S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :


 

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc




Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Bonjour tout le monde, j'ai 19ans, je recherche des filles ou femmes voulant ...
• Bonjour je mappele marianne et je cherche un écrivain ou écrivaine pour mécrire ...
• Je recherche une partenaire pour des jeux de lavements et des jeux anaux ...
• Salut je suis un jeune métisse de 26 ans de 1m80 85 kg qui cherche des femmes avec ...
• Je suis un homme de 60 ans, bien mis et qui paraît plus jeune. Je recherche une ...
• Bonjour. Annonce sérieuse. Je m’appelle Bénédicte, 37 ans. Je pense être jolie, ...
• bonjour j ais 70 ans et je me sens de plus en plus en plus devenir lope c est pas ...
• Bonjour a vous les soumis/soumise je suis Maître Bastien venu ici en quête d'un ou ...
• bonjour a toutes et a tous, JE RECHERCHE SOUMISES OU SOUMIS POUR RELATION ...
• T'aimes t'ennuyer au lit ? Moi pas. Moi j'aime lécher la chatte en me faisant ...


Une bimbo en gangbang ou comment ma femme est devenue une salope

- Par l'auteur HDS PhilthyP -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par PhilthyP [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email :

• 1 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 7.5 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.0
• L'ensemble des récits érotiques de PhilthyP ont reçu un total de 7 796 visites.

sexe récit : Une bimbo en gangbang ou comment ma femme est devenue une salope Histoire érotique Publiée sur HDS le 03-11-2017 dans la catégorie Plus on est
Tags: Double penetration  Gang bang  Ejaculation faciale 
Cette histoire de sexe a été affichée 7796 fois depuis sa publication.

Note attribuée à cette histoire érotique par les lecteurs ( 2 votes ): Une bimbo en gangbang ou comment ma femme est devenue une salope ( 7.5 /10 )
Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : Une bimbo en gangbang ou comment ma femme est devenue une salope ( 9.0 /10 )
 
histoires érotiques audio

 
Couleur du fond :


Une bimbo en gangbang ou comment ma femme est devenue une salope

J’adore faire des photos. Et notamment des photographies de ma copine. Sandra à 31 ans, je l’ai rencontré lors d’une prise de vue pour un magazine de mode. Elle était alors toute aussi timide et réservée en public, mais une vraie tornade de beauté et de charmes devant la caméra. Elle savait captiver et envouter, non seulement l’appareil mais tous les spectateurs.

Sandra fait 1m70, des cheveux blonds et de longues jambes fines débouchant sur un cul obscène, un cul à se damner. Mais avant tout Sandra à une paire de seins extraordinaires, lourds, volumineux et ronds. Un appel au sexe, des seins colossaux qu’elle tente par tout moyen, sans aucun résultat, de dissimuler derrière des hauts amples et larges pour ne pas choquer ou susciter trop d’intérêts chez les hommes.

Et moi, j’adore les exhiber, je lui offre des robes provocantes, parfois aux décolletés plongeant, parfois entaillées sur les côtés pour apercevoir le côté de ses seins ou parfois encore tellement moulantes qu’on ne voit que ça, deux énormes nichons de salope, les tétons qui pointent au travers. J’adore ainsi l’effet qu’elle fait sur les autres mecs, leurs regards envieux et libidineux, leurs gestes furtifs lors de soirées. Ca fait maintenant 3 ans que nous nous connaissons, que nous sommes ensemble et ça fait 3 ans que j’ai des tendances libertines et candaulistes. J’aime à la regarder dans les clubs ou les boites de nuit, à danser un peu éméchée, juchée sur des talons hauts, ce corps de prédatrice se mouvant, dansant, se tortillant pendant que tous les yeux sont braqués sur elle. Certains mecs se frottent discrètement contre elle ou excellent dans l’art des mains baladeuses. Les corps d’inconnus se plaquent contre elle, ses seins écrasés contre d’autres torses, qui retombent naturellement une fois l’individu décollé. J’imagine les mecs bander devant le spectacle, leurs bites gonflées contre leur pantalon, essayant par tout moyen de se la taper ou de l’entrainer dans les chiottes pour la culbuter à plusieurs. Et une fois rentrée, je la baise sauvagement avant de lui jouir dessus en l’imaginant pénétrée par 2 ou 3 types en même temps. Mais jamais rien de tout ça ne s’est passé. Sandra se voulait monogame et fidèle, et bien que profondément salope, seulement tournée vers les plaisirs en duo.

C’était un après-midi d’été, en semaine, nous venions d’emménager dans une maison bourgeoise du 19e arrondissement avec jardin et vue dégagée sur Montmartre. Les travaux étaient terminés, ne restaient que des détails de peinture. Le jardin n’a que peu de vis à vis, certaines maisons à quelques dizaines de mètres sont masquées par des chênes ou des arbres touffus. Sandra est allongée sur une serviette en train de bronzer au soleil, étendue dans l’herbe. Je lui achète constamment des petites tenues sexy, de la lingerie, des déguisements mettant en valeur sa plastique, ou des robes et des talons de pute. J’aime la voir accoutrée comme une vulgaire pute de bas quartiers, avec des robes léopards très courtes ou des talons plateforme, le même genre que ceux portés par les prostituées du Red District d’Amsterdam ou des danseuses des bars à Strip-tease de Pigalle ou d’ailleurs.

Elle arbore un micro bikini rouge, un micro string ne dissimulant quasiment rien, étendue sur le ventre, ses énormes seins plaqués contre le sol paressent encore plus gros. Ils sont recouverts par un micro haut de maillot qui ne couvre que les tétons par un petit triangle de tissu. Elle connait mes gouts pour les marques de bronzage et notamment les marques de string sur les fesses et adore m’aguicher quand je parais trop occupé. Derrière des lunettes noires à épaisse monture elle semble captivée par sa lecture. J’en profite pour saisir mon appareil et mitrailler la scène, cette petite pute en train de bronzer le cul à l’air, comme offerte au premier venu. Je baisse mon pantalon et commencer à me branler en me rapprochant. Elle m’aperçoit et commence à se lécher les doigts, en les enfonçant dans sa bouche simulant une fellation, tout en se malaxant le sein droit avec l’autre main. Je continue de prendre les photos jusqu’à être dérangé par la sonnerie du téléphone, à l’intérieur. Après quelques minutes d’échange avec l’interlocuteur qui m’a évidemment fait débander je retourne dans le jardin avec hâte.

Au même moment, j’aperçois le portail s’ouvrir et les 3 ouvriers peintres s’engager à l’intérieur. Sandra leur fait dos, moi sur le perron, elle ne s’aperçoit de rien. Les 3 types font quelques mètres avant de s’immobiliser face au spectacle de cette femme quasi nue. Ils sourient aux éclats. Je les aperçois tout salivant jusqu’au moment ou un des trois me vois, se racle la gorge de gène et annonce d’une voie gênée et malgré tout triomphante, sans perdre de vu une seconde ce cul posé là :

- Scusez-nous, il est 14h30. Nous d’vions être là à 13h. Nous avons pourtant sonnés mais personne n’a répondu !

Je vois alors Sandra se retourner et se lever d’un bon, toute confuse et embarrassée, et courir vers l’intérieur de la maison en tentant vainement de cacher son cul avec une main et ses seins avec l’autre. Ce bikini ne cache vraiment rien. Pendant qu’elle s’empresse de regagner l’intérieur, ses seins ballotent à chaque pas pendant que son cul rebondit sur ses cuisses. Je suis très amusé. Les autres visiblement très excités par le show.
Les trois ouvriers s’avancent vers moi. Ca fait déjà 4 semaines qu’ils travaillaient dans la maison et j’ai toujours été très réjoui de leurs coups d’œil pervers et furtif à chaque fois que Sandra passait à côté d’eux.

- Désolé Philippe, on a vraiment sonné ! Dis le responsable des travaux, Adam.
- Aucun problème, répondis-je en les soupçonnant de n’avoir pas sonné pour entrapercevoir un moment intime.

On se sert la main. Adam est un costaud, le plus grand, peut-être 1m90, tunisien, un visage particulier mais beau. Les deux autres Kaies et Fares sont aussi jeunes et bien charpentés, des yeux verts et des mains vigoureuses. On échange les banalités de convenance et je le guide vers la pièce principale pour qu’il y finisse les détails. Sandra sort alors de la salle de bain du rez-de-chaussée, une serviette de bain autour de la taille et du buste.

- Désolé, Sandra ! Dis Adam
- C’est ok, pas de problème, j’ai juste été très surprise, répond-elle. Bon je vous laisse faire votre travaille je monte en haut pour travailler.

Je monte derrière elle en suivant son cul du regard. Arrivée en haut, elle me colle avec ses seins et m’encercle avec ses jambes.

- Viens me sauter.

Je me contiens et saisi le moment pour tenter de réaliser mon fantasme. Je lui demande quelques minutes et lui dit que je vais faire quelques photos d’Adam. Elle soupire et me laisse. Je redescends, et propose à Adam de lui tirer le portrait. Il quitte ses deux collègues et vient s’installer contre le mur d’une pièce où j’avais disposé quelques lumières. Je pose mon appareil sur la table pour chercher d’autres cartes mémoires et quand je reviens je le trouve ne train d’examiner l’appareil. En me rapprochant de plus près, je m’aperçois alors qu’il est en train de regarder les photos que je venais de faire de Sandra, celles notamment sur lesquelles Sandra se tripotait.

- Vot’ femme est vraiment bonne ! Dit-il avec appoint.
- Attention, c’est privé ! Répliquais-je en tentant de masquer mon plaisir.
Il continue de faire défiler les photos sur le petit écran avant de tomber sur une séance de la veille. On y apercevait Sandra à genoux sur le sol, le cul en arrière, empalée sur un gode, les seins bombés en avant, la langue tirée et le visage couvert de jets de sperme qui lui faisait couler son maquillage.
- Oups. Eh bien ! Pardon. Je ne pensais pas que Sandra faisait ce genre de chose.
- Surtout ne lui dis pas que tu as vu ça ou elle me tuerait, dis je. Allez, on commence !

Sur quoi nous commençons.

Je fais quelques photos, rapidement. Puis je lui propose d’enlever le haut. Il ne proteste pas.

- Ces photos de votre femme étaient vraiment très bandante, dit-il.
- Merci ! Sandra a un corps superbe, j’adore la prendre en photo !
- Elle devrait poser avec moi, ici !

C’était exactement ce que je désirais, et il avait su le faire venir avant moi. Je n’avais décidé de le photographier que pour insérer Sandra dans ce shooting et ça m’ennuyait déjà depuis 15 minutes que nous avions commencé.

- En effet ! C’est une idée. Sandra ! Hurlais-je. Elle descendit, toujours couverte par la serviette et sur la pointe de ses pieds nus.
- Adam propose de faire des photos avec lui.
- Oh non, pas vraiment, j’ai plein d’autres choses à faire.
- Allez Sandra, ça ne va prendre que quelques minutes et le rendu peut-être vraiment être sympa. Regarde sa corpulence, on peut vraiment faire une belle photo de corps accolés.
- Après hésitation, elle accepte, retire la serviette avec nonchalance en fusillant l’appareil du regard.

Elle porte toujours son petit bikini. Le grand type à côté d’elle fait colosse et la dépasse d’une tête. Il la dévore du regard. Elle fait semblant de ne pas le remarquer. Au fur et à mesure, elle se livre un peu plus à lui, leur deux corps commencent à se toucher, les mains de Sandra glissant désormais sur ses abdos et varient de terrain en fonction des poses que je leur fais prendre. Puis je la place contre lui. Elle lui fait dos. Je commence à bander comme jamais, je me retourne pour glisser le haut de mon sexe contre mon caleçon, qu’il soit couvert par le haut de mon T-Shirt, comme si de rien n’était. Nul ne remarque. Il lui prend les bras et se positionne derrière elle. Sa queue au travers du pantalon touche les fesses de ma belle. Je vois son pantalon se déformer par la taille de son érection. Il remonte alors ses mains et empoigne comme possédé les deux obus de Sandra. Elle proteste immédiatement et fait un pas en avant.

- Merci c’est bon, c’est terminé !

Au même moment et par derrière, Adam décide de lui délacer le haut de son maillot. Ses seins jaillissent.

- Mais ça ne va pas ! Dit-elle en se couvrant les seins.
- Oh, ca va chérie, tu n’es que Topless ! La rassurais-je.

Je la vois se retourner vers Adam pour lui faire une remarque et montrer son mécontentement ou tout signe de réprobation et son regard descend alors droit vers son sexe. Captivée. On ne voyait que ça, son pantalon aller céder. Elle se retourne de nouveau, comme pour ne pas voir l’objet de son envie et me dit :

- allez pose ton appareil c’est fini ! Avec un faux semblant évident, et une lueur de doute dans les yeux, comme une envie que les choses se poursuivent.

Adam ne demeure pas en reste et commence à lui tripoter les seins par derrière, revenu dans la position initiale, le sexe tout contre le cul de ma copine. Elle ne proteste encore que très peu, se débâtant légèrement avec de se laissait aller en fermant les yeux. Elle s’abandonne. Il lui palpe les nibards et le cul en frottant sa queue tout contre, encore enveloppé dans son jean. Adam saisi les mains de Sandra pour les guider jusqu’à sa braguette. Elle se laisse guider, déboutonne son jean et met la main dedans. Un tel spectacle n’a jamais été aussi excitant pour moi. Ma queue me fait mal tellement je suis en rut. Adam continu à caresser Sandra, il tire son string sur le côté pour insérer des doigts dans sa vulve et contre ses lèvres. Elle émet quelques petits bruits, comme des chuintements. Elle sort enfin sa main du pantalon d’Adam délivrant son sexe. Son jean tomba à ses pieds. Sa queue se déplie, elle est énorme.

La petite pute ne se fit pas prier, elle s’accroupit, me regarde comme pour me demander mon consentement, déploie sa langue et joue avec son gland. Elle saisit ses couilles d’une main, sa queue de l’autre et s’applique à la lécher tout du long, du gland jusqu’aux couilles, qu’elle finit par gober. Adam pousse des râles de satisfaction. Elle lèche ses couilles, les gobe une à une, tout en le branlant. Je continu de photographier la scène. Ma copine, quasi nue, avec pour seule parure un bout de tissu comme string, en train de pomper une grosse queue devant moi. Elle le suce désormais avec plus d’entrain, le branlant pendant que ça bouche fait des allers-retours sur cette énorme bite. Sa mâchoire est distendue. Je m’approche davantage, sort mon sexe, le tapote contre son visage et tout en la saisissant par les cheveux je lui fais bouffer ma queue.

- Alors tu vois que tu aimes ça grosse pute pomper des queues ? Nous avons toujours aimé le sexe bestial et vulgaire, et les insultes nous ont toujours excité.

- Je t’ai toujours dit que tu avais une bouche à bite, salope. Rajoutais-je.

Sandra me regarde droit dans les yeux en s’activant sur mon sexe pendant qu’elle continue de branler celui d’Adam, à coté. Lui s’est recourbé pour mieux lui malaxer les seins et lui titiller les tétons.

- Une queue dans chaque main et bientôt une dans chaque trou ! Célébrais-je en la regardant.

De tels mots crus et inattendus, parurent déstabiliser l’ouvrier au premier abord avant que lui-même n’y trouve un quelconque plaisir, comme un sentiment naturel et universel à dominer et souiller, dans un exaltation et une perdition sexuelle totale.

- P’tain qu’elle pute c’est vrai, je ne me suis jamais fait pomper comme ça ! Qu’elle chienne, et en plus avec ses deux nibards de bimbo qui bougent quand elle pompe, elle va vraiment s’en prendre des coups de bites.

Ma chérie est à genoux en train d’alterner nos queues dans sa bouche, ses deux mains occupées à nous branler. Le spectacle est tel et mon désir tellement intense de la voir abandonnée à un autre homme que moi, que je sens le sperme monter. Comme un puceau précoce je décharge sur son visage de grandes giclées de sperme qui viennent s’abattre par saccade sur le visage de Sandra toujours occupée à sucer Adam. Des jets de sperme lui couvrent le visage, les cheveux. Elle s’interrompt de sucer pour se lécher le coin des lèvres et récupérer un peu de foutre qu’elle s’empresse d’ingurgiter en exagérant le bruit pour paraître encore plus salope.
Je me recule, tétanisé encore comme sous l’emprise d’une quelconque drogue et profite de la scène. Je saisi mon appareil photo et immortalise la scène. Sandra s’est remise à pomper l’autre type tout en me regardant dans les yeux, sa gueule couverte de sperme.

Adam prend de l’assurance et la fait s’étendre sur le dos, par terre sur le sol. Il saisit ses deux gros obus de chaque coté et insère sa grosse bite entre les deux. Elle est étendue par terre, ses longues jambes déployées, Adam à califourchon par dessus elle, en train de faire des va-et-vient entre les nibards de ma copine. Sa queue est tellement longue qu’elle vient à chaque fois gifler le menton et la joue de ma belle, encore couverte de mon sperme. Ils pressent ses seins l’un contre l’autre pour avoir plus de sensation.

Elle prend le relai et plaque ses nichons contre la queue d’Adam, qui, libéré de l’étreinte, allonge son bras pour venir tremper ses doigts dans la chatte dégoulinante de Sandra.

- Oh non, Adam, arrête, c’est la limite maintenant. Supplie t’elle sans aucune conviction. Avec de reprendre quelques secondes plus tard :

- Oh, non, continue, mon Dieu, doigte moi la chatte.

Je suis spectateur, n’étant plus sur de la tournure qu’allait prendre les choses, du point de non retour.

- Elle jouie entre ses doigts. Je n’avais jamais vu son entre jambe aussi trempé, de la cyprine ruisselant le long de ses cuisses.

Dans un grand râle, Adam lâche un « moi aussi » que je n’avais pas anticipé, et de son gland sort un sperme épais qui atterri sur le visage de Sandra pour y déverser encore plus de sperme. Elle est à présent recouverte, inondée, maculée de foutre comme une pute en manque. Les deux sont encore tremblotant d’une pareille extase. Il insère son gros gland encore bandant dans la bouche de la putain allongée pour le nettoyer. Elle s’y emploie avec un plaisir apparent.

Il se relève puis se fut au tour de Sandra, les yeux encore béats et perdus, transie, en extase, comme si elle se réveillait.

Regarde moi petite souillon, dis-je en zoomant sur son visage. Elle me regarde, se racle du sperme sur la joue et enfonce son doigt dans sa bouche pour le lécher.
- Tu aime ça bouffer du foutre ? Tu en es une bonne videuse de couilles, tu sais ça maintenant ?

Elle est debout, en string, de longs filets de sperme dégoulinent sur ses nichons, coulent le long de son ventre, se rependent sur ses cuisses. Des filaments blancs épais pendent encore le long de son menton en se balançant. Elle tient encore dans la paume de sa main la gigantesque queue d’Adam qui commence à débander.

Je me retourne, interpellé par un bruit provenant du hall et découvre les deux autres ouvriers, à la lisière de la porte du salon.

- Nous avons entendu des cris et des gémissements et on est donc v’nu voir s’il y’avait rien de grave. Dit l’un d’entre eux.

Je devine vu la protubérance de l’entre jambe de leurs pantalons qu’ils avaient assister à la scène depuis un bon moment. Sans se faire prier, Ils se rapprochent de nous et encerclent Sandra. L’un commence à frotter son entrecuisse contre sa cuisse en lui malaxant un sein, étalant le sperme pour faire briller la peau comme de l’huile. Contre toute attente, ma belle ne proteste pas et laisse tomber sa tête en arrière comme saisit d’une nouvelle envie. Kaies en profite pour lâcher :

- On peut peut-être faire quelques photos de plus ?

N’étant pas bien sur de vouloir que deux gars de plus en rut abusent de ma copine, je déclare le show terminé, et prie ces messieurs de partir pour revenir plus tard terminer les travaux. Au fond de moi, je n’avais qu’une envie c’était qu’on la prenne à 4, qu’ils la défoncent, l’humilient même. Mais je n’étais pas bien sur des désirs de Sandra bien qu’elle fusse abandonnée, et je ne voulais pas qu’elle regrette l’évènement pour pouvoir le réitérer par la suite.

Et contre toute attente, tout en se mordant les lèvres, leva les yeux dans ma direction et me dit :

- « Allez Philippe, seulement quelques photos de plus ! »

- Alors ça ne t’a pas suffit de nous avoir vidé les couilles avec ta bouche ? Tu as envie qu’on te prenne comme une chienne par tous les trous comme une pute ?

- Tu vas bien voir si je veux qu’on me traite comme une pute, répond-elle tout en se dirigeant vers l’escalier, en nous laissant là, dont deux morts de faim qui regardaient ce petit cul partir.

- A tout de suite les gars, dit-elle en se retournant, mimant un baiser avec sa main et sa bouche encore maculée de sperme.

- Quelle grosse salope, lance Adam face à ses camarades.

Pendant quelques minutes nous restons là. Ils me bombardent alors de questions, me demandent si je l’ai déjà enculé, si on est bien ensemble, je les déjà partagé comme ça … On parle pendant 15 minutes, Adam et moi nous sommes rhabillés. On s’assied tous ensemble dans le salon, je leur propose un verre tout en leur montrant avec une certaine fierté les photos réalisées. Face au petit écran, les insultes fusent.

- Quelle pompe à bites !
- Putain elle est vraiment trop bonne cette chienne
- Quel sac à foutre, dit l’un s’attardant sur les photos de Sandra en gros plan maculée de foutre.

- On parle de moi ? entend-on à l’autre bout de la pièce.

Nous découvrons alors Sandra, redescendue entre temps, accoutrée comme la dernière des putes. Des hauts talons plateforme roses, une jupe léopard raz la chatte, des bas résille roses et un débardeur moulant quasi transparent. Ses énormes nibards étaient serrés dans un soutien-gorge rembourré remontant vers le haut, débordant de son petit haut, prêt à exploser. Elle est maquillée à outrance, un rouge à lèvre aguicheur amplifie sa bouche déjà pulpeuse, du crayon, des cils allongés, une vraie catin des trottoirs, une pute au rabais au look des trainées de la rue St Denis, une créature séduisante et désirable. Elle a fait ressortir de chaque côté de ses hanches les ficelles d’un string rose fuchsia, lui donnant encore davantage l’air d’une prostituée. Le tout couronné par un collier avec un anneau.

L’atmosphère est électrique. Elle dandine vers nous obscènement, roulant ostensiblement du cul, ses hanches entreprenant un lent mouvement de balancier, ses longues jambes perchées sur des talons paressent encore plus fines. Elle aguiche chacun des mecs par un regard lubrique et lascif. Elle se caresse les seins à travers son haut, tout en avançant.

- Quelle bimbo ! Putain quelle poufiasse …
- Mais quelle salope !
- Quel superbe vide couilles
Les insultes fusent de plus belle. Je n’avais probablement jamais du bander à ce point !

- Vous vouliez une pute, je crois, dit-elle enfin. Eh bien vous voilà servit messieurs. A vous désormais de savoir me traiter comme telle !

Ses dernières paroles sorties de la bouche de ma bien aimée me secouent. Non pas que je ne les avais jamais entendu, mais qu’elle puisse les prononcer devant d’autres types, dans le but de se faire sauter. Enfin elle était devenue cette incroyable salope que je désirais tant, enfin dans l’exaltation générale elle lâchait prise et se laisser guider par ses plus bas instincts.

Elle se baisse, se met à quatre pattes comme une bonne chienne et se dirige vers le canapé sur lequel nous étions assis. Elle s’arrête devant Fares, le premier garçon sur le fauteuil qui nous fait face et commence à le caresser à travers son pantalon. La tête à hauteur de ses genoux, face à sa bite, elle passe ses mains sous la chemise du chanceux tout en le déshabillant. Elle défait sa ceinture, le déboutonne et sort sa queue qu’elle s’empresse de sucer avec délectation. Le type bande comme un fou. Sa queue est fine et longue. De l’autre côté, Adam, son collègue et moi même avons sorti nos sexes et nous masturbons sur la scène. Après 2 minutes de va-et-vient dans sa bouche, elle fait demi-tour et nous fait face. Ma chérie avance a 4 pattes et s’arrêtant devant moi, elle me gratifie d’un clin d’oeil complice en se passant la langue sur les lèvres. Elle prend ma queue dans sa bouche, allonge ses deux bras sur les côtés pour venir branler celles de mes voisins.

Elle est devant moi, suçant comme une affamée ma queue, chaque main prise par une autre. Je la prends par la tête et lui enfonce ma queue jusqu’au plus profond. Elle émet un hoquet, un haut le coeur et s’exécute. J’enfouis alors son visage jusqu’à mon pubis en sentant ses gros nibards se presser tout contre mes cuisses.

- je vais baiser ta bouche de pute, pompe ma bite et ensuite on va remplir tous tes trous.

Les mecs d’à coté qui se font branler se relèvent peu à peu pour la caresser. Lui toucher les épaules, les bras pour lui empoigner ses seins et les ploter avec vigueur.
Fares se lève, relève la jupe de Sandra au niveau de sa taille, écarte son string sur le côté de sa fesse, et enfourne son sexe dans la chatte trempée de ma bien aimée. Il la saisit par sa taille et la martèle de grands coups de buttoirs. Sa jupe tirebouchonnée, ma pute est la devant moi en train de se faire besogner, ma bite dans sa bouche et ses deux autres mains toujours occupées à branler les queues qui restaient. Ses gros seins sont dégagés de son haut et on les triture sans ménagement. Il ballotent sous les coups de reins.

- Cambre toi fais moi voir comme tu aimes faire la chienne
- J’adore jouer avec ses nichons. Putain, t’as une de ces poitrines.

- Oh oui j'adore quand tu me défonces, vas-y prends moi comme ta salope. Beugle t’elle.

Une bite dans la chatte et une autre dans la bouche, elle est maintenant prise des deux côtés et adore manifestement ça. Elle passe ensuite sur la bite de mon voisin qui réclame lui aussi de l’attention. Il l’attrape par les cheveux, fait coulisser son sexe entre ses lèvres et se met à lui baiser la gorge. Il lui force la bouche, lui appuie sur la tête pour qu’elle le bouffe jusqu’aux couilles, l’étouffant avec. Loin de protester, elle semble jouir de plaisir. À ma plus grande satisfaction, elle était devenue une vraie pute qui ne demande qu’à se faire utilisée par quatre mecs. Ca m’excite encore plus de la voir ainsi. Ma Sandra, ma pute. Je ne la verrais plus jamais comme avant. Ma femme est devenue une pute, une vraie.


Elle libère alors un premier orgasme qu’elle ne parvient plus à contenir. Le bruit est contenu par la queue qu’elle continue de pomper longuement, salivant sur la hampe remontant sur les couilles pour venir les gober.


- T’es vraiment qu’une salope !
- Oui ! Je suis une pute. Votre pute ! Souillez-moi ! Utilisez-moi!

Elle passe alors à la quatrième bite, celle d’Adam qu’elle parvient difficilement à remettre dans sa bouche. Les mecs alternent et s’échangent sa chatte, s’activant sur Sandra, lui pilonnant le con comme des fous.

- Alors tu l’aimes ta première fois, hein salope ?! Demande Adam, tandis que Sandra la mâchoire déformée par l’épaisseur de la bite, est offerte à l’assemblée.

- Oui ! J’adore

- Elle suce comme une pro, la salope …

- Putain, J’adore ! Défoncez-moi, tous les quatre ! Je suis votre pute, c’est votre jour de chance ! Profitez-en !

Je me mets à genoux derrière elle, place mon gland tout contre son trou du cul lui crache dedans pour mieux le lustrer et je pousse mon sexe en avant. De ses deux mains elle écarte bien se fesses pour que je l’encule. Je la pénètre jusqu’à la garde. Elle hurle de plaisir. Mes couilles claquent contre son cul, elle accompagne chacun de mes coups de boutoir par un mouvement en sens contraire pour bien sentir la décharge.

Son corps ballote sous les coups de pines. Elle gémit. Elle est traitée comme une chienne et y prend un immense plaisir ! Pendant ce temps les mecs se succèdent dans sa bouche. Quand un sort, aussitôt un autre le remplace.

On la fait se pivoter. Elle se lève, retire sa jupe, puis s’empale le cul sur la grosse bite d’Adam. Kay en profite pour lui grimper dessus, la bite dressée et lui enfiler la chatte. Elle est prise en sandwich par les deux ouvriers. Mes couilles me font mal tellement le spectacle est intense. Je ne pense plus à rien sauf à cet instant. Je la vois se faire peter le cul pendant que l’autre lui lime la chatte. Je saisis mon appareil resté sur la table et je mitraille la scène.


Fares, non resté sans reste, grimpe sur le canapé et vient présenter son sexe aux lèvres de ma belle. Sans attendre, elle prend la bite a pleine main, le branle puis lui titille le gland avec sa langue… Il se place au dessus de son visage et vient frotter ses couilles pleines contre son visage, avant de les lui enfourner dans la gueule.

- Avale sale pute, Tu n’es qu’une chienne soumise utilisée en vide couilles et réceptacle à foutre !

- Oh oui ! J’aime vider les couilles ! J’aime être votre vide couilles !


Elle halète, son corps et couvert de spasmes, elle jouit une nouvelle fois de plus belle. Je n’arrive pas à croire que cette salope jouit avec une bite dans le cul, une dans la chatte et une dans la gueule. Son corps ne lui appartient plus. Il nous appartient. On abuse d’elle. On lui arrache son haut, ses gros seins fusent. Ils sont désormais malaxés par toutes les paires de mains et se balancent au rythme des coups de bites de ses amants. Elle mouille comme une folle sous les terribles coups de bites qui lui sont assénés, ses cuisses son trempées.

On la retourne et on la met à genoux. Elle s’empresse de s’emparer d’une bite pour la lécher en faisant des bruits de sucions obscènes. A peine le type retiré de sa bouche, une autre queue s’engouffre ne lui laissant même pas le temps de respirer. Fares et Kayes décident de lui baiser la bouche à deux. Les deux verges rentrent difficilement dans l’orifice. Ses lèvres sont distendues, sa bouche gonflée, mais sa langue continue à lécher les deux queues qui s’immiscent à l’intérieur.

Une fois les deux types ressortis, je prends place devant le visage de Sandra, je frotte mon gland tout le long de son visage, je la gratifie d’une biffle. Les deux autres m’imitent. Nous tapotons nos queues sur son front, elle sourit. J’immortalise la scène en continuant de prendre des photos. Elle est à genoux, alternant entre nos trois bites.

Adam passe derrière Sandra, se baisse, la saisit par les bras pour l’entraver, saisi son sexe qui paraît plus grand que jamais, une matraque de chair et lui enfonce brutalement dans le cul.

- Alors t’aimes ça te faire enculer par une grosse queue ?
- Ton cul est un boulevard à bites

- Putain, oui ! J'aime être humiliée, servir de vide-couilles, être offerte en gangbang ou en tournante comme une pute !

Face à tant de poésie, Fares ne peut se contenir. Il éjacule rapidement, l’étouffant avec son sperme. Surprise, je la vois déglutir avec peine en tentant d’avaler toute sa semence.

- Prends ça petite salope ! Tiens ! Sac-à-foutre, banque à sperme !

Ca ne s’arrêtait plus, Fares lui agrippant les cheveux semble lâcher des giclés interminables de sperme qui s’écoulent dans le fond de sa gorge. Il n’avait pas du se faire vider les couilles depuis un lustre, et certainement jamais de cette façon, par une garce aussi bonne.

Après une bonne minute de vidage de burnes, Fares se retire. Il restait encore une quantité impressionnante de foutre que Sandra nous fait voir en prenant soin d’ouvrir un maximum la bouche. J’approche mon appareil photo et je lui ordonne de tout avaler d’un trait. Elle obéit.

L’énorme queue d’Adam sort et disparait du cul de ma copine, ses grosses couilles frappent son cul à chaque mouvement. Pour faciliter la pénétration elle se cambre davantage. Adam en profite pour lui claquer le cul avec sa main ce qui a pour effet d’exciter Sandra et de lui redonner un orgasme éclatant. Elle crie et fulmine. Elle tremble et convulse. Son amant sodomisateur se relève et se positionne devant elle. La catin est entourée de queues.


- Allez, je veux une douche de sperme ! Videz-vous les burnes ! Recouvrez-moi de foutre chaud ! Proclame t’elle

- Je vais t’inonder le visage sale pute

- Tu vas nous purger les couilles à la chaîne !

Kaies se branle sur la petite gueule de pute. Sandra tend la langue pour mieux servir de réceptacle à foutre. D’une main libre elle lui caresse les bourses. Sa queue explose en copieux jets de foutre qui atterrissent et maculent Sandra. Le sperme gicle et s’écrase sur ses lèvres, ses cheveux, ses yeux. Il cherche apparemment à viser pour lui en mettre le plus possible, et dirige son gland et ses jets vers le plus de surface apparente.

- Oh oui ! Aspergez-moi de sperme ! J’adore être entourée par vos grosses bites tendues !

- Tiens ! Tiens ! Prends ça, garage à bites !

Le visage de Sandra est couvert de giclées de sperme. Elle est réduite à l’état de vide couilles et s’en délecte. Son mascara coule le long de ses joues. Des filaments pendent de son visage et dégoulinent sur ses seins et ses cuisses. À peine se fut-il retiré que ce fut au tour d’Adam de lui inonder le visage, comme s’il n’avait pas déjà joui une première fois. Il se retire de sa bouche pour se branler ardemment et dans un râle puissant et rauque il éjacule abondement sur le visage et les seins de ma douce avant de lui faire lécher ce qui s’écoule de son gland. Il s’essuie une dernière fois sur ses joues déjà souillées et sur ses lèvres.


Kaies et Fares m’imitent et sortent leur téléphone portable pour prendre des photos. Plutôt que d’être révoltée, Sandra en joue, se nettoie les yeux avec un doigt, les regardent bien un à un, et commence à jouer avec notre sperme pour se l’étaler partout sur le visage. Poussant le vice jusqu’à son paroxysme, elle se saisit du premier téléphone à portée de main, le retourne en mode selfie, cale la première bite venue contre son palais :

- Tiens ! Tu pourras montrer à ta femme ce que c’est qu’une vraie salope ! Tu pourras dire à tous tes potes de venir nous rejoindre la prochaine fois pour se vider les couilles !

Je suis comblé et abasourdi. Son rouge à lèvres a maintenant presque disparu, effacé par les queues passées entre ses lèvres. Seuls quelques restes du rouge qui avait bavé, souille les contours et les parois de sa grosse bouche.

Elle n’avait aucune limite. Elle nous regarde un à un, nous souris. A genoux, elle effectue un demi-cercle pour bien nous montrer ses orifices dilatés et vient se cambrer pour lécher les dernières gouttes de sperme rependues sur le sol. Les flashs crépitent. Ses gros nibards touchent le parterre, elle déploie sa langue lentement et vient laper la précieuse semence.

- C’est ça t’es une bonne chiennasse.
- Serpillère à foutre ! Eponge à jus de couilles !

Puis elle se retourne de nouveau, courbe ses hanches et son buste et vient palper les couilles des verges qui lui font face. Elle me malaxe les couilles, ma queue se raidit, se gonfle et je jouis une deuxième fois en lui balançant tout au visage. Elle en reçoit sur le nez, les joues, les cheveux … Elle rigole de satisfaction.

- Regarde, j’ai du sperme partout, je baigne dedans ! C’est ça que tu voulais ? Me demande-t-elle droit dans les yeux.

Je la regarde
- T’es vraiment une belle salope de vide-couilles aux seins énormes, tu pompes des bites à la chaîne, te fait sodomiser à répétition, défoncer en double-pénétration. Je t’aime.

Elle se relève, le sperme coule. Juchée sur ses talons, elle nous entoure, nous remercie et part se laver pendant que les ouvriers se rhabillent.

- On se reverra vite ! Déclare t’elle en partant lentement.

Les 3 hommes sourient et repartent en me disant « à très vite ».

Depuis cette histoire, Sandra est devenue une vraie salope. Nous expérimentons peu à peu. Elle s’ouvre progressivement. Elle adore quand je lui donne des défis :
- s’habiller en lingerie quand je reçois des amis à la maison
- s’accoutrer en transparence pour aller au travail et exciter ses collègues et son patron pervers. Elle avait ce jour-ci terminé dans son bureau, à genoux avec sa queue dans la bouche et m’avait envoyé des photos …
- envoyer « par mégarde » des vidéos d’elle une bite dans la bouche à son ex. Il avait tenté de lui faire du chantage en menaçant de montrer les vidéos. Elle s’était plu à assouvir tous ses désirs même les plus vicieux, non pas de peur des retombées mais uniquement pour pouvoir en jouer.
- flirter avec un inconnu avant de le sucer dans les chiottes d’un bar. Elle était revenue me voir à l’intérieur du bar le visage encore maculé de sperme.
- poster des photos sexy d’elle sur Tinder mentionnant qu’elle veut se faire peter le cul …

Chaque fois, elle a su triompher. Et je me souviens d’un challenge mémorable, en particulier, qui fera l’objet d’une prochaine histoire …















Les avis des lecteurs
 

Belle histoire d'un photographe un peu coquin avec sa muse... Très bandant !
Attention le début est un peu long pour la mise en place du reste... C'était mon défaut aussi au début...(cf Le Matou libertin).

 




Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :