Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
Une simple soirée
(8.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
Une simple soirée
(8.0 /10 )

Récit érotique écrit par Katagena.
Auteur femme.


Cette histoire de sexe a été affichée 4467 fois depuis sa publication.

sexe récit : Une simple soirée Publié sur HDS le 02-09-2017
Catégorie : En solitaire
Histoire Réf : 27283-k588

Titre : Une simple soirée
 

Une simple soirée

C’est une soirée pour moi, calme. Je ne dois penser qu’à une chose : me faire du bien.
Je m’installe confortablement devant la télé et boit une bière. Mon corps est déjà à l’affût de ce que je vais pouvoir vivre, ressentir.
Je sors un moment sur le balcon. Je fume une cigarette en regardant le monde plongé dans la nuit. J’aime cette sensation de la fumée que j’inspire et que j’expire, cette détente que cela me procure.
Je rentre et me dirige vers la salle de bains. Je me déshabille lentement, sentant le tissu qui glisse caresser mon corps qui a hâte de plus de sensations.
Je laisse l’eau chaude couler sur ma peau. Mes doigts savonneux s’aventurent sur chaque parcelle de mon corps en des caresses parfumées.
Je m’essuie rapidement et m’installe sur le lit. Je commence à me caresser : tout d’abord mes seins, déjà bien réceptifs sous mes doigts, puis je descends vers mon ventre. Mes mains se dirigent ensuite vers mon entrejambe. Alors qu’une main caresse ma cuisse, l’autre frotte lentement mon clitoris avant de glisser un doigt en mon antre déjà humide. Après quelques minutes à savourer cette étreinte solitaire, je prends un de ces jouets vibrants avec lesquels j’aime me donner du plaisir. Il s’agit d’un jouet qui permet de me stimuler à tous les niveaux. Une partie se loge sur mon clitoris, une autre entre en moi tandis que la dernière stimule agréablement mon anus. Je le mets en route et ferme les yeux, me concentrant sur les sensations qu’il me procure. Je sens mon bassin onduler pour le guider.
J’ai atteint ce moment où je n’ai plus envie que ça s’arrête. Je me fais pourtant violence et le retire. Je le glisse alors dans ma bouche et me filme, pour toi. Je le fais aller et venir, le lèche…
Puis je le remets en marche et le promène sur mon corps. Je le laisse descendre lentement pour arriver sur mon clitoris, que je sens frémir à ce contact. Je le frotte délicatement, je gémis. Je me mords la lèvre pour ne pas faire plus de bruit. Je sens alors une décharge m’envahir. Je serre les cuisses tout en roulant sur le côté, envahie par cette sensation de plaisir extrême.
Je me blottis ainsi sous la couette pour garder cette sensation le plus longtemps possible.