S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• > Le libertinage pour des plaisirs dans le respect de chacun et chacune > Anna ...
• bonjour à toutes , je suis un charmant jh de 35 ans marié mais délaissé et je ...
• Bonjour, Je cherche une complice femme, pour séduire/échanger des emails torrides ...
• Bonjour Quelle femme mariée ou non (je suis moi-même marié) aurait envie de ...
• Bonjour.. J'ai une demande tout à fait particulière.. Je ne cherche aucun ...
• Je suis toujours à la recherche d'une bourgeoise 50/60 bcbg sans tabou acceptant ...
• Salut tout le monde, J'ai 26 ans et je suis célibataire. Alors pour combler mon ...
• Bonjour je m’appelle Florian j’ai 22 ans et je cherche une femme plutôt vers les 35 ...
• Jeune homme de Lille, 24 ans, aimerai découvrir le plaisir anal, le massage de la ...
• Bonjour, 32 ans, initié aux plaisirs divers depuis quinze ans, j'ai l'audace de ...


Garde très rapprochée, Episode 5

- Par l'auteur HDS Dockama -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Dockama [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email : dockama27gmailcom

• 6 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.0 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.8
• L'ensemble des récits érotiques de Dockama ont reçu un total de 33 433 visites.

sexe récit : Garde très rapprochée, Episode 5 Histoire érotique Publiée sur HDS le 08-10-2017 dans la catégorie A dormir debout
Tags: Chantage  Obéissance  Masturbation 
Cette histoire de sexe a été affichée 3142 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): Garde très rapprochée, Episode 5 ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Garde très rapprochée, Episode 5 ( 10.0 /10 )
 
Les Dernières Inscrites sur HDS.sexy - Sur votre Région :

 
Couleur du fond :


Garde très rapprochée, Episode 5

Episode 5 : Point de non-retour

Il est 20h, j’arrive à la villa.
Je n’ai rien fait aujourd’hui à part dormir et me branler en me remémorant la nuit dernière …
Karim m’accueille alors que je prends mes fonctions pour une nouvelle nuit de garde.

« Bonsoir Eric, alors comment ça s’est passé hier soir ?
- Je pense avoir bien fait mon travail
- Elise ne s’est pas plainte, c’est bon signe vu son caractère, bien joué Eric
- Merci Chef, ce ne fut pas de tout repos mais j’ai globalement fait ce que tu m’avais dit et en effet, c’est plus intéressant que les patrouilles à la villa …
- C’est aussi reposant d’y rester ! Tu verras, cette petite peut être épuisante
- Karim, puis-je te poser une question indiscrète ?
- Je te considère un peu comme mon adjoint maintenant qu’elle a fait de toi son garde personnel, tu peut me parler sans crainte
- Elle a finit a l’hôtel avec un mec hier soir, j’entendais tout a travers la porte, c’était très gênant, tu réagissais comment dans ce genre de situation ?
- Je n’ai jamais rien entendu personnellement …
- Ah bon ? Euh … Je croyais, excuse moi du coup …
- Ce n’est rien, haha, allez au boulot, elle t’attends au salon, moi je rentre !
- Bien, j’y vais de ce pas, bonne soirée »

J’entra dans la villa et me dirigea dans le salon en me demandant ce qui m’attendait ce soir.
Elise était à table et seule, elle m’attendait et avait visiblement congédiée la cuisinière.

« Bonsoir Eric, comment vas-tu ?
- Bonsoir Mademoiselle, bien et vous ?
- Je suis un peu fatiguée, je ne vais pas traînée ce soir
- Toutes les nuits ne peuvent pas ressemblées a celle d’hier, il faut aussi se reposée
- C’est bien dommage ! Dis à ce propos, je voulais te féliciter, j’ai reçu un texto de toutes les filles qui me vantaient la queue de leurs étalons hier soir, bon boulot !
- Merci Mademoiselle, ravi d’avoir satisfaites vos amies
- Je me suis bien amusée hier et tu as réussi le test, j’ai donc fait rédiger ton nouveau contrat de travail aujourd’hui, je te laisse en prendre connaissance »

Le contrat m’attendait en effet en bout de table, il me fit froid dans le dos …

« Tu le signes quand tu auras fini de le lire et tu inscris bien la date.
- Certaines clauses me dérangent …
- J’en ai rien a foutre, je pensais avoir été assez claire hier soir, tu n’es pas en position de refuser, tu veux que ma culotte se retrouve avec une plainte au commissariat ?
- Mademoiselle … S’il vous plait …
- Je t’ai acheté Eric, pour 250 000€ tu m’appartiens corps et âme pendant une année, si tu refuses ce contrat t’assurant cette somme, tu peux déjà faire une croix sur ta vie de famille !
- Je pense qu’en acceptant ce contrat, je la mets également sévèrement en danger …
- Il est bien écrit a la fin que tu protègeras ma vie privée en n’ébruitant pas nos fresques et que j’en ferais de même avec toi, alors que risques-tu ?
- Je suis marié Mlle, avoir des rapports sexuels avec quelqu’un d’autre comme le stipule l’article 4 m’est impossible
- Venant du gars qui se tapait une queue devant la jeune fille qu’il doit protéger, haha
- Vous m’y avez préalablement forcé et ma présence dans cette chambre était un accident, je me suis déjà excusé pour ça
- L’article 4 stipule que tu obéiras à mes ordres, de tous types, la parenthèse te fait peur ? Je m’en cogne royalement ! C’est trop tard pour les états d’âmes, tu signes ou tu dégages ! »

J’étais piégé, hier soir fut une soirée déroutante et déjà malsaine mais finalement ce contrat me faisait prendre conscience du piège dans lequel j’étais enfermé. Ce contrat faisait de moi son jouet comme elle me l’avait dit hier, j’y perdais presque toute humanité, tous mes droits.
La somme promise pour cette année sous son service et l’assurance de pouvoir partir sans préjudices étaient néanmoins ma seule porte de sortie. A quoi bon lutter contre son chantage permanent et cette culotte maculée de mon sperme ? Je signai ce contrat totalement abattu.

« Je préfère ça ! Tu m’as mise en colère, je pensais la question réglée depuis hier soir !
- Mes excuses …
- Je t’ai dit hier que l’argent pouvait tout acheter, hier c’est toi que j’essayais avant d’acheter. Tu es maintenant officiellement a moi et j’espère que tu combleras mes attentes aussi bien que la nuit dernière.
- J’ai fait de mon mieux pour cela, vos désirs sont des ordres
- Bien ! Montons dans ma chambre !
- Dans … votre …
- Allez, obéis plus vite que ça ! »

Je la suivis avec une boule au ventre, je constata qu’elle ne portait pas de bas, elle n’était vêtue que d’un t-shirt long et une culotte, ça m’excita. Elise entra dans sa chambre et s’installa sur le bord de son lit, elle me sourit et me dit juste « A poil » ! Je me figea sur place et après quelques instants, j’ôta mes vêtements. J’avais bien compris que protester ne ferait que l’énerver, je ne suis plus en position de quoi que ce soit dorénavant, j’ai signé ce fichu contrat et ma vie ne tient qu’à sa patience, la mettre en colère peut être dangereux.

« J’ai dit a poil, enlève ton caleçon !
- Pardon …
- Voilà c’est bien, maintenant que tu es de nouveau nu face à moi, comment tu te sens ?
- Vulnérable …
- Je vois, ça commence à rentrer !
- Oui …
- La soirée d’hier était comment ?
- Sympa …
- Sympa ? C’est tout ? Et quel moment fut sympa ?
- Euh … Tous
- Quand tu matais des bites pour moi et mes copines ? Tu kiffais ?
- Non … Ce fut les moments, les plus gênant de la soirée
- C’était pas gênant de me matée en train de sucer par contre !
- Désolé … C’était mal ?
- Non, ce qui était mal, c’est de t’être branlé dans le couloir de l’hôtel !
- Comment … QUOI ?
- T’as très bien compris sale pervers et en plus t’a quitté ton poste à deux reprises ! »

Elise venait de se levée et m’avait attrapé a la gorge, elle m’étranglait en me regardant droit dans les yeux, son regard me déstabilisai encore plus que la situation, je me surpris a avoir envie de pleurer. C’est avec un regard des plus noirs et machiavéliques qu’elle me réprimanda

« Tu as pour obligation de ne jamais m’abandonnée, ma sécurité passe avant tout !
- Oui … Je sais Mademo…
- Si l’un de ces deux mecs m’avait agressée ! Qui m’aurait secourue ? Imagine si j’avais hurlée à l’aide parce qu’ils me faisaient des choses que je ne voulais pas ? Si l’un d’eux m’avait tabassée au lit ? Forcée a faire des photos ? Mon garde du corps était un étage plus bas, aux toilettes !
- Toutes mes excuses, je ne …
- Tout ça parce que Monsieur se vide les couilles dans le couloir, comportement inapproprié et abandon de poste, deux erreurs qui mériteraient ton licenciement ! »

Elle relâcha ma gorge et je repris mon souffle, le regard baissé, honteux.
Elise s’assis de nouveau au bord du lit et repris son petit jeu

« Tu as de la chance que je sois une patronne clémente et compréhensive, je te pardonne
- Merci Mademoiselle, je ne le referais plus
- Si tu as besoin de te branler, tu n’as qu’à demander et je t’y autoriserais sûrement !
- D’accord … Je m’excuse pour mon attitude mais je ne comprends pas …
Comment avez vous su ?
- Tiens, regarde »

Elle se dirigea vers sa tablette, ouvra une application et m’humilia plus encore.
Une micro caméra dissimulée dans un pot de fleurs au bout du couloir avait tout filmé.
Je découvris avec horreur une vidéo de moi, sortant ma queue et me branlant dans ce couloir.
Elise souriait et me terrorisait, son regard me fit comprendre qu’elle souhaitait que je continue à regarder la vidéo. On me voyait me masturber de profil appuyé contre la porte, éjaculer sur la moquette et revenir nettoyer quelques minutes plus tard, l’humiliation était plus grande que les précédentes.

« Le pire, c’est que tu l’as fait deux fois, haha
- Je ne sais plus quoi dire …
- Merci de garder encore une fois cette preuve de ma perversion pour vous ?
- Mon dieu, je suis un homme mort »

Je me mis a pleurer, trop c’est trop. Une culotte pleine de mon sperme et la menace d’une plainte pour agression sexuelle ! Une vidéo où je me branle comme un dégénéré dans un couloir d’hôtel ! Putain, cette gosse peut anéantir ma vie a tout instant.

« Ne pleure pas, je déteste les pleureuses, sois un homme Eric !
- J’ai si honte de moi, pardon pour tout
- Ne crains rien, tant que tu seras obéissant et remplira tes fonctions, tout ça restera entre nous, je ne te veux pas de mal
- D’où sort cette caméra dans ce cas ? Je sais bien que vous m’avez une nouvelle fois piégée et que c’est vous qui aviez dissimulée la caméra préalablement
- Certes, cet hôtel est mon lieu de débauche régulier donc j’y étais passée en fin d’après-midi pour y posée la caméra puis je l’ai reprise avec son formidable contenu en quittant l’hôtel mais ce n’est pas de ma faute si tu ne sais pas te tenir mon cher !
- Comment me retenir après vous avoir vu sucer ces deux mecs ? Comment me retenir quand je vous entends jouir à travers la porte ? Karim n’a jamais rien entendu et moi c’est un véritable film porno dont j’ai été témoin !
- Je te l’avais dit, il fallait que je m’émancipe de Karim car son amitié avec mon père et son sérieux m’empêchait de me lâcher, tu es là pour ça ! Alors comme ça, je t’excite à ce point ? Tu n’arrives pas à te retenir quand tu m’entends faire l’amour ?
- Je … Oh et puis au point où on en est rendu, évidemment que vous m’excitez !
- Alors branle toi !
- Quoi ? Encore ? Vous … »

Elise ôta son t-shirt et me dévoila sa poitrine en souriant.
La surprise fut de taille, je ne m’attendais pas à ce qu’une situation aussi désastreuse tourne en quelque chose d’intéressant. Je n’avais jamais réellement vu ses seins, le moment fut trop bref l’autre jour mais cette fois, ils étaient face à moi et ils étaient magnifiques !
De taille moyenne, ni gros, ni petit, ils étaient bien ronds et fermes, sa poitrine ne tombait pas du tout (en comparant avec celle de ma femme Nathalie), sa poitrine semblait façonnée par Dieu. Elle avait de très jolis mamelons légèrement bruns et des tétons de toute beauté qui donnait envie de se jeter dessus. Ma réaction ne se fit pas attendre et ma queue durcit immédiatement, mes larmes cessèrent et ma honte au passage, plus rien ne comptait a part cette paire de nibards, je voulais les touchés.
Elise s’amusa de mon changement d’humeur et les exhiba fièrement en se penchant en arrière.

« Ils te plaisent ?
- Beaucoup, vous avez de très beaux seins !
- Je sais, on me l’a souvent dit, allez branle toi
- Si vous insistez, comment me retenir après ça»

Je pris mon sexe à pleine main et commença mon affaire, j’en avais plus rien à foutre de n’être qu’une bête qui perd la raison dès que cette gosse s’amuse avec moi, j’avais sous les yeux, les plus beaux nichons que je n’avais jamais vu !

« Tu préfères mon corps a celui de ta femme, avoue !
- Oui, vous êtes sublime
- Parle moi d’elle, c’est une cochonne ?
- Pas vraiment, elle aime le sexe et je n’ai pas à me plaindre de nos parties de jambes en l’air mais elle n’est plus toute jeune, la routine et les enfants, vous comprenez …
- J’imagine oui, c’est quoi ton souvenir le plus chaud avec elle ?
- Comment ça ?
- La chose la plus perverse que vous ayez faites ?
- Quand on était plus jeunes, nous avions fait l’amour sur la plage et un promeneur qui passait par là nous avaient surpris. J’étais tellement excité et sur le point de jouir que j’avais continué malgré les plaintes de Nathalie, le promeneur s’est rincé l’œil quelques minutes jusqu'à ce que je jouisse en elle
- Tu aimais déjà t’exhiber à cette époque
- Mademoiselle, ce n’est pas vraiment comparable …»

Elise commençait a se caressée les seins en discutant avec moi, j’étais en train de me branler de plus en plus vite et elle avait l’air d’être excitée par la situation, elle malaxait son sein gauche et tirait sur son téton droit, mon excitation grimpait en flèche.

« Ta femme, elle aime sucer ?
- Assez, je n’ai pas à me plaindre
- Elle te mange les couilles ?
- Quand elles sont bien rasées, ça arrive
- Elle avale ton jus ?
- Non, elle trouve ça dégoûtant, ça lui donne envie de vomir
- Haha la conne, excuse moi
- Non ça va, vous avalez vous Mademoiselle ?
- Bien sur, les hommes adorent se finir dans la bouche d’une bonne suceuse. Le sperme est le signe du plaisir de l’homme, plus il en sort, plus on a de quoi être fière
- Ma femme n’aime pas le sperme, son aspect la gêne
- Tu aimerais jouir dans ma bouche ?
- Euh … C’est un piège ?
- Non, une proposition. Il faut bien que je goûte ton jus pour savoir si ta femme a raison de ne pas l’aimer ou si elle ne sait pas apprécier les bonnes choses !
- Ce serait un honneur de vous jouir dans la bouche dans ce cas
- Tu as déjà goûté ton sperme ? Sois honnête !
- Oui, ça me fait ni chaud, ni froid »

Je sentais que je n’allais pas tarder à jouir, la pression montait et la situation m’excitait bien de trop. Elise était face a moi, en culotte, les seins a l’air, en train de se caressée la poitrine et elle m’avait proposée de jouir dans sa bouche, j’étais passé du plus malheureux au plus heureux des hommes, je voulais que cette gamine goûte a mon sperme.

« Ma … Mademoiselle… Je vais …
- Je te préviens, vise bien ! Tu n’as pas intérêt à salir mes draps !
- Aaaaaaaaa, ça vient »

Elise lâcha sa poitrine et sa plaça face a mon gland, elle ouvrit grand la bouche, j’espérais pouvoir lui mettre mon sexe a l’intérieur mais elle semblait vouloir que je gicle ainsi.
Elle n’en était pas a son coup d’essai, je n’avais jamais vu une fille ouvrir si grand la bouche et tirer autant la langue, mon regard plongé dans le sien m’acheva et la liqueur chaude jaillit. De longs jets blancs et épais tombèrent sur sa langue, je gémissais comme un puceau qui découvrirait l’éjaculation, mes jambes tremblaient et ma queue me démangeait, une succession de jets vinrent remplirent la bouche de la belle Elise qui ne bronchait pas et attendait la fin du feu d’artifice. Sa langue était recouverte de foutre et le fond de sa bouche baignait dans le sperme, j’essuya la dernière goutte sur le bout de sa langue et m’écroula sur le sol, qu’elle salope. Elle se redressa et referma la bouche, elle avala d’une traite tout mon nectar, j’étais fasciné, elle me regarda et sourit en remettant son T-shirt.

« Tu vois Eric, il y a aussi des bons cotés à être mon jouet
- Oui … Je vois
- Ton sperme n’était pas mauvais, ta femme n’y connaît rien
- Merci et oui, sans doute
- Je trouve que t’as aussi plutôt une jolie bite, de taille normale mais pas vilaine
- Euh, merci Mademoiselle
- Qui sait ? Peut être qu’un jour j’aurais envie de m’en servir pour mon plaisir
- Je vous serais dévoué si tel est le cas
- Tu peux disposer, je vais me couchée, n’oublie pas t’emporter ton double du contrat
- Bien, bonne nuit Mademoiselle »








Les avis des lecteurs
 

Pour quand la suite ?

 
 

en faisant une relecture du texte, l'auteur se serait aperçu de la lourdeur du passé simple ou de l'imparfait et de pas mal de fautes !

l'emploi du présent aurait simplifié et allégé le texte.

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Dockama


 
Garde très rapprochée, Episode 5 - Récit érotique publié le 08-10-2017
 
Garde très rapprochée, Episode 4 - Récit érotique publié le 02-10-2017
 
Garde très rapprochée, Episode 3 - Récit érotique publié le 22-09-2017
 
Garde très rapprochée, Episode 2 - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
Garde très rapprochée, Episode 1 - Récit érotique publié le 14-08-2017
 
Garde très rapprochée, prologue - Récit érotique publié le 27-07-2017