S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


La femme de mon employé, partie1

- Par l'auteur HDS July2 -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par July2 [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email : july.f.julyoutlookfr

• 19 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 8.9 • Cote moyenne attribuée par HDS : 10.0
• L'ensemble des récits érotiques de July2 ont reçu un total de 65 624 visites.

sexe récit : La femme de mon employé, partie1 Histoire érotique Publiée sur HDS le 19-10-2017 dans la catégorie Entre-nous, hommes et femmes
Tags: Cunnilingus  Sodomie  Chantage 
Cette histoire de sexe a été affichée 10325 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): La femme de mon employé, partie1 ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : La femme de mon employé, partie1 ( 10.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


La femme de mon employé, partie1

A 27 ans, je pense avoir plutôt bien réussi ma vie : je suis sorti major de ma promo à l’école de commerce, je suis propriétaire de mon loft et j’ai mon propre magasin. J’envisage même d’en ouvrir un deuxième dans un avenir plutôt proche.

Je ne dis pas, venant d’un milieu aisé, mes parents m’ont soutenu, moralement mais aussi financièrement pour me lancer. Mais ce que j’ai bâti, je l’ai fait moi-même, remboursant rubis sur l’ongle ce que mon père m’avait prêté dès que je l’ai pu.

Aujourd’hui, j’ai tout ce qu’on peut espérer dans la vie. Sauf du point de vue de la très chère mère : une femme, ou au moins une petite amie. Mais voilà, je n’ai pas le temps de faire des rencontres ni de m’investir dans une relation. Et les seules femmes qui viennent vers moi sont bien trop voyantes et vénales. Ces filles là, je me contente de passer une partie de la nuit avec elle. Et généralement cela leur convient bien.

''Mais quand vas-tu enfin te décider à te caser ? Tu es un homme maintenant Thomas. Et j’aimerai un jour pouvoir marier mon fils.


Ce laïus, j’ai déjà du l’entendre bon millier de fois. A chaque fois qu’elle m’appelle, elle me resserre les mêmes phrases : ‘’ je vieillis (précisons qu’elle a tout juste 50 ans), à ce rythme là je ne connaîtrai jamais mes petits enfants, si tant est qu’un jour tu deviennes père’’, ou encore ‘’mais tu sais, si tu es gay, tu peux nous le dire, ça ne nous gêne pas avec ton père…’’.

C’est d’ailleurs son discours du jour.

- Maman, pour la centième fois au moins, je ne suis pas gay…
- Tu es sûr, parce que tu sais, parfois on se cache la vé…
- J’ai quelqu’un, lui dis-je pour la couper.

Mais quel con ! Pourquoi je lui ai dit ça ? Maintenant elle va me gonfler pour la rencontrer. Et comme je viens de lui mentir, ça va être compliqué.

- Mais pourquoi tu ne m’as rien dit plus tôt ? Je veux tout savoir sur elle : où tu l’as connue, comment elle est, son âge, son prénom…. Tout !
- Voilà pourquoi je ne t’ai rien dit… il faut tout de suite que tu en fasses des caisses. Et je voulais attendre que ce soit un peu sérieux.

Et voilà, je me doutais que j’allais avoir le droit à l’interrogatoire… au bout du fil, elle insiste avec ses questions auxquelles je ne peux pas répondre. Je pourrai inventer une fille géniale, et le jour où elle voudra la rencontrer, je lui dirai qu’on s’est séparé, que ça ne marchait pas… je m’apprête à le faire quand une autre idée me passe par la tête.

- Elle s’appelle Julie. Elle a 25 ans. Elle bosse dans un cabinet comptable. Elle est très jolie et gentille. C’est une fille plutôt simple malgré le milieu social. Et elle a une fille de 6 mois
- Ton père et moi on descend dans 3 jours en ville, on n’a qu’à se caser un restaurant, tu nous la présenteras…

Je m’en doutais… me voilà bien empêtré… je n’ai que 2 solutions : ou dire à ma mère d’ici là que je suis à nouveau eau célibataire. Ou alors convaincre la fameuse Julie qui hante mes pensées depuis quelques jours maintenant de m’accompagner à ce repas.

Sauf que Julie est mariée … à l’un de mes employé…

Cette fille est super discrète. Depuis que son mari bosse pour moi, environ 3 mois, elle vient le récupérer certains soirs au magasin, mais elle n’était jamais sortie de la voiture. Jusqu’à la semaine dernière. Dès qu’elle a franchi la double porte du magasin, j’ai eu envie de l’embrasser. Et quand j’ai envie de quelque chose il faut que je l’aie.

Sauf qu’elle n’est pas repassée au magasin depuis ce jour là. Ce qui ne m’arrange pas vu que je voulais vraiment qu’elle vienne à ce fichu repas. Et j’ai eu le temps depuis 48h que ma mère m’a supplié de lui présenter ‘’ma petite amie’’, de penser à comment la convaincre. Mais pour cela, il faudra déjà qu’elle passe ici.

On ferme dans 5 minutes, et elle n’est pas venue. Elle doit l’attendre dans la voiture. Je vais devoir me résigner à me pointer seul au resto et dire à mes parents qu’elle et moi ça n’a pas marché.

Je sors de la réserve et je la vois sortir de la voiture. Va falloir que je trouve rapidement de quoi occuper Romain, son mari, le temps de discuter avec elle.

- Romain, avant de partir, tu me ranges la commande.

Et je quitte la pièce sans même attendre sa réponse pour le diriger vers Julie.

- Hey, salut ! Coucou toi, j’ajoute en caressant la joue de Rosi, leur fille.
- Salut, me réponds timidement Julie.
- Romain est dans la réserve. Il ne devrait plus en avoir pour longtemps.
- Je vais l’attendre dehors, dit-elle en se faisant demi-tour.
- Non, au contraire, reste. Je voulais justement te parler de quelque chose. Mais faudrait que ça reste en très nous si tu veux bien…

Elle se fige, me lance un regard assez froid.

- Je crois pas que …
- Tu sais même pas ce que je veux te dire. Alors écoute moi. Je pense que ça pourrait t’intéresser.

Je vois qu’elle tique un peu. Je jette un œil rapide vers la porte de la réserve : pas de mari en vue, j’en profite pour me lancer.

- Romain m’a dit qu’en ce moment c’était un peu difficile les fins de mois. Et son cdd arrive à son terme. Et j’aurais besoin qu’une jolie fille comme toi m’accompagne à un dîner demain soir. Ce serait dommage que le papa de cette pitchounette se retrouve au chômage parce que sa maman décline mon invitation….

Elle reste muette quelques secondes, puis Charlotte, l’une de mes vendeuses passe près de nous.

- Dis Charlotte, je crois que Rosi veut venir chez toi, lui dit-elle en lui tendant la petite
- Tu viens ma puce, on va regarder les livres pleins de couleurs.
- Et Charlotte, tu oublieras pas de faire les vitrines ce soir, y a des fois je me demande à quoi je te paye, je lance à Charlotte.

Quand Charlotte s’est éloignée dans les rayons, Julie me lance un regard noir.

- Je rêve ou vous me faites du chantage ? En gros, soit je suis votre pute d’un soir, soit mon mari perd son job…
- Alors déjà, je voudrais que tu me tutoies. Et ensuite je t’ai pas parlé de baiser, je t’ai juste demandé de m’accompagner à un dîner. Mais sur le fond, oui je te fais du chantage, soit tu viens, soit Romain peut se remettre à la recherche d’un nouveau boulot.
- Tu es d’une arrogance… comment tu peux me demander une chose pareille ? Je suis sûre que tu claques des doigts dans la rue, t’en as 10 des nanas pour venir avec toi… alors pourquoi moi ?
- Je sais pas, mais sache que je finis toujours par obtenir ce que je veux. Et je veux que tu viennes avec moi. Alors tu diras à ton mec que tu vas manger avec des copines puis que vous allez faire un bowling. Je t’attendrai sur le parking du magasin.

Elle ouvre la bouche pour protester mais je l’en empêche et lui tends une de mes cartes avec mon numéro.

- Là-dessus, y a mon numéro de portable, j’aimerais que tu m’écrives pour que j’ai le tien. Et maintenant plus un mot, ton mari arrive.

Romain nous rejoint et passe un bras autour de la taille de sa femme et l’embrasse.

- Coucou ma chérie.
- Coucou. Thomas était justement en train de me dire tout le bien qu’il pense de toi. Et Rosi est avec Charlotte.
- Je vais la chercher et on peut y aller.

Il part de l’autre côté du magasin.

- Tu vois que tu peux mentir à ton mari. Il n’y a vu que du feu, lui dis-je.

Romain revient avec la petite et ils quittent le magasin.

En partant, j’appelle une connaissance qui possède une boutique de vêtement de luxe. Je lui achète une robe et une paire d’escarpins.

De retour chez moi, je passe mon temps à consulter mon portable. Mais pas de message de sa part. En même temps, elle n’a pas dit qu’elle acceptait de m’accompagner. J’espère juste qu’elle prend ma menace au sérieux.

Mais je dois avouer que qu’en je n’ai pas trop envie de me séparer de Romain : c’est un excellent vendeur. Ce n’est absolument pas son domaine, il était soudeur avant que sa boîte ne ferme, mais il a très vite compris les ficelles de métier et s’en sort beaucoup mieux que certains vendeurs plus expérimentés.

Du coup, si elle refuse, je n’aurai rien gagné du tout…

Le soir, je ne ferme quasiment pas l’œil. Ce qui me vaut une mine de zombi le lendemain au boulot.

Dans la matinée, je reçois un sms d’un numéro que je ne connais pas.

« je peux pas faire ça à Romain. On est marié, je peux pas lui mentir… stp fais pas ça… »

« alors retour à la case départ. Dommage pour Rosi »

« t’es vraiment un salaud. Tu joues la carte de ma fille… »

« je te demande un dîner, pas de tromper ton mari, c’est pas la fin du monde… »

Elle ne me réponds pas.

« je te dis à ce soir alors ? »

Toujours rien.

« Julie ??? »

« à ce soir… »

En début d’après-midi, j’attends que toute l’équipe doit au magasin pour m’absenter.

- J’ai un rendez-vous, je reviens d’ici une demie heure je pense, leur dis-je juste avant l’ouverture du magasin.

Je file sur le parking et monte dans ma voiture. Je prends la direction du village voisin et me gare devant une petite maison. Je sonne et souris largement lorsque Julie vient m’ouvrir la porte.

- Tu as l’air surprise de me voir, je lui lance.
- Oui, en effet…
- Je suis juste passé pour t’apporter ça pour ce soir, lui dis-je en lui tendant le sac avec à robe et les escarpins achetés la veille.
- T'as peur que je sois pas assez bien sapée pour ton dîner ?
- C’est un resto étoilé, c’est mieux si tu as une tenue qui va avec le lieu. Mais du coup tu te changeras au magasin. C’est pas une robe ni des chaussures pour aller faire un bowling.

Elle paraît timide mais elle a du caractère en fait. C’en est même un peu agaçant. Je fais demi-tour et remonte dans la voiture.

A 18h15, je quitte le magasin, confiant la fermeture à Pierre, mon responsable de magasin et à Romain. Je file chez moi pour me doucher et me changer. J’en profite aussi pour tailler un peu ma barbe.

A 19h30, j’attends Julie adossé à la porte de la réserve en consultant mes mails. Elle arrive au volant de leur 206. Je me dis qu’une 3 portes ça ne doit pas être évident avec un bébé.

Quand elle sort de la voiture, mon cœur rate un battement. Moi qui ne voulait pas de nana en ce moment, je me retrouve bien chamboulé face à cette fille. Elle passe devant moi sans me dire bonjour, un regard plein de dédain, balançant le sac avec la robe sous mon nez comme pour me narguer, et je la trouve incroyablement attirante.

- Tu as pris la bonne décision.
- En même temps je n’ai pas vraiment eu le choix, me rétorque-t-elle.
- Je t’attends là.

Elle entre dans la réserve et je referme la porte derrière elle. J’envoie un message à mes parents pour leur indiquer que nous arrivons bientôt. Quand elle ressort, mon cœur rate à nouveau un battement.

- Tu es très jolie, sont les seuls mots que j’arrive à articuler alors qu’en fait je la trouve magnifique.
- Tu n’avais pas besoin de dépenser une telle somme.
- J’aime les belles choses. Et cela peut te paraître excessif, mais pour moi ce n’est rien.

Elle fait une grimace : j’avoue, dit comme ça, elle a pu mal prendre ce que je viens dire.

- Et sinon, je peux en savoir plus sur ce dîner ?
- On va manger dans un restaurant italien étoilé. Avec mes parents.
- Quoi ? Dit-elle dans un cri suraigu. C’est une blague.
- Absolument pas. Ça fait des mois que je n’ai pas vu mes parents. Et ma mère a du mal à accepter que son fils unique ne veuille pas se caser. Alors il y a quelques temps je lui ai dit que j’avais quelqu’un. Et elle veut absolument la rencontrer.
- Et pourquoi moi ?
- Parce que tu es une fille bien. Une fille normale.
- Merci… quel compliment, dis-je, ironique.
- Ce n’est pas péjoratif, au contraire. Tu es une jolie fille, mais pas une bimbo poufiasse. Tu es quelqu’un avec un travail respectable, pas une fille qui court après un mec pour son pognon.
- Et pourquoi tu veux pas te caser ?
- Parce que de 1, j’ai pas le temps de m’investir dans une relation. Avec le magasin j’ai énormément de boulot. Et de 2, j’attire que des bimbos poufiasses qui courent après un mec pour son pognon.
- En même temps, quand on est un con arrogant, prétentieux, râleur, capricieux et j’en passe, faut pas s’étonner de n’attirer que ce genre de femmes. Les autres sont assez intelligentes pour savoir qu’il vaut mieux éviter les mecs comme toi.
- Je vois que tu manies assez bien l’art du compliment toi aussi, merci.
- Mais de rien. Et c’est totalement péjoratif…

Là c’est même plus qu’elle a du caractère, elle est carrément cinglante… je me rabats et pile.

- Stop, je sais que tu me détestes, que tu n’as pas envie d’être là… mais est-ce qu’on peut faire un tout petit effort le temps de ce putain repas ? Je te demande pas de m’apprécier, mais s’il te plaît, j’aimerais bien qu’on ne se prenne pas la tête.

Elle hoche la tête et je repars.

- Sois toi-même. Oublie juste que tu es mariée et fais comme si tu avais l’habitude de train de vie. J’ai dit à mes parents que tu avais une petite fille d’une précédente union et que tu étais secrétaire dans un cabinet comptable. Je pense pas qu’elle te pose plus de questions que ça. Et au pire, brode, je te suis.


Quand on arrive, un voiturier récupère les clefs de ma voiture après avoir ouvert la porte à Julie. Elle me suis dans le hall et je nous annonce au maître d’hôtel.

- Un instant je vous prie, me demande-t-il.

Je passe un bras sur sa taille et l’attire doucement à moi. Elle résiste légèrement, assez pour que je le remarque, mais trop peu pour que cela se voit.

- Détends toi, on dirait une gamine dans un magasin de jouets. Arrête d’écarquiler les yeux comme ça. Et par pitié, si j’ai un geste tendre envers toi, ne me repousse pas devant mes parents s’il te plaît.
- Que veux tu dire par geste tendre ?
- Je te rassure, je ne compte pas te galocher devant eux, j’ai un minimum de d’éducation. Je parlais plutôt de te prendre la main, ou de passer un bras autour de tes épaules, grand max t’embrasser dans le cou histoire d’être crédible.

Le maître d’hôtel est de retour, l’empêchant de protester.

- Vos parents sont déjà installés monsieur Manelli.

Il nous amène à notre table.

- Thomas, mon fils ! Que c’est bon de te voir, et en si bonne compagnie de plus, me dit ma mère en m’embrassant.
- Maman, je suis content de te voir aussi. Papa, ça faisait longtemps.

On s’enlace un instant

- Je vous présente Julie.
- On avait tellement hâte de vous rencontrer. Depuis le temps qu’on attendait que notre fils se case.
- Bonsoir, ravie de faire connaissance. Il m’a beaucoup parlé de vous.

Nous nous installons à table et ma mère fait ce qu’elle aime le plus faire : parler et poser des questions. Elle lui raconte mon enfance, moments gênants compris. Puis elle lui demande comment nous nous sommes rencontrés. Julie me lance un petit regard, je lui souris pour l’encourager à se lancer.

- Je suis allée dans son magasin pour acheter un livre. Je ne le trouvais alors je me suis adressée à la première personne que je trouvais. Et c’était Thomas. Ça a été un vrai coup de foudre. Je n’ai pas osé l’aborder, j’en suis restée à ma recherche de livre. Il m’a répondu qu’il ne l’avait pas en stock et qu’il devait le commander. J’ai appris ensuite que c’était faux, il l’avait, mais il n’avait pas trouvé d’autre solution pour avoir mon numéro.


Ma mère lui pose quelques questions : elle est toujours au curieuse…

Quand le serveur nous apporte les menus, Julie semble se décomposer. Il presse discrètement ma main et je me penche vers elle. Elle chuchote à mon oreille.

- Je peux pas accepter… c’est hors de prix.
- Chut…

Je retourne à ma carte. Si elle ne change pas de tête rapidement, mes parents vont se poser des questions. Pire, si elle commande les tagliatelles au saumon, ils vont clairement comprendre qu’elle est moins d’être habituée à ce genre de lieux.

Du coup, je prends les devants quand le serveur vient prendre notre commande.

- Pour mademoiselle et moi ce sera des raviolis aux langoustines.

Mes parents passent également leur commande et le repas se passe dans un calme relatif : ma mère nous raconte les dernier voyage, continue de s’intéresser à Julie. Je profite quelles soient en pleine conversations pour observer un peu Julie, elle semble terriblement à l’aise et de s’entendre à merveille avec ma mère

Vers 22h30, nous quittons le restaurant. J’ouvre la portière à Julie et je m’installe à mon tour derrière le volant.

- J’ai été très gênée que tu choisisses pour moi… dit-elle après quelques minutes.
- Tu ne m’as pas laissé le choix. C’est pas pour rien qu’on donne une carte sans prix aux femmes… c’est pour que les hommes puissent les inviter sans quelles soient gênées. Tu étais sur le point de commander le plat le moins cher de la carte, mes parents auraient pu se douter des raisons. Et franchement, c’est vraiment pas le meilleur plat de la carte.

Elle regarde ses pieds, ce qui confirme mon intuition.

Je me gare sur le parking de mon magasin. Elle s’apprête à ouvrir la portière pour sortir. Vite, il faut que je trouve un moyen de la retenir encore un peu, j’ai pas envie que cette soirée s’arrête.

- Bien trouvé ‘’notre rencontre’’. Je crois que ça a convaincu ma mère. Tu as un certain talent pour le mensonge.
- Ce n’est pas vraiment un compliment à mon sens.
- Désolé…

Le silence se réinstalle.

- J’ai passé une bonne soirée, j’ose enfin lui avouer, posant ma main sur la sienne
- On n’a plus besoin de faire semblant, dit-elle en retirant sa main. Mais moi aussi j’ai passé une agréable soirée finalement.

Elle semble sincère. Et c’est plus fort que moi, je veux l’embrasser. J’avance mon visage du sien.

- Thomas, non.

Je passe ma main dans sa nuque et l’attire à moi.

- Julie, s’il te plaît, j’en ai eu envie toute la soirée. Juste un baiser, c’est rien, je te demande pas de tromper Romain.

Je me prends une gifle monumentale.

- Pour moi ça l’est.

Elle sort de la voiture et fonce dans la sienne. Elle démarre au quart de tour, oubliant de récupérer ses affaires. En fait, ce n’est peut-être pas une mauvaise chose qu’elle ait refuser mon baiser. Je crois que si ses lèvres avaient touché les miennes, j’aurais voulu plus qu’un baiser, vu la bosse à mon entrejambe. Et cette fille, je la veux, mais je veux faire ça bien.

En rentrant chez moi, je ne peux m’empêcher de penser à elle. Elle était splendide, douce. Il avait l’air à l’aise avec mes parents. Et elle a beau avoir dit faire semblant, ses sourires trahissaient qu’elle était bien.

Il faut que je trouve un moyen de la revoir, de lui montrer que je ne lâcherai pas l’affaire. J’ai envie d’elle, d’être avec elle. Ce dîner m’a donné envie d’en avoir plus.

Le lendemain, en arrivant au magasin, je repense aux affaires que Julie a laissées dans la réserve. Je remets le tout dans le sac en papier kraft, juste à temps : Romain arrive alors que je mets le t-shirt de sa femme a l’intérieur.

J’essaie de garder une certaine contenance et cache tant bien que mal le sac dans mon dos.

- Hey, salut Thomas. Je savais pas que tu étais déjà là. Et pas de besoin de camoufler tes ébats, c’est ton magasin…

S’il savait à qui sont ces fringues, il ne dirait pas ça… je préfère éluder la réflexion. Je quitte la boutique et file chez Julie.

Quand je sonne à la porte, je suis comme un gosse à l’idée de la voir. Mais mon sourire s’efface assez vite quand elle m’aboie dessus en ouvrant la porte.

- Qu’est-ce que tu veux ? Me lance-t-elle sans même me dire bonjour.
- Tout d’abord m’excuser, j’aurais pas du essayer de t’embrasser hier soir. Comme je te l’ai dit, j’en ai eu envie toute la soirée. Et je pouvais plus me retenir de le faire.
- En effet, tu n’aurais pas du. Ça prouve juste que t’es vraiment un salaud.
- Et ensuite pour te ramener tes fringues vu que tu les as laissées dans la réserve. Ça aurait été con que Romain tombe dessus.

Elle me prend le sac des mains et claque la porte. Je retourne dans ma voiture, une boule dans l’estomac. C’est bien la première fois que ça me blesse de me faire insulter.

Et cette insulte me travaille tellement, que je lui envoie un message pour me défendre.

« je suis pas un salaud… en tout cas pas avec les femmes. Je suis pas le genre de mec à collectionner les filles. Je ne cherche pas à m’envoyer en l’air à droite à gauche. C’est les filles qui viennent vers moi. Et je suis toujours franc avec elles : si il se passe quelque chose, c’est forcément l’histoire d’un soir. Au mieux, si doit y avoir plus, c’est uniquement pour s’envoyer en l’air de temps en temps. Elle accepte c’est bien, elle refuse c’est bien aussi. J’ai jamais forcément aucune fille à faire quoique ce soit avec moi… je voulais juste que les choses soient claires… »

Je n’ai droit à aucune réponse. Cette fille me rend fou…

La semaine suivante, Paul, mon cousin, m’appelle.

- Hey, ça te dit une sortie VTT en début de soirée ? Me demande-t-il.
- Grave ! Je vois avec un de mes vendeur pour fermer ma boutique comme ça je viens pas trop tard.

Je raccroche et vais voir Pierre, mon plus ancien employé pour lui demander de faire la fermeture à ma place. En retournant à la réserve, j’entends Romain discuter avec Charlotte. Il lui explique que Julie aimerait aller chez le coiffeur mais n’en à pas les moyens, elle cherche donc un coiffeur pas trop cher.

J’appelle Maria, une connaissance coiffeuse. Je lui demande de se rendre chez Julie le lendemain et de ne partir que lorsque cette dernière aura accepté sa coupe de cheveux.

A 18h, je passe chez moi me changer et récupérer mon vélo. Je rejoins Paul à l’orée de la forêt. Je sens que cette virée va me faire le plus grand bien.

Généralement, Paul est assez peu bavard quand on roule, sauf pour lancer des vannes. Mais je dois avoir une sale gueule parce qu’il n’arrête pas de me demander si je vais bien.

- Nan, franchement Thomas, y a un truc qui va pas… tu tires un de ces gueules. On dirait que tu viens d’apprendre que tu vas crever… crache le morceau !
- Mais y a rien de grave, t’inquiète. Pis tu vas te foudre de ma gueule, alors laisse tomber.
- Oh putain, c’est une histoire de nana ! Me dis pas que tu en as foutu une enceinte !
- Franchement, t’es con… je fais gaffe moi quand je l’envoie en l’air, je rétorque.
- Eh, c’est arrivé qu’une fois et je te rappelle que depuis on est marié et qu’on a eu 2 au…
- Je crois que je suis amoureux … je le coupe.

Et comme je le pensais, mon cousin me rit au nez.

- Toi, amoureux ? La blague ! Je t’ai jamais vu avec une fille en dehors de tes plans cul et de celles que tu arrives à convaincre de t’accompagner aux dîners officiels.
- Je plaisante pas Paul. Des que je l’ai vue, mon cœur s’est emballé. Et depuis je n’arrête pas de penser à elle. J’essaie de la voir et de la contacter, mais elle m’envoie bouler. En même temps, elle est mariée… avec un de mes employés.
- Première fois que t’es amoureux et faut que tu fasses compliqué… à ta place je lâcherai l’affaire…
- Tu me connais, c’est pas mon genre. Je finis toujours par avoir ce que je veux … elle finira par craquer. Seul problème c’est que son mari est le meilleur employé que j’ai jamais, et je m’entends franchement bien avec lui… ça va bien me faire chier quand il va vouloir me péter la gueule et démissionner après qu’elle l’aura quitté..
- Tu es bien sûr de toi… tu vas t’attirer bien des emmerdes mon gars…

Je ne l’écoute déjà plus : j’ai repris la descente pour rejoindre les voitures.

De retour chez moi, je mets une pizza dans le four et file me doucher. Je n’ai pas réussi à me sortir Julie de la tête ces derniers jours. Et physiquement, ça commence à être difficile à gérer, d’autant que ça fait un moment que je ne me suis pas pris du bon temps avec une nana. Et rien qu’à imaginer Julie avec moi sous la douche, je bande comme un fou.

J’ai envie de sentir son corps contre le mien, d’embrasser sa peau, de sentir ses tétons pointer contre mon torse et sa chatte se serrer de plaisir autour de mes doigts. Au fur et à mesure que mes pensées dévient vers toutes les choses que je voudrais lui faire, ma main monte et descend sur ma queue, d’abord doucement, puis de plus en plus vite. Après quelques minutes, je jouis en râlant.

En sortant de la douche, je suis toujours autant excité. Paul a peut être raison : faudrait peut être que je tire mon coup, ça me ferait du bien… mais je n’arrive pas à envisager de le faire avec une autre femme de Julie.. elle m’obsède trop.

Mais c’était sans compter l’initiative mon cher cousin. Alors que je sors la pizza du four, quelqu’un sonne à la porte. Je pose mon repas sur la plaque de cuisson et vais ouvrir la porte en resserrant la serviette autour de ma taille.

- Coucou toi, c’est Paul qui m’envoie, me dit une superbe nana, bien trop pour être naturelle.

Je n’ai pas le temps de protester qu’elle entre.

- Fais comme chez toi… je marmonne entre mes dents avant de prendre mon portable sur la table. Je reviens tout de suite.

J’appelle mon cousin.

- Tu te fous de moi ou quoi ? Je lui demande.
- Ben quoi ? Ça te fera du bien de t’envoyer en l’air, et toi tu aurais jamais pris les devants vu comme t’es dingue de ta Julie…
- Mais putain tu m’envoies une pute quoi…
- Je t’arrête tout de suite, ce n’est pas une pute et elle est clean. C’est Oriana, la sœur à Natacha, elle est plutôt du genre facile… et elle t’a trouvé très mignon…
- C’est la sœur à ta femme ? T’es un grand malade toi…
- Profite !

Et il me raccroche au nez.

Je retourne dans le salon. Oriana est debout près du bar de la cuisine. Elle a posé son sac et sa veste sur l’un des tabourets. C’est vrai qu’en y regardant de plus près, elle est loin de ressembler à une pute. Mais je reste convaincu qu’elle est en partie refaite.

Alors que je m’approche d’elle dans l’idée de la congédier, elle prend les choses en main.

- J’avais vu que ta tête en photo, mais maintenant que je vois le reste, je suis encore plus contente d’avoir accepté. Et puis tu n’as pas l’air déçu non plus… me dit-elle en tirant sur ma serviette pour la faire tomber.

Si tu savais pour qui je bande comme ça, tu serais déçue ma belle… je me dis.

Avant que je n’ai le temps de lui dire quoi que ce soit, elle est à genoux devant moi, prenant ma queue bien en bouche.

- Oriana, s’il te plaît arrête, j’articule sans pouvoir retenir un gémissement de plaisir.
- Ça a pourtant l’air de te plaire, me répond-elle dans un sourire.

J’avoue que dans d’autres circonstances, je prendrais mon pied, elle sait y faire avec sa langue.

- Je ne dis pas que ce que tu me fais ne me plaît pas, et ne le prends pas mal, mais tu n’es pas la fille avec qui j’ai envie baiser…

Elle donne le relais à sa main et, toujours à genoux devant moi, elle plante son regard dans le mien.

- Et elle est où cette fille ? Parce que j’en vois pas la trace ici…
- Avec son mari…

Elle rit avant de me lancer :

- Et tu crois pas qu’ils sont peut être en train de faire ce qu’on fait ?

Je l’attrape par les cheveux et la relève avant de la pousser vers la porte d’entrée. Elle ouvre de grands yeux de surprise avant de me sourire malicieusement quand son dos cogne contre le bois.

- Je préfère ça, dit-elle alors je la saisis par la hanche pour l’attirer contre moi.

Je fourre mon visage dans son cou et passe ma main libre sous son top. Elle passe sa main dans mes cheveux et les tire doucement.

Je la soulève et elle passe ses jambes autour de ma taille. Je la porte jusqu’au canapé. Quand je la pose, elle me pousse pour que je me mette assis. Elle se penche au-dessus de moi et me murmure :

- Fais toi du bien en attendant que je m’occupe de toi…

Elle attrape ma main et la pose sur ma queue.

Elle se redresse et commence à déboutonner son haut, lentement, ses yeux rivés aux miens. Comme je le pensais, sa poitrine est refaite, mais elle donne envie d’y plonger. Elle laisse tomber son top à ses pieds et fait de même avec sa jupe. Elle ne porte plus rien d’autre que son string maintenant.

Elle pose son regard sur ma main qui fait des va-et-vient le long de ma queue. Alors qu’elle s’approche de moi, je retire ma main et elle se met à califourchon sur moi. Elle se laisse glisser le long de mon érection faisant que je la pénètre profondément à travers son string fendu.

Ses lèvres se posent sur les miennes et nos se cherchent. Sans délaisser sa bouche, je parcours sa poitrine à pleines mains, titillant ses tétons pour les faire pointer entre mes doigts. Elle gémit de plaisir quand je les pince un peu plus fort. Elle ondule son bassin au rythme de mes coups de reins, frottant ainsi son clitoris sur mon plateau pénien. Après quelques instants, elle agrippe à nouveau mes cheveux, les tirant cette fois un peu plus, tout en jouissant.

Je la fais descendre de moi et lui demande de se mettre à genoux sur le canapé, penchée en avant sur le dossier. Je me mets debout derrière elle, les mains sur ses hanches et la pénètre violemment. Elle pousse un petit cri de surprise avant de gémir et de jouir. Je donne encore quelques coups de reins avant de gicler en elle.

Je me laisse tomber dans le canapé, et elle se colle à moi.

- En fait fallait t’énerver pour que tu te lâches. Et je suis pas déçue, t’es un coup d’enfer, dit-elle en caressant ma queue du bout des doigts…
- Tu peux partir maintenant s’il te plaît ? Je lui demande.

Elle se redresse un peu et me regarde un peu déçue. Elle se rhabille rapidement.

- Pas la peine de me raccompagner, je connais le chemin. Mais si jamais l’envie de recommencer te viens, appelle Paul, il fera passer le message. Et je serais ravie que tu me prennes comme une chienne de nouveau.

Je ne réponds pas, ne la raccompagne pas et ne la regarde même pas quitter mon loft. Quand j’entends la porte claquer, je me prends la tête dans les mains.

Habituellement, un coup comme elle, j’aurais rien eu contre un deuxième round comme elle le supposait avec ses caresses, ni même de la revoir à l’occasion. Mais là, je n’ai que Julie en tête. Je n’ai pu la sauter que parce que pensais à Julie pour bander. Et je me suis jeté sur elle par jalousie. C’est idiot, ils sont mariés et ont un bébé, mais l’idée de Julie et Romain s’envoyant en l’air ne m’a jamais traversé l’esprit. Alors quand Oriana a soumis l’hypothèse qu’ils étaient peut être en train de baiser, ça m’a mis hors de moi qu’un autre puisse la toucher alors que j’en crève d’envie.

Et bien que j’aie culbuté Oriana, j’ai toujours autant envie de Julie.

Je prends mon portable et rédige un sms :

« tu fais quoi ce soir ? Moi j’arrête pas de penser à toi et j’ai très envie de toi… »

Puis je l’efface : inutile que je l’envoie, elle ne me répondra probablement pas, éventuellement si elle le fait ce sera par un « qu’est-ce ça peut te foutre ce que je fais, et tu peux toujours rêver pour me toucher espèce de connard… ». Et ça me fait déjà assez chier de savoir qu’elle le pense, inutile que je le reçoive.

Pour tenter de me changer les idées, je vais m’installer devant mon pc pour bosser sur mon projet de nouveau magasin.

Le lendemain matin, Romain arrive au magasin, tout sourire. En passant derrière lui, j’entends Pierre le taquiner.

- T’as l’air KO gars, faut dormir la nuit au lieu de faire des folies.
- J’aurais été con de dormir, ça faisait longtemps qu’on avait pas pris du temps pour nous avec Julie, avec le naissance de la petite, sa reprise du boulot, moi qui ai commencé ici… on a mis du temps avant d’en parler et hier j’ai mis les pieds dans le plat, je lui ai dit que ça me manquait de sentir sa peau et tout est reparti… deux fois en une nuit, j’ai eu l’impression d’être à nouveau au début de notre couple…

Je passe vite mon chemin, je commence à m’énerver de nouveau. Les vibrations de mon téléphone me sortent de ma rêverie.

« qu’est-ce qu’il y a ? J’étais pas assez bien coiffée à ton goût ? Arrête ce genre de choses ! »

Maria a du arriver chez Julie. Plutôt que de répondre à son sms, je l’appelle.

- Tu étais sublime. Mais j’ai entendu Romain discuter avec Charlotte. Il lui demandait si elle connaissait une coiffeuse pas trop chère parce que tu aurais besoin d’une coupe mais que tu n’avais pas franchement les tunes pour… alors en voilà une qui ne te coûtera pas un sou. C’est moi qui paie.
- Je ne veux pas que tu me paies le coiffeur !
- Et moi je veux, et je finis toujours par obtenir ce que je veux. Donc si c’est pas aujourd’hui ce sera un autre jour, mais tu finiras par l’avoir cette coupe. Tu as autant accepter tout de suite, comme ça c’est fait. Pense au boulot de ton mari. J’ai encore un mois avant de décider s’il aura son cdi…

Je raccroche parce que je meurs d’envie de lui dire que j’aurais aimé être à la place de son mari cette nuit, que j’ai bandé comme un fou rien qu’en pensant à elle hier soir…

En réalité, ça a m’énerve de faire du chantage à Julie à propos du boulot de Romain, parce que c’est franchement un type bien, un excellent vendeur et je pense qu’avec le temps on pourrait devenir ami. On a pas mal de goûts communs, font sa femme, de passions communes aussi. Mais c’est le seul moyen que j’ai pour le moment pour faire craquer Julie…

N’arrivant pas à me calmer, et comme c’est plutôt calme au magasin, je décide de laisser la boîte sous la surveillance de Stéphane. Je vais à la salle de sport faire des frappe dans le sac de boxe pour me vider la tête.

- Hey, petit, calme toi. Tu vas te blesser à frapper comme ça… je suis sûr que c’est une femme qui te met dans un tel état… y a que les femmes qui peuvent rendre fou un homme comme ça…

Je me retourne et vois un ancien de la salle. Je pose mes mains de chaque côté du sac de frappe et mon front dessus en soufflant.

- Déjà, tu devrais mettre des gants, t’as les mains dans un sale état. Et t’alignes pas assez tes poignets quand tu cognes, tu vas te faire une entorse.

Je jette un œil à mes mains : sous la colère j’avais pas remarqué que je m’étais ouvert quelques articulations.

- Merci pour les conseils. J’en tiendrai compte la prochaine fois.

Je pars dans les vestiaires et file prendre une douche.

En sortant, je reçois un sms de Maria pour me dire que Julie a accepté de se faire couper les cheveux. Je lui écris.

« alors cette coupe ? »

« pourquoi tu as fait ça ? »

« parce que tu en ressentais le besoin et que je sais que financièrement vous avez plus important avec la petite. »

« et je vais dire quoi à Romain quand il va rentrer et voir que je me suis faite couper les cheveux alors que j’avais pas la voiture pour aller chez le coiffeur ? »

« tu lui diras que l’une de tes copines a vu avec une amie à elle qui est coiffeuse à domicile et qu’elle a pu venir tout de suite… »

« tu as réponse à tout… tu m’énerves. Je te déteste »

« je trouve souvent des solutions aux problèmes. Et tu peux me détester, c’est pas grave. Je sais qu’au fond c’est pas le cas. T’as juste du mal à accepter la main que je te tends »

« j’ai surtout du mal à accepter de devoir mentir à mon mari pour pas qu’il perde son boulot… »

« c’est un moindre mal, se faire chouchouter contre un travail… »

« la ferme… »

« je peux au moins voir à quoi elle utilisé mon argent ? »

« va te faire… ça te suffit pas de me rabaisser en me payant une robe et une coiffure, faut en plus que tu pousses le truc à ce que je participe à mon humiliation… »

« il n’y a que toi qui y voit de l’humiliation. Moi je veux juste apporter un peu de confort à ton quotidien…  si tu ne veux pour la photo, pas grave, tu passeras bien au magasin un de ces jours… »

Quelques minutes passent sans qu’elle ne me réponde, puis elle m’envoie une photo. Elle est magnifique, même si elle me fait un fuck…

« quand je te dis que j’obtiens toujours ce que je veux… et même énervée tu es très jolie. Ça fait classe les mèches blondes dans le roux de tes cheveux. Ça fait ressortir tes yeux bleus. Romain a beaucoup de chance d’avoir une jolie femme comme toi… »

« pourquoi tu fais tout ça ? »

« parce que je fais toujours tout ce que je peux pour obtenir ce que je veux. Et là c’est toi que je veux… »

« tout d’abord je suis pas un objet qu’on veut avoir, et ensuite je suis mariée. Et j’aime mon mari. Tu m’acheteras pas avec des cadeaux, des privilèges… je veux pas d’un homme pour son argent… »

« j’essaie pas de t’acheter. Je veux juste te faire plaisir. Faut que je retourne bosser. A bientôt. »


Qu’est-ce qu’elle peut m’agacer à être têtue comme ça… mais ça la rend encore plus irrésistible.

Pendant quelques jours, je suis très occupé par la boulot, et franchement à court d’idées pour approcher Julie. Puis une nuit, j’ai une lumière. Si toucher à son mari ne suffit plus, je vais lui montrer que je peux largement améliorer le bien-être de sa fille. Soit elle cède, soit elle tape une crise.

Le lendemain matin, je vais chez une amie commerçante : elle tient une boutique de fringues et chaussures pour enfants. Je vais y faire une carte cadeau. J’ajoute un mot dans l’enveloppe et la ferme. En allant au boulot, je la dépose dans la boîte aux lettres.

Je passe la journée à guetter mon téléphone dans l’espoir de recevoir un sms de Julie, quelque en soit le contenu. Ça fait des jours que je l’ai pas vu, pas appelée, pas lue et je commence à être en manque d’elle.

Je passe une sale nuit, incapable de ne pas penser à elle. Si demain soir je n’ai pas de ses nouvelles, je passerai la voir.

Quand je reçois un sms d’elle le lendemain matin, je retrouve le sourire.

« ramène ton cul sur le parking tout de suite ! »

Visiblement elle a pas aimé le coup de la carte, je vais en prendre plein la gueule. Mais je vais la voir alors c’est pas grave.

- Je savais que c’est toi qui viendrait vers moi, dis-je en riant.

En guise de réponse, je reçois une gifle.

- Tu me prends pour quoi ? Arrête ça tout de suite ! Ça n’a jamais tué personne de porter des fringues de seconde main. Je veux pas de ton argent, on peut très bien se débrouiller sans toi, se met-elle à hurler avant de me jeter la carte.

Je frotte doucement ma joue.

- Je pensais pas que tu avais autant de force… et je voulais juste que tu puisses offrir le meilleur à ta fille. Mais puisque vous n’avez pas besoin de moi, je dirai à Romain demain que je ne pourrai pas lui faire son cdi, je trouverai bien un motif, même si je ne lui en dois aucun…
- T’es vraiment qu’un connard ! Comment tu peux te servir de ma fille pour obtenir ce que tu veux ? Tu crois quoi ? Que parce que tu m’achètes à coup de cadeaux je vais quitter Romain et te tomber dans le bras ?
- Je t’ai dit, je finis toujours par avoir ce que je veux. Si dans un mois je ne suis pas parvenu, j’abandonne, ton mec aura son job et toi ta paix, mais jusque là je continuerai. Et ne t’avise pas de refuser quoique ce soit qui vienne de moi parce que je le saurais et adieu le cdi.

Elle fait volte-face pour remonter dans la voiture.

- Tu oublies quelque chose, lui dis-je en lui tendant la carte que je viens de ramasser. Et utilise la, je connais la responsable du magasin, elle me dira si tu es passée.

Elle me prend la carte des mains sans un regard.

De retour dans la réserve, je lui envoie un sms.

« tu devrais mettre ta ceinture, surtout quand tu démarres en trombe. Et tu n’auras qu’à dire à Romain que tu as gagné cette carte à un concours sur internet... »

2 jours plus tard, je reçois un message de mon amie qui me dit que Julie est passée utiliser la carte.

Le lendemain, au moment de e partir à midi, ma voiture ne démarre pas. Déjà de bien mauvaise humeur ces derniers temps, j’ai envie de tout casser à cet instant.

Romain vient toquer à ma vitre.

- Un souci Thomas ?
- La voiture a plus de jus… j’espère que c’est juste la batterie et pas l’alternateur… je vais retourner au bureau et appeler un ami garagiste qu’il vienne cet après midi. Je devais aller manger avec mon cousin, je vais annuler. Je passerai me prendre un truc au fast food de face.
- T’as qu’à venir avec moi, Julie fait de la blanquette et quand elle cuisine y a toujours plus à manger que nécessaire.

Je suis tenté de dire oui tellement j’ai envie de la voir. Mais si j’accepte comme ça, ça va faire louche.

- C’est gentil Romain, mais ça va aller t’inquiète.
- Permets moi d’insister Thomas.

Je finis par accepter. Une fois dans sa voiture, j’envoie un message à Paul pour annuler notre repas et j’appelle mon pote garagiste.

- T’es sûr que ça va pas la déranger ? Je demande à Romain avant qu’il ouvre la porte.

Il fait non de la tête tout en appuyant sur la poignée.

- Coucou ma puce, j’ai invité Thomas à se joindre à nous pour le repas, sa voiture ne démarrait pas.
- Coucou mon cœur, salut Thomas, répond-elle.
- Salut, je réponds avec un grand sourire.

Je vois à sa tête qu’elle n’est pas contente que je sois là.

Romain va l’embrasser, et dieu que ça m’énerve, avant de déposer un bisou sur le front de sa fille.

- Viens, je termine de lui donner, dit-il en prenant la cuillère des mains de Julie.

Elle se lève et j’en profite pour m’approcher d’elle afin de lui faire les bises. C’est tout juste si elle me regarde. Puis elle va s’occuper du repas. Je m’installe à la table à côté de Romain et consulte mes mails.

Durant les minutes qui suivent, un silence lourd s’installe : Romain s’occupe de Rosi, Julie s’affaire devant la plaque de cuisson et moi j’échange des sms avec Paul qui veut absolument connaître tous les détails de notre partie de jambes en l’air. Quand la petite a fini son repas, Romain la met dans son parc pour qu’elle joue un peu, puis il s’installe à table avec moi.

- Le repas est presque prêt, je vais aller coucher la petite, dit Julie.
- Non, laisse ma chérie, j’y vais, dit Romain en se levant.

Elle semble déçue.

Il prend la petite dans son parc et monte à l’étage. Quand on n’entend plus les bruits de pas, je vais à côté d’elle.

- T’es super jolie aujourd’hui, je chuchote.
- Parce que d’habitude je suis moche, merci.

Elle fait un pas de côté pour m’esquiver.

- Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire, et tu le sais très bien. Ça te va bien quand tu te maquilles un peu, j’aime bien.
- C’est pour mon mari que je pomponne, pas pour toi…

Elle se tourne pour prendre des assiettes dans le meuble.

- Laisse, je vais mettre la table, je lui dis.
- Je suis sûre que ta voiture n’a rien. Tu as menti à Romain…
- Ça aurait pu être le cas, mais non. D’ailleurs je suis bête de ne pas y avoir pensé, j’aurais pu te voir plus tôt..
- Oui, ben tu aurais pu décliner l’invitation de Romain, y a un fast-food à moins de 200m de ton magasin…
- Figure toi que je l’ai fait mais il a été plus qu’insistant, me disant que tu faisais de la blanquette et que quand tu faisais ce genre de plats, tu en faisais toujours un peu plus au cas où. Dis toi que je suis ce au cas où.
- Tu m’agaces.

Je m’approche d’elle et place ma main sur sa joue avant d’approcher mes lèvres des siennes. Elle essaie de me repousser en appuyant ses mains sur mon torse. Même s’il est en opposition avec ce que j’ai envie, j’adore ce contact.

- Thomas, arrête, j’ai pas changé d’avis depuis l’autre jour…
- Moi non plus…

Je me recule d’elle quand j’entends des bruits de pas. Je me tourne et attrape les verres.

- Thomas tu aurais du laisser, j’aurais mis la table en descendant. En tout cas merci.
- C’est moi qui vous remercie tous les deux de m’accepter à votre table.

On s’installe à table. Julie ne parle pas beaucoup et ne mange presque rien. Elle me lance des regards noirs. Moi je me régale autant du repas que de sa présence.

D’avoir été si proche d’elle avant m’a beaucoup excité, je suis un peu serré dans mon jeans. J’espère que je banderai moins au moment de repartir. Je n’ai pas trop envie que Romain le remarque.

L’après-midi, ma voiture est réparée, batterie HS.

Dans les jours qui suivent, je pense sans cesse à Julie. Je peux même plus regarder Romain sans crever de jalousie. Le samedi, j’ai tellement envie d’elle que je suis à 2 doigts de lui envoyer un message pour lui dire tout ce que j’ai envie de lui faire pour la faire jouir, mais je me ravise parce que je doute que ça plaidera en ma faveur…

Non, au lieu de ça, j’écris à Paul :

«  dis à Oriana que je veux la voir… »

« j’étais sûr que tu voudrais y regoûter ! Cette fille baise comme une déesse … ca doit être dans les gènes… »

« tu te l’es tapée avant d’engrosser sa frangine ? Et c’est pas parce que les 2 sœurs sont de bons coup que c’est le cas pour toute la famille =) »

« de 1, j’ai jamais dit que c’était avant Natacha, de 2 j’ai pas dit non plus que je n’avais essayé que 2 des 5 frangines… ni que les frangines… »

«  t’es vraiment un chaud lapin cousin… elle le sait ta femme que tu te tapes ses sœurs et sa mère… et sans déconner, sa mère, t’abuses mec… »

«  en même temps tu as vu le pétard que c’est sa daronne ? Même toi tu voudrais tremper le biscuit… »

« oui mais moi c’est pas ma belle-mère… bref, pense à faire passer le mot à Oriana. A plus »

Dans la demie-heure, elle sonne à ma porte. Je lui ouvre et elle me sourit.

- Salut beau gosse, je savais que t’avais plu. Et à voir comme tu bandes, t’as l’air d’avoir très envie…

Cette fille est hyper chaude. J’ai rarement vu une fille aussi cash…

J’ai à peine refermé la porte d’entrée qu’elle se tient nue devant moi. Je la regarde de haut en bas sans montrer le moindre signe d’envie ou de plaisir.

- Je vais jouer franc jeu avec toi : je veux te sauter pas parce que tu me fais bander, mais parce qu’elle me fait bander et que ma main me suffit pas. J’ai besoin de sentir un corps, des lèvres. Alors t’attends pas à de la tendresse, des mots doux. De la baise et rien que ça. Tu viens, on nique et tu te casses. Tu me laisseras ton numéro aussi, que j’ai pas besoin de passer par Paul pour te joindre, ça m’évitera d’apprendre trop de choses sur ce que vous faites tous les 2… mais n’espère pas qu’on s’envoie des sms. Les seuls que tu auras de moi, ce sera pour que tu viennes ici. Ça te convient ?

Elle me regarde un peu étonnée. Elle va dire non, et c’est plutôt logique. Je me tourne pour lui rouvrir la porte. J’attends quelques secondes, pensant qu’elle remet sa robe.

- OK, du cul, du cul et encore du cul ? Parfait. Alors maintenant, viens me bouffer la chatte, je sais pas encore de quoi t’es capable avec ta langue, on va voir si tu es meilleur que ton cousin.

Elle a le chic pour me piquer au vif cette meuf : me mettre en concurrence avec quelqu’un est le meilleur moyen de me provoquer.

Je la soulève par-dessus mon épaule et vais l’allonger sur la méridienne du canapé, fesses au bord, j’aime écartées. Je me mets à genoux par terre, entre ses cuisses. Je fais glisser ma langue le long de ces dernières pour remonter jusqu’à sa chatte. Je passe le bout de la langue doucement sur ses grandes lèvres et elle se cambre instantanément en gémissant doucement. Je glisse alors 2 doigts en elle. Je fais de légers vas et viens tout en promenant ma langue de ses lèvres à son clitoris.

De ma main libre, je défais les boutons de mon jeans pour être plus à l’aise. Je glisse ma main dans mon boxer et me branle doucement pour maintenir mon érection.

Je retire mes doigts de sa chatte pour aller titiller son petit trou tout en passant ma langue entre ses lèvres maintenant. Elle tend immédiatement les fesses vers moi, m’invitant à continuer mes caresses anales.

J’ai envie de l’entendre jouir, et j’ai remarqué l’autre soir qu’elle était plutôt clitoridienne : je m’attarde donc plus sur son petit bouton de plaisir. Je délaisse ma queue pour jouer avec mon pouce sur son clito. Je tourne autour, je le caressé fort, puis doucement, puis fort, puis doucement et ainsi de suite. Elle mouille de plus en plus, ses gémissements se font plus intenses aussi. Ma langue glisse de sa chatte à sa raie, jusqu’à mes doigts au bord de son trou.

- Par pitié Thomas, prends moi !

Je continue comme si je n’avais pas entendu sa demande. Je sens quelle est à 2 doigts de jouir, et j’ai envie de la laisser mariner encore un peu. Je ralentis mes caresses, elle semble reprendre son souffle. Je reprends alors, intensifiant les mouvements, appuyant plus fort mes doigts, la léchant plus vite.

Elle a de nouveau le souffle court, ses gémissements sont maintenant des petits cris de plaisir.

- Thomas, baise moi bordel ! Crie-t-elle.

Je mordille maintenant son clitoris, plongeant mon regard dans le sien. Je ne la quitte pas des yeux, et elle joue le jeu, fixant les miens. Sa respiration se saccade, sa poitrine se lève de plus en plus vite. Elle mordille sa lèvre et laisse son plaisir exploser en un orgasme violent.

Mon visage quitte son entrejambe. Je la retourne violemment, ne prends pas la peine de me déshabiller, sortant juste ma queue de mon boxer. Je l’attrape par les hanches et l’encule d’un coup. Elle pousse un cri suivi de gémissements de plaisir. Elle accompagne mes coups de reins. Je la pilonne de plus en plus vite. Juste avant d’éjaculer je me retire et me vide sur ses fesses.

Je me relève sans attendre qu’elle se retourne et vais ramasser sa robe.

- Tu diras à Paul que j’ai toujours été meilleur en langues que lui, lui dis-je en lui envoyant sa robe, lui faisant ainsi comprendre que je veux qu’elle parte.

Je n’attends pas qu’elle ait quitté mon appartement pour me rendre dans la salle de bains. Quand j’en ressors, elle n’est plus là. Je vais me faire couler un café et trouve un papier sur le bar avec son nom et son numéro.

En l’entrant dans mes contacts, je pense à la façon dont je traite cette fille. Je ne me suis jamais conduit comme ça avec une femme. Je déverse toute ma frustration de ne pouvoir être avec Julie en étant brutal avec Oriana. Pour autant, elle n’a pas l’air d’être contre puisqu’elle me laisse son numéro. Ça me permet de déculpabiliser un peu.

Par contre je culpabilise à mort vis-à-vis de Julie. Je sais bien que je ne la trompe pas, vu qu’on n’est pas ensemble. Pourtant, c’est l’impression que je me fais. Comment je peux prétendre être amoureux d’elle et vouloir être avec elle alors que je me tape Oriana ?

Je laisse ma tasse de café sur la machine et file en ville. Je m’arrête dans un institut avant de passer chez un fleuriste.

- Et que votre livreur fasse bien comme j’ai dit, OK ?
- Oui monsieur Manelli. J’insisterai bien auprès de ce dernier sur ce point.

Je quitte la boutique et rentre chez moi. Je ne quitte pas mon appartement du week-end.

Le lundi matin, je suis encore dans mon lit quand je reçois un sms de Julie. Je sais déjà que ce ne sera ni un compliment ni un gentil bonjour, bien au contraire, mais ça me fait plaisir d’être réveillé par elle.

‘’ je n’ai pas besoin de me détendre, je sors de congé…’’

‘’ on a toujours besoin de se détendre. Je t’aurais bien fais ce massage moi-même, mais tu refuses que je t’embrasse, alors je n’imagine pas si j’essaie de poser les mains sur toi…’’

‘’ ne t’avises même pas d’essayer un jour…’’

‘’je suis sûr que tu penseras le contraire un jour…’’

‘’ l’espoir fait vivre…’’

Dans la journée, je passe à la bijouterie récupérer une montre dont un maillon du bracelet était cassé. En passant devant une vitrine, j’ai eu une idée. Sans doute une folie, mais tant pis.

Quelques jours plus tard, je quitte le magasin une heure avant la fermeture pour m’arrêter chez Julie avant qu’elle ne rentre du travail. Je dépose un carton devant la porte d’entrée avant de remonter dans ma voiture.

Je tourne au coin de la rue et aperçois Julie avec la petite dans mon rétroviseur.

Je retourne au magasin, impatient qu’elle m’envoie un sms. Je tourne comme un lion en cage, limite sur les nerfs, ne supportant plus les questions de mes employés.

Mon portable vibre enfin dans ma main.

‘’ comment tu as su que les miennes sont mortes ?’’

‘’ j’ai fait quelques recherches sur toi sur les réseaux sociaux. Depuis la naissance de la petite, tu t’es faite plutôt discrète, mais avant ça tu postais pas mal de trucs. J’ai vu la publication où tu dis que tes pompes sont HS…’’

‘’ je ne cours plus depuis un moment…’’

‘’c’est l’occasion de t’y remettre si tu en as envie’’

J’espère qu’elle ne le prendra pas comme une critique, je la trouve magnifique telle qu’elle est. Mais j’ai cru comprendre que ça lui manque de courir et de faire du sport. Et j’ai envie qu’elle puisse faire ce dont elle a envie.

Le lendemain soir, il est temps que je mette en place un plan pour lui faire parvenir ma folie de la bijouterie.

Je passe au cabinet comptable où elle bosse pour tenter de voir la femme de ménage. Mais personne, le bâtiment est fermé, aucune lumière à l’intérieur. Je tenterai ma chance demain matin.

La femme de ménage doit sûrement arriver vers 6h. C’est donc à cette heure là que je me poste devant la porte de l’immeuble. Je ne me suis pas trompé puisqu’elle arrive deux minutes après moi.

- Vous voulez quoi ? Me lance-t-elle.
- J’ai un service a vous demander. Il faudrait que j’accède à un bureau pour…
- Hors de question, me coupe-t-elle. Je ne veux pas perdre mon boulot !

Je sors l’écrin de ma poche.

- C’est l’anniversaire de ma petite amie, je voudrais lui faire une surprise…
- Mais si ça s’apprend, je vais avoir des problèmes moi…

Je lui tends 2 billets de 50 euros pour finir de la convaincre.

- Et si jamais votre patron vous pose un problème, appelez moi, lui dis-je en lui tendant ma carte.

Je monte déposer l’écrin et l’enveloppe sur le bureau de Julie.

Il ne me reste que 10 jours avant de devoir renoncer à elle. Je lui ai promis de laisser tomber si au bout d’un mois je n’avais pas obtenu gain de cause. Je suis un homme de parole. Et du coup je commence à désespérer.

Il est bientôt 8h30, elle ne devrait plus tarder à arriver au bureau.

8h31, mon téléphone sonne. Je suis content qu’elle m’appelle comme je le lui ai demandé. J’aime tellement entendre le son de sa voix.

- Tu vas pas me dire que tu avais ton téléphone en mains en attendant que je t’appelle ?
- Non du tout, j’étais en train de consulter mes mails, je mens.
- Et comment tu as fait pour que le paquet m’attende ce matin ?
- J’ai soudoyé la femme de ménage qui s’occupe de vos bureaux le matin. Elle a été difficile à convaincre, j’ai du lui dire que c’était pour faire une surprise à ma petite amie pour son anniversaire.

Un petit blanc s’installe.

- Premièrement, je ne suis pas et ne serai jamais ta petite amie. Et deuxièmement, comment tu sais que c’est mon anniversaire ?

J’essaie de masquer la déception suite à sa phrase.

- Je te l’ai dit hier, je me suis renseigné sur toi… et sinon, elles te plaisent ?
- Elles sont magnifiques, mais tu as conscience que je ne pourrais jamais porter ces boucles d’oreilles ? Elles vont rester dans leur écrin au fond d’un tiroir. Elles sont bien trop chères pour que je puisse me les payer. Tu n’aurais pas dû.
- Contrairement à tous les autres cadeaux que je t’ai fait, ça ce n’était pas prévu, justement pour cette raison. Mais ça été plus fort que moi : je suis allé dans une bijouterie faire réparer ma montre et quand je les ai vues dans la vitrine, je t’ai toute de suite imaginée avec… je suis sûr qu’elles t’iraient à merveille. D’ailleurs, je pense avoir pour toi une occasion de les porter....
- Vas-y, développe. Mais je m’attends au pire… souffle-t-elle.
- Je croyais que tu avais finalement passé une bonne soirée…
- Certes, mais j’en peux plus de mentir à Romain.
- Il y a un moyen très simple de mettre fin à tout ça Julie. Cède à mes avances.
- Jamais. Alors maintenant dis moi ce que tu veux encore.
- Une photo, de nous deux…

Je remarque sa surprise dans sa voix.

- Pourquoi tu veux une photo ?
- Pour ma mère. Elle me tanne depuis qu’elle t’a rencontrée. Elle nous a trouvé, je cite, ‘’trop mignons, le couple parfait…’’ et veut absolument à ses copines le bonheur de son fils.
- De toute façon, je crois que je n’ai pas trop le choix, non ?
- En effet. Du coup, je passe te récupérer quand tu sors du boulot pour te ramener chez toi. On en profitera pour faire une belle photo…
- Je te demanderais juste de te garer dans la rue perpendiculaire à celle où je bosse, mes collègues n’ont pas besoin de me voir monter dans la voiture d’un autre homme que mon mari…
- Ça me va, du moment que je te vois.

Je raccroche.

Je pense toute la journée au moment où je vais la rejoindre. Quand j'arrive au carrefour où elle m'a demandé de l'attendre je suis un peu anxieux. Je suis appuyé à ma voiture quand je l'aperçois. Je suis surpris de voir qu'elle ne me quitte pas des yeux.

Je m'approche doucement d'elle et elle sursaute légèrement quand je touche sa joue.

- Je rêve ou tu me matais ?
- Pas du tout, ment-elle. J’étais justement en train de me dire à quel point tu étais vaniteux !
- Toujours autant de compliment dans votre bouche, Madame/

Je dépose un baiser sur sa joue.

- Allez monte, je lui dis. On va aller se poser dans un parc pour faire cette photo, j’ai dit à ma mère qu’on allait souvent se promener, que tu aimais bien ça.

En arrivant au dit parc, elle met les boucles d'oreilles mais ne parvient pas à les fermer.

- Viens, je t'aide, je lui propose.


Elle penche la tête de coté, dégageant sa nuque. Debout derrière elle, je ne peux m'empêcher de l'y embrasser.


- J’accepte déjà beaucoup de choses Thomas, évite d’en abuser s’il te plaît.
- Désolé, dis-je dépité.

Je l'attrape par la main, enroulant mes doigts autour des siens et l'emmène vers un banc.

On fait une première photo, qui est parfaite, mais je commence à me dire que je n'arriverai pas à la faire craquer, alors j'ai envie d'avoir un souvenir de cet instant.

- Une deuxième, au cas où ? Je demande.

Elle hoche la tête, et je l'embrasse sur la joue au moment de prendre la photo.

- Tu peux me ramener maintenant ? Faut que j’aille chercher la petite à la MAM.
- Si tu veux…

J'avais espéré pouvoir profiter d'elle un petit peu, mais visiblement ma compagnie lui déplaît vraiment beaucoup.

Je la dépose devant chez elle, c'est tout juste si elle me dit au revoir en sortant de la voiture. Je redémarre, fait 500m et me gare.

J'étais tellement content à l'idée de la voir et maintenant je suis de nouveau sur les nerfs. Je prends mon portable et envoie un sms à Oriana :

« rejoins moi dans 10 minutes à l'Hôtel des pins, je t'attendrai devant la porte »

10 minutes plus tard, elle me rejoint devant l'hôtel.

Je vais payer une chambre à la réception, sous le regard plus que complice de l'employé.

- Si tu veux, je te laisse ma place quand j'ai fini, je suis sûr qu'elle dira pas non, je lui chuchote.

Il baisse alors les yeux.

Arrivés dans la chambre, je referme la porte derrière moi. Elle s'approche pour m'embrasser, mais je la repousse doucement.

- Je te préviens, je vais être brutal...
- Plus que quand tu m'as enculée sans me prévenir ?
- Ça t'a plu, alors fais pas ta choquée, sinon je ne te le ferai plus... et oui, je risque d'être plus brutal que ça... je voulais juste que les choses soient claires et que tu puisses faire demi-tour si cela ne te conviens pas.

Elle passe ses bras autour de mon cou et murmure à mon oreille :

- ça veut dire que tu envisages déjà la prochaine fois ?
- Je n'en sais encore rien, tout ce que je sais c'est que j'ai envie de te baiser à t'en faire mal ! Alors tu es sûre de toi ?








Les avis des lecteurs
July2

Pour ceux qui demandent la suite, je suis en train de l'écrire. Mais c'est pas évident de faire que ce ne soit pas redondant quand on écrit la même chose de 2 points de vue différents. J'essaie de faire au plus vite =')

 
 

Bon sang que Thomas laisse tranquille une fois pour toute la vertueuse Charlotte et se contente pour son hygiène de tirer un bon coup de temps en temps avec une fille comme Oriana

 
July2

Tout d'abord merci de vos commentaires, que ce soit sur ce texte ou sur les autres, ça me fait vraiment plaisir de savoir que ce j'écris vous plaît :-)

Concernant le fait de me mettre dans la peu d'un homme, je ne le dirais pas vraiment comme ça. J'écris les choses comme elle me vienne. Et puis, pour ceux qui ne le savent peut-être pas encore, j'ai un homme dans ma vie (j'avais un précédent compte HDS, July, et j'y ai posté une histoire plutôt fidèle de notre histoire d'amour, Le chemin de l'école) , très démonstratif de ses émotions et très explicite de ses envies sexuelles. Ça aide pour écrire.

 
Socola

Très belle histoire vivement la suite hâte de voir si la belle finit par céder aux avances

 
 

Vite la suite
Trop bien

Merci bcp pour cette histoire

 
Benoit gourmand gourmet

Je n'en peux plus ... la suiiiiitttttteeeeeeee!!!!!!!!!!!!!!!!
comment arrives tu a te mettre dans la peau d'un homme .....?

 
 

Vite, la suite! excellent :)

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par July2


 
La femme de mon employé, partie 2 - Récit érotique publié le 20-11-2017
 
Le patron de mon mari, version 2, partie 2 - Récit érotique publié le 23-10-2017
 
Le patron de mon mari, version 2, partie 1 - Récit érotique publié le 21-10-2017
 
La femme de mon employé, partie1 - Récit érotique publié le 19-10-2017
 
Coup de coeur entre artistes 15 - Récit érotique publié le 08-09-2017
 
Coup de coeur entre artistes 14 - Récit érotique publié le 06-09-2017
 
Coup de coeur entre artistes 13 - Récit érotique publié le 04-09-2017
 
Coup de coeur entre artistes 12 - Récit érotique publié le 26-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 11 - Récit érotique publié le 24-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 10 - Récit érotique publié le 22-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 9 - Récit érotique publié le 20-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 8 - Récit érotique publié le 18-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 7 - Récit érotique publié le 16-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 6 - Récit érotique publié le 14-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 5 - Récit érotique publié le 12-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 4 - Récit érotique publié le 10-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 3 - Récit érotique publié le 08-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes 2 - Récit érotique publié le 06-07-2017
 
Coup de coeur entre artistes. - Récit érotique publié le 02-07-2017