Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
L'auberge des jonquilles : Megumi
(9.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
L'auberge des jonquilles : Megumi
(10.0 /10 )

Récit érotique écrit par Azenor.
Auteur femme.


Cette histoire de sexe a été affichée 2286 fois depuis sa publication.

sexe récit : L'auberge des jonquilles : Megumi Publié sur HDS le 29-08-2017
Catégorie : Fétichisme
Histoire Réf : 27257-a2500

Titre : L'auberge des jonquilles : Megumi
 

L'auberge des jonquilles : Megumi

Bonjour ! J’ai le plaisir de vous présenter mon cinquième texte, qui doit normalement faire partie d’une série. Les filles de l’auberge des jonquilles n’ont donc peut-être pas fini de vous étonner. J’espère que vous prendrez du plaisir à me lire.

Bienvenue à l’auberge des jonquilles ! Ici, nous réalisons tous vos fantasmes. Je suis Megumi, Française d’origine Japonaise, et ma spécialité, ce sont les déguisements. Ce soir, je suis le Petit Chaperon Rouge.

Je porte juste une petite jupe très courte sans rien en dessous, et une cape rouge. Mes petits seins sont nus, offerts à la vue de mes clients.

- J’espère que je ne vais pas croiser le grand méchant loup, fis-je d’une voix enfantine.


Je fis mine de gambader entre le lit et la salle de bain lorsque le vieux monsieur, il avait au moins soixante-dix ans, qui m’employait ce soir surgit de derrière la porte de la salle d’eau.
- Et bien Petit Chaperon Rouge, où cours-tu comme ça ?
- Oh, monsieur le grand méchant loup, ne me mangez pas !
- Je ne te ferais pas de mal, je vais même t’accompagner. Où vas-tu ?
- Chez ma mère-grand ! Je lui apporte un petit pot de beurre et des galettes.
- Et pourquoi ne pas rajouter un peu de crème ?
- De la crème ? M’écriai-je faussement ingénue. Mais, nous sommes en forêt !
- Oh tu vas voir, celle-ci est très spéciale ! Tiens, prends-ceci, c’est un branloir, c’est ce qui permet de faire de la bonne crème. Passe bien ta main dessus.
- Oui monsieur le grand méchant loup.

Je donnai tout ce que j’avais pour « faire monter la crème », mon poignet s’agitant de plus en plus vite. Mon client s’agitait, ahanait, grognait, et enfin, il me prévint qu’il était prêt. J’approchai mon visage, et reçut sa semence sur mes joues, mon front et ma bouche. Je me léchai sensuellement les doigts, pour nettoyer le foutre de ma figure. Entre mes cuisses, ma chatte était humide, et réclamait de l’attention.

Je laissai mon client se reposer quelques instants dans un fauteuil et mis ce temps à profit pour m’occuper de sa femme. Allongée sur le lit, les cuisses écartées, cette dame d’allure respectable et faussement bourgeois se touchait en nous regardant. Je repris mon rôle d’héroïne de conte.
- Mère-grand, pourquoi dors-tu toute nue ?
- C’est pour ne pas avoir trop chaud mon enfant.
- Mère-grand, pourquoi caresses-tu ta minette ?
- C’est pour mieux la préparer mon enfant.
- La préparer pour qui ?
- Le grand méchant loup.
- Mais, tu n’as pas peur qu’il te mange ?
- J’espère bien, qu’il va me manger. D’ailleurs, il ne mange pas les gens. Il mange seulement les minettes.
- C’est vrai ?
- Oui. Sais-tu comment il les préfère ? Humides et poilues. Pour lui ce sont les meilleures.
- Est-ce que moi aussi je vais donner ma minette au grand méchant loup ?
- Si tu veux. Viens, je vais te la préparer.

Je m’allongeai, cuisses largement écartées, et laissai ma cliente me faire minette. Le bruit mouillé de sa bouche sur mon sexe, la pointe de sa langue dans mon vagin et sur mon clitoris, tout cela failli me faire exploser mais je restai maitresse de moi-même. Cela devint de plus en plus dur, et je dus la supplier d’arrêter. Mais notre jeu reprit.
- Mère-grand, pourquoi as-tu d’aussi gros seins ?
- C’est pour mieux me faire téter mon enfant. Bien que malheureusement je n’ai plus de lait.
- Ce n’est pas grave mère-grand, peut-être qu’à toi aussi le grand méchant loup te donnera de la crème.
- Oh je l’espère !
- TOC TOC ! Je suis le grand méchant loup !
- Entrez, grand méchant loup !
- On dirait que ça sent la chair fraiche ici.
- Monsieur le grand méchant loup, mère-grand aussi aimerait avoir de la crème.
- Mère-grand, avez-vous été sage ?
- J’ai été très coquine. Vraiment très coquine. Ma minette veut sans arrêt que je la caresse.
- Petit Chaperon Rouge et moi nous allons nous en occuper.

Sa verge de nouveau tendue à l’extrême, mon client vint derrière moi tandis que d’un petit coup de langue, je goûtai le fruit défendu de son épouse. Celle-ci poussait des soupirs et des petits couinements de plaisir que je trouvai terriblement excitants. Je m’interrompis lorsque je sentis quelque chose de dure essayer de passer l’anneau serré de mon « petit trou » mais celui-ci se détendit et je n’éprouvai ensuite que du plaisir. Chaque coup de rein m’envoyai tête la première entre les cuisses de l’autre, me faisant couiner de plaisir. Lorsqu’ils m’avaient choisie, mes clients m’avaient dit qu’ils avaient toujours voulu pratiquer le sexe à plusieurs, surtout avec une asiatique parce qu’elles étaient très expressives, et poussaient des petits cris qu’ils trouvaient très excitants.

Mon derrière bien rempli, le tétai avec avidité l’intimité de la dame pour qu’elle me donne chaque goutte de son nectar. Lorsque l’orgasme les toucha tous les deux, ils me remercièrent tous les deux. Je les quittai avant de prendre une douche. Un autre client, un autre déguisement, et un autre scénario m’attendait…