Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1)


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Reveevasion [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur femme. - Email : sophisticatedly1gmailcom

• 27 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.7 • Cote moyenne attribuée par HDS : 10.0
• L'ensemble des récits érotiques de Reveevasion ont reçu un total de 199 710 visites.

sexe récit : Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1) Histoire érotique Publiée sur HDS le 24-02-2019 dans la catégorie Entre-nous, hommes et femmes
Tags: Emotions sensibilité   Cocufiage adultere   Romantisme 
Cette histoire de sexe a été affichée 2846 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1) ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1) ( 10.0 /10 )
 
 
Couleur du fond :



Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1)

Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1)

Une tulipe ! De cette fleur, elle en avait la beauté singulière certes mais aussi et de plus en plus son comportement particulier qui la fait s’ouvrir le jour pour se refermer la nuit venue. Voilà ce qu’était à la quarantaine la jeune Vénus Petitjean devenue madame de Combourg.
Pourtant une fée généreuse s’était penchée sur son berceau : petite fille vénérée par tous, adolescente rayonnante de fraîche beauté, elle avait vécue sa jeunesse dans une ambiance dorée, admirée plus qu’éduquée dans une famille de gros commerçants de cette bourgade de province. Elle atteint l’apothéose lors de l’élection de la rosière du pays où elle fut élue avec un brio qui parut toutefois suspect à la bonne société bien pensante. Il se trouve que Vénus, si elle assumait très bien l’ambition symbolique d’un tel prénom, ne remplissait pas, loin s’en faut, tous les critères nécessaires pour concourir à un tel titre. Si du côté de la plastique elle était largement au-dessus des conditions requises, les rumeurs concernant son style de vie auraient dû l’écarter d’une sélection où l’aréopage qui constituait le jury local se serait soi-disant laissé « attendrir » par le comportement de la jeune fille peu conforme aux conditions d’une aussi sage consécration. Alors que la première règle de participation à une telle épreuve était l’absolue virginité des concurrentes, les opposants à la candidature de Vénus Petitjean auraient pu produire une longue liste de témoins prouvant le contraire, les plus mauvaises langues affirmant que certains des membres du jury faisaient partie de ce carré de privilégiés.
Cet événement aurait pu rester anecdotique pour Vénus si lors de la cavalcade de la Rosière, Laurent de Combourg, le fils du maire de la commune, n’avait dû remplacer son père, le comte, en tant qu’invité d’honneur de cette fête champêtre. Cet homme fraîchement trentenaire, après une déception amoureuse tragique, avait immigré aux Etats-Unis pour s’isoler dans des études qui firent de lui un habile manager d’entreprises. Son retour était dû à la santé alarmante de son père, le comte de Combourg, aristocrate acariâtre et obtus qui ne lui avait jamais pardonné d’avoir osé espérer épouser une roturière. Cette dernière, rejetée sur l’autel des traditions aristocratiques, s’était suicidée.
Las de cette cérémonieuse tradition provinciale qu’il trouvait ridicule, le coeur de Monsieur Laurent, ainsi que le nommaient les habitants du village, faillit défaillir lorsqu’il aperçut cette rosière perchée en haut d’un char fleuri dans une robe de dentelle blanche. Cette apparition provoqua en lui un véritable cataclysme car la fille était la copie vivante de sa défunte fiancée.
La jeune fille avait un visage gracieux et fin encadré par une chevelure noire de jais dont les boucles s’étalaient sur les épaules pour tutoyer les limites d’un décolleté qui soulignait une gorge rose éprise d’une liberté bâillonnée par le corset.
Séduit plus par l’image de son premier et seul amour que par la rosière, Laurent de Combourg emporta deux mois plus tard aux Etats-Unis Vénus, après avoir enterré son père. Ils s’y marièrent et n’eurent aucun enfant. Rentrés dix ans plus tard à Paris où Laurent de Combourg avait obtenu la direction de la section européenne de la multinationale pour laquelle il travaillait, la vie de Vénus sombra dans une platitude désespérante. Cela faisait maintenant dix autres années qu’elle était mariée avec cet homme qu’elle n’avait jamais eu ni le désir ni le temps de vraiment aimer. Elle s’était laissée éblouir par la perspective d’un mariage inespéré qui n’avait été qu’un mirage pour une midinette bien incapable de se hisser à la hauteur d’une mission impossible, celle de remplacer une image disparue. Jamais elle n’avait pu se satisfaire et satisfaire Laurent qui avait pris le parti, devant la déception qui affirmait chaque jour qui passait son évidence, de se réfugier dans son travail. Leurs seuls rapports conjugaux ne dépassaient pas la fréquence d’un par mois lors de la période de fécondité de son épouse. Le résultat en était toujours resté vain.

Ce matin, alors qu’elle venait d’avoir trente huit ans, Vénus lisait dans son salon, activité illusoire qui ne lui permettait pas d’évacuer sa déconvenue désormais irréversible. Elle était vêtue d’un tailleur grenat fait d’un tissu satiné. Ses jambes croisées étaient gainées de bas fumés et elle agitait machinalement un escarpin en daim seulement retenu par ses orteils .
Elle eut la sensation de ne pas être seule et elle sursauta quand elle se rendit compte de la présence de son majordome qui la regardait dans l’encadrure de la porte, figé comme une sentinelle qui aurait été terrorisée par l’approche du danger.
Ferdinand ! Mais que faites vous ici ? Fit-elle en sursautant ce qui eut pour effet de faire choir l’escarpin sur le tapis.
Saisi par le ton glacial de sa maîtresse et fasciné par l’apparition de la nudité du pied voilé par la soie, l’employé bafouilla quelques mots inaudibles tandis que la dame se penchait pour se rechausser. Il eut ainsi le bref loisir de sentir ses sens s’enflammer sous l’effet du chuintement du tailleur en satin, le crissement soyeux des bas tendus sur les cuisses, l’habileté gracieuse du geste réparant l’égarement accidentel.
- Exprimez-vous Ferdinand, insista la dame agacée par l’immobilité du majordome.
C’est que Madame je souhaiterais solliciter un congé…
Mais n’êtes-vous pas en congé demain pour tout le week-end ?
Je… je me suis mal exprimé, Madame, je vous demande de prendre un congé… euh… définitif.
Stupéfaite, Vénus de Combourg écarquilla ses grands yeux noisette de biche étonnée et se lança dans un interrogatoire où il s’avéra que Ferdinand n’était ni mal payé, ni lassé de son travail, ni frappé par un problème grave dans sa famille… Bref, elle n’obtint aucune réponse positive.
Bon ! finit-elle par dire en renonçant à obtenir une raison audible. Je vous laisse réfléchir jusqu’à votre retour lundi et nous aviserons alors avec mon mari.

Seule tout le week-end, elle apparut très retournée par le comportement de son employé. Elle était très attachée à ce garçon qui, malgré son jeune âge, accomplissait son travail avec un grand professionnalisme. Elle avait une grande confiance en lui d’autant plus qu’il accomplissait, en plus de ses attributions domestiques, avec une grande maîtrise l’entretien de son cheval, la seule passion de sa patronne qui passait une grande partie de ses longues et ennuyeuses journées de châtelaine à chevaucher les terres immenses de feu le Comte son beau-père. C’est d’ailleurs en prenant des leçons d’équitation avec ce dernier qu’elle perdit sa virginité. Elle s’était d’ailleurs de nombreuses fois trouvée dans des situations coupables lorsque Ferdinand préparait son cheval et l’aidait à y monter dans une promiscuité d’odeur de cuir et de transpiration qui la troublait si profondément qu’elle chevauchait sa monture dans de longues courses où elle était poursuive par l’image du Comte sexagénaire très vert qui la couchait dans les herbes hautes en faisant glisser sa culotte de cheval jusqu’à ses bottes pour la besogner sauvagement, lui arrachant des cris qui déchiraient le silence de la forêt. Ces jours-là, la solitude de sa vie de bourgeoise campagnarde que l’on ne sortait que pour des réceptions insipides lui pesait lourdement.
Ferdinand était le dernier fils du régisseur du domaine. On le disait attardé quelque peu car il était victime d’une timidité pathologique qui faisait le désespoir de son père, un grand diable moustachu trousseur de jupons à qui celui de Vénus n’avait pas échappé non plus alors qu’elle n’était encore qu’adolescente. Ce fils attardé et considéré comme dégénéré était entré au service des de Combourg il y a dix ans quand les époux étaient rentrés d’Amérique. Sa discrétion, son application et son intelligence refoulée avaient rassuré Vénus qui se reposait sur lui en ressentant une empathie qu’elle se gardait bien de laisser transparaître. Manifestement voué à un célibat inéluctable, le garçon au physique impressionnant de gros poupon blond aux cheveux bouclés et au regard bleu perdu dans un fond de naïveté, semblait se satisfaire de sa condition qui offrait un abri salutaire le préservant des paniques maladives qui survenaient en dehors du cadre de ses attributions.
C’est ainsi que le considérait Vénus, toujours prête à le défendre face aux exaspérations de son époux qui se refusait à voir dans son majordome autre chose qu’un employé stupide indigne de la classe de sa maisonnée. Cela accentuait la contrariété qu’avait provoquée chez elle la décision aussi brutale qu’inattendue de Ferdinand : une fois encore son mari lui ferait sentir que son jugement était autrement plus sûr que le sien. Espérant éclaircir ce mystère alors qu’elle était encore seule ce dimanche, Laurent ayant manqué son avion et ne rentrant de son congrès de Londres que le lendemain, elle décida de se rendre dans les soupentes du manoir pour inspecter la chambre de Ferdinand où elle espérait trouver la raison de son départ annoncé si surprenant.

Ce fut un vrai choc ! En poussant la porte que l’inoffensif Ferdinand n’avait pas daigné fermer à clef elle fut saisie par une apparition extraordinaire. A côté du petit lit à une place militairement fait, trônait un mannequin du style que ceux que l’on voit aux Galeries Lafayette. Son visage était coiffé d’une perruque de couleur jais avec un petit chignon fixé au-dessus de la nuque tandis que que le reste des cheveux était ramené haut au-dessus du front en gonflant. Les oreilles étaient dégagées avec comme parures les mêmes boucles d’oreilles que les siennes serties de diamant. Son maquillage était imité à la perfection avec des sourcils finement épilés pour dégager ses paupières où le dégradé de gris glissait vers le noir à la base des cils. Seuls les yeux n’avaient pu être représentés et leur emplacement laissait le regard noisette de l’original céder la place à un vide blanc où l’on pouvait estimer la frustration des rêves du majordome. Sur la bouche du mannequin, l’exagération forcée du rouge à lèvres rendait superbement vivant autant le côté pulpeux du modèle que la passion du peintre. Le mannequin était vêtu d’une guêpière où le satin cramoisi et la dentelle noire se mariait à l’identique d’une parure que Vénus adorait mettre lorsqu’elle avait envie de plaire, ce qui était de plus en plus rare. Les bas fumés à fine couture étaient également les mêmes que ceux qu’elle affectionnait. Ils se tendaient sous la pression de jarretelles rouge qui encadraient la petite culotte assortie, tandis que des escarpins vertigineux finissaient de teindre le tableau en rouge passion.
Sidérée, Madame de Combourg resta longtemps sans réaction. Ferdinand était donc follement amoureux de sa patronne. De plus il avait dû se ruiner pour habiller ce mannequin.

Ce n’est que beaucoup plus tard que lorsqu’elle redescendit les escaliers pour regagner ses appartements, toujours bouleversée par cette révélation, elle sentit de grosses larmes creuser le maquillage de ses joues.

(à suivre)


Aidez-nous à nous faire connaitre... Partagez cette histoire sur les réseaux sociaux :








Les avis des lecteurs
Emile

La vengeance et un goût délicat de domination... Superbe!

 
 

merci Micky
tes remarques font toujours du bien
Cette histoire est un prélude à sa seconde partie qui sera bientôt publiée
Lecteurs ou lectrices à quoi vous attendez-vous?

 
Micky

En lisant le début de cette série prometteuse, on pense irrésistiblement à DH Lawrence et sa source d'inspiration, d'autant que le style ne dépare pas.

 
 

Bon retour chère REVEEVASION
et la suite
Radia

 

Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Reveevasion


 
On n'est pas sérieuse quand on a 18 ans - Récit érotique publié le 23-04-2019
 
Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (2) - Récit érotique publié le 03-03-2019
 
Bourgeoise délaissée et amours ancillaires (1) - Récit érotique publié le 24-02-2019
 
Anniversaire de mariage manqué et pourtant très réussi - Récit érotique publié le 01-11-2018
 
Cécile, l’ingénue triomphante - Récit érotique publié le 12-10-2018
 
Un bien joli secret (2) : étreintes urbaines 2 - Récit érotique publié le 30-08-2018
 
Un bien joli secret (2) : étreintes urbaines 1 - Récit érotique publié le 28-08-2018
 
Luce bourgeoise adultère malgré elle (9) : La "serial seductress" s'écarte de son chemin - Récit érotique publié le 10-05-2018
 
Luce bourgeoise adultère malgré elle (8) : Le poissonnier piégé par une queue de… poisson. - Récit érotique publié le 23-04-2018
 
Luce, bourgeoise adultère malgré elle (7) : quand le plaisir s'enchaîne - Récit érotique publié le 17-04-2018
 
Luce, bourgeoise adultère malgré elle (6) : De la vengeance au plaisir - Récit érotique publié le 15-04-2018
 
Carnet des voluptés : un bien joli secret 1-Frôlements de salon - Récit érotique publié le 12-04-2018
 
5- de la vertu à la lubricité - Récit érotique publié le 09-04-2018
 
Luce, bourgeoise adultérine malgré elle (4) - Récit érotique publié le 28-03-2018
 
Luce, bourgeoise adultérine malgré elle (3) - Récit érotique publié le 24-03-2018
 
Luce, bourgeoise adultérine malgré elle (2) - Récit érotique publié le 17-03-2018
 
Luce, bourgeoise adultérine malgré elle (1) - Récit érotique publié le 07-03-2018
 
La Parabole du combiné-gaine - Récit érotique publié le 27-11-2015
 
Marie-Paule, prisonnière du désir - Récit érotique publié le 08-11-2015
 
le Curieux voyage de Josette - Récit érotique publié le 01-11-2015
 
La fabuleuse tante Gina (1er épisode) - Récit érotique publié le 29-06-2015
 
Le faux mari (3ème épisode) - Récit érotique publié le 04-12-2014
 
Le Faux mari (2ème épisode) - Récit érotique publié le 24-11-2014
 
Le faux mari (1er épisode) - Récit érotique publié le 10-11-2014
 
La renaissance d'Audrey - Récit érotique publié le 29-10-2014
 
Wendy, l'ingénue fatale (1er épisode) - Récit érotique publié le 27-10-2014
 
la vengeance de Sophie - Récit érotique publié le 05-10-2014
 
En Savoir plus sur l'auteur, liste complète des histoires de Reveevasion...

... Récits érotiques Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67
S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]

 

Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinema Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Feminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Philosophie et Plaisirs Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par Omorashifan le 2019-10-22 ....
• Par Cpl le 2019-10-21 ....
• Par Coquin49 le 2019-10-20 ....
• Par cindycamdialx le 2019-10-20 ....
• Par Bresilman29 le 2019-10-20 ....
• Par gilllou le 2019-10-19 ....
• Par CANDAU41 le 2019-10-19 ....
• Par mimiche le 2019-10-18 ....
• Par Tony92 le 2019-10-18 ....
• Par Jean le 2019-10-18 ....