Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Aventures spatiales - Chapitre 15
(8.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Aventures spatiales - Chapitre 15
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Trixie.
Auteur femme.


Cette histoire de sexe a été affichée 649 fois depuis sa publication.

sexe récit : Aventures spatiales - Chapitre 15 Publié sur HDS le 13-10-2017
Catégorie : A dormir debout
Histoire Réf : 27670-t907

Titre : Aventures spatiales - Chapitre 15
 

Aventures spatiales - Chapitre 15

Chapitre XV

« Oh putain, regarde Sariah ! Celui là, il est énorme !!
- +++ Oui, n'est-ce pas... mais il nous faut absolument le résultat de vos travaux... Alors mademoiselle Abby, nous allons aller les chercher... Ah oui ! Ce transmetteur est télépathe, vous pourrez ainsi communiquer avec lui...+++
- Dis Sariah, as-tu remarqué une chose ? C'est moi la plus fluette du groupe, mais c'est toujours moi qui ait droit aux insertions des bites les plus grosses !
- Ben oui, mais que veux tu y faire...
- Rien, bien au contraire j'adore... Alors mon gros toutou, tu veux me baiser ? Mais ton espèce de trompe est trop grosse, elle fait au moins vingt centimètres de diamètre, tu n'arriveras jamais à la faire entrer dans ma chatte !
- +++ Ne t'inquiète pas pour ça, ils m'ont programmé en fonction des films te concernant et d'aprés les coordonnées introduite, ce n'est déjà pas mal...  »

Il fit sortir un long tentacule de l'extrémité de sa trompe, Abby la regarda avec étonnement, elle ne faisait en effet que 9 ou dix centimètres de diamètres, en forçant un peu elle devrait entrer dans sa chatte bien lubrifiée. Puis elle s?aperçut que la pâte qui retenait ses chevilles s'était dissoute et qu'elle était libre.

« C'est ta langue qui te fait office de bite ? Tu ne me la mettras pas entièrement, elle est vraiment longue ! Ah oui... une question... quand tu éjacules tes petits espions... tu jouis ?
- +++ Non, je ne t'enfilerai pas toute la longueur... et oui lorsque j'implante ma semence je jouis moi aussi, et si tu veux tout savoir, la force de mon orgasme dépend de la durée, et de la qualité du coït que j'ai eu... +++ »

Elle était libre, mais elle se mit sur le dos les coudes appuyés sur le sol moelleux, les cuisses légèrement ouvertes.

« Je devrais m'enfuir, pensa-t-elle, mais mon ventre se tord déjà de désir et je mouille comme une petite salope que je suis !! »

La créature suivait avec attention le moindre de ses mouvements, balançant son phallus devant le visage de Abby.

« Que fait-il, pensa Abby, va-t-il se décider à me baiser ? Il va falloir que je note ce que j'ai ressenti, une bonne expérience pour mes études de la faune... Mais putain son phallus est quand même imposant... »

Le petit monstre promena son tentacule gonflé sur le ventre et sur les seins de la jeune fille, elle ne combattit pas le désir qu'elle sentait monter dans ses entrailles.
Le gland monstrueux frôla les lèvres de son vagin.

« Sariah.... Sariah crois-tu que je vais pouvoir accepter son énorme phallus... »

Il enfonça doucement son énorme protubérance dans le vagin palpitant et maintenant bien lubrifié, le phallus monstrueux perçait le ventre offert, écartant ses lèvres vaginale, ouvrant sa chatte au maximum la rendant plus large que jamais. Abby avait cru qu'elle allait hurler de douleur lors de cette pénétration massive, mais au lieu de cela, elle était envahie d'un extase croissante qui se répandait dans toutes les fibres de son corps. Elle mouillait de plus en plus, ses seins étaient durs comme de la pierre, et lui faisaient presque mal, ses aréoles étaient gorgées de sang, ses tétons pointaient drus.
L'énorme bite s'enfonçait plus profondément et plus profondément, rien ne semblait pouvoir arrêter sa progression, Il lui semblait qu'elle avait franchit le col et se trouvait dans son utérus, Abby ne pouvait pas comprendre comment c'était possible, mais elle ne s'en souciait pas, elle voulait encore plus.
Mais Abby ne pouvait pas en ingérer beaucoup plus, et quelques minutes plus tard, son corps tremblait violemment tandis qu'un orgasme soufflant tel le vent d'un cyclone balayait son corps de son esprit déchiré à sa chatte en feu. Un éclair éblouissant de lumière blanche explosa derrière ses yeux, elle perdit conscience et s'évanouit lentement.
Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle se sentit complètement étourdie et son cerveau était embrouillé, elle ressenti une sensation de chaleur et de succion sur ses mamelons. elle souleva sa tête, Sariah était en train de sucer les pointes turgescentes de ses seins, elle lui titillait le clitoris tandis que le gros tentacule bougeait doucement d'avant en arrière dans sa chatte, de son autre elle enfournait dans un rapide va et vient trois doigts dans son sexe.

« Sariah, que fais-tu... ?
- Je n'ai pas pu résister lorsque je t'ai vu jouir ainsi... j'ai été un peu jalouse ! Mais tout va bien ici...»

Les mots cryptiques de Sariah troublèrent Abby, pendant une seconde, mais quand elle sentit que l'appendice du gros monstre continuait à se tortiller à l'intérieur d'elle, une nouvelle excitation de sa chatte la fit frémir de plaisir... Les lèvres de Sariah quittèrent le bout de ses seins , et se posèrent sur sa bouche, Abby lui rendit fougueusement son baiser, ses chevilles étaient libres et elle avait les cuisses largement ouvertes, une petite créature la pénétra à nouveau...

« +++ Aaaaaaahhhhh, je crois que tu vas me faire jouir à nouveau jolie Terrienne, Tiens, tiens...... Oooooohhhh c'est vraiment bon ?. cela a vraiment été un plaisir de t'inséminer, mais je dois te quitter maintenant, allez vient aussi toi dit-il à son camarade +++ »

Il retira abruptement sa trompe, Abby était en train de jouir et un grognement de frustration s'échappa de sa gorge.

« Oh mon Dieu, sa bite dépasse l 'entendement, comment peux-tu accepter un tel engin dans ta chatte ? »

Au bout de trois heures, la voix télépathique se fit a nouveau entendre.

« +++ Nous avons eu ce que nous voulions, et vous nous aviez dit la vérité, nous avons pris contact avec les responsables de l'alliance sur la Terre, ils envoient un vaisseau, le Protée je crois, pour venir vous chercher... mais nous, ne pouvons pas vous laisser sortir sur la planète... +++ »

Elles passèrent deux jours à se morfondre dans leur cachot, on leur avait débloqué un coin toilette, et les repas étaient servis par la trappe de la cloison.

Pendant ce temps, sur Terre, Jayline qui était restée pour superviser les réparations du Protée, se vit convoquée par l'état-major. On lui signifia qu'elle avait pour mission de récupérer son capitaine et le docteur Abigaïl sur la planète Arba ou leur appareil s'y était crashé. Elle devrait aussi emmener Ask Aak un Sénateur Galactique qui allait prendre des vacances sur Ardalon, la planète ou elles auraient droit toutes les trois à une semaine de congé. Le sénateur retrouva Jayline sur le Protée. Il était de la planète Malastre. C'était un humanoïde imposant, il était très vieux. L'état Major avait prévenu Jayline qu'il était un personnage important au sein de l'Alliance Galactique, que l'on avait absolument besoin de lui pour maintenir la paix dans certaine parties du Cosmos. Qu'il était très susceptible, coléreux, qu'il ne supportait pas que l'on discute ses ordres... Qu'il pouvait entrer dans des rages folles. Et enfin que l'on devait presque considérer ses désirs comme des ordres. Jayline s'avança vers lui pour lui serrer la main, laquelle ? Elle hésita, il avait quatre bras... il devait mesurer près de deux mètres trente. Malgré son âge avancé, sa musculature n'avait rien perdu de sa vigueur, il avait été un redoutable guerrier dans sa jeunesse. Il était de couleur rouille, une grosse tête, des yeux légèrement sur le côté, une mâchoire puissante qui laissait apparaître des dents acérées... Comme la plupart des extraterrestre il ne portait pas de vêtement. Il se tenait debout dans la coursive, les genoux légèrement fléchis, ce qui était vraiment impressionnant c'était son sexe noir luisant qui pendait entre ses jambes, un bourrelet de chair assez épais se trouvait environ a une quinzaine de de centimètre de son scrotum qui contenait une paire de testicules gros comme des pamplemousses. Son gland était plat souple avec une arête vive, il faisait comme un petit parapluie, sur la colonne de chair dont le diamètre devait avoisiner les 8 centimètres, celui du gland frôlait les 12. Jayline fut vraiment impressionnée par l'apparence physique du sénateur. Mais elle avait une mission à accomplir.
Elle lui montra ses quartiers et se rendit au poste de pilotage, au passage elle se changea, quitta son uniforme pour revêtir une tenue décontractée, juste une bande de tissu, qui lui couvrait les seins, mais laissait le bas de ses globes apparent, une autre bande lui couvrait juste le pubis exempt de toute pilosité, elle laissait apercevoir la naissance de ses fesses et l'on pouvait deviner la fente de son sexe de par la transparence du tissu. Ils avaient décollé, les données entrées dans le pilote automatique, ils étaient dans l'hyper-espace, le voyage allait durer deux jours environ. Pour tuer le temps elle se passait les films holographiques tournés lors de leur dernière mission... Les trois jolies Terriennes, membres de l 'équipage se faisaient baiser toutes les trois par bon nombre d'Aliens aux sexes démesurés. Ça l'excitait de se remémorer ces péripéties.
Elle entendit du bruit derrière elle. Elle pivota sur son tabouret. Le sénateur était là, il regardait d'un ?il luisant les films holographiques, ce procédé d'enregistrement permet de restituer ultérieurement une image en trois dimensions, « l'écran d projection » mesurait 2 m sur 2 m, on aurait dit que c'était vraiment des personnages réels en plus le son était parfait. Les yeux de Jayline se portèrent sur le sexe noir qui commençait une lente ascension. Elle avait les jambes croisées. Elle les décroisa et les écarta imperceptiblement.« Écarte-les en plein ordonna-t-il ! D'une voix altérée »

Il avait vu qu'elle état nue dessous. Se souvenant des conseils de son état major elle obéit.

« Ouvre ta chatte avec tes doigts...
- Comme ça Monsieur ?
- Oui, c'est bien... Écarte encore un peu tes lèvres, décapuchonne ton clitoris, ouiiii... regarde, tu me fait bander... Maintenant approche... »

Sur ses hauts talons, elle s'avança vers lui d'une démarche chaloupée, le regardant avec des yeux de velours, la bouche entrouverte, la pointe de sa langue frottant sa lèvre supérieure. Arrivée devant lui, elle saisit à deux mains la colossale bite noire et avec la paume de sa main frotta doucement le gland aplati. Le géant eut un grognement de satisfaction. Tandis que deux mains la saisissaient aux hanches, une autre passa sous ce qui lui servait de bustier et saisit un sein, avec la dernière, il tira d'un coup sec sur le mince vêtement qui se déchira, il le laissa tomber sur le plancher du vaisseau. Jayline mit la bitte turgescente entre ses seins, elle les serra sur le cylindre et la fit naviguer dans le chaud sillon. Il se recula un peu et c'est lui qui fit les mouvements de va-et-vient, il avait l'air d'apprécier. Cela ne laissait pas non plus insensible les attributs mammaire de la jeune astronaute, ses globes devenaient de plus en plus fermes, ses tétons étaient deux petits cônes bruns de trois centimètres de long. Au bout d'un moment une de ses mains saisit ensemble les deux poignets de la jeune fille et les leva au-dessus des tête, cela lui fit cambrer sa poitrine et donner en offrande ses mamelons à la bouche avide qui les aspira à tour de rôle, tirant des gémissements de plaisir à jayline, de la bave gluante coulait de la pointe de ses seins sur son ventre.
Il passa un doigt sous l'élastique qui tenait le mini pagne de tissu et le fit craquer, elle était complètement nue, n'ayant plus que ses talons hauts pour l'habiller... Il la fit tourner le dos contre ses pectoraux, deux de ses bras saisirent les poignets de la jeune fille, les deux autres attrapèrent les jambes fines au bas des cuisses et les écartèrent, il mit Jayline à cheval sur sa bite tendu et la lui frotta dans le sillon de sa chatte. Le foutre de la jeune Terrienne coulait sur l?énorme rouleau noir, son vagin ne demandait qu'a être défoncée par son énorme gland. Il l'amena à l'entrée de l'orifice vaginal, remonta ses mains sur les cuisses blanches, il lui bloqua les bras dans le dos, lui fit replier les jambes sur ses cuisses musclées. Il commença à pousser pour faire entrer la bout de son phallus en forme de parapluie, les bords se replièrent, et les 8 centimètres de diamètre glissèrent dans la chatte trempée, il enfila sa queue jusqu' a son bourrelet, Jayline avait la bouche ouverte sur un cri muet... Il le ressortit lentement, l'ombrelle du gland se déplia à l'intérieur des parois vaginales de Jayline, elle n'avait jamais connu une telle sensation, elle hurla d'extase. Il recommença, il enfonçait d'un coup sec et se retirait lentement. Au bout d'une vingtaine de fois, il laissa pendre les jambes de la jeune fille la saisit sous les cuisses en ayant prit soin de laisser sa bite bien au fond du vagin accueillant, il les lui écarta en grand, poussa plus fort. Elle cria passa son bras autour du cou du sénateur, le bourrelet de chair venait de franchir l'entrée de son vagin, et la bite s'enfonçait plus profondément. Une de ses mains libres malaxait les seins aux pointes érigées.
Elle était écartelée, il lui leva les jambes à la verticale, il la laissait retomber de tout son poids sur sa barre d'acier ou elle s'empalait avec un cri aigu. La monstrueuse perche noire entrait presque entièrement dans les entrailles de la jeune Terrienne qui gémissait de bonheur sans discontinuer. Ses muscles s'embrassaient, ses jambes tremblaient, et son sexe se refermait sur la colonne noire qui la pourfendait. Vague, après vague, le plaisir déferla sur elle, des frissons incontrôlables parcoururent sa colonne vertébrale. Ses hanches se convulsèrent, son bassin se levait et retombait, Ask Aak ne ralentit pas son rythme, poursuivant la pénétration répétée de la chatte béante, il continua en ravager les profondeurs, il accentuait la puissance de ses poussées à chaque pénétration. D'un seul coup, il lui tira les deux bras vers l'arrière, la faisant se cambrer, un coup de reins plus violent que les autres, la bite glissa au fonds du vagin, et avec un grand cri, il projeta sa semence tiède. Le vagin de Jayline ne put pas tout contenir, du sperme brun gicla en dehors. Il la laissa tomber sur le sol, elle se mit sur le dos, l'intensité de son orgasme la faisait encore trembler, une dernière éjaculation de liquide brunâtre se répandit sur son corps.
Ne laissant pas de répit à la jeune fille, le sénateur se mit à genoux, ses bras supérieurs saisirent les cuisses de Jayline et les soulevèrent. Il posa sa bite qui n'avait pas désenflée sur la fente gluante et se mit à en frotter la longueur, ses deux autres mains attrapèrent les mollets, il enfila son phallus dans l'orifice béant, qui avait encore des spasmes, et tira le corps alangui vers lui.Les jambes de Jayline faisaient le grand écart, ce qui lui permettait d'enfoncer sa bite jusqu'à la garde en poussant des grognements puissants, la jeune fille baignait dans une euphorie proche de l'évanouissement. Il lui fit poser les épaules sur le sol maintenant l?écartèlement et continua à la marteler avec force. Toujours en elle, il la retourna la fit mettre à genoux, une de ses mains la soutenait sous le ventre et il la pilonnait encore et encore...Il lui saisit la jambe droite, la leva et l'écarta, elle se retrouva la tête sur le sol, la poitrine écrasée sur le plancher, elle vit les contractions des énormes bourses, un rugissement énorme accompagna son éjaculation, il sembla à Jayline que la quantité de sperme qu'il lui injectait était supérieure à la première fois. Elle laissa encore une fois le plaisir l'envahir, une sensation exquise précéda son second orgasme. Une douce chaleur se répandit dans son ventre, grimpa dans son corps, elle commença à trembler, elle avait le souffle coupé, des pulsations de plaisir lui parcouraient la colonne vertébrale. Elle cria, impuissante de faire autre chose. Le sénateur s'était retiré, mais du liquide séminal sortait toujours de son méat et coulait sur le dos de Jayline.

« Eh bien jeune fille, ce n'était vraiment pas mal... Je complimenterai votre Général, vous savez vraiment vous occuper de vos hôtes.... Mais il pourra s'en rendre compte en visualisant le film de contrôle... à ce sujet pouvez-vous m'en faire une copie... ».

Le voyage se poursuivit sans heurt jusqu'à Abra.

A suivre...