S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


Ma femme et Moi : Nos retrouvailles sexuelles (6)

- Par l'auteur HDS Noura -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Noura [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 21 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 8.4 • Cote moyenne attribuée par HDS : 8.7
• L'ensemble des récits érotiques de Noura ont reçu un total de 142 957 visites.

sexe récit : Ma femme et Moi : Nos retrouvailles sexuelles (6) Histoire érotique Publiée sur HDS le 14-11-2017 dans la catégorie Dans la zone rouge
Tags: Arabes  Emotions sensibilité  Tendresse 
Cette histoire de sexe a été affichée 2095 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): Ma femme et Moi : Nos retrouvailles sexuelles (6) ( 10.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Ma femme et Moi : Nos retrouvailles sexuelles (6) ( 9.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


Ma femme et Moi : Nos retrouvailles sexuelles (6)

Deux jours plus tard, nous étions de retour au pays. Après la réception familiale et la distribution des cadeaux, nous avons repris notre train de vie habituel le jour suivant. Le soir, après le repas et la télé, nous sommes allés nous coucher comme auparavant, sans nous parler et sans nous toucher, bien cachés dans nos pyjamas respectifs et nos frustrations psychologiques.
Je suis resté longtemps sans parvenir à dormir et je pensais à notre ridicule situation. J’ai décidé de capitaliser les résultats de nos aventures vécues pendant nos vacances et j’ai échafaudé un plan. Le lendemain, j’ai fais les magasins et j’ai acheté une sorte de gandoura assez fine et très souple pour moi et une large chemise de nuit semi transparente pour ma femme.
Et le soir, en me couchant, j’ai enlevé mon pyjama habituel dans la salle de bain et j’ai enfilé ma gandoura, sous laquelle j’étais totalement à poil. Puis je me suis présenté ainsi dans la chambre. Ma femme a été étonnée et comme je lui expliquais que je me sentais nettement mieux ainsi, elle m’a approuvé sans hésiter. Alors, je lui ai offert la chemise de nuit. D’abord surprise, elle a hésité à l’accepter mais je lui ai proposé de l’essayer avant de décider. Elle a couru à la salle de bain pour l’essayer et rapidement elle en est revenu, nue sous la jolie chemise bleue.
J’ai exprimé mon admiration par un grand cri et je l’ai prise dans mes bras. Je pensais que le fait d’être nue sous la chemise, elle allait se cabrer et refuser mais mon geste, peut-être calculé mais sincèrement admiratif a brisé la barrière de ses hésitations. Je lui ai avoué combien elle était belle et désirable ainsi, mais c’était inutile car la vue de son corps, de ses seins, de son large bassin dans le flou du vêtement ont provoqué ma bite qui s’est réveillée et commençait à pousser ma gandoura.
Très vite, un grand chapiteau était visible au niveau de mon sexe et elle le remarqua aussitôt car ses yeux étaient fixés sur mon bas ventre. Je l’ai prise dans mes bras et j’ai ressenti la chaleur et la douceur de son corps. Ma queue était sur son bas ventre et la provoquait à travers nos deux vêtements. Alors, poussé par une audace toute nouvelle de ma part, j’ai enlevé avec rage ma gandoura pour apparaître tout nu à ma femme.
Nous n’avions pas eteint la lumière et mon corps ne cachait rien et mon sexe pointait devant moi à l’assaut de ma femme. Poussée par la même audace, ma femme enleva sa chemise et, toute nue, elle me regardait presque avec crainte. Elle ne savait pas que j’avais déjà admiré son corps, en cachette, pendant les vacances et que je le connaissais sous toutes les coutures et même dans ses désirs et ses débordements sexuels.
Mais j’ai joué à l’innocent, alors je j’ai enlacé, embrassé au cou, sur les lèvres et sur les seins. Je l’ai entrainée vers le lit et allongée sur le dos, je pouvais caresser tous les trésors de son corps. Enfin, je pouvais toucher, caresser, embrasser et lécher tous les coins er recoins de son corps. Elle aussi, encouragée, elle commençait à inspecter mon corps avec ses mains. Le visage d’abord, puis la poitrine et le dos, ensuite ses mains descendirent vers mon ventre et bas ventre.
Et enfin, elle empoigna ma bite. D’abords doucement, puis je sentais qu »elle la soupesait, quelle contrôlait sa consistance, sa longueur et sa largeur et doucement, elle commença à la branler. De mon coté, même si je continuais à caresser son corps, je suivais par les sens ses gestes sur mon corps qu’elle ne connaissait pas réellement auparavant.
Surtout, j’attendais son verdict sur mon sexe. Moi, j’avais confiance car je savais que ma bite était plus grosse que celle du marchant de légumes algérien mais moins que celle du marchant black. Mais tout le monde sait que les blacks ont une queue spéciale comparée à la majorité des autres, donc c’était normal et inutile d’en tirer des conclusions inutiles. En tout cas, ma femme semblait satisfaite de son diagnostic.
Maintenant, il s’agit, pour moi, de lui prouver mes capacités dans l’action. Alors, je me suis redressé et j’ai commencé à lui embrasser et lecher la chatte. Elle coulait déjà, donc ça s’annonçait bien et ma queue, moi aussi était au top, j’avais réellement envie de baiser cette salope qui m’a trompé plusieurs fois, avec mon consentement certes, mais dont les images dans ma tête m’avaient excitées à fond. Maintenant, je vais lui défoncer la chatte et peut-être aussi la terma après.
Alors je me suis mis ur elle et elle a écarté ses belles cuisses lourdes de chair et de désir et j’ai plongé. Certes, doucement d’abords, mais malgré qu’il était gonflé, mon zob glissa facilement dans la chatte de ma femme. Alors je l’ai baisé à fond, à grands coups de reins et de vas et viens rageurs. Elle aussi commençait à haleter avec bruit et très rapidement elle se crispa et cria son premier orgasme. Je continuais à limer sa chatte et tournoyant mon zob dans ses entrailles, je sentais le plaisir monter da mes couilles.
Mais j’ai décidé de finir par derrière. Alors je l’ai retournée et les genoux et bras sur le lit, elle me présenta son large derrière et j’ai eu, enfin, devant mes yeux et mon zob, sa chatte vue de derrière et son anus bien nets, bien rasés, sans un poil. J’ai enfoncé mon zob dans sa chatte et j’ai continué mes coups de reins. Dans ces positions, mon zob ressentait mieux ses frottements sur la chair interne de ma femme et le plaisir augmentait plus vite et devenait plus jouissant.
Ma femme a encore crié un second orgasme alors que je n’avais pas encore reussi à éjaculer. Alors j’ai foncé et ma cavalcade devint un galop et mon zob sortait presque puis s’enfonçait de nouveau jusqu’aux couilles. Et enfin, la jouissance s’éjecta de mes couilles et mon zob expulsa au fond des entrailles de ma femme, plusieurs salves de sperme marital. Oui, enfin, depuis plusieurs années, ces deux sexes se sont retrouvés et compris. Après plusieurs années la chatte de ma femme a gouté de nouveau du sperme de son époux, qui lui avait fait, pourtant, plusieurs enfants dans leur jeunesse.
Maintenant, ce sperme sera pour notre plaisir, pour jouir de nos corps. Nous sommes restés ainsi soudés pendant plusieurs minutes. Ma femme s’ »tait effondré à plat ventre sur le lit et moi j’étais couché sur son dos avec le zob toujours enfoncé dans sa chatte. Puis je me retiré et me suis allongé à coté. Ma femme s’est aussitôt levée et a couru vers la salle de bain. Mais ce n’était pas pour se laver, non, elle a simplement retrouvé ses vielles habitudes d’il y a quelques années. Elle a rapporté deux pièces de toile pour se mettre l’une entre les cuisses et elle m’a tendu l’autre pour mon zob, le tout pour retenir le sperme et éviter de salir nos draps. Puis elle a repris sa place sur le lit.
Je me suis tourné vers elle et je l’ai entouré de mon bras, puis je lui donné plusieurs doux baisers sur le visage, sur la poitrine et je lui ai caressé les cheveux. On se regardait et pour la première fois, peut-être même de ma vie, je lui ai dit, en français, parce que c’est plus facile dans cette langue « je t’aime, ma chérie ». Elle m’a regardé avec de la joie dans ses yeux et m’a répondu doucement « moi aussi, mon chéri, je t’aime beaucoup ».
Ensuite, nous nous sommes lavés et pris des douches, puis au lit, tous nus dans les bras l’un de l’autre. Je pensais qu’on allait dormir, mais ce zob ayant retrouvé sa chérie, ce corps qu’il admirait par la petite fenêtre des caravanes à l’étranger, ce zob s’est encore réveillé et provoquait ma femme contre son bas ventre. Alors, on a repris notre fête sexuelle.
Cette fois ci, je n’ai pas remarqué que ma bite glissait facilement dans la chatte élargie de ma femme. Non, ce détail semble avoir disparu car l’entrée de mon zob dans ma femme m’a semblé, au contraire, très jouissif, comme si la chatte s’était resserrée. Et la lente pénétration puis le glissement du zob jusqu’au fond ont été d’une excitation continue très agréable. Je pense qu’il y a un complément d’amour entre ces deux sexes qui leur permet maintenant de s’accoupler au mieux pourr l’un et pour l’autre. Moi, en tout cas, c’est ce que je ressens et mes jouissances ne font qu’amplifier.
C’est pourquoi, rapidement, je suis arrivé au top, mais je me suis bloqué pour ne pas éjaculer. Puis m’étant calmé, j’a repris mes vas et viens mais doucement en faisant attention pour jouir au maximum. C’est alors que ma femme a déversé son plaisir et crié son orgasme. J’ai attendu un moment puis j’ai repris ma course limitée, contrôlée. On soufflait et on grognait sourdement. Elle m’embrassait au visage et me disait quelque chose que je n’ai pas bien saisi.
J’ai réussi à tenir un long moment et ce n’est que lorsqu’elle m’a soufflé d’y aller carrément que j’ai foncé. Je l’ai pilonnée avec puissance et chaque que j’enfonçais mon zob, j’y allais au fond de ses entrailles et je sentais le jus qui montait. Cinq ou six gestes de ce genre et enfin, mon sperme explosa dans sa chatte. Cinq ou six jets puissants m’ont fait crier de plaisir, puis je me suis effondré sur la poitrine de ma femme. J’ai toutefois réussi à lui souffler « merci » avant de sombrer un peu dans les vapeurs du plaisir.
Apres plus de deux minutes sur le ventre de ma femme, j’ai repris mes esprits et me redressant, je me suis recouché à cote d’elle. Cette fois ci, ni elle ni moi n’avions éprouvés le besoins de chiffons. Nous avons sombrés dans le sommeil, ainsi, nus, pas totalement couverts par les draps et les sexes et cuisses barbouillés de sperme séché.
Le lendemain, ma femme s’est levée juste avant moi et s’est lavé et douché. J’ai pris la suite et lorsque nous avons remis nos vêtements de nuit, classique, c'est-à-dire des pyjamas, nous avons pris notre petit déjeuner dans la cuisine.
Très peu après, certains de nos enfants et petits enfants sont arrivés car c’était un jour de congé à l’ecole. Ils doivent, avec leurs tantes, oncles, cousins et cousines passer toute la journée chez nous, leurs parents, faire un grand couscous familial et beaucoup de bruits et de cesses des enfants.
Autrefois, leur attitude me gênait beaucoup, mais aujourd’hui, que nous nous sommes retrouvés, ma femme et moi, je commençais à aimer cette atmosphère familiale, même bruyante. Quant l’équilibre sexuel est rétabli dans le couple, tout semble être beau, agréable et c’est peut-être cela le bonheur.








Les avis des lecteurs

Soyez le premier à donner votre avis après lecture sur cette histoire érotique...



Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Noura


 
Ma femme et Moi : Nos retrouvailles sexuelles (6) - Récit érotique publié le 14-11-2017
 
Ma femme ! maligne et insatiable de sexe (5) - Récit érotique publié le 24-10-2017
 
Maintenant ! c’est Moi et le Le Marchand de légumes (4) : - Récit érotique publié le 09-10-2017
 
Maintenant ! c’est Moi et le Le Marchant de légumes (3) : - Récit érotique publié le 19-09-2017
 
Ma femme et le Le Marchant de légumes (2) : - Récit érotique publié le 30-08-2017
 
Ma femme et le Le Marchant de légumes (1) - Récit érotique publié le 16-08-2017
 
Terma 15 : Said le spécialiste des circuits touristiques - Récit érotique publié le 14-07-2017
 
Terma-14- Autre Expérience en camp saharien (3) : - Récit érotique publié le 02-07-2017
 
Terma-13- Expérience en camp saharien (2) - Récit érotique publié le 26-05-2017
 
Terma-12- Expérience en camp saharien (1) : - Récit érotique publié le 11-05-2017
 
Terma-11- Expérience au bain maure - Récit érotique publié le 23-04-2017
 
Terma-10- Expérience Glory Hole - Récit érotique publié le 14-04-2017
 
Terma-9- Suite 2 avec mes deux blacks - Récit érotique publié le 04-04-2017
 
Terma-8- Suite avec deux blacks - Récit érotique publié le 30-03-2017
 
Terma-7- Expérience avec deux blacks - Récit érotique publié le 26-02-2017
 
Terma6-Absence de Djaffar et mon premier black - Récit érotique publié le 06-02-2017
 
5-Terma 5 –Sousou et encore Djaffar : - Récit érotique publié le 19-01-2017
 
Terma- Djaffar et Sousou - Récit érotique publié le 08-01-2017
 
Terma : troisième expériences dans un vrai lit : - Récit érotique publié le 23-12-2016
 
Terma : Seconde expérience : je commence à aimer les zob - Récit érotique publié le 15-12-2016
 
Terma première experience - Récit érotique publié le 04-12-2016