S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan.

- Par l'auteur HDS Olga T -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Olga T [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email :

• 51 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.7 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.9
• L'ensemble des récits érotiques de Olga T ont reçu un total de 239 132 visites.

sexe récit : Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. Histoire érotique Publiée sur HDS le 22-08-2017 dans la catégorie Entre-nous, hommes et femmes
Tags: Cocufiage adultere  Coup de foudre  Candaulisme 
Cette histoire de sexe a été affichée 3227 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 3 votes ): Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. ( 10.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. ( 10.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan.

Dans le récit précédent, j’ai expliqué que, peu après mon accouchement et dès que j’étais de nouveau en état d’avoir des rapports sexuels, Rachid, qui avait « disparu » de notre vie au cours des dernières semaines de ma grossesse, était réapparu et avait rétabli pleinement ses « droits » dans notre trio. A l’issue d’une séance de baise torride, il avait clairement réaffirmé sa domination sur moi et son rôle : celui du mâle, dispensateur de nos plaisirs, pour l’hypersexuelle que je suis et satisfaire les fantasmes candaulistes de Philippe. Il laissait à celui-ci le rôle de père et de mari, et aussi de celui qui me comblait d’amour et de tendresse.
Contrairement à la première phase de notre trio, Rachid n’occupait plus le lit conjugal. Il ne vivait plus avec nous, se contentant de venir chaque soir pour accomplir ce qu’il appelait ironiquement son «devoir conjugal» et me laissait ensuite, repue de plaisir, dans les bras de Philippe.
J’étais traitée comme une putain, que son mâle venait honorer chaque jour. La particularité était que cela se faisait avec l’assentiment et en présence de mon mari, qui assumait ainsi son candaulisme et partageait pleinement mon plaisir.
En dehors de cela, Rachid ne témoignait envers moi que de la brutalité et du mépris. Il n’exprimait aucun sentiment, pour lui je n’étais qu’un corps et encore plus, un cul, qui lui appartenait et dont il disposait selon son bon vouloir. Cela se sentait dans la manière dont il s’adressait à moi, me traitant de pute, de salope, de chienne, de truie, de sale bourge. Sans compter le mépris qu’il affichait pour Philippe, qu’il traitait de cocu et de pédé. Quand l’envie lui prenait, il enculait mon chéri avec une brutalité inouïe.
Philippe avait bien tenté de me convaincre de chasser ce voyou de notre vie, mais je lui avais dit que je ne le voulais pas, que l’équilibre que nous avions trouvé entre l’amour (avec Philippe) et le sexe (avec Rachid) me satisfaisait. Plus que tout, Philippe craignait l’influence sur Rachid de la belle et cruelle Marie C., qui me haïssait et s’était jurée de me séparer de mon mari qu’elle voulait pour elle-même. Or les séances SM dont elle était l’organisatrice étaient toujours plus hard et j’en revenais marquée, notamment par les marques des chaînes, des pinces et des coups de fouet. Pourtant Philippe n’était pas parvenu à me convaincre et à imposer sa volonté.
C’est un autre homme qui y est parvenu : Hassan. Hassan fût, après Rachid, mon second mâle. Il a été davantage que cela. Ma liaison avec lui a très vite dépassé le cadre du candaulisme pour passer à celui d’une liaison adultère où le candaulisme clandestin de Philippe devint de plus en plus difficile à faire cohabiter avec un autre homme qui aspirait à être le seul homme de ma vie, à la fois dispensateur de plaisir et d’amour. Bref, il voulait non seulement chasser Rachid, mais aussi Philippe et changer complétement mon mode de vie. Il est à l’origine de la seule séparation durable entre moi et Philippe, avant que mon hypersexualité et mes sentiments pour l’homme de ma vie ne me poussent à revenir vers Philippe et à rétablir notre couple.
Comme chaque mardi après-midi, je me rendais à la cité dont Rachid était originaire et où il avait pris l’habitude (voir récit n°20) de m’offrir aux jeunes de la cité. Les premières fois, cela s’était déroulé dans une cave de la cité, sur un matelas. Puis, très rapidement, Kamel, un ami très proche de Rachid, avait mis à disposition l’appartement où il habitait. Il était certain de ne pas être dérangé le mardi après-midi, c’est pour cela que ce créneau avait été choisi.
Rachid veillait à ce que mon arrivée à la cité ne passe pas inaperçue. Il exigeait que je sois outrageusement maquillée, que je porte une jupe serrée et courte, un chemisier ou un tee-shirt échancré, qui laissait bien voir mes seins, sans que jamais je n’ai de soutien-gorge. Il m’obligeait aussi à mettre des talons-aiguille qui rendaient ma marche difficile, mais qui mettaient en valeur mes fesses, rendant fous de désir ces jeunes mâles. Au début, Rachid m’accompagnait, puis il a fini par déléguer le suivi de cette journée à Kamel, en qui il avait toute confiance. De toute façon, je n’étais nullement forcée à me rendre dans cette cité, j’y allais parce que Rachid me l’avait demandé, parce que je savais que j’allais prendre mon pied et que j’étais fière de contribuer à l’éducation sexuelle de ces jeunes mâles.
Je prévenais Kamel quand j’arrivais car les quelques mètres qui me séparaient de ma voiture de l’entrée de l’immeuble avaient failli mal tourner quelquefois. J’étais entourée de nombreux jeunes, certains très mécontents de devoir patienter sur la « liste d’attente ». Une fois j’ai cru que j’allais me faire violer dans la rue, certains me prenant dans leurs bras pour me rouler des pelles, me faire sentir leur érection, ouvrir mon chemisier pour me ploter les seins, me mettre la main aux fesses et, de leurs doigts, explorer ma chatte déjà humide et ouverte. J’ai cru qu’ils voulaient me conduire dans une cave ou dans un recoin pour me baiser sans autre forme de procès. Ce jour-là, je suis arrivée pratiquement nue chez Kamel. C’est pourquoi, dès la fois suivante, Kamel et des amis à lui attendaient ma voiture pour m’escorter jusque chez lui. Rachid tenait à conserver la maîtrise de la situation, que tous sachent que j’étais disponible, mais que c’était lui et lui seul qui décidait de l’ordre de passage.
Même accompagnée, j’étais couverte d’injures. J’entendais souvent le mot de Kahba, je savais que c’était le mot pour qualifier les putains en Arabe. Cela exprimait tout le mépris que ces jeunes avaient pour moi. Je passe sur les autres qualificatifs, qui étaient aussi employés par Rachid lors de nos rapports, le moindre étant celui de « salope », que j’assumais volontiers. Ce qu’ils conspuaient aussi c’était la bourge des beaux quartiers de la ville, l’épouse d’un notable et ils le savaient. On avait trouvé sur le centre social du quartier des graffitis qui disaient, en interpellant Philippe « T., on baise ta meuf »
La montée des escaliers jusqu’au 4ème étage, où se situait l’appartement où vivait Kamel était un autre moment difficile. De nombreux jeunes en profitaient pour mater, d’autant plus que Kamel, par vice, me faisait retirer le mini-string que j’avais été autorisé à mettre. Les mères de famille, qui ne pouvaient empêcher leurs fils de participer à tout cela, m’agonisaient d’injures. Il m’est arrivé de me faire cracher dessus.
La police s’était inquiétée de tout cela et avait mené une enquête pour savoir s’il s’agissait de prostitution. Je fus menacée d’être poursuivie pour racolage, mais il n’y eut aucune suite, l’enquête ayant confirmé que tout cela était non tarifé.
Selon les semaines, les amateurs étaient plus ou moins nombreux. L’appartement étant petit, ils étaient maximum trois en même temps, les autres attendant avec impatience leur tour. Quelquefois ça se terminait tard le soir.
Les étreintes étaient souvent rapides et brutales et mes jeunes amants maladroits, malgré mes efforts pour les guider et les mettre en confiance. Certains étaient doués ou accomplissaient de grands progrès. Quant à Kamel, sa proximité avec Rachid lui permettait de profiter de mon corps à chaque fois. Il avait même droit, lorsque je n’étais pas dans une période « dangereuse » ou que je prenais la pilule, de se vider en moi, tous les autres étant strictement soumis au préservatif.
J’avais aussi remarqué que Kamel prenait soin de filmer mes ébats et je savais que cela circulait dans la cité.
Comme je l’ai indiqué, quelques jours après que Rachid ne soit venu affirmer la « plénitude de ses droits » sur moi, je suis retournée à la cité chaque mardi. J’avais été accueillie avec enthousiasme, car je ne m’y étais plus rendue depuis mon 3ème mois de grossesse. Je n’avais pas changé, sauf sans doute mes seins devenus plus lourds du fait de l’allaitement. J’avais retrouvé la finesse de ma taille et mon ventre n’était pas marqué par la maternité. Quant à ma libido, mon hypersexualité était aussi exacerbée qu’avant.
Tout semblait donc comme être revenu à la normale quand tout a basculé. Cette après-midi-là, Kamel, en accord avec Rachid, avait décidé qu’il me réservait pour lui et pour son cousin Abdel. Kamel était un très bon amant et je m’attendais à passer une après-midi torride avec ces deux mâles. Nous étions ensemble depuis une vingtaine de minutes, je suçais à tour de rôle Kamel et Abdel et je savais que Kamel allait bientôt me commander de me mettre à 4 pattes pour me posséder en levrette. J’anticipe son désir et prend position, faisant par ailleurs signe à Abdel d’approcher pour que je puisse lui tailler une pipe, pendant que son cousin allait me posséder.
C’est alors que la porte de la chambre s’ouvrit brutalement et apparut un homme d’une quarantaine d’années. C’était Hassan. Il était très en colère :
• Ainsi, ce qu’on m’avait dit était vrai ! Kamel comment oses-tu ? Tu n’as aucun respect pour la mémoire de nos parents. Je te faisais confiance et tu m’as trahi en souillant cet appartement avec tes débauches !
• Hassan, laisse-moi t’expliquer. C’est une bourge, elle vient ici volontairement pour se faire passer dessus. C’est l’épouse de T., un notable de notre ville, mais elle est la femelle de Rachid, qui la met à disposition des potes.
• Il n’y a rien à expliquer. Je t’ai déjà dit que je ne voulais pas que tu fréquentes Rachid. C’est une petite frappe. Cette femme est folle de son corps et vous profitez de son addiction. Honte à vous !
J’observais l’homme. Son langage tranchait avec celui des jeunes de cette cité. Il employait des mots soigneusement choisis. Au lieu de me blâmer moi, de m’injurier, il s’en prenait à ceux qui exploitaient mon hypersexualité.
Ce qui m’a immédiatement attiré chez Hassan, c’est l’impression de puissance, de virilité qu’il dégageait. Il savait, je l’avais immédiatement remarqué, mettre en valeur sa silhouette et sa puissance, un torse en V, des bras musclés, mettre en valeur son physique. De grande taille, il était un bel homme et il le savait. Un visage fin, des cheveux noirs, des yeux noirs, une fine moustache autour d’une bouche sensuelle. J’ai eu immédiatement un coup de foudre.
• Maintenant ça suffit ! Kamel et Abdel, vous vous habillez et vous dégagez !
• Mais Hassan, protestait Kamel en s’habillant à la hâte, craignant la colère de son aîné.
• Ne discute pas, Kamel, tu vois bien qu’il est fou de rage. Nous sommes chez lui, n’oublie pas. Viens chez moi en attendant qu’il se calme.
• Tu enverras chercher tes affaires, je ne veux plus te voir, tu entends. Dehors !
J’étais impressionnée par cette force et cet esprit de décision. Hassan était un homme fort et décidé. Jamais Philippe, malgré l’immense amour qu’il a pour moi, n’aurait osé agir ainsi.
Pendant ces quelques instants de tension, Hassan n’avait pas détaché ses yeux de moi.
• Je sais qui tu es, j’ai entendu parler de ton histoire. Toi aussi tu t’habilles et tu rentres chez toi.
• Rachid va être fou de rage quand il saura ce qui s’est passé. J’ai peur de sa réaction.
• Ton mari ne te protège pas ?
• Philippe est un trésor, mais Rachid le domine également.
• Je vois, je te raccompagnerai et je dirai son fait à ce petit voyou de Rachid. Une lope à mes yeux.
Je me suis levée, toujours nue, et me suis dirigée vers Hassan.
Hassan dégageait tant de virilité, d’humeur purement mâle, que mon instinct s’est réveillé à la simple vue de son visage. C’était comme si toutes mes hormones entraient en ébullition… Et je me suis mise à fantasmer sur cette énergie sexuelle qui dégageait de lui et créait en moi de folles et irrésistibles envies. Je me suis mise à imaginer des ébats passionnés, fougueux.
Je ne peux m’empêcher de porter mon regard sur son pantalon, sa braguette est enflée, comme si elle était prête à exploser… Et ma langue vient inconsciemment caresser mes lèvres.
• Femme, que fais-tu ? Que veux-tu ? Arrête, il ne faut pas !
Hassan posa la main sur mon épaule nue, pour tenter d’arrêter ma marche vers lui.
Sa voix grave, sa main sur mon épaule… Et mon bas-ventre tressaillit déjà… Un sourire charmeur, une virilité indéniable, et mon intimité commençait déjà à s’humidifier… Je le voulais déjà, je voulais déjà goûter à sa peau, à son intimité, sentir son odeur… Il fallait qu’il m’apaise, qu’il apaise cette demande brulante émanant de mon ventre… Je le voulais…
Il l’a immédiatement compris, a su voir et ressentir mon désir. Son regard a montré une étincelle, j’ai senti l’extrémité de mes seins tendre impunément vers lui, mon intimité continuait à s’humidifier, comme pour répondre à son regard… Les mots étaient presque superficiels, nos corps, nos attitudes et nos regards communiquaient presque d’eux-mêmes…
• Mektoub. Tu dois savoir, femme, que si tu persistes à vouloir t’offrir, tu seras à moi, pas comme maîtresse, mais comme épouse. Tu seras à moi, seulement à moi. Je chasserai Rachid, qui t’a fait tant de mal, mais aussi celui qui n’a pas su te protéger.
• Je suis à toi, Hassan. Viens !
Hassan voulait un abandon total et aveugle. Il voulait que je lui donne tout, me livre corps et âme, sans retenue.
Hassan se colla à moi, pectoraux gonflés, muscles saillants. Il m’enlaça fougueusement, j’étais suspendue à son cou, lui griffant la nuque, vibrant de désir.
J’avais tressailli comme si on m’avait piqué à vif. Il y avait en lui tant de force, de vigueur, que cela me laissait toute faible. Comme un oiseau effrayé qui se laisse prendre dans les griffes d’un matou affamé, et qui ne peut échapper à son emprise. Brusquement, je me sentais si fragile, si désorientée, avec l’envie inavouable de me laisser guider, posséder. Je ne pensais plus à rien, ni à Philippe, ni à Rachid.
Mais là, je savais que je deviendrai la chose de cet homme. Je poussais un grognement éperdu lorsqu’il m’embrassa avec une frénésie animale. Nos langues se trouvèrent hâtivement, voraces, affamées.
Le baiser redoublait d'intensité. Je déboutonnais la chemise, écrasant mes seins contre le torse lisse et bronzé d’Hassan.
Hassan m’écartait les cuisses: du fait de ma récente maternité, mon ventre était bombé, mes hanches larges, le buisson du pubis soigneusement épilé aux limites du maillot, la brèche rose noyée au milieu de la toison brune, gluante de cyprine. J’avais les yeux clos, les joues brûlantes. J’avais envie d’être prise par ce mâle qui me rendait folle de plaisir.
Hassan a quitté son jean, il était nu devant moi. Il m’a écarté davantage les cuisses, je l’ai entendu murmurer:
• Tu es si belle...
Il me serra davantage, je frottais mon bassin et ma poitrine contre lui, remontant un genou entre ses cuisses. Avec une force incroyable, Hassan me porta dans ses bras comme s’il s’agissait d’une plume. Je me sentais emportée par un tourbillon si tumultueux que je me laissais grisée, enlaçant la nuque noueuse, me blottissant dans ses bras comme une petite fille perdue. Je me sentais si fragile, si docile… Sans cesser de me porter, nos bouches s’unissaient dans un long baiser qui était celui d’un mari et d’une épouse, pas celui d’amants. Nous étions unis dans la même ardeur.
Je voulus poser une question mais des lèvres gourmandes m’en empêchèrent. Bientôt, je n’eus n’eut plus du tout envie de parler. Me posant sur un fauteuil, Hassan m’enlaçait avec une fougue croissante, me communicant son envie. Il s’excitait à l’odeur de ma peau, se coulait sur moi, comme s’il voulait que nos chairs se confondent, qu’elles ne fassent qu’une. En descendant, il m’écartait les jambes avec ses genoux tandis que collais mon pubis contre sa cuisse d’un souple mouvement du bassin.
Il glissa le long de mon corps, suçant mes seins avec un appétit goulu, et l’une de ses mains caressait la courbe des hanches, se faufilait entre la douceur satinée des cuisses. Sadique, il immobilisa un instant sa main avant de reprendre la caresse là où il l’avait laissé. Ses doigts parcouraient toute la longueur de la fente intime, avant de s’attarder sur le clitoris qu’il percevait très sensible à ses attouchements. Les jambes écartées au maximum, le corps agité de mouvements encore plus spasmodiques, je ne faisais que pousser des gémissements extasiés.
Un sourire complice, et une vague de chaleur m’envahit. La main d’Hassan glissa sur mes fesses, puis au cœur de mon humidité. Il passe alors ses doigts sur mon clito prêt à exploser de désir. Je lâche un profond râle d’extase, mais j’en veux plus. Il le comprend de suite, et cherche de ses doigts à pénétrer mon intimité. Mon sexe est trempé, Hassan enfonce alors plusieurs doigts au plus profond de moi. Que c’est bon… Que c’est bon de sentir sa main s’agiter au rythme de mes soupirs, et ses doigts toujours plus curieux… Il embrasse mon cou en même temps, tout en me demandant si ça me plaît, puis prend mes lèvres, dans un long baiser.
J’ai envie de crier ma jouissance, j’ai envie de lui hurler de ne pas s’arrêter. Ses mouvements s’intensifient au cœur de ma chatte… Je suis plus que trempée, des spasmes parcourent la totalité de mon corps. C’est si bon.
Hassan me jette un regard complice en portant ses doigts à la bouche.
J’ai senti à nouveau ses lèvres sur mon nombril, puis sur mon abdomen...La bouche d’Hassan est descendue encore, la langue est entrée en action, me faisant gémir puis crier. Longuement il a enfoncé sa langue loin dans mon vagin ruisselant tout en me relevant les cuisses pour mieux m'ouvrir. Je criais de plaisir comme une folle, crispant mes doigts dans la chevelure de l'homme. Quand il s'est redressé pour s'allonger sur elle, sa bouche venant contre ma bouche, il m’a demandé doucement, avec respect :
• Tu veux?
• Oui, mais avant Hassan, j’ai tellement envie de te lécher, te sucer et te goûter, je te veux sur ma langue, au fond de ma bouche.
Hassan m’a rendue folle de désir et je veux lui rendre la pareille. Son sexe est si appétissant, Mais je veux le déguster… Je le lèche innocemment, de long en large. Mon regard ne le quitte pas, et il me montre qu’il aime ça.
Mes lèvres recouvrent d’abord timidement son gland, puis le suivent jusqu’à sa base. Ma bouche fait des va-et-vient tout le long de son sexe, et ma langue joue avec chaque parcelle de sa si belle queue… Tantôt je l’enrobe de ma langue, tantôt je la lèche simplement en le regardant avec désir, tantôt je l’aspire, ou la suce… Je veux sa queue, je la veux dans chacun de mes recoins… A quatre pattes devant moi, il pose enfin ses doigts entre mon entrée interdite et ma source de plaisir. Il agite ses doigts entre mon minou et mon clito, mettant parfois de petites tapes sur ce dernier, enfonçant parfois plusieurs doigts au plus profond de moi… Je remue mon bassin au rythme de sa main, afin de mieux ressentir les effets de sa curiosité charnelle…
Comme c’est bon de l’avoir en bouche en même temps… et comme s’il avait devancé mes désirs, Hassan attrape mes cheveux afin de me signifier la soumission qui m’excite tant… Je lèche, suce et aspire, ses doigts continuent d’aller et venir au fond de moi…
Hassan m’impose une pose. Il veut prendre son temps. Il veut me faire l’amour, pas seulement copuler.
• Olga, tourne-toi face à moi
Je lui faisais face, les mains dans le dos, les yeux baissés. Il m’a détaillée un long moment, alors que moi je n’avais qu’une envie : qu’il continue à me baiser.
Il m’a dit qu'il aimait mes seins, leurs aréoles larges et foncées. Je lui ai dit que j’allaitais ma fille. Il m’a complimentée pour la finesse de ma taille, le galbe de mes hanches, ajoutant
• J'aime bien ton petit ventre
• Je n’ai pas encore repris complètement ma taille d’avant ma grossesse
• Ça te va très bien...rassure toi. De toute façon, j’ai bien l’intention de t’en faire d’autre et rapidement. Tu seras ma femme et la mère de mes enfants.
• Je suis à nouveau dans une période favorable, Hassan
• Je vais te féconder, Olga. Nous vivrons ensemble, je t’épouserai quand tu auras divorcé de Philippe.
Au plus profond de moi, je n’ai jamais cessé d’aimer Philippe. Mais à cet instant, je suis entièrement à Hassan. Je suis amoureuse comme je ne l’ai jamais été.
Il me fit aussi remarquer mes cuisses très galbées ainsi que mes mollets, j’expliquais que je suis très sportive et que j’ai toujours pris soin de mon corps.
• Tourne-toi !
J’ai pivoté à nouveau, lui présentant mon derrière cambré. Il matait mes fesses fermes et le profond sillon séparant les deux hémisphères à la peau laiteuse. La blancheur de mon postérieur contraste avec la peau bronzée de mon dos et de mes jambes. Je sais que cela rend les mâles fous de désir.
Il fait à nouveau me tourner vers lui
• Regarde l'effet que tu me fais, Olga. Tu es à moi, tu es ma femme désormais.
Sa verge est circoncise et terriblement épaisse. Il s'approche de moi, le gland effleure mon abdomen. Hassan m’attrape par le bassin, et me fait m’installer à quatre pattes, ma croupe et ma chatte offertes à ton bon vouloir… De sa main libre, il me saisit par les cheveux.
• Je vais te posséder, Olga. Désormais tu es à moi et rien qu’à toi. Tu la veux, femme ?
• Oui, mon homme, dis-je dans un soupir…
J’ai senti contre l'ouverture de mon ventre le gland chercher son passage puis s'enfoncer en moi, me faisant feuler de plaisir. Je me souviens du choc ressenti au moment où le gland a percuté mon utérus puis de la sensation de vide au moment où il se retirait, de mes doigts griffant les reins de l'homme, quand la massue s'engloutissait à nouveau au plus profond de mon ventre...Je sens sa queue s’enfoncer au plus profond de moi, ses coups de reins si rudes font exploser mon plaisir. Je lui crie que j’aime ça, et sa queue et ses reins s’en montrent encore plus vigoureux… Que c’est bon, quel bonheur… De son autre main il pétrit mes seins, et je caresse mon clito au rythme de ses coups…
• Tu aimes ça, chérie ?
• ouuuuuuuuiiiiiiiiiiii, encore
Il accélère encore le mouvement. Je sens son plaisir monter au rythme du mien, et je lui demande de jouir en moi. Je me rends compte qu’il m’a peut-être fécondé, quelques semaines après la naissance de ma première fille.
Je suis insatiable et je lui fais comprendre que je veux à nouveau être prise.
Je relève les cuisses pour mieux ressentir sa présence au fond de mon ventre. Il me la possède sans faiblir durant un quart d'heure et je connais un orgasme inouï, dévastateur. Pendant quelques instants, je me sens partir tellement le plaisir a été fort.
Nous avons fait l’amour toute la nuit. Il s'allonge sur le dos et je viens le chevaucher. Je me vois dans la glace, caracolant sur lui, mes seins encore lourds tressautent.
• Tu es belle, Olga. J’aime la chaleur de ton ventre.
Je me dégage, laissant s'échapper une coulée de cyprine. Je me penche sur lui, descend, parcourant le torse puis l'abdomen plat de petits baisers humides. Je prends la verge de mon homme en bouche, goûtant la saveur de mes propres sécrétions, caressant les bourses.
Hassan me fait changer de position, je me tourne sans que ma bouche abandonne la verge, je me place à l'envers, mes mollets de chaque côté du buste d’Hassan. Celui-ci enfouit sa bouche tandis que je redouble ma fellation, suçant alternativement la verge et les bourses gonflées.
La bouche de mon homme reprend aussitôt son affolante caresse dans l'œillet maintenant tout aussi détrempé que son vagin. Il s'arrache à la bouche qui le dévore et se replace derrière moi, les genoux solidement campés sur le lit, il me fait comprendre d'une tape sur la fesse la posture qu'il attend de moi.
• Oui, mon chéri. Prends-moi en levrette !
Je me prosterne, le visage écrasé sur le couvre-lit. Hassan approche le gland de l'entrejambes et, me saisissant aux hanches, il s'engouffre d'un trait dans le vagin liquéfié. Pourtant habituée aux gros calibres, je pousse un cri de bête blessée quand le gland percute le fond de mon ventre. Il se retire aussitôt pour replonger encore. A nouveau, je crie.
• Vas-y, défonces-moi !
Un long moment il se déchaîne dans mon ventre, m'amenant à un orgasme dévastateur qui me fait m'écraser à plat ventre sur le lit, presque inconsciente, pendant qu’il inonde mon vagin. Il se retire doucement d'elle, toujours aussi roide et s'allonge sur le corps inerte. Il parcourt de petits baisers le haut de mon dos, la nuque à la racine des cheveux, il me mordille.
Cette rencontre allait changer beaucoup de choses et remettre en cause mon couple avec Philippe, provisoirement, mais ça je l’ignorais alors. Pour la première fois depuis que j’avais rencontré Philippe et que nous menions ensemble ces jeux candaulistes, sous la coupe de Rachid sur le plan physique, mais (sauf au début) pas sentimental, cette fois, j’étais tombée follement amoureuse d’un autre homme.









Les avis des lecteurs
Olga T

@Jacques du Canada, merci, ne vous inquiétez pas Philippe gère parfaitement la situation et je veillerai à être "sage", je ne supporterai pas de le perdre. Il n'y aura donc pas de dérapage.
En ce qui concerne l'accouchement c'est pour la mi-novembre.
Je vous embrasse

 
 

Je m'excuse sincèrement Dre Olga si j'ai donné l'impression que votre union avec Philippe était pour des intérêts financiers! Louis de moi cette pensée.
Je sais par contre qu'avec deux femmes, 3 enfants dont deux qui entre dans l'adolescence, deux bébés à naître prochainement, une amis intime pour vous et une très grosse résidence pour loger tout ce beau monde. Probablement deux automobiles pour servir tout le monde, Philippe a certainement besoin d'une certaine sécurité de confidentialité sur sa situation financière actuelle et future. Je pense que c'est pour ça qu'il tient les cordes de la bourse fermé serrée. Comme ça il évite toute divulgation incontrôlée de votre part durant vos intarcades.

Le texte de CHRIS71 était pour vous faire penser que vous n'étiez pas la seule dans cette situation.
L'accouchement devrait être prochainement, bonne chance.

 
Olga T

@ Jacques du Canada, je suis allée lire le texte que vous me recommandiez. Je préfère la manière dont nous vivons notre sexualité, moi et Philippe.

 
Olga T

Il est clair que, pour poursuivre mon couple avec Philippe après mes dernières incartades, j'ai du accepter certaines conditions que vous avez devinées. Je ne veux pas perdre Philippe et ce n'est pas pour des raions matérielles, mais sentimentales. Je vais suivre vos conseils de lectures.

 
 

Vous reconnaissez vos fautes Dre Olga mais vous vous retrouvez encore enceinte d'un " metteux ". Le fait d'admettre ne change rien pour vous!
Philippe vous demande d'obtenir son authorization pour effectuer des dépenses. Je crois qu'il est juste pour lui d'agir ainsi. Il ne peux se fier sur vous lorsque vous êtes partie avec des inconnus. Si vous êtes capable de concevoir des enfants avec toutes sorte de détraqué, votre réaction peux certainement impliquer la révélation de certain secret d'ordre financier familiaux qui pourraient être fatal pour l'avenir de votre famille. Philippe tient les cordons de la bourse fermés serrés! Il fait bien.
Ces commentaires Dre Olga ne change en rien les qualités extraordinaires que je vous ai attribué dans certain commentaires antérieurs.

PS: Voici un texte qui aurait pu être votre situation.
CHRIS71
COLLECTION ZONE ROUGE. La folle de cul (2/2)
Jacques du Canada

 
Olga T

@ Jacques du Canada, vous êtes sévère, même si je reconnais mes faiblesses et mes fautes

 
 

Je pense Léon que Dre Olga n'est tout simplement pas capable de prendre des décisions. Ce sont les autres qui décident pour elle. Comme mentionné dans sa discussion avec Florence 27, ça lui prend une authorization pour dépenser quelques euros. Elle laisse les autres décider pour elle, même quand il s'agit de faire des enfants. Incroyable!
J'ai de la difficulté à imaginer Philippe dans tout ça. Il est peut-être un masochiste irrécupérable!
Pour moi la docteur Olga aurait vécu ses expériences ailleurs!
Jacques du Canada.

 
Olga T

Merci Léon de ce témoignage et de cette fidélité, depuis l'époque du blog

 
 

J'avoue que je ne comprends pas pourquoi, entre Hassan, qui te proposait un couple classique et te donnait satisfaction sur le plan sexuel, et Philippe, qui, par vice, te pousse à la débauche, tu as fini par choisir Philippe, puisque c'est avec lui que tu vis aujourd'hui. Jeanne

 
 

Bonjour chère olga
Franchement, tu as raison de ne pas écouter les frustrés. Perso grâce à toi et les descriptions de tes ressentis dans ton blog mon aider à comprendre la sexualité des femmes et de la mienne en particulier. ...
Quand on rencontre une personne idéale, on sait de suite que l'on a un future commun...
Continue de te faire et nous faire plaisir femme exceptionnelle.
Léon

 
Olga T

@ Agnès, oui, il m'avait prévenu qu'il me considérait comme sa femme et je le considérais comme mon homme. A ce moment-là, je ne pensais plus que j'étais mariée. Hassan est parvenu à ses fins quelques semaines plus tard.

 
 

Hassan voulait te faire un enfant dès la première fois? Agnès

 
Olga T

@ Anna, nous avions déja ça du temps du blog. Je n'y attache pas trop d'importance Merci à vous

 
 

Ce qui est incroyable c'est que des gens viennent ici pour juger Olga. Celle-ci et son mari Philippe n'occultent rien dans leurs récits et ne cachent pas leurs responsabilités. Alors, de grâce, qu'on leur fiche la paix! Anna

 
Olga T

@ Jeanne, pendant toute cette période, je n'ai pensé ni à Lucie, ni à Jeanne et j'en suis honteuse aujourd'hui encore. Je n'ai pensé qu'à ce que j'étais en train de vivre avec Hassan. Philippe a essayé de me joindre en appelant de nombreuses fois sur mon mobile, que j'avais mis en vibreur. Hassan me l'a fait remarqué, je lui ai dit "c'est Philippe, il a voulu être le père, qu'il se débrouille. Pour le moment une seule chose compte pour moi, le plaisir que tu me donnes, Hassan. Encore, mon chéri!" Philippe s'est en effet débrouillé, je ne l'ai appelé que le lendemain matin. Entre temps, il avait fini par se renseigner auprès de .. Rachid. Je ne suis pas fière du tout de cela, mais c'est la vérité. Je savais cependant que Philippe, qui m'avait toujours reconnu une liberté totale, saurait faire face, j'ai toujours eu totale confiance en lui

 
 

@Olga, je fais suite à ta réponse à Alice. Et pendant ce temps-là, qui s'occupait de ta fille Lucie? Tu t'en es préoccupé? Ainsi que de Philippe, même s'il récoltait ce qu'il avait semé? Sinon j'espère que tu as eu honte de ton comportement! Jeanne

 
Olga T

Oui, Sofiane, je prenais mon pied, comme chaque mardi après-midi. Je te ferai juste remarquer que le fait que je suis hypersexuelle ne fait pas de moi une marchandise. Et que ma recontre avec Hassan n'est pas une simple "baise" comme celle que j'avais avec ces jeunes, mais une vraie histoire d'amour, comme je n'en ai connu que deux dans ma vie: avec Philippe et avec Hassan

 
Olga T

@ Alice, Hassan est arrivé à 15h00 et nous avons du nous endormir, épuisés, vers 3h00 du matin. Ce qui m'a impressionné était son endurance et sa résistance, ainsi que sa capacité de récupération. Il tenait en général une bonne vingtaine de minutes avant de se vider dans ma chatte ou dans ma bouche (il attendu le lendemain, à mon domicile, pour me sodomiser pour la première fois) Si on tient compte des préliminaires et du temps de récupération (pendant lequel j'étais dans ses bras, tendrement et nous parkions, comme un vieux couple), cela fait au total un nombre impressionnant de coits. Jamais je n'avais connu ça avec le même homme, une telle jouissance et être ainsi prise et remplie. Dès ce premier jour, Hassan a considéré que j'étais devenue sa femme, c'est pourquoi il inisitait pour se vider en moi, avec l'objectif affiché de me faire un enfant. Je reconnais que j'étais tombée follement amoureuse et que je ne pensais plus à rien d'autre, que le plaisir dans les bras de mon homme.

 
 

Au total, vous avez fait l'amour combien de temps ce jour-là? Hassan avait de la ressource et toi tu étais insatiable! Alice

 
 

Hassan aurait au moins pu laisser Kamel et Abdel finir et attendre son tour. Il n'a pas été correct, d'autant plus qu'Olga faisait ça volontairement, car de son aveu même, elle prenait son pied pendant ces séances. Sofiane

 
Florence27

Olga, peut lire ce que j'ai écrit à ton intention dans mon dernier récit au sujet d'être "Premium", ne prend pas de décision avant leur réponse.
Florence

 
Olga T

Merci Adèle et Caroline, c'est tout à fait ça!
@ Jeanne, oui tui as raison, je ne veux renoncer à rien et surtout pas à Philippe. Il est à moi!
@ Maurice, 40 ans ça me maisse encore de nombreuses années, non?
@ Melissa, il y a de nombreuses positions en effet, même si je préfère la levrette, la position où je me sens la plus chienne. C'est une bonne idée, je vais noter l'idée de revenir sur ce sujet.

 
 

En lisant tes articles, je constate que la position que tu préfères est la levrette et je te comprends, car la pénétration est plus profonde. Je vois que sur la photo avec Hassan tu es sur lui. Avec tous les amants que tu as eus, tu dois en connaître un rayon sur les positions. Ce serait sympa que tu nous fasses encore davantage partager ton expérience! Melissa

 
 

Un coït qui symbolise si bien votre coup de foudre, votre amour fonctionnel. C'est tout simplement beau quand sexe et sentiments se combinent. Adèle

 
 

Olga, te suivant depuis le début de tes récits, je me dis que ton problème est que tu devais être une enfant gâtée et que tu l'es restée. Tu veux le mariage, avec un mari amoureux, protecteur, tendre, qui te donne par ailleurs tout le confort matériel et assume tout, y compris les enfants que tu fais avec d'autres. Mais en même temps tu veux avoir la liberté sexuelle la plus totale, que ce même mari t'accorde par ailleurs. Tu voulais avoir Hassan et Philippe. Il a fallu que tu choisisses. Je ne suis pas certaine que tu aies en définitive fait le bon choix en restant avec Philippe. Jeanne

 
 

Ce que j'ai adoré, c'est que tu as pris l'initiative. Tu as tout de suite eu envie de ce mâle, il te le fallait. Et lui aussi il a eu envie de toi, alors qu'il savait qui tu étais et connaissait ta réputation sulfureuse. Cette séance de baise torride résulte de ce désir brutal, je dirai presque animal. L'instinct va  poussés l'un vers l'autre. Caroline

 
 

Merci Olga pour ces explications. C'est une bonne idée de changer de temps en temps la photo de profil. Celle-ci est très explicite et doit te rappeler les moments exceptionnels passés avec Hassan quand il te baisait. Vous devez en avoir de très jolies, de très sexy et de très chaudes de toi, tout en te protégeant car du temps du blog vous n'étiez pas très prudents. J'ai aussi remarqué que tu as mis à jour ton âge. 40 ans déjà, mais je te souhaite encore de longues années de plaisir à toi et à Philippe. Maurice

 
Olga T

@ Paul. Hassan approchait les 40 ans à ce moment-là. Il a presque 7 ans de plus que moi. Très bel homme, séducteur, amant exceptionnel, il avait du succès auprès des femmes. Mais il n'avait jamais réussi à construire une relation durable. D'une part, il était exigeant sur le choix de sa partenaire. Elle devait être belle, mais aussi avec un niveau culturel élevé..et soumise! Ce sont les exigences d'Hassan qui rendent très difficile la construction d'un couple avec lui. C'est ce que j'expliquerai dans les récits suivants, tout en soulignant que je suis la première responsable de l'échec de notre couple, parce que je voulais à la fois Hassan et Philippe.

 
Olga T

@ Maurice, c'est une photo de moi avec Hassan (dans la salle de bain), prise clandestinement par Philippe lorsqu'Hassan s'est installé à la maison. Prise clandestinement parce qu'Hassan n'acceptait pas le candaulisme de Philippe et ne voulait pas de la présence de Philippe pendant nos ébats. Moi j'avais besoin de savoir qu'il entendait et qu'il voyait. Je m'arrangeais donc pour laisser les portes ouvertes. Cette photo donne un epetite idée du plaisir inouï que j'avais avec Hassan.
Compte tenu des problèmes rencontrés du temps du blog, je fais en sorte de ne pas mettre de photos où on voit mon visage. je l'avais fait tout au début de ma présence sur hds, je l'ai rapidement retiré.

 
 

Une fois de plus un récit complétement immoral. Mais ce qui est arrivé, c'était bien fait pour Philippe! Quand on joue avec le feu.... Marquise

 
 

Hassan n'avait jamais été marié ou n'a jamais vécu en couple avant de te connaître? Il t'a  parlé de sa vie d'avant? Tu peux nous en dire un peu plus? Paul

 
 

Waouh! Torride ta nouvelle photo de profil! Tu peux nous la commenter? Maurice


 
Olga T

@ Steph et JP: oui c'est un risque, il faut en être conscient. Le candaulisme peut déraper vers l'adultère et la destruction du couple.
@ Luc, c'est bien parce que je prenais vraiment mon pied avec Rachid que j'ai tant tardé à me séparer de lui, alors que j'étais consciente de son caractère dangereux. Je me rendais compte qu'il n'avait aucun sentiment pour moi et comment il me traitait, il nous traitait.
@ Julie, et Cynthia: oui une belle histoire d'amour qui a été ensuite gâchée Principalement à cause de moi
@ André, j'ai eu plusieurs centaines d'amants (je n'ai pas tenu une comptabilité précise) Oui incontestablement Hassan est celui qui me baisait le mieux, même mieux que Rachid
Je confirme que Rachid avait un ami à la cité qui s'appelait Sofiane? Un de ceux qui ont participé aux séances hebdomadaires à la cité. @ Sofiane, sache qu'en définitive, je n'appartiens à personne, que je suis une femme libre, quels que soient les paroles dites un moment donné ou les actes de mariage que j'ai pu signer!
@ Marc: ce récit est classé sous la rubrique "candaulisme" de Hds dans le cadre de l'histoire globale de notre couple candauliste à Philippe et à moi. Bien évidemment cet épisode est avant tout un adultère, le principal adultère (puisque que pour les autres il savait, m'encourageait ou était présent) que j'ai commis pendant mon 1er mariage avec Philippe

 
 

Ce texte est d'un érotisme torride, mais en quoi est-il candauliste? Ce jour-là c'est d'un adultère qu'il s'agit et dont sont "victimes" Philippe et Rachid. Marc

 
 

Hassan a-t-il été l'amant qui t'a donné le plus de plaisir parmi les centaines de partenaires que tu as eus? André

 
 

Tu décris magistralement le coup de foudre. C'est une belle histoire d'amour. Julie

 
 

Non je suis pas Rachid, je le connais et je dis pas que tout ce qu'il a fait c'est bien. Je dis juste que Philippe et Olga ont été le chercher pour exercer leurs vices, que Philippe avait donné carte blanche à Rachid et Olga s'était offerte à lui, donc elle était devenue sa meuf. Hassan aurait dû respecter ça, on vole pas la femme d'un autre. Sofiane

 
 

Rachid est un personnage détestable, mais il faut bien reconnaître que c'est une belle opportunité qu'il a offert à ces jeunes en mettant à disposition une femme comme toi. Et en ce qui te concerne, en tant qu'hypersexuelle, avoir des amants bien plus juenes que toi, ça devait te satisfaire. Tu devais prendre ton pied, non? Luc

 
un couple de lecteurs

le risque avec le candaulisme c'est que l'épouse tombe amoureuse de l'amant. C'est ce qui s'est passé ici. Un couple candauliste est conscient de ce risque, mais cela vaut la peine, pas question de renoncer à ce qui nous donne tant de plaisir Steph et JP

 
 

Quel beau récit, très sensuel. J'ai adoré. Cynthia

 
 

Sofiane, comment oses-tu? Olga n'appartient à personne, même à son mari Philippe! Anna

 
 

Et Sofiane qui commente encore , je vais finir par penser que c'est Rachid lui même qui a changé de prénom.
En tout cas il ne semble vraiment pas à l'aise avec les publications de toutes ces histoires ! je ne peux que vous inciter a continuer comme ça chère Olga.


 
Olga T

@ Florence27, la remarque est justifiée. J'essaie de faire un texte qui porte sur l'ensemble d'un moment marquant de notre candaulisme. Ca peut donner des textes longs. Mais j'y veillerai. Merci pour vos encouragements, idem pour les autres lecteurs.
Je ne perdrai pas de temps à répondre à Sofiane, ami de Rachid

 
 

Olga était la meuf de Rachid, même si elle était mariée avec T. C'est pas bien ce qu'a fait Hassan, on pique pas la meuf d'un autre. Sofiane

 
un couple de lecteurs

Superbe rencontre, vivement la suite....

 
 

Enfin le mâle qu'il te fallait! Maurice

 
Florence27

Merveilleux comme d'habitude, mais si le texte était plus aéré il n'en serait que plus délectable.

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Olga T


 
Récits érotiques de la mythologie (2). Hélène de Troie, l’adultère - Récit érotique publié le 17-11-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (36) : nos retrouvailles - Récit érotique publié le 05-11-2017
 
Lectures érotiques (5). Lounja Charif : « La Maghrébine » (Editions Blanche 2010) - Récit érotique publié le 02-11-2017
 
Histoire des libertines : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. Bibliographie et histoire d’Antonine épouse de Bélisaire et amie de Théodora - Récit érotique publié le 26-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Philippe. - Récit érotique publié le 19-10-2017
 
Histoire des libertines (8) : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. - Récit érotique publié le 15-10-2017
 
Récits érotiques de la mythologie (1). Candaule et le candaulisme - Récit érotique publié le 11-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. - Récit érotique publié le 07-10-2017
 
Histoire des libertines (7) : Poppée et Faustine, des impératrices romaines à la réputation sulfureuse. - Récit érotique publié le 02-10-2017
 
Lectures érotiques (3). Au bonheur des femmes infidèles : récits / Sam Carroll. - Récit érotique publié le 30-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu très dangereux pour un couple. - Récit érotique publié le 28-09-2017
 
Histoire des libertines (6) : Agrippine la terrible. - Récit érotique publié le 26-09-2017
 
Lectures érotiques (2). Eric Mouzat « Petits arrangements conjugaux (La Musardine 2007) - Récit érotique publié le 24-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (32) : Philippe, mon mari, mon amant, toujours candauliste. - Récit érotique publié le 19-09-2017
 
Histoire des libertines (5) : Messaline, impératrice et putain. - Récit érotique publié le 15-09-2017
 
Lectures érotiques (1). Jacques Montfer : Le Joyau (Editions Blanche 2009) - Récit érotique publié le 12-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (31) : Hassan s’impose. - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
Histoire des libertines (4) : les femmes scandaleuses de la famille d’Auguste. - Récit érotique publié le 05-09-2017
 
Histoire des libertines (3) : Cléopâtre, l’hypersexuelle ou le corps mis au service d’une ambition. - Récit érotique publié le 26-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. - Récit érotique publié le 22-08-2017
 
Histoire des libertines (2) : Le temps des hétaïres. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
Histoire des libertines (1) : Introduction et Sappho la poétesse de Lesbos. - Récit érotique publié le 14-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (29) : Rachid reprend « ses droits ». - Récit érotique publié le 12-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (28) Enceinte et toujours hypersexuelle : la suite - Récit érotique publié le 08-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (27) Enceinte et toujours hypersexuelle. - Récit érotique publié le 05-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (26) Olga et Ahmadou - Récit érotique publié le 26-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (25) Nouvelles séances SM - Récit érotique publié le 07-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (24) Abattage - Récit érotique publié le 28-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (23) Sur le lieu de travail : les femmes aussi ! - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (22) : le candaulisme jusqu’au bout - Récit érotique publié le 12-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (21) : même sur le lieu de travail ! - Récit érotique publié le 09-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (20) : aucune limite à l’hypersexualité et au candaulisme ? - Récit érotique publié le 01-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (19) : avec Marie, domination et plaisir. - Récit érotique publié le 12-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (18) : au tour de Philippe ! - Récit érotique publié le 02-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (17) : plage, mer et dunes - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (16) : gang bang et rencontre avec Marie - Récit érotique publié le 13-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (15) : femme de Jean : premier véritable adultère ? - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (14) : Christine, ma femme - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (13) : les cousins - Récit érotique publié le 16-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (12) : Philippe a enfin sa soirée candauliste - Récit érotique publié le 06-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (11) : Rachid commence l’éducation d’Olga. - Récit érotique publié le 04-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (10) : Rachid et Olga - Récit érotique publié le 01-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (9) : Rachid solution ou prédateur ? - Récit érotique publié le 30-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (8) : adultère et partouze sous les tropiques. - Récit érotique publié le 27-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (7) : nouveau « complot » et ultime résistance. - Récit érotique publié le 25-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (6) : résistance et dérapages. - Récit érotique publié le 23-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (5) : mariage et adultère. - Récit érotique publié le 21-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (4) : un couple pas comme les autres. - Récit érotique publié le 19-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (3) : la rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 11-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (2) : de la découverte de mon hypersexualité à ma rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 05-12-2016