S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour, Je suis un homme de 37 ans recherchant une femme pour sittingface. Je ...
• homme de 62 ans, tres ouvert, sait etre vicieux, recherche couple candauliste, ou ...
• black super bien membre (25cm) cherche salope soumise a long terme veuillez me ...
• QUI SUIS-JE ? Je suis un maître expérimenté, ayant une bonne vingtaine d’années de ...
• Madame, Mademoiselle, Vos pensées sont osées et indécentes. Vos désirs obscènes ...
• Madame, Vous êtes comme moi d‘âge mûr… Vous êtes cérébrale… je le suis ...
• au services de vos sévices sous certaines ...
• Je suis un homme charmant, sportif, propre et cultivé de nature calme. Je vous ...
• Bonjour tout le monde, Jeune homme de 27 ans recherche relation virtuelle avec ...
• Bonjour Madame Je suis 1 homme Age 52 ans silhouette ronde qui s’assume et une ...


23.5 Drôle de nuit pour Nico p2

- Par l'auteur HDS Fab75du31 -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Fab75du31 [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email : fabien75fabienyahoofr

• 114 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.2 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.7
• L'ensemble des récits érotiques de Fab75du31 ont reçu un total de 1 185 669 visites.

sexe récit : 23.5 Drôle de nuit pour Nico p2 Histoire érotique Publiée sur HDS le 02-05-2015 dans la catégorie Entre-nous, les hommes
Tags: Au reveil  Tendresse  Calin 
Cette histoire de sexe a été affichée 6388 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): 23.5 Drôle de nuit pour Nico p2 ( 10.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : 23.5 Drôle de nuit pour Nico p2 ( 10.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


23.5 Drôle de nuit pour Nico p2

Précédemment dans « Cinquante nuances de Jérémie » : une drôle de nuit d’amour et de tendresse venait de se dérouler entre Nico et le beau brun ; des caresses inédites, inattendues avaient été tentés d’une part et d’autre ; face a tant de surprise, dans la tête de Nico c’était carrément la fête… Le vent qui souffle, la pluie qui tombe, une chambre d’étudiant plongée dans la pénombre, des gestes tendres et sensuels vécus sans laisser les mots gâcher l’instant magique… un baiser hésitant avait été posé sur les lèvres de Nico… un nouveau choix à faire pour Nico à la fin de cet épisode (cette fois-ci c’est la bonne)… Nico compte sur vous !

Je n’ai toujours enfilé que mon caleçon et mon t-shirt que j’entend Jérém fermer la porte fenêtre et baisser le store replongeant la chambre dans une pénombre plutôt sombre. Je suis en train d’enfiler mes chaussettes quand je sens le poids du corps de Jérém enfoncer le matelas dans mon dos… et je suis en train de chercher mon jean quand j’entends dans mon oreille presque un chuchotement accompagné pas son souffle chaud caressant mon cou :
Restes… t’en va pas…
Je le savais… je suis dans mon lit en train de rêver… je me disais bien que tout ça ce n’était pas possible, que c’était le fruit de mon imagination…
Je suis tellement interloqué que je laisse mon pantalon tomber sur mes chevilles… la boucle en métal de ma ceinture percute le sol dans un bruit aigu qui a le pouvoir de me secouer de mes rêveries et de me replonger dans le réel…
Je me retourne, incrédule, je le regarde… pourtant… pourtant il est bien là… il s’est glissé sous la couette et dans la pénombre je ne vois plus que le haut de ses pectoraux dépasser, ses bras, son cou, sa tête posée sur l’oreiller ; son visage est tourné de trois quarts vers la porte fenêtre, je ne peux pas capter son regard perdu dans le noir presque complet…
Bah, non Nico, tu n’as pas rêvé… il t’a bien demandé de rester… maintenant, si tu en as vraiment envie, faudrait réagir et vite, sinon il risque de changer d’avis… Jérém n’est pas le mec qui va finir par quémander quelque chose qu’il a envisagé et qui ne lui est pas donné tout de suite… surtout ce genre de chose… surtout après le combat qui a du mener à l’intérieur pour aboutir à ces mots, à cette demande…
Je rattrape mon jean, je fouille dans la poche et j’en retire mon portable : les mains tremblotantes, j’envoie un message à ma mère :
Tout va bien je dors chez Dimitri
Il a bon dos Dimitri… ça fait au moins 6 mois que je ne l’ai pas vu… si un jour ma mère tombe sur la sienne… mais peu importe, tout ce qui compte c’est que mon portable ne sonne pas au milieu de la nuit et ne pas devoir répondre à la question la plus désagréable qui soit quand on est dans ce genre de situation : « T’es où ? ».
Je me dessape à nouveau, en gardant juste mon caleçon. Un instant plus tard je me glisse sous la couette et je suis dans le lit à coté de mon beau mâle. Jérém reste immobile, le regard perdu dans le vide… je ne sais pas comment procéder, je ne sais pas ce qu’il attend de moi… il m’a demandé de rester, mais est-ce qu’il a toujours envie que je lui fasse des câlins ??? Son attitude semble quand même un peu différente depuis qu’il a fumé sa cigarette… quoi faire ?
Ce soir là encore, la réponse viendra de lui.. la réponse à mes questions est toujours venue de lui et de lui seul et elle viendra toujours de lui, ce soir là comme pendant tout le temps que le destin nous permettra de partager. Jérém se retourne sur son flanc droit, m’offrant une vision très sensuelle du haut de son dos, de ses épaules… pendant un instant, il reste immobile… dans ma tête, mes questions deviennent encore plus insistantes et explosives… et puis je sens la couette bouger… c’est son bras qui est en train de bouger… sa main s’approche de moi… elle trouve ma main… elle la saisit, doucement mais fermement… le message est clair, il m’attire à lui… oui, le message est clair et il est tellement beau que je sens ma gorge se nouer… les larmes monter aux yeux… je suis le mec le plus heureux de la Terre… son geste n’est plus un ordre… c’est une invitation, tout ce que je peux imaginer de plus tendre et de plus adorable… je ne suis toujours pas sûr que ce que je vis est bien réel… je plane, impatient de connaître la suite…
C’est moi qui vais l’écrire cette suite, quand mes doigts se resserrent autour des siens et que je laisse mon corps aimanté par le sien pivoter sur le flanc et aller se coller contre son dos. Non, décidemment je commence à penser que j’ai passé l’arme à gauche et que, par une erreur administrative, je me suis retrouvé au Paradis…
Ah, oui, ça doit être ça… me voilà dans le lit de Jérémie, mes jambes contre les siennes, mon bassin contre ses fesses musclées, mon ventre contre son dos, mes bras enlacés autour de son torse, ma main gauche à plat sur ses pectoraux en béton armé… et sa main qui vient se coller sur la mienne, ses jambes qui s’entremêlent aux miennes… je ne parle même pas de la douceur de sa peau… de la chaleur de son dos… du parfum de son déo… du contact de mon visage dans le creux entre son cou et l’épaule… du bonheur extrême de porter mon corps tout entier en contact avec le sien ; et, qui plus est, de le faire à sa demande…
Le vent souffle toujours violemment contre le store qui s’agite bruyamment. La tempête souffle dehors, elle a l’air d’empirer… la fin du monde pourrait venir, je sais que rien ne pourrait m’arriver car je suis dans cette petite chambre bien au chaud sous la couette enlacé à l’homme que j’aime… autour de nous la ville pourrait se transformer dans une ville fantôme, je n’en aurais cure…

Maybe it was all too much/Too much for a man to take/Everything's bound to break/Sooner or later, sooner or later
You're all that I can trust/Facing the darkest days/Everyone ran away/But we're gonna stay here/We're gonna stay here

Un rêve je vous dis, un rêve… je me sens comme le dernier homme sur terre, le dernier homme avec mon homme… je me blottis un peu plus contre lui, je le serre un peu plus dans mes bras et j’ai l’impression que sa main se resserre un peu plus autour de la mienne… je sens sa respiration contre ma peau, dans ma peau, dans mon ventre… je sens que ma respiration est en train de se régler au rythme de la sienne… je sens que je fais un effort surhumain pour me retenir de me mettre à chialer…
Et puis à un moment, je crois devenir fou, je crois que mes sens me jouent des tours… je sens sa main trembler sur la mienne… je sens son corps comme secoué par une vibration, un tremblement léger mais perceptible… je sens sa respiration changer, devenir irrégulière… oui, je crois délirer… je sens sa respiration s’emballer, devenir rapide, profonde, angoissée… et à un moment… à un moment j’aurais juré l'entendre respirer très fort dans le noir… si je ne savais pas que c’est Jérém que je tiens dans mes bras, je jurerais l’avoir entendu étouffer des soupirs…
J’ai trop envie de lui parler, de le rassurer, de savoir ce qui se passe dans sa tête à cet instant… j’ai envie de lui faire encore plus de câlins… de lui montrer que je suis là et qu’il peut se laisser aller… mais je sais, je sens qu'il n’est pas prêt à s'ouvrir à moi, pas encore, pas cette nuit… je sais qu’essayer de forcer son intimité, de lui parler, de lui poser des questions, de trop lui montrer ma présence, en lui signalant au passage que je suis témoin de ce moment d’angoisse, ça le mettrait en pétard et ça serait tout juste bon pour me faire jeter. Le brusquer ne servirait à rien à part à le pousser à s'enfermer et gâcher cet instant magique.
Je décide de respecter sa dignité, sa fierté. L'homme qui vient de me défendre en jouant de ses gros bras, l'homme qui vient de jouir en moi, cet homme est en train de sangloter dans mes bras... nous ne sommes plus que tous les deux et je suis le seul à veiller sur lui, le gardien silencieux de ses jours, de ses nuits… seuls, seuls dans un paysage de fin de monde, seuls dans la ville fantôme…

I...I... I know you're scared tonight/I...I... I'll never leave your side
Maybe it was all too much/Too much for a man to take/Everything's bound to break/Sooner or later, sooner or later

Je sens ma tête tourner, mon cœur s’emballer, mon souffle s’étrangler dans ma gorge… je suis un garçon de 18 ans profondément romantique et alors… qu’est ce que j’ai envie d’y croire… croire que ce qui s’est passé cette nuit, depuis son irruption dans les chiottes de l’Esmeralda jusqu’à que sa main se pose sur la mienne dans cette étreinte sous la couette, croire que tout cela soit le début d’une nouvelle phase de notre histoire… la fin de la baise et le début de l’amour… sacré Jérém, il m’a enfin montré qu’il en est capable, capable de se montrer aimant, tendre…
Oui, j’ai envie d’y croire, j’ai besoin d’y croire… besoin de tenter de faire taire cette petite voix au fond de moi qui me dit que je suis en train de vivre quelque chose qui ne survivra peut être pas à cette nuit où rien ne s’est passé comme prévu… cette petite voix qui me répète incessamment que si la carapace de Jérém s’est fendillée ce soir, sous l’effet de plusieurs émotions, d’un cheminement intérieur dont j’ignore à peu près tout, voilà que demain, à la lumière du soleil, les brèches se colmateront comme par magie, il les masquera avec son insupportable arrogance de jeune coq et il ne sera plus du tout question de laisser entrevoir des blessures, des fêlures… non, cet état de grâce où Jérém a besoin de tendresse, où il accepte de la recevoir, où il se pousse même à la demander et même jusqu’à m’en donner, cet état de grâce ne durera pas… c’est un flash, une parenthèse, genre une éclipse solaire totale ou un passage de comète… oui, cette magnifique comète qu’est son regard charmant un peu triste posé sur moi pendant presque toute la durée de cette nuit magique…
Croire que tout cela a un sens, qu’au fond je ne suis pas que son vide couilles… on ne demande pas à un vide couilles de rester dormir, de se serrer contre soi… naaaan, on ne le regarde pas comme il m’a regardé ce soir là un instant avant de jouir en moi… on n’essaie pas de l’embrasser avec l’intensité et l’hésitation qu’il m’a montrée… non… on ne demande pas à sa main, à sa queue ou à ses abdos de donner du plaisir à un vide couilles…
Oui, j’ai besoin d’y croire… alors je me concentre sur l’électricité qui parcourt tous mes sens… je me concentre sur le contact de sa peau avec la mienne, sur la chaleur de son corps qui me chauffe la peau et le cœur, je me concentre sur la pression de sa main que je charge de significations qui n’en sont peut-être pas, je me concentre sur son parfum, sur la douceur de ses cheveux… je m’enivre de lui jusqu’à m’échapper du réel, je chasse ma conscience et je plane… ce n’est plus la réalité que je perçois à cet instant mais un monde de bonheur idéal… et c’est peut-être cela la meilleure façon de jouir de ce moment, oublier la raison pour lui empêcher de tout gâcher avec ses projections, avec ses questionnement sur l’avenir… ce moment est tellement beau qu’il faut le vivre au présent, sans me demander si Demain saura tenir les promesses que cette Nuit semble prodiguer d’une façon plutôt désinvolte…
Je suis complètement shooté à cette drogue puissante, le « Jérém », une drogue aux effets incontrôlables… je suis malade, malade de lui… malade comme devant la beauté d’une œuvre d’art sublime… car, sans hésitation aucune, Jérém est mon œuvre d’art à moi… une multitude d’œuvres d’art vivantes ressemblées en lui, dont le catalogue non exhaustif a de quoi donner le tournille… ces ouvres d’art portent le nom de « Jeunesse insolente », « Beauté indicible », « Sourire ravageur », « Charme dévastateur », « Harmonie anatomique », « Perfection masculine », « Voix grave », « Parfum entêtant », « Odeur de mec », « Sexualité débordante », « Brun ténébreux » … et puis, tout dernièrement ajoutée au catalogue, suite à une découverte fortuite, une œuvre majeure jusqu’à là inconnue : « Sensualité et tendresse ».
Oui, Jérém est une véritable œuvre d’art à mes yeux, une œuvre d’art vivante que ce soir là a besoin qu’on s’occupe d’elle, qu’on la soigne, une œuvre d’art qui a besoin d’une présence à ses côtés, une présence et de rien d’autre. De MA présence.
Je sens qu’il y a beaucoup de noir tapi au fond de lui, beaucoup de colère réprimée et macérée dans le temps… suite aux événements inattendus de ce soir là, elle est en train de ressortir, de remonter de sa conscience… et ça a l’air de lui faire un mal de chien au passage… d’où est-ce qu’elle vient cette colère, ça, je ne sais pas, pas encore à ce moment là… mais je sais qu’elle est en lui, je le sais, je le sais depuis longtemps.
J’ai vu cette colère et cette noirceur se déchaîner parfois sur moi, pendant nos baises… je l’ai vu me dominer, prendre du plaisir à m’humilier, j’ai vu de la rage dans certaines de ses attitudes… je l’ai vu s’emporter soudainement car j’ai tenté une caresse, un baiser… j’ai vu sa façon de prendre son pied, comme en l’imposant, en le volant…
Je connais cette colère, pour l’avoir vue surgir dans ses mots, dans ses réactions… mais ce soir là j’ai vu cette colère jaillir encore plus forte et soudaine, arriver comme un tsunami, en une seconde, lors de son entrée dans les chiottes de l’Esmeralda… certes, le danger était bien réel, pour moi d’abord, pour lui ensuite, à partir du moment où il a pris ma défense… oui, le danger était bien là… mais quand même… il me semble que Jérém est monté vite dans les tours… il a vite cherché la confrontation… la bagarre… certes, avec ce genre d’énergumène imbibé d’alcool, ce n’est pas avec de la belle prose qu’on va faire entendre raison… cependant, l’attitude de Jérém m’a eu l’air volontairement et excessivement provocatrice… d’entrée… une petite voix en moi me dit que Jérém avait flairé la bagarre et qu’il en avait été ravi… ravi à l’idée de se mettre en danger, de jouer des mains, de faire ressorti cette rage profonde et mystérieuse… dès lors, la situation ne pouvait pas ne pas tourner à l’affrontement…
Oui, Jérém est un garçon à fleur de peau : il monte vite en régime, comme si la machine s’emballait et trouvait soulagement dans l’expression même de cette colère, dans la violence, qu’elle soit verbale ou physique… une fois sa rage lancée à toute vitesse, Jérém a du mal à revenir dans ses gonds et à retrouver le calme… une fois que cette colère refait surface, une fois qu’il en est envahi, il a du mal à s’en débarrasser, à la faire redescendre…
Jérém s’est jeté sur le mec comme une bête enragée… je revois sa façon de le balancer si violemment contre la cloison en plastique, de le coincer si brutalement, si méchamment… son bras retourné dans le dos si étiré que j’avais l’impression que son épaule allait se déboîter… le mec était déjà immobilisé mais Jérém semblait vraiment vouloir l’humilier, lui faire mal…
Je repense à son dernier coup dans les reins du type, inutile et surfait, alors qu’il s’était déjà excusé, qu’il avait déjà pas mal rabattu sa fierté… je repense à son expression d’animal enragé qui n’arrivait pas à se résoudre à rentrer ses griffes, ou à sa façon de le balancer vers la porte de sortie…
Soudainement, je repense à la phrase glissée par Thibault en boite de nuit : « … tu sais, des fois il est un peu… un peu dur avec les gens, mais au fond c’est un gentil garçon… il n’a pas toujours été heureux, faut pas lui en vouloir… »… alors ça fait « tilt » dans mon esprit…
Maintenant je sais que cette colère est au plus profond de lui, prête à bondir comme un fauve… et maintenant que je sais qu’elle n’est pas forcement dirigée contre moi, qu’elle doit puiser sa férocité dans son passé, dans la souffrance d’une blessure non guérie… je le trouve tellement attendrissant que j’abandonne tout grief à son encontre, je lui pardonne en bloc tous ses excès, toutes les humiliations qu’il m’a infligées… je me rends soudainement compte que son comportement n’est peut-être que l'expression maladroite et d’un mal-être profond et ancien...
Et maintenant que je sais pour sûr que Jérém est définitivement humain car capable d’autre chose que de baise brutale, maintenant que je sais qu'il recèle une grande détresse au plus profond de lui, j’entrevois l’abysse qui se profile devant moi… J’ai terriblement envie d’en savoir plus sur son passé, sur ses souffrances… envie de rentrer dans sa vie, dans son jardin secret si inaccessible…
Ce soir là je renonce à aller plus loin ; mais si sur l’émotion du moment j’arrive à me résoudre à laisser mes questions en suspens, je sais pertinemment que si notre rapport est destiné à prendre le chemin qui semble se dessiner à ce moment là, je ne résisterais pas longtemps à la tentation de chercher à connaître les causes de sa souffrance et à essayer de la guérir… c’est le propre de l’être amoureux, de l’être aimant, se sentir investi de la mission dont personne ne l’a chargé, celle de sauver l’être aimé.

I know we're alright/Cause we'll never be alone/In this mad mad, in this mad mad world
Even with no light/We're gonna shine like gold/In this mad mad, in this mad mad world

Oui, j'étais un jeune homme naïf et amoureux pour avoir la prétention de pouvoir aider qui que ce soit, et qui plus es l'homme que j'aimais, à guérir d'un passé qui m’était par ailleurs inconnu. Mais quand on est amoureux on a l'impression que tout est possible ; et que le pouvoir de l'amour, notre pouvoir, est tout puissant…
C’est illusoire que l'amour puisse guérir quoique ce soit. Au mieux, il peut faire momentanément oublier, anesthésier l’esprit, mais jamais guérir… l’amour peut faire cela, apaiser… tant qu'il dure. Il n’existe guère de remède pour nos blessures profondes : elles ne guériront jamais, le mieux qu’on puisse faire, c’est apprendre à vivre avec…
Pourtant… qu’est ce qu’il me touche ce petit con, qu’est ce que je le trouve attachant… sexy et touchant… attendrissant même… comme un enfant, l’enfant qui refait surface en lui… quand on cherche bien, il y a toujours au fond de nous, de nous tous sans exception, un petit enfant qui pleure… on essaie de le cacher de différentes manières, avec l’humour, avec la froideur, avec la distance, avec l’agressivité, avec l’indifférence, derrière une carapace, le noyer dans l’alcool, l’effacer avec toute sorte de substances, avec le sexe… mais cet enfant est toujours là, même si on arrive parfois à l’oublier… cet enfant est toujours là, même dans le cœur, à l’apparence très froid, d’un Jérémie T. Un cœur que cette nuit là s’était ouvert… sans un mot, juste laissant sortir un peu de cette tension trop longtemps refoulée…
Son corps est toujours secoués par des respirations profondes, par des frissons… mon beau brun n’arrive toujours pas à se calmer… j’ai à mon tour envie de pleurer, de pleurer avec lui… j’en ai une envie folle mais j’étouffe mes sanglots pour ne pas qu’il se rende compte que je l’écoute pleurer... je pleure quand même, en silence… des larmes finissent par glisser de mes yeux sur son épaule... j’ai envie de lui faire un million de câlins…
C’est à contrecœur, en me faisait violence, que je ne bougerai plus un seul cheveu, ma respiration se fera la plus discrète possible, je ferai même semblant de dormir… j’écouterai sa tristesse parcourir son corps pendant un long moment, attendri, touché dans mes tripes… la tentation de lui montrer ma présence si forte, ma volonté la bridant de justesse, je m’imprégnerai de sa souffrance, qui deviendra la mienne…

When it all falls, when it all falls down/I'll be your fire when the lights go out/When there's no one, no one else around/We'll be two souls in a ghosttown/When the world gets cold/I'll be your cover/Let's just hold/Onto each other
When it all falls, when it all falls down/We'll be two souls in a ghosttown

Je me dis que tout ça est bien trop beau pour être vrai, trop beau surtout pour être durable… je me dis qu’un jour il va regretter cette faiblesse d'un soir et surtout il va regretter de m’en avoir rendu témoin… je me rends compte qu’il est épuisé autant physiquement que moralement et peut-être tous simplement il « subît » ma présence comme le moindre mal, un mal plus supportable que la solitude… ce soir là il « subît » ma présence tout en tirant un certain réconfort, mais un jour il va s’en vouloir et il va m’en vouloir…
Je sais que ce changement si brusque et soudain va me péter à la figure et que je vais payer ce moment délicieux, ce moment pendant lequel j’ai presque l’impression de « profiter » de sa faiblesse passagère… hélas… je ne peux rien faire d’autre que m’abandonner… à savourer ce moment jusqu’à la dernière seconde… je finis par m’endormir dans ses bras et à ce moment je me dis que je suis le mec le plus heureux de l’Univers…
Je me réveille un peu plus tard dans la nuit alors que le vent semble s’être remis à souffler comme un dingue… je me réveille en me rendant compte que ce n’est plus moi qui tient Jérém dans mes bras, mais bien le contraire… le torse de Jérém enveloppe le mien, ses jambes imbriquées aux miennes, son visage dans le creux de mon épaule… j’ai envie de pleurer tellement c’est bon de me sentir enlacé, protégé par ce corps puissant, de me sentir dans ses bras… si proche de son cœur…
Une image me revient à l’esprit… quelques vers d’une vieille chanson italienne que ma mère écoutait souvent quand j’étais petit… elle avait ramené le 45 tours lors d’un voyage en Italie, un voyage avec mon père, un voyage pendant lequel elle avait du être très amoureuse…
Quelle beauté, ce texte… le mec a du l’imaginer une nuit dans une situation qui devait certainement ressembler à la mienne, dans un état de bonheur très proche du mien, tellement ça colle à mon ressenti de ce moment précis… quand Gino Paoli a écrit cette chanson, il devait tout simplement être… amoureux !
Quando sei qui con me/Quand tu es ici avec moi
questa stanza non ha più pareti/Cette chambre n'a plus de parois
ma alberi, alberi infiniti/Mais des arbres, des arbres infinis.
Quando sei qui vicino a me/Quand tu es ici à côté de moi
questo soffitto viola/ce plafond violet
no, non esiste più.../non, il n'existe plus ...
Io vedo il cielo sopra noi/Je vois le ciel au-dessus de nous
che restiamo qui, abbandonati/que nous restons là, abandonnés
come se, se non ci fosse più/comme si, il n'y avait plus
niente, più niente al mondo/rien, plus rien au monde.
Je ne veux pas me rendormir, je veux vivre ce moment le plus longtemps possible… je veux que cette nuit ne se termine jamais ; hélas, je finis quand même par retrouver le sommeil, enveloppé de la chaleur de sa peau, de son parfum… je me sens comme un chaton dormant dans le panier à linge de son propriétaire, comme un labrador couché sur les vêtements abandonnés à terre par son maître… je sens sa présence et ça me rassure, ça me rend heureux, comblé.
Il est 7 heures quand j’ouvre les yeux à nouveau… le store n’est pas complètement déroulé et le jour commence à rentrer par le bas de la porte fenêtre… Jérém n’est plus enlacé autour de moi… il est endormi, beau comme un enfant, juste à coté… il est presque tourné sur le flanc, vers moi, une main entre la tête et l’oreiller… canaille de mec, qu’est ce qu’il est beau dans son sommeil… son regard est tellement doux, apaisé, ses angoisses et ses inquiétudes de la veille semblent complètement effacées de son visage… j’adore le voir dormir car je me fais la réflexion que quand il dort il est là, tout entier avec moi… il ne fait pas des trucs que je ne voudrais pas qu’il fasse, il ne pense pas à des trucs dont je ne voudrais pas qu’il pense… je sens que ma jalousie vis-à-vis de ses nombreuses aventures du passé s’estompe, je sens que mon cœur est conquis… je sens qu’il ne peut plus me faire souffrir, que nos deux esprits sont si proches, liés à jamais… je sens une étrange sensation parcourir mon corps, un truc qui m’attire vers lui, un truc d’une tendresse infinie, comme un parfum d’amour, de douceur, de bonheur…
Tout a été parfait cette nuit. Tout. Il n’y a qu’un truc qui pourrait gâcher cette perfection : le matin. Ce morning after m’angoisse… je me demande dans quelles dispositions il sera au réveil et la magie de la nuit dissipée… comment on pourra renouer avec la beauté de ces instants incroyables de la nuit passée en évitant la fausse note qui fera tache…
Je le regarde une fois encore, presque au bord des larmes… quand je pense que je n’ai qu’une envie, c’est de lui faire un câlin et, pourquoi pas, lui faire tomber cette bonne trique qu’un garçon de son âge doit avoir au réveil…
Alors, quoi faire ? Partir, en laissant un mot ? « J’ai du rentrer, merci pour cette nuit » : tu en fais trop, Nico ; ou tout simplement « Je suis rentré » : il va le voir tout seul ; ou quoi d’autre ? Pas de mot du tout ? Comment prendrait-t-il mon absence ? Soulagé ? Vénère ?
Et si jamais je reste, si j’attends qu’il se réveille ? Comment prendrait-il ma presence ? Serait-t-il gêné ? Me regarderait-t-il avec une seule envie, que je me tire ? Ma présence, lui rappelant ce qui s’est passé cette nuit là, lui serait-t-elle insupportable au réveil ?
Je n’ose même pas penser qu’il puisse assumer le matin venu ce que l’alcool et l’enchaînement plutôt inattendu des événements de la veille avaient rendu possible… jamais à un instant j’ai osé penser que ça pourrait lui faire plaisir de me retrouver dans son lit en ce dimanche matin où les rayons de soleil déjà puissants filtrent du bas de la porte fenêtre.
Oui, quoi faire? Partir en laissant intacte la beauté de la nuit passée ou tenter de renouer avec la tendresse et la sensualité, le réveiller avec une pipe, des caresses, des baisers ? Partir avec le risque qu’il le prenne mal ou rester avec le risque de me faire jeter ? De me sentir humilié devant sa froideur après la tendresse de la nuit passée ? Quelle conséquence aura-t-il mon choix sur la suite de notre relation ? Should I stay ou should I go ?

Allongé dans le lit à coté du beau Jérémie, enivré de son parfum, écoutant la lente mélodie silencieuse de sa respiration, Nico ne sait pas quelle décision prendre. Partir ou rester ?
Les deux issues sont écrites. Les 20 premiers lecteurs qui aideront Nico à faire son choix (en laissant leur mail), recevront en avant-première, le soir de la parution de leur commentaire, l’issue qu’ils auront choisie. La plus plébiscitée sera publiée en début de l’épisode de samedi prochain.








Les avis des lecteurs
 

Rester...
Il faut assumer Nico!
J'attends la suite (comme d'habitude...)

 
 

Vu le changement dans la psychologie de Jérémy, il paraît évident que Nicolas doit partir. De cette façon, la suite de l'histoire pourrait être racontée du point de vu de Jérémy.

 
 

Nico doit rester et assumer cette nouvelle situation
Vivement que Jeremy casse sa carapace

 
 

salut je pense qu'il doit s'effacer pour mieux se retrouver ensuite

 
un couple de lecteurs

Excellente histoire ! je souhaiterai que nico reste mais que dans ta prochaine histoire on connaisse les pensées de Jéremy sur cette soirée et se réveil

 
 

Vu le changement dans la psychologie de Jérémy, il paraît évident que Nicolas doit partir. De cette façon, la suite de l'histoire pourrait être racontée du point de vu de Jérémy.

 
 

Il faut absolument qu'il reste, quitte a se faire virer au reveil. Partir c'est fuir, " Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve", mais le don juan va voir ca comme un rejet, et il ne courra pas apres Nico... Par contre s'il reste, il risque soit que Jerem assume(autant que possible) et donc d'etre heureux OU que Jerem le vire et dans ce cas il devra assumer de ne pas être heureux . Nico ne sera responsable de rien.
PS: Si Jerem se retourne pendant la nuit et réenroule ses jambes a celles de Nico c'est que c'est pas l'alcool qui parlais !!!!!!

 
 

Je pense que le mieux est que Nico reste. S'il part, Jérémie va se sentir rejeté. Il refuse d'ouvrir son coeur à cause des problèmes de son enfance et ne veut pas s'engager de crainte de l'abandon.
Si Nico reste, il sera rassuré. C'est Jérémie qui a demandé à ce que Nico reste, donc Nico doit rester. Au pire, même s'il est "désagréable" il verra après que Nico pense à lui.
Si Nico part (surtout sans laisser de mot), il risque de se dire "personne ne m'aime et même Nico alors que j'ai cru pendant un instant être aimé".


 
 

Rester!!!

 
 

il devrait rester :)

 
 

Qu'il reste ! On vit de risques ! ;)

 
 

Pour garder un peu de tension et éviter de tomber dans la mievrerie, il faut qu'il parte
Nico sort pour acheter un petit dej, puis se fait jeter quand il rentre avec les croissants.
Grande explication, et c'est Nico qui jette Jerimie sur le ton "faudrait savoir". La relation dominant dominé continue à s'inverser...

 
 

Franchement le choix est difficiles. J'ai peur que si il reste il le regrette mais comme on dit mieux vaut avoir des regrets que des remords.
Alors Nico il fait que tu reste.
Vivement samedi prochain ;)

 
 

qu'il part. vu qu'il y aura une majorité de "reste" j'aurai par mail la 2e version.

 
 

Moi Je voudrais que Nico parte s'il reste Je pense que cela rendra encore plus violant pour lui sa matiné avec jerem : il va s'en prendre plein la tete si il lui fait des reprauches ... donc Je suis pour laisser Nico partir ^^

J'te lis depuis le début ton histoire me plait toujours autant Je l'adore !!!

 
 

J'aimerais qu'il reste ! Superbe nuit, magnifique histoire comme d'hab!

 
 

nico doit rester !

 
 

Rester...
Il faut assumer Nico!
J'attends la suite (comme d'habitude...)

 
Rodrigue

Dur dilemme,
Rester, cela signifie subir le retour à la réalité de Jerem et de son côté bestial se confrontant à ses erreurs de la veille au soir, enfin erreur de son point de vue d’homme viril et toujours hétéro dans sa tête qui va s’en vouloir d’avoir eu la faiblesse de partager de la tendresse avec un homme lui qui même avec ses conquêtes féminines n’a jamais eu ce genre d’égard. N’étant pas encore prêt à admettre ses sentiments envers Nico, il devrait avoir du mal à envisager ce changement et en ressentir une grande colère qui pourrait fort bien se retourner contre le responsable de cela à ses yeux : Nico qui de par sa passion pour la virilité de Jerem, son désir de satisfaire sexuellement le seul vrai male de la situation et pour parler crument de sa soumission à sa queue est , pour Jerem, le seul fautif. Mais rester c’est aussi avoir l’occasion de découvrir Jerem avec la fameuse trique du matin et ce besoin physiologique imposant la nécessité de se vider et dans ce cas : colère d’avoir été faible la veille + trique du matin = baise très hard à la limite de la violence avec un max de domination et donc une histoire magnifique comme tu nous les contes si bien.
Mais à cela Nico y a forcément pensé et la crainte de casser ce début de progrès de Jérem en s’imposer à lui au réveil devrait le pousser la mort dans l’âme à quitter Jérem avant son réveil, s’habillant en faisant bien attention à ne pas réveil son beau dormant avant de se tourner vers lui le regarder amoureusement, lui offrant une dernière caresse et un ultime baiser sur le front et de quitter sa chambre la larme à l’œil, laissant Jerem ouvrant les yeux en entendant la porte se refermer, lui qui ne dormait plus déjà depuis un certain moment se réserve ainsi de longues branlettes sous la couette et sous la douche à repenser à tout cela.
Le plus logique est donc le départ à mes yeux après si les 2 versions sont prêtes autant ne pas en perdre et diffuser les 2.
Merci à toi pour ce bon moment que tu m’offres tous les samedis matins


 
 

Excellente histoire.
MOI JE PREFERE QUIL RESTE.



 
 

Je suis fan !! Merci pour ces moments que tu fais partagé :) Pour moi comme Nico, je suis un très grand fan du romantisme, il est donc logique que mon choix se porte sur le fait qu'il reste !! :)

 
 

Il reste!!

 
 

Il faut qu'il reste !!!!

 
 

Nico devrait tout simplement partir afin de laisser Jerem digerer cette nuit magique... PS merci pour ce texte sublime, intime, tellement personnel... jerem et nico... quelle belle histoire.. j en sujs emu.. etant moi aussi italien gino paoli... quel poete... et cerise sur le gateau... etant un fan de Madonna... j ai adore tes placements avec les lyrics de Ghosttown.... merci

 
 

Genial cette suite, tout comme le reste de l'histoire. Bravo et un grand merci. Je pense que Nico devrait partir, L'alcool+la tristesse auront rendu Jerem de mauvaise humeur.

 
 

Je parie que Nico va rester ! Merci beaucoup pour vos récits et votre talent d'écriture

 
 

Quel suspens !
J'ai si peur pour Nico, ce beau Jerem peut-être si imprévisible.J'avoue avoir eu un vrai dilemme mais puisqu'il faut faire un choix, je vais voter pour le choix 1, partir,peut-être pour ne pas gâcher cet instant...

 
 

Bravo, j'ai juste envie de dire ça :-)

 
 

Salut Fab, ton récit est vraiment très sympa et très bien rédigé. Je l'ai commencé jeudi et je l'ai dévoré! Un peu comme Nico dévore Jerem :D
Y a pas à dire, je pense que choisir cette issue où ça ne finit pas par l'humiliation de Nicolas était une bonne idée. Voir cet étalon passer du brutal à une autre forme de sensibilité est juste magnifique! Alors continue comme ça et je continuerai de lire tes suites.
(Si y a juste un point négatif, c'est que tes suites sortent tous les vendredis donc dès la prochaine fois, je vais devoir attendre une semaine :( c'est limite cruel!)

Et pour la suite, je vote pour que Nico parte, pour voir comment Jerem va réagir quand il se réveillera.

Aurel'

 
 

Rester, quelles qu'en soient les conséquences !!!

 
 

Nico reeeeeeste !!!!

 
 

Envie que Nico reste:
"Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche :
-Ah ! Dit le renard... je pleurerai.
-C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...
-Bien sûr, dit le renard.
-Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.
-Bien sûr, dit le renard
-Alors tu n'y gagnes rien !
-J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé"


Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry



 
 

:p

 
 

Coucou !
Je plaide pour que tu restes ... Sait-on jamais. Les événements du soir ont peut-être brisés sa carapace à jamais !!
J'espère ...

 
 

Should stay
Impatient de lire la suite

 
 

Bravo, je pense qu'il est inutile d'en dire plus. Superbe ttexte, une fois de plus.
J'aimerais pour ma part que Nico reste, je suis curieux de voir la réaction de Jérém au réveil...

 
 

Très beau récit, comme toujours.. :)

And he should stay

 
 

Je lis l'histoire de ces 2 étudiants depuis le départ ! Ton écriture m'impressionne, elle donne du plaisir mais aussi des frissons, rien que le fait de penser que Jérem peut être "câlins" ça donne juste un big smile :D (à l'occasion faut le dire, c'est bandant x) )
Pour ma part, j'aimerai que Nico reste ! Et d'espérer avoir un Nico qui arrête de fuir ! Merci pour t'es récits :)

 
 

J'espère que Nico va rester, un peu plus d'amour dans cette histoire envoutante !

 
 

A mon humble avis, il faut qu'il parte, qu'il lui laisse de l'espace. Ne pas lui donner la possibilité de rejeter "la faute".
Belle histoire, vraiment bien. J'aime pas, d'habitude, les trucs de domination. Mais. Les failles de Jérémie sont touchantes. L'inconditionnel amour de Nico me faisait halluciner au début. Et puis, je l'ai trouvé de plus en plus touchant lui-aussi.
Cela dit, je pense que certaines introspections, même si bien rédigées et tout, sont un peu trop longues. Trop bloc.
En tout cas, j'espère que tu continueras un moment cette histoire. Je te suivrai.


 
 

Magnifique ! Je pense qu il devrait rester, saisir sa chance. Jerem est trop fier pour lui courir après s'il part...

 
 

Je veux que Nico reste

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Fab75du31


 
53.7 Mourad - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
53.6 Retrouver Jérém. - Récit érotique publié le 02-09-2017
 
53.5 Fresque estivale toulousaine. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
53.4 Le café de Thibault. - Récit érotique publié le 22-07-2017
 
53.3 Du côté de chez Thibault - Récit érotique publié le 01-07-2017
 
53.2 Le beau moniteur, le bomécano et d’autres garçons. - Récit érotique publié le 17-06-2017
 
53.1 Une présence de mec. - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
52 Jérémie en vacances - Récit érotique publié le 16-05-2017
 
51.7 Le réveil d’un bobrun en pétard - Récit érotique publié le 15-04-2017
 
51.6 Le garçon qui ne dort pas - Récit érotique publié le 01-04-2017
 
51.5 Le bel étalon et le puissant jeune taureau - Récit érotique publié le 25-03-2017
 
51.4 Les envies de Thibault - Récit érotique publié le 11-03-2017
 
51.3 Thibault ôte son t-shirt - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
51.2 Le t-shirt de Thibault - Récit érotique publié le 21-02-2017
 
51.1 Le Jérém à peau mate et le Thibault à dos large - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
50 P’tit branleur sexy (torse nu, casquette à l'envers) - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
50 P’tit branleur sexy (torse nu, casquette à l'envers) - Récit érotique publié le 02-02-2017
 
49.10 Ouais, tu vas sucer… et tu vas en avoir pour ton grade ! - Récit érotique publié le 21-01-2017
 
49.8et9 Une douche et une pipe dans les vestiaires - Récit érotique publié le 31-12-2016
 
49.6.7 Baise dans un vestiaire de rugby après match - Récit érotique publié le 24-12-2016
 
49.3&4&5 Match et après match - Récit érotique publié le 20-12-2016
 
49.2 Dans ma tête, dans mon cœur, dans ma chair - Récit érotique publié le 03-12-2016
 
49.1 Une nuit avec Thibault. - Récit érotique publié le 26-11-2016
 
48.3 … tu sucerais qui ? - Récit érotique publié le 18-11-2016
 
48.2 Si loin et si près de toi - Récit érotique publié le 12-11-2016
 
48.1 Dans l'espace et dans le temps. - Récit érotique publié le 29-10-2016
 
47.3 (Sous) Le t-shirt de Thibault. - Récit érotique publié le 08-10-2016
 
47.2 La sieste, le Mojito et la bière avec Thibault. - Récit érotique publié le 01-10-2016
 
47.1 Pecs contre pecs. - Récit érotique publié le 24-09-2016
 
46.17 Jérém dans la peau, Jérém sur ma peau. - Récit érotique publié le 22-08-2016
 
46.16 Je viens… je vais jouir… - Récit érotique publié le 16-07-2016
 
46.15 Envie de jouir… en lui… - Récit érotique publié le 09-07-2016
 
46.14 Je vais prendre une douche. - Récit érotique publié le 02-07-2016
 
46.12 Suce ! - Récit érotique publié le 21-06-2016
 
46.11 La bonne pipe sans hésitation. - Récit érotique publié le 18-06-2016
 
46.10 Une queue pour deux… - Récit érotique publié le 11-06-2016
 
46.9 Dans le creux de ses pecs… - Récit érotique publié le 04-06-2016
 
46.8 Tu vas me passer une capote… - Récit érotique publié le 31-05-2016
 
46.7 Sodomie entre beaux bruns. - Récit érotique publié le 28-05-2016
 
46.6 Jérém prend son pied. Romain aussi. Et moi… - Récit érotique publié le 21-05-2016
 
46.5 Duel de bites très fort tendues. - Récit érotique publié le 14-05-2016
 
46.4 Fin de soirée en bonne compagnie - Récit érotique publié le 07-05-2016
 
46.3 Le très beau brun et le brun très beau. - Récit érotique publié le 29-04-2016
 
46.2 On rentre ! - Récit érotique publié le 23-04-2016
 
46.1 Quand Nico se fait draguer, Jérém… - Récit érotique publié le 15-04-2016
 
45.3 Oui, Nico suce bien, et par-dessus tout… - Récit érotique publié le 19-03-2016
 
45.2 Et je jouis… - Récit érotique publié le 15-03-2016
 
45.1 Jérémie 4 en 1 - Récit érotique publié le 12-03-2016
 
44.7 Un homme bien sucé… - Récit érotique publié le 27-02-2016
 
44.6 Oui, le cœur de Jérém… - Récit érotique publié le 20-02-2016