S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu très dangereux pour un couple.

- Par l'auteur HDS Olga T -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Olga T [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email :

• 51 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.7 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.9
• L'ensemble des récits érotiques de Olga T ont reçu un total de 239 466 visites.

sexe récit : Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu Histoire érotique Publiée sur HDS le 28-09-2017 dans la catégorie Entre-nous, hommes et femmes
Tags: Cocufiage adultere  Candaulisme  Libertinage 
Cette histoire de sexe a été affichée 2758 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 5 votes ): Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu ( 9.4 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu ( 10.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu très dangereux pour un couple.

Avertissement : ce texte poursuit une série de récits sur la période la plus tumultueuse de notre relation de couple entre moi, Olga, l’hypersexuelle, et mon mari Philippe, le candauliste. Il traite de la période où nous avons été durablement séparés, avant de nous retrouver. Il tend à prouver que candaulisme et hypersexualité, même quand ils concernent un couple dont les liens sont solides, ne sont évidemment ni sans conséquences, ni sans dangers pour ce couple.
Depuis quelques semaines, Hassan était installé à notre domicile. Il occupait le lit conjugal et était en toutes choses mon véritable mari, sauf qu’il n’en n’avait pas le titre, qui était toujours porté par Philippe.
La situation de celui-ci n’était pas simple. Hassan n’avait pas l’intention de partager et, officiellement, Philippe ne me touchait plus. Pire, Hassan refusait fermement que Philippe puisse, comme il en avait pris l’habitude du temps de Rachid, assister à nos ébats et encore moins y participer.
Hassan insistait pour que je divorce et que je me remarie avec lui. Il voulait construire avec moi un couple classique, voulait me faire des enfants et faire en sorte, par ses performances sexuelles que l’hypersexuelle que je suis sache se contenter de son homme.

Je faisais tout pour retarder le divorce. En réalité, je voulais mes deux hommes, je rêvais d’un impossible ménage à trois. Dès ce moment, je trompais Hassan…avec Philippe ! Je rejoignais discrètement Philippe dans sa chambre pour une fellation, ce que j’affectionnais tant avec lui, ou une étreinte furtive. Nous profitions des moments où Hassan se rendait à son travail où je me rendais entre midi au bureau de Philippe. Celui-ci louait une chambre d’hôtel où nous faisions l’amour. Philippe était toujours autant amoureux de moi et moi je n’avais jamais eu autant de désir pour lui. Le caractère inédit de notre situation le désinhibait. Certes, il ne serait jamais un étalon et ne pouvait prétendre rivaliser avec Hassan, mais ses performances étaient plus qu’honorables. En plus, je n’avais pas le courage d’exiger de Philippe qu’il me prenne avec un préservatif, ce qui faisait qu’en cas de grossesse chacun de mes « deux maris » pouvait imaginer qu’il était le géniteur.
Nous étions comme un couple adultère. Nous ne perdions jamais une occasion de nous frôler, de nous faire du pied. Philippe jouait avec le feu. Il était audacieux, ne perdant jamais une occasion de me toucher, de mettre sa main sur mes fesses, de me faire du pied, de me branler le clito, me mettant au supplice car je ne pouvais risquer d’attirer l’attention d’Hassan.
En définitive, cette situation me plaisait parce qu’elle était dangereuse et que je franchissais un cap. Dans les faits, j’étais, pardon pour ce néologisme, « bi-andre », c’est-à-dire que j’avais deux maris.
Je savais que cela ne pouvait durer et que j’allais nécessairement devoir choisir.

Plusieurs événements précipitèrent les choses.

Il y eut d’abord le baptême républicain de Lucie. Nous avions décidé que Hassan serait son parrain et la marraine Christine, l’épouse de Jean (j’ai parlé de ce couple libertin dans les récits n°5, 7, 14 et 15), qui était restée mon amie et qui avait été mon témoin de mariage.
J’avais obtenu, de haute lutte, de la part d’Hassan, de ne pas être contrainte de porter la tenue islamique qu’il voulait que je revête lorsque je sortais. Je ne consentais à me vêtir ainsi uniquement quand nous sortions ensemble, afin que je ne lui « fasse pas honte ». Je faisais l’effort de ne plus porter toutes ces tenues sexy, voire scandaleuses que Philippe m’avait offertes et qui avaient tant contribué à ma réputation sulfureuse. Le jour du baptême, je portais donc une tenue sobre, une robe qui allait jusque mes genoux, je ne mettais en valeur ni mes seins, ni mes fesses. Plus d’un invité fût étonné de ma transformation en épouse sage, notamment les hommes qui, pour beaucoup étaient venus dans l’espoir de se rincer l’œil grâce aux tenues indécentes d’Olga T.
Le scandale est venu d’ailleurs. Hassan m’avait prévenu. Pas question pour lui d’être discret. Il affichait clairement que nous étions un couple, ne perdant pas une occasion de poser les mains sur mes fesses ou de m’embrasser en pleine bouche. Il ne se gênait pas non plus pour expliquer qu’il s’était installé à la maison et occupait le lit conjugal. Il ajoutait que le divorce avec Philippe était acté et qu’il serait suivi de notre remariage. Pour compléter le tableau, il expliqua à Christine qu’l faisait tout pour me faire un second enfant, et qu’il avait l’intention que d’autres suivraient, j’étais encore jeune et je pouvais en avoir beaucoup d’autres.
Bref, ce fut une séance très pénible pour Philippe, qui fit preuve d’une grande dignité, et qui contribua encore à ruiner ma réputation.

Dans une autre série de textes que je me propose de consacrer aux « grandes salopes de l’histoire », j’ai parlé de l’impératrice Messaline, dont l’histoire me fascinait et avec laquelle je me comparais souvent, car comme moi, elle était folle de son corps. Messaline avait célébré ses noces avec son amant Silius, alors qu’elle était officiellement l’épouse de l’empereur Claude. Je reproduisais le même schéma avec Hassan et Philippe.

A cette cérémonie de baptême, je croisais Flavienne, la première compagne de Philippe. Elle me prit à part. Ses yeux lançaient des éclairs :

• Petite garce, je t’avais mise en garde le jour de votre mariage. Je t’avais dit de ne pas faire de mal à Philippe. Avec tout ce que tu as fait, tu l’as bafoué, tu as ruiné sa carrière et sa réputation. Et maintenant cette humiliation de la présence de ton amant sous son propre toit et votre comportement. C’est trop !
• De quoi te mêles-tu ?
• De ce qui me regarde ! J’ai commis l’erreur, il y a plusieurs années, de le quitter pour une aventure éphémère qu’il avait encouragée et surtout je ne voulais pas assumer son fantasme candauliste. Je suis la première qu’il a aimée, la première avec qui il a vécu. Et surtout je l’aime toujours. Je ne te laisserai pas le détruire, je lui ouvrirai les yeux et je l’éloignerai de toi, démon, putain !
• Philippe est à moi, jamais je ne te laisserai me le prendre !
• Il te faut les deux, si je comprends bien. Tu es un monstre d’égoïsme et de perversité !

Flavienne me jeta au visage le contenu de son verre. Nous étions sur le point de nous battre, c’est Hassan qui retint ma main.

• Allons Mesdames, calmez-vous ! Excusez-nous, je pense qu’Olga a bu plus que d’habitude aujourd’hui.
• Je vous en prie. Elle a un caractère difficile. Bon courage à vous si vous voulez la contrôler.

Nous nous éloignâmes un peu.

• Qu’est-ce qui t’a pris ? Tu es folle ou quoi ?
• Oui folle de rage. Elle veut me prendre Philippe !
• Et alors ? Il est libre de refaire sa vie, non ?
• Même après son divorce, il reste à moi. Personne ne me le prendra, tu entends ?

Hassan se rendit compte à ce moment-là que j’aimais toujours Philippe. Il se disait qu’il fallait une vraie séparation d’avec Philippe s’il voulait construire son couple comme il entendait le faire, c’est-à-dire un couple « normal », pas un ménage à trois, où la femme était partagée entre deux hommes.
L’autre événement qui précipita la crise fût qu’Hassan parvint à ses fins. Moins d’un an après la naissance de Lucie, j’étais à nouveau enceinte. Et cette fois, Hassan entendait bien que les choses se passent normalement, que nous soyons, au moment de la naissance de l’enfant, mari et femme.

Le lendemain de la confirmation de ma grossesse, la mort dans l’âme, nous lancions la procédure de divorce par consentement mutuel, 7 ans à peine après notre sulfureux mariage (nous étions alors en 2010).
Je convainquis Philippe de ne pas chercher à contester la paternité d’Hassan. Compte tenu de l’intensité de mes relations avec celui-ci, j’étais convaincue qu’Hassan était le père. Un test ADN pratiqué bien plus tard, au moment du divorce d’avec Hassan, le confirmera.
Immédiatement, je fis savoir à Philippe que cela ne changeait rien entre lui et moi, que j’imposerai sa présence dans la maison, au prétexte que notre fille aînée Lucie avait besoin de la présence de son père. J’ai trouvé ce jour-là Philippe étrangement distant. Je mis cela sur le compte du divorce, pensant qu’il était affecté, quoiqu’il en dise, alors qu’il avait toujours dit que j’étais libre.

PHILIPPE « TROMPE » OLGA AVEC FLAVIENNE

Ce qui fut décisif, c’est le jour où je surpris ensemble Philippe et Flavienne en flagrant délit d’adultère. Je ne dis cela pas parce que, à ce moment-là, Philippe et moi étions toujours mariés. Je dis cela parce que je considérais et j’ai toujours considéré que Philippe est à moi et seulement à moi. Je sais qu’on va me répondre que je ne manque pas d’air, moi qui ais trompé Philippe comme aucune femme ne l’a jamais fait avec son mari. J’ajoute cependant que je l’ai fait sur son insistance et avec son accord, alors que je n’ai jamais été d’accord pour une liberté réciproque. Il en était d’accord, lui qui m’avait juré, encore récemment une fidélité absolue. Il y avait certes déjà eu des accrocs, comme ce fût le cas avec Christine (voir récits n°5 et 7) et, plus dangereux, avec Marie C. (récit n°19) Au moins j’étais au courant et j’avais pu endiguer la menace.
Ce qui m’a ulcéré, est que Philippe, à son tour, jouait un double jeu.

Nous avions décidé, Hassan et moi, de partir un week-end seuls, Philippe ayant bien voulu se charger de Lucie. Ce week-end fut une horreur. J’étais dans une période de ma grossesse marquée par les nausées. J’étais d’une humeur massacrante car j’en voulais à Hassan d’avoir exigé le divorce, alors que, je le répète mon choix était le trio, de garder mes deux hommes, mes deux maris. En plus, pour une fois, ma libido était en berne, alors qu’Hassan avait toujours envie.


Pour la première fois depuis que nous nous étions rencontrés et étions devenus un couple fusionnel et éperdument amoureux, nous avons eu une vive dispute. J’ai dit à Hassan qu’il me séparait de l’homme de la vie, que, si je le voulais lui et que je me considérais comme son épouse, je n’acceptais pas de perdre Philippe, que j’aimais comme au premier jour de notre rencontre.

Tout y est passé. J’ai dit à Hassan que la présence de Philippe, sa complicité, ses encouragements, son bonheur quand j’avais du plaisir, tout ça me manquait parce qu’Hassan ne faisait pas de compromis avec le candaulisme de Philippe.

J’ai surtout ajouté que, depuis des semaines, clandestinement, dans sa chambre, à son bureau, dans un hôtel, j’avais des rapports avec Philippe. Que j’avais besoin de l’infinie tendresse, des baisers, des caresses de Philippe, que je ne pouvais me passer des rites que nous avions instaurés, en particulier la fellation du matin, qui me permettait de commencer la journée en buvant l’homme que j’aimais. Que j’avais besoin aussi qu’il me prenne, même si, objectivement, cela n’avait rien à voir avec le summum du plaisir que me donnait Hassan.

• Voilà pourquoi je t’en veux de me priver de tout cela. Tu m’amputes de toute une partie de moi-même.


Hassan bouillait de colère intérieure. Il avait envie de me battre, faisait un effort surhumain pour se contenir.

• Quand j’ai appris ce que Kamel organisait à l’appartement, j’ai décidé d’intervenir pour y mettre fin. Un ami m’avait mis en garde contre toi, il m’avait dit que tu n’étais qu’une petite putain. Il avait raison. Le problème est que, dès que je t’ai vue, je suis tombé amoureux. C’est incompréhensible. Moi, qui, à presque 40 ans, avait enchaîné des aventures sans lendemains et n’avait jamais voulu s’attacher. Et quand j’ai vu que tu te dirigeais vers moi, quand j’ai lu dans tes yeux ce que tu voulais, j’étais déjà perdu.
• J’avais ressenti la même chose. Ce n’était pas que du désir physique. C’était un coup de foudre. J’ai su immédiatement que je te voulais.
• Maintenant nous sommes engagés et je t’aime Olga. Tu portes mon enfant Olga et je veux que tu deviennes ma femme, mon épouse. Je veux construire ma vie avec toi. Je serai patient, je ferai en sorte qu’avec moi tu aies tout ce que tu désires, sans que tu ressentes le besoin d’autres hommes, y compris Philippe. Je sais la force de ce qui vous unit, mais je sais aussi que ses fantasmes t’ont fait du mal en te poussant sur ta pente naturelle, au lieu de t’aider à en sortir.
• Moi aussi je t’aime, Hassan. Ce que tu ne veux pas comprendre, c’est que je veux à la fois Hassan et Philippe. Dans ta religion, la polygamie est admise. Pourquoi une femme, n’aurait-elle pas droit à deux hommes ?
• Parce que c’est ainsi et que je ne partage pas. Ce soir, j’irai chez mon frère Kamel. Tu m’appelleras quand ta décision est prise. C’est lui ou c’est moi !

L’ultimatum d’Hassan me mortifiait.

Je rentrais à la maison, impatiente de retrouver Philippe, de me précipiter dans ses bras, pour qu’il me console, me dorlote, et que je sois heureuse, par ses baisers, par ses caresses. J’avais envie de lui, autant que lors de notre première fois (récit n°3) où j’avais dû le pousser dans ses derniers retranchements pour parvenir à mes fins.
J’entrais discrètement à la maison, je voulais lui faire la surprise. Et ce fût alors le choc de ma vie.
J’entendais du bruit, des gémissements de plaisir dans la chambre.

La porte était grande ouverte et la grande glace renvoyait, c’était pour cela qu’elle avait été posée, l’image du couple nu, qui était sur le lit. Mon sang se glaça : c’était Philippe et Flavienne. Ils ne m’avaient pas entendu et n’avaient pas remarqué ma présence, tout occupés qu’ils étaient à leurs ébats.

J’appris bien plus tard que Flavienne avait su (par l’intermédiaire de Christine) que Philippe était seul et que j’étais partie en week-end avec Hassan. Elle appela Philippe et finit par le convaincre (après que Philippe eût trouvé une Baby Sitter pour Lucie) qu’ils passent l’après-midi ensemble, à l’occasion d’une de ces sorties culturelles qu’ils affectionnaient lorsqu’ils vivaient ensemble.

Flavienne sortit le grand jeu, elle avait choisi de porter ses vêtements les plus sexy pour attirer son attention. Elle, réservée et pudique, ne craignait pas ainsi de porter un décolleté vertigineux et de porter une jupe serré qui mettait ses fesses en valeur, le but étant de susciter le désir de sa proie. Elle se montra enjouée, complice, tendre. A la terrasse d’un café, ils échangèrent un baiser, timide au début, puis rapidement torride. Elle lui avoua qu’elle s’était rendu compte de son erreur de l’avoir quitté, qu’il était l’homme de sa vie. Philippe lui avoua la force de ses sentiments pour moi, mais qu’il était désespéré car il était désormais convaincu que, contrainte à choisir, mon choix s’était porté sur Hassan.

Flavienne, habile, ne m’accabla pas et ajouta qu’elle ferait tout pour Philippe, y compris satisfaire tous ses fantasmes, ce qui voulait dire le candaulisme. Ce fut Flavienne qui lui proposa de continuer la soirée ensemble et chez Philippe. Celui-ci lui demanda pourquoi chez lui. Elle lui répondit : « Parce que je veux faire l’amour avec toi dans son lit. Accorde-moi ce plaisir.». A peine arrivés à la maison, Flavienne se débarrassa de ses vêtements, déshabilla l’homme qu’elle voulait et, le prenant par la main, l’entraina vers le grand lit. Elle tenait sa revanche, elle aurait tant aimé que je sois là pour assister. Elle ne pouvait imaginer que cela serait le cas.

J’étais pétrifiée, ma réaction instinctive eut été de me précipiter sur eux, de les rouer de coups et de faire un mauvais sort à ma rivale. Je me suis maîtrisée, je voulais voir jusqu’où cela irait. Pour la première fois, je jouais le rôle qui était habituellement celui de Philippe. Je devenais spectatrice, j’assistais au plaisir d’un couple tout en sachant que j’avais toujours affirmé que Philippe était à moi et seulement à moi.

Je devais reconnaître que Flavienne avait une silhouette parfaite, une taille de guêpe surmontant un petit cul à faire damner un saint. Elle avait les jambes légèrement ouvertes et l’on pouvait deviner à la jonction de cette splendide paire de ciseaux, le renflement bombé de son puits d’amour. En tant que bisexuelle, je devais reconnaître que ma rivale me faisait envie.
Flavienne prit les choses en mains et s’empara avec autorité de l’appendice de Philippe et, lentement, commença un petit mouvement de va et vient. Elle continua, ses yeux étaient concentrés sur son mouvement.

J’étais impressionnée par l’érection de Philippe. Quelque part, j’étais fière de lui, j’avais envie de l’encourager, de lui crier :

• Vas-y, mon chéri. Baise cette salope, montres lui que tu es un homme, un vrai. Ne lui laisse pas l’initiative !

Incontestablement, ma rivale savait y faire. Son geste se fit énergique et elle se pencha en avant. Je me dis qu’elle allait poser ses lèvres fines sur son petit bout et laisser sa bouche entrer dans la danse…
Flavienne avait entamé une fellation de première catégorie, digne d’une professionnelle (je parle en connaissance de cause) : de la main gauche, elle malaxait très précautionneusement ses testicules, sa main droite allait et venait doucement sur sa lance, ses lèvres avalaient par intermittente le haut de son sexe pendant que sa langue s’attardait sur la corolle de son gland. Par moment, elle l’avalait tellement loin que j’avais l’impression qu’il allait lui toucher les amygdales.

• Tu aimes ?
• J’adore ?
• Je le fais mieux qu’elle ?
• Arrête de me parler d’elle, elle t’obsède, contentes toi de me sucer, jolie garce !

Flavienne augmentait peu à peu le rythme. Avec un tel traitement, je me disais qu’il n’allait pas tenir longtemps, que sa sève devait monter.

Flavienne décida alors de passer à autre chose, ce pourquoi elle était venue ici. Elle l’enfourcha soudainement et je crus bien qu’elle allait s’empaler d’un seul coup sur la lance ainsi dressée.

Elle stoppa in extremis, maintenant mon sexe juste en dessous de la jointure de ses jambes écartées, à quelques millimètres de sa chatte.

• Je vais te baiser, mon homme. Tu es à moi, désormais. Je t’ai retrouvé, je ne te lâcherai plus.

Flavienne regarda Philippe dans les yeux, mordit sa lèvre inférieure avec ses petites dents blanches et, très lentement, descendit sur son pieu, l’engloutissant millimètre par millimètre, sans reculer. Lorsque leurs toisons se touchèrent, elle ferma les yeux, savourant son triomphe. Elle entrouvrit la bouche et poussa un gémissement de contentement. Elle resta un moment immobile, goûtant peut-être la sensation d’être remplie puis, entama un léger mouvement d’avant en arrière, en basculant son bassin afin que son clitoris frotte contre le pubis de son amant.


Toujours sans faire de bruit, je m’étais installée sur une chaise. C’était incroyable : je m’aperçus que le spectacle m’excitait, mes tétons étaient durs, je commençais à mouiller. J’ai instinctivement titillé mon clitoris et fourré mes doigts dans ma chatte. Ce que je voyais me rendait folle de jalousie, me faisait mal, mais je devais avouer que c’était torride. Et je comprenais alors ce que ressentait Philippe quand il me matait alors que j’étais sous le joug d’un amant.
Flavienne, qui avait 15 ans de plus que moi, était une belle femme mure, je devais le reconnaître. Elle était magnifique, la tête en arrière, ses cheveux cuivre et or frôlant ses épaules frêles.
Philippe prenait possession de ses seins diaphanes qui dressaient avec fierté leurs petits tétons rose pale. Il caressait son ventre musclé puis, ses mains sur sa taille, accompagnait le mouvement lent de ses hanches.

• Oh mon chéri, comme je rêvais de ce moment. Et ce qui décuple mon plaisir, c’est de m’offrir à toi dans son lit, où elle est si souvent vautrée avec ses amants
• Ne me parle pas d’Olga. Elle ne veut plus de moi.
• Je sais que tu l’aimes toujours. Je te rendrai heureux, je te la ferai oublier, cette garce. Embrasse-moi, aime-moi mon bébé !

Progressivement, elle accéléra le balancement de ses hanches. Fascinée, je ne pouvais plus détacher mon regard de ses petits seins fermes tressautant au rythme de la chevauchée fantastique.
Très rapidement, son rythme s’emballa, ses mouvements se firent désordonnés. Elle poussa quelques petits cris puis, essoufflée, elle s’effondra sur mon torse, sans plus bouger.

Philippe montrait une endurance que je ne lui connaissais guère. Il bascula sa maîtresse sur le côté pour, tout en restant bien profondément en elle. Il allait doucement entre ses reins. Elle se cambrait pour mieux accompagner ses assauts, elle gémissait de plus en plus fort.

• Oh mon amour, oui, vide-toi en moi, je veux ta semence, je suis à toi. Ouiiiiiiiii

Elle dut connaître plusieurs répliques de son orgasme avant que, ni tenant plus, Philippe n’explose d’un coup en elle. Au même instant, à force de branler vigoureusement mon clito, j’eus aussi un orgasme.
Ils sont restés un long moment dans cette position avant qu’elle ne se dégage.

Après avoir langoureusement embrassé Philippe, elle se leva et en tenue d’Eve, elle se campa devant la grande porte-fenêtre de la chambre avant de s’étirer de toute sa hauteur.
Pendant leurs ébats, dont j’avais été témoin, j’avais été partagée entre plusieurs sentiments contradictoires.
La colère d’abord, avec l’envie d’arrêter ça immédiatement. J’en voulais à Philippe parce qu’il trahissait ses serments d’amour éternel. Il est facile de me répondre en me disant que je ne manque pas d’air, au vu des libertés que m’avait données Philippe et compte tenu de mon comportement des derniers mois, qui venait de déboucher sur une procédure de divorce. Celui qui était encore mon mari était bien libre de faire ce qu’il veut, surtout que je m’apprêtais à le lâcher définitivement. Certes, mais je suis ainsi pour ce qui concerne les gens que j’aime, je ne partage pas. J’avais toujours dit à Philippe que jamais il n’aurait la réciprocité et, en conséquence, il était à moi, rien qu’à moi. Dans mes récits précédents, j’ai décrit les réactions vives que j’ai pu avoir lorsque j’avais assisté, au moment de notre mariage (récit n°5), aux tentatives de Christine pour séduire Philippe, puis lorsqu’elle fut brièvement sa maîtresse (récit n°7). La menace la plus sérieuse que j’avais connue jusque-là était la volonté affirmée de Marie C de me séparer de mon mari. Malgré un succès initial (récit n°19), d’autant plus humiliant que ça s’est passé en ma présence, cette mégère n’était pas parvenue à ses fins et je dois dire que je préférais subir ses sévices plutôt que de perdre l’homme qui comptait tant dans ma vie.
Et maintenant, j’étais en train de le perdre, je l’avais perdu et j’étais la seule responsable de ce désastre. Je pouvais encore essayer de me battre, de m’affirmer et je pouvais espérer que Philippe revienne vers moi. Un instant j’ai eu la tentation de me joindre à eux, de posséder Philippe et de gouiner ma rivale. Je savais qu’il y avait peu de chances qu’ils me résistent.

Et finalement, ce n’est pas le choix que je fis. Je réajustais ma tenue et j’apparus brutalement. Je me dirigeais vers Flavienne et l’interpellais :

• Salope !
• Tu ne crois pas que tu es très mal placée pour me donner des leçons. Je ne vois qu’une putain ici, c’est toi !

La gifle partit immédiatement. Nous roulâmes sur le lit, en échangeant des coups, en nous griffant, en nous mordant. Nous étions des furies, ivres de haine. J’avais l’avantage, car ma rivale était nue, je labourais son dos de mes ongles, mais elle eût tôt fait d’arracher mes vêtements et de rendre coup pour coup. Je sentais contre moi son corps et j’étais partagée entre mon désir pour cette jolie femme et ma colère de femme bafouée. Flavienne sentait mon hésitation. J’eus finalement le dessus, car bien plus jeune et plus sportive. J’étais sur elle, je lui tenais les bras, elle était à ma merci.
Je l’avais dominée et maintenant j’en voulais plus. J’ai eu soudainement envie d’elle. C’était irrésistible. Je l’avais puni, je voulais maintenant la dominer d’une autre manière en la faisant crier de plaisir. Celles qui sont passées entre mes mains expertes connaissent mes talents saphiques et Philippe le savait.
J’ai commencé par lui caresser les seins. Comme moi, elle était très sensible. Ses pointes durcissaient, trahissant son excitation. Ma main se porta vers sa chatte d’où coulait le sperme abondant que Philippe y avait lâché, mélangé à la mouille de ma rivale. Je recueillais ce jus, et sans hésiter, portait mes doigts à ma bouche, pour les lécher, tout en la fixant du regard, pour bien lui faire comprendre mes intentions, que je la voulais et que j’allais la gouiner devant Philippe. Il était à moi et elle aussi serait à moi.
Mes doigts s’enfonçaient dans sa chatte béante, je triturais son clitoris gonflé de désir.

Elle gémissait, fermant les yeux, se laissant emporter. J’ai eu alors envie de prendre ses lèvres, de l’embrasser. Elle a commencé à répondre à mon fougueux baiser et sa main, à son tour, se posait sur ma chatte, me pénétrant aussi.


Je pensais que j’avais gagné quand, soudain, Flavienne se mit à mordre sauvagement mes lèvres, à m’en faire saigner, et que ses doigts s’enfonçaient brutalement dans mon vagin, avec l’intention de me faire mal.
Je poussais un hurlement de douleur et reculais, alors qu’elle se mit à me cracher au visage.

• Salope, me dit-elle, tu es vraiment prête à tout ! Tu ne m’auras jamais, tu entends, qu’est-ce que tu t’imagines ? J’offrirai à Philippe le plaisir de me voir dans les bras d’une femme, mais ce ne sera jamais avec toi.


Je la giflais et mes mains étaient autour de son cou. J’avais vraiment envie de serrer. Jusqu’à présent, Philippe avait laissé faire. Quelque part, il était fier que « ses » deux femmes se battent ainsi pour lui. Mais cette fois ça allait vraiment trop loin. Philippe me connaissait et Il intervint, réussissant avec difficulté à me faire lâcher prise. Il en profita d’ailleurs pour mettre ses mains sur ma poitrine, exprimant son désir, sans gêne vis-à-vis de Flavienne, qui reprenait son souffle :

• Ca suffit Olga maintenant, tu es folle ou quoi ?
• Laisse-moi, je veux tuer cette salope. Et surtout, je t’interdis de me toucher !
• Philippe, cette femme est complétement folle ! Je suis couverte de bleus et elle voulait me tuer. Nous devrions appeler la police. Elle devrait être enfermée ! Je vais déposer plainte.
• Ca suffit toi aussi, tu l’as bien amochée également, regarde son visage ! En effet, vous alliez vous entretuer si je n’avais pas été là.
• Oui je suis folle parce que tu m’as trahie, Philippe, tu m’as bafouée !
• N’inverse pas les rôles, Olga. C’est toi qui m’as fait comprendre que tu ne voulais plus de moi, que tu avais choisi Hassan.
• Oui tu as raison, j’ai choisi Hassan. Vas t’en de cette maison, je ne veux plus te voir ici.
• C’est bien ce que tu veux ?

Les larmes me coulaient.

• Oui, c’est ce que je veux, pars, mais pars tout de suite avec cette garce !

Je leur laissais à peine le temps de se rhabiller. Philippe et Flavienne obtempérèrent et s’en allèrent. Philippe hésitait encore, mais Flavienne s’imposa et lui prit la main pour le forcer à s’en aller.
J’appelais immédiatement Hassan, la voix brisée de chagrin, lui demandant de venir tout de suite, que j’avais choisi.
Hassan fut là rapidement, je lui racontais, sans rien cacher et il me prit dans ses bras.

Il me câlina comme une petite fille.

• Pleure mon Olga, évacue tout ce chagrin. Le temps fera son œuvre.
• Oui je t’ai choisi Hassan. Il faudra que tu me rendes heureuse à tout point de vue.
• Je te le promets princesse.
• Je suis malheureuse, Hassan. Une garce m’a volé l’homme de ma vie.

Hassan comprenait que j’aimais toujours Philippe et parce que j’avais été blessée en le trouvant dans les bras d’une autre, j’avais choisi, par défaut en quelque sorte. Il savait bien que ce n’était pas une base solide pour construire le couple dont il rêvait, mais il espérait que le temps ferait son œuvre.


Le temps et ses qualités exceptionnels d’amant. C’est d’ailleurs à cela que je fis appel ce soir-là, pour apaiser mon chagrin et ma colère :

• Hassan, j’ai envie, non pas que tu me fasses l’amour, mais que tu me baises comme la putain et la salope que je suis. Je veux que tu me fasses gueuler, que tu me démontes, que tu me casses le cul. Je veux que tu me fasses mal, chéri, et qu’après cette baise, je sois épuisée, brisée, comme je l’étais après avoir été niquée par des dizaines de mecs.
• Après tout, si c’est ce que tu aimes, chienne, tu vas être servie. Je vais te montrer, femelle, ce qu’est un mâle, un vrai. Je te ferai tellement hurler de plaisir que tu oublieras tout.

Et en effet, cette nuit fut torride et marqua un tournant. Hassan, jusque-là, tendre, attentionné, soucieux de mon plaisir, se transforma en une bête en rut. Je prenais encore plus de plaisir qu’avant et essayais ainsi d’oublier ce qui restait en moi une plaie ouverte. Mon corps portait les marques de la bagarre avec Flavienne, qui m’avait abondamment griffé, mordu et gratifié de coups de poings, sur tout le corps, notamment au visage. Ma douleur était surtout intérieure car par ma faute était rompu un lien que je pensais indéfectible.
Mais ce lien était-il définitivement rompu ? Au fond de mon cœur certainement pas ! Je me jurai que je reprendrai Philippe, que jamais je ne renoncerai à lui.








Les avis des lecteurs
Olga T

Je m'aperçois que je n'ai pas répondu à une de vos questions, à savoir si j'ai toujours des relations avec Hassan. Pendant un long moment, il refusait de me voir, le divorce fut difficile, conflictuel. Hassan a un droit de garde partagé pour sa fille, Leila. Même quand il venait la chercher, il refusait de me voir. Et puis, peu à peu, ça s'est calmé. Nous avons commencé à avoir des rapports normaux et, plus récemment, à quelques occasions, des rapports "candaulistes" sur proposition de Philippe et en sa présence (chose qu'avait toujours refusé Hassan). j'ai eu un plaisir inouï, car il est toujours un amant hors pair, mais aussi parce que Philippe était près de moi. Philippe m'avait donné là une immense preuve d'amour et de confiance. C'était purement sexuel, il n'y a plus aucun sentiment entre Hassan et moi, cet aspect là de notre relation appartient définitivement au passé.

 
Olga T

A notre lectrice anonyme, merci pour votre commentaire. Bonjour, oui c'est bien cela. J'ai divorcé de Philippe et épousé Hassan en 2011.
J'explique dans les textes suivants comment j'ai renoué avec Philippe et comment j'ai rompu avec Hassan, après moins de deux ans de vie commune. C'est en effet sa mysoginie qui explique largement mon revirement, mais aussi parce que j'ai compris qu'étais toujours amoureuse de Philippe et que je ne pouvais vivre séparée de lui.
Je me suis remise en ménage avec Philippe en 2013 et nous sommes mariés à nouveau en 2014.
Quand j'ai voulu raconter ici notre parcours ici, j'en ai parlé à Philippe, qui ne s'y est pas opposé (Philippe me donne une entière liberté). Echaudé par l'expérience de notre blog, que nous avons supprimé en 2013, il ne voulait pas participer à la rédaction des textes. J'ai aussi parlé de ses histoires, en particulier dans ce récit, où sa relation avec Flavienne avait provoqué notre rupture (provisoire) Bien entendu, s'il le souhaite et quand il le voudra, je lui laisse l'accès à cette page, notamment pour parler de son candaulisme et de l'impact que cela a eu sur notre couple.
Pour l'heureux événement que vous évoquez, tout se présente bien, merci, après des moments un peu compliqués cet été.

 
 

Bonsoir
Si je comprends bien, vous vous etes marié en 2003, vous avez divorcé quelques années apres pour vous marier avec Hassan (le misogyne hypocrite, désolée je ne suis pas fan de l'hypocrise masculine actuelle), pour divorcer ensuite d'Hassan et vous re marier avec Philippe ? Continuez vous a avoir des rapports avec Hassan ? Vous ne mettez que vos histoires et celles de Philippe alors ? Quand à la grossesse si vous ne faites pas partie des grossesses dits à risque, à part de faire attention si vous etes à terme ca devrait le faire. Bonne soirée

 
Olga T

Bonsoir Jacques, je suis bien entourée et je serai prudente. Je donnerai des nouvelles. Merci à vous!

 
 

Je vois Dre Olga que vous êtes allé dans un pays où il vous était possible de jouer encore avec la langue....! Philippe devrait être content.
Ces petits voyages sont toujours un bienfait pour les couples en amour. Bon retour.
Jacques du Canada

 
 

Vous vous raprochez Dre Olga du moment oú vous allez réaliser le plus bel événement de l’univers. Parcontre même si vous avez l’expérience il faut à 40 ans apporter une attention spéciale à l’événement et faire très attention à votre santé. Une à deux prises de pression artérielle quotidiennes beaucoup de repos vous aideront certainement à éviter une éclampsie éventuelle et rendre ce moment mémorable.
Bonne chance et j’aimerais avoir de vos nouvelles après l’accouchement.
Jacques du Canada.

 
Olga T

Bonsoir Jacques du Canada, je partage votre appréciation sur mon mari, un homme que je qualifierai d'exceptionnel. Je sais aussi que je peux compter sur Christine.
Notre week-end s'est bien passé, dans une capitale encore au sein de l'UE jusque 2019. Nous n'étions rien que nous deux, en amoureux.
Je vous embrasse

 
 

Vous êtes une grande fille Dre Olga, vous avez au moins une bonne amie ainsi qu’un bon mari ( a ce que j’en sais). Vous avez tout pour réussir.
Comment on été vos dernières vacances avant votre accouchement? Êtes vous allez dans votre pays d’origine?
J’espere que n’avez pas fail de mauvaises rencontres et que tenez encore les cordes bieoen main!

 
Olga T

@ Jacques du Canada. Vous avez bien compris pourquoi en effet ma relation avec Hassan ne pouvait déboucher sur quelque chose de durable.
Vous avez raison aussi de dire que quand j'ai dérapé, Philippe n'était pas présent. Et comme Christine, vous soulignez à juste titre que j'ai pris conscience que je dois désormais éviter tout nouveau dérapage.

 
 

@ Jacques du Canada, je souscrits totalement à votre analyse concernant Hassan mais aussi Olga. Comme vous' je ne cesse de lui dire que son escapade avec N, ainsi que la liaison de Philippe et de Théodora changent la donne. Philippe n'est plus disposé à tout accepter. Il me semble qu'Olga én est consciente. Christine

 
 

J’ai oublié de signer ma dernière intervention!

Jacques du Canada

 
 

Allo Anna! Allo Dre Olga!
Concernant Hassan je ne pense pas qu’il aurait à long terme fait quelques choses de réjouissant et de durable avec Dre Olga. Olga est tombé momentanément amoureuse de lui parce qu’il l’a fais monter dans les rideaux lors de leurs accouplements. On sait tous que ça ne suffit et ça ne suffira jamais à tenir un couple ensemble.
Comme avec N il y a un an elle a dérapé. On constate, qu’elle ne se contrôle plus pour un bon bout de temps après avoir eu un bon échange un peu plus satisfaisant pour elle.
Moi je ne pense pas que ces changements de partenaires ne sont pas nécessairement due au candaulisme de Philippe. D’ailleurs à chaque fois que Dre Olga a dérapé,Philippe n’était pas là à observer son amour s’envoyer en l’air! N’est-il pas la particularité du candaulistes de vouloir être présent lorsque son amour tire un bon coup?
Dans le cas du Dre Olga je considère qu’elle a trahi Philippe a chaque fois qu’elle est tombé en amour avec quelqu’un d’autre. Philippe n’était pas là pour la ramener sur terre. Il en a payé le prix fort. Je pense que Philippe aime vraiment
son Olga. Depuis son aventure avec N il semblerait que Philippe a mis des balises à ne pas dépasser. Dre Olga en est consciente et je pense qu’elle est sincère quand elle dit qu’elle ne dérapera plus.
Les prochains jours vont nous donner plus de détails!
PS: Je pense aussi que Christine est une très bonne amie pour Dre Olga

 
 

En ce qui me concerne, j'aurais aimé avoir l'opinion de Jacques du Canada au sujet de Hassan. Domi a raison sur les excès de celui-ci. Si on met ça de côté, n'était-il pas le mieux à même de maîtriser le tempérament d'Olga? N'avait-elle pas besoin d'un homme, un vrai, qui satisfasse ses besoins, mais qui mette fin à ses excès? Anna

 
Olga T

@ Domi, merci pour ton suivi attentif. Tu as aussi mis en avant une des raisons qui a fait que Hassan ne soit pas parvenu à ses fins!
@ Vieulou, dans l'absolu vous avez raison, mais en ce qui me concerne Philippe est à moi et seulement à moi. Je suis une tigresse quand une autre s'approche de lui
@ Christine, merci pour ta franchise, j'avoue t'en avoir beaucoup voulu, mais tu m'as bien aidé par la suite
@ Anna, Jessica et Jeanne, Dom a bien compris pourquoi Hassan n'est pas parvenue à ses fins. Je ne pouvais accpeter l'enfermement qu'il voulait m'imposer!
@ Florence bisous à toi aussi, je compte raconter la suite, sans rien occulter.
@ Luc, tu as raison , mais j'ai été claire avec Philippe dès le début. Je ne suis pas "partageuse" Il est à moi et seulement à moi!
@ Maurice, oui le candaulisme n'est pas sans risques!
Je confirme aussi que Flavienne a été ma rivale la plus dangereuse.
@ Paul, je suis bisexuelle, Flavienne est une belle femme mure, j'ai vraiment eu envie d'elle. Et je sais qu'elel a failli se laisser tenter, mais qu'elle a réalisé que le prix à payer était de renoncer à Philippe. Celui-ci a empêché que les choses ne dérapent gravement ce soir-là car l'une et l'autre nous étions prêtes à tout pour le conserver. Si Flavienne avait accepté mon étreinte, elle perdait la partie.

 
 

@ Domi, sur ce point vous avez raison et c'est inacceptable car cela revenait à enfermer une femme habituée à la plus totale liberté, avec Philippe et depuis son enfance d'ailleurs. Tout enfermement est d'ailleurs insupportable.
Hassan a voulu imposer à Olga un mode de vie qui n'était pas le sien. Sans doute ( et à juste titre) il ne faisait pas confiance à Olga. Il aurait fallu qu'Olga lui fasse comprendre que c'était des lignes rouges, plutôt que de mener, en se cachant, une double vie, avec Hassan et Philippe. Hassan aurait peut-être compris qu'il devait modifier son comportement. Je continue à penser que tout ça c'est dommage. Qui dit que Philippe ne finira par se lasser d'Olga? Christelle.

 
 

@ Jessica. Décisif, pas tant que ça, la suite vous le confirmera. J'avais fait ça pour Philippe, je le voyais très malheureux. Je me doutais qu'Olga ne serait pas ravie. Elle m'a passé un savon mémorable qui m'a fait comprendre qu'elle avait réagi par orgueil mais n'acceptait d'avoir "perdu" Philippe. C'est Olga qui a repris contact, peu après la naissance de sa deuxième fille. Elle m'a clairement dit qu'elle avait besoin de mon soutien pour réparer " la plus grosse connerie" ( ce sont les termes qu'elle employa) de sa vie. Elle se rendait compte qu'elle ne pouvait se passer de Philippe, elle était plus amoureuse de lui qu'au jour de leur première rencontre.
Quant à Hassan, je suis convaincue qu'il aimait sincèrement Olga. Mais il se faisait des illusions en imaginant faire d'elle une " épouse ordinaire" Ses qualités d'amant ne pouvaient suffire à ce qu'elle renonce à la vie libre découverte aux côtés de Philippe. Hassan était trop rigoriste, trop intransigeant. Et surtout il n'a pas accepté la place que continuait à occuper Philippe dans le cœur d'Olga. Rien que pour cela ça ne pouvait marcher durablement. C'est un profond malentendu, un gâchis, Hassan en est aussi responsable par son intransigeance. On ne met pas Olga en cage durablement. Christine.

 
 

@Anna
@Christelle
Effectivement Hassan lui offrait une certaine stabilité mais à quel prix? Trouvez vous les femmes cela normal d'être voilé pour éviter toute convoitise ? Vous pouvez sortir sans être voilées sans que tous les hommes vous mettent la main aux fesses! Domi

 
 

@ Christine, merci pour votre réponse. Olga a été longtemps fâchée de votre coup main de main décisif à Flavienne? Et que pensez-vous d'Hassan au-delà de son comportement lors de ce baptême? Jessica

 
 

A mon avis, tu avais bien fait de choisir Hassan. Il était la promesse d'une vie de couple normale, te permettant, à l'approche de la quarantaine, de te stabiliser. De devenir une femme au foyer, une mère de famille. Avec un homme qui, en plus, t'assurait de te dispenser le plaisir dont tu ne peux te passer. Et qui t'a pardonné ton incroyable double jeu. Et tu n'as pas su préserver cette chance! Christelle

 
 

Je note que Philippe ( par dépit? Pour te provoquer? Faute de mieux?) t'a trompé avec une femme mure, proche de la cinquantaine. Elle devait être belle car elle a provoqué chez toi un fort désir sexuel. Tu devais être doublement furieuse car Flavienne a, in extremis, repoussé tes avances! Tu avais vraiment eu envie de gouiner ta rivale? Dommage que tu aies échoué car l'incident aurait pu finir en trio, Philippe vous matant én train de vous gouiner, puis vous honorant l'une et l'autre. Paul

 
 

Jusqu'à présent ces récits ne montraient que les bons côtés du candaulisme. Il est juste de rappeler que ce fantasme est potentiellement destructeur pour un couple. Maurice

 
 

Ce qui est difficile à admettre c'est pourquoi tu n'accordes pas à Philippe la même liberté qu'il t'avais offerte. Tu étais tout de même très mal placée pour lui faire la leçon, ainsi qu'à ta rivale.... Luc

 
 

@ Jessica je suis en effet Christine l'épouse de Jean. Olga a parlé dans plusieurs récits de notre proximité avec Philippe et Olga. J'ai été brièvement la maitresse de Philippe et une des relations saphiques qui ont beaucoup compté pour Olga. J'ai eu le plaisir d'offrir Olga à mon mari. Libertins et organisateurs de partouzes, Olga a souvent été la vedette de ces soirées où elle m'a stupéfaite par son appétit sexuel. J'ajoute que marraine de Lucie, j'ai été la témoin des 3 mariages d'Olga.
Pour revenir à ta question, Olga m'avait beaucoup parlé d'Hassan, elle était très éprise mais déchirée car elle voulait "garder" Philippe.
Je ne suis pas facile à choquer mais j'ai trouvé qu'Hassan y allait fort dans la volonté de marquer son territoire. Il l'embrassait à pleine bouche, lui mettait la main aux fesses, la caressait. Il a même été jusqu'à la conduire aux toilettes tout le monde savait pourquoi. Philippe a essayé de les suivre pour mater, Hassan a refusé sèchement. Quand ils sont revenus, enlacés, les traces sur la jambe d'Olga confirmaient qu'elle s'était faite remplir et n'avait plus de culotte. Un convive ayant demandé si c'était bien, Hassan a répondu "exceptionnel" et Olga a ajouté qu'elle n'avait pas pu résister plus longtemps. Oui j'ai trouvé que ça allait trop loin vis à vis de Philippe.
Sincèrement, je pensais que le couple Olga-Philippe c'était fini, qu'Olga avait trouvé son "maître" j'ai été soulagée pour Philippe quand j'ai compris que Flavienne voulait renouer avec lui. Flavienne est une amie de longue date. C'est pour ça que je l'ai informée que Philippe était seul. Je lui ai seulement dit "à toi de jouer, il est très malheureux tu sais" Olga m'en a beaucoup voulu Christine

 
 

J'ai apprécié dans ce récit le réveil de Philippe, le fait qu'il ait accepté les avances d'une autre femme, est ce qu'on appelle un retour de flamme. Il ne subit plus comme avant, avec pour seule récompense les séances candaulistes que lui offre généreusement Olga. Il a montré qu'il n'était pas ou plus disposé à tout accepter de la part d'Olga. J'ose espérer qu'il a été sincère avec Flavienne et qu'il ne s'est pas servi d'elle pour rendre Olga jalouse et l'emporter sur Rachid. Tu as du réaliser ce jour-là, Olga, que tu ne pouvais plus tout avoir et qu'il te fallait choisir. D'où ta vive colère. Jeanne

 
 

Je peux comprendre qu'Hassan a voulu profiter de l'occasion pour affirmer devant votre famille et vos amis que tu étais à lui désormais et que le divorce n'était plus qu'une question de temps. Un peu de retenue aurait été toutefois bienvenue pour le baptême de sa filleule. Entre lui et Philippe, tous les coups étaient permis, puisque tu avais toujours des rapports sexuels avec ton mari. Les invités devaient être très choqués de te voir au bras, en présence de ton époux, d'un autre homme qui ostensiblement affichait votre proximité. J'ai vu que Christine ( je pense qu'il s'agit de ton amie libertine) commentait. Qu'a-t-elle pensé à ce moment là? Jessica

 
Florence27

Le récit est délicieux bien qu'un peu triste. Quelle sera la conclusion ? Je t'en parlerai plus longuement par mail.
Bises la où tu aimes Olga c'est à dire partout.

 
 

Ton duel avec Flavienne a été très chaud. A la fin de ce texte, ça donne l'impression que tu avais perdu, perdu Philippe! Agnès

 
 

Reconnais, Olga, que tu n'as pas été très correcte avec Hassan, en te partageant entre lui et ton mari. Anna

 
 

C'est la première fois où tu as failli perdre Philippe. Jamais je n'aurais pensé que Philippe réagirait ainsi et ferait le choix de te "tromper" Flavienne a été l'une de tes plus redoutables rivales et  bien failli parvenir à ses fins. Christine

 
VIEULOU

« Je dis cela parce que je considérais et j’ai toujours considéré que Philippe est à moi et seulement à moi ».
Personne n'appartient à personne. C'est du moins ce que je crois.
Tout en Amour est permis et possible, dans le respect de chacun.
Il est vrai qu'avec mes nonante et quelques années, je n'ai jamais connu d'hypersexuelle, cause certainement de ma grande ignorance ma chère Olga.

 
 

Olga, difficile à vivre ces moments où celui que l'on aime semble s'éloigner. Je ne suis pas candauliste, j'ai voulu introduire un autre homme dans mon couple et je le referai plus nous n'avons pas éprouvé le plaisir imaginé. Oui tu ai allé au delà de ce que souhaitait Philippe, mais c'est lui qui t'as mis le pied à l'étrier, et quand on joue avec le feu il arrive que l'on se brule. j'attend la suite avec impatience, j'aime ton style et j'espère que Philippe se rappellera qu'il a été à l'origine de la femme épanouie que t'es devenue.Domi

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Olga T


 
Récits érotiques de la mythologie (2). Hélène de Troie, l’adultère - Récit érotique publié le 17-11-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (36) : nos retrouvailles - Récit érotique publié le 05-11-2017
 
Lectures érotiques (5). Lounja Charif : « La Maghrébine » (Editions Blanche 2010) - Récit érotique publié le 02-11-2017
 
Histoire des libertines : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. Bibliographie et histoire d’Antonine épouse de Bélisaire et amie de Théodora - Récit érotique publié le 26-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Philippe. - Récit érotique publié le 19-10-2017
 
Histoire des libertines (8) : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. - Récit érotique publié le 15-10-2017
 
Récits érotiques de la mythologie (1). Candaule et le candaulisme - Récit érotique publié le 11-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. - Récit érotique publié le 07-10-2017
 
Histoire des libertines (7) : Poppée et Faustine, des impératrices romaines à la réputation sulfureuse. - Récit érotique publié le 02-10-2017
 
Lectures érotiques (3). Au bonheur des femmes infidèles : récits / Sam Carroll. - Récit érotique publié le 30-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu très dangereux pour un couple. - Récit érotique publié le 28-09-2017
 
Histoire des libertines (6) : Agrippine la terrible. - Récit érotique publié le 26-09-2017
 
Lectures érotiques (2). Eric Mouzat « Petits arrangements conjugaux (La Musardine 2007) - Récit érotique publié le 24-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (32) : Philippe, mon mari, mon amant, toujours candauliste. - Récit érotique publié le 19-09-2017
 
Histoire des libertines (5) : Messaline, impératrice et putain. - Récit érotique publié le 15-09-2017
 
Lectures érotiques (1). Jacques Montfer : Le Joyau (Editions Blanche 2009) - Récit érotique publié le 12-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (31) : Hassan s’impose. - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
Histoire des libertines (4) : les femmes scandaleuses de la famille d’Auguste. - Récit érotique publié le 05-09-2017
 
Histoire des libertines (3) : Cléopâtre, l’hypersexuelle ou le corps mis au service d’une ambition. - Récit érotique publié le 26-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. - Récit érotique publié le 22-08-2017
 
Histoire des libertines (2) : Le temps des hétaïres. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
Histoire des libertines (1) : Introduction et Sappho la poétesse de Lesbos. - Récit érotique publié le 14-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (29) : Rachid reprend « ses droits ». - Récit érotique publié le 12-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (28) Enceinte et toujours hypersexuelle : la suite - Récit érotique publié le 08-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (27) Enceinte et toujours hypersexuelle. - Récit érotique publié le 05-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (26) Olga et Ahmadou - Récit érotique publié le 26-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (25) Nouvelles séances SM - Récit érotique publié le 07-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (24) Abattage - Récit érotique publié le 28-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (23) Sur le lieu de travail : les femmes aussi ! - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (22) : le candaulisme jusqu’au bout - Récit érotique publié le 12-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (21) : même sur le lieu de travail ! - Récit érotique publié le 09-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (20) : aucune limite à l’hypersexualité et au candaulisme ? - Récit érotique publié le 01-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (19) : avec Marie, domination et plaisir. - Récit érotique publié le 12-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (18) : au tour de Philippe ! - Récit érotique publié le 02-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (17) : plage, mer et dunes - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (16) : gang bang et rencontre avec Marie - Récit érotique publié le 13-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (15) : femme de Jean : premier véritable adultère ? - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (14) : Christine, ma femme - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (13) : les cousins - Récit érotique publié le 16-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (12) : Philippe a enfin sa soirée candauliste - Récit érotique publié le 06-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (11) : Rachid commence l’éducation d’Olga. - Récit érotique publié le 04-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (10) : Rachid et Olga - Récit érotique publié le 01-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (9) : Rachid solution ou prédateur ? - Récit érotique publié le 30-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (8) : adultère et partouze sous les tropiques. - Récit érotique publié le 27-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (7) : nouveau « complot » et ultime résistance. - Récit érotique publié le 25-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (6) : résistance et dérapages. - Récit érotique publié le 23-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (5) : mariage et adultère. - Récit érotique publié le 21-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (4) : un couple pas comme les autres. - Récit érotique publié le 19-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (3) : la rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 11-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (2) : de la découverte de mon hypersexualité à ma rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 05-12-2016