Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Notre notaire confisque ma petite culotte (Episode I)
(10.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Notre notaire confisque ma petite culotte (Episode I)
(10.0 /10 )

Récit érotique écrit par Camille_CBT.
Auteur femme.


Cette histoire de sexe a été affichée 17980 fois depuis sa publication.

sexe récit : Notre notaire confisque ma petite culotte (Episode I) Publié sur HDS le 28-06-2017
Catégorie : Pour la première fois
Histoire Réf : 26700-c2091

Titre : Notre notaire confisque ma petite culotte (Episode I)
 

Notre notaire confisque ma petite culotte (Episode I)

Ce matin là je devais me rendre à Neuchâtel pour déposer un nouveau dossier d'inscription. Il y avait également une audition de prévue pour l'après-midi. Mon père n'avait pas pu se libérer pour m’accompagner et il avait demandé à un vieil ami ex associé de mon grand-père de nous conduire. Je dis bien "Nous", car ma sœur Julie était également du voyage et cela me rassurait un peu car je n'aimais pas trop la façon qu'avait ce Monsieur de me reluquer. Notaire à Lausanne, j'ignore comment il en était venu à se proposer pour me conduire à l'HEC depuis Lavigny ou nous habitions.
Sur la route, comme j’avais demandé que l’on s’arrête pour faire pipi, Maître Berney était venu me regarder et me caresser alors que j’étais accroupie. Nous avions raté l'aire de repos de Bavois prés du Coudray et il avait dû sortir de l'autoroute pour que je puisse me soulager sur le bas côté derrière une palissade en bois.
Il faisait très chaud ce matin là. Dans la voiture j'avais enlevé ma veste d'écolière puis largement ouvert mon chemisier blanc déjà bien décolleté en en nouant haut les pans sous ma poitrine.
Ce n’était pas une situation désagréable mais elle me rendait néanmoins un peu honteuse, et c’est peut-être dès ce moment-là que j’ai appris à me sortir de l’embarras en plongeant le visage vers l’entrejambe et en prenant la queue dans ma bouche.
Il attendit que je la lui sorte entièrement avant que de me demander d'enlever complètement ma culotte. Je dû me relever légèrement pour m'exécuter puis ne sachant trop que faire, je la lui tendis. Il l'empocha immédiatement en me demandant autoritairement de reprendre ma position accroupie, jambes écartées, la jupe toujours enroulée autour de la taille.
Ensuite, il sortit son mobile et commença à me prendre en photo, sans se soucier le moins du monde de mes protestations. Réalisant la situation, J'avais peur que Julie descende de voiture et nous rejoigne. Je n'avais plus du tout envie mais en suivant ses instructions j'arrivais à lâcher deux trois jets pour le satisfaire. Il avait complètement sorti sa queue et ses grosses couilles aussi. Je n'avais aucune expérience mais comparé à ce que j'avais pu sentir en tripotant deux ou trois fois Julien mon petit copain au travers de son pantalon, le tout me paraissait énorme. Il était de nouveau tout prés de moi, sans réfléchir je tirais la langue et lui donnais un petit coup de lèche sur son gland tout congestionné.
Il y eu quelques instants de flottement pendant lesquels je n'arrivais pas à dissimuler mon trouble en découvrant que ce vieux cochon l'avait clairement trois ou quatre fois plus grosse que Julien. Je pensais qu'il allait prendre l'avantage et me soumettre. J'ai honte de le dire mais je n'attendais que ça et je me sentis toute humide lorsqu'il me demanda d'ouvrir la bouche. Sans plus attendre il me l'enfonça d’un coup jusqu'au fond de la gorge. J'étais affolée, j'étouffais et n'arrivais même pas à respirer par le nez.
J'attrapais ses couilles à deux mains et je les tirais brutalement vers le bas puis vers l'arrière en les serrant fortement. Je le sentis se raidir et se retirer entièrement de ma bouche me permettant de reprendre mon souffle. Je ne le lâchais pour autant, je tenais l'ami de mon père par la peau des couilles bien serrée entre mes pouces et index.
Il se pencha légèrement en avant et dans le même temps je lui enfilais mon index bien profond dans le derrière. Je le sentis se raidir mais il se laissa faire. J'entrouvris légèrement les lèvres pour sortir ma langue. Je m'apprêtais à lui lécher les couilles lorsqu'il me renfila sa queue dans la bouche en me traitant de petite pute et de salope.
Cela eu pour effet de m'exciter un peu plus. Je me mis à le pomper frénétiquement tout en lui enfonçant bien profond la peau de ses couilles dans le trou de son cul. Et, tout en faisant ça, je levais les yeux vers lui et lui jetais mon regard le plus innocent possible.
Je ne pouvais rien contre le bâton de chair qui m'étouffait, m'étranglait et me donnait même une furieuse envie de vomir chaque fois qu'il heurtait le fond de ma gorge, à chaque coup de rein de plus en plus violent je sentais les couilles du vieux tambouriner sur mon menton et mon nez s'écraser sur son pubis avec tous ses poils qui me rentraient dans les narines, cependant qu'un filet de salive me dégoulinait dans le cou. Dans un râle épouvantable il se rendit enfin et je ne pu m'empêcher de hoqueter lorsque le sperme gicla au fond de mon gosier, j'avalais de travers et il me sembla que les couilles de Monsieur Vincent n'en finissaient plus de se vider.
Il se retira enfin m'ordonnant aussitôt de tout avaler en me traitant une fois de plus de petite salope.
Je déglutis plusieurs fois sans le quitter des yeux puis comme il me le demandait j'ouvris grand la bouche pour lui montrer que j'avais tout bien ingurgité et sans que je ne puisse rien faire, dans le même temps je ressentis une douce chaleur m'envahir.
Cette vague avait commencé par envahir l'ensemble de mon ventre puis elle m'avait inondée pour ensuite me transpercer en se ramassant pour se concentrer à nouveau dans mon ventre puis dans la poitrine. Une vague de frisson parcourut mon corps des pieds à la tête, je me relâchais et d'un coup sans que je puisse le prévoir, je me remis à pisser à gros jets éclaboussant les belles chaussures vernis de Maître Berney.
Il ne restait plus que quelques minutes de trajet. Je m'étais de nouveau installée à l'arrière à côté de ma sœur, le siège passager restant vide. Sophie, toujours concentrée sur sa tablette semblait ne s'être rendue compte de rien.
Le paysage défilait rapidement sur l'A1 entre Vosges et Alpes. Je ne pouvais m'empêcher de revenir en boucle sur ce qui venait de se passer. J'étais assise à côté de ma chère sœur dans cette voiture conduite par un homme de l'âge de mon grand père et qui venait tout juste de m'injecter une pleine cuillère à soupe de son sperme épais et gluant au fond de la gorge.
Je réalisais aussi que je n'avais plus ma petite culotte et que j'allais devoir passer toute la journée cul nul sous ma jupe ultra courte. Ce vieux cochon, après m'avoir permis de m'essuyer le visage avec, l'avait remis dans sa poche et maintenant, si les choses tournaient mal, je ne voyais pas trop comment expliquer que c'était notre notaire de famille qui avait confisqué ma culotte.

Alors que nous regagnions nos sièges, il m'avait dit qu'il m'avait trouvé bonne. Il n’y avait pas de lien de subordination entre nous deux, de ce fait je devais me considérer comme majeure sexuellement et il comptait bien en profiter pour faire de moi sa petite pute.
- Vois tu, ma petite Camille j'ai fais le pari avec trois de mes amis que d'ici la fin du mois j'aurais une vidéo de toi en train de jouer l'Eté et l'Hiver des Quatre Saisons complètement nue.
Que pouvais-je répondre à cela ? Je baisais la tête, il continuait à parler : il déclara qu’il avait bien vu que j'avais apprécié sa grosse queue, qu’il allait m'avoir enfin, me la mettre de partout et j'en redemanderai.
Mais que m'était il arrivé ? Lorsqu'il s'était baisé par-dessus moi pour me peloter les fesses j'avais vue de prés l'énorme bosse qui déformait son pantalon. Je ne sais toujours pas ce qui m'avait pris de la lui toucher, elle était devenue encore plus grosse puis je l'avais débraguetté...Elle était douce longue et très épaisse, il m'avait dit que depuis mes quinze ans je lui mettais une gaule pas possible à chaque fois qu'il me voyait.
Moi, cela m'avait vraiment fait un choc de découvrir que ce petit homme replet en avait une grosse comme mon avant-bras. A l'évidence je n'avais pas réussi à lui cacher que cela m'excitait et cette révélation me remplissait de honte. Comment expliquer que je me sois mise aussitôt à sucer ce vieux pervers qui avait l'âge de mon grand père ?
A Neuchâtel il nous laissa Sophie et moi devant la gare tout prés de l'Espace de l'Europe lieu de mon RDV.
Nous devions nous retrouver pour le retour tout de suite après mon audition en fin d'après-midi.
Tout se passa très bien et je réussis ma première prestation sans culotte.
Le retour fut rapide, et cette fois-ci sans pause pipi. Maître Berney nous déposa devant chez nous sans sortir de la voiture. Julie avait déjà poussé le portail lorsqu'il me rappela.
Il avait eu une communication professionnelle avec son associé Maître Imbert. Après un rapide débriefing ils avaient parlés de moi. Il apparaissait que la manière dont je l’avais provoqué était inadmissible. Ils étaient tombés d'accord sur le fait que j'étais une jeune fille très vilaine, une petite perverse qui méritait dans les plus brefs délais une bonne fessée. Les deux hommes m'attendaient donc en leur étude dés le lendemain matin pour me remettre dans le droit chemin. Il précisa encore que je devais impérativement venir avec mon violon.