S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par ddbb le 2018-02-18 ....
• Par quentinos le 2018-02-17 ....
• Par Ace59 le 2018-02-17 ....
• Par Xandor le 2018-02-16 ....
• Par Maitresstrict le 2018-02-16 ....
• Par jet75 le 2018-02-15 ....
• Par Phebe35 le 2018-02-14 ....
• Par Souslasemelle le 2018-02-14 ....
• Par Soumisea le 2018-02-13 ....
• Par diablotin44 le 2018-02-13 ....

... Histoires De Sexe Audio :

Récits érotiques sur téléphone fixe ou mobile : Appelez le 08 95 22 70 67
Plusieurs catégories d'histoires libertines, sadomaso, insolites, lesbiennes etc...


Grandeur et Décadence (Partie II)

- Par l'auteur HDS Quintessence2017 -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Quintessence2017 [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email : quintessence2017gmailcom

• 12 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.0 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.5
• L'ensemble des récits érotiques de Quintessence2017 ont reçu un total de 89 118 visites.

sexe récit : Grandeur et Décadence (Partie II) Histoire érotique Publiée sur HDS le 18-01-2018 dans la catégorie Dominants et dominés
Tags: Dominant Maitre  Soumission  Bondage 
Cette histoire de sexe a été affichée 2853 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): Grandeur et Décadence (Partie II) ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Grandeur et Décadence (Partie II) ( 9.0 /10 )
 
Les Dernières Inscrites sur HDS.sexy - Sur votre Région :

 
Couleur du fond :


Grandeur et Décadence (Partie II)

-- ATTENTION HISTOIRE POUR LECTEURS AVERTIS --

Je suis tirée de ma torpeur par une vive douleur à la poitrine. J'entrouvre les yeux avec beaucoup de peine pour voir mon ravisseur penché sur moi, affairé à me tordre les tétons en me répétant :
" - Allez allez, du nerf, on se réveille !"
Encore à demi assoupie, je balbutie quelques mots visiblement insensés qui font rire l'homme. Puis je prends conscience de la situation, je me rappelle de tout : mes prisonniers se sont rebellés, c'est désormais moi qui suis captive, ils m'ont baisée sauvagement tous les deux... Quand était-ce ? Combien de temps ai-je été à demi inconsciente ? Pas longtemps visiblement, il fait encore jour. Je me rappelle du voisin, à sa fenêtre, en train de se branler en me matant, je baisse les yeux et vois mes seins, couverts de sperme séché. Je suis prise de panique.
Mon ancien prisonnier me prend sans difficulté et me charge sur ses épaules musculeuses comme si j'étais une brindille.
Il m'entraîne jusqu'à la grande cabine de douche dans laquelle se trouve déjà son comparse et tous deux m'attachent au dispositif que j'y avais moi-même installé afin de pouvoir donner leur toilette à mes esclaves : il s'agit d'un jeu d'anneaux disposés à divers endroits de la cabine, qui permettent de lier les membres de la victime dans un grand nombre de positions différentes à l'aide de bracelets en acier inoxydable accrochés aux poignets et aux chevilles ainsi que d'un collier serré autour du cou. Mes bourreaux ont choisi de simplement lier mes poignets entre eux et de les attacher au dessus de ma tête à un anneau fixé sur le plafond, de sorte que mes pieds peuvent à peine se poser complètement au sol. J'aimais à les voir ainsi attachés, impuissants, et à laver moi-même leurs corps athlétiques, à me frotter à eux. Aujourd'hui c'est moi qui suis attachée à ce dispositif, et comble de l'ironie : c'est eux qui me lavent le corps. Ils ne se gênent pas pour nettoyer bien en profondeur, ils en profitent d'ailleurs pour me tripoter dans tous les sens.
L'un devant, l'autre derrière, je suis prisonnière de leurs corps, compressée entre leurs muscles saillants.
Finalement, il n'est même plus question de faire ma toilette, on m'empoigne les fesses pour les écarter. Je sens un sexe s'aventurer avec témérité sur mon trou du cul. Il me titille, son gland caresse mon orifice, tantôt forçant, tantôt suivant simplement la piste de ma raie, mais sans jamais s'insérer complètement.
Je frétille, je ne tiens plus. Ce déluge de mains baladeuses, de muscles, et de sexes dressés me pousse à bout. J'exalte de désir, j'en couine. Mes tétons tendus et durcis par l'excitation sont écrasés contre le torse qui est devant moi. Pourtant, celui qui est derrière ne se décide toujours pas à me prendre, il fait durer son plaisir à lui. Je ne suis plus maîtresse de moi-même, j'essaie de ruser, de reculer le derrière lorsque son gland arrive au seuil de mon orifice, afin de m'empaler moi même sur son sexe turgescent, renonçant à toute dignité pour me laisser aller à la passion, au rut. Mais il est plus malin, il m'en empêche, il me susurre : "Non, non, non. Sois une grande fille, sois patiente. Ce sera ta récompense si tu es bien sage."
Au comble de l'excitation, électrisée, les jambes tremblantes, je me vautre dans la décadence et tente, en désespoir de cause, d'implorer :
"Pitié, pitié. Je n'en peux plus, prenez moi. Je veux sentir votre sexe en moi, je veux être remplie."
Une grande claque met fin à mes supplications. L'homme qui était devant moi, et qui n'avait entre temps pas cessé de palper mon corps, de le pincer, de le fesser, écartant parfois mes fesses pour ouvrir la voie à son camarade, caressant parfois mon sexe pour rendre l'attente encore plus insupportable, celui-là donc, n'a pas apprécié mes paroles. Il serre mon cou, de sa main énorme, juste au dessus du collier d'acier, et me regarde, l’œil sévère.
"On se fout de ce que tu veux. Ici c'est nous qui décidons, t'as toujours pas compris ça ?"
Le regard terrifié, je me rends compte de l'erreur que j'ai commise.
"Pardonnez moi, je... je me suis laissée aller. Je recommencerai plus je vous le promet. Je serai sage."
Voilà à quoi j'en suis réduite : supplier pour qu'on m'encule, puis supplier pour qu'on me pardonne.
La main qui m'étranglait monte jusqu'à serrer ma mâchoire. Il lève mon menton, approche son visage, colle ses lèvres contre les miennes et force sa langue à l'intérieur de ma bouche. Il l'envahit complètement, il y tourne sa langue pendant un moment, puis se retire enfin et déclare :
"Bon, bon. Tu vas rester un peu ici pour réfléchir."
Il titille mes tétons du bout des doigts, les tord brièvement et rigole. Son camarade qui n'avait pas cessé de chatouiller mon anus et ma raie avec son gland, s'arrête enfin. Il m'envoie une énorme fessée qui m'arrache un gémissement, et se retourne pour couper l'arrivée d'eau.
Tous deux sortent de la cabine. Pendant qu'ils se sèchent, ils me regardent en rigolant. Impuissante, je baisse les yeux, honteuse.
L'homme du devant attrape un cintre à pinces, sur lequel j'avais pendu une de mes nuisettes, qui traînait dans la salle de bain.
"Voilà de quoi t'aider à garder les idées en place en notre absence.
Ils s'approchent tous deux de moi, et l'un des deux m'empoigne, pour m'empêcher de gigoter. L'autre m'attrape les seins, et accroche les pinces sur mes tétons. La douleur est vive, mais mêlée d'excitation. Je suis aux prises non seulement avec les affres des pinces, et en même temps ces dernières stimulent mes tétons, me procurant un plaisir extrême.
Je tente de protester :
"Pitié, pitié, j'ai compris la leçon. Je ne recommencerai plus !"
Mais pour toute réponse, j'ai droit à des rires, et à un simple :
"Ferme-la !"
Résignée, je cesse toute négociation. Les seuls bruits qui sortent désormais de ma bouche sont des gémissements plaintifs, qui ne font que rendre mes tortionnaires toujours plus hilares. À l'aide d'une corde, ils fixent le crochet du cintre à l'un des anneaux muraux, ce qui a pour effet de le maintenir droit, et du même coup de tirer sur mes tétons. Le cintre étant fixé à une distance assez courte du mur, je suis contrainte de bomber la poitrine et de cambrer mon dos pour avancer mes seins et éviter que les pinces ne les arrachent par manque de mou.
Lorsqu'ils s'en vont, je les entends plaisanter dans le couloir :
"- Excellent le coup de la pousser à bout avec ton gland.
- Ouais, elle est vraiment folle du cul.
- Je te parie qu'elle mouille encore à l'idée de se faire enculer."
Ils ont dépassé le couloir et je n'entends plus ce qu'ils disent. Je me retrouve seule, nue, languissante, le corps humide et les seins tiraillés par ces pinces trop serrées. Le pire c'est qu'ils ont tout à fait raison : je mouille complètement à l'idée de me faire enculer. Mon esprit est obnubilé par ce gland qui jouait avec mon trou, et avec mes nerfs. Je brûle, je n'arrive plus à penser à autre chose. Et pourtant, ils m'ont bel et bien abandonnée là.

____

Lorsqu'ils reviennent enfin, ma peau a séché, mais pas mon sexe. La douleur des pinces a disparu, ne laissant derrière elle que le plaisir intense qu'elles me procurent.
"Alors, tu as eu le temps de réfléchir à ce que tu as fait ?" lance l'un de mes tortionnaires.
"Je ne sais pas si j'ai vraiment réussi à réfléchir, mais je serai extrêmement docile, c'est promis."
"C'est très bien." répond l'autre en effectuant de légères pressions du bout de l'index sur la corde qui tient le cintre pour mesurer mon tourment.
Chaque pression m'arrache un cri de douleur aigu. Il tire la corde vers le haut, il la pousse vers le bas. Il me torture en riant.
Je répète mécaniquement : "Je serai très, très docile..."
Finalement, il commence à détacher le nœud qui liait la corde qui liait le cintre à l'anneau mural. Le processus de dénouement fait bouger le cintre, ce qui stimule d'autant plus la torture. Je gémis, deux petites larmes timides coulent au coin de mes yeux.
Puis, le nœud cède, et le cintre tombe. Son poids entraine mes seins dans sa chute en un bouquet final du supplice. Je hurle de douleur.
Enfin, on me détache, et je tombe à genoux.
"Allez la miss, on va se coucher !"
L'un de mes tortionnaires me lève et ils m'escortent jusqu'à ma chambre, si je peux encore appeler ça ma chambre.
"Tu vas dormir entre nous. Tu ne seras pas attachée. Tu verras, si tu te comportes bien avec nous et que tu es bien docile, nous te traiterons bien. Sûrement mieux que tu ne nous a traités par le passé : nous ne sommes pas si rancuniers que ça."
Je marmonne "Merci beaucoup. Je ferai de mon mieux pour vous satisfaire et je serai docile, je vous le jure." Je m'abaisse à les remercier de me laisser dormir sans m'attacher. Et je rejoins le Maître qui est déjà allongé nu dans le lit. Le deuxième nous rejoint, et ils se collent tous deux à moi, puis l'un deux me demande :
"Tu n'as pas oublié quelque chose ? Tu ne nous embrasses pas pour nous souhaiter une bonne nuit ?"
Je lui réponds timidement "Désolée." puis je pose mes lèvres sur les siennes, sur quoi il m'attrape la tête et m'embrasse de plus belle, en frottant son sexe sur mon entrejambe.
Il s'arrête et me balance : "Allez, un peu de cœur à l'ouvrage, tu avais l'air d'adorer ça quand c'est nous qui étions tes captifs !"
Son camarade l'engueule en riant : "Eh, faut partager !" avant de m'attraper et de me tourner vers lui pour en faire de même. Tous deux commencent à me caresser le corps, à me tripoter. De nouveau grisée par l'excitation, je descend mécaniquement ma main à mon sexe pour me caresser, mais l'un des Maîtres s'en empare et me dit :
"Non, non, non. Pas de plaisirs solitaires. Tu seras sage et tu attendras." Puis il dirige ma main sur son sexe qui commence tout juste à durcir.
"Tiens, en attendant console-toi là-dessus."
Je m'exécute, humiliée. Ils ont stimulé ma libido au point que j'ai l'impression de n'être plus qu'un animal avide de sexe. Pourtant, ils se refusent à me libérer de ce fardeau, ils veulent me pousser plus loin dans mes retranchements.
Dans le noir, mon esprit est confus et j'ai du mal à comprendre quelle main appartient à qui. Tout ce que je sais, c'est que chaque centimètre de ma peau est rendu hypersensible par le désir, et que ces deux colosses les stimulent avec brio.
Ils finissent par se lasser et s'endormir, me laissant seule avec mes pensées. Ça fuse dans ma tête, je suis trop excitée pour trouver le sommeil si facilement. Je pense à mille choses, au sexe, à ma condition, je me dis que s'ils commencent déjà à me laisser dormir avec eux sans m'attacher, j'aurai peut-être une chance de m'enfuir sous peu. Puis finalement j'en viens à demander si j'ai réellement envie de m'enfuir. Après tout, ces hommes sont de véritables dieux grecs, c'est moi qui les ai choisis et ils m'excitent. Je pensais être une femme forte, dominante. J'aimais avoir des hommes à ma disposition et m'amuser d'eux. Finalement, être à leur disposition, cela pourrait bien me plaire. Et puis, ils l'ont dit : si je suis bien obéissante, ils me traiteront bien. Et je dois les attirer, sinon ils ne m'auraient pas gardée. J'aime me sentir désirée. Je pense être prête à tout mettre en œuvre pour être leur servante douée, quitte à remettre en question tout ce que je pensais savoir de moi jusqu'aujourd'hui. Ou peut-être est-ce cette envie incontrôlable de me faire prendre qui fausse mon jugement ?
J'ai du mal à suivre le flot de mes pensées, et mon esprit est grisé par l'envie de sexe qui me submerge. Peu à peu, je réussis enfin à sombrer dans le royaume des rêves.





Avis des internautes sur cette histoire érotique

... Histoires De Sexe Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67

Les avis des lecteurs

Soyez le premier à donner votre avis après lecture sur cette histoire érotique...
Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 

Nos membres sexy se dévoilent...


Autres histoires érotiques publiées par Quintessence2017


 
Grandeur et Décadence (Partie III) - Récit érotique publié le 23-01-2018
 
Grandeur et Décadence (Partie II) - Récit érotique publié le 18-01-2018
 
Offert à mon admirateur - Récit érotique publié le 01-08-2017
 
Grandeur et décadence - Récit érotique publié le 23-06-2017
 
Jeanne, la bourgeoise soumise - Récit érotique publié le 01-05-2017
 
Scénario d'abus en réunion - Récit érotique publié le 20-04-2017
 
De la relation professionnelle - Récit érotique publié le 15-03-2017
 
Lutte acharnée contre Maitresse Christine - Récit érotique publié le 13-03-2017
 
Retour chez Maître Benjamin (Deuxième partie) - Récit érotique publié le 19-02-2017
 
Retour chez Maître Benjamin - Récit érotique publié le 14-02-2017
 
Homme de ménage à disposition pour tous types de services - Récit érotique publié le 11-01-2017
 
Comment je me suis fait soumettre par une tête à claque - Récit érotique publié le 09-01-2017
 
En Savoir plus sur l'auteur, liste complète des histoires de Quintessence2017...

... Histoires De Sexe Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67