Rencontres sur Histoires de sexe : Elles sont en ligne...
Ils sont en ligne...
CONNECTION (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
   
 
 
Les couverts de table dans mon vagin et mon anus Les couverts
Auteur de recits erotiques


Récit érotique écrit par Afister.

Auteur femme     

Cette histoire érotique a été affichée 21043 fois depuis sa publication.

histoire érotique publiée le 19-12-2010
Catégorie :Dominants et dominés
Tags: Dominant Maitre  Fetichisme  Fessee 
Histoire 9104-a731
Titre : Les couverts


 
Découvrez hds premium
 

Les couverts


Je préparais la table du salon et je disposais une nappe pour le dîner. J’étais penchée en avant, occupée à lisser les plis de la nappe lorsque mon maître entra. Comme à l’habitude en prévision de la soirée, je m’étais allégée sur le plan vestimentaire. Je portais des bas noirs anti glissants avec de larges motifs floraux à mi-cuisses, un tablier de soubrette et un petit caraco me protégeait les épaules en mettant mes seins en valeur et ma chute de reins.
Bref dans ma position, penchée en avant, ma croupe était très en valeur lorsque mon maître entra. Il avança vers moi et, debout, me bloqua avec ses cuisses contre le chanfrein de la table en bois massif. Il fit mine de me baiser par quelques mouvements de bassin. Le tissu de son pantalon était gonflé et sa turgescence notoire faisait pression sur mon séant. Je tentais de me redresser quand je sentis ses doigts se glisser sur mon clitoris. Il mit son autre main sur mon dos, m’invitant fortement à rester dans cette position. Sa main était puissante, large et chaude. Je décidais de ne pas me redresser. Avec ses doigts, il décrivait des mouvements circulaires sur mon clitoris et il sentit que je mouillais. Lentement, il pénétra l’entrée de mon vagin pour récupérer mon foutre et l’entrainer vers mon anus. Il retira sa main de mon dos puis se mit à m’exciter davantage avec ses deux mains. Il reprit ses mouvements circulaires d’une main et de l’autre récupérait mon nectar qu’il utilisait pour me lubrifier l’anus.
Il aperçut sur la desserte les couverts en argent. J’avais passé un certain temps à les astiquer, et maintenant ils allaient m’astiquer les orifices naturels.
Il commença par se saisir d’un couteau avec un manche à section hexagonale, légèrement aplati. Il me redressa dos contre lui, puis relevant un peu mon tablier de soubrette m’enfonça sans difficulté et délicatement le manche dans le vagin. La fraicheur de l’argent me fit réagir. Mon clitoris très échauffé par les mouvements circulaires s’érigea. Mon maître le senti et profita de ce moment pour donner une petite tape, sèche. Je ne bougeais pas. Il reprit son travail, et empoigna une cuillère à soupe, puis une seconde. Il les disposa face à face me demanda de me retourner et de me coucher sur la table. Mon dos était sur la nappe, mes pieds légèrement écartés, les jambes fléchies, j’étais en position gynécologique improvisée. Il retira le couteau puis avec plusieurs doigts me pénétra en écartant ma vulve. Lorsqu’il sentit que j’étais « à point », il m’enfonça les cuillères sur une dizaine de centimètres de profondeur, conservant de quoi les manipuler à sa guise. Le passage des cuillères se fit en douceur. Je sentais qu’elles m’écartaient et leur fraicheur ajoutait à cette sensation de glissement. Une fois en position, il reprit le couteau qu’il m’avait retiré du vagin et me l’enfonça d’un coup sec dans l’anus. Bien que préparée, la pression me fit une douleur à laquelle s’ensuivit une grande sensation de bien être.
Au fond de moi, je me disais : « heureusement que les couverts sur la table était de faibles dimensions ». La pénétration était jouissive. Mon maître le savait et c’est la raison pour laquelle il n’avait pas hésité à me pénétrer d’un coup sec.
Enfiché analement par le couteau, il reprit ses investigations en saisissant les manches des cuillères. Écartant et resserrant les cuillères, je sentais les différences de pression sur les parois de mon vagin. Il mit un anneau de serviette entre les manches, pour faire levier. La pression augmentait. J’étais comblée. Ensuite, après avoir retiré le rond de serviette, il décida de faire tourner les cuillères dans mon vagins, les bordures des cuillères me grattaient et à un moment, le grattage s’opéra sur mon point G. Mon changement de respiration informa mon maître de mon ressenti, il continua en insistant sur ce point. Il était soucieux de m’approcher de l’orgasme. Peu à peu, alors que ma citrine coulait hors de mon vagin, la sensation de détente m’envahissait, ma respiration était de plus en plus courte. Visiblement il prenait plaisir à « me cuisiner ». Il fit même durer le plaisir en interrompant ses rotations et frottement au moment opportun.
Il me dit : tu te lève et tu va en cuisine, là-bas il y a plus de jouets. Je m’exécutais. Avec le couteau dans l’anus et les cuillères dans le vagin, j’avais une curieuse démarche. Il m’observait et souriait. Entre la salle à manger et la cuisine il y avait sis ou sept mètres à parcourir. Il eut le temps de m’observer.
Arrivée dans la cuisine, il m’intima l’ordre de me coucher à plat ventre, poitrine contre la table. Celle-ci plus petite était moins confortable mais je pouvais tenir les angles avec mes mains, m’agripper à souhait. Mes jambes étaient dans le vide. Avec sa main, il frappa l’intérieur de mes cuisses pour me contraindre à les écarter davantage. Il retira les couverts, tout d’abord le couteau, puis les cuillères.
Il les posa sur le plan de travail puis ouvrit un placard. Il cherchait quelques nouveaux jouets. Il trouva une spatule pour tourner la viande dans la poêle. Cette spatule en bois large d’environ 5 centimètres allait lui servir de tapette. Il récupéra un fouet pour monter les blancs en neige, prit un mazagran et une poche à douille qui était vide. Peu importante, il se dirigea vers le placard en sortit une brique de crème pâtissière, l’ouvrit et la remplit. Satisfait des ses emplettes il revint près de la table.
Toujours penchée en avant, il commença par me masser l’entrée de l’anus puis m’administra trois grande fessées. Sa large et puissante main me rappelait quelques corrections reçues pendant mon enfance, mais là le ressenti était différent. Des vibrations à l’intérieur de mon vagin me rappelait que j’étais sexuellement très excitée. Il commença par l’usage de la spatule en m’administrant une quinzaine de coups, répartis sur l’une et l’autre fesse. Je sentais la chaleur monter en moi. Il arrêta et me prit pas les cuisses, me monta les genoux sur la table. Il voulait que je reste dans cette position, telle une autruche, la tête dans le sable, la croupe offerte.
Je sentais qu’il allait changer d’ustensile. Il prit le fouet pour monter les blancs en neige me l’enfonça dans le vagin. Diamétralement plus large que les cuillères, il me remplit rapidement. Les fils de fer donnait une curieuse sensation de frottement et d’absence de frottement. Mon maître décida de l’agiter, un peu comme si mon vagin était un saladier. Il commença doucement puis accélérait de plus en plus, me sentant prête à jouir, il arrêta net. En effet, mon maître aimait à faire durer le plaisir, il ne voulait surtout pas que je trouve immédiatement la jouissance. Pour lui le plaisir était lié à l’attente et il savait très bien en utiliser. Il arrêta ses mouvement. Avec des doigts il commença à me masser la rosette annale. À chaque tour, il pénétrait d’un demi centimètre supplémentaire. Il ne tarda pas a enfoncer une phalange puis deux phalanges. Après l’index, il me pénétra avec le majeur et ajouta l’annulaire. Trois de ses doigts m’écartaient. Je sentis sa langue sur ma fesse gauche, il s’était décidé à me lécher. Je pensais que l’anulingus n’était pas loin, je me trompais.
La sonnette retentit à la porte. Il me dit : « Reste comme ça ! Je reviens ». Le fouet à fil dans mon vagin je ne pouvais pas me mettre sur le ventre j’étais contrainte d’attendre en position « d’autruche ». J’entendis la porte s’ouvrir, des salutations, c’était l’ami d’enfance qu’il attendait. Je rêvais qu’il l’installe dans le petit salon puis qu’il vienne me libérer. Il n’en fut rien. Apparemment très complice avec son ami d’enfance, il l’amena dans la cuisine. Quelle ne fut pas sa surprise de me voir sur la table, la croupe offerte, la poignée du fouet sortant du vagin. Il lui dit : « je m’amusais avec ma soumise, veux-tu te joindre à nous ? ». Après une hésitation son ami acquiesça. Apparemment ce n’étais pas la première fois qu’il découvrait une telle situation. Il s’empara de la poche à douille, remplie de crème pâtissière. Veux-tu que je la prépare pour le dîner ? Sic ! Je ne savais pas que j’allais servir d’amuse gueule en apéritif.
Non attends un peu, je termine. Il me donna une bonne fessée, puis me retira le fouet du vagin et me demanda de me mettre sur le dos en position gynéco. Elle est prête ! Lui dit-il. Avec la poche à douille, il commença a répandre la crème sur mes seins, le tablier gênant sa poursuite vers mon sexe, mon maître le défit et le retira, j’étais nue. Les jambes avec mes bas et le haut de mes épaules couvertes. Il étalait la crème en faisant des lettres, puis arrivant sur mon pubis, il écarta mes lèvres de ses doigts et entreprit de me remplir l’entrée du vagin. Rapidement, je sentis la crème monter dans mon vagin sous la pression qu’il exerçait sur la poche.
Une fois la poche à douille vidée, mon maître et son ami se mirent à me lécher les seins d’abord, chacun le leur, puis le ventre, mon maître lécha mon nombril. Je compris que mon sexe serait réservé à son ami. Un morceau de choix, sans doute ? Son ami était très expert. Il léchait par petit coups vigoureux circulaires, arrivé au clitoris après l’avoir dégagé de sa crème, il commença des aspirations avec sa bouche. Mon clitoris gonflait je ne pouvais retenir mes petits cris de plaisir, ma respiration était haletante. Il continua vers mon vagin, d’où coulait la crème pâtissière et la citrine mélangée. Je vis mon maître retirer son pantalon. Elle est prête ? Oui répondit-il. Il me prit à la brassée, me plaquant contre son torse il m’enficha sur son sexe redressé. Son ami avait retiré son pantalon. Il s’approcha de mes fesses. Mon maître qui me tenait contre lui descendit ses mains et me les écarta, son ami me pénétra d’un coup sec. J’étais en sandwich, entre eux, l’un et l’autre coordonnait leurs mouvements de bassin afin que je ne trouve aucun répit, je ne tardais pas à jouir. Ils éjaculèrent.
Mon maître en me posant sur la table me donna une fessée sur la cuisse droite, en me disant : « range-toi et prépare le dîner, je suis très en appétit » Ah ! n’oublie pas, mon ami, c’est comme si c’était moi, donc tu reste dans ta tenue de soubrette et tu es à son service, me suis-je bien fais comprendre ». Je répondis d’un petit oui, encore toute ébahie de ce début de soirée. Ils se rhabillèrent et allèrent au petit salon, soit disant pour causer « affaire ».


6 avis des lecteurs et lectrices après lecture / Donnez votre avis





5 récits érotiques écrits et publiés sur HDS par Afister (accès à la fiche de l'auteur)

Proposez / suggérez l'ouverture d'une nouvelle discussion relative à cette histoire sur le forum de la communauté

6 avis des lecteurs et lectrices après lecture / Donnez votre avis après lecture



Sur le forum de discussion de la communauté des auteurs et lecteurs/trices HDS

>>> Accès à toutes les discussions du forum de la communauté des lecteurs/lectrices et auteurs d'HDS

>> Il n'y a pas encore de discussion ouverte relative à des sujets abordés dans cette histoire.
>> Il n'y a pas encore de proposition de nouvelle discussion relative à des sujets abordés dans cette histoire. Vous pouvez proposer une discussion dans le formulaire ci-après...

 

Proposez / suggérez une nouvelle discussion en rapport avec cette histoire:


Donnez un titre à votre discussion :

Choisissez le thème du forum le plus approprié :

Vous êtes :

° Recopiez le code suivant :
 
>
*   


 




 

histoire erotique Les couverts de table dans mon vagin et mon anus

 

j'aurait bien aimer etre a sa place

 

 

tres bien dommage que se ne soit que des histoires

 

 

Magnifique histoire, vos recits sont de grande qualite....ca donnerait presqu'envie !!

Merci

Nicolas

 

 

VIVRE LES MAITRES ET LEUR AMI

 

 

Moi, je veux bien mettre le couvert tous les jours!

 

 

la suite je mouille

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

RETOUR AU MENU des histoires érotiques


>>> En bref :

Note attribuée à cet auteur par H.D.S :
Les couverts de table dans mon vagin et mon anus
 

• 5 récits érotiques publiés.



sexe petites annonces gratuites
>>> Les dix dernières annonces :
• voyeur cherche couple exhib plage la piboulette st just d ardeche matin ou apres ...
• Jeune homme de 25 ans, blond aux yeux gris et amoureux des récits érotiques, cherche ...
• bjr femme 29a typée avec formes recherche gang bang sur rennes 15 mecs maxi en ...
• Homme 50 ans cherche jeune metis ou asiatique qui aime être soumise. Tu aimes obéir ...
• Homme 49ans marocain de Marrakech aimerais des amis(es)pour rapport sexuel.j aimes ...
• Je recherche une ou des personnes (max 3)pour lécher vos basket être humilier et ...
• Bonjour, Vêtue d'une petite culotte blanche de fille,j'aimerai recevoir une ...
• H 51a esprit jeune tres dispo,cokin,cochon,joueur,cherche j-femme qui aime homme mur ...
• femme de 48 ans ronde c'est m'a première annonce, cherche homme de 45 à 90 ans ...
• Bonjour, je m'appelle Alison, j'ai 19 ans, je suis brune, et je fais du 90C. Je ...

sexe - photos Toutes les petites annonces sexy...




Blog sexe des show spéciaux

Dessins de sexe

4 Histoires de...

Contes grivois

Breves érotiques