Rencontres sur Histoires de sexe : Elles sont en ligne...
Ils sont en ligne...
CONNECTION (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
   
 
 
Le train de banlieue Dans un train de banlieue
Auteur de recits erotiques


Récit érotique écrit par Arsenne.

Auteur homme      arsenne.lupin8gmailcom

Cette histoire érotique a été affichée 35327 fois depuis sa publication.

histoire érotique publiée le 11-03-2010
Catégorie :Dans la zone rouge
Tags:
Histoire 7419-a681
Titre : Dans un train de banlieue


 
Découvrez hds premium
 

Dans un train de banlieue


Le train de banlieue
La voiture est en panne et ce soir là il faut rentrer en train. La soirée avait été luxueuse et Chantal rentrait habillée dans cette robe blanche entièrement boutonnée sur le devant, un peu transparente et surtout légère pour l'été. Une ceinture la serre à la taille. Une simple veste la recouvre. Pas de soutien gorge et si la veste s'ouvre un peu on peut nettement discerner le contour d'un sein. A cette heure tardive le wagon est peu fréquenté. Deux noirs nous font face, sur la banquette devant, un autre est derrière nous. Deux arabes, un jeune et un gros barbu sont un peu à l'écart.
Bercée par le bruit monotone du train, Chantal s’est endormie sur mon épaule. Les deux noirs en face la fixent sans vergogne. Ils n’ont rien de bien rassurants. J’ai un peu peur. Celui de derrière ne cesse de se retourner pour essayer d'apercevoir quelque chose. Même si j’ai peur je suis en même temps excité. La tache toute blanche de ma femme au milieu de ces regards menaçants et cupides. Seuls les deux arabes ne semblent pas concernés par la situation.
Chantal se met à bouger, ses genoux viennent à toucher un des voisins en face. La veste s'ouvre un peu et le léger tissu de la robe laisse deviner les seins. Chantal a une belle poitrine et elle sait la mettre en valeur sans exagération.
Un des noirs les fixe. Je ne bouge pas. Un moment s'écoule, lourd. Elle bouge à nouveau découvrant cette fois une partie de ses cuisses gainées de blanc. Les regards se déplacent. Celui de derrière se penche pour mieux profiter. Je le trouve bien gonflé mais je ne dis rien. Il n’a pas l’air bien normal. Il a des yeux tout injectés de sang et sa peau bien noire est toute marquée de traces peu esthétiques.
Un arrêt à une station détend l'atmosphère, mais quand le train redémarre à nouveau, la tension revient. Cette fois l'étape sera plus longue... Les deux noirs d’en face me sourient, le fêlé se déplace derrière nous pour voir de biais.
Alors poussé par la folie, discrètement, je prends le revers de la veste et l'écarte un peu plus pour mieux exposer la poitrine de l’endormie aux regards avides de ces hommes excités. Je suis excité et en même temps j’ai l’impression de pouvoir gagner leur complicité et les calmer. Les deux d’en face rigolent gentiment car ils ont compris mon jeu.
Puis, tout va très vite. Chantal est toujours endormie, un peu saoule il est vrai. Ma main déboutonne un à un les boutons du frêle robe blanche. Jusqu'à la ceinture ! Je tremble quand j'écarte les pans et les seins apparaissent, nus et blancs au milieu de ce wagon d'un train de banlieue. Les seins nus exposés en public sont superbes. Blancs, bien dessinés avec deux aréoles marron foncé et des pointes dressées comme excitées ! Bien séparés par une gorge profonde, ils prennent la forme de deux melons. Ils ne sont pas très gros mais c’est leur forme qui les rend si beaux et si désirables. Je sens que tous les spectateurs sont sous le charme de cette poitrine nue. Cette poitrine que je leur montre à l’insu de leur propriétaire et qu’ils voudraient bien peloter.
Le noir derrière se penche sans bruit vers notre banquette pour ne rien manquer du spectacle. Les plus éloignés se rapprochent en silence. Ils ont deviné qu’il se passait quelque chose.
On sait tous qu'il ne faut pas la réveiller. Je défais lentement la boucle de la ceinture à la taille. Et je continue de défaire les boutons. Quand la robe est entièrement ouverte sur le devant, elle s'ouvre simplement toute seule découvrant entièrement les jambes. Au dessus des bas blancs une petite surface de peau douce attire les regards. Sa culotte blanche laisse voir les poils de son pubis. Les noirs sont tout excités. Celui de derrière a sorti sa bite et se branle ostensiblement près du visage de mon épouse. Je suis soudain effrayé par la tournure que prend la situation. Mais je suis encore plus excité !
Alors tout va très vite. Chantal se réveille. Elle ne comprend pas. Vite elle se rajuste. Je la rassure alors que tous dans le wagon se replacent pour ne pas l'effrayer. Elle se blottit dans mes bras. Elle a peur mais j'arrive à la rassurer et puis le train arrive à destination.
En sortant du wagon ils nous font un petit salut sympathique.
Deux des noirs descendent en même temps que nous. Ils ne paraissent pas agressifs. Au contraire ils adressent à mon épouse un sourire comme un remerciement et un compliment.
Dehors c'est plutôt désert. Il va falloir remonter à pied. Chantal se colle à moi en marchant. Elle ne se s'est pas aperçue que les deux hommes nous suivent. L'excitation me reprend et des idées folles parcourent ma tête. Je m'arrête, la prend dans mes bras et commence à l'embrasser avec fougue en lui disant que la scène du train m'a drôlement excité.
Elle se laisse faire tant elle est fatiguée. Je l’appui contre le muret d’un pavillon. Elle s’assoit à moitié dessus. J’ouvre sa veste et défais un peu sa robe dénudant un sein. Pour bien l'exposer au regard des deux noirs je m'écarte légèrement. Ils s'approchent. Et quand elle les aperçoit, elle ne réagit pas comme si elle n'avait plus de force. Elle a compris mon désir. Elle reste appuyée sur ce mur, les bras balans le long du corps, les yeux fermés.
J'appelle d'un geste les deux voyeurs et je m'éloigne de quelques mètres pour assister au viol de mon épouse que je livre là dans la rue à deux inconnus. Ils se précipitent sur elle. De chaque côté, ils l'encadrent laissant leurs mains parcourir ce corps qui s'abandonne sans défense. Chantal ne résiste pas, elle se laisse faire sans bien comprendre la situation. Leurs lèvres parcourent son visage cherchant à forcer sa bouche. Ils lui ouvrent entièrement la robe boutonnée sur le devant jusqu'à la ceinture mettant à nu ses seins qui apparaissent éclairés par la lumière pâle de la rue. Ils se saisissent chacun d'un téton qu'ils font rouler sous leurs doigts. C’est sans doute ce qu’ils avaient désiré dans le train quelques instants plus tôt !
Ma femme reste sans réaction tandis qu'ils pelotent sans ménagement sa poitrine. L'un d'entre eux passe sa main sous la robe qui s'ouvre découvrant les cuisses longues et fines. Elle se saisit de la culotte qu'elle arrache dans sa précipitation. Le sexe apparaît alors nu dans cette rue. Et l'homme écarte largement le vêtement pour bien contempler ce trésor. Le pubis est bien poilu dessinant un triangle bien net à la lumière de l’éclairage de la rue.
Mais il n'en a pas assez et brutalement il lui enlève sa ceinture qu'elle porte encore pour pouvoir cette fois ouvrir complètement la robe. Chantal est nue, entièrement nue dans ce lieu public, à deux pas de la gare, à l’exception de ses bas qui ajoutent à la sensualité du moment dans cette rue déserte où tous dorment. Et une grosse main noire s'empare de son sexe. Le premier la prend alors par la tête et la force à se baisser pour lui faire sucer la bite qu'il vient de sortir toute bandée et luisante de sécrétions. Là encore elle n'offre aucune résistance tant elle est résignée. Le second passe par derrière, soulève la robe et se saisit à pleine main de ses fesses tendues. Il les écarte brutalement pour bien admirer le cul offert. Puis sans ménagement il introduit un doigt dans l'anus. Sous la brutalité du geste elle laisse échapper un cri. Mais l'homme n'écoute pas et sortant une queue énorme il la présente à l'entrée du sexe ouvert et d'un seul coup s'introduit dans le ventre pour commencer un brutal va et vient rapide ne recherchant que son propre plaisir. Il lime la chatte luisante, il écarte les fesses pour mieux contempler sa bite qui ramone le sexe de la femelle. Ses deux pattes toutes noires sur les fesses blanches de Chantal sont excitantes. Elles s’agrippent à la peau pour mieux ouvrir le sillon du cul et montrer son petit trou. Mais ce qui l’intéresse en ce moment c’est baiser, baiser cette moule en pleine rue. Et il en profite plongeant profondément à chaque coup son pieu dans ce vagin ouvert !
Rapidement il ferme les yeux quand la jouissance arrive et je le vois accélérer son rythme pour finir par râler quand il déverse son abondante semence dans mon épouse. Repu, il se retire, son sperme ressort du sexe tout ouvert et s'écoule le long des cuisses pour venir tacher les bas tant il est abondant.
Son copain abandonne la bouche qui le suçait. Il retourne Chantal, la plaque contre le mur, lui écarte sans ménagements les cuisses pour se saisir de son sexe qu'il entreprend de malaxer avec brutalité. Il plonge un doigt puis deux dans la fente et commence une rapide branlette. Ses doigts sont tout brillants du foutre de son pote facilitant la branlette. Il s’écarte un peu du corps nu pour regarder et nous monter ce qu’il fait. Le voilà même qui force le sexe pour y introduire cette fois trois doigts et continuer la masturbation. Ma femme semble à ce moment apprécier cette caresse sauvage et je la vois qui saisit le noir à la nuque pour s'emparer de ses lèvres humides et l'embrasser à pleine bouche. De sa main libre elle caresse la queue de son amant. Elle est encore plus grosse que celle de son copain ! Toute noire, son gland qu’elle vient de décalotter est tout rouge gonflé de sang. On le dirait prêt à éclater !
C'est elle même qui aide maintenant à la pénétration de cette queue énorme et noire. Elle s'empale dessus tandis que le second lui pelote les seins et à son tour s'empare de sa bouche. Il bande à nouveau et ne veut pas rester en reste et tandis qu'il caresse ce corps nu il lui débite des propos salaces. Il glisse une main sous ses fesses qu'il malaxe fébrilement. Moi j'ai sorti mon sexe et je me masturbe devant ce spectacle. Celui qui la baise accélère soudain son rythme et en soufflant bruyamment, il éjacule au plus profond du ventre de mon épouse qui jouit à son tour fouillée et souillée. J'éjacule à mon tour. Une fois repus les deux hommes se rajustent et en silence ils s'éloignent dans la nuit. Ma femme reste là nue, le sperme coule à l'intérieur de ses cuisses. Elle est comblée sans vraiment se rendre compte de ce qui lui est arrivé. Je lui rends ses vêtements et lentement nous prenons le chemin de la maison.
Des photos sur demande
AL


11 avis des lecteurs et lectrices après lecture / Donnez votre avis





42 récits érotiques écrits et publiés sur HDS par Arsenne (accès à la fiche de l'auteur)

Proposez / suggérez l'ouverture d'une nouvelle discussion relative à cette histoire sur le forum de la communauté

11 avis des lecteurs et lectrices après lecture / Donnez votre avis après lecture



Sur le forum de discussion de la communauté des auteurs et lecteurs/trices HDS

>>> Accès à toutes les discussions du forum de la communauté des lecteurs/lectrices et auteurs d'HDS

>> Il n'y a pas encore de discussion ouverte relative à des sujets abordés dans cette histoire.
>> Il n'y a pas encore de proposition de nouvelle discussion relative à des sujets abordés dans cette histoire. Vous pouvez proposer une discussion dans le formulaire ci-après...

 

Proposez / suggérez une nouvelle discussion en rapport avec cette histoire:


Donnez un titre à votre discussion :

Choisissez le thème du forum le plus approprié :

Vous êtes :

° Recopiez le code suivant :
 
>
*   


 




 

histoire erotique Le train de banlieue

 

Vos recits sont merveilleux , tres realistes et tres tres excitants merci beaucoup

 

 

Magnifique,bandant et aimerai etre a leur place.

 

 

comme la plupart des histoires, très sensuel et bien écris, très excitant aussi. Pour
avoir presque réalisé la même chose avec mon ex (mais dans un compartiment et avec un
seul homme), je ne peux qu'approuver

 

 

moi aussi je suis preneur superbe histoire merci

 

 

C est un peu dur pour elle mais elle est si offerte et si douce dans sa résignation que
s'en est très beau. merci

 

 

Très belle histoire, très bandante. Tu devrais réaliser ce fantasme. Si photos de
madame, je suis preneur.

INTERLOVE93

 

 

Histoires bien écrites et très excitantes.J'aimerai dans mes phanstames, que ma femme
suce un autre homme..
j'attend les photos avec impatience



 

 

Histoire très bien décrite. ça m'a valu une belle érection.

 

 

Histoires bien écrites et très excitantes. Epouse si sensuelle.

 

Pasc40

superbe histoire, j'attend les photos avec impatience

 

Xebiaut

Je ne serais pas contre photos et en plus j'aimerais avoir l'autorisation de poster
cette histoire sur mon site perso

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

RETOUR AU MENU des histoires érotiques


>>> En bref :

Note attribuée à cet auteur par H.D.S :
Le train de banlieue
 

• 42 récits érotiques publiés.



sexe petites annonces gratuites
>>> Les dix dernières annonces :
• Bonjour, Je recherche partenaire fétichiste ou adorateur/trice, amateur/trice du ...
• homme 60 ans exigeant cherche femme soumise débutante de préférence entre 18 et 30 ...
• Tu recherches une domina à la fois douce et sévère? je suis Alex, belle brune aux ...
• cherche maitre reel en suisse ou sur Lyon suis un maso sans tabou 50 ans 182 110 ...
• Mon reve: m abreuver a la source d une ...
• Moi c'est Alex, je suis une belle vicieuse de 27 ans, brune aux yeux noisettes, ...
• Bonjour homme cherche blacks pour ma femme ...gang bang tres bien ...
• Jeune femme de 39 ans plutot ronde cherche son 50 nuances afin d'etre initiée aux ...
• Pays de Retz.Suite à déficience qui m'empêche de la mener au plaisir total je ...
• Bonjour, Couple la trentaine originaire des Antilles. Elle plutôt soumise, lui ...

sexe - photos Toutes les petites annonces sexy...




Blog sexe des show spéciaux

Dessins de sexe

4 Histoires de...

Contes grivois

Breves érotiques