Berlin, son histoire, ses vices


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Charime [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 13 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 8.8 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.3
• L'ensemble des récits érotiques de Charime ont reçu un total de 49 598 visites.

sexe récit : Berlin, son histoire, ses vices Histoire érotique Publiée sur HDS le 28-02-2019 dans la catégorie Fétichisme
Tags: Bisexualite   Club libertin   Soumission 
Cette histoire de sexe a été affichée 3567 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 1 votes ): Berlin, son histoire, ses vices ( 9.0 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Berlin, son histoire, ses vices ( 10.0 /10 )
 
 
Couleur du fond :



Berlin, son histoire, ses vices

Chapitre 1 : Découverte de Berlin

À 22 ans, par le train, je débarquais à Berlin par un beau matin de printemps 1987. J’y venais pour parfaire mon allemand en entreprise, une succursale de ma boite de l’époque. Le tout pour une durée d'une année. C’est sur les conseils d’un ami, un vrai de vrai, que je suis partie me perfectionner dans cette ville. J’avais pourtant un vaste choix, toutes les plus grandes villes allemandes ou autrichiennes. À l’époque, Berlin était encore partagée par le mur, mais dois-je le préciser ? Je crois que mon ami a eu raison, ce mur donnait un gout d’aventure, d’interdit à mon séjour. Imaginez, un ilot du capitalisme paumé, encerclé au milieu des terres communistes. D’un air coquin, il m’avait dit avoir fait des rencontres fantastiques, merveilleuse, sans plus me donner de précisions, me laissant le bonheur de découvrir par moi-même. De plus, sur un plan de la ville, il avait entouré tout un quartier d’un grand coup de crayon rouge avec un sourire malicieux. Il me connait bien, le bougre, et pour cause, c’est aussi mon tout premier homme.

« Là, te connaissant, tu verras, cela devrait te plaire ! » Qu’il m’avait dit sans rien ajouter d'autre si ce n'est son sourire de chenapan pervers.

J’y suis donc arrivée avec près de trois bons mois d’avance, des vacances en somme. En fait, ces trois mois sont pour me familiariser avec cette ville à la réputation sulfureuse, y prendre mes marques. Non loin du zoo du centre-ville, je loge très temporairement dans une famille très sympathique, ils m’avaient préparé une jolie chambre de bonne séparée, une salle de bain et mon entrée était discrète qui plus est.

C’est donc en touriste, il faut bien le dire, une pâle imitation de touriste, que je visite Berlin Ouest durant ces premiers jours de mars. Trois mois pour visiter et connaitre cette ville de long en large. Quand je dis la connaitre, si possible dans ses moindres recoins. J’y découvre ce fameux mur que je parcoure du côté ouest. J’ai aussi été regardé les différents points de passage divisant les deux moitiés de Berlin. Munie d’un visa temporaire, j’ai même traversé ce mur pour voir ce qu’il y avait de l’autre côté. Pour connaitre le grand frisson en m’imaginant enlevée par de méchants rouges prêts à m’embrigader de force ou m’expédier dans un camp de travail en Sibérie. Je trouve un Berlin Est, à première vue, très beau, mais ce n’est là qu’une apparence. Une fois qu’on quitte les grandes artères, on y trouve encore des vestiges de la guerre 39-45 sur les murs. Derrière la vitrine du parti communiste, on n'y trouve que de la grisaille, pas de quoi se réjouir.

Le lundi de la deuxième semaine, flânant dans des rues marchandes du côté ouest, des rues que je ne connaissais pas encore, passant de ruelle en ruelle, je me suis un peu paumée. Non, c’est complètement faux, je me suis carrément perdue. C’est en tentant de retrouver mon chemin que je me suis retrouvée dans une petite rue marchande très étrange. Des boutiques de mode bizarres la bordent à perte de vue. Enfin, pas que de mode, mais pas loin. Ce n’est pas le genre de vêtement que je pourrais porter pour travailler, c’est certain. En y repensant aujourd’hui, je crois avoir fait comme Harry Potter, j’ai traversé le mur, et quitté le monde des moldus pour un monde fait d’irréel, de magie et d’imaginaire. À voir, je suis tout proche d’un quartier chaud de la ville ou même, carrément à l’intérieur sans m’en être rendue compte. J’y croise des gens bizarres, vêtus de latex, de cuir avec des styles différents, comme gothique, punk ou encore très classe. J’en vois même vêtu de manière baroque avec des airs plus ou moins sévères. C’est vrai que dans mon jean’s et ma doudoune, je fais un peu tache dans le paysage, une sorte de bête curieuse, une touriste lambda quoi ! Et ce ne sont là que quelques styles que je croise, il y en a pour tous les gouts et toutes les bourses. C’est à peine si je suis surprise en croisant deux femmes vêtues de latex pour une et de cuir pour celle qui mène l’autre à l’aide d’une laisse faite d’une lourde chaine. Je décide d’arpenter cette rue par pure curiosité. Tu parles Charles, j’ai déjà ma petite culotte à la limite de l’inondation ! Ces deux femmes m’ont déjà mise sans-dessus-dessous. Bref, tatoueur, modiste, piercing, tout est un savant mélange tournant autour de jeux interdits ou pour initiés. En fait, je découvre tout ce qu’on cache, ailleurs, sous le manteau et qui est affiché, ici, au grand jour. Sans même le savoir, je suis dans ce quartier que mon ami avait entouré de son crayon rouge. Le petit saligot m’a envoyé dans une chaussetrape, une divine chaussetrape. Du reste, quelques jours plus tard, je lui adresse une lettre "sévère" et toute chaude à propos de son conseil. Une missive qui lui fait vite comprendre combien son quartier est attirant et bien d’autres nouvelles parfois à la limite de l’obscénité. Si avec ça, il ne comprend pas que je désire qu’il vienne me retrouver dans cette ville et me baiser de partout, je ne sais plus comment faire.

Devant une vitrine, je me retrouve face à un corset noir satiné installé sur un mannequin transparent. Il est d’une beauté à couper le souffle avec ses petites dentelles si belles et ses jarretières. L’effet de mon reflet dans la vitrine et ce corset, je me découvre habillée de ce carcan d’un autre âge et j’adore ce que j’y vois, cela me sublime et c’est à peine croyable. Pour tout dire, j’en mouille à nouveau ma petite culotte. Je crois que c’est surtout le balconnet de ce corset qui m’attire le plus. Et tout autour de ce superbe corset réellement splendide, des chaussures avec des talons vertigineux, style XXXL, les talons, et puis des robes moulantes et sexy à souhait. Il y a encore des jupes courtes, ultras courtes même et des hauts si légers qu’ils me donnent le tournis. Sans oublier de délicieux petits dessous à faire bander le plus impuissant des hommes. Je fais encore le tour des autres vitrines de cette rue, toutes affichent des tenues aussi immorales que merveilleusement torrides et si diaboliquement osées. Certaines affichent aussi les accessoires et instruments qui vont avec, martinet et autres petites choses pour échauffer les corps et les sens. Ma culotte n’est plus mouillée, elle est détrempée si bien que cela me coule sur à l’intérieur de mes cuisses. Je n'ose même plus me pencher pour regarder l'intérieur de mes cuisses, c'est dire.

Un couple passe près de moi, l’homme suit sa compagne. Je les regarde, lui dans un élégant costume trois pièces, elle portant une minijupe avec une fermeture éclair à l’arrière pas entièrement fermée, dévoilant la naissance de ses fesses, un chemisier presque transparent et mal boutonné. C’est une tenue qui fait d’elle une sorte de petite étudiante dégourdie et en adéquation avec sa coiffure. En regardant mieux l’homme, dans sa main, il tient une longue planchette en bois et son pantalon, troué à l’arrière, dévoile ses fesses nues et salement rougies. Au coin de la rue, il se penche en avant et se fait fesser encore durement avec sa planchette de bois par sa compagne. Irréelle scène qui se passe à quelques mètres de moi. Je l’avoue, si je suis surprise, je mouille comme une fontaine. Là, il me faut un plombier et de toute urgence pour boucher ma fuite de mouille. Dans une vitrine, on n’hésite même pas à montrer comment on pose des piercings sur les seins, le nez et même sur le sexe et tout ça au grand jour. J’y vois un pénis se faisant percer le gland et un vagin portant une multitude de lourds anneaux. Je frissonne en imaginant la douleur ressentie. Pourtant, je ne frissonne pas que de peur, je peux en jurer, mais aussi d’un plaisir immoral que je découvre là, en pleine rue.

Pour le moment, moi, je ne me vois que comme une oie blanche mal dégrossie, encore en Jean’s et teeshirt, pensant que ce genre de vêtement sexy ne sont destinés qu’à une classe de bourgeois à gros, voire très gros revenu. J’ajoute que mes connaissances en matière de sexe étaient des plus basiques, pour ne pas dire rudimentaires à la vue de ce que je découvre. Dans ma tête, quelque chose me dit que cela pourrait bien changer ces jours prochains en regardant attentivement ce qui m’entoure. Pourtant, je suis revenue devant la première vitrine. Telle une fillette devant la dernière Barbie, je bave devant ce corset et cette paire de chaussure terriblement sexy et au talon aiguille taille XXXL. Je résiste le plus possible. Mais voilà, j’ai fini par lâchement craquer devant ce corset. Je suis entrée dans cette boutique, la bave à la bouche, n’y tenant plus. Encore une remarque que je me suis faite avant d’entrer dans cette boutique, je n’ai croisé aucun cinéma porno, zéro, que dalle. Pas un dans tout ce quartier, même pas un de ces théâtre de cul comme on en voit à Hambourg, pas une prostituée, rien de tout ça je ne l’ai vu. Une fois à l’intérieur, c’est la caverne d’Ali Baba. Mes yeux ne savent plus où regarder, mes mains que palper.

Je m’adresse aussitôt à la première vendeuse venue, je lui demande sur le champ à voir ce corset splendide et cette magnifique paire de talon aiguille en les lui montrant dans sa vitrine. Je piaffe déjà d’impatience ce qui fait sourire cette, ma foi, cette vendeuse. Le tissu entre mes mains, j’en mouille encore ma culotte en me l’imaginant sur moi. Ce merveilleux frisson qui parcoure mon corps me retourne les sens. Je demande à pouvoir l’essayer sans trop y croire, la vendeuse fait appel à une collègue, apparemment plus qualifiée qu’elle, en l’appelant par son prénom, Béa. Cette jolie jeune femme, à peine la trentaine, m’entraine derrière un rideau, près d’une rangée de trois cabines. Elle m’aide même à retirer mes fringues. En petite culotte, je n’éprouve, bizarrement, aucune gêne devant cette jolie Béa. Surtout pas quand elle me pose le corset. Ce tissu tout contre ma peau, mes seins, ça me met presque sur orbite. Je crois jouir quand les mains de Béa ajustent mon corset en touchant délicatement ma peau afin que ce corset épouse mon corps. Je frissonne de plaisir au passage de ses mains. Je découvre la douceur d’une caresse féminine sur mon corps, celle d’une main autre que la mienne. Quand elle se met à le serrer, je crus, un court instant, ressemblé à un tube de dentifrice qu’on presse pour en extraire les dernières gouttes.

Devant un miroir, je vois ma taille fondre comme neige au soleil et ma poitrine, pratiquement, doubler de volume. Cela me donne un air de provocatrice, de Maîtresse, de dominatrice ou de je ne sais quoi d’autre. Si, de petite salope. Cela me donne aussi l’impression d’obéir à un ordre autoritaire reçu d’une personne vivant dans ma tête, Alain. Ben tient, encore lui ! Oui, non seulement il m’a fortement conseillé cette ville, nous en avons longuement discuté en plus que nous couchions souvent ensemble. En fait, c’est lui qui fut mon premier et le seul aussi dans ma courte vie. Étrangement, je me sens bien, même pas oppressée. Je me regarde longuement devant ce miroir quand l’autre vendeuse arrive avec les chaussures pile à ma pointure. Là, une fois campée sur ces talons vertigineux, je ne refuse pas un coup de main pour ne pas me casser la figure. C’est la toute première fois que je marche avec des talons dépassant les cinq centimètres. Ceux, à mes pieds, font plus du double. Du coup, j'ai l'impression de dominer le monde, d’apercevoir la courbure de la terre, de biens drôles de sentiments.

Comme c’est la toute première fois pour moi, les deux vendeuses m’apprennent à me déplacer avec ces talons vertigineux. Rapidement, je me sens relativement à l’aise en marchant sur ce fil imaginaire qu’elles me demandent de suivre. Devant un grand miroir, c’est la révélation, il me faut ce corset, ces chaussures et que m’importe le prix, ça m’est devenu indispensable, voire impératif. J’ai quelques économies, je vais les dépenser et pas plus tard que maintenant, du moins une bonne partie. Cependant, je demande encore quelque chose de moulant à mettre par-dessus ce corset. Béa revient avec une exquise robe très courte et diablement moulante, tout en lycra. Sur moi, elle semble ne faire qu’un avec mon corps, un peu comme du latex. Devant le miroir, j’ai de la peine à me reconnaitre. Il ne manque qu’une paire de bas en soie pour parfaire la tenue de la désormais sexy et si merveilleusement provocatrice. Je ne suis plus, en me voyant, la petite… Oooh non, pas encore… C’est la troisième fois que cela m’arrive.

Ben oui, je m’excuse platement, je suis tellement excitée de vous narrer mon histoire que j’en ai oublié de vous donner mon prénom, c’est Aroa, Bibi pour les intimes et tous justes 22 ans au début de cette aventure. Je ne suis pas très grande, le mètre quarante-quatre et légère comme une plume avec mes 46 kilos toute mouillée. Je possède une jolie poitrine que j’aurais aimée nettement plus volumineuse. Bon, ok, je chausse déjà du 90B. Je vous laisse imaginer ce que le corset fait ressortir, pratiquement du 100 de tour de poitrine. Non, j'exagère. Alors que je me change, presque à regret, Béa se plait toujours à caresser ma peau. Parfois, ses caresses sont même franchement appuyées c’est loin d’être désagréable entre nous soit dit. Elle a ce je ne sais quoi qui en fait une femme lascive, très sensuelle. Et avoir une expérience avec elle, faut bien le reconnaitre, me tente plus que la raison n’en veut. C’est quand ses mains passent sous mes seins pour les dégager du corset qu’elle me met aux portes de l’orgasme. Je crois bien qu’elle a remarqué mon excitation, mes tétons la narguent, bien dur et fièrement dressés.

J’ai payé mon dû et je vais pour sortir mais, en jean’s, ben oui. Béa, me rappelle. Elle me propose des cassettes vidéo pour apprendre à marcher avec encore plus d’aisance avec mes talons et d’autres sur les corsets, comme comment les entretenir ou les nouer sur soi en étant toute seule. Elle me guide au sous-sol. Là, se trouve un couple en train de déguster des vins français. Béa disparait aussitôt par une porte au fond du sous-sol en me disant revenir dans un instant. Je devine une petite urgence orgasmique. Une bonne partie de ce sous-sol est une cave à vin, une vinothèque où l’on vient y boire et y déguster de grands vins en provenance de toute l’Europe. Au premier regard, cela me parut complètement farfelu du moins dans un premier temps. Je ne savais même pas que cela existait. La vendeuse, Béa, revient et me montre les rayons avec les cassettes vidéo. Très vite, je vois qu’il n’y a pas que pour apprendre à marcher en talon aiguille ou mettre son corset. Il y en a d’autres et des autres autrement plus sulfureuses à voir les pochettes. Cela va de femmes en tenues gothique, sublime, à du SM de soft à pur et dur en passant par toutes sortes de fétichismes comme l’adoration des pieds ou les douches dorées. Une photo me trouble, une femme en laisse, guidée par une autre. Je me souviens de ces deux femmes croisées dans une ruelle. Devant une petite vitrine remplie de petits accessoires intimes, genre fiche anal, petite chainette avec de jolies pinces, je me vois encore supporter un de ces gros plug bien enfoncé dans mon anus. Le hic, c’est qu’elle est fermée à clef.

Dans le reflet de la petite porte vitrée, je vois ce couple. L’homme est très distingué, il parle de ce vin qu’il dégustait, le glorifiant et le comparant à sa compagne. La femme semble plus empruntée, presque craintive. Ce qui me frappe, c’est ce large collier de cuir noir à son cou, il y a cette sorte de languette qui pend avec cet anneau à son extrémité. Ce n'est pas l’unique point qui me trouble, elle porte aussi des vêtements bien trop petits pour sa taille. Elle donne l’air de n’être là que pour satisfaire cet homme élégant, de faire-valoir. L’homme, il me semble le connaitre sans savoir ni ou ni comment. Je suis encore plus troublée car je tiens une cassette vidéo et cette femme y est justement en photo, nue et entravée sur la couverture. En le retournant, elle est encore sur les petites images, toujours nue ou presque, fessée ou fouettée par ce même homme qui se tient près d’elle. Je viens de comprendre d’où je connais cet homme. Une des images me trouble, la femme est pénétrée par une main entière et une partie de l’avant-bras de cet homme qui boit encore une petite gorgée de vin en jetant sur moi, un bref regard. Mon trouble est à son paroxysme. Surtout quand l’homme dégage un sein du chemisier de sa soumise et commence à jouer avec en l’étirant, le tordant ou le pinçant fortement. C’est comme s’il ne me voyait pas. Mon trouble augmente encore quand cette femme pose ses mains sur sa tête sur ordre de cet homme. Ma présence ne semble nullement les déranger, comme si cela était tout à fait normal ou qu’ils ne me voyaient pas. En prenant encore trois ou quatre cassettes, je ne peux départir mon regard de ce couple. L’homme caresse le sexe de la femme maintenant entièrement nue. En regardant mes mains, je vois que j’ai pris cette cassette, celle avec ce couple hors norme et si délicieusement étrange. Béa m’en prend quelques-unes sans que je ne la voie faire et qu’elle les ajoute à mes cassettes, sans même me les facturer.

À suivre


Aidez-nous à nous faire connaitre... Partagez cette histoire sur les réseaux sociaux :








Les avis des lecteurs
Charime

Crabou, je connais ce problème. Je connais un soumis dont sa maitresse aime à l'exhiber en tout lieu et tout temps. IL faut dire qu'il est un soumis permanent, C'est même lui la femme du ménage quand elle travaille. Il vit avec une cheville enchainée en permanence. J'en connais aussi d'autres qui n'ont pas cette chance

 
 

La suite arrive et elle va même continuer, mais sous un autre angle tout aussi savoureux

 
Crabou

Voilà exactement ce que j'aime vivre et malheureusement, cela ne m'arrive pas assez souvent.
J'attends donc la suite avec impatience.

 

Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Charime


 
Berlin, son histoire, ses vices - Récit érotique publié le 14-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices 7 - Récit érotique publié le 12-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices6 - Récit érotique publié le 10-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices 5 - Récit érotique publié le 08-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices 4 - Récit érotique publié le 06-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices 3 - Récit érotique publié le 04-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices 2 - Récit érotique publié le 02-03-2019
 
Berlin, son histoire, ses vices - Récit érotique publié le 28-02-2019
 
Le professeur, sa Maîtresse, l'élève - Récit érotique publié le 21-12-2017
 
Question de diplôme 3 - Récit érotique publié le 15-12-2017
 
Question de diplôme 2 - Récit érotique publié le 13-12-2017
 
Question de diplôme - Récit érotique publié le 11-12-2017
 
Plus c'est...Meilleur c'est - Récit érotique publié le 12-11-2017
 
En Savoir plus sur l'auteur, liste complète des histoires de Charime...

... Récits érotiques Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67
S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]

 

Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinema Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Feminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Philosophie et Plaisirs Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par Clapie le 2019-10-14 ....
• Par Tifranc le 2019-10-13 ....
• Par gimireno le 2019-10-13 ....
• Par Nicu77 le 2019-10-13 ....
• Par gimireno le 2019-10-13 ....
• Par sam le 2019-10-12 ....
• Par Papillon le 2019-10-12 ....
• Par GoldenFist le 2019-10-12 ....
• Par lepilote85 le 2019-10-12 ....
• Par Marie54 le 2019-10-11 ....