Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
HAÏI 1 : MON EPOUSE S'INITIE AUX JEUX SAPHIQUES
(8.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
HAÏI 1 : MON EPOUSE S'INITIE AUX JEUX SAPHIQUES
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Alan.
Auteur homme.


Cette histoire de sexe a été affichée 4244 fois depuis sa publication.

sexe récit : HAÏI 1 : MON EPOUSE S'INITIE AUX JEUX SAPHIQUES Publié sur HDS le 23-07-2017
Catégorie : Entre-nous, les femmes
Histoire Réf : 26908-a2444

Titre : HAÏI 1 : MON EPOUSE S'INITIE AUX JEUX SAPHIQUES
 

HAÏI 1 : MON EPOUSE S'INITIE AUX JEUX SAPHIQUES

MON EPOUSE S'INITIE AUX JEUX SAPHIQUES (HAITI 1)
Je m’appelle Alan, 45 ans, 1,80 m., 78 kilos pas mal roulé , hétérosexuel muni d’un « service trois pièces » en parfait état de fonctionnement!... J ‘étais depuis six mois en poste en Haîti où l’on commençait à parler beaucoup de SIDA … Sale temps pour les chauds lapins d'autant que Martine, mon épouse, Mat pour les intimes, semblait de moins en moins intéressée par nos activités sexuelles conjugales... Elle avait fini par trouver, a près de longues recherches, la villa de ses rêves , sur le morne Brun, dans les hauts de Petionville. Construite sur les flancs du morne, juste en dessous de son sommet, sur deux niveaux, elle bénéficiait d’une vie panoramique sur Port au Prince et sa baie. On accédait à l’habitation par l’arrière de la villa,, au niveau supérieur via une entrée desservant les trois chambres et donnant accès au rez-de- jardin , niveau où se trouvaient les pièces ouvrant sur une très belle piscine..
Ce jour-là, je rentrais avec une heure d’avance, de l’Artibonite où je supervisais la construction d’une usine de préparation de semences de riz . .. En passant, je libérais mon chauffeur qui habitait à 500 m de chez nous… En arrivant à la maison, je constatais que le portail était entrebâillé… Je descendis de voiture, ouvris les vantaux en pestant contre le gardien, Michel que je trouvais comme d’habitude, assoupi sous l’auvent du garage… Une autre voiture que celle de Martine y était garée …
Madame Sandra est présentement là, avec la patronne... à la piscine... Madame a dit à moi de garder le portail et de pas laisser entrer un " moune ". 
Alexandra Jonzac, Sandra, était l'une de nos plus proches voisines... Fanco-italienne originaire de Menton, elle avait épousé Jean-Claude, le rejeton d'une vieille famille de la bourgeoisie créole d'Haîti, juste diplomé de la fac des sciences de Montpellier. ...opportunément rencontré dans un Club de Monaco et séduit...en trois coups de cuillere à pot !... Elle avait une réputation un peu sulfureuse... sans doute due à cette conquête " à la hussarde " mais aussi aux tenues un peu extravagantes mais toujours très sexys dont elle adorait revêtir son corps de sportive...
Je ne commentais pas les informations du gardien, gagnais ma chambre et enfilais rapidement un maillot de bain pour rejoindre les deux filles. .. Machinalement, je jetais par la fenêtre, un coup d'oeil vers la piscine...Martine dans son deux pièces bleu turquoise de chez Eres et Sandra étaient étendues sur des matelas de plage, au bord du bassin.... Rien d'étonnant à cela si ce n'est que Sandra était intégralement nue et uniformément bronzée  ce qui trahissait une naturiste pratiquante !... Allongée sur le dos,, la jambe droite repliée, elle m'offrait le somptueux spectacle de son corps... J'admirais ses seins parfaitement galbés, dotés d'une très large aréole brune au centre laquelle se dressait un téton turgescent...mais mon regard était attiré irrésistiblement par son sexe... et surtout, par sa main droite qui avait écartè les grandes lèvres charnues de sa moule et dont l'index titillait gentiment le bouton de son clitoris :... Martine, le menton appuyé sur sa main droite, observait avec curiosité le mouvement circulaire des doigts et l'érection corélative du gland clitoridien qui me parut très gros...
Les caresses se poursuivirent un bon momeent... Sandra discutait ferme avec ma femme... Elle dut rencontrer un certain intéret de sa part puisque sa main droite vint se poser sur la cuisse de Martine J'étais hypnotisé par le mouvement de cette main qui se rapprochait doucement de l'entrejambe de Mat... Je ne voyais plus son charmant fessier cuivré, n'ayant d'yeux que pour ses doigts qui se glissaient sous le tissu du slip de ma femme... Chassant cette main indiscrète et semblant repousser la tentative de Sandra, elle se retourna sur le ventre....En vain car Sandra l'embrassa tendrement sur la nuque... et entrepris aussitôt l'exploration digitale du postérieur de mon épouse...laqelle repoussa derechef la main fouineuse glissée subrepticement sous l'élastique du slip quand celle-ci se fit trop indiscrète.... Ca devenait foutrement intéréssant ! Martine me semblait avoir une conduite très ambigüe: "j'y va t'y, j'y va t'y pas?"
comme on dit en Normandie! Elle stopait les activités érotiques de Sandra sans les fuitr de façon radicale!...Je décidais de poursuivre mes activités de voyeur et me mis en quête de mes jumelles de marine qui me permettrait de profiter plus pleinement du spectacle !...
Quand je revins muni de cet instrument, Sandra avait réussit à dégraffer le soutien-gorge de mon épouse qui se redressa d'un bond en pivotant sur son derrière, libérant par ricochet, ses seins. dont je pouvais voir, aux jumelles, les tétons exacerbés... Je crus un instant que Mat allait mettre un terme à ces jeux érotiques mais elle resta immobile devant Sandra qui s'empara aussitôt d'un des seins de Mat dont elle prit le mamellon entre ses lèvres. .. La défense de Martine me semblait un peu molle...comme si elle était plustôt...consentante... Sandra cessa soudain de titiller le téton qui l'occupait... De ses deux mains, elle bloqua la tête de Mat et embrassa gouluement sa bouche... Mat étaitt figée... Il me parut cependant, qu'après un bref temps de latence, elle lui rendait ses baisers...avec une certaine satisfaction... La main de Sandra se posa sur l'entrejambe de ma femme ...Elle caressait sa chatte, à travers le mince tissu du slip !...Le violent coup de rein de Mat surprit Sandra qui la croyait sans doute déjà conquise.... et elle la laissa s'échapper et se glisser dans la piscine...
Mat, bientôt arrivée au milieu de la piscine, se retourna pour voir la réaction de Sandra,... Celled-ci, pour le moins mécontente, se tenait debout, les mains sur les hanches, au bord du bassin... Martine semblait la défier !...Avec une jouissance de voyeur, je reluquais à travers mes jumelles, ce corps large d'épaule et étroit des hanches qui aurait pu être celui d'un éphèbe si sa poitrine parfaitement galbée (sans doute une réussite de la chirurgie esthétique brésilienne ,...) et sa foufoune impeccablement rasée ...à l'exception d'un étroit triangle de poils qui formaiit une sorte de point d'exclamation dont le point était son clito... Les deux filles se parlaient mais je n'entendais rien de leurs échanges....Soudain, Sandra plongea à la poursuite de Mat qu'elle ratrapa juste au moment où celle-ci touchait le bord du bassin . Après une courte lutte dans une gerbe d'éclaboussure, Mat, d'un coup de rein, réussit à sortir partiellement de l'eau … en abandonnant son slip entre les mains de Sandra triomphante ...Couchée sur le ventre, ses jambes encore dans l'eau maintenues écartées par Sandra, son postérieur bien rebondi comme offert, Mat gisait immobile ...Les mains de Sandra se posérent de part et d'autre de la raie du cul de mon épouse et sans le moindre prélude, écartèrent les deux lobes fessiers... J'eus juste le temps de voir son oeillet dont l'approche m'avait toujours été interdite, avant que la bouche de Sandra ne vienne s'y poser....
Je ne voyais plus que l'arrière de la tête brune de Sandra entre les jambes … Je ne pouvais qu'imaginer via les mouvements de la tête et les frémissements du corps de Martine , les agissements de la langue de Sandra dans l'intimité anale de mon épouse qui semblait y prendre un plaisir certain !... J'hésitais sur la conduite à tenir : intervenir et mettre un stop à ce cocufiage très particulier...ou pas  et continuer à jouer le voyeur?...Je bandais comme un cerf : mon gland, recouvert de son prrépuce, cherchait à sortir de l'étui de mon slip...Je libérais ma bite et décalotais mon gland .. Je ne pouvais pas rejoindre les filles dans un tel état de turgescence... Je décidais donc de reprendre mes jumelles et poursuivre mes observations ...
La situation avait bien évolué durant cette brève interruption !... Mat, toujours passive, était maintenant, allongée sur le dos, cuisses largement écartées, m'offrant une large vue sur son abricot recouvert d'une épaisse toison brune apparement déjà détrempée.... Sandra, toujours dans la piscine, s'installait entre les jambes de Martine, écartait de sa main gauche ses grandes lèvres et massait le bourgeon gonflé de la chatte de ma chérie de son index droit...Mat frémissait... La langue de Sandra ne tarda pas à remplacer son index en commençant par un léchage dans les règles avant de prendre en bouche le clitoris déjà turgescent...Très vite, la respiration de Martine qui titillait simultanément les tétons de ses seins, se fit plus saccadée...Sa tête dodelinait d'un bord à l'autre comme la bôme d-un voilier bout au vent !... La bouche de Sandra se retira pour permettre l'introduction d' un de ses doigts bientôt suivi d'un autre dans le vagin de Mat tandis que son pouce poursuivait le travail qu'avait abandonné sa langue, sur le clitoris maintenant décapuchonné de mon …. épouse ! Les mains de Martine abandonnèrent ses seins pour contraindre la bouche de Sandra à revenir jouer avec son bourgeon d'amour.... mais telle n'était pas son intention puisque sa tête continua sa route jusqu'à l'oreille de Mat.... En dépit de ses proiestations, elle força ma chérie à sucer ses deux doigts recouvert de sa oropre mouille
J'avais terriblement envie d'une cigarette... Ma queue raide comme un manche de pelle, souhaitait éperduement... autre chose !... J'abandonnais mon poste d'observation, dégotais une clope dans la poche de mon pantalon l'allumais avec mon briquet et en tirais une bonne bouffée avant de rejoindre ma fenêtre et mes jumelles.... En bas le tableau avait évolué : Sandra avait ramené un des matelas de plage sur lequel Martine était maintenant étendue sur le dos, toujours totalement offerte aux entreprises saphiques de la première !... Elle paraissait avoir rendu les armes, dans l"attente de la suite des opérations...Sandra s'agenouillait de part et d'autre de la tête de mon épouse, en lui tournant le dos, présentant ainsi son postérieur et son abricot aux caresses de la langue de Mat, voguant déjà vers Lesbos ….langue qui s'introduisait aussi sec dans le vagin de la brune naturiste....laquelle ne perdit pas de temps pour s'allonger sur le corps de ma chérie ...et prendre en bouche son sexe après avoir exploré de la main, la toison brune qui dissimulait son intimité....Elles baisaient en " soixante-neuf ", position à laquelle , tout comme la sodomie, Mat s'était toujours refusée avec moi.... Je devinais sans effort que la langue de Sandra s'acivait dans la vulve de ma femme dont les activités bucales m'étaient masquées par le cul de Sandra...mais ses gémissements en disaient long sur la progression de sa jouissance!... Soudain les deux corps etroitement enchevétrés roulèrent sur le matelas, Sandra se retrouvant sous Martine, ...les mains en position sur les fesses rebondies de mon épouse....
Je pressentais la suite: après quelques minutes de malaxage, un doigt entrepris l'exploration du fossé qui séparait les deux lobes fessiers et progressait lentement vers le petit trou encore vierge de ma femme...Il tournait doucement autour de son oeillet....Bien enrobée de cyprine et de salive, la première phalange de ce salop de doigt n'éprouva guère de difficulté à forcer la rondelle de Mat qui poussa un cri de surprise ,je présume!... suivis de gémissements moins bruyants....Cela n'arreta pas l'avancement du doigt dans l'intimité de ma compagne dont le cul était maintenat agité desoubresauts dont on ne pouvait savoir si ils visaient à contrer ou à accroitre la pénétration du doigt de Sandra.... Dès que celleci fut complète, elle entreprit de lents mouvements de va et vient dans le canal anal, ce qui arrachait à Martine des soupirs de contentement...Au bout de quelques minutes d'allers retours, Sandra tenta avec succès d'introduire un deuxiéme doigt dans le petit trou de ma chérie qui laissa échaper un nouveau cri et suspendit le lèchage de la moule de Sandra pour se concentrer sur l'intromission sans doute un peu douloureuse, des doigts de Sandra dans son anus... Bientôt, un troisième doigt vint se joindre aux deux autres... Mat, maintenant à quatre pattes, frétillait comme un gardon hors de l'eau en haletant fortement... Ellese cambrait pour amplifier la pénétration des intrus.... quand Sandra,se glissant sous son corps, mis fin à leur étreinte en se relevant... Elle rejoignit rapidement ses affaires sur l'autre bord de la piscine comme insensible aux protestations de me femme:...Elle fouilla dans son sac et en sortit un mini sextoy noir en forme de phalus d'environ 15 cm de long....et revint vers Mat,un sourire aux lèvres en faisant vibrer son jouet!
C'était trop !...Cette salope, non contente de me cocufier, se préparait à déflorer le cul de ma femme... C'était vraiment trop, il fallait que j'intervienne de toute urgence!...Un plan de vengeance se dessinait déjà dans ma tête !....

(A suivre si cette histoire vous a plu!)