femme de « ma petite », je ne le sais pas, c’est venu comme ça, vieux réflexe d’autorité de mes ancêtres peut-être. Non Mais ! Je ne voulais pas rester dans l’établissement et je sortis attendre le taxi dans la rue sur le trottoir. Moins de dix minutes plus tard, le taxi commandé arrivait et c’est avec un certain plaisir que je retrouvais Gérard.

- Re bonjour Isabelle, le rendez-vous s’est bien passé ?
- Furibarde (il comprit tout de suite) je lui lançai « Drugstore des Champs », Gérard, s’il vous plait !
- C’est parti, me répondit-il…

Dans la voiture qui me ramenait vers les Champs Elysées, j’étais à la fois rassurée, je n’avais pas perdu ma fierté ni ma réactivité, mais en même temps, je ne me sentais pas à l’aise, sans savoir pourquoi. Trop contente d’avoir remis à sa place ce goujat qui s’imaginait en terrain conquis, je profitais de ce moment qui me permettait de me retrouver telle que j’étais auparavant. Le taxi arriva enfin devant le Drugstore, me déposa. Sortie de la voiture, je respirais pleinement, à pleins poumons et pris place à l’intérieur de l’établissement. J’y avais mes habitudes, j’étais connue en ce lieu. L’Avenue Montaigne n’est pas loin… Avenue Montaigne, ma première place de mannequin chez Christian Dior... que de chemin parcouru déjà. C’étais le bon temps… Je connaissais Yves Mourousi, Stéphane Collaro, Mort Schumann, Catherine Deneuve etc, les vedettes de ces années 80 !… Le bon temps !

- Comme d’habitude, Madame La Comtesse ?
- (Après avoir sursauté, m’extirpant de mes souvenirs) Oui Marc, comme d’habitude en effet.

Le serveur me connaissait de longue date. Nous avions parfois lui et moi, parlé de beaucoup de choses, il me connaissait relativement bien.

- Voici Madame, vous êtes ma dernière cliente, je finis mon service aussi, pourrai-je encaisser tout de suite de façon à rendre ma caisse ?
- Bien sûr Marc, pas de souci.

Je réglais ma note, il prit le billet et me regardant, redevenu sérieux, me dit :

- Tout va bien Madame ?
- (Surprise et tentant d’arborer un léger sourire) oui bien sûr, Marc, tout va bien.
- Acceptez-vous que je prenne place un moment à votre table, j’ai fini mon service ?
- Si vous le voulez, en effet.

J’étais à la fois contente d’avoir remis à sa place l’abruti de DRH, et en même temps quelque chose faisait que je ne pouvais savourer pleinement mon contentement. Et je ne comprenais pas pourquoi à ce moment-là… Ce qui devait me provoquer ma mauvaise mine peut-être… mine que Marc avait remarquée… Marc revint en effet plusieurs minutes plus tard.

- Pardonnez-moi Madame, mais je vous connais quand même depuis quelques années et ne vous ai jamais vue encore avec un visage aussi…

Me ressaisissant immédiatement :

- Mon visage, Marc, qu’a donc mon visage tentant un sourire plus franc?
- Je ne sais pas Madame, seulement je ne vous sens pas comme d’habitude. Etes-vous sûre que tout va bien ?
- Ecoutez Marc, je vous assure que je vais bien, très bien même, vraiment…mais je vis en ce moment, des passages…étonnants.
- Ah je vois, la fatigue de votre travail c’est sûr, avec tous vos déplacements à l’étranger, les défilés, les obligations de paparazzis, je comprends que… ou alors…vous avez rencontré le Grand Amour ! (Il riait de bonne camaraderie) … Oui, ça doit être ça le Grand Amour. Vous savez Madame, avec tous les admirateurs que vous avez, cela ne doit pas être compliqué de dénicher celui qui sera l’heureux élu de votre cœur.

Marc me faisait du bien par ses gentilles paroles. Je le laissais parler.

- Tenez, quand vous êtes entrée, tout à l’heure, on m’a encore demandé qui vous étiez !
- Ah oui, et qui donc Marc, s’il vous plaît ?
- Regardez derrière moi, là, sur ma droite, voyez-vous cet homme ?
- Oui en effet !
- Vous le connaissez Madame ?
- Pas du tout !
- Pourtant après que vous soyez entrée, il m’a demandé qui vous étiez, m’a demandé de vous amener une coupe de champagne avec sa carte.
- Ah ! Et la coupe de champagne où est-elle ?
- J’ai répondu au client, qu’étant une cliente assidue de l’établissement, vous ne souhaitiez jamais être importunée chez nous. Il n’a rien dit, m’a remercié et tendu sa carte néanmoins. Je ne vous l’ai pas donné parce que je vous connais. Où ai-je mis cette carte que je n’ai même pas regardée comme d’habitude. (Il cherchait la carte). Comprenez, si je devais garder les cartes de tous les hommes qui draguent ici… Ah oui, la voilà. Vous la voulez ?
- (par curiosité) Donnez-la-moi, s’il vous plait.

Il me tendit la carte. Au dos de son nom et adresse, je lis :

- Le Maître ne va être content du tout, petite chienne !

Immédiatement la foudre me tomba sur la tête. Je pâlis, Marc s’en rendit compte…

- Madame ? Ca va ? C’est l’homme à la carte ? C’est ça ? (Je ne répondis pas, quand brusquement je dis : )
- Un cognac Marc, s’il vous plait, et sur le compte de ce Monsieur.

Marc me dévisageait, ahuri, mais d’un geste, je lui fis signe d’honorer ma commande.

Me retrouvant seule à ma table, l’homme était dans ma ligne de mire et rien ne nous séparait à part la distance d’une dizaine de mètres. Le Cognac me fut amené rapidement, je remerciai Marc qui me laissa, je pris le verre et le bus, tout en observant cet homme. Il me fixait de son regard ‘prédateur’ quand d’une inclination de la tête, il leva la main en signe de tchin-tchin en ma direction… Il m’observait sans vergogne et de son autre main, il caressait le dessus de sa braguette fermée ...

(A suivre…)