S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe.

- Par l'auteur HDS Olga T -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Olga T [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email :

• 51 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.7 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.9
• L'ensemble des récits érotiques de Olga T ont reçu un total de 239 463 visites.

sexe récit : Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. Histoire érotique Publiée sur HDS le 07-10-2017 dans la catégorie Entre-nous, hommes et femmes
Tags: Cocufiage adultere  Mariage  Sodomie 
Cette histoire de sexe a été affichée 2898 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 3 votes ): Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. ( 10.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. ( 10.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe.

La terrible soirée où j’avais surpris Philippe et Flavienne ensemble, en train de baiser dans notre lit conjugal, avait eu de lourdes conséquences.
Confrontée au choix, ou plutôt à l’ultimatum que m’avait posé Hassan, je l’avais choisi lui et Philippe avait été chassé du domicile conjugal.

En apparence, chacun de leur côté, Hassan, pour ce qui me concernait, Flavienne, en ce qui concernait Philippe, avaient gagné. Ils avaient réussi à détruire notre couple, qui était toujours resté solide malgré (ou peut-être à cause) de la combinaison explosive de mon hypersexualité et du candaulisme de mon époux.
Hassan était lucide. Il savait que j’avais choisi par défaut et sous le coup de la jalousie et de la colère, mais que mon cœur était brisé par le départ de Philippe. Il en était conscient et espérait que le temps ferait son œuvre. Il avait bien l’intention, peu à peu, de faire de moi épouse « normale ».
Jusqu’à la naissance de ma seconde fille, Leila, qui eut lieu 6 mois après ma rupture « définitive » avec Philippe, je n’ai pas revu Philippe, sauf le jour du divorce. J’en souffrais beaucoup, je pleurais souvent, je rêvais de lui. J’ai eu plusieurs fois la tentation de tout faire pour qu’il revienne. Je savais qu’il vivait chez Flavienne et affronter une telle rivale ne pouvait être une partie de plaisir. Comme moi, cette femme était une tigresse, qui ne se laisserait pas écarter sans se battre. Je voulais aller trouver Philippe, me jeter à ses genoux, lui demander pardon, lui crier mon amour. Mais au dernier moment, je n’osais pas. Je me disais qu’Hassan ne l’accepterait pas, que je n’avais pas le droit de le faire souffrir, pas plus d’ailleurs que Flavienne. N’avais-je déjà pas fait assez de mal ?
Et puis je me disais que j’avais eu de la chance d’avoir rencontré Hassan. Il était un homme bon, sévère certes, mais juste, qui m’aimait à la folie et me baisait comme un Dieu. Il était sans doute temps pour moi, à près de 33 ans, mère de famille et attendant un second enfant, qu’enfin je devienne sérieuse, que je construise un couple « normal » et une famille. C’était la première fois depuis que j’avais perdu ma virginité que je rencontrais un tel homme. Je pensais que c’était ma dernière chance et je n’avais pas le droit de la laisser passer.
Comme je l’ai dit, Hassan voulait annihiler mon hypersexualité. Il pensait le faire à travers ses propres performances sexuelles et, en effet, Hassan était un amant hors pair, je peux dire sans doute le plus performant parmi les nombreux hommes qui m’ont honorée depuis la perte de ma virginité. De ce point de vue j’étais satisfaite, d’autant que, comme lors de ma première grossesse, ma libido n’avait pas diminué. Un autre homme, moins solide qu’Hassan, serait tombé malade d’épuisement, mais lui assurait, sans faiblir.
Tout juste si, depuis la fameuse soirée où j’avais fait connaître mon choix, avait-il changé sa manière de s’occuper de moi. Moins de tendresse, de caresses, de baisers. Des manières plus brutales, il ne me faisait plus l’amour, il me baisait, me sautait, m’envoyait en l’air. J’aimais être ainsi brutalisée, prise à sec, sans préparation. C’est ce dont j’avais besoin pour m’apaiser et cela me laissait brisée par des orgasmes ravageurs. J’étais traitée comme une putain, mais je considérais que c’est ce que j’étais. Je lui demandais des pratiques plus hard, je réclamais d’être cravachée, fouettée, enchaînée, mais il s’y refusait catégoriquement. Je me mis alors à le provoquer, à être insolente, à désobéir, en espérant le pousser à bout et être punie. Je faisais tout cela parce que je culpabilisais pour toutes ces années et surtout parce que je me sentais responsable de la perte de Philippe, un homme qui me donnait tout et demandait bien peu, seulement de pouvoir m’aimer, d’être à mes côtés, en particulier dans mes plaisirs, tout en couvrant de sa tendresse, de ses caresses et de son amour. Et moi, monstre, j’avais sacrifié cela !
Hassan n’avait pas changé que sa manière de forniquer. Il montrait certains traits de caractère que je n’avais pas perçus immédiatement.

Hassan était autoritaire et intransigeant. Il était le mâle et je devais être la femelle soumise. Je voulais bien être soumise quand il m’envoyait en l’air, mais pas nécessairement dans la vie de tous les jours, moi qui bénéficiais, depuis toute petite, de la plus grande liberté, que m’avait accordé mon père au grand désespoir de ma mère, et, plus récemment, au cours de nos 8 années de mariage, Philippe, qui avait été jusqu’à m’offrir une totale liberté sexuelle.
En quelques mois, j’étais passée de la liberté totale à l’enfermement, du rang de princesse à celui d’épouse d’un musulman rigoriste. J’ai bien dit rigoriste, pas intégriste, car Hassan, homme cultivé, rejetait ces excès. D’une jalousie maladive, il ne voulait pas que je sorte seul. Il avait fait débarrasser les armoires pleines de tenues sexy qu’affectionnait Philippe, les remplaçant par des choses que je trouvais hideuses, qui cachaient mes jambes, ma poitrine, mes épaules, mes bras. Quand je sortais ainsi, nul n’aurait pu reconnaître dans cette femme voilée la sulfureuse Olga.
Dans ma volonté de me punir, j’acceptais ce traitement. Je ne voyais plus mes amies, et il était hors de question que je puisse rencontrer d’autres hommes, sauf en présence d’Hassan. C’était pour moi une descente aux enfers, mais j’acceptais mon sort comme une juste punition de mes fautes passées.


LE DIVORCE

L’étape suivante fut mon divorce d’avec Philippe, qui fut réalisé en un temps record, en moins de 6 mois, à l’amiable. Philippe se montra très généreux sur le plan matériel, me laissant la disposition de notre maison. J’insistais pour qu’il puisse bénéficier d’un droit de garde concernant Lucie. Comme vous le savez, il n’est pas son père biologique, mais il a l’a reconnu et a pris soin d’elle dès sa naissance. C’était aussi, je peux l’avouer maintenant, un moyen de le revoir. Cependant, je n’avais jamais l’occasion de le voir seule, toujours en présence d’Hassan ou de sa cousine Hassna, qu’il avait chargé de me surveiller. Il était évident qu’Hassan ne me faisait qu’une confiance très limitée.
Le passage dans le cabinet du juge aux affaires familiales fut pénible, car, lorsqu’elle celle-ci nous réunit tous les deux avant de prononcer le jugement, je m’effondrais en larmes, criant mon amour à Philippe. La juge faillit tout arrêter, mais Philippe l’en dissuada, lui disant qu’il était désormais trop tard.
Ma seconde grossesse se déroula sans problèmes, même si c’était dans une ambiance très différente de la première car, cette fois j’étais sous la surveillance d’Hassan.

Philippe vint me rendre visite à la maternité, peu après la naissance de Leila, ma seconde fille. C’est la première fois que je le voyais seul depuis la terrible soirée où nous avions rompu. Il vint avec un énorme bouquet de fleurs, se montra attentionné, drôle, tendre. Comme cela me manquait et me changeait de la vie que je menais désormais auprès d’Hassan. Philippe me fit aussi des compliments sur ma beauté, me disant notamment que ces deux maternités à répétition avaient encore embelli mon corps. Mes petits seins étaient désormais plus lourds et plus fermes.

Au moment de partir, Philippe voulut me faire la bise. Je pris son visage entre mes mains et dirigea ma bouche vers ses lèvres. Il répondit à mon baiser et, ma langue alla à la rencontre de la sienne. Nous nous sommes embrassés un long moment, fougueusement, à en perdre le souffle. Un instant, je tendais la main vers sa braguette et m’aperçus qu’il avait une superbe érection. Ce fût lui qui arrêta cette folie, car nous pouvions être surpris, Hassna devant arriver d’un instant à l’autre.

• Tes lèvres, ta bouche, sont toujours aussi bonnes, mon Olga. Mais c’est de la folie. Tu es à Hassan maintenant.

• Tu as raison. Mais s’il te plait, Philippe, je veux te revoir. N’oublie pas tes devoirs envers ta fille…et envers moi.

Quand il fût parti, je me rendais compte, alors que je l’avais perdu, que je n’avais, à aucun moment, été aussi amoureuse de Philippe lors de notre première rencontre et tout au long de notre mariage.
J’eus droit aux reproches d’Hassan, car sa cousine croisa Philippe lors de son départ. A quelques minutes près, elle nous surprenait en train de nous embrasser.

Hassan fut également très fâché quand j’ai insisté pour que Philippe soit le parrain de Leila pour le baptême civil. Je lui rappelais que lui-même avait été le parrain de Lucie.

• Bon d’accord. Mais je te rappelle qu’à l’époque, j’étais ton amant et lui ton mari. Mais on arrêtera là le parallèle !

• Tes soupçons sont insupportables. Que dois-je faire pour que tu me fasses enfin confiance ? La seule chose que je ne sacrifierai jamais c’est le droit de voir Philippe. Je tiens beaucoup à lui, tu le sais. Pour le reste, la page est tournée, pour lui comme pour moi.

Il n’empêche que ni pour le baptême républicain, ni lorsque Philippe venait à la maison pour son droit de visite ou de garde envers Lucie, je n’avais la possibilité de le voir seul. Hassan était toujours présent, et, s’il ne le pouvait pas, il désignait sa cerbère, Hassna, alors que elle et moi nous nous détestions cordialement. Pour cette femme, j’incarnais le mal absolu et une mésalliance pour Hassan.

MON SECOND MARIAGE

L’étape suivante pour Hassan fut notre mariage, qu’il organisa après la naissance de Leila. Il voulait que sa superbe épouse ait retrouvé tous ses atours. Il avait surtout à régler préalablement la situation car il voulait, aux côtés de la cérémonie civile à la mairie, un mariage musulman.

• Pourquoi chéri te compliques-tu la vie ? Marions nous à la mairie, j’ai promis que je serai ton épouse, je suis à toi maintenant.

• Tout simplement parce que, en tant que croyant, je veux qu’il en soit ainsi. Tu sais ma chérie, un mariage islamique est différent du sacrement du mariage chrétien, c'est un vrai contrat (nikah) qui est passé entre un homme et une femme. Et je veux sceller ce contrat éternel avec toi.


• Mais cela est-il possible ? Je ne suis pas musulmane, même si tu insistes pour que je porte ces tenues.

• S’il n'est pas permis à un musulman d'épouser une athée, il peut épouser une femme d'une autre religion dite « du Livre ». Tu es orthodoxe, donc chrétienne. Tu pourras conserver ta religion, même si j’espère que tu finiras par te convertir à l'Islam, mais nos enfants seront nécessairement musulmans.

• Je ferai tout ce que tu veux par amour pour toi, Hassan. Mais tes coreligionnaires, ta famille, la mosquée, vont ils m’accepter, compte tenu de mon passé sulfureux ? Il me semble que, chez vous, la mariée doit encore avoir sa virginité. Et tu sais bien que, en ce qui me concerne, comme l’était la fameuse Emmanuelle, je suis l’anti-vierge.

• C’est en effet une difficulté importante. Il y aura d’autres points où il nous faudra déroger à la tradition. Par exemple, mon père étant décédé et le tien aussi, il ne sera pas possible de demander le consentement de ton père. Mais on m’a dit que si ton tuteur a disparu, nous pouvons nous en passer.

Pratiquant assidu, Hassan fit des pieds et des mains pour obtenir des avis autorisés au sujet de notre situation. Il finit par trouver un imam, qu’il fit venir à la maison.

Auparavant, Hassan m’avait fait la leçon. Il me fit mettre une longue tunique, qui cachait soigneusement mes jambes et les formes de mon corps. Il m’avait recommandé de ne pas parler et de baisser le regard. Je servais le thé aux deux hommes sous le regard inquisiteur de l’imam dont Hassan attendait la sentence. Qu’était devenue la belle bourgeoise hypersexuelle que j’étais encore il y a peu? Mes origines méditerranéennes, avec ma peau hâlée faisait que l’on aurait pu croire que je venais directement du bled.

L’homme était sentencieux et Hassan était très tendu. Il savait que son projet de mariage faisait scandale dans sa famille et chez beaucoup de fidèles.

• Je sais bien que la tradition musulmane fait de la virginité une qualité requise et recherchée chez tout croyant et croyante avant le mariage. Je sais bien que le mariage avec une femme vierge est préférable au mariage avec une femme qui n’a plus sa virginité. Et la femme que je veux marier n’est plus vierge.

• Ca c’est une certitude, cette chienne lubrique a perverti une bonne partie des jeunes de la cité. Maudite soit cette fornicatrice qui n’hésite pas à chaque fois que l’occasion se présente devant elle et qui a multiplié indéfiniment les conquêtes pour assouvir son stupre, sans se fixer aucune limite.

• Olga a été ainsi. Elle a changé, je le sais, j’en suis certain.

• Je te mets en garde, mon frère. Guidée par son instinct animal, cette femme impure, qui a l’habitude de s’adonner à la fornication, n’hésitera pas à recommencer, même une fois mariée, sans se soucier à aucun moment des conséquences que son acte aurait sur sa propre famille.

Je m’attendais donc à ce que la porte soit définitivement fermée et je me disais que, si ce personnage en avait le pouvoir, il me ferait fouetter au sang ou même lapider.

L’imam ajouta alors :

• J’ai exposé le cas à différents docteurs et théologiens. Les réponses ont été très diverses, car ta requête fait scandale. Il en ressort que le mariage avec une femme issue de l’adultère est déconseillé, sauf si on a l’intention de la rendre chaste. Dans ce cas-là, il devient recommandé et comporte des récompenses. Il faut aussi qu’elle soit affectueuse avec toi, soumise et de celles qui peuvent avoir beaucoup d’enfants. Dans ce cas, j’exercerai pour votre mariage.

• C’est exactement ce que je veux faire. Regardez comme elle a changé. Elle est désormais soumise à son seigneur et maître. Quant aux enfants, Olga va avoir 33 ans, elle peut en avoir beaucoup d’autres, j’y veillerai.

J’avais accepté tout cela sans broncher. Je considérai que cette nouvelle vie était la punition de toutes mes fautes passées.

Et il fût fait comme Hassan l’avait voulu. Selon la pure tradition marocaine dont était issu Hassan, à quelques jours du mariage, je fus d’abord amenée au hammam pour un bain de lait, afin de me purifier. Cela fût complété par des massages, la manucure, la pédicure et des soins de la peau.

Hassna ajouta méchamment :

• Mon cousin est fou. Rien ne peut te purifier de la boue dans laquelle tu t’es roulée, Kahba !

Puis vint le jour du henné. Pour ce rituel, on m’habilla en vert et la même cousine me tatoua les mains et les pieds. Elle m’expliqua que c’était un symbole de fertilité et de bonheur conjugal. Il est également supposé chasser le mauvais œil. Toujours minutieusement pratiquée, la pose du henné est un moment phare du mariage. A base de plantes écrasées, trempé dans de l’eau de rose, le henné est un symbole encore plus puissant qu’une alliance.

Hassan avait aussi voulu respecter une autre tradition : le jour de son mariage, la femme musulmane ne se contente pas d’une seule robe de princesse. Il voulait faire de sa mariée la véritable reine du soir en l’habillant de sept robes différentes. Il y a la robe de mariée blanche classique que la jeune épouse porte généralement à la mairie. Puis vient la tenue de katefa (velours lourd et traditionnel) portée lors de la pose du henné.

Il y avait ensuite la robe que la mariée porte pour couper la pièce montée, puis les quatre autres que j’ai portées pour la soirée. Aucune de ces robes, magnifiques par ailleurs, n’avait naturellement l’indécence de celle que Philippe avait choisie pour notre mariage, 8 ans plus tôt.

• Tu es fou, Hassan, tout cela coûte une fortune ! Pourquoi cela ?

• Porter 7 robes, cela vient du fait que la mariée doit être vue de la plus belle des manières et ainsi être mise en valeur. C’est la dernière fois que d’autres hommes pourront t’admirer.

Hassan insista également, malgré mon refus ferme, pour que je perçoive une dot. Compte tenu des conditions très favorables de mon récent divorce, je n’en n’avais nul besoin, mais c’était là aussi une tradition.

J’avais obtenu de Hassan que mes témoins soient Christine, avec qui je m’étais réconciliée une nouvelle fois et surtout Philippe. Hassan fût très réticent mais je lui expliquais que ce serait la preuve aux yeux de tous que lui, comme moi, avions tourné la page et que nous acceptions cette nouvelle vie, moi avec Hassan, Philippe avec Flavienne. Il finit par céder, ce qui suscita de nouvelles critiques de ses proches.
Philippe accepta de venir, mais pas Flavienne, qui refusait d’assister à « ça ». Ce fut d’ailleurs l’objet d’une vive dispute au sein de leur couple, où les relations, après quelques semaines idylliques, ne cessaient de se dégrader.

Si Hassan avait, très difficilement, trouvé un imam qui acceptait de célébrer notre mariage, la cérémonie fut boycottée par beaucoup de personnes qu’il avait invitées, y compris de sa famille. Majoritairement, la Communauté condamnait ce mariage avec une femme qui était qualifiée d’impure, d’adultère, de prostituée. Les plus intégristes parlaient même d’Hassan comme d’un renégat, voire d’un apostat. Mais il n’en avait cure, surtout à cette époque.

A la mairie, et je ne crois pas que c’était un hasard, l’officier d’état-civil fût le même que celui qui avait, en 2003, célébré mon union avec Philippe. Il ne put s’empêcher une remarque acerbe, une flèche destinée à Philippe, après la lecture des articles du code civil relatifs au mariage et notamment l’article 212.

• Je suppose que cette fois, Madame T., pardon Mme Z. vous ne serez pas dispensée de vos obligations en matière de fidélité.

Ce fût ensuite la cérémonie à la mosquée. L’imam prit acte que, vu l’âge des mariés et le fait que leurs pères respectifs étaient décédés, il supposait que tout était en règle au niveau des consentements pour que je sois « donnée » (c’est le terme qu’il employa) comme épouse à Hassan.

La cérémonie débuta par la récitation d'une « khoutbah » qui est une courte allocution en arabe intégrant des formules de louange. L'Imam lut des versets du Coran puis procéda à l'échange des alliances devant la famille, les témoins et les amis, en présence de deux témoins. Hassan avait eu beaucoup de mal à en trouver et il dut faire appel à son frère Kamel et à son cousin Sofiane, qui avaient si souvent profité de mon corps à la cité.
Après la cérémonie, Hassan avait réservé une grande salle pour un repas auquel il avait largement invité. Comme cela est la tradition, après la cérémonie, un repas fut organisé où étaient invitées toute la famille et les personnes démunies. La fête fut très chaleureuse et animée.
Mais elle marqua surtout mes retrouvailles avec Philippe.

PHILIPPE MON AMANT

Hassan avait tout préparé depuis près d’un an, malgré les défections, près de deux cents convives avaient été invités au repas.

Toujours surveillée de près, je n’avais pas eu, avant la réception, l’occasion de parler avec Philippe. Y compris à la mairie, où j’avais imposé qu’il soit mon témoin. L’occasion se présentait enfin :

• Je voulais te remercier d’avoir accepté d’être mon témoin et d’être présent. Ca n’a pas dû être facile pour toi de me voir désormais mariée à un autre.

• Ton invitation a provoqué une vive dispute avec Flavienne. Elle m’a accusé d’être toujours amoureux de toi. Et je dois dire qu’elle a raison. Tu es toujours aussi belle, Olga, toujours aussi désirable.

Je rougis et je lui souris :

• Merci. Je te rappelle que je suis mariée et avec un homme qui n’est pas candauliste.

• Je sais et il a bien tort.

• Tu es heureux avec Flavienne ?

• Elle est toujours aussi amoureuse de moi, c’est une amante passionnée. Mais sa jalousie est insupportable. A chaque fois que je vais chez toi pour voir Lucie, elle me fait une scène, disant que la petite n’est qu’un prétexte, que je suis toujours amoureux de toi, qu’elle appelle la putain. Je pense que c’est elle qui a téléphoné à Hassan pour le mettre en garde et faire en sorte que tu ne sois jamais seule quand je viens voir la petite.

• Dis-moi, au moins Flavienne satisfait-elle tes fantasmes ? Je veux parler de ton candaulisme.

• Elle me l’avait promis, me disant qu’elle ferait tout ce que je veux. Et puis, une fois ensemble, elle n’en n’a plus parlé. Quand je suis venu sur ce terrain, elle a opposé un refus ferme, me disant que je devais me contenter d’elle.

• Mon pauvre chéri !

• Elle m’étouffe, tu sais. Ce n’est pas pour rien que nous nous étions séparés une première fois après cinq ans de vie commune. En plus j’aurai voulu avoir un autre enfant et, à son âge, elle ne peut plus être enceinte, son gynécologue le lui a confirmé.

• Que vas-tu faire ?

• J’aurais pu supporter tout ça mais ce qui fait déborder le vase, c’est la jalousie maladive, la haine qu’elle a pour toi, la manière ordurière dont elle parle de toi. C’est pourquoi, je viens de partir de chez elle et j’ai loué un petit appartement. Elle m’a fait une scène, a menacé de se suicider, m’a harcelé. Elle a tout fait pour me retenir, mais c’est fini. Elle finira par le comprendre.

• Je suis désolée que mon invitation ait provoqué cela. Mais je voulais te revoir. Tu ne peux pas savoir combien tu me manques, j’aurais tant besoin de t’avoir à mes côtés. Et puis ta…tendresse me manque !

• Toi non plus tu n’as rien oublié, je vois. Et toi es-tu heureuse avec Hassan ?

J’expliquais à Philippe ma vie avec Hassan. Oui, certes il pensait m’apporter satisfaction sur le plan sexuel, parce qu’il était un amant exceptionnel. Mais je ne lui cachais pas non plus que, depuis la fameuse soirée où j’avais assisté à la partie de jambes en l’air de Philippe et Flavienne, Hassan avait changé. Comment il m’avait imposé son mode de vie et que mon destin auprès de lui était de rester enfermée, comme femme au foyer et de m’occuper des nombreux enfants qu’il comptait me faire.

• Dans ces conditions, pourquoi devrions-nous être malheureux l’un et l’autre, Olga ?

• Philippe, nous avons tout détruit, c’est trop tard.

• J’avais couru un risque immense en te poussant à assumer pleinement ton hypersexualité et j’en ai donc accepté les conséquences. J’ai toujours dit que tu étais entièrement libre. Mais ce que je sais, c’est que tu es la femme de ma vie. Je suis à toi, Olga.

• Et toi tu es l’homme de ma vie, Philippe. Je t’aime !

Si nous avions été seuls, nous aurions échangé un long baiser amoureux. Nous ne pouvions poursuivre plus longtemps cette conversation qui avait déjà dû éveiller les soupçons.

A regret, je rejoignais Hassan. Il n’était pas très content :

• Tu lui as parlé bien longtemps, je trouve !

• Arrête cette jalousie, c’est insupportable. C’est toi que j’ai choisi, non ? Cette journée en est le symbole. Embrasse ton épouse !

Les invités appréciaient pleinement le repas. Avec Hassan, comme toujours en pareil cas, nous allons de table en table voir si tout se passe pour le mieux. A la table des témoins, mon regard croise celui de Philippe. Comme il a changé mon ex-mari. Il a minci, il est un bel homme, sûr de lui et de son charme, Je tombe en arrêt, je bégaye pour demander si tout va bien, mon trouble doit être perceptible ou du moins je le crois.

Je quitte la table et retourne à la mienne mais mes sens sont bouleversés. Je m’assoie près de mon mari et lui fait un bisou en regardant vers Philippe. Durant tout le reste du repas je ne cesse de croiser son regard, puis viens l’ouverture du bal par les mariés, chacun de notre côté nous allons chercher un convive à commencer par Kamel mon beau-frère pour moi et mon amie Christine pour Hassan. Le suivant que je vais chercher n’est autre que Philippe.

Surprise, Philipe qui n’aimait pas ça du tout, me fait tourner sur un air de valse. Flavienne l’avait poussé à prendre des cours. Avant de le quitter pour inviter une autre personne il me chuchote à l’oreille :

• Alors Madame Z, je sais que je te trouble, je suis certain que tu as envie de moi, tout à l’heure tu me rejoindras près de la réception, c’est compris...

• Oui Monsieur T.

Sur cette parole il s’éloigne et va rejoindre sa table. J’ai les jambes en coton, j’invite une autre personne puis encore une autre mais mon esprit est près de Philippe, je sens mon sexe tout humidifié.
Je suis effectivement sous le charme et j’ai très envie de lui. Au dessert, il vient dans mon dos et profitant de la cohue autour du buffet il pose sa main sur mes fesses et me les caresse au-dessus de ma robe, je suis tétanisée, on pourrait le voir, il se colle à mes fesses et je ressens l’effet que je lui fais ! Il me dit à l’oreille :

• Jamais tu ne m’avais fait bander ainsi. Je te veux, épouse adultère !

ADULTERE

Les danses se succèdent, je sais qu’il me regarde, je perçois ses yeux sur mon corps, profitant que tout le monde ou presque est sur la piste je quitte la salle et me dirige vers la réception. Christine, qui a compris ce qui est en train de se passer, va nous aider, en accaparant Hassan pour détourner son attention.

Une main se saisit de mon bras : c’est Philippe, il me guide vers un vestibule, nous pénétrons à l’intérieur et il verrouille la porte, il est dans mon dos, face à moi il y a une table ronde sans rien dessus.

Ses mains se posent sur le zip de ma robe qu’il descend jusqu’à l’arrêt puis il dégage mes épaulettes et ma robe tombe à mes pieds. Je suis de dos, en sous-vêtements, en présence de mon ex-mari. 9 ans après mon premier mariage, je m’apprêtais à être à nouveau adultère le jour même du mariage, mais cette fois sans être poussée dans mes derniers retranchements et en assumant parfaitement ce que je suis en train de faire.

Philippe fait sauter l’attache de mon soutien-gorge, ses mains s’emparent de mes seins qu’il malaxe durement tout en faisant rouler entre ses doigts mes tétons en érection. Il finit par lâcher mes seins et s’attaque à mon string qu’il baisse à mi-cuisse et me fait écarter les jambes tout en m’intimant l’ordre de me plier sur la table. Il s’agenouille et son souffle est perceptible sur mes fesses qu’ils séparent puis sa langue pointe sur mon orifice. Sa bite est tendue au maximum il la guide vers mon nid d’amour, je suis trempée comme jamais je ne l’ai encore été, il s’amuse à la frotter sur mes lèvres vaginales qui s’ouvrent à lui et me saisissant par les hanches me pénètre violement jusqu’à la garde puis s’immobilise au fond de mon utérus.

Ni lui, ni moi nous nous préoccupions que je n’étais pas protégée, je voulais m’offrir pleinement à Philippe, me faire pardonner de l’avoir abandonné.

• tu la sens bien ma queue, chérie ?

• Oh oui elle est bonne, baise-moi !

Il commence par se retirer pour mieux replonger à l’intérieur de cette grotte qui suinte de mon jus abondant. Il pousse des han de bûcheron pendant qu’il me besogne le ventre, je sens tout mon être qui répond à ses assauts.

• Bourre-moi, plus fort ! Oui, ça vient ; n’arrête pas s’il te plait, inonde ma chatte, je veux ton sperme en moi.

Cela l’excite tout autant car je ressens dans mon vagin sa queue qui grossit puis d’un coup une déferlante liquide frappe le fond de mon utérus : il jouit et moi également. Il reste planté en moi encore quelques instants avant de se retirer pour me dire :

• On se retrouve ici dans une heure, il est inutile qu’Hassan s’inquiète de ton absence

• Oui je viendrai.

Il fait glisser mon string le long de mes jambes et le met dans sa poche.

• Tu seras mieux sans et ça m’excite de te savoir sans culotte sous ta robe.

Je suis partagée entre le bonheur d’avoir retrouvé l’homme de ma vie et une vraie honte par rapport à ma trahison envers Hassan. Philippe me remonte la robe et la « zipe » après m’avoir remis mon soutien-gorge, non sans avoir malaxé mes seins une nouvelle fois, il quitte la pièce, mais mon sexe à présent nu sous ma robe est encore tout excité, j’ai envie de me caresser avant de regagner la salle, alors je me retrousse et ma main plonge entre mes cuisses, je profites de la semence de Philippe, qui s’écoule de ma chatte pour faire glisser mes doigts le long de ma fente et très rapidement un nouvel orgasme m’emporte au septième ciel. Il me faut un instant pour récupérer de mes excès, je rabats ma robe et je regagne la salle.

Hassan m’interpelle et me demande où j’étais passé et je lui réponds :

• Au WC.

• Une demi-heure me dit-il, tu n’es pas bien ?

• Si,si tout va bien, ne t’inquiète pas. Et toi, j’ai vu que tu n’étais pas insensible aux charmes de Christine. Une magnifique femme, très libertine. Ne t’inquiète pas, je ne suis pas jalouse.

• J’avoue que je la baiserai volontiers. Tu ne serais pas contre, ma chérie ?

• Je t’ai promis fidélité. Toi tu es un homme, tu es libre. Du moment que je suis la seule dont tu sois amoureux.

• Tu en doutes ?

En même temps, je ressens le long de mes cuisses le sperme de Philippe qui, s’écoulant de ma chatte, mouille le haut de mes bas. Philippe me regarde et passe sa langue sur ses lèvres, je me retiens, sinon je pense que j’irai sur ses genoux, c’est dingue l’effet qu’il me fait, je ne suis plus normale, je suis impatiente de le retrouver dans une heure.

Mon mari vient m’inviter à danser mais je rêve, m’imaginant dans ses bras à lui. Je me colle et mon mari me dit :

• tu as l’air très amoureuse, soit patiente tout à l’heure je te ferai l’amour comme jamais.

Pauvre Hassan, sûr de ma totale soumission. S’il savait !

Je regarde ma montre sans cesse, j’ai l’impression que le temps n’avance plus, j’ai hâte de retourner au vestibule. Enfin, je vois Philippe qui se lève et se dirige vers la sortie, je tremble sur mes jambes.

• Hassan, je m’absente un moment ne t’inquiète pas et occupe-toi de nos invités, je reviens.

• Ca va mon cœur ?

• Oui, à tout de suite.

Je cours pour ainsi dire jusqu’au vestibule, je pousse la porte, il m’attend, je me jette dans ses bras et nous échangeons un long baiser, sa langue pénètre ma bouche, je frotte mon bas-ventre contre son sexe, il bande fortement.

• Je suis folle, j’ai encore envie de toi, redonne moi du plaisir comme tout à l’heure que je lui murmure à l’oreille.

Philippe se dégage de moi, me fait reculer et me dit :

• Retrousse toi petite pute, montre-moi à nouveau ta chatte, écarte tes lèvres, montre-moi que tu veux que je te baise, prouve moi que tu as envie réellement de moi !

Jamais Philippe ne m’avait parlé ainsi. Je m’exécute, les mots crus qu’il emploie décuplent mon envie qu’il me prenne brutalement, bestialement même ! Il me fait à nouveau plier en deux sur la table, relève ma robe, m’oblige à écarter mes jambes, il sépare mes fesses et je sens un corps gras avec lequel il enduit mon œillet rose tout en introduisant un doigt dans mon fondement, je m’ouvre à lui et pousse mes fesses en arrière pour qu’il puisse bien l’enfoncer, puis c’est un deuxième doigt qui rejoint le premier. C’est très agréable, je l’encourage verbalement et lui ne se prive pas de me dire des mots que je n’ose même pas écrire ici.

Il finit par ouvrir sa braguette et extraire sa queue, il la positionne sur ma rondelle et s’enfonce en moi petit à petit pour bien me faire sentir son membre et me faire comprendre que je suis à lui. Ses mots sont de plus en plus orduriers à mon encontre mais je m’en fiche, sa queue me fait le plus grand bien et je crois jouir en permanence tellement c’est bon.

Sa bite me bourre de plus en plus fortement, elle grossit dans mon conduit, je la sens d’avantage et il se cabre au fond de mon cul et son sperme jaillit dans mes intestins, je suis terrassée par cette nouvelle jouissance et m’écrase sur la table. Il se retire et il observe mon anus qu’il vient de violenter en me le détaillant afin d’accentuer d’avantage ma soumission et ma culpabilité en ce jour exceptionnel. Il plonge sa main dans la poche, en retire mon string, s’essuie le sexe avec et avec une grande délicatesse me l’enfile comme s’il ne m’avait jamais quitté, puis me faisant une tape sur les fesses, tourne les talons et quitte le vestibule.

Je reste inerte, en train de récupérer de la baise que nous venons de vivre. Je reste un bon moment comme cela avant de regagner la fête et de retrouver Hassan.

Celui-ci était convaincu d’avoir maitrisé mon hypersexualité et d’avoir construit un couple classique. Je l’avais en fait trahi dès le soir de nos noces.

Dans un premier temps, nous nous mîmes d’accord avec Philippe pour ne pas bousculer les choses. Je restais l’épouse d’Hassan. Tout était en apparence normal. Mais discrètement et régulièrement je rencontrais Philippe, devenu mon amant. Cela ne pouvait évidemment pas durer.








Les avis des lecteurs
Olga T

Merci beaucoup. C'est prévu pour le 19 octobre.

 
 

De rien Olga T. En ce moment on travaille en sous effectifs, sans materiel et du coup je suis 1 tantinet "survoltée".Je deteste l'hypocrisie en general mais la ça n'était plus possible de sortir autant de betises et du coup je n'ai pas été du tout diplomate comme d'habitude. J'attends la suite avec impatience !!!

 
Olga T

Merci à notre lectrice anonyme pour ce "coup de gueule" salutaire et ses commentaires.
Comme je vais le raconter dans de prochains récits, nous avons fait le choix avec Philippe d'un nouveau mariage, qui n'a pu se faire qu'après un long et difficile divorce avec Hassan.

 
 

Oh les hypocrites de bas etage, ça suffit, Hassan a voulu Olga en sachant qu'elle aimait certains trucs que d'autres femmes ne font pas. A lui de gerer, quand au frere garde tes reflexions pour toi car tu crois que traiter les femmes comme de la merde c'est 1 education a donner à 1 fille ?? Sans deconner on est 21 siecle alors c'est fini le temps de la pre histoire ou les mecs trainaient leurs femmes par les cheveux pour les emmener dans leurs grottes. Je ne cautionne pas tout ce qu'a fait Olga mais je ne suis pas la pour la juger. Elle ecrit des histoires on les lit on l'assume. Il est evident qu'il vaut mieux eviter les gars des cités qui ne savent pas se tenir. Par contre 1 fois la grossesse assumée avec des precautions normales pour eviter de tomber malade si elle a envi de s'eclater qu'elle le fasse. On n'a qu'une vie putain !!! Bravo a P qui a su retourner la situation et recuperer sa femme !!! Du coup vous avez divorcé et vous vous etes remarié ou vous vivez comme on a chez nous en Pacs ?

 
Olga T

@ Jacques, nous sommes conscients que la prudence s'impose. Je vous embrasse. Olga

 
 

Pour vous protéger ainsi que votre famille, SVP, ne renouez pas les contacts avec votre ancien groupe de plaisir. Vous pouvez vous attendre à tout de la part de cette gagne. Même si vous avez aimé, ce temps maintenant fait partie du passé.
Bon futur.
Jacques du Canada

 
Olga T

Il a fini par être raisonnable ( la prétention initiale était insupportable) et accepter une garde alternée. Il n'était pas question que l'on me sépare de mon enfant. @ Kamel, comme te l'a suggéré Christelle, laisse nous donc tranquilles, d'autant que nous avons désormais des relations apaisées avec Hassan. Merci d'avance.

 
 

@ Christelle, OK de toute façon ça ne change rien, le mal a été fait. La faute de Hassan fut de croire qu'il pouvait changer Olga. Il a voulu maintenir ce mariage à tout prix, sans vouloir accepter que c'était voué à l'échec. Moi aussi je suis responsable. C'est à cause de moi qu'il a rencontré Olga. Ce qu'il ne regrette pas c'est que cette aventure lui a donné une adorable petite fille. Même si Hassan aurait voulu avoir seul la garde et l'autorité parentale. KZ

 
Olga T

Merci Jacques du Canada. Nous sommes conscients de cela, même si ce n'est pas pour tout de suite. Nous nous y préparons et nous serons entourés le moment venu de professionnels qui nous aideront. Cela concernera l'aînée, Lucie et le dernier. La seconde Leila sait que son père est Hassan, pas Philippe, même si elle adore Philippe

 
Olga T

Merci Christelle d'avoir expliqué pourquoi, peu à peu, je me suis éloignée d'Hassan.

 
 

Je voudrais apporter une précision sur mon énoncé lorsque je dis: “Moi je vois des problèmes éventuels avec les enfants “.
Je suis certain que Dre Olga et Philippe donnent toute l’amour, la tendresse et les attentions que leurs enfants ont droit. Je ne mets en aucun doute leur capacité d’éducation et de donner l’instrauction adequate a leurs enfants.
Ce qui m’inquiète est leur réaction vis à vis leurs situations familiales lorsqu’ils seront à l’adolescence. Ils se renderont bien compte à un moment donné qu’il sont tous différents et que seule la troisième a des traits communs aux parents. Ils risquent de se faire agacer à l’école par leurs amis. Ils poseront des questions!
Une attention spéciale et un doigté approprié sera nécessaire. On sait tous ce qu’est la difficulté d’elever des ados! La patience et l’amour sera de mise.
Bonne chance
Jacques du Canada

 
 

@ KZ (je suppose qu'il s'agit de Kamel, le frère de Hassan et le complice de Rachid, avec qui il organisait les après-midi à la cité ). Franchement, Olga a de nombreuses excuses, en particulier le comportement macho d'Hassan, et bien d'autres raisons: parce qu'il était devenue brutal avec Olga, par le comportement qu'il avait eu vis-à-vis de Philippe, parce qu'il voulait enfermer Olga vivante, lui imposer un mode de vie et une religion qui ne sont pas les siens. Sans parler du fait qu'il voulait la mettre enceinte chaque année jusqu'à sa ménopause. Et je ne parle pas du fait qu'il l'avait aussi trompée, avant de découvrir l'adultère d'Olga. Hassan n'avait plus rien à voir avec l'homme dont Olga était tombée amoureuse. Amie avec Olga à cette époque, j'ai été témoin de tout cela. Donc stp Kamel, laisse Olga et Philippe en paix. D'autant que même Hassan à je crois, tourné la page et ne leur en veut plus. Christelle

 
 

@ Agnès, je confirme, ça se serait très mal passé s'ils avaient été surpris ensemble. Pas seulement avec Hassan, mais aussi avec les invités. Ce mariage passait très mal dans la famille et dans la Communauté. Je ne sais pas comment Philippe et Olga s'en seraient sortis, elle certainement se serait certainement retrouvée dehors à poil. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé plus tard quand il les a surpris en pleine action, dans le lit conjugal. L'honneur d'un homme a été bafoué ce soir là. Certes, Hassan avait lui aussi été adultère avec Olga alors qu'elle était mariée à Philippe. Mais c'était différent car Philippe encourageait Olga à s'offrir à d'autres hommes. Contrairement à Philippe, Hassan n'était pas candauliste. KZ

 
Olga T

@ Jacques du Canada, merci pour avoir compris ce qui nous unit, Philippe et moi.

 
Olga T

@ Julie j'en parlerai. Ce ne fut pas un moment très facile!

 
Olga T

@ Agnès, c'est vrai, le risque était immense et nous savons qu'Hassan aurait réagi avec violence. Mais nous n'avions pas pu attendre et nous avions peu d'occasions. Philippe m'a souvent mis la main devant la bouche pour étouffer mes cris.

 
 

Jeanne pourquoi empêcher deux cœurs de s’aimer?
On réalise bien dans le récit que ces deux là sont fait l’un pour l’autre! Ils vont bien ensemble et réalisent leurs fantasmes en conformité avec leurs orientations sexuelles.
La vie n’est pas toujours facile. Il semble qu’avec le temps les deux se sont organisés pour avoir le moins d’effets négatifs en résultats de leurs comportements. Philippe s’est bien réveillé! Il a établi des balises à ne pas dépasser. Dre Olga est au courant et semble consciente des conséquences en cas de débordement.
Même si c’es difficile à accepter, un tel comportement, si celui-ci est accepté par les deux amoureux, il n’y a pas de problèmes.
Moi je vois des problèmes éventuel avec les enfants.
Je leur souhaite d’etre très heureux entre eux et avec leurs familles.
Jacques du Canada

 
 

En ce qui me concerne, je ne me faisais pas d'illusions par rapport à Philippe. J'aurais été heureuse s'il était resté avec Flavienne, qui l'aimait sincèrement et pouvait constituer avec lui un couple normal. Malheureusement, il est retombé dans tes filets. Il semble toutefois réagir maintenant et ne plus accepter tout de part. La rencontre avec cette Théodora lui a fait du bien semble-t-il. Peut-être finira-t-il par se libérer de sa dépendance envers toi? Je le souhaite vivement. Jeanne

 
 

Tu ne nous a pas parlé de ta nuit de noces avec Hassan. Il n'a pas remarqué que tu étais pleine. Après l'amant, tu t'es envoyée en l'air avec le mari, coquine! Julie

 
 

Vous êtes chauds quand même! Imagine ce qui se serait passé si l'un des invités voire Hassan vous aurez surpris en flagrant délit d'adultère? Vous auriez passé un sale quart d'heure à mon avis. Et en plus vous avez pris tout votre temps. Vous avez eu beaucoup de chance, y compris que personne n'entende tes cris de plaisir car il me semble que tu es démonstrative quand tu prends ton pied! Agnès

 
Olga T

@ Jeanne, tu ne me pardonnes pas. Dis la vérité, tu avais des visées sur Philippe, d'où les sentiments "amicaux" que tu me portes! Dommage popur toi et heureusement pour moi, il ne t'a pas écoutée!

 
Olga T

@ Domi, tu as raison, initialement je ne voulais pas parler de cette période (et donc de ce divorce) dont je ne suis pas fière du tout. Philippe m'a convaincu de ne rien cacher.
Jeanne a dit dans quelle circonstances elle nous a connus.
Ayant changé de région, nous n'avons rompu avec les contacts de l'époque. Récemment nous avons repris contact avec Yanis, un des jeunes rencontrés sur la cité, mais nous ne l'avons pas encore revus. Aucun contact avec Rachid bien entendu. Hassan c'est différent, il est le père de l'une de mes filles.
Et en effet, je compte bien profiter du bonheur que j'ai de vivre auprès de Philippe.

 
Olga T

@ Jacques du Canada. ce n'était pas "deux temps, trois mouvements" Il s'est écoulé près d'une année entre le moment où Philippe a quitté le domicile conjugal et quand nous avons renoué, le soir du mariage avec Hassan. Il a fallu que je comprenne la faute que j'avais commise en perdant celui qui, en effet, est l'homme de ma vie. J'ai une chance inouie de pouvoir le retrouver. En ce qui concerne la conversion, ce n'est pas ça qui me heurtait, mais le genre de vie que Hassan voulait me faire mener. Je l'avoue, j'ai préféré la liberté que m'offrait Philippe à l'enfermement que voulait me faire subir Hassan.

 
 

Oui Domi, je connaissais Olga et Philippe personnellement, habitant dans la ville où ils vivaient et qu'ils ont quitté du fait des scandales autour de la conduite d'Olga. J'ai toujours eu beaucoup d'estime pour Philippe, que j'ai côtoyé et je reproche à Olga d'avoir profité de son candaulisme et d'avoir ruiné sa réputation et sa carrière. J'avais vivement conseillé à Philippe de ne plus retomber sous la coupe de cette femme, hélas il n'a pas suivi ce conseil. Bien sûr qu'il a aussi des responsabilités, mais ç'est Olga qui était aux commandes, pour son seul plaisir. Jeanne

 
 

Tiens, le frère de Hassan intervient ! Est-ce que tu continues à avoir des relations avec ceux que Rachid a fait entré dans sa vie sexuelle ?
Certes j'ai adoré ce récit comme les précédents, mais je croyais avoir lu que malgré les diverses tempêtes que ton couple à rencontré à cause de tes excès ton lien avec Philippe était resté toujours aussi fort et que vous n'aviez jamais divorcé.
Connais-tu Jeanne personnellement ?
Nous avons la chance de vivre dans un pays libre, ou homme et femme nous pouvons faire sexuellement ce que nous souhaitons, dès lors que les deux membres d'un couple sont sur la même longueur d'onde pourquoi forcer l'autre à changer ? Profite bien de ton Philippe, que vous aillez de nombreuses histoires à nous raconter ... et sourtout à vivre!
Domi

 
Olga T

@ Julie c'est bien là le problème. je ne peux et ne veux guérir de mon hypersexualité, je veux pouvoir la vivre en la maîtrisant. ce que je peux faire avec Philippe. Et qui n'était pas possible avec Hassan.
@ Christine, oui c'est vrai. Sans aller jusqu'aux brutalités de Rachid, Hassan s'est laissé allé quelques fois et ça a été décisif dans mon choix de le tromper avec Philippe. A sa décharge, je reconnais que je le poussais à bout, parce que je cherchais à être punie. Je m'en voulais terriblement d'avoir brisé mon mariage avec Philippe et je pensais alors l'avoir définitivement perdu. Il y avait aussi Hassna qui le poussait contre moi. Cete femme me haïssait, si elle avait pu elle m'aurait arraché les yeux. Et moi je la traitais de folle, de mal baisée, ça la rendait encore plus furieuse. Je me souviens d'une fois où Hassan, pour me punir, m'avait laissé nue, attachée au lit, couchée sur le ventre. j'étais seule avec Hassna, qui m'a sévérement cravachée. Ca la rendait folle que je lui demandais de continuer, d'y aller plus fort. Elle a constaté que j'étais excitée, que je mouillais. Quand je lui dis "ça t'excite, espèce de frustrée, en fait t'as envie de moi, détache-moi salope, je vais te montrer comment on se donne du plaisir entre femmes. Elle m'a détachée, je me suis occupée d'elle. Je crois qu'elle n'avait jamais joui ainsi de toute sa vie. Après notre orgasme, j'ai lu dans ses yeux du désir et de la haine. Elle est partie et m'a laissé tranquille un moment, ce qui a facilité par la suite mes relations adultères avec Philippe.
J'en profite, ma Christine, pour te remercier pour tout ce que tu as fait pour faciliter ma nouvelle relation avec Philippe. sans ton aide, rien ne se serait passé.

 
 

Le soir du mariage, lors du repas, Hassna t'avait un peu lâché, à ce qu'il semble! Et tu en as tout de suite profité, coquine! Luc

 
 

Je remarque Dre Olga que en tout cas vous êtes vite sur gâchette. En un temps, trois mouvements et tout a changé de bord. L’amour de votre vie est revenu dans le paysage.
J’ai lu dans un de vos commentaires plus bas que vous ne vouliez absolument pas vous convertir. Si j’en déduit que vous aimiez assez Hassan pour quitter Philippe(l’amour de votre vie) mais pas assez pour vous convertir je ne me trompe pas.
Toute une histoire. J’ai hâte de lire le récit où vous allez annoncer à Hassan que maintenant c’est fini et que vous retournez avec Philippe.
Je suis certain que sa réaction ne sera pas aussi facile à vivre que celle que vous avez vécu avec Philippe.
Bonne chance pour les prochaines semaines.
Jacques du Canada



 
Olga T

@ Gaelle, elles resteront dans ma mémoire!
@ Kamel, c'est ton frère, il est normal que tu me donnes tous les tords, même si je ne suis poas fière de mon comportement envers Hassan
@Maurice, évidemment pas pas de relation, ce n'était pas possible pour moi. Mais nous avions envie l'un et l'autre de tendresse, de baisers. Et je pense que je n'aurai pas pu résister à la tentation de le masturber et de le prendre en bouche. Le goût de son sperme me manquait!
@ Jeanne veut absolument me "guérir" de mon hypersexualité, quel que soit le moyen!
Je confirme l'opinion de Paul, de Steph et JP et de Jocelyne. Oui c'est ce jour-là que j'ai connu le plus de plaisir avec Philippe. La taille de sa verge me permet aussi de bien apprécier la sodomie.
@ Alice, ce n'était pas prédémité, c'était irrésistible et, comme j'étais sous surveillance étroite, nous n'avions pas d'autres possibilités. Je reconnais que tromper son mari (sauf le cas de Philippe en 2003 où c'est lui qui l'avait voulu) le jour des noces, ce n'est pas top!

 
 

Il faut aussi que tu dises que, comme Rachid avant lui, Hassan était devenu brutal avec toi. Christine.

 
 

Hassan s'y est très mal pris. Mais il semblait sincère t'aimait vraiment avec la volonté de te guérir de ton hypersexualité. Julie

 
 

J'ai l'impression que Philippe te donne beaucoup de plaisir, notamment quand il t'encule. Jocelyne

 
un couple de lecteurs

Tu as fini par comprendre que l'hypersexuelle que tu es, est inséparable du candauliste qu'est Philippe. Vous étiez faits l'un pour l'autre. Dommage pour Hassan mais son comportement consistant à t'enfermer, à vouloir te faire un maximum d'enfants et à t'imposer sa religion et sa culture, tout ça est insupportable. C'est une chance que vous ayez renoués, Philipe et toi. Steph et JP

 
 

Que tu fasses Hassan cocu, je pense qu'il ne l'a pas volé, vue la manière dont il le te traitait. Par contre, vous n'auriez pas pu faire ailleurs que le soir de ton mariage? Vous avez poussé le bouchon loin, non? Alice

 
 

Je vous suis fidèlement depuis les temps du blog. Il me semble que c'est ce jour-là que Philippe t'a donnée le plus de plaisir. Paul

 
 

Même si son comportement machiste me révulse, je continue à penser que, dans ton intérêt et enfin maîtriser ton hypersexualité, c'est quelqu'un comme Hassan qu'il te fallait. Il employait les grands moyens (enfermement, surveillance) mais c'était sans doute le seul moyen possible. Jeanne

 
Olga T

@ André, il le méritait!
@ Anna, je pensais qu'il allait changer, je ne voulais pas lui faire de mal. je ne suis devenue la maitresse de Philippe qu'à partir du soir de mes noces avec Hassan, mais tu as raison, j'aurais du le quitter plus vite et lui dire la vérité. Je n'ai pas osé.
@ Vieulou, ça se passait en France. Mais il était bien dans ses intentions que je me convertisse, ce que je ne voulais absolument pas.

 
 

qu'aurais-tu fait à la maternité avec Philippe s'il n'y avait pas eu la perspective de l'arrivée d'Hassna? Maurice

 
 

Les scènes de sexe sont particulièrement chaudes! Gaelle

 
 

J'avais dit à mon frère Hassan que prétendre te changer c'était une folie. C'est terrible ce que tu lui as fait, Olga! KZ

 
VIEULOU

Toujours très bien écrit, bien que j'ai quelques réserves concernant la non obligation pour le partenaire de se convertir à la religion musulmane.
Dans les pays de religion musulmane où j'ai vécu et où je vis toujours, c'est une obligation de se convertir, homme ou femme.
Sans doute vous êtes vous mariée dans un pays très tolérant, ce qui n'est jamais le cas dans la religion de Mahomet.
très cordialement
Vieulou

 
 

Je comprends mieux maintenant pourquoi ça n'a pas marché avec Hassan! Tu aurais même dû te barrer plus tôt, comment as-tu pu supporter le mode de vie qu'il voulait t'imposer? Anna

 
 

Belle revanche de Philippe! André

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Olga T


 
Récits érotiques de la mythologie (2). Hélène de Troie, l’adultère - Récit érotique publié le 17-11-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (36) : nos retrouvailles - Récit érotique publié le 05-11-2017
 
Lectures érotiques (5). Lounja Charif : « La Maghrébine » (Editions Blanche 2010) - Récit érotique publié le 02-11-2017
 
Histoire des libertines : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. Bibliographie et histoire d’Antonine épouse de Bélisaire et amie de Théodora - Récit érotique publié le 26-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Philippe. - Récit érotique publié le 19-10-2017
 
Histoire des libertines (8) : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. - Récit érotique publié le 15-10-2017
 
Récits érotiques de la mythologie (1). Candaule et le candaulisme - Récit érotique publié le 11-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. - Récit érotique publié le 07-10-2017
 
Histoire des libertines (7) : Poppée et Faustine, des impératrices romaines à la réputation sulfureuse. - Récit érotique publié le 02-10-2017
 
Lectures érotiques (3). Au bonheur des femmes infidèles : récits / Sam Carroll. - Récit érotique publié le 30-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu très dangereux pour un couple. - Récit érotique publié le 28-09-2017
 
Histoire des libertines (6) : Agrippine la terrible. - Récit érotique publié le 26-09-2017
 
Lectures érotiques (2). Eric Mouzat « Petits arrangements conjugaux (La Musardine 2007) - Récit érotique publié le 24-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (32) : Philippe, mon mari, mon amant, toujours candauliste. - Récit érotique publié le 19-09-2017
 
Histoire des libertines (5) : Messaline, impératrice et putain. - Récit érotique publié le 15-09-2017
 
Lectures érotiques (1). Jacques Montfer : Le Joyau (Editions Blanche 2009) - Récit érotique publié le 12-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (31) : Hassan s’impose. - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
Histoire des libertines (4) : les femmes scandaleuses de la famille d’Auguste. - Récit érotique publié le 05-09-2017
 
Histoire des libertines (3) : Cléopâtre, l’hypersexuelle ou le corps mis au service d’une ambition. - Récit érotique publié le 26-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. - Récit érotique publié le 22-08-2017
 
Histoire des libertines (2) : Le temps des hétaïres. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
Histoire des libertines (1) : Introduction et Sappho la poétesse de Lesbos. - Récit érotique publié le 14-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (29) : Rachid reprend « ses droits ». - Récit érotique publié le 12-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (28) Enceinte et toujours hypersexuelle : la suite - Récit érotique publié le 08-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (27) Enceinte et toujours hypersexuelle. - Récit érotique publié le 05-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (26) Olga et Ahmadou - Récit érotique publié le 26-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (25) Nouvelles séances SM - Récit érotique publié le 07-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (24) Abattage - Récit érotique publié le 28-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (23) Sur le lieu de travail : les femmes aussi ! - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (22) : le candaulisme jusqu’au bout - Récit érotique publié le 12-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (21) : même sur le lieu de travail ! - Récit érotique publié le 09-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (20) : aucune limite à l’hypersexualité et au candaulisme ? - Récit érotique publié le 01-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (19) : avec Marie, domination et plaisir. - Récit érotique publié le 12-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (18) : au tour de Philippe ! - Récit érotique publié le 02-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (17) : plage, mer et dunes - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (16) : gang bang et rencontre avec Marie - Récit érotique publié le 13-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (15) : femme de Jean : premier véritable adultère ? - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (14) : Christine, ma femme - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (13) : les cousins - Récit érotique publié le 16-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (12) : Philippe a enfin sa soirée candauliste - Récit érotique publié le 06-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (11) : Rachid commence l’éducation d’Olga. - Récit érotique publié le 04-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (10) : Rachid et Olga - Récit érotique publié le 01-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (9) : Rachid solution ou prédateur ? - Récit érotique publié le 30-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (8) : adultère et partouze sous les tropiques. - Récit érotique publié le 27-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (7) : nouveau « complot » et ultime résistance. - Récit érotique publié le 25-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (6) : résistance et dérapages. - Récit érotique publié le 23-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (5) : mariage et adultère. - Récit érotique publié le 21-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (4) : un couple pas comme les autres. - Récit érotique publié le 19-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (3) : la rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 11-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (2) : de la découverte de mon hypersexualité à ma rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 05-12-2016