S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]




 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodites Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

histoires érotiques audio

Fin de chantier (2) le week-end

- Par l'auteur HDS Frank83 -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Frank83 [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email : francknat83136freefr

• 5 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par HDS : 9.8
• L'ensemble des récits de Frank83 ont reçu un total de 57 910 visites.

sexe récit : Fin de chantier (2) le week-end Histoire Publiée sur HDS le 15-05-2015 dans la catégorie Plus on est
Tags: Cocufiage adultere  Epilation  Sans culotte 
Cette histoire de sexe a été affichée 12430 fois depuis sa publication.


Note attribuée à cette histoire par HDS : Fin de chantier (2) le week-end ( 10.0 /10 )
 

 
Couleur du fond :


Fin de chantier (2) le week-end

Résumé de l’épisode précédent : " Première semaine "

Après une semaine de travail, nous avons invité les ouvriers à un barbecue où, l’alcool aidant, ils parviennent à soumettre Valérie à leur bon vouloir. Pour ma part je n’ai rien vu venir ; mais dans la nuit, je découvre que Valérie sera possédée par tous les ouvriers, et pour finir prise en sandwich par les deux plus jeunes. Quelle révélation pour moi qui pensais Valérie beaucoup plus réservée !


________________________



J’ouvre un œil : 10 h 30. J’ai récupéré, mais ce n’est pas la grande forme. Je me décide à me lever, enfile vite fait un tee-shirt, un bas de jogging et sors de la chambre. Sur le palier, j’entends discuter en bas mais je suis attiré par la chambre de Lucian qui est grande ouverte. Je franchis le seuil et jette un coup d’œil ; je me remémore tout le film de cette nuit, et l’excitation me provoque une érection.

J’aperçois sur le rebord de la fenêtre une petite caméra style GoPro ; elle n’a pas été posée là par hasard : elle est positionnée de telle manière que je me doute de ce à quoi elle a servi, bien orientée sur le champ de bataille de cette nuit.

Ma curiosité fait que je m’approche pour la prendre en main ; elle est récompensée : il y a tout un tas de cartes mémoire posées sur le petit meuble sous la fenêtre. Je me saisis de la caméra. Je connais ce type de produit ; il est possible de visualiser les enregistrements via le petit écran intégré à l’arrière. Il a tout prévu pour ne pas tomber en panne de batterie car elle est raccordée à son chargeur. J’essaie de trouver le mode lecture, et j’y parviens assez facilement.

Le film commence ; pas grand-chose d’intéressant. Je passe en mode accéléré ; sur l’écran, je vois le parquet de la chambre : ça bouge, il sort de la chambre, je vois le carrelage du palier, il pénètre dans notre chambre, se dirige vers la fenêtre. Il fait nuit mais on me voit bien, complètement affalé dans mon fauteuil en compagnie de Victor et Marian. Je commence à comprendre à quel moment a été réalisé cet enregistrement. Apparaît devant l’objectif un pouce tendu vers le haut, puis on voit ma femme en compagnie de Stefan ; je pense qu’il vient de poser la caméra, car à partir de ce moment-là le plan est fixe.

Stefan est derrière Valérie, la soutenant de son bras sous la poitrine, et son autre main descend la fermeture Éclair dorsale de la robe. Lucian entre dans le champ ; il se charge de soutenir Valérie sous les bras. Stefan dégage une épaule, sort le bras de l’emmanchure, puis fait de même avec le deuxième bras ; la robe glisse au sol. Il dégrafe le soutien-gorge, dégage les bretelles, et lui fait suivre le même chemin que la robe. Lucian se penche pour lui embrasser la poitrine et jouer avec ses tétons ; Stefan en profite pour lui descendre la culotte, lui fait lever une jambe puis l’autre afin de dégager la robe et la culotte, puis fait remonter ses mains en caressant l’intérieur des cuisses. Elle ne bouge pas, se laissant faire ; je vois ma femme nue entre ces deux hommes.

Stefan continue ses caresses sur tout le corps ; on devine que cela provoque un frisson à Valérie. Lucian prend du recul et commence à se déshabiller, torse nu d’abord – bien conservé, le mec – puis descend pantalon et slip ; il bande déjà. Stefan réussit à faire pencher en avant Valérie. Lucian lui présente sa queue ; et là, surprise : Valérie la prend en main et commence à la branler en approchant les lèvres. Se rend-elle compte de la situation ? Je ne sais pas, mais en tout cas ils ont réussi à la mettre à leur merci.

Stefan est toujours derrière elle, une main entre les fesses ; il doit la branler. J’espère que c’est l’excitation qui la fait réagir ainsi. Victor entre dans le champ et récupère Stefan. Lucian fait redresser Valérie, la fait tourner dos sur sa poitrine, et d’une main joue avec ses seins tandis que l’autre se dirige vers son mont de Vénus ; il l’embrasse dans le cou. De nouveau, j’ai l’impression que cela la fait frissonner. Elle est à sa disposition. Il se rapproche de la caméra : j’ai un gros plan sur sa main qui astique son clitoris ; elle doit être drôlement excitée de subir ce traitement. La caméra bouge ; passage rapide sur la terrasse où l’on voit les trois autres me prendre en charge : c’est donc à ce moment-là qu’ils m’ont amené à la chambre et m’ont déshabillé.

Dans le champ, je vois qu’ils sortent de la chambre. Traversée du palier, puis la chambre de Lucian ; il doit avoir reposé la caméra où je l’ai trouvée tout à l’heure, car de nouveau on peut voir un plan fixe en direction du convertible. Ils rentrent tous les deux dans le champ : il la fait asseoir et lui présente sa queue pour une fellation qu’elle attaque sans hésitation, puis il la fait s’allonger et se place en 69. Il joue de sa langue sur son clitoris et lui titille les orifices de ses doigts. Elle semble apprécier le traitement ; en tout cas, elle ne le repousse pas. Il se redresse, la fait mettre à quatre pattes sur le lit, cul face à la caméra : il a tout calculé…

Il se présente entre ses lèvres ; il a bien préparé le passage, car il s’enfonce d’un trait à fond puis commence à la limer, d’abord en douceur, puis un peu plus violemment. Il a envoyé une main vers le clitoris et la maintient sous pression sous ses coups de boutoir. Il se retire complètement puis replonge ; à ce moment-là, je crois apercevoir son pouce au fond de son anus. Il fait cela plusieurs fois puis prend sa verge en main, salive entre les fesses de Valérie et présente sa queue en la maintenant à l’entrée de son anus qui s’ouvre sous la pression. Cette fois il avance avec douceur, marquant même un temps d’arrêt, histoire que les chairs s’habituent à l’intrusion. Il avance puis ressort, rentre un peu plus et ainsi de suite jusqu’à ce que tout disparaisse dans son fondement. Il continue de lui exciter le clitoris, puis finit par sortir totalement et s’allonge sur le lit, la fait venir sur lui, et effectivement comme je l’avais pressenti cette nuit, l’investit de nouveau par derrière. Les sphincters doivent être suffisamment détendus car ça rentre comme dans du beurre ; elle va jusqu’à s’asseoir sur lui, complètement possédée par son membre.

J’arrête la lecture à ce moment-là ; j’en ai vu assez, et surtout en connais la fin.

Les autres cartes mémoire m’intriguent ; j’en prends une et l’insère dans la caméra pour la lire. Une image fixe apparaît : vue sur une salle d’eau. Je me rends compte que c’est la nôtre et que c’est filmé depuis l’extérieur ; ils ont installé la caméra lorsqu’ils ont mis en place l’échafaudage, et ni moi ni Valérie ne nous sommes aperçus de quoi que ce soit.

Ça vient d’évoluer : Valérie est entrée dans la pièce, elle se déshabille et entre dans la douche. J’arrête la lecture.

Par curiosité j’en choisis vite une autre ; malheureusement rien dessus. Alors une dernière avant de sortir de la chambre car cela fait un moment que j’y suis et je ne voudrais pas me faire surprendre en train de fouiller. J’ai de la chance, il y a quelque chose ; je reconnais le cadre puisque c’est notre chambre. Vue sur le lit mais vide. J’avance en lecture rapide : Valérie entre dans le cadre, se déshabille tranquillement ne se sachant pas observée, enfile un pyja-short et se met au lit ; puis j’apparais, me déshabille aussi et me couche car, pour ma part, je dors nu. Valérie vient se lover contre moi, m’excite les tétons de la langue ; je découvre son dos, la caresse, passe la main sous son short lui caresse les fesses. Elle descend en me faisant des bisous sur le ventre. J’en profite pour dégager la couette. Elle se saisit de ma verge et commence à me sucer le gland, puis descend le long de la verge, des bourses, du périnée et pour finir l’anus, puis fait le chemin inverse tout en m’introduisant un doigt dans l’anus. De mon côté, je continue mes caresses et parviens à son clitoris que j’agace du bout des doigts. Au bout d’un moment je m’interromps car je ne veux pas venir dans sa bouche. Elle s’allonge donc au milieu du lit et je lui fais un cunnilingus, puis doucement je remonte sur son ventre, ses seins, taquine ses tétons, l’embrasse ; elle se saisit de ma verge et se l’introduit. Je zappe la fin car je connais.

Je n’en reviens pas qu’ils aient réussi à nous espionner sans qu’on s’en rende compte à aucun moment. La soirée et la nuit étaient donc mûrement réfléchies et préparées, et ils connaissaient déjà les détails de notre anatomie, de nos particularités et de nos pratiques.

Il est temps que je descende discrètement. J’entends que ça discute ; j’arrive par la cuisine, le chien les alerte de ma présence et je crois voir – mais sans en être totalement sûr – que Valérie était sur les genoux de Lucian. En effet, j’ai cru voir comme un mouvement, mais sans certitude. En tout cas, quand j’entre dans la salle à manger, elle est assise entre Lucian et Victor et, malgré l’heure, elle est toujours en chemise de nuit, ce qui m’étonne. D’ailleurs je remarque que ses cheveux ne sont pas totalement secs, ce qui me surprend car je n’ai pas entendu la douche qui jouxte notre chambre, ce qui n’aurait pas manqué de me réveiller. Encore un point qu’il faudra essayer d’éclaircir.

Marian me propose un café, je n’ose refuser ; ils font comme si rien ne s’était passé cette nuit. Valérie me dit que pendant la soirée elle en a appris un peu plus sur eux : Victor est le petit frère de Lucian, et Marian est un cousin germain, leurs pères sont deux frères. Par contre, Stefan est le frère de la femme de Lucian ; si je comprends bien, c’est une histoire de famille, et ils se sont unis pour arriver à leurs fins.

Je prends ma tasse de café et me recule de la table pour m’installer confortablement sur le fauteuil (j’ai oublié de préciser que le mobilier que nous avons installé dans la salle à manger est un salon de jardin en plastique) ; en baissant le regard sous la table, je vois les jambes de Valérie et deux mains qui la caressent sur le haut des cuisses. Ma présence ne les gêne même pas ; quel culot de faire cela sous mes yeux ! Et Valérie, qui ne dit mot, consent même à ouvrir les jambes. Quelle vision, une chatte totalement dépourvue de poils… juste un triangle au-dessus du clitoris ; j’aperçois ses lèvres entrouvertes. J’avale de travers ma gorgée de café et me renverse le reste de la tasse sur le tee-shirt ; sur le coup, ils retirent leurs mains et Valérie replace sa chemise de nuit. Je n’en reviens pas : ils n’avaient pas calculé qu’en me reculant, je pouvais avoir cette vue. Mais ils ne se démontent pas et me demandent si tout va bien. Valérie s’approche et me tape dans le dos ; je récupère mais reste muet, ne sachant que dire, d’autant que malgré tout cela m’excite. Je comprends qu’elle est sous l’emprise du chef et qu’elle accepte cette domination ; elle qui d’habitude maîtrise la situation, la voilà aujourd’hui soumise.

Elle m’accompagne à la chambre comme si de rien n’était, m’aide à retirer le tee-shirt et à enfiler le propre et m’embrasse ; je ne peux résister et lui rends ce baiser en lui caressant, au travers de sa chemise, les seins et les tétons qui veulent transpercer le tissu. Elle se dégage en me disant qu’il faut qu’elle se prépare pour aller faire quelques courses et file vers la salle d’eau en prenant au passage une culotte et un soutien-gorge dans un tiroir de la commode.

Je descends au salon et allume la télé sur M6 ; Turbo a commencé, une des seules émissions que je regarde à la télé. Dans la salle à manger, il y a encore Lucian et Stefan qui discutent. Valérie descend ; elle a enfilé une jolie petite robe qui met en valeur sa poitrine et qui lui arrive juste au-dessus du genou, ça lui va à ravir. Elle me demande si j’ai besoin de quelque chose ; je lui dis de penser à prendre du jus de fruit frais et du fromage blanc. À ce moment-là, Lucian sort de la cuisine et lui demande si elle peut l’emmener ; je n’ai pas le temps de réagir qu’elle lui dit déjà « Pas de problème, mais dépêche-toi. » Tiens… c’est la première fois que je l’entends le tutoyer ; c’est sûr que depuis les événements de cette nuit, le vouvoiement n’est plus de rigueur ! Il passe par la chambre en bas et j’entends claquer la porte-fenêtre de la terrasse. Il en a profité pour récupérer son frère Victor ; qu’ont-ils derrière la tête ?

Je continue à regarder la télé tout en ayant la tête ailleurs ; l’émission n’est pas encore terminée que les voilà de retour. Je suis rassuré, cela n’a pas été trop long. Victor lui porte le sac de courses, le dépose dans la cuisine et accompagne Lucian qui va ranger les leurs dans la salle à manger, puis tous les deux repassent par la cuisine pour rejoindre la chambre.

Le repas est vite préparé ; elle a acheté des crudités, un poulet rôti accompagné de petites pommes de terre, et des fraises pour le dessert. Mon émission est terminée ; je la rejoins donc à la cuisine où elle est en train de préparer les fraises. J’arrive derrière elle et la caresse du haut du dos jusqu’aux fesses. Bizarre : il n’y a pas de marques de culotte. Pourtant, lors de son passage à la salle d’eau, j’ai bien vu qu’elle en prenait une dans la commode, d’autant plus que ce n’est pas dans son habitude de ne pas en porter. Sont-ce les deux frères qui ont réussi à la lui faire retirer ? Si c’est le cas, ils sont trop forts ; j’ai essayé de mon côté pendant des années juste pour me faire plaisir : nada, jamais une seule fois elle n’a répondu positivement à cette demande. Ils sont rapides et efficaces, car pour moi la durée des courses m’a parue tout à fait normale.

Nous passons à table. Malgré tout, je suis chagriné par cette découverte que je souhaite confirmer ; je fais donc tomber ma serviette pendant et me penche pour la ramasser, et j’obtiens la confirmation de ce que j’avais pressenti : pas de culotte, et un abricot tout lisse ; ça donne envie d’en manger.

Nous échangeons sur l’actualité, les travaux ; je lui dis que j’ai un peu trop abusé de la bouteille hier soir, elle me répond qu’elle aussi elle a très vite été dans un état second, qu’elle se sentait bien comme sur un nuage, qu’elle avait le cerveau comme du coton et qu’elle ne se souvient pas de tout. Est-ce une manière de me dire que ce n’est pas la peine que je lui pose des questions, ou la réalité ?

Elle me demande si je suis satisfait pour le moment de leur travail car ils font de grosses journées ; ils se lèvent guère après mon départ, et parfois quand je rentre le soir ils sont encore en train de finir ou de débarrasser, nettoyer ; c’est vrai que ce sont de gros travailleurs. Dans ma tête repassent quelques images de la nuit : ils ont su se récompenser !

Comme elle veut aller faire une petite sieste, je souhaite l’accompagner, mais me dit qu’elle est très fatiguée et que si je la suis, elle sait comment cela va finir. Déçu, je vais dans le jardin. 2000 m2, il y a toujours à faire. Il y a quelque temps, j’ai taillé les chênes qui commençaient à faire de l’ombre sur les panneaux photovoltaïques, et il faut que je débarrasse car tout est au sol : trier les grosses branches pour la cheminée, et le reste à brûler. De temps en temps, je jette un coup d’œil à leur chambre ; ils sont tous les quatre à regarder un écran, mais je ne le vois pas. Sûrement des scènes du même type que j’ai pu voir sur les cartes mémoire ce matin. Puis je les vois tous les quatre dans la salle à manger en train de préparer à manger ; il doit être entre 15 et 16 heures. Je continue sans me soucier, mais un regard vers la maison me dit qu’il se passe quelque chose : il n’y a que les deux plus vieux qui continuent à cuisiner ; les deux plus jeunes ne sont plus avec eux. Je regarde alors vers la chambre et ne les vois pas non plus à l’intérieur. Je ne me précipite pas pour rentrer ; il faut que je mette d’abord en sécurité l’incinérateur afin de ne pas mettre le feu aux alentours. Cela me prend quelques minutes, puis je me dirige vers la maison.

Ils ne sont toujours pas revenus dans la salle à manger, et au moment où je rentre dans la maison, je les vois tous les deux déboucher du couloir, venant de leur chambre, mais aussi de l’étage. Marian tient dans une main un sac de la taille de la caméra trouvée dans la chambre de Lucian. Je me déchausse et monte dans notre chambre. Valérie dort encore ; elle avait vraiment besoin de récupérer. Elle qui dort toujours couverte jusqu’en haut est quasiment découverte, couchée sur son côté droit, la jambe gauche légèrement remontée, la chemise largement remontée laissant apparaître ses fesses, son sillon, son anus et ses lèvres. Je m’approche et remarque qu’elles sont toutes humides de sécrétions. J’avance une main pour les caresser ; c’est tellement beau et doux au toucher… J’approche des lèvres passe un doigt dessus ; malheureusement, cela a dû la déranger car elle change de côté, reprend la couette et se recouvre. Je quitte doucement la chambre sans la réveiller. En sortant, je jette un coup d’œil à la chambre de Lucian ; la caméra n’est plus sur le bord de la fenêtre. C’est bien ce que j’avais envisagé : il devait sûrement la filmer dans son sommeil ; c’est, à coup sûr, eux qui ont réussi à la découvrir. Je descends me préparer un café.

Ils sont en train de manger. Un de leurs téléphones sonne ; Lucian parle tranquillement, les autres ne disent plus un mot. Il met sur haut-parleur : je reconnais la voix de mon frère qui leur parle en roumain. Il a toujours eu beaucoup de facilités avec les langues ; il suffit qu’il passe quelques jours dans un pays pour commencer à connaître les balbutiements. Ce n’est malheureusement pas mon cas, et je ne comprends rien à ce qu’ils échangent. Lucian se lève, coupe le haut-parleur et me passe le téléphone en me disant « C’est Pascal, il veut parler. »

Je lui prends le téléphone ; il me demande si cela avance bien, si je suis satisfait du travail, et ensuite me demande ce qu’ils ont fait hier. Je lui dis les avoir invités au repas du soir. Il me dit être étonné qu’ils aient accepté, car d’habitude le samedi – comme il me dit – ils partent en chasse. Il faut les comprendre : plusieurs mois sans rentrer en Roumanie, ils prennent un peu de bon temps. De toute façon, il a calculé que d’ici la fin de semaine, ils devraient avoir terminé, ou au plus tard en début de semaine suivante car il les attend dans le Nord sur un chantier qui s’est débloqué. Sûrement que, ne connaissant pas la région, ils ont préféré accepter notre invitation ; s’il savait ce qu’il s’est passé… Ils ont consommé sur place, et en plus elle a réussi à satisfaire tout le monde : pour eux, il n’y a pas mieux. Je m’isole pour poursuivre cette conversation en me dirigeant vers le cabanon derrière la maison ; rien de bien intéressant à raconter ici.

À la fin de la communication, j’en profite pour fouiller dans le téléphone ; surprise : un album photo bien fourni avec un nombre impressionnant de clichés de Valérie sous toutes les coutures, de loin, de près, ses jambes croisées, décroisées, son décolleté ; zoom sur ses cuisses, sa culotte… Tiens ! Même une d’elle sous la douche, puis nue devant le miroir de notre salle d’eau en train de se sécher les cheveux, les bras en l’air, belle poitrine qui donne envie ; celles d’hier soir, au début du repas, de son décolleté, de sa culotte sous la table, même de la tache de café avec un pouce vers le haut, de moi amorphe dans le fauteuil, de moi déshabillé sur le lit, un gros plan de mes attributs et de ceux de Victor côte à côte. Difficile de supporter la comparaison : au repos, c’est quasiment 4 fois plus gros, sans parler du diamètre !

Et pourtant cette nuit, Valérie a tout accepté.

Parlons-en, de Valérie ; les suivantes sont toutes d’elle : cette nuit, remplie par Victor, en double avec Marian, devant l’évier en train de faire la vaisselle, la même mais cette fois avec Lucian une tablette à la main ; je ne sais pas ce qu’il est en train de lui montrer. Je continue à zapper. Tiens donc… intéressant ! La séquence rasage sûrement, dans leur salle de bain, assise sur le bord de la baignoire entourée des quatre mâles. Deux photos où ils lui retirent sa chemise de nuit, une où l’on en voit un couper le plus gros avec des ciseaux, une où l’on étale la mousse, une avec le rasoir ; il n’y a que des gros plans, et on ne peut pas voir qui officie. On l’oblige à s’allonger quasiment sur le bord de la baignoire et lui fait relever les jambes écartées ; on lui rase le sillon afin de ne laisser aucun poil, hormis un triangle sur le pubis. Des mains avec de la crème hydratante lui massent toute la zone.

Ils lui font passer les jambes par-dessus la baignoire ; elle se retrouve donc face à eux. Cela a dû les exciter car ils se branlent sur ses seins ; je peux en compter trois qui se vident : Stefan en premier, puis Marian, et pour finir, Victor. Lucian, lui, l’emmène sous la douche, la nettoie de la souillure qu’elle vient de recevoir, la fait agenouiller ; elle le reçoit dans sa bouche. Je n’en reviens pas des réserves qu’ils ont, ou est-ce moi qui ne suis pas normalement constitué ? Je ne me suis jamais posé la question.

Elle est totalement sous l’emprise de Lucian qui en fait ce qu’il veut sans qu’elle ne proteste. Elle sort de la douche ; de nombreuses mains la frictionnent avec un drap de bain et on lui remet sa chemise de nuit. Tiens donc… J’avais bien vu, ce matin, assise sur les genoux de Lucian dans la salle à manger, une main posée sur les cuisses. Je comprends les cheveux encore mouillés de ce matin. Tout se met en place. Les dernières la montrent endormie dans notre lit, apparemment sur le dos ; une main tire sur la couette afin de la découvrir. Tiens ! Sur la suivante, elle n’est plus dans la même position : une main remonte sa chemise afin de découvrir ses fesses. Sur d’autres, le gourdin de Victor – facile à reconnaître – au bord des lèvres de Valérie, encore un gros plan sur ses deux orifices, une autre encore une main posée sur ses fesses, une dernière un doigt coincé entre ses lèvres. Jusqu’où comptent-ils aller ?

Je reviens vers la maison et rends le téléphone à Lucian qui le donne à Victor ; je me doutais que c’était le sien ou celui de Marian. Valérie est au salon en train de regarder la télé ; elle a dû se lever pendant que je regardais les photos sur le portable, et n’a pas pris la peine de se rhabiller. Elle a le visage reposé, épanoui et souriant comme une personne bien dans sa peau, comblée de bonheur ; il y a longtemps que je ne l’avais pas vue comme cela.

Dans la chambre à côté, l’ambiance a aussi l’air bonne : on les entend rire, quelques bruits de verres ; ils doivent savourer leur victoire. Je feins l’ignorance mais je sais de quoi il s’agit ; elle a l’air tellement heureux que je n’ose aborder le sujet, ce qui aurait été le cas si je l’avais trouvée fermée. Tout ce que j’espère, c’est que ce n’est qu’une passade et que ceci rentrera dans l’ordre après leur départ d’ici quelques jours. Si tout va bien, ils seront partis à la fin de la semaine et tout redeviendra comme avant… ou pas : en effet, ils lui ont fait découvrir sûrement une nouvelle face de sa sexualité qu’elle ne soupçonnait peut-être pas d’ailleurs et qui n’était jusqu’à ce jour sûrement pas comblée.

Je la rejoins sur le canapé. Elle vient se caler contre moi, me prend la main droite et la cale sur son sein gauche, nos doigts entremêlés. Elle a l’air tellement heureux…Je l’embrasse dans le cou, elle se tourne et me tend ses lèvres ; je suis obligé de répondre à cet appel et l’embrasse amoureusement, puis nous regardons 66 minutes sur M6. Elle part à la cuisine et m’appelle pour la rejoindre manger le reste des crudités avec des œufs durs. À la fin du repas nous allons boire le café au salon. Je prends mon somnifère très léger mais nécessaire car sans cela, depuis quelque mois je me réveillais vers deux ou trois heures, et impossible de retrouver le sommeil. En quelques semaines, j’avais accumulé une telle fatigue qu’il m’arrivait de somnoler au travail après le repas de midi ; il fallait donc trouver une solution. Après consultation, mon toubib m’a prescrit ce traitement à prendre pendant quelques mois afin de réhabituer l’organisme. Dans la chambre à côté, les discussions vont bon train ; ils ont dû boire quelques verres : c’est le week-end. En semaine, ils ne consomment que de l’eau.

Elle monte dans la chambre pour lire ; moi, je reste un peu regarder le début de Capital.

Je ne me sens pas partir, mais je suis réveillé par du bruit dans la salle à manger ; il est presque 22 heures. Ils sont en train de cuisiner, et la discussion est assez enflammée ; malheureusement, je ne comprends rien. J’éteins la télé, passe leur dire bonsoir et monte rejoindre Valérie qui s’est assoupie, le livre à la main, les lunettes sur le nez. Je la débarrasse, me déshabille et me couche à ses côtés ; elle me tourne le dos et vient se caler contre moi. Je me couche sur le même côté et viens m’emboîter contre son dos. Sa chemise est suffisamment remontée pour que mon sexe vienne au contact de ses lèvres ; je la prends dans mes bras et me rendors aussitôt dans cette position.

Je me réveille ; j’ai une envie de pisser pas possible. Quel con ! Je me suis couché sans y aller, et à chaque fois c’est pareil. Je regarde l’heure : même pas minuit. Je me retourne ; personne dans le lit. Où est-elle ? Je me lève et, n’y tenant plus, je passe d’abord aux toilettes. Il y a encore de la discussion en bas ; je suis à poil, et n’ai pas envie de descendre voir, d’autant que le cachet fait son effet et que je suis à moitié dans le brouillard. Je vais me recoucher sans fermer totalement notre porte ; quelques instants plus tard – je ne saurais dire combien – la porte de Lucian s’ouvre. Je me prends la lumière dans la figure. J’entrouvre les yeux et vois Valérie traverser le palier nue, entrer dans la chambre et se coucher dans la même position. Elle me tourne le dos, faisant semblant de dormir. Au bout d’un moment je me tourne et viens reprendre ma position ; mon sexe rencontre un liquide visqueux qui s’épanche de son sexe : elle vient de s’en reprendre une cartouche ! Elle devient insatiable… J’en bande ; elle doit penser que c’est une érection nocturne car pour elle, je dors. Elle se cale de telle manière que je me retrouve emmanché jusqu’aux couilles, le passage étant tellement lubrifié. Je la prends dans mon bras gauche et sombre jusqu’au petit matin.



Si vous avez apprécié, laissez-moi vos commentaires ; une suite peut-être car le chantier n’est pas fini !







Les avis des lecteurs
 

A oui, il faut une suite.
Et ils n'ont pas aussi profité de toi, tant qu'ils y étaient, il devait bien y avoir un ou deux bisexuels pour te prendre en même temps que ta femme ?

 
 

belle histoire et quel plaisir de lire le lâcher prise de l'épouse.

 
Grogorom41

On ne s'ennuie pas chez vous !

 
 

Vraiment diabolique ce récit
j'adore

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :