S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodites Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

histoires érotiques audio

Une fièvre de cheval

- Par l'auteur HDS Jean-Pierre -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Jean-Pierre [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 140 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 7.9 • Cote moyenne attribuée par HDS : 8.4
• L'ensemble des récits de Jean-Pierre ont reçu un total de 4 103 092 visites.

sexe récit : Une fièvre de cheval Histoire Publiée sur HDS le 11-11-2016 dans la catégorie A dormir debout
Tags: Voisins voisines  Nymphomane 
Cette histoire de sexe a été affichée 9986 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ): Une fièvre de cheval ( 8.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire par HDS : Une fièvre de cheval ( 9.0 /10 )
 

 
Couleur du fond :


Une fièvre de cheval

Je ne devais pas sortir de chez moi, car la fièvre me clouait au lit. Après moult cachets et une bonne sieste, elle était tombée. Je me dis que je pouvais passer chez ma copine, qui est aussi ma maitresse, pour la crapuler à l’improviste.

Rentrant sans bruit avec mes clés dans son appartement qui est deux étages au-dessus, je vis des vêtements d’homme sur la table du salon. Dans la sacoche je vis des papiers qui me renseignèrent. C’était un voisin célibataire au-dessus. Il avait dû descendre pour un match de foot et finalement il avait préféré un match de foutre. Depuis le temps que ma copine en avait envie, elle le trouver très classe et musclé.

Je passais assez facilement sur le balcon pour mater dans sa chambre, je sais que ma copine laisse toujours la porte-fenêtre entre ouverte. Je vis ma copine, quasiment nue accroupie au pied de son lit et l’homme allongé sur le dos, ses jambes pendant sur le côté. Son sexe se dressait, raide, luisant. Aussi est-ce pour cette raison que je vis ma copine démarrer sans hésiter une énergique branlette, bientôt complétée d’une fellation.
Je fus presque jaloux de la gourmandise qu’elle montrait avec cet homme. Je vous assure que de voir ma maîtresse masturber d’une poigne énergique la bite d’un autre homme, la voir avaler le membre, faire aller et venir ses lèvres en un anneau parfait, a de quoi m’émouvoir très profondément. Je ne pouvais, de mon poste d’observation, que constater qu’il était sans conteste autant membré que moi, même plus.
Je bandais seul de mon côté, comme un salaud de voyeur. Je m’étonnais moi même qu’elle ait cette patience avec ce type ! Mais à y bien regarder je m’aperçus que ma copine n’avait aucunement besoin de se forcer. Durant toute cette période, ils n’avaient cessé de parler. Sans doute avait-il besoin de l’excitation des mots pour bander et ma copine le savait, car elle joua le jeu de l’impudeur avec une franchise qui m’étonna. Je ne vous relaterai pas ici l’intégralité de leur conversation, car d’où j’étais situé, il me fut impossible de tout entendre, mais seulement quelques propos saisis ici et là.
- Tu es quand même une sacré salope !
- Et ça ne te plais pas ?
- Si ! Mais ! Tais-toi…suce moi ! Tu aimes ça sucé les bites, ça se voit. Tu as dû en sucer un paquet, hein ?
- Tu m’as dit de me taire. Tu trouves que je suce bien ? C’est qu’on m’a bien appris.
- Qui t’a appris ?
- Je ne sais plus. Comme tu dis, j’en ai sucé plusieurs, des grosses et longtemps, et ça m’a, à chaque fois, fait mouiller comme une salope !
- Oh ! Oui ! penche-toi encore, comme ça, j’aime voir tes nichons pendre. Ils m’excitent tes nichons. Ils sont gros, avec des seins gros comme les tiens tu as du en faire bander des mecs, tu as dû te les faire tripoter… C’est des beaux nichons de belle salope!
Je ne sais lequel des deux s’excitait le plus de ce dialogue. Lorsque le sexe de son voisin fut dressé, ma copine le contempla un court instant, fière d’elle, puis sans hésiter, monta sur le lit et enjamba le corps du type. Mais alors que je m’attendais à ce qu’elle le chevauche en lui faisant face comme avec moi, j’eus la surprise de la voir lui tourner le dos.
Je n’avais pas à m’en plaindre car dans cette position elle me faisait face et je ne voyais que mieux. Il fallait simplement que je sois prudent afin qu’elle ne me voit pas. Elle s’était assise sur le ventre de l’homme et ainsi, la bite se tenait dressée devant son ventre plat. La bite du type remontait plus haut que la limite supérieure de sa chatte rasée aux lèvres bien dégagées.
Ma copine se souleva un peu et sa main empoigna le membre de son voisin pour le guider entre ses cuisses. Je vis le gland turgescent s’engager entre les deux grosses lèvres et les écarter lentement mais sans difficulté. Elle se laissa descendre un peu et le membre commença à la pénétrer, en même temps, elle fermait les yeux et gémissait légèrement. Elle semblait apprécier, elle se laissa descendre encore et le membre s’enfonça aux trois quarts en elle. Je ne pus m’empêcher de penser qu’elle devait être très excitée et humide, ce qui était compréhensible depuis le temps qu’elle suçait et branlait la grosse bite de ce type.
Cela ne pouvait l’avoir laissée indifférente ! Mais je ne pus également m’empêcher de penser que, de toute évidence ma copine et maitresse avait sacrément envie de se faire sauter par ce type, puisque au départ moi, étant malade, je n’étais pas censé venir !!!
Cela faisait déjà maintenant une bonne dizaine de minutes qu’elle montait et descendait, à un rythme qui ne faisait que s’accélérer sur le sexe dressé. J’étais de plus en plus fasciné par ce spectacle.
Son visage reflétait le plaisir qu’elle éprouvait, les yeux mi-clos, la tête rejetée en arrière, la bouche entrouverte, elle respirait rapidement comme si elle manquait d’air en poussant des gémissements plaintifs. Elle n’en fait pas tan avec moi. Toute à son plaisir, elle montait et descendait sur la bite dressée de son voisin, à un rythme de plus en plus rapide. Il faut dire que d’habitude, c’est moi qui suis à la place de ce type, et bien sûr je ne peux pas me voir faire l’amour à ma maîtresse.
Manifestement elle ne se contrôlait plus vraiment et sa chevauchée devenait hystérique, de plus en plus vite, de plus en plus fort, elle se soulevait sur ses cuisses avant de se laisser retomber violemment. Elle s’empalait ainsi sur toute la longueur de la queue de son voisin et cette bite, qui cognait loin en elle, semblait la rendre folle. Ses nichons ballottaient, montaient et descendaient au rythme de sa chevauchée mais elle n’y prêtait guère attention.
Deux ou trois fois déjà, je l’avais vu s’immobiliser, plantée à fond sur le sexe et se tendre, la main sur le pubis comme pour immobiliser le plaisir. Alors tout son corps se mettait à trembler et elle poussait une plainte de bête. Les voisins devaient être contents. Elle jouissait avec une intensité que je n’avais jamais vue avec elle. Je m’attendais ensuite à la voir s’effondrer, s’affaler, et complètement vidée, mais à chaque fois, après un répit elle avait repris son va-et-vient. D’abord lentement, puis très vite de façon hystérique, comme si à chaque fois, il avait fallu y aller plus vite, plus fort. Et en effet, chaque orgasme était plus fort que le précédent.
Une heure plus tard, elle était en sueur, ruisselante, mais plus déchaînée que jamais. Je l’avais déjà vu jouir plus de dix fois et la bite de ce type était toujours aussi raide, toujours aussi droite. Il est increvable ce mec. Visiblement crevée, à bout, elle se souleva alors de dessus le membre et se retourna, pour le chevaucher à nouveaux, mais de face cette fois.
Curieusement, dans cette position elle adopta un rythme plus lent, comme si après la fureur des premiers orgasmes elle voulait mieux goûter, pour mieux apprécier la bite sur laquelle elle s’empalait. Cette position devait être aussi plus propice aux confidences car je l’entendis lui dire:
- Oh salaud, comme tu m’as faite jouir, avec cette grosse bite je l’adore ! Comme elle est raide, et comme je la sens bien. Si tu savais comme c’est sensible maintenant.
Il sourit et lui dit :

- Tu as le feu à la chatte !

- Oh oui, tu me l’as tellement ramonée ! Hum ! J’adore ça. Depuis presque deux ans je suis devenue accro, limite pute. Avec mon copain, c’est de la rigolade à coté de ta bite. (voilà qu’elle parle même de moi ma copine). Pas de quoi me redresser.

- Ah de ce point de vue là, pas de doute. Alors ! Profites en bien. Enfiles toi bien, empales toi.

- Oui ! C’est bon ! Comme je la sens, ah, je crois que je vais encore jouir !
Elle se crispa, je vis tout son corps vibrer en même temps qu’elle gémissait d’une voix chevrotante. Le type en parut surpris lui dit :
- Tu es quand même une sacré bonne baiseuse !

- Pourquoi ! Aimer la queue à ce point c’est rare. Ça te déplaît ?

- Bien sûr que non. Mais, si ton amant en titre te voyait !

- Ce n’est pas un jaloux, et puis, je ne lui appartiens pas, répondit-elle en souriant. Et en plus il viendrait certainement me le mettre par derrière.

- C’est bien ce que je disais, tu es vraiment une salope !
Ma copine ne répondit pas, cette discussion semblait l’ennuyer. Pour couper court elle se souleva et se retourna comme la première fois, le chevauchant en lui tournant le dos. Elle s’assit sur le ventre de son voisin. La bite se dressait juste entre ses cuisses, ça avait quelque chose d’érotiquement salaud. Elle l’empoigna et se mit à la branler énergiquement, si fort que j’entendis le mec gémir. La queue était toute dressée, striée de grosses veines gonflées et le gland en était violet tant il était tendu.
- Je vais te la faire cracher ! lui dit-elle.
- Déjà !
- Tu exagères ! Depuis le temps que je te la suce et que je suis dessus.
- Et alors, c’est ce que tu aimes, non ?
- Oui, mais j’ai des courses urgentes à faire. Si je ne te fais pas cracher au poignet, dans une heure je suis encore dessus.

- Plains-toi ! Allez.
Mais ses mots n’allèrent pas plus loin car elle le branlait maintenant d’une poigne si énergique qu’il ne put s’empêcher de se mettre à gémir.
- Ah ! Salope, dit-il entre deux soupirs. Tu en veux espèce de garce.
Elle ne ralentit pas le moins du monde. Sa main serrait et coulissait tout au long du gros membre noueux et son autre main alla même malaxer les grosses couilles.
- Ah et bien puisque c’est ça, prends !
Ma copine avait sans doute senti la bite se tendre et vibrer car elle se pencha brusquement. Mais trop tard! Soudain je vis l’éjaculation du type lui éclater violemment au visage.
Elle en avait partout, sur le visage, les yeux, les joues, le menton et même dans les cheveux. Cette première giclée était faite d’un sperme épais qui collait bien à sa peau et dégoulinait en trainées épaisses. Mais lui était loin d’en avoir fini et je vis une deuxième, une troisième, puis enfin une quatrième giclée, fuser du membre dressé que ma copine n’avait pas cessé de serrer.
Aussitôt elle se lève et se dirige à la salle de bain. Moi j’en profite vite pour m’éclipser en douce sans faire de bruit. Bien sûr, elle n’a jamais su que j’ai joué au mateur. Qui sait ? Elle m’aurait peut-être reproché de ne pas être venu pour participer.







Les avis des lecteurs
 

Trop bon!!
J'ai adoré, un bon jeu de voyeur sur ta copine qui se fait sauter par une grosse queue!!
Mais Pkoi n'es-tu pas allé les rejoindre et lui mettre d ans le cul??!!

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :