S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par Voilier2970 le 2018-02-22 ....
• Par Maître Guy le 2018-02-21 ....
• Par Kev591 le 2018-02-21 ....
• Par Hypnoziss le 2018-02-20 ....
• Par Max le 2018-02-20 ....
• Par Maitre Paris le 2018-02-20 ....
• Par Tony le 2018-02-20 ....
• Par Stevenvinc3 le 2018-02-19 ....
• Par ddbb le 2018-02-18 ....
• Par quentinos le 2018-02-17 ....

... Histoires De Sexe Audio :

Récits érotiques sur téléphone fixe ou mobile : Appelez le 08 95 22 70 67
Plusieurs catégories d'histoires libertines, sadomaso, insolites, lesbiennes etc...


DUR COMME DU BOIS...

- Par l'auteur HDS Alainylon -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Alainylon [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 56 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 8.3 • Cote moyenne attribuée par HDS : 8.9
• L'ensemble des récits érotiques de Alainylon ont reçu un total de 640 258 visites.

sexe récit : DUR COMME DU BOIS... Histoire érotique Publiée sur HDS le 25-01-2018 dans la catégorie Entre-nous, hommes et femmes
Tags: Cunnilingus  Femme fontaine  Fist 
Cette histoire de sexe a été affichée 3312 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): DUR COMME DU BOIS... ( 8.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : DUR COMME DU BOIS... ( 9.0 /10 )
 
Les Dernières Inscrites sur HDS.sexy - Sur votre Région :

 
Couleur du fond :


DUR COMME DU BOIS...

Jean Claude m’avait demandé s’il était possible que je me libère le samedi qui suivait pour l’accompagner chez une bonne connaissance à lui pour à rentrer du bois. N’ayant rien de prévus j’avais tout se suite accepté. Je lui devais bien cela, lui-même étant toujours le premier à rendre service.
Le jour dit, je fus au rendez-vous. Hormis Jean Claude, il y avait deux hommes. Michel, le maître de maison et Alexandre un collègue de Gina la femme de Michel.
Avant de commencer toute chose, nous étions invités à entrée à l’intérieur de la maison. Sur la table de la cuisine se tenaient des tasses de café fumant que Gina venait de servir. Dans une corbeille s’empiler des croissants. Très vite la discussion allait bon train. Il avait suffit un seul coup de klaxon pour tout interrompre. J’avalais le reste du contenu de ma tasse et marchais sur les pas des autres. Dehors un camion était en train de manœuvrer. Plaçant le derrière du véhicule le plus proche du refuge à bois. Sous l’autorisation du propriétaire, il benna son contenu dans un bruit de tonnerre. Au dire du proprio il y avait une vingtaine de stère de bois éparpillé sur le sol.
Il était temps pour nous de nous mettre au travail. Avec Jean Claude, nous prîmes chacun une brouette pour transférer le bois d‘un coin à l‘autre, alors que Michel et Alexandre eux s’affairer à le ranger. Cela nous avait pris l’après-midi, de placer les vingt stères. J’avais les bras douloureux. Pour nous témoigner sa reconnaissance, Michel nous proposa d’entrée de nouveau chez lui mais là pour prendre un verre.
Il s’en suivit un apéritif à la hauteur du travail effectué. Au fil des verres, un rien enclencher chez nous une rigolade. Même les blagues foireuses de Michel complètement saoul.
Un besoin naturel me submergea. Flairant que le maitre de maison serait dans l’incapacité de me renseigner, je me tournais alors du côté de Jean Claude. Le seul encore dans le salon. Alexandre s’étant évanoui avec Gina. Alors que je me retrouvais au-dessus des toilettes en train de me soulager, j’entendais des gémissements. Pour être sûr de ce que j’avais entendu, je tendais l’oreille. Au début, je ne perçus rien, puis soudain, je discernais nettement des froissements de tissu, un sommier qui grinçait. Puis des soupirs étouffés et encore des gémissements. À pas de loup je me déplaçais le long du couloir jusqu’à atteindre le lieu du délit.
La porte était close. Il n’était pas question pour moi de l’ouvrir au risque de me faire repérer. Je dû recourir à la serrure pour combler ma soif de curiosité. Et je ne regrettais d’y avoir jeté un œil. Gina était plaquée debout contre l’armoire. Ses habits n’offraient aucune protection à ma main baladeuse du collègue. Fourrageant dans la culotte de Gina, la langue fouineuse dans sa bouche. La monstrueuse bosse du pantalon affirmait l’excitation d’Alexandre.
Puis pour ma plus grande joie, la maîtresse de maison s’accroupit et dégagea le sexe du pantalon. La verge jaillit comme un diable de sa boîte, dressée à la verticale. Elle émettait un sifflement de contentement. Passant très vicieusement une langue sur ses lèvres.
Elle prit délicatement dans ses mains, des bourses de son amant. Comme si elle voulait les soupeser, puis les lui caressa. Alexandre, la tête en arrière, se laissa prendre en bouche. La cavité mâchouilla le gland alors qu’une main le branler. Elle le pompa et cela jusqu’à l’heureux élu éjacule dans la bouche.
Le méfait liquidé, ils se rajustaient. Ce fut l’instant que je choisis pour prendre congé. Ils nous rejoignirent quelques instants plus tard. Gina, avait les joues rosies. Je me mis alors à l’attaquer sans cesse de questions très compromettantes. Qui faisaient allusion de près ou de loin sur ce qui s’était passé dans la chambre. Alexandre était trop fumé pour faire la liaison. Comme je l’avais tant désiré, elle décida de s’absenter quelques instant pour aller soit disant chercher une autre bouteille. Mais c’était sans aucun doute pour s’échapper à mes attaques devenues de plus en plus piquantes. Je profitais de l’occasion pour m’évaporer à mon tour. J’augurais auprès des convives une envie pressante. Je profitais de leur crédulité pour aller rejoindre la maîtresse de la maison dans la cuisine. Je la trouvais la tête dans le frigo. J’avais refermé la porte et je me suis avancé jusqu’à elle. Sentant une présence, elle se redressa et se retourna.
- Ah c’est toi… tu as besoin de quelque chose ?
- Oui de toi !
- Pardon, fit-elle, souriant niaisement.
- J’ai tout vu tout à l’heure dans ta chambre avec ton collègue.
- Ah oui ! Et alors ?
Pour toute réponse, je m’approchais à la toucher, et posais mes mains sur ses hanches. Elle se laissa plaquer contre moi. Je me frottais à elle. C’était délicieux. Profitant de sa résignation pour enfouir ma main sous sa robe.
- Oh non ! Chuchota-t-elle. Que fais-tu là ? Fit-elle en essayant de m’échapper.
Je l’obligeais à rester à mon côté en lui pinçant légèrement les cuisses. Matée, droite comme une statue, elle prit appuie sur le poignet du frigo. Les joues rougissaient à vue d’œil. Je profitais de sa docilité pour la tripoter entre les cuisses. Mes doigts cherchant à se faufiler sous sa culotte. Elle avait beau serrer les jambes, j’insistais en la couvant d’un regard affectueux. Elle chancelait, ses seins se soulevaient à un rythme rapide, coincées dans son chemisier boutonné au col.
Elle se tortilla comme en proie à une forte envie d’uriner. Je lui palpais le sexe à travers son slip. Comme cela ne semblait pas lui déplaire, en un tour de main, je fis glisser sa culotte jusqu’à ses chevilles et l’en débarrassais. Je la chiffonnais dans ma main et la reniflais vicieusement.
Ne pouvant pas me résonner de découvrir son sexe, je soulevais le devant de sa robe, assez haut pour me rincer l’œil. J’y vis des poils noirs lisses, presque laqués. Je détaillais la crête sombre, un peu chiffonnée, formée par les deux lèvres. Plus bas, le vagin bâillé, dévoilant la couleur crue et brillante des muqueuses. J’y introduisis une phalange de mon doigt.
- C’est bien gras, tout ça ! Lui fis-je en portant le doigt à ma bouche. Le suçotant.
Quand j’effleurais le clitoris, Gina miaula, se cramponna sur le sur le frigo. Je plongeais mon index dans les profondeurs de son vagin. Elle ferma les yeux et avança instinctivement son bassin au-devant du doigt qui tournoyer dans son antre. Elle penchait la tête en arrière et haletait, la bouche à demi ouverte. Son souffle heurté, sifflait entre ses dents comme si elle souffrante.
Je m’installais entre ses jambes. Coinçant le devant de sa robe à la ceinture en cuir. J’avançais mon visage jusqu’à la fente dont les bords froissées m’envoyèrent une bouffée de parfums qui me grisa. Je plongeais la tête en avant et se mit à donner de grands coups de langue sur le sexe détrempé. Elle tressaillait, en fermant les yeux. De la langue, j’excitais son clito tout en enfouissant mon index pour ses deuxièmes plongées dans son entaille. Sa respiration se fit plus forte, alors que je sentais une mouille chaude et épaisse gainer mon doigt. J’enfonçais un second à coté. C’était si accueillant que je pouvais les faire gigoter sans problème. Le son de ses gémissements allait crescendo. Ce qui m’encourageait à en faire plus, et pour ça de glisser l’annulaire dans son anus.
Je me souviens d’avoir aussi au même moment ouvert la bouche. Comme si je voulais avaler le sexe qui se trouver juste devant moi. Et de serrer mes dents en haut de la vulve, tout en la masturbant avec mes trois doigts. Elle souleva une jambe la posa en appui sur mon épaule, comme pour mieux s’ouvrir. J’en profitais pour enfoncer l’auriculaire dans son anus. Branler le cul au même rythme que sa chatte. Elle ne traina pas à « couler » de partout.
Je suçais sa chatte avidement. Elle tressaillait. J’alternais le mouvement de ma main entre lenteur et rapidité, guettant sur son visage la montée du plaisir. Chaque aller et retour faisait secouer tout son corps. Je mordillais son bouton qui était devenu aussi dur qu‘un noyau de cerise. Les gémissements s’échappaient, courts, gutturaux, puis se changeaient en une longue plainte. Me plaquant contre elle avec sa jambe, à m‘en faire mal au dos.
Son regard capta le mien. Comme pour partager avec moi, le réalisateur de son plaisir, sa jouissance. Sa mouille coulait plus que jamais en abondance le long de ma paume. Mon bienfait réalisé il était temps pour moi de redevenir sage, malgré ma forte érection.
Alors que je me redressais, je découvrais avec stupéfaction que nous n’étions plus seul dans la pièce. Jean Claude s’y trouvait aussi.
- Que vous êtes brillant…
- Oui, je reconnais qu’elle s‘extériorise assez facilement. Que disent les autres ?
- Michel roupille tandis qu’Alexandre récupère, fit-il un sourire salace aux lèvres. Il m’a tout raconté…
Dans la foulée en deux ou trois manœuvres, il m’y sa verge au gland mafflu à l’air, sous le regard fasciné de Gina. Le coquin l’agita, en lui lançant :
- Elle te plaît Gina, viens la sucer !
Sans qu’il soit besoin de se répéter, elle se pencha au-dessus de mon membre. Refermant ses doigts autour, elle entreprit de le sucer tout en le branlant. En un va-et-vient plein de sensualité. Avec un tel traitement, il ne mit pas longtemps à atteindre l‘apogée. Jean Claude lui avait annonça en s'étranglant qu’il allait éjaculer. Elle avait alors accéléré le mouvement de la main. Aux grimaces qui déformées son visage, je sus qu’il giclait son plaisir dans la bouche de la suceuse. Qu’elle tenait fermer. Ne faisant aucune manière à l’avaler. Elle prit même soin de nettoyer la verge avec sa langue.
Avec jean Claude nous étions retournés au salon, Gina préférant se rendre dans la salle de bains avant de se retrouver en compagnie de son époux. Michel dormait à poing fermés sur le divan, saoul.
- Alors cette partie ? Demanda Alexandre.
- Très jouissif, répliqua Jean Claude.
- Elle est bonne. Fit Alexandre. Et elle aime ça la cochonne.
- Arrête, répliquais-je, tu vas me faire regretter de ne pas mettre fais sucer.
- Et bien tu aurais du, me confia Jean Claude, elle suce aussi bien qu’elle respire, ce qui est peu dire.
Nous nous mires à rire en cœur.
- Il n’est pas trop tard pour réparer ça, fit le collègue de Gina.
- Et lui, fis-je en désignant le mari couché.
- Lui, pas de risque qu’il se réveille avant demain, crois-moi fit Alexandre, je connais le lascar. Et, de vous à moi je ne serais pas contre d’une nouvelle pipe, ajoutait-il en se défaisant son pantalon.
Nous décidâmes comme un commun accord, de mettre nos sexes à l’air. Quand elle fit son entrée, elle fut accueillit par Jean Claude. Lui arrachant sa robe, et la pencha sur le bord du fauteuil. Il s’était enfoncé en elle d’un seul coup de reins jusqu’à la garde. Quand il eut fini, je pris ma part en l’enculant. Alors qu’elle hurlait son plaisir, Alexandre lui avait enfourné sa queue en bouche. Même après tout ça la coquine en demander d’avantage.
Pour assouvir le besoin de manque de sa collègue, Alexandre nous avait préconisé une pose qui pourrait la combler. Pour cela, nous nous sommes avec Jean Claude allongé à même le tapis. Couilles contre couilles. Nos bites n’en faisant qu’une.
Alexandre avait conduite sa collègue au-dessus de nous. Prenant appui avec sa main gauche sur mon genou et se baissa. De son autre main, elle guida nos verges dans sa chatte béante, et s’abaissa. Lentement nos glands écartèrent les lèvres qui épousèrent la forme de nos queues respectives. Le vagin résista un peu, protestant contre la taille inhabituelle de ce que en lui imposé, mais finit par céder aux mouvements conjugués de nos deux bassins basins. Se dilatant autour de nous pour mieux nous absorba. Gina étouffa un cri. De plaisir ? De douleur ?
Je ne manquais rien de cette pénétration contre nature. Une moitié avait disparu dans son antre. Après avoir pris une inspiration, elle se laissa tomber, en poussant un grognement sourd. Elle s’empala complètement sur nos sexes. Son pubis se mêla au mien. Elle poussa une sorte de grognement sourd sortant du plus profond de sa gorge :
- AHHHH, Oui, oui, humm….
Elle resta quelques instants sans bouger avec ces sexes entièrement en elle. Puis à l’aide de ces deux mains en appuie sur mes genoux, elle monta et s’abaissa. Gémissant de plus en plus fort.
- Oui c‘est monstrueux, Ahhhh, c’est bon, Ahhhh.
Peu à peu, elle accéléra furieusement son pompage. Je restais sans rien faire, seulement à regarder le spectacle de cette femme en train de s’empaler toute seule. Elle se dandinait et gémissait langoureusement. Plus que la sensation, ce fus le spectacle offert à mes yeux qui me fit éjaculer. À m’en faire grogner de plaisir. Badigeonnant de mon sperme tout ce qui se trouver dans l’antre. Cela eut pour but de déclencher celui de Jean Claude.
- J’aime ça, hurla-t-elle… c’est bon… oh ! Oui, je vais jouir… je jouis… oui, ooouiiiiii ! Je jouis…
Elle jouit ainsi plusieurs fois, chaque fois plus fort que la précédente.
À vrai dire, et encore maintenant, je n’ai jamais su qui des bûches ou de l’insatiable Gina, m’avait autant épuisé. D’ailleurs je l’avais toujours évité, sachant très bien que je n’étais pas de taille pour combler sa soif sexuelle…





Avis des internautes sur cette histoire érotique

... Histoires De Sexe Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67

Les avis des lecteurs

Soyez le premier à donner votre avis après lecture sur cette histoire érotique...
Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 

Nos membres sexy se dévoilent...


Autres histoires érotiques publiées par Alainylon


 
EXHIBITION SUR UNE TABLE EN VERRE... - Récit érotique publié le 14-02-2018
 
SUR LE CAPOT... - Récit érotique publié le 12-02-2018
 
LA SOUMISSION... MOI J'ADHERE... - Récit érotique publié le 06-02-2018
 
DECOUVERTE D'UN NOUVEAU PLAISIR... - Récit érotique publié le 31-01-2018
 
L'AMIE DE MON AMIE EST MON AMIE... - Récit érotique publié le 27-01-2018
 
DUR COMME DU BOIS... - Récit érotique publié le 25-01-2018
 
LUCETTE FAIT DES SIENNES... - Récit érotique publié le 21-01-2018
 
L'EMPRISE... - Récit érotique publié le 16-01-2018
 
JE DONNE L'OCCASION A MA FEMME DE SE FAIRE METTRE DEVANT MOI... - Récit érotique publié le 14-01-2018
 
L'ADULTERE DE MA FEMME ME DONNE DES AILES... - Récit érotique publié le 07-01-2018
 
JE PRENDS PLAISIR DE VOIR MA FEMME ME COCUFIER... - Récit érotique publié le 05-01-2018
 
MOI ET MA VOISINE BERNADETTE... - Récit érotique publié le 25-12-2017
 
MA VOISINE BRIGITTE ET MOI... - Récit érotique publié le 23-12-2017
 
Jeux pas si solitaire - Récit érotique publié le 21-12-2017
 
L'EXCITATION N'A PAS D'ÂGE. - Récit érotique publié le 08-12-2017
 
La femme en petite tenue... - Récit érotique publié le 23-11-2017
 
CADEAU DE NOËL - Récit érotique publié le 17-11-2017
 
LA REPRESENTANTE EN DETRESSE... - Récit érotique publié le 12-11-2017
 
LE DESIR DE PATRICIA - Récit érotique publié le 20-10-2017
 
LE TELEPHONE ROSE... - Récit érotique publié le 20-09-2017
 
LA MERE DE MA COPINE VEUT TOUT SAVOIR - Récit érotique publié le 19-09-2017
 
MON NOM EST PLAISIR... - Récit érotique publié le 16-08-2017
 
La culotte de Cathy - Récit érotique publié le 20-07-2017
 
Pour les pieds de Natacha - Récit érotique publié le 29-06-2017
 
JE VOUS EN SUPPLIE... PRENEZ-MOI MONSIEUR... - Récit érotique publié le 21-06-2017
 
APRES LA COPINE, CE SERA AU TOUR DU COPAIN... - Récit érotique publié le 31-05-2017
 
AVEC LA MERE DE MON COPAIN - Récit érotique publié le 19-05-2017
 
Claire se donne du plaisir - Récit érotique publié le 25-03-2017
 
UNE ENVIE PRESSANTE - Récit érotique publié le 21-02-2017
 
LE SERVICE. - Récit érotique publié le 14-02-2017
 
LES BONS PETITS VIEUX - Récit érotique publié le 29-01-2017
 
TABLE DE SAPIN 6 - Récit érotique publié le 09-01-2017
 
TABLE DE SAPIN 5 - Récit érotique publié le 06-01-2017
 
LA TABLE DE SAPIN 4 - Récit érotique publié le 05-04-2016
 
LA TABLE EN SAPIN 3 - Récit érotique publié le 21-01-2016
 
LA TABLE EN SAPIN - Récit érotique publié le 15-01-2016
 
LA TABLE EN SAPIN... - Récit érotique publié le 05-01-2016
 
LA BELLE-MERE DE LA COPINE DU MOMENT: La visite surprise de Marion. - Récit érotique publié le 13-12-2014
 
La belle-mère de ma copine du moment... - Récit érotique publié le 03-12-2014
 
L'innocente Valérie... - Récit érotique publié le 29-07-2014
 
Là dans le lit, à côté du mari... - Récit érotique publié le 10-07-2014
 
Exhibition - Récit érotique publié le 16-05-2014
 
La voisine - Récit érotique publié le 08-04-2014
 
La directrice - Récit érotique publié le 25-03-2014
 
La collegue de ma femme - Récit érotique publié le 17-12-2013
 
Plaisir... - Récit érotique publié le 06-12-2013
 
Le magasin de lingerie - Récit érotique publié le 29-11-2013
 
Dormez bien, belle-maman... je m'occupe de vous ! - Récit érotique publié le 26-11-2013
 
Le fantasme devenu histoire... - Récit érotique publié le 19-11-2013
 
Orgasme au téléphone... - Récit érotique publié le 17-11-2013
 
En Savoir plus sur l'auteur, liste complète des histoires de Alainylon...

... Histoires De Sexe Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67