Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Josy, la concierge putain
(9.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Josy, la concierge putain
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Cartouche.
Auteur homme.


Cette histoire de sexe a été affichée 13965 fois depuis sa publication.

sexe récit : Josy, la concierge putain Publié sur HDS le 04-09-2017
Catégorie : Pour la première fois
Histoire Réf : 27301-c2182

Titre : Josy, la concierge putain
 

Josy, la concierge putain

L'histoire, que je vais vous raconter, s'est passé lorsque je venais d'avoir 19 ans. A l'époque, j'étais encore puceau et je ne pensai qu'aux femmes.
Quand je dis "Femmes", je parle de femmes matures : Cougar ou MILF ! A cet âge, on est plus intéressé par ce genre de femmes qu'aux gamines. Elles sont le fantasme ultime. Elles alimentent nos rêves érotiques et nos branlettes nocturnes !

J'habitai avec mes parents dans une belle résidence dans une ville d’Essonne. Le bâtiment était surtout peuplé de personnes âgées, bien chiante à vivre !
Heureusement, il y avait MA Josy, la gardienne de l'immeuble, et ancienne batelière. Josy avait la cinquantaine passée, un physique particulier ; petite avec des seins et un cul énormes !!
Elle était le fantasme de mes nuits. Qu'est-ce que j'ai pu me branler en la matant depuis la fenêtre de mon appartement !
Vous l'avez compris, j'adore les gros seins et avec Josy, j'étais servi. Des mamelles comme je n'avais jamais vu ! Quand elle marchait dans la résidence, ses nichons se balançaient dans tous les sens.

Elle m'aimait bien, et j'aimai beaucoup discuter avec elle, bien sûr je ne l'écoutai pas. Je la dévisageai de haut en bas. Quel plaisir !

Un soir, en rentrant de cours, j'entendis des gémissements provenant de la cave de la résidence. Je descendis et quelle fut ma surprise ! Josy était nue, accroupie à 4 pattes en train de se faire enculer par un de mes voisins. Le vieux la pilonnait très brutalement
Ça a duré un long moment, jusqu'à qu’elle me voit et se retourne pour le finir avec une pipe magistrale. Le vieux lui éjacula sur le visage et lui jeta de l'argent au visage en la traitant de putain.
Choqué, je partis en courant, laissant Josy dans cette marre de sperme !

Depuis mes relations avec Josy ne furent plus les mêmes. Je fis tout pour l'éviter. En me baladant le soir dans les sous-sols, je me rendis vite compte que Josy était la putain de la résidence. Cette activité nocturne semblait être une vraie passion pour Josy et lui permettait d'arrondir ses fins de mois.


Un matin, en partant à l'école, elle réussit à m'intercepter :
- S'il te plait, petit chéri, Il ne faut pas que tu parles à tes parents de ce que tu as vu l'autre soir, sinon j'aurai de graves ennuis.
Je lui répondis brutalement :
- Pas de problème, t’es qu’une pute, tu baises avec qui tu veux.
Josy se mit à pleurer et partit en courant !
Je m'en suis voulu toute la journée !

Je suis rentré tard le soir, je n'étais pas pressé mes parents n'étaient pas là !
En arrivant, je descendis la poubelle au sous-sol.
Josy m'attendait. Elle était vêtue d'une nuisette transparente et ne portait rien en dessous. Ma bite de dressa direct !
Elle me dit :
- Petit chéri, je veux me faire pardonner. Laisse-moi faire ton éducation ! Donne-moi du plaisir ! Pour toi c'est gratuit !
Je sentais mon sexe se dresser. Une douce chaleur envahissait mon pénis !

On entra dans le local poubelle. Elle fit glisser sa nuisette le long de son corps ... Josy était nue devant moi ! Mon rêve se réalisait.
Ses seins, lourds et tombants (taille 90F), étaient recouverts de magnifiques et imposants mamelons.
Son cul, massif et bien rebondi, avait la raie naturellement écartée ; parfait pour les sodomies, surtout avec une femme imposante !
Sa grosse chatte, rasée de prêt, laissait ressortir un imposant clitoris et des lèvres très charnues !

J'étais également rapidement nu ! Ma bite fièrement dressée, je commençai à me branler. Elle m'arrêta rapidement et s'accroupit en face de moi et goba ma bite d'un coup
Je sentais à l'intérieur de sa bouche, sa langue me laper le gland ! J'avais énormément de mal à me retenir. Etonnement, cela tenait plus du supplice que du plaisir !
Elle le sentit et me fit éjaculer par terre !!
Elle me dit : - Maintenant que le petit lait est sorti, on va pouvoir s'amuser !

Josy nettoya alors mon gland plein de sperme, avec sa langue ; et se remit à me branler et me sucer ! Et là, j'ai éprouvé une profonde jouissance !
C'était sûr, Josy était une professionnelle ...
Dès que ma bite fut de nouveau bien bandée, elle me montra son cul à 4 pattes et m'ordonna de lui lécher la chatte et le trou de cul. Je n’hésitai pas longtemps, et m'engouffra dedans.
Rapidement Josy se mit à gémir et à mouiller abondamment.
Elle me cria : - Fout moi un doigt dans le fion.
J'introduis donc dans un premier temps le majeur puis mon pouce ! Josy convulsait de plaisir.

Elle s'assit alors sur une poubelle et me demanda de la pénétrer !
Mon sexe tendu rentra alors aisément dans son vagin. Je lui donnai des grands coups de reins ! Josy jouissait de plus belle ! J'en profitai pour lui cracher sur la chatte en faisant entrer et sortir ma bite lentement de son vagin.
J’en profitais pour lui lécher ses gros seins ! Ses mamelons étaient énormes ! Cela m’excitait de plus belle et je ne cessai de la bourrer. Cela dura bien 5 minutes.

Je sorti ma bite de son vagin, elle s’accroupit et me fit une pipe magistrale.
Je lui dis :
- Tu es vraiment doué.
Elle me répondit :
- N’oublies pas que je suis une professionnelle, tu peux faire de moi ce que tu veux !

Ses paroles raisonnaient en moi comme un appel à une débauche totale.
Je pris alors sa tête entre mes mains et je lui engouffrai ma queue entière dans sa bouche, jusqu’au fond de sa gorge. Très vite, Josy suffoqua, mais j’insistai encore !
Je sortis alors ma bite de sa bouche mais l’enfonça de nouveau et encore plus violement !
Je continuai ce petit jeu jusqu’à ce qu’elle me repousse violement.

Josy s’appuya sur les poubelles et m’offrait son cul. Je pénétrai son vagin. Je la pilonnai brutalement et sauvagement. Josy criait et en redemandait ! Mes cuisses claquaient contre son cul bien gras.

Je lui dis : « Josy, je vais jouir en toi »
Elle me répondit : « NON, attends »
Je sortis mon sexe de sa chatte.

On se rhabilla rapidement, et elle m’emmena sur les toits de l’immeuble.
C’était magique. On avait une vue direct sur la Tour Eiffel qui scintillait.

Josy me fit alors une déclaration :
- Mon petit Chéri, je veux que tu m’encules sauvagement devant la « Grande Dame ».
Je lui répondis.
- Je vais te défoncer ta boite à caca !!!

Josy était à 4 pattes. J’engageai ma bite dans son anus, tel un sabre dans son fourreau.
Je fis alors des va et vient de plus en plus rapide.
Josy prenait son pied et gémissait comme un animal.
Elle commençait à saigner du rectum. C’est à ce moment que j’éjaculai en elle dans un râle commun.

Mon sperme coulait de son anus, le long de ses cuisses.

Je l’attrapai par les cheveux et lui roulait une pelle en lui gobant la langue !

Je lui dis :
- Merci Josy pour ce magnifique moment, je ne pourrai jamais l’oublier
Elle me répondit :
- Merci à toi mon jeune amant. Quel pied ! On remet ça quand tu veux !

Effectivement, on se retrouvait régulièrement pour des parties de baise, bien hard, chez elle.

Josy me fit découvrir des choses insensées ; du sexe soft au sexe bien sale !!!