... Rencontres entre Hommes :

Pour des rendez-vous chauds et sans prise de tête.
Contacts faciles près de chez-soi.



42.6 Soirée au KL. L’after, rue de la Colombette.


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Fab75du31 [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email : fabien75fabienyahoofr

• 142 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.2 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.8
• L'ensemble des récits érotiques de Fab75du31 ont reçu un total de 1 425 151 visites.

sexe récit : 42.6 Soirée au KL. L’after, rue de la Colombette. Histoire érotique Publiée sur HDS le 24-11-2015 dans la catégorie Entre-nous, les hommes
Tags: Sodomie   Tendresse   Bisexualite 
Cette histoire de sexe a été affichée 26091 fois depuis sa publication.


Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : 42.6 Soirée au KL. L’after, rue de la Colombette. ( 10.0 /10 )
 
 
Couleur du fond :




42.6 Soirée au KL. L’after, rue de la Colombette.

[Attention : ce texte contient des passages et des « images » pouvant heurter la sensibilité de certains esprits « gay only »… esprits sensibles, s’abstenir… Pour les autres, les surprises ne sont pas finies… avec peut être la réponse à la question : en réalité, qui couche avec qui ?].


Dimanche 1er juillet 2001, 3h36.

A quatre sur le lit dans le studio de rue de la Colombette, les filles allongées sur le dos, les corps musclés des garçons prenant appui sur les genoux et sur les mains plantées sur le matelas, les deux potes et leurs partenaires d’un soir, emboîtés par couples, sont bien engagés sur le chemin qui conduit au plaisir mutuel.
Plutôt flattés dans leurs fierté de mâles par le fait de voir sur le visage de leurs partenaires les signes d’une jouissance si différente de la leur, mais à l’apparence très intense, les mecs sont en train d’approcher tout doucement de l’orgasme… les ondulations des bassins sont amples, puissantes, comme cadencées sur un seul et unique mouvement…

On pourrait se demander pourquoi ce soir là, au lieu de rentrer avec Nico pour des révisions post-bac en nocturne, révisions dont il avait par ailleurs bien envie, surtout après les mots que Nico lui avait balancé à l’oreille au KL, Jérémie avait préféré se payer un plan à quatre avec son pote Thibault et deux nanas levées sur le pouce sur le bord de la piste de danse…
Hélas, rechercher de la logique dans les agissements d’un garçon tel qu’était Jérém à ce moment là, à savoir un garçon se posant de plus en plus de questions sur sa sexualité, cela relève du mystère cosmique… son comportement ne suivait même pas ses véritables envies… son comportement n’était que le fruit de ses coups de tête…
Oui, c’est sur un coup de tête que Jérém s’était dit ce soir là :
« Tiens, ce soir j’ai envie de jouir comme un vrai mec… c'est-à-dire… dans une chatte… tiens… j’ai envie que mon meilleur pote assiste à cet exploit… j’en ai envie en premier lieu pour faire taire ses doutes… ses questionnements… j’en ai envie car, il faut bien l’admettre, l’idée de prendre mon pied et de jouir sous ses yeux ça me fait un drôle d’effet… tout comme ça me chatouille également l’idée de le voir prendre son pied à lui… et puis il faut que je montre à Nico que je peux me passer de lui, il faut que je me montre à moi-même que je peux me passer de lui… ».

Le lit est étroit et, dans le feu de l’action, dans la fougue des deux jeunes étalons, à un moment les épaules musclées se frôlent… lorsque ce premier contact se produit, les deux garçon ressentent un frisson… un frisson, inattendu et puissant, capable de leur faire se demander si l’autre a ressenti la même chose… les têtes se tournent discrètement, les regards se cherchent, se croisent… il faut bien admettre que le contact avec la peau de l’autre, douce, chaude, moite, est très excitant…
D’abord accidentels, ces petits contacts deviennent rapidement intentionnels, participant à l’excitation du moment… les épaules nues se frôlent encore, encore et encore… les hanches se touchent, les cuisses se frottent, les genoux se caressent, les doigts s’effleurent…
Pendant que ses coups de reins lui apportent son plaisir de mec, Jérém se rend compte qu’il n’arrête pas d’y penser… de penser à une galipette sous une tente il y a bien longtemps… oui, tout en prenant son pied « comme un mec », Jérém se surprend à focaliser son désir non pas sur le corps et le plaisir de sa partenaire, mais sur le corps viril de son pote…
Pour Thibault, les choses sont bien différentes…
Pendant que ses coups de reins lui apportent son plaisir de mec, Thibault se rend compte qu’il n’arrête pas d’y penser… de penser à une galipette sous une tente il y a bien longtemps… oui, tout en prenant son pied « comme un mec », Thibault se surprend à focaliser son désir non pas sur le corps et le plaisir de sa partenaire, mais sur le corps viril de son pote…
Bah, finalement non, à bien regarder, pour Thibault les choses ne sont pas si différentes que pour Jérém…
La tension érotique entre les deux garçons est palpable… à bien les regarder on aurait eu l’impression que les deux co-équipiers étaient davantage troublés par la découverte de leurs nudités excités (car en ce qui est de leurs nudités tout court, ils connaissaient cela très bien grâce aux vestiaires du rugby)… oui, à bien regarder on aurait dit que les deux garçons étaient plus intéressés par l’observation de leurs plaisirs respectifs dans l’acte sexuel, que par la présence et les atouts féminins des deux nans recrutées pour soulager leurs besoins de mâles…
Leurs queues enfoncées bien profondément « comme des mecs », l’excitation fait émerger des images troublantes mais très nettes dans leurs esprits... mon pote... son envie... mon envie… son plaisir, mon plaisir… deux corps moites de transpiration qui se touchent, qui presque se caressent… leur excitation… leur excitation mutuelle fera que, lorsque Jérém déchargera sa semence, Thibault lui emboîtera le pas de très près… le beau serveur n’a pas lâché sa dernière éjaculation que déjà le charmant mécanicien envoie son premier jet dans sa capote…
Les deux potes ont joui ensemble… et c’est encore ensemble, avec des gestes, des attitudes de mec presque identiques, qu’ils se retirent de leurs partenaires, se relèvent, se débarrassent de leurs capotes pleines qu’ils vont jeter à la poubelle de la kitchenette, en évitant tout regard.
Un garçon qui a tiré son coup, surtout lorsqu’il s’agit d’un coup de baise pure, une fois qu’il a joui, est souvent un garçon lâche. Triste et lâche. Jérém enfile son boxer, Thibault en fait de même… malgré leurs attributs masculins désormais cachés, bien que suggérés par le tissu fin et élastique, leurs torses dessinés ondulant sous la vague sensuelle d’une respiration qui n’est pas encore redevenue tout à fait normale après l’effort sexuel, les deux rugbyman inspirent toujours autant le sexe et la virilité… il n’y a rien de plus beau qu’un garçon à poil en train de prendre son pied… tout comme il n’y a rien de plus terriblement bandant qu’un beau garçon torse nu, avec un boxer, un short ou un jean… et surtout, il n’y a rien de plus craquant qu’un beau garçon qui vient de jouir…
Sans un mot, Jérém se dirige vers le frigo, il en sort des bières qu’il décapsule… il en garde une, il passe les autres à Thibault, ce dernier les fait suivre aux nanas… Jérém prend une bonne gorgée de la sienne et, toujours sans un mot, se dirige vers la terrasse, suivi par son co-équipier…
Dans la pénombre, il roule une cigarette magique… il l’allume, il en tire une longue taffe et il la passe à Thibault… ce dernier tire dessus à son tour, ensuite il la rend à son pote…
Ayant retrouvé un début de contenance en passant leurs sous-vêtements, un instant plus tard les filles les rejoignent en terrasse accompagnées par leurs bières tout juste entamées… dans le silence de la nuit de printemps, la cigarette magique passe de main en main, de lèvre en lèvre… tout le monde en veut, car tout le monde le sait, il n’y a qu’elle qui soit capable de rendre ce moment, ce silence pesant un peu plus supportable… de plus, elle donne des ailes, elle donne des envies…
Ce sont les nanas qui proposent de remettre ça. Les deux garçons n’y voient évidemment aucun inconvénient, mais Jérém y met une condition, et pas des moindres.
« On change de partenaire et… on fait ça par derrière… »
Du pur Jérém. Direct, précis, fracassant. Malgré le joint, les deux nénettes affichent d’abord une moue surprise… sur le coup, stupéfait de la requête de son pote, Thibault est lui aussi mal à l’aise… d’abord à cause de la façon directe dont Jérém a balancé ses mots, avec son assurance et son arrogance culottée de ptit coq…
Ensuite, ce qui met également Thibault mal à l’aise c’est le fait que Jérém ait envie de faire ça « avec » lui… devant lui… certes, Jérém lui a raconté que parfois il aime faire ça avec les filles… mais de là à le voir faire… et à le faire avec lui… ils n’en ont jamais parlé… déjà que ce plan à quatre a été un coup de tête de Jérém qui n’était absolument pas prévu…
Pour finir, le fait est que… Thibault n’a encore jamais fait ça de sa vie… il ne sait pas comment ça se passe, il ne sait pas comme une nana va réagir à « ça »…
Devant des mines dubitatives, Jérém ne se démonte pas… il sait ce qu’il veut, et il sait qu’il va l’avoir… son regard est ferme, déterminé…
Les filles se concertent en silence, avec de simples échanges de regards… elles finissent par s’échanger un sourire complice… Thibault capte un léger mouvement de fierté dans le regard de Jérém… ce dernier lui balance un petit clin d’œil furtif… il vient de comprendre que c’est gagné…
« T’es un petit coquin, toi… » finit par lancer la blonde qui a couché avec Thibault.
Jérém ne répond pas, caché derrière sa bière et son joint… il regarde carrément ailleurs, il attend une réponse qui dans son esprit ne peut être que positive. Dans sa tête c’est, soit elles sont partantes, soit elles partent. Le silence s’installe, gênant, surtout pour Thibault. Puis, au bout d’un petit moment, la blonde finit par balancer :
« C’est ok, mais allez y mollo les gars »
Puis elle approche la bouche de l’oreille de Jérém pour lui chuchoter :
« Si on échange, d’abord on a envie de vous sucer… encore… »
Jérém affiche un petit sourire triomphant qui aurait du normalement énerver les deux nanas… ça aurait été la réaction normale devant un petit mec aussi sûr de lui, aussi insolent, aussi macho… oui, ç’aurait été la réaction normale si son charme n’avait pas cet effet ravageur, lui ouvrant toutes les portes… son jeu de domination est en route, Jérém a encore tout remporté, haut la main…
Le dos appuyé à la rambarde en maçonnerie pleine de la terrasse, Jérém pose son joint et sa bière sur le rebord… il porte ses mains sur les hanches, les pouces se glissent entre sa peau et le coton du boxer, le tissu léger descend lentement, sa queue presque raide se montre dans la pénombre…
Un instant plus tard la blonde est à genoux en train de le prendre en bouche… la brune lui emboîte le pas, elle se met à genoux devant Thibault et lui descend le boxer, pour se lancer dans une pipe que Jérém juge timide, faite du bout des lèvres, comme il avait jugé la sienne quelques minutes plus tôt…
Pendant qu’il se fait sucer sur sa terrasse dans la tiédeur de la nuit de ce début d’été, Jérém finit par se faire la réflexion que la blonde suce mieux que la brune, mais qu’elle est à des années lumières de la perfection d’une pipe à la Nico… pas de gorge profonde, pas de mouvements synchronisés entre les lèvres et la langue… une langue qui est presque statique…
Il reprend alors son joint pour essayer de se shooter un peu plus… il se dit que peut être en étant un peu plus stone il arrivera à prendre davantage son pied dans cette gâterie bien en deçà de ce dont il est habitué… il tire trois fois dessus, avant de le passer à son pote… il attend que son cerveau reçoive une décharge de plaisir… hélas, les minutes passent et rien n’y fait… l’effet du joint est bien là, mais sa frustration sexuelle demeure inchangée, elle va même grandissant… pendant un instant il a envie de changer de position… de coincer la tête de la blonde contre la rambarde, comme il le fait avec Nico parfois… mais il n’a jamais osé faire ça à une nana… en fait il y a plein de trucs qu’il n’a jamais osé faire à une nana… c’est bien la raison pour laquelle il aime autant coucher avec Nico…
Jérém en aura vite marre… et quand Jérém en a marre, il sait comment faire bouger les choses. En y mettant les formes :
« Maintenant on baise ! »
C’est un ordre de mâle dominant, tel le brame du cerf, un ordre sexuel que les deux filles n’auront pas de mal à intégrer. Son attitude est d’un machisme insupportable… pourtant, son incroyable sexytude, son aplomb, sa détermination virile font que, devant ses ordres, on ne peut pas faire autrement que s’exécuter…
Pendant que les filles prennent la direction du lit, Jérém prend le temps de tirer une dernière taffe sur son joint avant de le passer une dernière fois à son pote… pendant que ce dernier prend une bouffée de fumette, Jérém croise son regard… devinant son inquiétude, il tente de l’encourager avec un sourire… puis, voyant le stress de son pote demeurer, il approche les lèvres de son oreille pour y chuchoter :
« Tu vas voir comment c’est bon… »…
Un instant plus tard les deux mecs enfoncent leurs queues capotées dans des trous bien offerts… la sodomie, voilà une pratique complètement inédite pour ce gentil Thibaut, une pratique qu’il a accepté d’expérimenter pour ne pas déplaire à son pote… une pratique qu’il finira par aimer assez rapidement… il l’aimera pour le plaisir physique déjà… c’est si serré un petit trou, ça fait des sensations si différentes par rapport à une chatte… il l’aimera ensuite pour ce que cette pratique lui évoque des fantasmes refoulés depuis si longtemps…
Jérém, quant à lui, ne se privera pas de pilonner ce cul offert en pensant à la rondelle de Nico, la capote en trop… à un moment Jérém se surprend à se demander ce qu’il fait avec ces deux nanas alors qu’il a envie d’être avec Nico, mais la présence de Thibault le rassure…
Oui, les deux garçons ont l’air de bien prendre leur pied… et tout cela, sans compter l’aspect le plus excitant de cette position, c'est-à-dire le fait de permettre aux deux potes, libérés du contact visuel avec leurs partenaires, de se sentir plus libres dans leurs regards, dans le contact de leurs corps… ainsi, dès les premiers coups de reins, les geste se délient, les épaules nues se frôlent avec plus de facilité, les hanches se frottent avec plus d’intensité, les cuisses se caressent, les genoux s’appuient l’un contre l’autre, les doigts se rencontrent…
Des contacts qui, dans l’excitation de ce moment sensuel, n’ont plus rien d’accidentel, comme des envies silencieuses se dévoilant avec de moins en moins de retenue…
Les corps musclés sont parcourus par des frissons puissants, les bassins ondulent sous la vague d’un plaisir qui est autant sexuel que sensuel… les deux coéquipiers se cherchent, les regards se croisent avidement, s’aimantent, le plaisir monte, la jouissance approche…
Leur excitation, leur excitation réciproque est comme un bolide lancé à toute vitesse, on a passé le point de non retour, les 88 miles par heure approchent, ça va faire des étincelles, ça va péter et on va changer de dimension… le continuum espace-temps va s’infléchir… ainsi, dans les esprits altérés par la drogue puissante du plaisir combinée au mélange explosif avec celle dévastatrice de l’interdit, tout devient possible… les regards se croisent, brûlants de désirs quasi identiques, exprimant bien plus de choses que n’importe quel mot… leurs coups de bassin se règlent a la même cadence…
Le corps et l'esprit secoués par ce plaisir inédit et intense, Thibault frissonne, en tremble presque… lorsque Jérém le regarde (et ce coup ci, libéré du regard de leurs partenaires, il ne s’en prive pas), il trouve ça incroyablement excitant et beau… devant son pote en nage, la respiration profonde et rapide, en train de découvrir ce plaisir jamais expérimenté, à la fois conquis et dérouté, pendant que son propre plaisir gagne chaque fibre de son corps et submerge sa conscience, Jérém ressent un truc nouveau pour Thibault... son plaisir le touche… plus que ça, presque ça l’émeut…
Il sent que Thibault est comme perdu face à cette situation inattendue, une situation plaisante, certes, mais déroutante… une sodomie, un plan à quatre avec son pote de toujours… pour la première fois depuis très longtemps, Jérém ressent la sensation grisante de pouvoir faire découvrir un truc à Thibault et, qui plus est, un truc sexuel aussi plaisant… il adore l’idée d’être là pour le rassurer, d’être là pour son pote comme ce dernier l’a toujours été pour lui…
Jérém est lui aussi secoué par un plaisir débordant… son corps, son esprit le sont au même titre, avec la même intensité… et lorsqu’on prend son plaisir aussi intensément, c’est incroyable les images de dingue que l'excitation peut provoquer dans notre esprit... des images qui sont cachées au fond de nous et que, lorsque notre conscience est dans son état normal, on arrive à gérer, à calmer… mais lorsque le plaisir des sens prend possession de notre être tout entier, elles nous explosent à la figure avec une puissance dévastatrice, une puissance qui, pour peu, leur ferait presque prendre le contrôle de nos actions malgré nous… et c’est justement ce qui se produit parfois à ces moments là, sous l’effet de l’ivresse du plaisir sexuel montant, on dit et on fait des choses que l’on ne dirait et que l’on ne ferait pas à d’autres moments, des mots et des choses que souvent on regrettera « à tête froide »…
Le fait de voir son pote submergé, débordé, presque dépassé par le plaisir, lui donne envie de le faire jouir encore plus... Jérém se sent violemment attiré par son coéquipiers… il a envie de le serrer dans ses bras, de le caresser, il a envie de sentir son torse sur le sien, les tétons se frôler, les bassins se rencontrer, les queues se mélanger, de se perdre dans cette intimité de mec, de vrais mecs…
A bien regarder, ça fait un sacré bout de temps que cette idée a pris racine dans son esprit… car, il faut bien l’admettre, la beauté de son pote ne le laisse pas froid… bien au contraire…
Combien de fois, en le voyant sous les douches après les entraînements, il avait eu envie de poser le regard sur sa nudité… envie de mater sa queue et de l’avoir dans sa main comme cette nuit de l’été de ses 13 ans sous la tente en camping… envie de jouir ensemble en se branlant l’un l’autre…
Combien de fois, en le voyant approcher de son casier (juste à coté du sien) après la douche, avec la serviette qui glisse sur la peau et qui fait apparaître et disparaître des détails anatomiques troublants, en sentant l’odeur de sa peau humide, en sentant la proximité de sa nudité intégrale, en sentant le contact furtif entre épaules, dos, torses qui se frottent parfois au gré de mouvements involontaires… oui, combien de fois Jérém avait senti sa queue commencer à frétiller… combien de fois il avait du se rhabiller en vitesse pour éviter de montrer une érection suspecte…
Combien de fois Jérém avait eu l’impression que pendant qu’il prenait sa douche, Thibault le regardait à son tour de façon insistante… et lorsqu’il approchait des casiers avec sa serviette nouée en dessous de sa taille, il avait parfois eu la nette impression que son pote le toisait, qu’il le matait… plusieurs fois, Thibault lui avait même fait des réflexions sur sa chute de reins qu’il trouvait très harmonieuse, sur son torse, qu’il trouvait très bien dessiné, sur son corps qu’il trouvait de plus en plus sculpté grâce à la muscu qu’il faisait après les entraînements…
Et combien de fois il avait eu la certitude que lorsqu’ils se retrouvaient devant leurs casiers respectifs, Thibault aussi commençait à bander sous la serviette… et quand il l’enlevait pour se rhabiller, lorsqu’il se tournait pudiquement de l’autre coté pour préserver son intimité, avec pour résultat de lui montrer ses jolies fesses, Jérém bandait dur dans son jean… mille envies lui happaient l’esprit… frotter sa queue dans sa raie, l’exciter ainsi pendant qu’il se branlait jusqu’à en jouir…
Un dimanche après-midi après un match, il s’était produit quelque chose de troublant… dans l’euphorie d’une victoire remportée de justesse, ça rigolait entre mecs… l’attention toute consacrée à la déconnade, Jérém avait ôté la serviette autour de sa taille avant de commencer à s’habiller… sans vraiment y prêter attention, pressé de partir ce jour là, à un moment Thibault avait pivoté de tout son corps pour attraper ses affaires… au même moment, tout en discutant avec un autre coéquipier, Jérém s’était déplacé sans faire attention… et là, dans un enchaînement involontaire de mouvements, la main de Thibault avait effleuré le bout de la queue du beau brun… très gêné, Thibaut s’était excusé discrètement tout en laissant traîner un long regard…
Et combien de fois, lors de certaines fins de soirée un peu chargées, Jérém avait eu l’impression, lorsque leurs regards se croisaient, qu’il y avait entre eux une façon de se chercher en permanence, une complicité à la limite de la sensualité… une complicité faite de sourires, de clins d’œil malicieux et balancés au bon moment, de tapes sur l’épaule, de caresses dans le cou…
Coucher avec Thibault… voilà une idée de dingue… pourtant, ça fait si longtemps que Jérém a envie de le sentir son corps de mec contre le sien… envie de sentir s’abandonner dans ses bras puissants…
« Avec Thibault » il s’imaginait « ça ne serait pas du tout pareil qu’avec Nico… nous sommes deux mecs… ce ne serait qu’un truc entre deux potes qui se font plaisir, deux amis, les meilleurs amis du monde qui se font du bien… rien de plus, il n’y a pas de mal à se faire du bien… ».
C’est dingue comme l’excitation peut faire naître en nous les fantasmes les plus fous… à moins que… oui, à moins que ce ne soit pas elle qui les fait naître… à moins que, lorsqu’elle secoue notre être tout entier, l’excitation ne se contente que de déblayer provisoirement notre esprit de tout tabou, tout conditionnement, toute crainte pour les conséquences de nos actions, qu’elle ne fasse que libérer nos envies les plus profonde et refoulées…
Le fait est que l’excitation sensuelle, tant qu’elle nous tient, possède ce pouvoir provisoire, mais immense et dangereux de faire disparaître la notion de l'avenir et, avec elle, le fardeau, le lestage qu’est la conscience des conséquences futures de nos actions présentes… dès lors, tout devient possible…
Lorsque l’excitation des sens a pris le contrôle de tout notre être, on n’est plus que désir… et le désir, comme le plaisir, ne se décline qu'au présent… ou oublie l’avenir, et avec ce dernier, toutes nos peurs… car c’est la conscience de l'avenir qui génère toutes nos craintes… si un jour de grâce on perdait la conscience de l'avenir, on se retrouverait soudainement libérés de toute inquiétude… la peur des conséquences de nos actions… la peur de la solitude, la peur de perdre la personne qu'on aime… les peurs matérielles… la paix, la sécurité, la santé, le travail, l’argent… jusqu’à la peur ultime, celle de vieillir et de devoir partir un jour…
Et lorsque, en plus, ce plaisir est pris avec la personne qui compte pour nous, voilà, on oublie tout, tous nos soucis, tous nos tracas… le passé et l’avenir ne sont plus… il n’y a que l’instant présent, il accapare tout notre esprit… à ce moment là on se sent tout puissants, on se sent immortels…
Jérém regarde Thibault en train de coulisser entre des fesses bien offertes et il se dit qu’il adore voir son pote prendre son pied de cette nouvelle façon, un pied qu’il lui a offert, juste en le lui faisant découvrir… il adore également l’idée d’être là pour assister à cette nouvelle et puissante jouissance de son pote, une jouissance à laquelle Thibault ne s’attend pas mais que Jérém le sait, il va le ravir…
Ca l’excite terriblement car quelque part c’est « lui » qui va le faire jouir… d’une façon certes différentes de celle qu’il a pu parfois fantasmer, mais n’empêche, c’est grâce à lui qu’il va découvrir la sensation foutrement excitante de sentir sa queue bien serrée dans un petit cul…
Perdu dans le bonheur d’avancer avec Thibault dans le territoire inconnu de ce plaisir interdit, Jérém sent l’orgasme approcher… et c’est autant pour faire plaisir à son pote que pour une irrésistible envie de contact avec sa peau, que Jérém a l’idée d’un geste inattendu… tendre…
Oui, faute de pouvoir, dans cette configuration de baise aux participants trop nombreux, dans une configuration mentale où la peur de compromettre une amitié empêche bien des choses, donner libre cours à ses envies de mélanger son corps avec celui de son pote, Jérém se laisse aller un geste tendre… il peut se permettre ça avec son pote, alors qu’il ne peut pas envisager ça avec Nico… car il sait que Thibault, à différence de Nico, ne va pas prendre ça pour ce que ce n’est pas… il sait que Thibault va mettre ce geste sur le compte des gestes d’amitié et qu’il n’attendra rien de plus de lui…
Son bras de lève, sa main se pose sur le cou de Thibault à la base de sa nuque, les doigts s’enfoncent dans ses cheveux comme une caresse douce, sensuelle et excitante a la fois ; un geste qui, au même titre que le regard sensuel qui l'avait accompagné, avait encore augmenté l'excitation de Thibault, l’approchant de sa jouissance…
Après une première réaction de surprise face au geste inattendu et super agréable de son pote, après un petit instant d’hésitation sur le fait de répliquer de le même façon, chose qui lui fait drôlement envie, le bras du beau mécanicien se lève à son tour pour se poser sur le cou de Jérémie…
Quelques coups de reins encore, un échange de regards complices avec son pote et voilà que son corps, depuis un bon moment déjà secoué par des frissons puissants, n’avait pas pu se retenir plus longtemps… un instant plus tard Thibault avait joui… et à son tour, la jouissance du beau mécanicien avait précipité celle du beau serveur…
Et c’est en se tenant par le cou, les bras enlacés dans une étreinte sensuelle et moite que, comme lors de la première « mi-temps », les deux coéquipiers avaient joui pratiquement au même moment… découvrant le bonheur de prendre ensemble leur plaisir de mec…
Ils l’ont fait… ils ont joui ensemble… dans le même lit, au même moment… Jérém a joui tout en enlaçant le cou de son pote Thibault… Thibault, quant à lui, a joui en se disant que Jérém avait raison, ce « truc » était vraiment bon... bon au delà du raisonnable… et les deux ont joui en pensant au plaisir de l’autre…
Hélas, la jouissance masculine est un oiseau qui s’épuise dans son envol… l’ascension vers le plaisir est tellement puissante et rapide qu’on a du mal à réaliser que le retour au sol nous guette instantanément… oui, la fierté masculine est comme un albatros, très majestueux lorsqu’il se déploie en vol, mais vraiment maladroit lorsqu’il touche le sol… une fois le plaisir venu, passé, l'excitation retombée, lorsque les yeux se rouvrent et la conscience revient après la petite absence autour de l’orgasme, le retour à la réalité peut se révéler dur à affronter… les regards aimantés ne le sont plus, il ne s’attirent plus, il se fuient… le contact de la main de Jérém s’évapore rapidement, ce contact de peau est désormais devenu trop lourd à assumer pour l’un… alors qu’il va bien vite manquer à l’autre…
Les deux garçons se retirent rapidement… Thibault enlève sa capote… Jérémie enlève la sienne… les boxers recouvrent vite des nudités devenues soudainement gênantes… pendant que les nanas se relèvent à leur tour en prenant la direction de la salle de bain, Jérém balance que c’est prévu que son pote reste dormir, une façon de dire sans le dire qu’il faut qu’elles partent…
« Ah d’accord… » ce sera la réaction un peu déçue de la blonde.
« J’appelle un taxi ? » balance froidement le beau brun.
« T’inquiète, mec, va fumer ta clope, on se débrouille… » se fera remballer le beau brun.
Jérém disparaît alors en terrasse…
Une fois de plus surpris par l’attitude désinvolte de son pote, Thibault reprend sa bière, s’installant à l’angle opposé de la terrasse, dans la pénombre…
« Je pourrais les raccompagner… » s’avance le bon Thibault.
« C’est super tard, tu es fatigué, tu peux rester dormir ici… en plus demain on a match… » répond Jérém, le regard perdu dans la rue.
Thibault se sent en effet tomber de fatigue et l’idée de rester dormir avec son pote lui parait agréable. Pendant que les deux nanas sont à la douche, Thibault repense à l’expérience sexuelle qu’il vient de vivre… le beau mécanicien est encore interloqué par le plaisir inédit et interdit que cette première sodomie lui a procuré... jouir dans un petit cul, sa queue enserrée bien au chaud... ce pied de fou… c’était incroyablement excitant et jouissif... ça devait être l’effet de la nouveauté...
Mais au delà des explications avec lesquelles le bon sens légendaire de Thibault essayait d'expliquer cela, force était de constater que ce qu’il venait de vivre allait au delà de tout ce qu'il avait vécu sexuellement jusqu'à ce jour là, mieux qu'un sexé féminin, mieux que tout... et c’était bien aussi et surtout car son pote était là, à coté de lui… oui, Thibault avait adoré ce « truc », et il avait adoré voir que Jérémie aussi avait l’air de bien aimer, de très bien aimer ça…
Voir son pote prendre son pied au même temps que lui... capter son regard qui lui avait semblé chargé de désirs non exprimés, les mêmes que les siens, un regard qui lui avait semblé annoncer plein de découvertes ultérieures, comme si cet instant de plaisir partagé ce n’était que le début d’une intimité plus profonde à venir, à venir à un moment ultérieur, lorsqu’ils seraient enfin que tous les deux… comme si cette idée de Jérém de faire un plan à quatre ce n’était qu’une excuse pour un rapprochement entre garçons…
Et puis, à bien regarder, cette idée de Jérém de prendre les filles par derrière ressemblait à une perche tendue vers un désir inavoué de sexualité entre garçons…
Mais le plus dingue pour lui, c’était bien ce geste inattendu et incroyable de Jérém, cette caresse dans son cou… un geste de potes tant de fois échangé entre eux, exprimant amitié et affection mais qui là semblait se charger de bien d’autres significations…
C’est le bruit de la porte de la salle de bain en train de s’ouvrir qui se chargera de tirer Thibault de ses rêveries en se disant qu’il allait vraiment trop loin, qu’il prenait ses rêves pour des réalités. Les deux nanas sont rhabillées, prêtes à partir.
Les entendant approcher, Thibault traverse la terrasse et se place dans l’encadrement de la porte fenêtre torse nu… Jérém a fini sa deuxième cigarette, il boit le fond de sa bière et vient se poster derrière son pote, ses pectoraux frôlant le dos du beau mécanicien… sa bosse effleure ses fesses… ce dernier ressent instantanément un frisson parcourir son corps et converger vers sa queue… il se retient de justesse de montrer l’effet que ces contacts lui procurent… il se dit que la fatigue n’est qu’un détail face au désir… et que si jamais leurs corps se frôlent dans le lit, ça ne va pas être facile de trouver le sommeil…
« On y va, une copine à elle va venir nous chercher… » annonce la blonde en indiquant la brune.
« Ok » répond Thibault, toujours un peu mal à l’aise.
« Voilà nos numéros si l'envie vous prend de recommencer… l'un ou l'autre ou tous les deux... » elle annonce en glissant dans la main de Thibault un bout de papier qu’elles avaient dû remplir de concert pendant leur longue halte dans la salle de bain.
Et sans se démonter devant le silence des eux garçons elle continue, le regard dans le vide :
« Pour vous les gars, c’est quand vous voulez comme vous voulez... par devant… par derrière... et si ça vous tente, même sans capote... ».
Jérém ne peut s’empêcher de laisser échapper un petit sourire de jeune coq fier que sa sexualité et celle de son pote aient emballé deux poulettes de plus.
« Même maintenant… » avait balancé la blonde en regardant le beau brun droit dans les yeux.
Un instant plus tôt, Jérém s’était dit que ce qui le rendait heureux aussi, c’était le fait que les deux nanas semblaient avoir été emballées autant par lui que pas son pote… mais à bien regarder, voilà que le regard de cette blonde semblant lui avouer sa petite préférence pour lui, lui donnait une fierté encore plus grande… une fierté ultime de mâle chef de meute, de mâle dominant…
Ça aurait pu se fini avec une dernière pipe vite fait à cote de la porte d'entrée si seulement les deux mecs avaient bien voulu saisir la perche... au lieu de quoi, prétextant un besoin de repos pour le match du lendemain, Jérém avait gentiment ignoré l’invitation… un brin déçues, les deux nanas avaient alors pris rapidement congé, laissant les deux garçons entre eux…
Ce que les deux nanas ne savaient pas c'est que ces deux mecs étaient pressés de se retrouver seuls pour se poser tranquilles devant une dernière bière, pour discuter un peu avant de dormir…
Ce que les deux nanas ne savaient pas non plus, c’est que ce plan à quatre, bien avant que d’être une orgie sexuelle, était le seul moyen acceptable que Jérém avait trouvé pour approcher la sexualité de son pote…
La bière viendra, mais la discussion ne sera pas vraiment au rendez vous cette nuit là. Une fois seuls, l'excitation retombée, les regards gênés faisaient un écho dissonant avec les regard pleins de désir pendant l'acte… de plus, la fatigue s’emparant des corps et des esprits des deux apollons en cette heure tardive, toute tentation de revenir sur ce qui venait de se passer avec les nanas et entre eux, se désintégrait sur l'écueil de l’interdit et du tabou désormais revenus en force, l’esprit de survie de l'amitié retenant leurs mots, la honte commençant à leur apporter un certain sentiment de malaise…
Le silence entre eux devient gênant pour Thibault.
« Je peux rentrer si tu veux dormir tranquille » il finit par balancer à Jérém.
« Il va y avoir les sorties de boite à cette heure ci… il va y avoir du monde sur la route… c’est mieux que tu restes… »
Les mots de Jérém sont tellement touchants à l’oreille de Thibault, que ce dernier décide d’accepter. Et tant pis pour le malaise. De toute façon ils vont dormir. Mais qu’est ce qu’il a été touché par ces quelques mots de Jérém s’inquiétant pour lui…
En réalité, Jérém n’a aucune envie de se retrouver seul ce soir là. Il a besoin de compagnie, il a besoin de Thibault.

Trois minutes plus tard les deux potes sont au lit. Les feux s’éteignent. Jérém se tourne sur un flanc, le visage vers l’extérieur du lit.
« Bonne nuit » lance Thibault.
« Bonne nuit » répond Jérém, le ralentissement de son débit de parole annonçant la venue rapide du sommeil.
Epuisés par l’heure tardive et par deux baises coup sur coup, les deux garçons trouvent vite le sommeil. Jérém d’abord, fatigué en plus par le service à la brasserie, par bien plus d’alcool que son pote… Thibault un peu plus tard. Le parfum et la proximité de son pote le troublent d’une façon qui est, à bien regarder, pas si inattendue…

Le repos de Thibault ne sera pas de très longue durée. Une heure plus tard, il se réveille soudainement. L’esprit embrumé par le court endormissement, il a du mal à remettre les choses à leur place. Déjà, pour réaliser qu’il n’est pas dans son lit habituel… ensuite, pour réaliser de quel lit il s’agit… il se souvient de la soirée au KL, des deux nanas qui rentrent avec lui et son pote au studio rue de la Colombette… il se souvient de la double baise… de Jérém en train de prendre son pied tout en le regardant, lui, prendre le sien… de sa proposition de rester dormir…
Oui, ça y est, il réalise qu’il est dans le lit de Jérém… son pote est en train de dormir juste à coté… Thibault se rend compte qu’il est vraiment bien dans ce lit douillet, sous le poids de la couette remontant jusqu’à ses oreilles… et toujours le parfum si « mec » de son pote, ce nouveau parfum auquel il ne s’est pas encore habitué, cette fragrance entêtante qui avait bercé ses narines un bon petit moment avant qu’il ne trouve le sommeil…comme une caresse olfactive, douce et sensuelle…
Et puis il y a cette étrange chaleur qui enveloppe son corps et qui irradie doucement sur la peau de son torse, dans son bassin, dans ses jambes…
Une seconde plus tard, Thibault a l’impression de sentir son cœur faire un bond dans sa poitrine… une angoisse soudaine le tire de cet état un peu confus, comme ouaté entre le sommeil et la veille… la panique s’empare soudainement de son esprit… lui, Thibault, d’habitude si posé, si calme, si réfléchi… oui, Thibault se sent soudainement perdu, envahi par une peur qu’il ne peut pas maîtriser… c’est lorsqu’il se rend compte que ses bras, son torse, ses jambes sont en train d’enlacer le corps chaud de son pote, que l’agréable et douce chaleur qu’il ressent dans son ventre vient du contact avec le dos de son pote… que la sensation de douceur qu’il ressent sur sa joue, vient du contact avec les cheveux bruns de son pote…
Thibault a du mal à comprendre ce qui se passe… tout ce qu’il comprend, c’est qu’il se trouve dans un sacré pétrin… en admettant que Jérém ne se soit encore rendu compte de rien, comment se dégager sans le réveiller ? Il faut espérer que Jérém ait le sommeil bien profond…
Avant de faire quoi que ce soit, Thibault semble retrouver un de ses réflexes de toujours… écouter et réfléchir avant d’agir… ainsi, il tend l’oreille pour capter la respiration de son pote… c’est un souffle léger, régulier… Jérém dort toujours, le jeune mécanicien se sent soudainement soulagé…
Il se met alors à réfléchir sur la meilleur façon de se dégager de cette position compromettante… car il faut qu’il s’en dégage… il faut qu’il tente de se retirer avant que Jérém ne se réveille… ils sont très proches, certes, mais il n’est pas sur que son pote ait l’esprit assez ouvert pour accepter ce genre de câlin, bien qu’involontaire…
La manœuvre est risquée... Thibault se demande encore comment il s’est débrouillé, dans le sommeil, pour se tourner du même coté que son pote, pour se serrer contre lui, pour glisser son propre bras droit entre son flanc et son bras, ainsi que son bras gauche entre son autre flanc et le matelas... dans la tête de Thibault, ça clignote rouge… c’est l’état d’alerte maximal… son cœur bat à tout rompre… au point qu’il se retrouve à craindre que ce soient précisément ces battements qui réveillent Jérém…
Thibault se dit qu’il faut la jouer fine… y aller tout en douceur… ou alors y aller franco… dans le premier cas, le beau brun risque de se réveiller au milieu de la manœuvre et piger ce qui se passe… dans le second, si le déménagement finit par le réveiller, il va juste se sentir un peu secoué, sans savoir d’où le mouvement est venu… la raison semble pousser Thibault à opter pour cette dernière option… mais la panique le contraint à se résigner à suivre la première…
Le gros problème ce sont les bras… Thibault commence à ressentir des fourmis dans la main, tant le bras gauche est coincé… avant de s’attaquer au plus compliqué, il choisit de préparer la manœuvre… sa nature méthodique semble lui venir à son secours…
Il commence par reculer son bassin et ses jambes pour couper le contact avec le bas de son corps… ensuite, les bras… pour le droit, c’est plus facile, il suffit de le faire glisser vers le bas et le ramener vers son flanc… la manœuvre est conduite tout en douceur, avec une lenteur extrême… tout semble bien se passer… Thibault tend l’oreille… la respiration de Jérém n’a pas changée, il dort toujours comme un bébé…
Maintenant le gauche… c’est là que ça se corse… Thibault a beau essayer de forcer sur son épaule pour le ramener à lui, le bras est vraiment coincé par le poids du torse de Jérém… n’ayant pas le choix, Thibault prend une décision radicale… appuyer sur l’épaule de son pote pour faire légèrement pivoter son torse… l’idée se révèle bonne, la pression sur son avant bras se détend un peu… et lorsque son épaule force à nouveau sur son bras, ce dernier finit par commencer à se dégager… un instant plus tard, Thibault a retrouvé la maîtrise de son bras et de sa main engourdie…
Jérém, quant à lui, se retourne complètement, se retrouvant à plat ventre sur le matelas, le visage toujours tourné à l’opposé de la position de Thibault… pendant son mouvement, il émet un grognement incompréhensible, qui a le don d’inquiéter Thibault… pendant un instant, il a l’impression que Jérém a été réveillé par sa manœuvre, qu’il s’est rendu compte de quelque chose, et qu’une discussion désagréable se profile à l’horizon…
Et puis non, fausse alerte… dans sa nouvelle position, Jérém retrouve vite sa respiration calme et régulière… le bogoss est toujours dans les bras de Morphée. Thibault est rassuré. Il peut à son tour retrouver sa respiration, et accessoirement essayer de comprendre ce qui s’est passé.
Mais comment ça avait pu se produire ? Il ne l’avait pas voulu… mais il fallait bien admettre que cet épisode exprimait bien une envie bien présente en lui et longtemps refoulée… était-ce l’action de son inconscient ?
Oui, en y repensant à tête froide, une fois l’enchevêtrement de leurs corps dénoué et la panique évacuée, Thibault devait admettre qu’il avait adoré ressentir la chaleur du corps de son pote, ainsi que le contact avec ce bon paquet de muscles qui constituait son torse…
Mais ce qu’il avait aimé par-dessus tout, même au delà du nouveau parfum de son pote dont la nouveauté éveillait toujours son odorat, c’était la sensation apaisante et enivrante de sentir le contact de la peau d’un autre garçon contre la sienne, d’en sentir l’odeur ; cette odeur que, lorsque l’attraction physique est là, possède quelque chose de familier et de rassurant qui nous fait sentir bien, a notre place, en accord avec les besoins de tendresse de notre être profond... c’est une sensation de bien être absolu qui relève d’un besoin de contact et de partage avec l’intimité d’un corps et d’un esprit qui ressemblent au sien…
Thibault se surprend à éprouver une profonde tendresse en écoutant la respiration de son pote endormi, en regardant ce beau garçon terrassé par le sommeil…
C’est en se faisant ce genre de réflexion, en pensant qu’il se sent vraiment attiré par son meilleur pote, en regrettant déjà ce contact si agréable avec son corps, que Thibault arrivera à retrouver le sommeil… pourvu que Jérém ne se soit rendu compte de rien…

En réalité Jérém s’est rendu compte de… tout… absolument de tout… oui, Jérém s’est réveillé quelques minutes avant et il a… fort apprécié… tout apprécié…
Jérém se sent bien dans cette étreinte… il sent son corps détendu, une sensation de bien-être irradiant de son bas ventre… soudainement, il est saisi d’un doute… sa main se faufile à l’intérieur de son boxer… et l’information que les doigts lui rapportent, confirme bien son doute… dans le sommeil, le beau brun avait joui dans son boxer…
Que s’était-t-il passé dans le sommeil ? Comment avait-t-il pu jouir sans se rendre compte de rien ? Est-ce qu’il s’était touché ? Est-ce qu’il l’avait touché ? Est-ce c’était venu tout seul ? Est-ce que c’était venu à cause du simple contact avec le corps de l’autre, à cause de la sa main posée sur ses pecs, le bout des doigts abandonnés sur l’un de ses tétons ? Ou bien c’était venu à cause du contact de son bassin, de son boxer contre ses fesses, à cause de son visage dans son cou, ses lèvres posées à la lisière de ses cheveux, cet endroit qu’il lui filait les frissons les plus intenses ?
Ou alors, est-ce que c’est arrivé à cause de ce rêve qu’il vient de faire, un rêve avec Nico… c’est bien qu’il soir resté dormir… qu’est-ce que ça lui fait de l’effet ce contact avec sa peau… oui, Jérém se sent vraiment bien dans cette étreinte… sans abandonner l’état de torpeur douillet entre le sommeil et la veille, il repense à son rêve… il a trouvé ça si excitant… voir Nico se donner de cette façon… oui, ça avait été très excitant de rêver d’un Nico déchaîné en train de lécher la rondelle de… Thibault… oui, drôle de rêve, mais si bandant… tellement bandant qu’il avait du en jouir…
Oui, Thibault… soudainement Jérémie se rend compte que ce n’est pas avec Nico qu’il est rentré ce soir là… il se souvient du plan à quatre… il se souvient d’avoir vu son pote en train de jouir au même temps que lui… et il se souvient de lui avoir demandé de rester dormir… d’avoir même insisté pour qu’il reste, tellement il n’avait pas envie de se retrouver seul cette nuit là…
Alors donc… ces bras… cette étreinte, cette chaleur, ce corps… ce n’est pas Nico, mais bien Thibault… son pote de toujours est en train de l’enlacer… ce n’est pas vraiment ce qu’on fait entre potes hétéros, mais à la fin, qu’importe… il est si bien… au fond ce n’est qu’une accolade dans le sommeil… oui, il a joui, mais c’était à cause du rêve avec Nico, ce n’est certainement pas Thibault qui l’a tripoté…
Et à la fin, peu importe… il a parfois eu envie de cela… alors, quoi qu’il en soit, Jérém ressent une chaude et profonde sensation de bien-être… ce dernier orgasme, un orgasme qu’il n’a par ailleurs pas senti venir, mais dont les endorphines dégagées régalent son corps à posteriori, lui avait amené une sensation d’apaisement complète… il était bien au chaud dans les bras puissants de son pote… le radio réveil indique cinq heures… l’heure de se lever n’est pas du tout d’actualité…
Jérém décide alors de ne pas se poser trop de questions pour l’instant, de profiter du bien-être présent, de se laisser glisser dans le sommeil qui le guette à nouveau… il se dit que pour se poser des questions existentielles, pour se tourmenter il y a assez de la journée… la nuit, quant à elle, c’est le temps du rêve, de la passion, du plaisir… il aurait voulu que cette nuit ne se termine jamais…
C’est en se faisant ce genre de réflexion, en pensant qu’il se sens vraiment attiré par son meilleur pote, en se demandant si ce dernier avait fait exprès à le prendre dans ses bras ou si cela s’était produit par hasard, que Jérém arrivera à retrouver le sommeil… c’est si agréable ce contact… Jérém s’était réveillé en trouvant très agréable l’idée de se retrouver dans les bras de Nico, et il allait se rendormir en trouvant que l’expérience de se retrouver dans les bras de Thibault c’était également fort plaisante… un bonheur inattendu mais si doux… et pourvu que Thibault ne bouge pas de si tôt…
Oui, Jérém s’est rendu compte de tout… mais Jérém n’est pas Thibault, et son ressenti diffère quelque peu de celui de son pote… ainsi, lorsqu’il s’était réveillé au cœur de la nuit dans les bras de son pote, le beau brun avait adoré ressentir la chaleur de son corps ainsi que le contact avec ce bon paquet de muscles qui constituait son torse… et ce qu’il avait aimé par-dessus tout, même au delà du parfum de son pote qu’il aimait beaucoup, c’était la sensation apaisante et enivrante de sentir le contact de la peau d’un autre garçon contre la sienne, d’en sentir l’odeur ; cette odeur que, lorsque l’attraction physique est là, possède quelque chose de familier et de rassurant qui nous fait sentir bien, a notre place, en accord avec les besoins de tendresse de notre être profond... c’est une sensation de bien être absolu qui relève d’un besoin de contact et de partage avec l’intimité d’un corps et d’un esprit qui ressemblent au sien…
Deux coéquipiers, deux façon de ressentir ce petit « accident », une sensation de panique mélangée à une sensation fort agréable pour Thibault… une sensation de surprise mélangée à une sensation fort agréable pour Jérém… non, définitivement, leurs ressentis n’étaient pas tout à fait identiques…
Le lendemain matin, au réveil, les deux coéquipiers passent à la douche l’un après l’autre. Ils partagent un café fraîchement coulé. Le petit déjeuner est court et silencieux. Le bruit de la télé aide à camoufler un manque de conversation embarrassant, des non dits lourds à assumer. Ni l’un ni l’autre ne s’aventurent à la moindre allusion à ce qui s’était passé avec les deux nanas et encore moins à ce qui s’était passé entre eux au petit matin…
Thibault part dans la foulée. Les deux potes se retrouveront en tout début d’après-midi au vestiaire du terrain de rugby pour l’avant dernier match de rugby du tournoi… comme si de rien n’était…

Oui, on pourrait se demander pourquoi cette nuit là, au lieu de rentrer avec Nico pour des révisions post-bac en nocturne, révisions dont il avait par ailleurs bien envie, surtout après les mots que Nico lui avait balancé à l’oreille au KL, Jérémie avait préféré se payer un plan à quatre avec son pote Thibault et deux nanas levées sur le pouce sur le bord de la piste de danse…
Hélas, rechercher de la logique dans les agissements d’un garçon tel qu’était Jérém à ce moment là, à savoir un garçon se posant de plus en plus de questions sur sa sexualité, cela relève du mystère cosmique… son comportement ne suivait même pas ses véritables envies… son comportement n’était que le produit de ses désirs contrastés, ceux qui se bousculaient dans sa tête et qui prenaient tour à tour le contrôle de ses agissements, des agissements dont l’incohérence apparente était à l’image de celle de ses envies opposées… l’envie d’être avec Nico se cognant à la peur de devenir pd… le désir de le retenir se heurtant à la peur de s’attacher, rentrant en collision avec le désir de le repousser (à l’origine de son comportement odieux)…
Ainsi est la vie : lorsqu’on les mets en œuvre, l’un après l’autre, jour après jour, on peut avoir l'impression que nos actes et nos propos appartiennent à une suite logique et naturelle… elle existe cette logique, certes, dans notre tête… et on s’imagine, quand même ça nous arrive d’y songer, que les autre soient sensibles à cette « logique »… hélas, notre « logique » épouse plus souvent qu’on ne l’imagine, nos envie du moment… des envies changeantes… alors, là où il nous semble agir dans la continuité, lorsque on nous regarde de l’extérieur, on peut tout simplement donner l’impression de faire n’importe quoi, de souffler le chaud et le froid, l’impression de tenir un comportement tout bonnement imprévisible…
A bien regarder, il y avait un logique, une logique peut-être inconsciente mais une logique quand même, derrière le comportement du beau brun… à la fois faire « fuir » Nico, l’éloigner de lui, lui donner des raisons de le détester, l’éloigner pour s’épargner à lui-même une séparation difficile à terme, l’obliger à partir en claquant la porte, exaspéré… ensuite, peut-être se venger de l’apparition de ce Stéphane qu’il avait toujours en travers… et puis, réaliser un fantasme enfoui depuis des années, être avec Thibault, voir si ce qu’il « ressent » pour lui était « réel », s’il en avait vraiment envie…
Tout ça parait assez logique, mais évidemment c’était très confus et ça se bousculait dans sa tête... ainsi, à ce moment de sa vie, Jérém était un garçon inquiet. Un garçon qui, par-dessus tout, avait peur de la solitude.
On a chacun au fond de nous un petit enfant qui pleure. Le tout est de savoir d’abord où est-ce qu’il se cache pour pleurer et de connaître ensuite à cause de quelles anciennes blessures ou de quelles peurs ancestrales pleure-t-il…
Oui, au final, Jérém avait peur de la solitude. Et pas de n’importe laquelle. Jérém avait peur d’une solitude qu’il devinait insupportable… car à la regarder de près, elle ressemblait à s’y méprendre à celle que provoque l’éloignement et le manque de l’être aimé.

En écrivant cet épisode, qu’à l’origine ne devait comprendre qu’une seule partie (c’est dire comment l’écriture s’impose à moi toute seule) j’ai eu envie de rendre hommage et de remercier tous les garçons, parfois des connaissances, la plupart du temps des anonymes ; des mecs observés au quotidien et à leur insu, l’espace d’un instant fugace et précieux ; d’autres croisés avec un peu plus e régularité au hasard du quotidien, mais que je n’ose pas approcher, ces « inconnus familiers » dont je voudrais tout connaître car leur vies m’est inaccessible, dont j’ignore les défauts et dont je ne me lasserai donc jamais…
Oui, je voulais rendre hommage à tous ces mecs qui provoquent en moi ce petit béguin du matin qui, sans que ça aille plus loin, me fait sentir vivant ; des garçons qui, de par leur façon d'être, avec un simple geste, un mot, une intonation de la voix, une simple attitude inconsciente, sont pour moi une source d'inspiration inépuisable.
Oui la beauté et le charme masculin... je ne sais pas leur donner une définition satisfaisante, et je ne pense pas que j’en serai capable un jour, je ne sais même pas si c’est possible d’exprimer cette matière insaisissable avec de pauvres mots… ce que je sais en revanche, c’est que si ces cadeaux du ciel venaient à disparaître de la surface de la terre, la vie serait beaucoup moins douce.
La beauté et le charme masculin, une « passion » à laquelle je tente de rendre hommage avec mes modestes moyens.


Aidez-nous à nous faire connaitre... Partagez cette histoire sur les réseaux sociaux :






Les avis des lecteurs
Fab75du31

Ici Fabien...
Toi qui a écrit ce dernier comm
- C'est par hasard que j'ai découvert tes récits. Je les trouve bien écrits car ils ne se limitent pas simplement...
Je voudrais discuter de ça avec toi
Merci de me contacter par mail si tu le souhaites
Merci en tout cas

 
 

C'est par hasard que j'ai découvert tes récits. Je les trouve bien écrits car ils ne se limitent pas simplement à décrire des scènes de baisses torrides comme on en trouve très souvent mais il y a une histoire autour. Dans le même genre ton texte me fait penser au livre "Les nuits fauves" de Cyril Collard qui a été porté à l'écran. Moyennant quelques rectifications de coquilles en grammaire et orthographe je pense que ton texte, une fois achevé, mériterait d'être édité. C'est un avis personnel bien que je ne sois pas du métier. Je voudrais juste te donner quelques conseils si tu le permets. Ton récit est fait par un narrateur unique qui est Nico. Le texte pourrait gagner en richesse si les principaux acteurs étaient, au fil des situations, tour à tour narrateurs. Ainsi, les situations pourraient être vues sous des angles différents selon le personnage qui raconte. Par exemple, le personnage de Jeremy, énigmatique pour Nico qui en est amoureux et attend de l'affection en retour, pourrait se révéler (ça c'est à toi d'en décider) comme quelqu'un qui cherche sa sexualité et cache le dilemme et le tourment qui l'habite eu égard à ses sentiments lors de relations hétéro et homo, derrière le rôle de macho qu'il se donne si bien sûr c'est cette façade que tu veux lui donner. Bref il y a là plein de domaines d'exploration possibles pour enrichir le récit que le seul point de vue de Nico ne permet pas de développer. Les différents narrateurs ne doivent pas être trop nombreux car cela rendrait confus le récit, seulement les principaux protagonistes. Enfin dernière chose, il serait bien d'envisager une "trajectoire" à chacun de tes personnages. Tu peux bien sûr enchainer des épisodes à l'infini mais chacun doit avoir son histoire, imagine vers quelle fin ou chute tu veux orienter ton récit avec quelle intrigue. Ce n'est qu'un exemple car c'est toi qui écrit et je te le répète je trouve que c'est plutôt bien, tu peux imaginer que leur route se sépare et reprendre le récit 5 ans plus tard lorsqu'ils se retrouvent alors qu'ils ont changé que leur sexualité s'est posée que par exemple Nico n'est plus le jeune pd amoureux et soumis mais revendique d'être aimé pour ce qu'il est… Tout est possible mais envisage vers quelle fin tu veux orienter ton récit, le nombre d'épisodes pour y arriver importe peu si tu as des choses à raconter et tu en as le talent. Après cela tu passeras à un autre récit, avec d'autres personnages, une autre histoire… Bonne chance !

 
 

Super, intense, magnifique cet épisode. Une ode au plaisir et à la sensualité: Jerem nous émeut et Thibault s'éveille. C'est très beau!

 
 

A quand la suite? :)

 
 

Ni en début de semaine... Peut-etre que Jerem ne veut pas passer à la casserole :D

 
 

Pas de nouvel episode ce samedi ? :)

 
 

Magnifique récit !!! Jérém avec Thibault... quand vont ils sauter le pas ? Je lense que tous les deux devraiemtvalker au biut de leur désir.. Nico avec Stéphane... quand va t il sauter le pas ? Nico devrait profiter de Stéphane... qu il se fasse plaisir... je pense que Jérém et Nico devrait faire une pause... Max

 
 

Salut ! Alors voilà, je suis ton histoire depuis le début et je n'ai jamais été déçue une seule fois ! J'admire énormément ton travail, je trouve que tu as beaucoup de talent !

C'est la première fois que je laisse un commentaire, je voulais savoir si tu allais continuer ce rythme, c'est-à-dire de poster une histoire le mardi et le samedi ou si tu repartais sur un épisode par semaine, le samedi ?

En tout cas, continue comme ça, tu fais un travail merveilleux et tu as un réel don pour l'écriture !
J'espère que cette histoire va continuer encore longtemps, et peu importe quelle tournure elle pendra, je suis convaincue que tu sauras la sublimée dans tout les cas !

Vivement la suite !!!

 
 

Merci pour cette suite et fin qui nous donne des réponses mais bien aussi des questions !!!!
Jérem va t'il coucher avec Thibault et Nico avec Stéphane ou revenir voir Jérem ????
J'adore toujours ton style d'écriture et j'ai hâte de lire la suite, le 43.
J'ai été très sensible au dernier paragraphe où tu te confies à nous et délivre tes pensées et ton caractère, j'ai vraiment apprécié ce moment de tendresse ....

 
 

Qui sait, peut-être que le rêve de jerem de voir nico et Thibault ensemble va se réalisé
Mais j'espère quand même que le beau brun ne vas pas faire trop de conneries et perdre nico
Continue comme ça, j'adore Te histoires, je les attends avec plus d'impatience à chaque fois

 
 

J'adore cette histoire. En plus je suis toulousain et reconnais tous les lieux. NIco, tu es d'une sensibilité et d'une sensualité extrême, tu as une bonne plume précise. Ton texte est fluide et agréable à lire. Vivement la suite

 
 

cool beau

 
 

Toujours aussi sympa à lire. Ne t'arrête pas surtout...
Pour ton interrogation finale et la beauté masculine de tous les instants jai un texte qui me vient à l'esprit. Même s'il est dédié initialement aux femmes, lis ou ecoute "les passantes" de Brassens... À tous ces hommes qui passent dans notre vie pendant quelques instants sacrés... Merci !

 
 

merci

 
 

Salut, ce passage était bouleversant! :) Tant de douceur, de désirs enfin concrétisés, ... Dommage qu'il n'y a pas eu plus entre les deux co-équipiers.

 

Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Fab75du31


 
0209 Le matin d’après. - Récit érotique publié le 23-05-2019
 
0208 Très chaud sous la couette, et petits mots sur l’oreiller. - Récit érotique publié le 04-05-2019
 
0207 Après l’amour et les câlins. - Récit érotique publié le 30-03-2019
 
0206 Rien que toi, rien que moi. - Récit érotique publié le 22-02-2019
 
0205 Non, ce n’est pas un rêve. - Récit érotique publié le 09-02-2019
 
0204 Un nouveau, incroyable Jérémie. - Récit érotique publié le 01-02-2019
 
JN0203 Une route longue et sinueuse. - Récit érotique publié le 25-12-2018
 
0202 Colère, regrets, remords, coup de fil et vent d’Autan. - Récit érotique publié le 30-11-2018
 
Jérém&Nico Saison 2 Episode 01 Recommencer sans lui. - Récit érotique publié le 22-11-2018
 
Dans la tête et dans le cœur de Thibault. - Récit érotique publié le 28-05-2018
 
Jérém & Nico SAISON 1 Episode final - Récit érotique publié le 19-05-2018
 
Boucler la boucle (première partie) - Récit érotique publié le 12-05-2018
 
55.5 Après le déluge (partie 2, Gruissan – Toulouse) - Récit érotique publié le 28-04-2018
 
55.4 Après le déluge (partie 1, Toulouse – Gruissan). - Récit érotique publié le 16-04-2018
 
55.3 La dernière fois que Jérém est venu chez moi. - Récit érotique publié le 01-04-2018
 
55.2 Des grains de sable et des pas de crabe (version HDS). - Récit érotique publié le 17-03-2018
 
55.1 Les envies de Jérém (troisième du nom). - Récit érotique publié le 01-03-2018
 
54.10 Docteur P’tit Con et Mister Classe - Récit érotique publié le 10-02-2018
 
54.9 SUITE de "Un beau mâle brun et très très chaud" - Récit érotique publié le 01-02-2018
 
54.9 Un beau mâle brun et très très chaud. - Récit érotique publié le 27-01-2018
 
54.8 Le jeune loup à poil doré et le bel étalon à poil très brun. - Récit érotique publié le 16-01-2018
 
54.7 T’en as jamais assez, toi… - Récit érotique publié le 15-12-2017
 
54.6 Dans le noir, on voit parfois clair. - Récit érotique publié le 05-12-2017
 
54.5 Il y a cours de conduite et cours de conduite. - Récit érotique publié le 28-11-2017
 
54.4 Putain, qu'est-ce que c'est bon... - Récit érotique publié le 13-11-2017
 
54.3 Opération Petitcon Acasquette - Récit érotique publié le 28-10-2017
 
54.2 Les envies de Jérém (deuxième du nom). - Récit érotique publié le 07-10-2017
 
54.1 Le boblond vs le bobrun. Veni vidi… - Récit érotique publié le 25-09-2017
 
53.7 Mourad - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
53.6 Retrouver Jérém. - Récit érotique publié le 02-09-2017
 
53.5 Fresque estivale toulousaine. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
53.4 Le café de Thibault. - Récit érotique publié le 22-07-2017
 
53.3 Du côté de chez Thibault - Récit érotique publié le 01-07-2017
 
53.2 Le beau moniteur, le bomécano et d’autres garçons. - Récit érotique publié le 17-06-2017
 
53.1 Une présence de mec. - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
52 Jérémie en vacances - Récit érotique publié le 16-05-2017
 
51.7 Le réveil d’un bobrun en pétard - Récit érotique publié le 15-04-2017
 
51.6 Le garçon qui ne dort pas - Récit érotique publié le 01-04-2017
 
51.5 Le bel étalon et le puissant jeune taureau - Récit érotique publié le 25-03-2017
 
51.4 Les envies de Thibault - Récit érotique publié le 11-03-2017
 
51.3 Thibault ôte son t-shirt - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
51.2 Le t-shirt de Thibault - Récit érotique publié le 21-02-2017
 
51.1 Le Jérém à peau mate et le Thibault à dos large - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
50 P’tit branleur sexy (torse nu, casquette à l'envers) - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
50 P’tit branleur sexy (torse nu, casquette à l'envers) - Récit érotique publié le 02-02-2017
 
49.10 Ouais, tu vas sucer… et tu vas en avoir pour ton grade ! - Récit érotique publié le 21-01-2017
 
49.8et9 Une douche et une pipe dans les vestiaires - Récit érotique publié le 31-12-2016
 
49.6.7 Baise dans un vestiaire de rugby après match - Récit érotique publié le 24-12-2016
 
49.3&4&5 Match et après match - Récit érotique publié le 20-12-2016
 
49.2 Dans ma tête, dans mon cœur, dans ma chair - Récit érotique publié le 03-12-2016
 
En Savoir plus sur l'auteur, liste complète des histoires de Fab75du31...

... Récits érotiques Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67
S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]

 

Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinema Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Feminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par Ansoria le 2019-07-20 ....
• Par Moi le 2019-07-19 ....
• Par Xandor le 2019-07-18 ....
• Par winston4 le 2019-07-18 ....
• Par Omar95 le 2019-07-17 ....
• Par pleasure le 2019-07-17 ....
• Par netjp37 le 2019-07-16 ....
• Par morningviewsamurai le 2019-07-16 ....
• Par Scapin le 2019-07-16 ....
• Par azer le 2019-07-15 ....