S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Philippe.

- Par l'auteur HDS Olga T -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Olga T [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email :

• 51 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.7 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.9
• L'ensemble des récits érotiques de Olga T ont reçu un total de 239 467 visites.

sexe récit : Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Phili Histoire érotique Publiée sur HDS le 19-10-2017 dans la catégorie Plus on est
Tags: Candaulisme  Cocufiage adultere  Triolisme 
Cette histoire de sexe a été affichée 2768 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 2 votes ): Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Phili ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Phili ( 10.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Philippe.

En un peu plus d'un an, j'avais, de façon spectaculaire, complètement inversé la situation.

Fin 2010, Philippe était encore mon mari et j'avais rencontré Hassan, qui était devenu mon amant. Un an après, j'étais divorcée de Philippe, je venais d'épouser Hassan et j'avais un amant depuis la soirée même de mon mariage : Philippe !

Beaucoup me blâmeront en disant que je ne sais pas ce que je veux. Ils ajouteront qu'en égoïste, je n'ai pas supporté de perdre Philippe au profit de ma rivale Flavienne et donc que j'ai tout fait pour remettre la main sur lui.

Je reconnais que le fait que Flavienne m'avait « volé » Philippe m'avait profondément vexé et donc que le reconquérir était un point d'honneur pour moi.

Mais je ne suis pas la seule responsable de cette situation très particulière. Philippe, de son côté, vite déçu par Flavienne, a tout fait également pour revenir en arrière. Il faut dire que l'homme qui m'a draguée et baisée le jour même de mon mariage avec Hassan était très différent du Philippe que j'avais connu près de 12 ans auparavant, qui était réservé et complexé.

Pour parvenir à ses fins, Philippe s'est affirmé et c'est en mâle qu'il m'avait reconquis.

La victime dans tout cela est évidemment Hassan. Je me suis particulièrement mal comportée avec lui, je le reconnais. Il faut dire que son intransigeance et sa brutalité n'ont pas facilité les choses.
Il avait refusé fermement le trio, que je souhaitais, et qui aurait tout réglé. Il pensait que ses performances sexuelles, en effet hors du commun, suffiraient à me « calmer ». Mais surtout, il voulait construire un modèle de couple qui ne correspondait absolument pas à la femme que je suis. Il voulait faire de la volcanique Olga une épouse et une mère de famille classique, avec l'ambition affichée de me mettre enceinte aussi souvent que possible. Cela s'accompagnait aussi d'un enfermement de fait et l'obligation de m'adapter à un mode de vie, à des tenues vestimentaires et, à terme, à une religion qui ne sont pas dans ma nature. Sans parler des manières d'Hassan qui avaient changé, de son caractère autoritaire, de son machisme, de sa jalousie maladive.
J'ai docilement accepté de me soumettre à tout cela jusqu'au mariage. Pourquoi ? Parce que, d'une part, je vivais ça comme une punition pour mon mode de vie antérieur et mes fautes, au premier rang desquels je plaçais le fait d'avoir perdu l'homme de ma vie. Et ensuite parce que je ne voyais pas d'autre perspective.


NUIT DE NOCES, NUIT DE RUPTURE

La nuit de noces a marqué la vraie rupture avec Hassan.

Pour dire la vérité, j'aurais voulu, dès ce soir-là, quitter le domicile conjugal et suivre Philippe. Celui-ci m'en a dissuadé. Il m'a expliqué qu'un tel comportement aurait certainement pour conséquence que la garde de ma seconde fille soit entièrement attribuée à son père. Il fallait donc que je patiente. Il ajouta, avec un sourire pervers : « en outre, ça m'excite beaucoup de faire cocu ce macho ! »

Je devais admettre qu'il avait raison et qu'il fallait laisser un peu de temps.

Je sortais seulement d'un divorce, en entamer immédiatement un autre aurait eu des conséquences désastreuses.

Au bout du repas de noces, c'est donc Hassan que j'ai dû suivre. J'en avais les larmes aux yeux, car c'est Philippe que je voulais accompagner, car je savais que j'étais à lui et seulement à lui.

J'avais pu trouver quelques instants dans un endroit discret pour dire au revoir à mon homme. Nous avons échangé de longs baisers passionnés, je pleurais, il essayait de me calmer. Pire, il m'encourageait à baiser avec Hassan.

- Chéri, l'idée qu'il va me sauter dessus m'est insupportable, c'est de toi et seulement de toi que j'ai envie désormais.

- Mon Olga, n'éveille pas ses soupçons. Hassan est un bon baiseur, tu me l'as toujours dit. Alors, profites-en bien, envoies toi en l'air. Je sais que tu ne l'aimes plus et que tu es à nouveau à moi, seulement à moi.

- Tu sais, mon chéri, je prends à nouveau en cachette la pilule. Il n'est pas question que cet homme me fasse d'autres enfants. Le prochain, ce sera toi qui me le feras, car tu es mon vrai mari, Philippe.

- Ma chérie, mon plus cher désir est de vivre avec toi. Mais je veux que, de ton côté, ce soit murement réfléchi. Que ce ne soit pas sur un coup de tête.

- Si je comprends bien, tu me livres à lui. Tu cours le risque qu'il sache me reconquérir, tu le sais. Aucun homme ne me donne plus de plaisir qu'Hassan, même toi, même si c'est toi que j'aime.

- Et bien je cours ce risque. Pour le moment tu seras ma maîtresse. Ca me plait ce rôle d'amant, que tu viennes me rejoindre, que tu deviennes ma putain.

- Mais chéri, il va m'enfermer. Comment ferons-nous ?

- Ne t'inquiète pas, tu trouveras de bonnes raisons pour sortir. Christine m'a déjà promis de nous aider. Elle va s'occuper d'Hassan. Manifestement, elle lui a tapé dans l'oeil. Cette coquine fera ça pour nous et pour son propre plaisir.

- Mon Dieu, l'idée de vivre avec lui m'est désormais insupportable !

- Nous verrons si, malgré ton hypersexualité, tu es capable de donner la priorité à tes sentiments plutôt qu'à tes instincts. A ton coeur plutôt qu'à ton cul. Ce qui ne doit pas t'empêcher de prendre ton pied pendant qu'il te baise. Pense à moi, au moment où tu me rejoindras.

- En quelque sorte tu me mets à l'épreuve ! Tu veux éprouver la force de mes sentiments pour toi.

- Oui et quand j'estimerai que nous serons prêts, tu le quitteras et nous vivrons à nouveau ensemble.

- Comme avant ?

- Oui et non. Oui, car je t'aime trop et j'aime trop te voir jouir pour être ton seul amant. Non, car désormais, Olga, il n'y aura plus de Rachid ou de Hassan entre nous.

- J'accepte tout, pourvu que tu me pardonnes ce que j'ai fait et que je puisse vivre avec toi.

- Bientôt chérie. Vas le rejoindre, il doit trouver que nos adieux sont particulièrement longs. Il nous jette des regards suspicieux.

C'est donc Hassan que je me suis vu contrainte, devenue Madame Z., de suivre. Hassan était en colère. Il serrait avec violence mes poignets.

- Enfin ! sache que tu n'auras plus jamais l'occasion d'avoir de tels apartés avec ce type ! C'est à cause de lui, de ses fantasmes et de ses vices que tu étais devenue une putain. C'est fini ça, tu es à moi désormais et seulement à moi. Tu es désormais Madame Z, une mère de famille respectable.

- Mais Hassan, nous parlions de Lucie, tu sais bien que la petite a été malade cette semaine. Arrête cette jalousie et calme-toi, tu me fais mal !


Devant les derniers invités encore présents, dont Philippe, Hassan affirmait ses droits :

- Mes amis, vous voyez cette magnifique femme, elle est à moi et désormais à personne d'autre.

Il me faisait sentir contre moi sa formidable érection. C'était incroyable : pour la première fois, ça ne provoquait chez moi aucune excitation. Il se mit à m'embrasser fougueusement, à se serrer contre moi pour que je sente son désir, et à me caresser. Ses mains étaient sur mes fesses. Ses amis l'encourageaient, avec des commentaires qui prouvaient que pour eux je n'étais que la putain, la kahba. Hassan sentait bien que quelque chose n'était pas normal, car je répondais à son baiser, mais avec beaucoup de retenue.

Même Philippe jouait le jeu et encourageait Hassan :

- Elle est en effet à toi désormais, Hassan ! Rends-la heureuse ! Fais la bien jouir !

- Tu peux compter sur moi, je vais la faire couiner de plaisir et je peux te dire que, dès ce soir, elle attendra mon second enfant.

Pendant le chemin du retour à la maison, pour éviter qu'il ne vienne, avec ses doigts, explorer ma chatte ou mon anus qui étaient encore remplis de la semence de Philippe, je pris soin de tailler une pipe à Hassan. Il me repoussa avant de jouir, disant qu'il se réservait pour me baiser.

Lorsque nous sommes arrivés chez nous, il manifesta son impatience. Je réussis à le repousser :

- Un instant chéri, j'ai besoin de prendre une douche avant que tu m'honores !

- Mais ma chérie, j'aime te prendre quand tu es trempée et je sais bien que tu attends ce moment-là depuis le début de la soirée. Laisse-moi fouiller ta chatoune, tu dois être trempée et béante ! J'aime quand tu es ainsi, ton odeur de femelle en chaleur.

Je suis devenue pâle. S'il faisait ça, il verrait que la chatte de son épouse était pleine de sperme, la semence d'un autre.

- Chéri, s'il te plait, il faisait vraiment très chaud dans cette salle, j'ai beaucoup transpiré ! J'ai besoin d'une douche, c'est une question d'hygiène.

- Je t'accompagne sous la douche, j'ai trop envie de te baiser, ma salope !

- Hassan, c'est notre nuit de noces, en tant que mari et femme. Je veux du classique, dans notre lit conjugal ! Laisse-moi quelques minutes pour me préparer.

Il fit la moue, mais finit par me laisser aller prendre ma douche. Je pris mon temps, celui de me laver intensément, car je pensais que, dans quelques instants j'allais être souillée par un homme que je n'aimais plus mais que je détestais peu à peu désormais. Pour me donner du courage, je me masturbais, en pensant à celui qui occupait désormais toutes mes pensées.

Hassan m'attendait sur le lit, nu. Il avait, comme à son habitude, une formidable érection. Je m'allongeais également sur le lit, le plus loin possible de lui.

Hassan se rapprocha, et constata que je répondais mollement à ses sollicitations et son désir. C'était bien la première fois dans ma vie d'hypersexuelle que je montais froide envers un homme comme celui-là, qui pourtant était un amant hors pair.

Je tournais la bouche pour fuir ses baisers, je refusais de lui faire une fellation ou de le toucher, je ne réagissais pas à ses caresses.

- Qu'est-ce qui se passe Olga, tu n'as plus envie de moi ? Aujourd'hui tu as librement choisi de devenir Mme Hassan Z. Tu as choisi librement !

- Fais ce que tu as à faire, qu'on en finisse. Il n'y a pas besoin de préliminaires. Je suis désormais ton épouse, je dois faire mon devoir conjugal, je le ferai ! Alors, vas-y, qu'est-ce que tu attends, prends-moi !

- Ah c'est comme ça ! Attends un instant, petite allumeuse, sale garce, je vais te faire gueuler de plaisir.

Il me pénétra alors sans autre forme de procès et s'enfonça jusqu'à la garde. Je n'étais pas lubrifiée, je n'étais pas excitée, je ne mouillais pas. Je n'étais pas préparée du tout, je me sentais comme un animal qui allait être saillie par un mâle.

Bien qu'habituée à être prise par des queues de la taille de celle d'Hassan ou même plus conséquentes, pour la première fois depuis longtemps, je ne ressentais pas de plaisir, au contraire. Je me laissais faire, mais j'avais mal, le sentiment d'être prise de force. Il s'en rendait compte et il était furieux :

- Tu vas jouir enfin, salope ? Une putain comme toi, quand elle se prend une queue comme la mienne, elle grimpe aux rideaux. C'est ce que tu as toujours fait avec moi, non ?

- Je suis ton épouse, tu peux me posséder. Je n'ai pas l'obligation de jouir. Allez, vide-toi en moi, qu'on en finisse !

- Ah, c'est ça ! Puisque tu te comportes ainsi, je vais te traiter comme la putain et le vide-couilles que tu es et ce sera comme ça tant que tu ne reviendras pas à un comportement normal ! Tourne-toi ! Puisque tu ne veux pas jouir, tu vas gueuler, mais d'une autre façon !

- Non, Hassan, pas par-là s'il te plait. Je ne suis pas excitée, pas prête. Avec ton calibre, tu vas me faire très mal !

- Je vais me gêner ! Prends-ça ! Tu ne pourras pas t'assoir avant un moment !

- Ahhhhhh!

J'étais habituée à me faire sodomiser, et j'aime ça, mais jamais ça ne m'avait fait aussi mal. Je criais, je pleurais, pas de plaisir, mais de douleur. J'avais l'impression d'être transpercée. J'essayais de penser que, quelques heures plus tôt, Philippe, mon chéri, m'avait fait beaucoup jouir en passant par cette même voie étroite.

Hassan se déchainait sur mon anus. Il me faisait payer mon comportement.

- Tu as mal, petite putain ? Je vais te casser le cul !

- Oui, tu me déchires, arrête, je n'en peux plus.

- Tu n'as qu'à te branler le clito, ça te soulagera ! C'est bon de te forcer ainsi. Tu es bien serrée. Tu es bonne !

Hassan mit fin au supplice, car il voulait se vider dans ma chatte. Hassan s'est mis à me besogner comme il savait faire, à me pilonner. Je me concentrais, pour faire en sorte d'être ailleurs. Il possédait mon corps, pas mon âme. Je tournais mon visage, refusant absolument de lui donner mes lèvres. Me couvrant d'insultes, il me baisait avec une violence inouïe, il ne se serait pas comporté autrement s'il m'avait forcé.
Je retenais mes gémissements, même si mon corps par moment me trahissait. Je maudissais cette jouissance qui venait contre ma volonté.

Je poussais un léger cri de plaisir au moment où Hassan se vidait en moi. Je refusais à nouveau qu'il m'embrasse et ne pus m'empêcher de dire, dans un état second, mais avec la volonté de le provoquer : « Philippe, je t'aime ».

La réaction fut violente. La gifle partit instantanément : « salope ! »

Hassan se leva et alla finir la nuit dans la chambre d'ami. Dès ce soir-là, notre mariage était de fait terminé.

Désormais, Hassan se comportait envers moi avec une grande brutalité. Il n'y avait plus entre nous la moindre tendresse. Quand il s'adressait à moi, c'était pour me faire des reproches sur la tenue de la maison, sur mes talents de cuisinière, sur les soins apportées à "sa" fille. Il veillait à m'humilier particulièrement devant ses amis et devant sa famille, enocuragé par Kamel et surtout par Hassna qui lui recommandait de me punir "comme elle mérite".

J'avais toujours malheureusement droit à nos relations quotidiennes fréquentes, dès qu'il avait envie de se vider les couilles. Ce qui avait été pour moi un immense plaisir était devenu un chemin de croix. Le mâle se contentait de me saillir, attentif à son seul plaisir. Cela se passait quand il avait envie.

- Descends ta culotte et penche toi sur la table, je vais te la mettre.

J'obéissais, en espérant que ça se finisse le plus tôt possible. La douleur que me provoquaient ces étreintes brutales, presque bestiales, me permettaient de contrôler la montée du plaisir qui venait malgré moi. Il me fallait quelquefois me mordre au sang pour éviter l'orgasme, car je ne voulais à aucun prix lui donner cette satisfaction.

Le pire c'était les sodomies, qui étaient particulièrement douloureuses.

Hassna nous surpris un jour en plein coit. Hassan s'excuse...auprès d'elle pour le spectacle. Elle lui répondit:

- Ne t'excuse pas mon cousin, tu es chez toi et c'est ta femme. Vas-y, continue, ne la ménage surtout pas, c'est comme ça que tu dois traiter cette prostituée!

On me dira que j'aurais pu et dû quitter rapidement le domicile conjugal avec mes filles. J'étais résolue et impatiente de quitter Hassan, mais seulement quand Philippe aurait estimé que j'aurais choisi en connaissance de cause. Je comprenais que Philippe m'imposait cette épreuve, en prolongeant ma cohabitation avec Hassan. Je l'acceptais parce, comme je l'ai déjà dit, cela me semblait être une juste punition pour mon comportement passé.

Tout avait en effet complétement changé dans ma vie depuis « mes retrouvailles » avec Philippe, en clair depuis que nous étions redevenus amants. Le coup de foudre que j'avais ressenti pour Philippe le soir du mariage avec Hassan ne retombait pas. J'aurais aimé être en permanence avec Philippe, et, à chacune de nos rencontres, il m'apportait à la fois le plaisir et la tendresse.

Nous devions trouver des trésors d'imagination pour ces moments d'intimité. J'avais mes deux enfants en bas âge dont je devais m'occuper, ainsi que mon foyer où j'étais au service de « mon seigneur et maître ». Et lorsqu'Hassan était absent, j'étais sous la surveillance de l'un de ses proches, notamment de son infâme cerbère Hassna.

J'avais pu desserrer l'étreinte grâce à Christine (qui, à ma demande, était devenue la maîtresse d'Hassan, mais ça désormais je m'enfichais, au contraire ça me servait) et une autre amie, Christelle, que j'avais connue au centre social du quartier.

Avec Philippe, on se voyait donc le plus souvent possible et nous avions réussi à faire en sorte que le mari trompé n'en sache rien. Tous les endroits étaient propices pour nos étreintes : chez lui, à l'hôtel près de son bureau, à son bureau, dans sa voiture, dans des parkings. Nous avions souvent peu de temps, ces moments étaient intenses et torrides.
Nous savions qu'il faudrait de toute façon crever l'abcès et que ce ne serait pas facile, tant Hassan avait investi dans la construction de son couple. Mais, dans un premier temps, Philippe savourait cette situation où il était l'amant de son ex-femme.


J'ai dit que Philippe avait beaucoup changé. Il y avait un point où il n'avait pas changé et ne changerait jamais, c'est qu'il était resté profondément candauliste.

RENOUER AVEC LE CANDAULISME

Je me souviens de la première fois où, depuis nos retrouvailles, où Philippe me partagea avec d'autres hommes. Il me montrait ainsi que le candaulisme que nous pratiquerions désormais était différent, il y jouerait un rôle majeur, sans qu'il soit besoin d'avoir recours à un Rachid pour organiser mes plaisirs ? Nos plaisirs. C'est Philippe et lui seul qui voulait désormais s'en occuper. J'étais à lui, plus à Hassan.
Nous étions un jeudi soir, aux alentours de 22 heures. Les enfants étaient couchés et nous regardions la télévision, Hassan et moi, quand le téléphone a sonné. Je suis allée décrocher le combiné.

- Allô !

- Ça tombe très bien que ce soit toi qui décroche ma petite salope, je voulais te parler.

C'était Philippe. Cela faisait quinze jours que je n'avais pas fait l'amour avec lui. Quinze jours sans nouvelles de lui d'ailleurs. Entendre sa voix et les mots qu'il m'adressait m'ont rendue toute fébrile. J'étais tellement heureuse de l'entendre.

- Hassan est près de toi, me dit Philippe.

- Oui, il est là, tu veux lui parler ?

En disant cela je n'avais qu'une envie, qu'il me dise non. Hassan me regardait et son regard m'interrogeait sur mon interlocuteur.

- Je vais lui parler ensuite, me répondit Philippe, mais d'abord c'est à toi que je veux parler. Réponds à mes questions par oui ou par non pour ne pas attirer son attention. D'accord ?

- Oui, je suis d'accord, lui dis-je en évitant les yeux de mon mari.

- La liberté que tu avais auparavant te manque, n'est-ce pas ?

- Oui

- En fait tu es en manque d'autres bites, petite salope, ta chatte ne doit plus en pouvoir, je ne me trompe pas ?

- Non, tu as raison.

- Eh bien je vais remédier à ton manque de queues, viens samedi à vingt heures chez moi, débrouille-toi comme tu veux pour te libérer de ton mari, mais sois là sans faute. Habille-toi d'une robe courte, mi-cuisses. Je t'attendrai pour m'occuper de tous tes orifices. Tu es partante, ma salope ?

- Oui, bien sûr.

- Passe-moi ton mari et à samedi.

- Hassan, c'est Philippe pour toi, lançai-je à mon mari.

J'étais troublée et terriblement excitée. Je n'avais qu'une envie, que le temps passe vite et qu'il soit rapidement samedi soir. Pendant qu'Hassan et Philippe discutaient, je filai aux toilettes pour essuyer mon entrecuisse. Comme d'habitude, les propos de Philippe avaient eu leur effet et ma culotte était trempée. J'en profitai pour me caresser légèrement le clito en imaginant que c'était la langue de Philippe qui me léchait.
Le samedi arriva enfin. J'avais raconté à mon mari que je devais passer la soirée chez mon amie Christelle qui avait besoin de discuter avec moi. Hassan avait fini par relâcher un peu la bride et avait confiance en Christelle, à tort. Hassan était désormais habitué à ce genre de soirée entre Christelle et moi. Bien entendu, comme chaque fois, il n'y avait pas de soirée prévue avec mon amie, celle-ci me couvrait.

Je m'étais préparée de façon à plaire à Philippe, pour qu'il soit content de moi. J'avais mis une petite robe, très sexy, assez courte, qui mettait en valeur mes jambes et mes petits seins. La veille, j'avais passé une heure chez l'esthéticienne pour être appétissante. J'avais le sexe épilé. Il ne restait qu'un filet de poils pubiens. Lorsque je suis allée souhaiter une bonne soirée à Hassan, qui devait garder les filles, il m'a regardée attentivement de la tête aux pieds, m'a attirée vers lui et a passé sa main entre mes cuisses.

- Eh bien, que fais-tu là ' lui dis-je gênée.

- Si je ne te connaissais pas aussi bien, me dit-il avec un ton rempli de reproches, je penserais que tu vas rejoindre un homme dans cette tenue. Tu es habillée comme si tu allais chasser le mâle. Alors je vérifiais si tu n'avais pas oublié de mettre une culotte?

- Mais tu es fou, bébé, lui répondis-je, je t'aime, j'ai changé et je serais incapable de te tromper (en disant ces mots, je ne pensais qu'à une chose, à la surprise que Philippe avait préparé pour moi).


- Je suis désolé Olga, mais des fois je ne comprends pas la façon dont tu t'habilles pour aller chez ta copine. Tu dis que tu m'aimes, mais ton comportement depuis notre mariage est vraiment étrange.

Suite à cet échange, et pour la première fois depuis notre mariage, j'ai embrassé amoureusement Hassan et je suis allée prendre ma voiture pour rejoindre mon ex-mari, devenu mon amant, chez lui. J'étais dans un état d'excitation très avancé. Je ne pensais qu'au moment où Philippe allait ouvrir la porte et me serrer contre lui. Avant de démarrer et de prendre la route, je choisis d'enlever ma culotte. Pour deux raisons. La première c'est parce que je savais que j'allais mouiller abondamment et que si Hassan se doutait de quelque chose, il pourrait avoir l'idée de vérifier l'état de ma culotte. La seconde raison, c'est que Philippe adorait que je me promène sans rien sous mes jupes et robes. Il aimait savoir que ma chatte était disponible aux regards et aux touchers. Je dois dire que je suis habituée à ne plus rien porter sous mes jupes et robes.
Je suis arrivée chez Philippe vers vingt heures quinze. Je sonnai à l'interphone et montai par l'ascenseur. Arrivée sur le palier, je n'en pouvais vraiment plus. Tous mes sens avaient envie de Philippe. Je sentais déjà ma chatte ruisseler de ma mouille. Lorsque Philippe a ouvert la porte je me suis jetée à son cou et je l'ai embrassé passionnément. Philippe était élégant. Il avait enlevé sa veste et avait une cravate. Il me souleva et me porta vers le salon, sa main ostensiblement porté sur mes fesses. Il avait une vue imprenable sur mon décolleté. Cette entrée en matière avait accru mon excitation.
Mais grande fut ma surprise quand, après cette embrassade, il m'a dit en me posant au sol pour me laisser voir le salon :

- Je n'ai pas besoin de te présenter Pierre et Olivier.

En effet. Pierre avait été le témoin de Philippe à notre (premier) mariage et aussi l'auteur de mon premier adultère, auquel j'avais fini par céder, tant Philippe m'y avait poussé (voir récit n°5). Je ne l'avais pas revu depuis. Quant à Olivier, il était un ex-collègue de Philippe et, avec son complice Serge, un des ordonnateurs de mes débauches au cours de la « période Rachid »
Je devais être rouge écarlate. J'avais embrassé à pleine bouche Philippe devant eux. Ils savaient donc que j'étais devenue la maîtresse de mon ex-mari et devaient se douter que j'étais retombée dans mon hypersexualité.

- Ravi de te revoir Olga. Hassan n'est pas avec toi, demanda Pierre, qui connaissait mon nouveau mari

Je répondis, très mal à l'aise :

- Non, il n'a pas pu se libérer, il fallait s'organiser pour la garde des filles.

- Eh bien, ce n'est pas pour nous déplaire, charmante Olga !

Je sentais une immense chaleur sur mes joues. Il me draguait ouvertement. Je ne pouvais rien dire sous peine qu'il raconte à Hassan ce qu'il avait vu entre Philippe et moi. Je ne pensais qu'à une chose, qu'Olivier et Pierre s'en aillent très vite après le repas et que Philippe me donne tout le plaisir qu'il m'avait promis. Naïvement, je n'imaginais pas encore ce que Philippe avait manigancé. Pourtant, le connaissant, j'aurais dû me douter qu'il voulait faire coup double : renouer le couple entre candaulisme et hypersexualité.

Nous avons pris l'apéritif dans le coin salon. J'étais assise sur le canapé avec Philippe à côté de moi. Pierre et Olivier étaient dans les fauteuils en face de nous. Je regrettais d'avoir ôté ma culotte. Ma robe remontait plus haut que mi-cuisses, et je serrais les jambes au maximum pour que ces deux hommes n'aient pas une vue imprenable sur mon intimité. Je n'osais pas bouger. Je voyais bien qu'Olivier avait les yeux fixés sur mes cuisses et était à l'affût de tous mes mouvements. L'apéro n'en finissait pas. Je me sentis enfin soulagée quand Philippe lança :

- Eh bien, passons à table.

Et au moment où je me levais, il me dit dans l'oreille :

- Petite salope, je suis certain que ta chatte est prête à se faire baiser.

Immédiatement je sentis couler entre mes cuisses ma liqueur. Je lui répondis :

- Oh oui je n'attends que ça, je n'en peux plus.

Pendant le repas Philippe, qui était assis à côté de moi, a posé la main sur l'intérieur de ma cuisse. Il l'a remontée doucement jusqu'à mon sexe et l'a effleuré avec ses doigts. Ce simple contact furtif, que j'espérais depuis si longtemps, m'a arraché un soupir non contrôlé. Ce que venait de me faire Philippe, bien que dissimulé par la table, ne faisait aucun doute dans l'esprit des autres hommes. Pour preuve Pierre, pourtant discret depuis le début de la soirée a lancé :

- Eh bien Olga, tu es toujours aussi' sensible, si j'ose dire.

Je baissai les yeux et j'étais à la fois couverte de honte et excitée.

A part cet épisode, le repas s'est très bien passé, je commençais à me décontracter, l'alcool aidant. Et les plaisanteries fusaient. Bien sûr, je sentais qu'Olivier me regardait de façon vicieuse et qu'il me draguait sans prendre de gants, mais je trouvais finalement ça plutôt drôle et je le laissais faire en lui envoyant quelques sourires aguicheurs.


Après le repas, nous avons repris les places que nous avions durant l'apéritif. Je pensais qu'Olivier et Pierre allaient bientôt partir et que j'allais enfin avoir ce que j'étais venue chercher : de la tendresse et du sexe.

Au bout de quelques instants, Philippe s'est collé à moi et m'a embrassé dans le cou. De nouveau la situation me gênait, mais Philippe n'en resta pas là. Il se mit assis sur un fauteuil puis me fit signe de venir, face à lui, sur ses genoux. Il m'a pris la bouche et m'a donné un baiser long et passionné. Il était très excité et il a commencé à me caresser la cuisse. Je sentais que sa main essayait d'écarter mes cuisses et qu'il voulait me caresser la chatte. Je maintenais mes cuisses le plus serré possible pour ne pas m'exhiber devant Olivier et Pierre, mais je voyais bien ce que souhaitait Philippe.
Je n'osais ouvrir les yeux. Soudain, j'ai senti quelqu'un s'approcher. Philippe forçait de plus en plus pour écarter mes jambes et une seconde main est venue se poser sur mon autre cuisse pour l'aider. C'était celle d'Olivier. Petit à petit je cédais et laissais mes cuisses s'ouvrir.

- Oh la cochonne, cria Pierre, elle n'a pas mis de culotte ! Quelle belle chatte !

- Et trempée comme jamais, lança Philippe pendant que ses doigts caressaient l'entrée de mon vagin. Ça doit être parce qu'elle est excitée par votre présence. Vous allez voir comme elle aime toujours la queue, vous allez vous régaler.

Je me risquai à ouvrir les yeux et découvris Pierre debout devant moi, en train de se masturber. Je fixais cette bite dure et tendue devant moi. Je bougeais le bassin sous les caresses de Philippe. Mon excitation était terrible. J'ai tourné la tête et j'ai vu Olivier, lui aussi la queue dure et raide en train de se branler. Au moment où je regardais son sexe, sa main a remplacé celle de Philippe et il a commencé à me caresser la chatte.

J'attrapai à pleine main la bite d'Olivier et je le branlai. Je gémissais, j'étais définitivement retombée dans l'hypersexualité. Le couple classique, même avec un mari aussi performant qu'Hassan, ce n'était pas pour moi.

Et une fois encore, c'est Philippe qui était à l'origine de tout, comme lorsque, près de 5 ans auparavant, il avait mis Rachid sur mon chemin (voir récits n°9 et n°10)

Je me donnais à ces trois hommes, j'avais envie d'eux, de leurs queues, de leurs doigts, de leurs langues. Olivier était certainement le plus excité de la bande, il m'a pris la bouche et me l'a mangée comme rarement on me l'avait fait. C'est à ce moment que j'ai senti une langue, celle de Pierre me lécher le clito.

Je me faisais lécher, j'embrassais alternativement Olivier et Philippe en les branlant. J'ai joui immédiatement :

- Ouiii, que c'est bon ce que vous me faites, encore, encore'

- Salope, me dit Olivier maintenant debout sur le canapé, suce ma bite, vas-y caresse moi les couilles aussi.

Mes amants se sont relayés pour me lécher et se faire sucer. Ils savaient que j?adore sucer des sexes bien raides). Il m'en fallait encore davantage, j'étais excitée comme jamais je n'aurais cru que c'était possible. J'ai joui avec les langues de chacun d'eux. Je hurlais de plaisir. Les trois hommes me disaient des mots crus qui me rendaient folle.

- J'ai très envie que vous me baisiez maintenant, j'ai envie que vous me défonciez la chatte, de vous sentir en moi, dis-je en leur lançant un regard de cochonne.

- Mais bien sûr qu'on va te baiser sale pute, me répondit Pierre, on va même te sodomiser chacun à notre tour et ensuite, un par un on crachera en toi. Chacun dans un de tes orifices, chiennasse! Choisis pour chacun de nous.

Je m'empressai de répondre à cette demande :

- Pierre, je veux que tu jouisses dans ma bouche, j'ai envie de t'avaler, Philippe sera évidemment le premier dans ma chatte, humm et toi Olivier, je te veux dans mon anus.

Un par un, ils m'ont baisée. Le plus vigoureux se révéla être Olivier. Il m'a limé la chatte avec force, très longtemps, ses coups de bite puissants m'ont fait jouir. C'est le seul à m'avoir fait jouir avec sa queue.

Ensuite, ils ont pris possession de mon cul. Je m'offrais à quatre pattes et pendant qu'un de mes hommes me sodomisait un autre présentait sa queue pour que je le suce. Je prenais mon pied. Je n'arrivais pas à m'arrêter, je voulais encore de la queue. Ils étaient trois, mais ils auraient pu être dix, ça ne m'aurait absolument pas gênée. Dans un premier temps, Olivier et Pierre avaient mis un préservatif. Au bout d'un très long moment, Philippe a dit :

- Laissez tomber les capotes, les gars, j'ai confiance en vous. Je veux qu'elle se fasse remplir. Maintenant on va cracher salope, tu vas te faire remplir, et tu rentreras chez toi avec notre foutre dans tous tes trous.

- Oh oui, répondis-je, j'en ai envie, j'aime tellement le jus d'homme, je suis à vous, vous me donnez tant de plaisir avec vos queues bien dures ! Allez-y, je prends la pilule en cachette de mon mari cocu, remplissez-moi !

Philippe m'a baisée en me criant tous les mots crus qu'il sait que j'aime entendre. Pendant qu'il me limait, je suçais tour à tour Olivier et Pierre. Philippe a joui fort en me hurlant que j'étais sa femme, sa putain. Il voulait que je divorce et que nous nous remariions. Cette fois, disait-il, il n'y aurait pas besoin d'un Rachid. C'est lui, et lui seul, qui serait désormais l'ordonnateur de mes plaisirs.

- Oui Philippe, je suis ton épouse et ta putain, je ferai tout ce que tu veux que je fasse.

Lorsqu'il est sorti de ma chatte, je me suis mise à quatre pattes pour offrir mon anus à Olivier. Compte tenu de sa petite taille, il s'est positionné debout derrière moi, a présenté son gland à l'entrée de mon anus et m'a pénétrée brutalement, m'arrachant un cri mêlé de désir et de douleur. Pendant qu'il me sodomisait, je m'enfonçais deux doigts dans le vagin pour recueillir le sperme de Philippe. Je léchais mes doigts.

- Vas y, Olivier, encule-moi fort, prends-moi bien mon petit cul, et toi Pierre, donne-moi ta bite que je te la suce'

J'étais en transe. Pierre a joui rapidement au fond de ma gorge. Il a craché une grande quantité de sperme, j'ai tout avalé. Olivier a mis longtemps avant de se lâcher en moi. J'ai été très proche d'une nouvelle jouissance. En jouissant il m'a dit :

- Salope t'es bonne de partout, tu m'as fait jouir fort, t'es une vraie cochonne de femme mariée. Tu ne peux pas t'empêcher de tromper tes maris !

Lorsque nous avons retrouvé nos esprits, je me suis habillée, et je les ai tous les trois embrassé passionnément. Olivier en a profité pour me doigter la chatte, ce qui m'a immédiatement fait ruisseler. Philippe m'a dit qu'il me contacterait prochainement, dès qu'il aurait envie de se vider les couilles ou dès qu'un de ses amis en aurait envie. Je suis rentrée chez moi à quatre heures du matin. Hassan dormait profondément. Je me suis glissée dans le lit sans un bruit. Je sentais le sperme. J'aime tellement ça que je poussais jusque-là la provocation, sans penser à sa réaction s'il se rendait compte que j'étais pleine de la semence d'autres hommes avec qui je l'avais trompé.

Cette soirée fut en tout cas décisive.

Philippe m'avait permis comprendre que c'est cette vie-là dont j'avais besoin et donc le type de couple candauliste que je formais avec lui et non pas le couple classique que voulait construire Hassan de gré ou de force, où certes il avait la conviction, grâce à ses performances, de m'offrir tout le plaisir dont j'avais besoin. Je n'étais pas faite pour le mode de vie qu'Hassan voulait m'imposer, marqué par les grossesses à répétition et un quasi-enfermement.
Je serai éternellement reconnaissante à Philippe, qui, à deux occasions, m'a fait découvrir ma véritable nature et m'a apporté la liberté. Je savais que mon couple avec Hassan vivait ses derniers moments.








Les avis des lecteurs
Olga T

Merci, Leon! Bises

 
Olga T

@ Jacques du Canada. Message bien reçu cette fois! Je vous ai envoyé un mail. Bises

 
 

Bonjour chère olga
Merci de nous régaler par tes aventures, dommage que tes meilleurs coups ne t'ont pas compris, car tu es comme tu es. .. te mettre en cage est un gâchis. Des personnes comme toi et Philippe qui assument leurs personnalité et leurs conséquences sont rare....
Carpe diem
Leon

 
 

Voici Dre Olga
Svp me faire parvenir un e-mail de confirmation de réception.
Jacques du Canada

 
Olga T

@ Jacques du Canada. Je n'ai pas reçu sur mon email la notification de votre message. Pouvez-vous refaire une tentative? Merci Bises Olga

 
Olga T

Oui Armelle, je me suis rendue compte à quel point la liberté que j'avais avec Philippe me manquait!

 
 

Bonjour Dre Olga.
Voici mon e-mail plus bas. Je ne veux pas de photos de vous nue! Je tiens à vous garder dans ma mémoire telle que je vous imagine.
Par contre j’aimerais avoir de vos nouvelles suite à votre accouchement.
Jacques du Canada

 
 

La partie organisée par Philippe a sans doute joué un rôle important dans tes décisions futures. Armelle

 
Olga T

Bonsoir, je viens de vous envoyer un message mail

 
 

Magnifique OLGA L' était déjà quand elle avait son blogue ou il avait des photos ce qui manque maintenant.
En joindre svp je joint plus bas mon mail.

 
Olga T

@ la chipie. Je n'ai pas de page Facebook et nous avons fermé notre blog. Si dans votre commentaire, vous mettez votre adresse mail (ça n'apparait pas publiquement) je pourrais vous envoyer un message avec mon adresse mail

 
Olga T

@ Clémentine, oui c'est vrai, des propos que je n'accepterais pas dans d'autres circonstances
@ Gaelle: j'aurais eu beaucoup de mal à en sortir. j'ai eu beaucoup de chance!
@ Gérard, comme je l'ai expliqué dans de précédents commentaires, il était dans une rage folle. J'en parlerai dans le prochain récit.

 
 

Bonsoir Olga

Auriez vous 1 blog ou 1 compte facebook, j'aurai des questions à vous poser à propos d'une demande de mon amoureux non à votre propos mais plutot à propos d'un restaurent bien "specifique". Je n'ai personne à qui demander tout le monde me prendrait pour 1 folle.

Merci

Signé : la chipie

 
 

Depuis votre mariage, Hassan se montrait brutal avec toi, lors de vos rapports sexuels. Comment a-t-il réagi quand il a découvert que tu prenais, sans l'avoir informé, la pilule, pour éviter qu'il ne t'en grosse comme il le voulait? Gerard

 
 

En définitive cette situation ne devait pas déplaire à Hassan. Il avait deux jolies femmes à disposition, Christine et toi. Toi, il ne te considérait plus que comme devant remplir certaines fonctions: entretenir votre intérieur, s'occuper des enfants. Pour le reste, tu n'avais plus pour lui qu'une fonction reproductrice et tu étais à sa disposition pour une saillie quand il avait envie de se vider les couilles. Sans Philippe, et l'aide de tes amies Christine et Christelle, te serais tu sortie de là? Gaëlle

 
 

Tu aimes entendre des mots crus quand tu te fais baiser! C'est ce que qu'avaient compris Hassan, mais aussi Philippe qui avait passé le message à Pierre et Olivier, qu'il avait fait venir pour te partouzer. Moi aussi j'aime ça, mais chez toi, ça va loin! Clémentine

 
Olga T

@ Kaminu, il s'agit bien d'Olivier

 
Olga T

@ Rouge, merci pour votre message. Je confirme que mon Philippe est bien plus intéressant que Rachid et Hassan.
@ Céline: oui en organisant cela Philippe savait qu'il comblait un manque

 
 

Suivant tes récits depuis le début où tu expliques ton addiction hypersexuelle, on peut imaginer combien tu as du savourer ce trio qu'avait organisé Philippe pour toi. Tu devais être en manque! Céline

 
 

Chére Olga,

Sachez que j'apprécie vos écrits , et que je ne comprends pas trop ces polémiques autour de vos nouvelles.
L'écriture est le domaine de l'imagination , et pas celui de l'exactitude scientifique.
Nous ne sommes pas obligés de garder en mémoire tous les données métriques de nos personnages.
Vos deux dernières nouvelles laissent présager d'un retournement de situation et j'attends avec impatience l'episode 36 , et même 37.
J'ai aussi beaucoup de sympathie pour le personnage de Philippe, qui encaisse toutes ces avanies par amour pour sa femme. Je le trouve même plus intéressant qu'Hassan et Rachid.
C'est aussi une bonne idée d'évoquer les grandes courtisanes du passé.
En un mot , continuez comme vous êtes.
Bien cordialement

Rouge


 
Kaminu

Sur la troisième photo, la queue dressée en bas de l'image, c'est celle d'Olivier ? Elle me rappelle celle d'un Olivier que je connais et que j'adore sucer.

 
 

@ Astrid. Je suis heureuse d'avoir aidé Olga à se sortir de cette situation qui était destructrice pour elle. Quelles que soient les talents de baiseur d'Hassan, je ne voyais pas Olga renoncer à sa liberté sexuelle et devenir une épouse soumise, enfermée à la maison, ne sortant que surveillée et avec des vêtements qui étaient aussi une prison, se voyant imposer une culture qui n'est pas la sienne et avec pour seule destinée que d'élever un grand nombre d'enfant conçus par son mari. Une folie!
Quand j'ai compris que Philippe était toujours amoureux d'elle, je lui ai promis de tout faire pour les aider à se retrouver. Lors du mariage, j'ai accaparé Hassan pour détourner son attention. Je lui fais du rentre dedans devant les invités, le rendant fou de désir, pas gêné par la présence d'Olga, de ses invités et de mon mari.
Jamais je n'aurais pensé que Philippe et Olga pousseraient l'audace jusqu'à profiter de l'occasion pour (re)devenir amants. Les choses s'accéléraient donc. J'ai donc proposé à Olga, avec l'accord de mon mari Jean, qui m'a toujours laissé une totale liberté sexuelle, de passer à la vitesse supérieure avec Hassan. Olga a accepté avec enthousiasme, ça confirmait qu'elle n'avait plus aucun sentiment pour Hassan.
Je suis donc devenue la maîtresse d'Hassan, qui venait chercher auprès de moi ce qu'il ne trouvait plus auprès d'Olga, c'est-à-dire une participation active dans les rapports. Olga ne m'avait pas menti. Sans avoir eu autant d'amants qu'elle, je confirme qu'Hassan était un véritable étalon, qui me démontait à chaque fois, presque journellement, où il venait me sauter.
Pour être complète, Olga a pu avoir carte blanche en écartant la fameuse cousine Hassna (la découverte des plaisirs de Lesbos avait traumatisée celle-ci, surtout dans les bras de celle qu'elle haïssait) mais c'est surtout son amie Christelle qui lui donné la couverture dont elle avait besoin pour sortir librement. Ce qui était pénible, c'était de supporter la façon dont Hassan parlait d'Olga, mon amie. Il l'appelait "la pute", "vide-couilles" et me disait à chaque rencontre comment il venait de la traiter. Je ne comprenais pas pourquoi Olga tardait à quitter Hassan, d'autant qu'Olga m'avait interdit de dire la vérité à Philippe.
J'ai été soulagée quand Olga s'est décidée à enfin quitter ce type, ce qui m'a permis très rapidement de mettre fin à notre liaison. Il était temps car il devenait de plus en plus lourd, je comprenais qu'il reproduisait avec moi ce qu'il avait réussi à faire avec Olga. A sa manière il était tombé amoureux de moi et notre rupture l'a mis en rage. Il a alors sans doute compris que nous étions complices avec Olga et cela a sans doute contribué à l'attitude très dure qu'il a eue envers elle, avec un divorce très conflictuel. Christine

 
Olga T

@ notre lectrice anonyme, merci à vous, vous réglez bien leur compte à Jeanne ou à Kamel!
Vous avez raison, Philippe, pour me reconquérir, s'est comporté en mec, en mâle, il était bien différent de l'homme que j'avais rencontré il y a maintenant près de 17 ans. beaucoup plus sûr de lui, audacieux (faire de moi, son ex-épouse, sa maîtresse, le jour de mon mariage avec son rival, jamais il n'aurait fait ça avant) et bien meilleur amant qu'avant.
Je n'étais pas avec Agun au moment où je vivias avec Hassan, jamais il n'aurait accepté que j'ai une relation saphique. Ca m'a d'ailleurs beaucoup manqué car je suis bisexuelle. J'ai revu Agun plus tard, alors que j'avais repris la vie commune avec Philippe. Lui au contraire a vivement encouragé cette relation. J'en parlerai.
Comme je parlerai de Philippe et de Théodora, même si c'est douloureux pour moi car ce n'est pas un simple adultère

 
Olga T

@ Jacques du Canada. Oui vous avez raison, un revirement rapide, même si j'ai paradocalement retardé la séparation d'avec Hassan. J'aurais du en effet me rendre plus compte plus tôt de la vraie personnalité d'Hassan, mais il était très différent au début de notre relation. Je n'aurais jamais du accepter les premiers signes, les habits qu'il me faisait porter, sa volonté de m'enfermer, sa jalousie maladive et surtout qu'il refuse de me partager avec Philippe. J'ai enfin compris après cette période que seul Philippe était compatible avec mon tempérament. Ey j'ai eu une chance inouie qu'il ne me laisse pas tomber et, mieux, qu'il se batte pour me reconquérir.
Il me reste un mois, pour l'instant tout va bien.
Je vous embrasse

 
Olga T

@ Astrid, oui, je ne les remercierai jamais assez. Sans elles ça aurait été compliqué, voire impossible
@ Maurice, oui c'est vrai, j'ai honte de le reconnaitre mais j'ai toujours aimé qu'un mâle me besogne sans ménagements. Certains diront que c'est du masochisme, mais je suis comme ça. J'essayais, pendant cette période où je m'éloignais de plus en plus d'Hassan, de ne pas exprimer ma jouissance. Mais il me connaissait parfaitement et il y allait sans retenues, me traitant comme la dernière des salopes. Il faut dire que je l'avais provoqué pour qu'il me traite ainsi et que je n'éprouve plus le moindre sentiment à son égard.
@ Jocelyne: oui c'était un mélange de douleur et de jouissance. La sodomie était particulièrement douloureuse je dois dire



 
 

Ca devait te manquer de baiser avec d'autres mecs én présence de Philippe! Maurice

 
 

C'est 1 site ou il y a des histoire erotiques, arretez de pinailler sur ce qu'elle ecrit. Comme dit 2 proverbes français : la critique est aisée l'art est difficile, les conseilleurs ne sont pas les payeurs !!!!!! Alors d'une on ne tabasse pas les femmes peu importe son comportement, de deux Hassan savait tres bien avec qu'il se mariait, il etait bien content de l'exiber de fanfaronner devant son espece de cousine, sans parler qu'il a trompé Olga sans se faire prier. Alors pour Jeanne Kz et les autres arretez de critiquer ça prends la tete pour rien, c'est 1 perte de temps, selon de quel point de vue on se place les tords sont partagé. Enfin Hassan apparemment a tourné la page alors faites pareil. Perso 1 mec qui me leve la main dessus n'aurait plus le droit de s'approcher de moi mais ça c'est uniquement ma vision des choses. En plus comme dit precedamment on a qu'une vie alors !!! Philippe montre qui c'est l'"homme", il a montré les crocs et il a bien eu raison. Voila mon humble avis de lectrice, mais pitié arretez de bla bla bla ou alors vous n'avez que ça à faire !!!! A quand la suite de tes aventures Olga T ? Quand vas tu nous raconter Philippe et Theodora ? Comment as tu fais avec Agun quand tu étais avec Hassan ?

 
 

Dans les récits précédents, tu nous avais parlé du calibre d'Hassan. Sans être lubrifiée, tu as du le sentir passer! Jocelyne

 
 

On sent dans le récit que, malgré toi, tu ressentais du plaisir dans ces étreintes brutales. Maurice

 
Olga T

@ Domi: merci pour ce commentaire. S'agissant des quelques imperfections que contient le texte, elles sont apparues quand j'ai procédé au copier-collé. Par exemple tous les tirets et les apostrophes avaient été remplacées par des "?"

 
Olga T

J'ai décidé de ne plus répondre à Jeann ou encore à Kamel!
@ Steph et JP:oui, j'en parlerai en détails dans un prochain article
@ Lisa, je sais que j'ai eu tort, mais je ne m'en sentais pas la force à ce moment là, pour toutes les raisons que j'ai déja expliquées: volonté de ne pas précipiter les choses, mais aussi de me punir
@ Caroline, c'est vrai que je l'ai provoqué

 
 

Lorsque vous êtes revenu a la maison après votre première rencontre avec Hassan, votre nouvelle chasuble sur le dos, n’y à t’il pas des lumières qui auraient dû s’allumer! Vous deviez avoir un doute sur la direction que prendrait votre nouvelle vie. On peut dire que vous avez courru après!
Après avoir lu les premières lignes de ce nouveau récit je constate que j’ai raison en disant que vous arrangez les choses en deux temps trois mouvements. Avoir réalisé un mariage et deux divorces en 18 mois c’est quand même assez rapide. Ici Dre Olga nous avons une expression qui concerne ces changements rapides de situations. On peut dire que vous vous êtes “ virée sur un dix cents”! Décider vite n’est pas toujours une qualité!
Moi je dis que vous avez courru après vos maleurs avec un peu de masochisme et de sadisme envers Philippe.
Jacques du Canada
PS: Vous êtes sur les derniers jours avant votre accouchement, faites attention.

 
 

Christine et Christelle t'ont apporté une aide précieuse et même décisive, non? Astrid

 
 

On ne garde pas en cage un bel oiseau habitué à la liberté ! Bon vol vers de nouvelles aventures ... On ne peut pas reprocher à sa femme d'être une salope et agir avec elle comme si elle n'était qu'une putain et ne penser qu'à soit.
Dans ce récit j'ai senti un léger changement de style et l'apparition de plusieurs ' en fin de phrase, caractère assez éloigné du '.' pour que ce soit des erreurs de frappe! Revivais-tu ces moments lors de l'écriture ? Domi

 
 

Entièrement d'accord avec Jeanne, et sans excuser Hassan, tu voulais qu'il réagisse ainsi? Pourquoi? Pour te punir? Par masochisme? Pour justifier ton attitude et ton départ de votre foyer, avec à la clé un second divorce peu de temps après le premier. KZ

 
 

Tu es maso, je ne comprends pas que tu ne te sois pas barrée immédiatement! Lisa

 
un couple de lecteurs

C'est désormais Philippe qui va " gérer " votre relation candauliste et ton hypersexualité, n'est ce pas? C'est ce que nous faisons, pas besoin d'un tiers, c'est plus prudent. Steph et JP

 
 

Avais-tu volontairement provoqué Hassan? Voulais-tu qu'il te traite ainsi? Caroline

 
Olga T

Non il n'était pas au courant, André, sinon il aurait exigé que je quitte Hassan immédiatement. Moi je voulais comme Philippe l'avait souhaité prendre le temps, montrer que ce n'était pas un coup de tête. Et comme je l'ai dit, il y avait aussi une volonté de me punir pour toutes les erreurs que j'avais commises

 
 

Il n'est pas question d'excuser Hassan, mais était-il nécessaire de se comporter de cette manière avec lui? Jeanne

 
 

Retour au point de départ? Anna

 
 

Philippe était-il au courant du comportement d'Hassan? André

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Olga T


 
Récits érotiques de la mythologie (2). Hélène de Troie, l’adultère - Récit érotique publié le 17-11-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (36) : nos retrouvailles - Récit érotique publié le 05-11-2017
 
Lectures érotiques (5). Lounja Charif : « La Maghrébine » (Editions Blanche 2010) - Récit érotique publié le 02-11-2017
 
Histoire des libertines : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. Bibliographie et histoire d’Antonine épouse de Bélisaire et amie de Théodora - Récit érotique publié le 26-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l'épouse hypersexuelle (35) : loin de Hassan, proche de Philippe. - Récit érotique publié le 19-10-2017
 
Histoire des libertines (8) : Théodora, la putain devenue impératrice de Byzance. - Récit érotique publié le 15-10-2017
 
Récits érotiques de la mythologie (1). Candaule et le candaulisme - Récit érotique publié le 11-10-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (34) : adultère… avec Philippe. - Récit érotique publié le 07-10-2017
 
Histoire des libertines (7) : Poppée et Faustine, des impératrices romaines à la réputation sulfureuse. - Récit érotique publié le 02-10-2017
 
Lectures érotiques (3). Au bonheur des femmes infidèles : récits / Sam Carroll. - Récit érotique publié le 30-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (33) : le candaulisme est aussi un jeu très dangereux pour un couple. - Récit érotique publié le 28-09-2017
 
Histoire des libertines (6) : Agrippine la terrible. - Récit érotique publié le 26-09-2017
 
Lectures érotiques (2). Eric Mouzat « Petits arrangements conjugaux (La Musardine 2007) - Récit érotique publié le 24-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (32) : Philippe, mon mari, mon amant, toujours candauliste. - Récit érotique publié le 19-09-2017
 
Histoire des libertines (5) : Messaline, impératrice et putain. - Récit érotique publié le 15-09-2017
 
Lectures érotiques (1). Jacques Montfer : Le Joyau (Editions Blanche 2009) - Récit érotique publié le 12-09-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (31) : Hassan s’impose. - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
Histoire des libertines (4) : les femmes scandaleuses de la famille d’Auguste. - Récit érotique publié le 05-09-2017
 
Histoire des libertines (3) : Cléopâtre, l’hypersexuelle ou le corps mis au service d’une ambition. - Récit érotique publié le 26-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (30) : Olga et Hassan. - Récit érotique publié le 22-08-2017
 
Histoire des libertines (2) : Le temps des hétaïres. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
Histoire des libertines (1) : Introduction et Sappho la poétesse de Lesbos. - Récit érotique publié le 14-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (29) : Rachid reprend « ses droits ». - Récit érotique publié le 12-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (28) Enceinte et toujours hypersexuelle : la suite - Récit érotique publié le 08-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (27) Enceinte et toujours hypersexuelle. - Récit érotique publié le 05-08-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (26) Olga et Ahmadou - Récit érotique publié le 26-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (25) Nouvelles séances SM - Récit érotique publié le 07-07-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (24) Abattage - Récit érotique publié le 28-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (23) Sur le lieu de travail : les femmes aussi ! - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (22) : le candaulisme jusqu’au bout - Récit érotique publié le 12-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (21) : même sur le lieu de travail ! - Récit érotique publié le 09-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (20) : aucune limite à l’hypersexualité et au candaulisme ? - Récit érotique publié le 01-05-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (19) : avec Marie, domination et plaisir. - Récit érotique publié le 12-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (18) : au tour de Philippe ! - Récit érotique publié le 02-03-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (17) : plage, mer et dunes - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (16) : gang bang et rencontre avec Marie - Récit érotique publié le 13-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (15) : femme de Jean : premier véritable adultère ? - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (14) : Christine, ma femme - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (13) : les cousins - Récit érotique publié le 16-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (12) : Philippe a enfin sa soirée candauliste - Récit érotique publié le 06-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (11) : Rachid commence l’éducation d’Olga. - Récit érotique publié le 04-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (10) : Rachid et Olga - Récit érotique publié le 01-01-2017
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (9) : Rachid solution ou prédateur ? - Récit érotique publié le 30-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (8) : adultère et partouze sous les tropiques. - Récit érotique publié le 27-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (7) : nouveau « complot » et ultime résistance. - Récit érotique publié le 25-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (6) : résistance et dérapages. - Récit érotique publié le 23-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (5) : mariage et adultère. - Récit érotique publié le 21-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (4) : un couple pas comme les autres. - Récit érotique publié le 19-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (3) : la rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 11-12-2016
 
Philippe, le mari candauliste et Olga, l’épouse hypersexuelle (2) : de la découverte de mon hypersexualité à ma rencontre avec Philippe. - Récit érotique publié le 05-12-2016