S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour. J'ai 22 ans, je recherche à rencontrer des femmes ou faire des échange ...
• bonjour a toutes, j'ai 46 ans et je recherche dans la région de Marseille une femme ...
• h 50 ans cherche un h dominent pour me prendre et se faire sucé dispo les aprem et ...
• Mesdammes, Mesdemoiselles Jeune homme de 32 ans, j'aime echanger des recits ...
• Bonsoir, Jeune homme parisien de 19 ans encore vierge, j'aimerais faire ma ...
• Je cherche une femme d'environ 60 à 70 ans célibataire,seule,libre,douce,sensuelle ...
• > Le libertinage pour des plaisirs dans le respect de chacun et chacune > Anna ...
• bonjour à toutes , je suis un charmant jh de 35 ans marié mais délaissé et je ...
• Bonjour, Je cherche une complice femme, pour séduire/échanger des emails torrides ...
• Bonjour Quelle femme mariée ou non (je suis moi-même marié) aurait envie de ...


Mon cochon de gendre m'a enculée

- Par l'auteur HDS Martine -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Martine [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email :

• 2 récits érotiques publiés.

• L'ensemble des récits érotiques de Martine ont reçu un total de 166 254 visites.

sexe récit : Mon cochon de gendre m'a enculée Histoire érotique Publiée sur HDS le 02-01-2010 dans la catégorie Dans la zone rouge
Tags:
Cette histoire de sexe a été affichée 159347 fois depuis sa publication.


 
Les Dernières Inscrites sur HDS.sexy - Sur votre Région :

 
Couleur du fond :


Mon cochon de gendre m'a enculée

Je suis une femme de soixante quatre ans, petite, ronde, portant des lunettes et très portée sur le sexe. Dans les repas de famille, j'aimais chanter des chansons paillardes, raconter des blagues cochonnes dans lesquelles je pouvais glisser le mot "bite" ou " pipe". Cela m'excitait mais j'en ignorais la raison jusqu'au jour où j'ai compris que je le faisais inconsciemment pour exciter mon gendre.
Nous nous sommes progressivement rapprochés l'un de l'autre jusqu'au jour où j'ai reçu un sms venant de lui, pour le premier de l'an. Il s'était procuré mon numéro sur le portable de ma fille. Ce premier message était aimable et n'avait rien de déplacé.
A l'anniversaire de mon petit fils, je me suis isolé un instant dans la chambre du petit. Mon gendre m'a suivi discrètement, il s'est approché de moi et, comme je lui tournais le dos, m'a collé une main aux fesses. J'étais très surprise mais je n'ai rien fait pour enlever sa main. Je le laissais me pétrir les fesses en jetant de temps en temps un regard de côté pour m'assurer que personne ne venait. Je me suis échappé sans rien dire, un peu honteuse de n'avoir rien dit. Le soir même, je me suis masturbée en pensant à sa grosse queue que j'avais aperçue un jour lorsqu'il sortait de la douche alors que j'étais venue passer quelques jour chez ma fille. Il avait mon numéro et je n'avais rien fait pour stopper ses avances. J'étais une vraie salope et cela m'excitait. Je mouillais en sa présence et je n'arrêtais pas de fantasmer sur sa personne. Je m'imaginais en train de le sucer, en train de me faire prendre à quatre pattes par tous les trous. Ses messages se sont fait de plus en plus osés. Il me traitait de salope, grosse truie, de garage à bites et j'aimais ça. Je lui répondais par un sms vide, je n'osais pas écrire quelque chose, comme pour ne pas franchir le pas. Il s'est mis à m'avouer qu'il fantasmait également sur moi, que mon gros cul le faisait bander comme un salaud, qu'il avait envie de me brouter le minou, de me mettre à quatre pattes et de me lécher longuement le cul avant de me prendre par tous les trous.
J'avais de plus en plus envie de lui et il fallait en finir avec cette pulsion avant que mon mari ou ma fille s'en aperçoive. J'ai essayé de le repousser, de ne plus répondre à ses messages mais l'envie ne cessait de monter. J'ai donc décidé de céder à ses avances. Un jour, j'ai prétexté un petite réparation à la maison pour me retrouver seule avec lui. Nous n'avons même pas eu le temps d'arriver à la cuisine où se trouvait la tablette décrochée. Il m'a saisit à la taille au moment où il me suivait dans le couloir. Il a commencé à me tripoter les seins puis ses mains se sont portées sur la fermeture de mon pantalon. Il l'a ouverte, m'a déculottée, m'a mise à quatre pattes et m'a prise violemment en introduisant entièrement sa grosse queue dans ma chatte. Il me bourrait vigoureusement le cul en me traitant de salope. Il me demandait si j'aimais ça et je lui répondais que oui :
- Bourre-moi, bourre-moi bien mon cochon !!!
Cet assaut fut très violent et comme si cela ne lui suffisait pas il commença à me caresser la rondelle avec son pouce. J'ai voulu lui interdire mais avant que je fasse quoi que ce soi, il présentait déjà son gland sur le petit orifice. Il s'est introduit en moi en un coup de rein puis il m'a besognée sans ménagement. Je lâchais des râles de plaisir. Enculée par mon gendre, j'étais aux anges. Il s'est vidé dans mon cul par trois longues saccades. J'ai jouis quand j'ai senti son sperme chaud en moi. Je suis restée un instant la coupe en l'air, sans pouvoir bouger. Lorsque j'ai repris mes esprits et que j'ai remonté ma culotte, mon gendre avait disparu. Lorsque mon mari est rentré, le sperme de mon gendre me coulait encore du cul...








Les avis des lecteurs
 

Ma belle mère de soixante douze ans recommence à me faire du pied chaque fois que nous allons chez eux.
Je suis de nouveau très excité. Je bande comme un gros porc. Elle doit s'en douter. Son mari et sa fille sont présents à table mais cela ne la gêne en rien. Je suis sûr que cela l'excite, qu'elle mouille comme une grosse salope et qu'elle se fait jouir en y repensant.
Moi aussi, je pense beaucoup à elle. Je me branle et je jute souvent en pensant à son gros cul. J'aimerais lui bouffer la chatte et lui lécher longuement le cul.
Je suis fou d'elle.

 
 

j'ai 30 ans ma compagne marie en a 4 de plus ma belle mere matine 58 ans me saute a sa guise régulièrement depuis deux ans mtn
martine a une grosse poitrine est un gros cul qui m rend fou chaque jour
je n'esite pas a me porter malade au boulot pour étre avec elle a la maison
elle me baise le matin apres le depart de ma femme au travail
elle me baise les apres midi quand je suis a la maison
elle me baise le soir apres le repas avant d'aller me coucher
est elle me baise encore dans la salle de bain
au matin elle se glisse dans la salle de bain ou elle me trouve la queue deja bien dure
elle se met a genoux me la suce rapidement je prend son cul je le bouffe j'y fourre ma langue
est ma queue juste apres j'adore lui jouir dans le cul c'est tellement bon est ma femme ne veux jamais le faire alors je la punie en baisant sa chienne de mere jusqu'a la garde
elle aime aussi que je me vide dans sa chatte pour prendre tous le sperme bien chaud qui en decoule pour venir le partager avec moi dans un long baiséé tendre est complisse


 
 

Chaque fois que nous allons chez ma belle mère, j'en profite pour lui emprunter une de ses culottes dans le panier de linge sale.
Plus tard, je la sens, je la lèche, je me branle puis j'y jute dedans en pensant à son gros cul.
A la prochaine visite, je la redépose tout souillée dans le panier. puis j'en reprends une autre bien odorante.
Je suis sûr que ma salope de belle mère a découvert le manège de son cochon de gendre...

 
 

J'ai 55ans. Ma belle mère a 92 ans. Je n'ai pas honte de dire que ça fait maintenant 24ans qu'elle me vide régulièrement les couilles.
Tous les mardi, je passe chez elle, pour la petite pipe. Elle adore me caresser les couilles.
Le jeudi, je la baise. Elle m'attend, la culotte baisée sur les cuisses, à quatre pattes sur le canapé. Je l'enfile bien à fond. Elle possède un gros cul, avec de grosses fesses, qui me fait encore bien bander.
Le weekend, j'encule sa fille et je me vide dans son cul en pensant à sa grosse cochonne de mère...


 
 

J'ai soixante douze ans. Mon gendre en a 50. Nous sommes très complices.
Je m'arrange toujours pour porter des vêtements bien moulants. Je suis sûr que cela lui fait de l'effet car l'autre jour, il m'a posé une main aux fesses. Je n'ai rien dit.
Dimanche dernier, quand il est venu avec ma fille, je portais une robe bien échancrée. Je me suis baissée volontairement face à lui et il a reluqué ma grosse paire de seins.
J'ai pu voir, aux formes de son pantalon, qu'il bandait comme un gros cochon...
Le soir, j'ai jouis.

 
 

je rêve de me faire prendre le cul de la même façon

 
 



Bonjour,
je suis un homme de 36 ans qui a un belle mère de 67 ans, bien en chair, avec de gros seins et de grosses fesses.
Je pense qu'elle sais que ca m'excite son gendre. Chaque fois que je viens dans sa maison avec sa fille, je
Me rend dans la salle de bain pour prendre une mes culottes dans le tambour de la
machine à laver qu'elle me laisse volontairement ouvert. Je la sens, me caresse
avec en me masturbant puis j'y jute dessus car, lorsque je la dépose,je pense a la fois
d'après, elle est toujours souillée de sperme.
En espérant Qu'elle l'a sente cette culotte qui sent ma queue, qu'elle sente ma bite, et qu'elle Adore la sentir, qu'elle se masturbe en la léchant et cela me fait toujours jouir
violemment.
Qu'est-ce que je donnerais pas pour qu'elle me suce la queue profondément!.... Ton sucre d'orge,
Ton gendre yah..



 
 

Moi aussi je fantasme sur ma belle belle-mère, elle a une trés grosse poitrine sympathique. Moi j'ai une belle et grosse queue sympa donc situ me veut je suis ouvert belle maman (discret) bisous.

 
 

désolé si tu a découvert ceci Ann... Je m'excuse, mais je me demande comment es tu tombé sur mon "commentaire"?

 
 

Bonjour Bruno,
je sais que tu éprouves des sentiments pour moi mais il ne faut pas, je suis ta belle mère !
Tu ne dois plus écrire des choses comme ça, imagine que cela se sache.
J'ai bien vu que ma grosse poitrine te plaisait mais il faut que tu sois raisonnable.
Annick


 
 

Bonjour, moi je rêve depuis longtemp de faire l'amoure a ma sublime belle-mère, elle est blonde 52 an une poitrine de 100D absolument merveilleuse mais je ne sait pas sont resentis, donc si tu lit ce message annick je me fait du bien en pensant à toi j'ai trés envi de toi Bruno ton gendre. <3

 
 

Mon gendre n'arrête pas de m'envoyer des SMS pour me dire qu'il éprouve des sentiments pour moi.
J'avoue qu'il ne me laisse pas indifférent mais j'ai très peur que tout cela se sache.
Il me caresse régulièrement les fesses et les seins.
Je ne lui interdis pas.
Je sais qu'il possède une belle queue bien dure.
Le soir, je me fais régulièrement jouir en pensant à lui.


 
 

Bonjour j'ai 21an, ma belle-mère 52 et c'est une trés belle femme une pair de seins absolument magnifique avec un 100E ce qui me fait particulièrement d'éffets. Je pense à elle souvent j'aimerais la toucher pouvoir lui malaxer cette belle poitrine mais je ne sais pas si c'est réciproque. Ma trés chère belle-mère que j'apprécie tant tu me fait tant bander je fantasme sur toi Annic... Ton gendre Bruno.

 
 

j'ai 77 ans j'ai lu avec un jeune homme.il a bien rigole puis m'a touche le sexe et les fesses j'at baisse mon pantalon et il m'a graisse le cul.j'aime me faire mettre une bitte dans le cul j'ai trouve un foyer magrebain et des verges pour me faire plaisir

 
 

je me suis lache dans le calecon

 
 

Je pense que vous avez lu cette histoire mimi. Je me suis masturbé comme un fou en pensant à vos seins.

 
 

Je suis choquée ... Si ma mère se tapait mon mari, je ne m'en remettrais jamais.

 
 

J'ai 53 ans, j'aime ma femme mais j'avoue etre attiré par ma belle mère, 69 ans, mais je ne sais pas quelle serait sa réaction..elle est veuve et je la taquine souvent et elle reconnait se masturber et aimer ça..pouvez vous me conseiller? merci!

 
 

Bon récit, bien bandant...

 
 

c'est genial j'espere avoir une belle mere ou belle soeur un peu agée


 
 

maginifique histoire!!!!!

 
 

Mon gendre à 47ans, j'en ai 68. La dernière fois qu'il est venu manger avec ma fille à
la maison, j'avais laissé mon numéro de portable sur le meuble du téléphone, bien en
évidence. Maintenant, il m'envoie des SMS dans lesquels il me tutoie. Pas des avances,
pas des obscénités, juste des messages. J'ai très envie de lui répondre mais je n'ose
pas. Pour tout vous dire, j'ai très envie de lui depuis que j'ai aperçu sa belle queue
à la sortie de la douche, chez ma fille. Mon mari ne bande plus. Je fantasme souvent
sur une rencontre discrète avec mon gendre. Il pourrait passer une après midi et me
prendre vigoureusement en l'absence de mon mari.
Je me fais souvent jouir en y pensant.

 
 

Je viens de lire toutes ses expériences et ça me rassure quelque part de ne pas me
sentir seule à avoir cédé aux avances de son gendre... Je suis plus jeune et mon mari
me fait l'amour régulièrement mais la routine est peut-être responsable de mon manque
de désir envers lui, surtout depuis que mon gendre abuse de moi et j'en suis devenue
totalement à croc. j'ai pourtant longtemps résisté tout en considérant que ses
suggestions étaient en quelque sorte des compliments. Nous étions ainsi complice d'une
séduction interdite mais restant dans le domaine de l'acceptable. Ma fille est de 6
ans plus jeune que lui, pudique certes, mais je l'a sais informée de part son métier
d'infirmière des pratiques sexuelles les plus audacieuses que son mari n'hésite pas à
lui offrir, ce qu'elle me confie et je sais ainsi qu'il veut la soumettre mais qu'elle
y est réticente... C'est ce qui a déclenché ma curiosité. J'ai commencé à sentir ses
regards sur moi comme s'il savait que je savais son désir de soumettre. Je ne me suis
jamais soumise bien au contraire et pourtant le trouble n'a cessé de croitre. Au fil
du temps il a fini par s'en apercevoir car de plus en plus incapable à me soustraire à
ses suggestions dominatrices pourtant exprimées sans un seul mot, juste des regards et
des sourires si clair que j'en baissais les yeux. Je sentais en moi monter des
sensations encore inconnues qui me rendaient fragile, fébrile, incapable de contenir
une excitation croissante en sa présence. Je n'arrivais plus à lui parler comme au
début, j'en devenais presque muette, j'étais sans cesse attentive à ses mots, à ses
attitudes et ce jeu qu'il exerçait sur moi est devenu de plus en plus limpide. Avec
patience, discrétion et tact il a su sans même en dire un seul mot me conduire au
désir qu'il me soumette. C'était devenu parfaitement clair entre nous. Un lien
invisible me reliait à lui et il en augmentait la force en expérimentant son pouvoir
sur moi, me faisant baisser les yeux, me guidant dans le choix de mes tenues par des
sourires ou des dédains. Je devenais sa chose et je me contentais d'être attentive à
ses désirs pour mériter ses sourires, pensant que l'excitation que j'en éprouvais
n'était pas de nature à me rendre coupable dés lors que personne ne pouvait s'en
apercevoir et encore moins s'en plaindre. Je sais qu'à dater de ce moment je ne me
suis plus comportée avec mon mari comme avant, reculant ses avances, ne jouissant que
plus rarement, encaissant ses reproches sur mes tenues un peu plus féminine dont il se
demandait à quoi ça pouvait servir et moi de lui répondre que ça me rassurait
simplement d'être encore une femme, ce qui était vrai mais sans avouer la peur que
j'éprouvais de ne pas recevoir le sourire de mon gendre en lui exposant discrètement
le galbe de mes seins qu'il me fallait accentuer malgré un 90C ce qui ne manqua pas
d'en étonner ma fille plus encore que mon mari, ou encore la naissance des dentelles
de mes bas, ce qui aurait à coup sur fait l'objet d'un scandale si par mégarde je
m'étais faite surprendre. je n'avais plus que cette idée en tête : lui obéir... j'ai
raccourci mes jupes, mis des tenues plus moulantes, je me suis maquillée et je suis
arrivée à comprendre qu'il me faudrait toujours aller plus loin... j'ai enlevé ma
culotte, j'ai laissé sous la table son pied remonter entre mes cuisses, il a même
obtenu que j'écarte d'un seul regard, venant frôler ma vulve de son orteil qu'il m'a
imposé de lui offrir en m'avançant au bord de ma chaise et tout cela sans un mot... Je
ne peux expliquer mon état... je brûlais, je fondais, plus rien ne comptait, le désir
me consumait sans pouvoir m'autoriser un orgasme que je ne réclamais pourtant pas...

Bien sûr, tout ceci est passé et il a obtenu de moi ma totale soumission... je
l'appelle Maître... Il me baise sans aucune restriction... Il m'a fait aimer être
sodomisée, godée, tatouée sur le sexe... J'ai divorcé et je m'en fous car je lui suis
plus disponible et je risque moins que ma fille soit un jour informée que sa mère est
devenue la propriété de son mari... je n'ai jamais autant mouillée que depuis que je
me suis soumise à Lui, Mon Maître... je ne suis tenue que par la peur de le décevoir
et celle de ne pouvoir le suivre là où son imagination débordante voudra me
conduire... Je suis heureuse de pouvoir l'écrire

Brigitte

 
 

c'est l'histoire de chaque gendre qui comme moi, a réussi a niquer sa belle mère malgré
son age avancé de 75 ans ; mais elle aime le sexe car son mari la délaisse pour courir
après les brus ...ma belle mère fait tout pour me plaire : lécher , sucer et surtout
se faire sodomiser..

 
 

C'est à peine croyable toutes ces idées cochonnes et envies charnelles que les belles-
mères inspirent à leurs gendres et vice-versa mais je garde la conviction que tout
cela reste presque toujours au stade du fantasme. Cependant, parmi tous les
témoignages faisant suite à l'histoire, l'un m'a particulièrement ému et excité car il
m'a semblé sincère: c'est celui où un gendre, après s'être lancé pour défi de caresser
le cul de sa belle-mère, est parvenu à le faire en malaxant longuement les fesses de
l'intéressée sans que celle-ci proteste. Je veux bien le croire quand il dit que ce
fut pour lui l'un des plus beaux jours de sa vie.

 
 

Après avoir effectué quelques travaux chez ma voisine, belle femme de 48 ans, je ne
suis pas resté insensible a son pouvoir de séduction, toujours trés sexy de quoi
devenir fou.Mais voilà, elle a une fille aussi charmeuse qu'elle. Et le démon de midi
a choisi. Pas une réussite, superbe, aguichante,mais sans aucune initiative au lit.
J'ai donc opté pour pour la plus âgée. Enfin, tu te décides, ma fille ne vaut pas un
clou, elle est inbaisable,tu vas trouver du changement.C'était hélas la vérité,un
volcan en fusion toujours préte à tous les excés.Tout abord,elle était, chaque jour
nue sous ses vétements, ne portant ni soutien gorge ni slip une habitude m'a t elle
dit, rien contre. Une tailleuse de pipe peu ordinaire au fond de sa bouche a
s'étouffer avaleuse de sperme, aimant se faire éjaculer sur le corps, se faire baiser
à grands coups de bite en criant son plaisir de quoi alerter le voisinage,réclamant a
chaque fois d'étre enculée jusqu'aux couilles puis regardant sa montre,il ne va pas
tarder à rentrer, alors enfile moi et décharge dans ma chatte,c'était un réel plaisir.
De retour le salvator, me demandait si j'avais réussi à réparer? Et sa femme
narquoise répondait avant moi, j ai l'impression qu'il va devoir revenir car il y a
encore quelles fuites en bas cela coule encore, quelle belle salope.

 
 

Je saute régulièrement ma belle mère de soixante dix ans. Elle est grosse et gourmande.
Elle me branle, me suce et avale tout. Elle est bien plus salope que sa fille et, du
coup, je saute plus la mère que la fille.

 
 

Moi j ai aussi baise ma belle mere elle adore sa elle et bien epile . Je lui
leche a chaque foi et elle en redemande.dernierement je l ai encule ct sa premiere fois
et maintenant c elle ki en demande surtout pour lui voir bouger ces gros sein et sa fai
2ans ke sa dure

 
 

Mon gendre est un gros cochon. Il m'a envoyé un SMS pour me dire "qu'il s'astiquait la queue en pensant à mon gros cul." Il m'a même envoyé une photo de son membre en érection. Je n'ai rien dit à ma fille, ni rien dit à mon mari. J'avoue que je n'ai pas non plus effacé la photo. Maintenant, je la regarde souvent (en me masturbant). Voilà, c'est tout.


 
 

Je fantasme également beaucoup sur mon gendre et une telle histoire me donne vraiment
des envies. j'en ai mouillé ma culotte...
Ce soir, je vais encore me masturber en pensant à mon gendre.


 
 

je trouve surtout que c bien rédigé.dommage que je n'aie pas une belle mère comme vous.

 
 

Bonne année !
Pour le réveillon, je suis descendue à la cave pour aller chercher des bouteilles de
vins supplémentaires, du St Joseph 2008. Mon gendre m'a suivie et j'en ai profité pour
lui faire une petite gâterie. J'ai l'habitude de lui soulager les couilles. Pour le
première de l'année, je lui ai fait plaisir, j'ai tout avalé !
Mon gendre est vraiment un gros cochon mais je suis la dernière à m'en plaindre, je
suis une belle mère comblée (et bien remplie).


 
 

Je garde l’anonymat et j'en profite pour vous révéler ce qui suit :
Je suis une femme de soixante sept ans et je vous avoue que j'éprouve un certain
plaisir à exciter mon gendre. Je me tourne, je me baisse fréquemment devant lui pour
lui montrer mon gros cul. Je sais que cela l'excite. Il regarde mais n'ose pas
toucher. Ce gros cochon doit se masturber en pensant à mes grosses fesses. Mon
fantasme serait de me mettre à quatre pattes devant lui et lui ordonner de me lécher
le cul. Hummmm ! Je mouille rien que d'y penser...

 
 

J'ai soixante neuf ans et j'ai très envie de la queue de mon gendre.

 
 

Noël ensemble.
Ma belle mère était contente de me revoir à l'occasion de ce repas en famille. Elle
était toute heureuse. Elle avait mis une robe courte, moulante, avec un grand
décolleté. Du rouge à lèvre, une robe de pute et un string. La mère Noël, avec ses
grosses cuisses blanches, me faisait bander et elle le savait. Elle a commencé à me
frôler les couilles avec le dessus de sa main en me collant la bise, comme elle le
fait à chaque fois. A table, elle m'a fait du pied pendant tout le repas. Dans la
cuisine, elle en a profité pour venir frotter ses fesses énormes contre ma bite. Je
l'ai pelotée, j'ai caressé ses gros seins et son gros cul pendant que mon beau père
buvait.
Le sur lendemain, je suis repassé. La chatte de cette grosse salope était trempée.
Elle m'a sucé en gardant le bonnet du Père Noël. Je l'ai sautée, à quatre pattes
devant le sapin. Pour finir, elle adore ça, je l'ai enculée bien à fond. En me vidant
les couilles dans son cul, je lui ai glissé à l'oreille : Joyeux Noël, ma chérie !

 
 

Ma belle mère me vide régulièrement les couilles.
Sa fille, ma femme, ne veut jamais faire l'amour alors je vais régulièrement voir sa
mère qui elle est toujours en manque de sexe. Son mari, mon beau père, jamais à la
maison, est plus porté sur le bricolage.
Quand la voie est libre, elle m'envoie un texto, toujours le même : "Viens vite mon
chéri, viens vite te faire pomper"
Quand j'arrive, toujours le même rituel, elle m'attend assise dans le fauteuil, avec
un grand sourire sur les lèvres. Je m'avance, je sors ma bite et elle commence par
bien me sucer. "Allez, suce, vieille salope, suce la grosse bite à ton gendre !" Elle
adore quand je lui parle ainsi. "Maintenant, mets-toi à quatre pattes et baisse ta
culotte que je me vide les couilles !"
Ma belle mère ne se le fait pas dire deux fois. Elle se tourne, me présente son gros
cul et baisse sa culotte pour que je l'enfile.
"Tu aimes, hein ? Tu aimes te faire baisée par ton gendre quand ton mari n'est pas là
?"
"Oh oui, vas-y, défonce moi bien la chatte. Hummm ! C'est bon de se faire baisée par
son gendre ! Hummm ! Vas-y, bourre-moi bien le cul !"
Et il en est ainsi chaque semaine depuis février 2008 !
Le vrai bonheur !

 
 

Je suis une femme de soixante deux ans et je suis folle amoureuse de mon gendre. Je
n'ai pas honte de vous le dire. Je fantasme sur sa queue que j'ai pu apercevoir un
jour où nous sommes venu dormir chez ma fille.
Elle avait l'air d'être plus grosse que celle de mon mari. J'aimerais le branler, le
sucer, j'aimerais me mettre à quatre pattes devant lui pour qu'il me prenne mon gros
cul. je n'arrête pas de me faire jouir en pensant à lui.
Je le drague, j'essaye de l'exciter mais il est très timide et il n'ose pas. Il doit
se branler en pensant que je suis une grosse salope. Pour me punir, je me fais
régulièrement enculée par mon mari.

 
 

Tous ces avis sont dégoûtants.
Je suis une femme de soixante quatre ans, je vis chez ma fille et mon gendre n'arrête
pas de ma tripoter les seins et les fesses. J'ai peur que ma fille s'en aperçoive.
L'autre jour, il a pris ma main, l'a posée sur son pantalon et j'ai senti son sexe en
érection. Lors des repas, il me fait du pied sous la table. Il m'envoie des SMS
cochons et des MMS de son sexe. Un jour, il a mis une main dans ma culotte et a
introduit un doigt dans ma chatte pendant que ma fille faisait les courses.



 
 

Mon mari est un sale vicieux. Ce gros porc ne peut plus bander alors il m'oblige à
faire des cochonneries. Il m'oblige à me balader sans culotte, à sucer des bites par
la fenêtre de la voiture, à lui mettre un gode dans le cul pour le faire jouir.
L'autre jour, il a tenu à ce que j'allume mon gendre avec mon gros cul.
Je me suis penchée devant le gamin à plusieurs reprises, il bandait comme un salaud.
Il m'a caressée les fesses et je lui ai proposé de repasser le lendemain. Il est venu.
Je l'attendais en porte-jarretelles. Nous sommes allés dans la chambre, je lui ai
baissé le pantalon et j'ai commencé à le sucer. Mon mari était dans l'autre chambre,
il matait à travers un petit trou dans la cloison. Il m'a obligé à faire ça.
Une autre fois, mon mari m'a demandé de me faire lécher le cul par mon gendre, ce gros
cochon de gendre ne s'est pas fait prier, il m'a bouffé la chatte puis il m'a léché le
cul. J'ai jouis dans sa bouche puis il a jouis dans la mienne.
La fois d'après mon mari a voulu que je me fasse sodomiser par mon gendre. Ce petit
cochon m'a enculé bien a fond et il s'est vidé les couilles dans mon cul. Une fois
parti, j'ai dû sodomiser mon mari avec le gode ceinture pour le faire jouir. Mon
gendre et mon mari sont deux gros porcs. L'un aime m'enculer, l'autre aime que je
l'encule. Moi, cela me convient sans compter que je suce toujours des bites sans
sortir de la voiture. Je les tripote, je les branle, mes mains sentent la queue, je
les pompe bien à fond, ils se vident dans ma bouche et leur sperme coule sur la
portière.

 
 

Je suis une femme de 68 ans (Mon mari ne bande plus). J'étais allée chez ma fille pour
garder l'un de mes petits fils, âgé de vingt mois. Ma fille travaillait. Ce jour-là,
mon gendre est rentré dans l'après midi vers quinze heures, mon petit fils dormait.
J'étais dans le salon, sur le canapé, je venais de regarder "les feux de l'amour".
Lorsque je me suis levé pour lui dire bonjour et lui faire la bise, il s'est
littéralement jeté sur moi. Il m'a poussé sur le canapé et il m'a embrassé dans le cou
en me caressant les fesses. J'étais très surprise. Je lui ai parlé à voix basse de
peur de réveiller le petit. Je lui demandais d'arrêter. Mon gendre m'a saisi la main
et la poser sur son sexe. Ce membre bien dur sous son jean m'a fait perdre tous mes
moyens. Je ne savais plus si je devais résister. Il en a profité pour sortir son sexe.
Il était plus gros que celui de mon mari. Il a relevé ma jupe, a baissé ma culotte
puis il m'a prise en entrant d'un grand coup de rein. Il m'a besogné un bon moment
puis il a jouis abondamment. Ensuite, il s'est retiré, s'est excusé puis il est sorti.
Son sperme qui avait coulé de mes cuisses a taché le canapé.
Le soir, ma fille est rentrée, mon gendre est rentré plus tard, nous avons mangé
ensemble. Au cours du souper, j'ai dit à ma fille que j'avais taché le canapé en
donnant un yaourt à mon petit fils. J'étais très gênée.
C'était le 04 mai 2012. Je n'ai rien dit, ni à ma fille, ni à mon mari. Depuis, je me
fais souvent jouir en repensant à cet après midi.
(Je n'arrive pas à oublier sa grosse queue bien dure)


 
 

Ma belle mère est une grosse salope, je m'en suis aperçu dès que je l'ai vue. Mon beau
père n'est pas porté sur le sexe mais plutôt sur son travail. Je suis au chômage. Je
saute ma belle mère deux fois par semaine, le lundi matin et le jeudi matin. Elle
monte à l'appart après que ma femme soit partie au travail, généralement vers 08h30.
Elle est très soumise. Je lui impose de monter sans culotte ou avec un gode dans le
cul. Elle est bien rondes et elle me fait bander avec son gros cul. Je lui demande de
me sucer, de tout avaler puis de partir. Parfois, je lui ordonne de se mettre à quatre
pattes, de déambuler ainsi pendant une heure en lui demandant de me lécher la bite. Je
la fouette, je fouette son gros cul puis puis je l'encule bien à fond en la traitant
de grosse salope. Je lui oblige de rentrer chez elle, sans se laver, avec mon sperme
dans le cul. Elle adore ça car elle revient toujours.

 
 

Moi je suis amoureux de ma belle mere qui a eu plusieurs amants, j'ai envie de la
prendre sur la table dans sa cuisine,elle a de petits seins mais un cul superbe Odette
si tu me lis sache que j'ai toujours eu envie de toi Bruno

 
 

Ma belle mère à 57 ans, veuve depuis 10 ans et ça fait 4 ans que je la tringle par tous
les trous. Elle a de grosses mamelles dont j'étire les bouts qui sont maintenant aussi
gros que la première phalange de mon pouce. Elle est toujours aussi culpabilisée vis à
vis de mon épouse ce qui ajoute au plaisir que j'ai à l'avilir.

 
 

Moi, ce qui m'excitait, c'était le challenge. Arriverais-je à toucher le cul de ma
belle mère ?
J'ai commencé à la regarder différemment, à lui jeter des coups d’œil un peu
insistants, nos regards se sont croisés, elle s'est interrogée, puis nos mains se sont
effleurées, un jour, je lui ai fait du pied lors d'un repas de famille, elle m'a
regardé puis s'est ressaisie. Elle a dû encore réfléchir ou tout simplement penser à
moi et lorsque nous nous sommes revus, j'ai décidé de lui caresser les fesses alors
que nous étions seuls dans la cuisine. Elles étaient étonnamment fermes. J'ai pris le
temps de bien les malaxer, c'était très jouissif. Je pelotais les fesses de ma belle
mère et elle ne disait rien ! Il n'y a pas eu de suite. C'est peut-être mieux ainsi.
Cela reste un des plus beaux jours de ma vie.

 
 

Il y a vingt cinq ans de cela. Nous avions décidé de mettre du lino dans la pièce
principale de notre vieille maison. C'est le matin, notre gendre était venu nous
aider. J'étais encore en chemise de nuit (un peu transparente) et mon gendre n'arrêter
pas de regarder les bouts de mes seins qui pointaient. Au cours de la pose, mon mari
s'est absenté pour aller acheter des adhésifs. J'en ai profité pour me mettre à quatre
pattes devant mon gendre en faisant semblant de d'arranger une découpe. Je sentais son
regard sur mes grosses fesses (ma chemise de nuit me rentrait dans la raie car je ne
porte jamais de culotte pour dormir) Il ne disait plus rien, il matais comme un gros
cochon. J'aurais voulu qu'il me glisse une main entre les cuisses, qu'il fouille ma
chatte et qu'il me prenne en rapidement avant le retour de mon mari.
Il n'a rien fait de tout cela mais depuis ce jour, nous sommes restés très complices.

 
 

Je suis stupéfaite par le nombre de relations qu'il existe entre gendres et belles
mères.
Je suis veuve depuis six ans.
L'été, je suis souvent nue dans mon appartement (je suis une femme de soixante huit
ans, ronde, et je crains la chaleur).
Mon gendre le sait et il ne manque pas une occasion pour passer me voir et se rincer
l’œil.
Je n'y vois pas de mal, je le laisse mater mes gros seins et mon gros cul. Je lui
offre quelquefois l'apéritif. Assis en face de moi, il en profite pour mater ma grosse
chatte mouillée (j'aime le voir bander comme un gros cochon). Il fait comme si de rien
n'était. C'est très excitant, pour moi comme pour lui...
Nous ne sommes jamais allés plus loin.
Ma fille ne sait rien à ce sujet.

 
 

Mon mari ne me fait plus l'amour. Je fantasme sur mon gendre et j'avoue que j'aimerais
qu'il me fasse l'amour sans que personne n'en sache rien. En attendant qu'il ose faire
le premier pas, je me fais jouir avec un gode dans la chatte et un doigt dans le cul.
j'imagine qu'il me sodomise, j'adore ça !

 
 

Moi je fantasme sur ma belle-mère, mais je n'ose rien faire car j'ai peur de sa réaction

 
 

Je suis une femme de soixante neuf ans, plutôt bien en chair (91kg sur la balance),
j'ai une liaison avec mon gendre depuis deux ans. (Il ne s'entendait pas bien
sexuellement avec ma fille). Je suis très heureuse quand on peut se voir. Il vient
quand mon mari n'est pas là. Il me demande de me mettre à quatre pattes sur mon lit et
il m'enfile par les deux trous avec sa grosse queue bien dure. L'extase !
Le soir, je demande à mon mari de me bouffer la chatte et de me lécher soigneusement
le cul. Il adore...

 
 

Mon mari ne sait rien. Ce jour-là, je devais descendre un carton à la cave. Mon gendre
s'est proposé de m'aider. Avant de remonter, alors que j'étais en train de refermer la
porte de la cave, mon gendre s'est mis à me peloter les seins et les fesses en
m'avouant qu'il était fou de moi. Je n'ai pas su quoi répondre. J'ai ôté ses mains en
lui demandant de se ressaisir.
Le soir, j'ai repensé à ce moment et je me suis faite jouir.
Maintenant, j'avoue avoir très envie de lui mais je ne sais pas comment lui dire.
Quand je suce mon mari, je pense que je suce mon gendre et cela m'excite. Pour me
punir de ces mauvaises pensées, je demande à mon mari de me sodomiser violemment.

 
 

Bonjour,
je suis une femme de 67 ans, bien en chair, avec de gros seins et de grosses fesses.
Je sais que j'excite mon gendre. Chaque fois qu'il vient à la maison avec ma fille, il
se rend dans la salle de bain pour prendre une mes culottes dans le tambour de la
machine à laver que je laisse volontairement ouvert. Il doit la sentir, se caresser
avec en se masturbant puis il doit y juter dessus car, lorsqu'il la dépose, la fois
d'après, elle est toujours souillée de sperme.
Je sens cette culotte qui sent sa queue, elle pue la bite, cela me dégoute mais
j'adore la sentir, je me masturbe en la léchant et cela me fait toujours jouir
violemment.
Qu'est-ce que je donnerais pas pour lui lécher la queue !

 
 

Mon gendre est très beau garçon et je dois avouer que je suis très attirée par lui. Il
a une très jolie queue que j'ai aperçue un jour alors qu'il sortait de la douche (il
ne s'est pas gêné pour me la montrer) depuis je fantasme. Je me caresse en pensant à
lui pendant que mon mari dort, je mouille comme une grosse cochonne, j'ai des grosses
fesses et j'adorerais qu'il me prenne énergiquement.
Si tu lis ces quelques lignes, Jean-Michel, n'hésite pas à me mettre la main aux
fesses, j'en meurs d'envie...

 
 

Moi j'ai montré ma bite à ma belle mère qui a 71 ans. (La plupart du temps, elle est
sur un fauteuil, devant la télé.) Elle a été surprise la première fois mais elle a
rien dit a sa fille. Maintenant, dès que nous pouvons le faire, elle attend que je le
refasse. Elle fixe ma braguette avec ses petits yeux derrière ses lunettes rondes et
je m'exécute. Je sors ma grosse queue et elle me caresse. Quand je m'approche, c'est
automatique, elle me suce sans que je ne dise rien. L'autre jour, je lui ai demandé
d'enlever son dentier pour me pomper mais elle en a mis plein son chemisier. (En
principe, elle avale sans en faire tomber une seule goutte.)
Nous faisons ça juste après "Les feux de l'amour" les après midi où ma femme est part
faire le ménage chez des particuliers.

 
 

Bonjour,
je suis une belle mère de soixante-six ans et je suis également très attirée par mon
gendre. Mon mari à été opéré de la prostate et il ne peut plus. Je le suce un peu pour
lui faire plaisir mais il n'arrive plus à bander. Maintenant, je l'encule deux fois
par semaine avec un gode ceinture et je le fais jouir ainsi. Il adore ça, après, il me
bouffe la chatte et le cul mais moi j'ai envie d'une queue bien dure, je pense à celle
de mon gendre, je l'imagine bien dure. J'aimerais qu'il me prenne vigoureusement et
qu'il m'encule bien à fond.
Jean-luc, si tu lis ces quelques lignes, viens, mon cochon de gendre, viens vite
défoncer ta grosse salope de belle mère... je n'en peux plus...

 
 

Ma belle mère a 83 ans et elle est toujours aussi salope. Veuve depuis maintenant sept
ans, à l'âge de 80 ans, elle a commencé à me tripoter en douce, d’abord la main, puis
les fesses, puis la queue.
Un après-midi, alors que nous étions seuls, elle a sorti ma bite et a tenu à me sucer.
Elle a tout avalé cette cochonne.
Depuis ce jour, tous les mercredi à 17h00, elle me suce bien à fond.

 
 

Je fantasme également beaucoup sur ma grosse belle mère.
Elle possède des gros seins qu'elle se tripote en me regardant dès que son mari est
tourné, elle a aussi un gros cul et se baisse souvent devant moi pour me le montrer.
A 70 ans, mon beau père ne peux plus.
J'ai très envie de la fourrer mais je n'ose pas.
Je me contente de lécher ses culottes souillée de mouille qu'elle me laisse en
évidence dans son panier à linge. Je me branle en les sentant, j'y jute dessus et puis
je les lui rends. C'est un jeu entre nous.
Que dois-je faire ? C'est tout de même la mère de mon épouse !

 
 

Moi aussi, Mar....., j'adorerai vous brouter la chatte et vous lécher longuement le cul
pour vous faire jouir avec ma langue.
Rien que d'y penser, je bande comme un gros cochon...

 
 

Je vais essayer avec la mienne, elle a aussi un gros cul, des gros seins et elle
m'excite énormément. J'espère que je ne vais pas me faire jeter quand je vais lui mettre
une main aux fesses...

 
 

Qu'est-ce que je donnerais pas pour avoir une belle mère comme ça !!!

 
 

Quelle adorable belle mère !


 
 

tu es une femme extra-ordinaire,j'aimerais bien que tu sois ma belle mère pour te prendre en sandwich avec ton gendre.

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :