S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Salut a tous, Je suis une jeune de 20ans et je suis très excité par les cum ...
• Bonjour je suis une jeune fille de 25ans, j'aimerais bien dialoguer (dans un premier ...
• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...


L'histoire de la truie : la truie partagée

- Par l'auteur HDS Erosetlesbos -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Erosetlesbos [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur couple. - Email :

• 2 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.5 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.5
• L'ensemble des récits érotiques de Erosetlesbos ont reçu un total de 10 638 visites.

sexe récit : L'histoire de la truie : la truie partagée Histoire érotique Publiée sur HDS le 11-09-2017 dans la catégorie Plus on est
Tags: Gros Grosses  Gang bang  Humiliation 
Cette histoire de sexe a été affichée 4899 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): L'histoire de la truie : la truie partagée ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : L'histoire de la truie : la truie partagée ( 9.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


L'histoire de la truie : la truie partagée

Le weekend était enfin là. La fraicheur du temps de mars s’insérait partout, y compris dans les humeurs mais sans atténuer celle qui me torturait le vagin ni mon excitation, sexuelle comme psychologique : en effet j’étais au rendez-vous à Genève avec Joël pour nous rendre « à une surprise » comme m’avait dit mon mâle dominant. Je m’étais apprêtée : robe noir, sous-vêtements rouges, fard à paupière et rouge à lèvre. Un peu de parfums et je m’étais totalement épilé, anus compris. J’espérais qu’il serait excité à ma vue et me souillerait comme la dernière fois.
J’attendais impatiemment sa venue. Enfin je le vis arriver, habillé sportivement, marchant crânement vers ma voiture, toujours aussi beau, toujours aussi séduisant. « Mon Dieu, comme un homme tellement beau gosse peut-il être aussi cochon, aussi pervers… ». Je lui fis signe et roulais à son niveau. Il entra dans la voiture et sans un mot, il m’embrassa goulûment, en flattant mes grosses cuisses. « Belle vache bien viandeuse. Comme je les aime. » furent ses seuls mots, toujours aussi dégradants mais néanmoins qui avaient le don d’allumer un brasier dans ma culotte, entre mes cuisses et entre mes fesses graisseuses. Nous redémarrâmes et roulâmes en direction de la ville. En roulant, il sortit son pénis hors de son pantalon et à chaque feu rouge, il me prit la main et entreprit de se faire plaisir avec mes doigts. Je le masturbais fortement et à une intersection, je le suçais. Je vis soudain qu’un chauffeur nous regardait avec un sourire pervers aux lèvres. Je voulus me retirer mais Joël m’enfonça plus profondément sur son membre violet, tout en souriant d’un air entendu au chauffeur. Il ôta le haut de ma robe et mes seins furent exposés aux automobilistes. Enfin, le feu passa au vert et nous redémarrâmes. J’avais eu honte d’exposer mon gros corps mais sentir son excitation et faire quelque chose d’interdit m’avait paradoxalement rendu plus chaude…
Enfin nous arrivâmes à destination. Une banlieue de la ville, urbaine, faite de grands immeubles, avec quelques places de parc. Mon beau latino me fit garer sous un des ponts qui reliaient les immeubles entre eux et je sortis de ma voiture après m’être rajusté. Nous nous dirigeâmes vers un endroit et je me sentis troublé en lisant l’intitulé : sauna libertin. J’avais entendu parler de ce genre d’endroit mais je ne savais pas à quoi m’attendre. Il entra, et salua le caissier : je suppose qu’il était habitué de cet établissement et une flamme de jalousie s’alluma. En entrant, je remarquais quelque couple mais énormément d’hommes seuls : aucun d’entre eux n’avais moins de 40 ans et la plupart était tous plutôt bedonnant, pas forcément beaux… Leur regard en disait long sur leur perversité, surtout quand ils m’aperçurent et un groupe d’homme me suivit jusqu’au vestiaire. Il n’y avait pas de cabine, inquiète, je me tournais vers Joël mais il se déshabillait déjà. Je l’imitais et morte de honte, ôtais mes habits devant ces hommes au regard si sale. Nous mîmes des serviettes autour de nos tailles. Je voulais mettre la mienne en paréo mais il me força à coup de fessées publiques et de petites gifles sèches à me la mettre sur mes fesses et mon sexe en laissant mes seins à l’air libre. Il y avait des douche mais Joël ne semblait pas vouloir s’y arrêter : « reste avec ton odeur, ta sueur. Tu auras de quoi te laver plus tard. » Ce ton avait un côté un peu menaçant et je me gardais bien de lui répondre. Il m’entraina ensuite dans une arrière-salle sombre : il y avait un espace cinéma avec un film pornographique en plein écran et celui-ci alluma la flamme du désir en moi : une jeune femme était sodomisée par deux étalons au sexe énorme. Je me demandais quelle sensation serait-elle de me faire prendre en sandwich. J’en frissonnais de gourmandise et d’envie mais l’attroupement d’homme qui nous suivait m’inquiétait et j’espérais que Joël ne s’absente pas en me laissant seule. Heureusement, il se dirigea vers une sorte de labyrinthe dont se remarquais que les murs étaient en réalité des cabines. Nous entrâmes dans l’une d’elle et à peine la porte fermée, je me retrouvais à genoux avec le gland de Joël se frottant sur mon visage et répandant ses odeurs comme un mâle jaloux marque sa femelle. Je mouillais déjà très fort et le pris en bouche en gémissant comme une truie. « Ah la putain ! Elle aime ma queue ! Je vais te faire beaucoup de bien, tu verras, ma salope toute rose ! ».
Je constatais avec honte et plaisir que j’aimais vraiment sucer. J’aurais pu continuer pendant des heures, sentir son liquide pré-séminal, l’odeur musquée et forte de son gland, la texture de sa verge, j’en avais les sens tout en ébullitions. Mais je savais qu’il voulait autre chose, mon trésor qui se dissimule entre mes grosses fesses bien grasses. Je lui léchais les testicules en faisant attention de bien les lécher comme si je souhaitais les nettoyer. Il me fit lécher son trou du cul, sentant mauvais mais ça m’excita tellement que je jouis une première fois en me masturbant pendant que j’exécutais la manœuvre. Enfin, il allait me prendre. Il m’allongea sur le dos, remonta mes cuisses et me pénétra brutalement. Je glapis de plaisir en sentant ce bite dure et chaude m’élargir mon conduit vaginal et racler mes parois intimes. Je le tenais entre mes cuisses dodues et lui grognais à chaque coup de rein, m’enfonçant sa langue dans la bouche, me léchant le coup et me mordant. Il me gifla régulièrement pendant qu’il me ramonait et vite, deux doigts entrèrent dans mon trou du cul humide de sueur et de cyprines. Il me mit en levrette assez rapidement. Je ne sais pas à quoi je ressemblais mais il devint encore plus excité et me fessa copieusement en me traitant de grosse putain avant de me flairer : « Qu’est-ce que tu pue ! La mouille pas fraiche, l’anus, l’odeur est dégueulasse… Il va falloir que je nettoie ça ! » Et à grand coup de langue, il entreprit de me lécher ma fente puante et dégoulinante, en me gardant à quatre pattes, puis ce fut au tour de mon anus. J’étais morte de honte car je sentais mes odeurs mais l’idée de me faire nettoyer était tellement avilissante que j’en jouis presque.
Après avoir lécher ma fente et mon anus, il me sodomisa brutalement. Sans me lubrifier (j’étais assez trempée comme ceci), il appuya son gros gland sur mon trou serré. Il le massa au gré de mes gémissements, puis soudainement il s’introduit dans mon conduit puant et serré et se mit alors à ramoner mon trou du cul de façon à me faire hurler de joie et de plaisir. Avec des fessées, il m’excita encore plus et lorsqu’il se mit à me pincer les tétons, je jouis instantanément. En meuglant, je lâchais un jet de cyprine sur ses cuisses. Il me fit nettoyer alors sa bite sortant de mon trou puant avec ma langue, chose à laquelle je m’habituais progressivement, puis, entreprit de me chauffer encore une fois avec ses doigts experts et bientôt, je fus à nouveau embrochée comme un gros gigot sur une broche par l’anus à nouveau. Je commençais à vraiment aimer me faire sodomiser.
Il s’arrêta soudainement : « Viens, on change de cabine, j’ai une petite surprise pour toi. » J’appréhendais ces mots surtout dans un endroit comme celui-ci. Nous sortîmes de notre antre ; à l’extérieur nous attendait une troupe d’hommes plutôt âgés et bedonnants. Je les effleurais car ils n’avaient pas l’air de vouloir s’écarter et je senti une caresse sur les fesses. Je me ruais alors à la suite de mon beau Joël. Il me fit entrer dans une cabine et ferma la porte au nez de la horde de queutards. Installée à l’intérieur, je m’aperçus qu’il y avait deux trous dans un des murs de la pièce. Sans doute pour des voyeurs… inconsciemment, la situation m’excitait car moi, la grosse vache dont personne ne voulait, j’étais désormais l’objet de convoitise de mâles à la queue dressée. Je me mis instantanément à sucer Joël, m’appliquant à faire rouler ses couilles avec mes doigts et ma langue. Il me mit alors en levrette face aux deux trous, ce que je ne compris pas tout de suite, pensant qu’il serait plus agréable pour les voyeurs de voir la pénétration plutôt que mon visage grimaçant de douleur joyeuse. Je sentais son membre brulant et dur me ramoner mon trou puant et ponctuellement il le sortait pour me le faire bouffer. Je n’avais cure des traces brunâtres sur son pénis et je les nettoyais sans dégoût, uniquement avec de l’excitation.
Soudain, je vis un sexe énorme surgir en face de mon visage par le trou, justement. Je ne compris pas mais voir cette verge m’intimida autant qu’elle m’excita encore plus. Une grosse queue violacée et veineuse qui sentait bon la bite de mâle. Manifestement, un homme d’un certain âge (je le devinais par les poils blancs sur son pubis) nous avait maté par ce trou. Flattée je le regardais avec attention mais alors Joël me susurra à l’oreille « prend le en main ». J’hésitais une fraction de seconde mais un coup de rein me fit prendre ma décision et pour la première moi, je me retrouvais avec une bite dans le vagin et une dans la main. Un râle rauque et profond se fit entendre de l’autre côté du mur. « Suce-le » me dis alors Joël. « Non ça je peux pas… » lui répondis-je mais il me saisit par les cheveux et me fit appuyer les joues contre le gland. Voyant que je résistais, il stoppa et me besogna avec plus d’ardeur. Au bout d’un moment, avec les impacts de son sexe je heurtais le sexe avec mes joues et je me mis à frotter cette grosse bite sur les lèvres et le nez. Quelle bonne odeur ! C’est alors qu’un autre gros sexe, énorme et noir surgit par le deuxième trou. Tout en continuant de masturber le premier, je me mis à faire des petits bisous sur le gland d’ébène de cette nouvelle verge aux dimensions impressionnantes. Je ne fis que deux aller retours qu’il explosa dans ma main, un jet de sperme puissant qui m’atteint sur la joue droite. Mes sens étaient en émois, mon excitation était à son paroxysme et la sensation de pénétration me fit jouir encore une fois. Joël continuait de me ramoner pendant que mon corps était ravagé par les spasmes de l’orgasme. Une main sortit du trou où se tenait la queue de mon noir. C’était une main d’homme mûr et européen, cette fois, qui se mit à malaxer mes seins, mon ventre, comme un paysan au marché qui flatte la vache qu’il veut acheter et ça m’excita encore. Je continuais à masturber mon gros pénis. Il appuyait contre les lèvres et je voulais de plus en plus ouvrir la bouche. Un pincement aux tétons me fit glapir et involontairement j’avalais cette grosse bite. Quelle chaleur, quelle douceur ! Je me sentais salope, truie, chienne… J’avais la queue d’un inconnu dans ma gorge.
Le goût était fort et m’excitait toujours plus. Pendant ce temps, la main continuait de me malaxer mes gros seins et Joël de me ravager l’anus. Mon inconnu abuseur me glissa alors deux doigts sur le vagin. C’était la première fois qu’un inconnu s’occupait de moi et je me pâmais de désir, tout en suçant un troisième anonyme. Je me donnais car je voulais le faire jouir. Moi, la grosse moche de mon village, je faisais bander des hommes. J’en étais heureuse et excitée en même temps. Je suçais mon invisible amant avec passion, m’arrêtant parfois pour lécher son gland odorant ou lui prendre les couilles en bouche et soudainement, j’avalais jusqu’à la luette cette grosse queue. Je réussi à faire ma première gorge profonde et allait toucher les poils blancs de l’homme avec mon nez. La main qui me masturbait avait reculé et une autre queue se présenta à moi. Je lâchais mon invisible mâle et me mis à sucer cette nouvelle bite. Elle puait la semence, l’homme avait déjà du éjaculer. J’alternais entre les deux queues quand soudain la première lâcha dans ma bouche un véritable torrent de sperme. Quel goût ! L’homme devait avoir bu plusieurs bières car l’arôme se ressentait dans le foutre blanc qui me dégoulinait sur le menton. Simultanément, je jouis du cul sous les assauts de mon cochon qui me saillissait comme la truie que je suis. Il vint ensuite se faire nettoyer le sexe par ma bouche et me reprit par la chatte. Mon anus avait effectivement besoin de se reposer, je le sentais ouvert en grand, laissant son odeur nauséabonde mais néanmoins aphrodisiaque remplir la cabine.
J’étais désormais en chaleur : véritablement affamée de sexe, je voulais en dévorer le plus possible. Le goût du sperme avait allumé un incendie dans mon corps et seul un peu de foutre supplémentaire pourrait l’éteindre. Un autre chibre se présenta à l’entrée désertée par la queue désormais molle que je venais de vider. Une verge courte mais tellement épaisse. Une odeur malodorante et nauséabonde s’en dégageait. Au vu des poils, ce cochon devait être aussi âgé et bedonnant. Je me mis à le sucer mais ma bouche n’arriva que difficilement à l’avaler. Soudain, Joël sorti de mon vagin et ouvrit la porte. D’un coup les deux bites que je suçais disparurent mais à la place, deux hommes gros et âgé se présentèrent dans la cabine. Mon amant les fit entrer sans autre forme de procès et ils fermèrent la porte. Une fois la cabine verrouillée, Ils restèrent en face de nous deux à se masturber lentement. Mon Dieu, qu’ils étaient laids… Gros, le ventre bedonnant, poilus et grisonnant, l’un d’entre eux avait des lunettes ce qui lui donnait un air d’enseignant comme j’en avais eu au lycée. Le genre d’homme qui ne me faisait absolument pas fantasmer mais ces deux gros zizis… Ils me donnaient faim et soif, faim de chair et soif de foutre.
Joël me gifla, un peu plus fort devant eux, puis il enfonça son gros pénis jusqu’à la garde dans ma gorge. J’eu un relent de salive et un peu de bave me coula sur les lèvres. Il me mit à quatre pattes et enfonça trois doigts dans mon anus ouvert pour me les ramener ensuite à la bouche et me les faire sucer, puis il me fessa sèchement à me faire glapir de douleur, de plaisir et de honte. Je compris qu’il voulait démontrer ma totale soumission à ces deux porcs et leur montrer que j’étais prête à tout pour un peu de bite dans ma chair. Il me jeta sur la queue de l’un d’entre eux, la plus épaisse. L’homme me mit son sexe sous mon nez. Je reconnaissais l’odeur de sperme séché dessus et mon dégoût se mua en une excitation nouvelle. Je me mis à le sucer, rendue en chaleur par le goût fort et l’odeur musquée qui se dégageait de cette grosse bite et subitement, l’autre homme se jeta sur moi et entrepris de lécher mon corps. Que c’était dégueulasse ! Je sentais la salive de cet homme sur moi, sur mon cou et mes seins, sa verge se frotter dans mes cheveux, sur mon torse et mon gros cul. L’autre grognait de plaisir à chaque coup de langue. Joël quant à lui, se masturbait en regardant la scène avec avidité.
Ils commencèrent à introduire leurs doits sans douceur dans mon vagin, puis dans mon anus. Heureusement que ce dernier était bien lubrifié car ils s’enfoncèrent d’un coup au fond de moi et m’arrachèrent une plainte. Mes émotions étaient tel un tourbillon : je ne savais pas ce que je ressentais… Beaucoup de dégoût, l’envie irrépressible de m’enfuir, mais aussi de l’excitation, une excitation comme je n’en avais jamais connu, l’envie de me faire violer par ces salauds… et de voir Joël nous rejoindre, entrer dans mon trou du cul avec son pénis tendu et délicieux… Ils continuaient de fourrager entre mes cuisses graisseuses et me firent mettre en levrette. À ce moment, Joël les interrompit avec une voix calme mais chargée d’autorité : « Attention, messieurs : son anus m’appartient, vous avez le droit d’abuser d’elle avec la capote comme bon vous semble mais pas de l’enculer. C’est mon privilège. On s’entend bien là-dessus ? » Silencieusement mais toujours en me tripotant le cul et le vagin, les deux porcs acquiescèrent. L’un d’entre eux se plaça devant moi et m’amena brutalement ma bouche sur son gland odorant, pendant que l’autre, celui à la queue moins épaisse mais plus longue, enfilait du plastique sur sa verge et commençait à me flatter la vulve à coup de gifles sonores et humides : « Ah la truie ! Elle mouille bien ! – Oui, je suis une grosse truie… » Je commençais à répondre avec excitation. Il m’écarta les grandes lèvres et me pénétra lentement. Je jouis à l’instant : prise par un homme que je ne connaissais absolument pas, qui aurait pu avoir l’âge de mon père et en train de sucer un cochon qui me faisait penser à un ancien professeur de lycée. Mon Dieu que c’était bon. J’étais une vilaine truie, après tout, une grosse vache bien viandeuse, certes… mais au moins j’étais désirée. Mes amies, mes proches, celles qui se moquaient de moi avaient déjà subi ce traitement et ressenti la jouissance que je ressentais à ce moment ? Je ne le pensais pas et imaginais leur jalousie en me voyant embrochée de la sorte par trois mâles en rut.
« On a ferré le gros poisson, fit l’un d’eux.
- Grosse, ça c’est sûr, lui répondit son comparse. Une bonne grosse truie… Raaaan continue de me pomper le bout.
- Mphfff… Oui, fis-je dans un grognement étouffé. Mais il ne sent pas vraiment bon….
- Tu aimes, hein ? Je vois, tu t’es rué dessus, ma grosse !
- Ouiiiiii j’adore quand c’est fort… ça sent le vrai mâle…. Joël, vient me la donner aussi, je t’en supplie… »
Joël s’approcha alors et glissa sans douceur son gros gland dans ma petite bouche de salope. Je me retrouvais à sucer deux grosses queues et une autre qui me ravageait le vagin. C’était bon, chaud, délicieux et combien excitant. Au final, j’étais une salope ! « Je suis une salope ! Une grosse salope » Me mis-je à crier à la cantonade. Les trois hommes surpris, se mirent à rire et nous nous retrouvâmes effondrés les uns sur les autres en riant. J’étais nue au milieu de trois hommes et je me sentais bien ! Mais l’un des deux vieux voulait me monter. Je comprenais, le pauvre n’avait eu que ma bouche et si je me découvrais des talents de suceuse, je savais d’expérience que rien ne valait la tiédeur moite d’un vagin, sinon un trou qui était interdit à mes deux vieux cochons…
Mon « prof » bandait dur et je mouillais encore plus en regardant cette bite courte mais très épaisse et je l’imaginais écarteler mon vagin trempé. À ce moment Joël intervint : » Assied toi, l’ami et laisse ma grosse vache s’empaler sur ta bite ! » L’homme s’assit donc et je m’installais sur lui en gémissant de plaisir. Je commençais donc à le chevaucher en gémissant lorsque soudain, Joël se leva et vint se placer derrière moi : il m’écarta les fesses et y glissa deux doigts inquisiteurs. Me sentant trop sèche parce que trou, il lubrifia abondamment avec de la salive et enfin, il me pénétra avec son gros pénis lentement dans mon conduit anal. Quel délice ! Quelle sensation ! Je hurlais mon plaisir et recommençais à sentir les prémices de la future jouissance. « Aaaah oui j’aime ! Putain, je suis serré ! » grognait mon prof et Joël renchérit : « Alors, c’est pas de la première qualité comme cochonne ? Du lard de compétition, de la salope graisseuse à souhait ! » Je me mis à couiner comme une chienne en chaleur lorsque le troisième larron me planta son sexe en bouche en me susurrant : « Je ne suis pas fan des hurlements de truie qu’on égorge ou qu’on baise. Suce et tais-toi ! » Et me voilà, moi la grosse dont personne ne voulait deux semaine auparavant, trois sexes en elle, poussant des cris étouffés et jouissant sous les coups de butoirs de ces trois gros porcs en rut.
Enfin, ils me libérèrent : « Allez mes salauds, nous allons jouir sur le visage de cette grosses vache mamelue ! » lança Joël et aussitôt dit, Ils se levèrent et m’installèrent assise entre eux-trois. Leurs sexes puaient le foutre et dans le cas de Joël, une légère mais nauséabonde odeur d’anus pas très propre. Les cochons se masturbèrent peu de temps et Joël le premier éjacula son sperme chaud sur mon visage : de longs jets, puissant et chauds qui virent souiller mes lèvres, mon nez et mes cheveux. Il se termina sur mes lèvres et lorsque les spasmes de jouissance cessèrent sur son sexe, il me le mit en bouche et je le nettoyais en grognant comme une cochonne. À peine se fut-il retirer que ce fut au tour simultané de mes deux vieux cochons qui m’inondèrent le visage en même temps de leur sperme qui sentant très fort. Ils s’essuyèrent sur mes joues déjà souillées et sur mes lèvres avant d’enfoncer chacun leur tour leurs vieilles verges odorantes dans ma gorge.
Je m’écroulais comme une masse, épuisée mais heureuse alors que les deux vieux cochons épuisés sortaient sans bruit. Là-dessus, quelques verges sortaient encore des deux trous mais s’en était assez pour moi. D’ailleurs, certaines de ces queues avaient vraisemblablement éjaculé devant les ébats de mes amants et moi. « Tu es vraiment la plus grosse salope qu’il soit ! » me lança Joël. Et avant que je n’ai pu répondre, il m’ouvrit l’anus avec les quatre doigts de la main, puis me les fit sucer. Je jouissais à nouveau de cet acte dégradant, puis nous sortîmes de notre cabine et allâmes enfin prendre une douche méritée : en effet, mon visage était visqueux de sperme et de transpiration, mes trous s’égouttaient de sueur et de cyprine et mon maquillage avait coulé d’une telle façon que je ressemblais à une prostituée au rabais avec un fard outrancier. Les hommes nous suivaient comme à notre arrivée mais cette fois, c’était fière et me sentant un peu salope que je rhabillais sans honte devant ma troupe de prétendant, frustrés de mon départ. Je faisais bander les hommes et j’étais le fruit de leur désir ! Et qu’importe s’il s’agissait surtout d’hommes âgés et pas forcément des apollons ! Ils avaient des queues parfaites pour me satisfaire et mon Joël était foncièrement beau, lui ! Avant de sortir, j’embrassais Joël une dernière fois : « Merci. Grâce à toi, je me sens belle et désirable. – Ma truie, me répondit l’intéressé, Désormais, je vais bien m’occuper de toi, tu verras ! Je serai ton amant et maître, tu n’auras pas à le regretter. »








Les avis des lecteurs
Soumise666

Excellent récit

 
 

Hard mais bien écrit

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :