Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 2 votes ):
COLLECTION LESBIENNES. Ma nouvelle belle-mère (1/1)
(9.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
COLLECTION LESBIENNES. Ma nouvelle belle-mère (1/1)
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par CHRIS71.
Auteur homme.
chr.r.rsfrfr

Cette histoire de sexe a été affichée 5192 fois depuis sa publication.

sexe récit : COLLECTION LESBIENNES. Ma nouvelle belle-mère (1/1) Publié sur HDS le 07-10-2017
Catégorie : Entre-nous, les femmes
Histoire Réf : 27456-c2214

Titre : COLLECTION LESBIENNES. Ma nouvelle belle-mère (1/1)
 

COLLECTION LESBIENNES. Ma nouvelle belle-mère (1/1)

• Caroline, pourquoi m’en veux-tu, pourquoi refuses-tu que je sois heureuse avec ton père, tu sais, c’est un homme prévenant, c’est ça qui m’a plus en lui.

C’est vrai, je suis Caroline, vingt ans, étudiante en droit afin de pouvoir reprendre le cabinet d’avocats de papa, quand il décidera de prendre sa retraite.
Papa est un homme ayant une grande prestance malgré ses cinquante-huit ans.
Il m’a eu avec Odile, ma maman sur le tard, j’ai cru comprendre qu’il avait fait sa vie avant d’épouser ma mère, déjà plus jeune que lui.
Il y a quelques mois, le couple s’est déchiré et un divorce s'est ensuivi, elle a refait sa vie, je ne l’ai pas revue depuis, car elle a quitté la France pour la Martinique, son nouveau copain étant originaire de là-bas, ils tiennent une boutique de fringue à Fort de France.
Il y a quelques mois, mon père a recommencé à sortir, jusqu’au jour où je l’ai vu en compagnie de Florence qui devait devenir ma belle-mère.
Je l’ai su quand elle a emménagé avec lui et que j’ai vue que chacun portait le même modèle d’alliance, papa ayant enlevé la sienne à la tromperie de ma mère avec son Martiniquais black.
J’entends le couple s’envoyer en l’air dans leur chambre, je mets des protections d’oreilles, mais ce n’est pas une vie.
En plus de prendre la place de maman, Florence doit avoir comme dessein de prendre ma place dans le cabinet de papa, elle est aussi avocate et travaillait à l’étude quand ils sont devenus amants.
Alors, on peut comprendre ma réserve, quand elle me pose la question sur mon ressentiment, est-elle sincère surtout que papa souffre d’insuffisance cardiaque.

• Vous seriez à ma place, comment prendriez-vous les choses, vous voyez débarquer dans votre vie, une jeune femme très jolie ayant déjà la bague au doit alors qu’elle a vingt ans de moins que son père malade ?
• Tu as raison, essayons de nous connaître, tu verras que tu es loin de savoir comment a été ma vie et les motifs qui m’ont amené à accepter sa proposition de mariage.
Pour commencer, je te propose de nous tutoyer, je le fais déjà.
• Je crois qu’il va me falloir plus de temps pour devenir votre amie, or je ne tutoie que mes amis.

Je quitte la maison pour aller à la fac de Vincennes où j’étudie, c’est facile, la maison et l’étude sont dans cette ville sur les abords du bois, de ma chambre, je vois les arbres centenaires.

Pendant plusieurs jours, notre conversation sur notre amitié en reste là, jusqu’au jour où entrent de bonne heure, je la trouve lisant dans le salon alors qu’elle devrait être au travail.

• Tu rentres Caroline, j’ai quitté ton père, car je le suis senti faible, ça va mieux, je vais y retourner.
• Reste, tu ne me gênes pas, pardon, vous ne me gênez pas.

Mince, je l’ai tutoyé, elle va croire que j’accepte sa proposition sur le tutoiement.

• Merci d’accepter que l’on se tutoie, dit moi tu as un petit ami.

Je voudrais la détromper, mais s la question qu’elle me pose me met mal à l’aise, pourquoi lui faire des confidences sur ma virginité à vingt ans.

• Je te vois gêné, je comprends, tu es vierge, tu as de la chance, de mon côté si c’était à refaire.

Elle regarde loin derrière moi, comme si son passé venait de la rattraper.

• Tu sais Caroline, si c’est le cas, excuse de t’avoir mis mal à l’aise, assieds-toi à mes côtés, je vais te dire comment a commencé ma vie, contrairement à ce que tu peux penser, je suis très pudique.
C’est pour te montrer la femme que je suis réellement que j’accepte de me confier à toi.
J’avais seize ans quand j’ai rencontré Yann qui venait au salon de coiffure où je travaillais après avoir obtenu mon diplôme dans ce métier.
Je sais, je travaillais avec ton père quand je l’ai rencontré avant qu’il ne m’épousât, tu verras plus tard quand j’ai décidé de faire prendre un virage à ma vie.
Rapidement nous sommes devenues amants, il m’a épousé avec une dérogation maternelle, je n’ai jamais connu mon père, dès ma nuit de noces, il est arrivé bourré et j’ai reçu la première volée de ma vie, ma mère avait la main leste, mais là, il a récidivé et j’ai fini par aller à la police qui m’a protégé.
J’étais dans un foyer et la directrice, qui m’avait à la bonne, m’a fait reprendre mes études.
• Ne me dit pas que tu as couché avec cette femme.
• Non, justement, je sentais que l’envie de me prendre dans ses bras la tenaillait, ce qu’elle a fini par faire un jour où me faisant réviser mon cours de droit, elle est tombée en sanglots et m’a serré sur sa poitrine.
• Tu vois, j’ai deviné, c’était une gouine !
• Non, une mère ayant perdu sa fille, pour elle j’ai compris que je lui ressemblais.
• Elle avait quarante ans !
• Non, pourquoi ?
• Tu avais seize ans, le jour de ton mariage, tu devais avoir quelques mois de plus, sa fille devait avoir cet âge quand elle est morte.
• Sa fille avait huit ans, mais elle la reconnaissait en moi et grâce à elle, j’ai été reçu en fac de droit où j’ai obtenu mon diplôme, mais je vais trop vite.
J’avais quitté le foyer et j’ai rencontré Antoine, je l’ai aimé, coup de chance la veille de nos noces, je l’ai trouvé dans notre chambre sodomisant notre voisin.
Ils étaient homos et avaient décidé d’avoir un enfant se servant de moi comme mère porteuse, notre enfant né, Antoine devait disparaître à l’étranger avec son amant.
• Sur, manque de chance, j’espère que c’est après ça que tu as rencontré papa.
• Non, j’ai rencontré Lino, le bel Italien, il me baisait comme aucun autre homme ne me baisait.
• Il était homo aussi !
• Non, c’était un truand, Mac et pilleur de banques, il est tombé sous les balles de la police alors qu’il m’avait proposé d’aller habiter à Vérone, sa famille avait un bordel.
• Tu la connus comment.
• En prison, je faisais des stages chez des avocats avant mon diplôme et son avocat m’avaient emmené, son regard dans le mien et je te jure, lorsqu’il est sorti, c’est moi qui étais devant la porte de sa centrale.
Il ne serait pas mort, tu ne m’aurais pas connue, ni ton père et je ferais la pute dans son bordel.
Ouf, voilà, je suis rentré dans le cabinet de ton papa et je me retrouve là à te raconter ma triste vie.

Elle tombe en pleurs, c’est moi qui réduis la distance, la prenant dans mes bras sa tête sir mon épaule.

• Ne pleure pas, Florence, merci de tes confidences, tu me montres une marque de respect qui me va doit au cœur.

Elle redouble de pleures.

• Je t’ai menti dans mon récit, alors que je m’étais promis de tous te dire, j’ai rencontré Ludo avant de rencontrer ton père, il est bien mort en braquant une banque, mais à Rome.
Cela faisait presque un an que je l’avais suivi en Italie et j’ai fait volontairement la pute pour lui, tu as raison, ton père n’est pas informé de l’étape de ma vie, je suis donc une salope.
Va lui dire et tu seras débarrassée de moi, ce secret me pesait et je suis fière de te l’avoir dit.

Ses larmes redoublent, elle relève la tête et je suis à deux doigts de l’embrasser, un baiser d’amante pas de camarades, j’ai un élan pour cette jeune femme, ma belle-mère qui me fait confiance.

C’est de façon plus sereine que la vie reprend entre nous trois, chaque fois que je rentre, elle me prend dans ses bras et je sens ses seins sur mes seins qui sont très beaux.

• Caroline, j’aimerais te coiffer, ta tête m’inspire, j’aime mon métier d’avocat, mais j’aime faire plaisir à mes amies.

Je me retrouve dans la pièce qu’elle s’est aménagée et où elle coupe les cheveux de papa qui est son premier client.
Ces mains virevoltant sur ma tête, changeant mon look, faisant de moi une femme presque fatale.
Elle m’emmène dans sa chambre et souhaite une touche finale en me faisant essayer des vêtements plus sexy, ses vêtements et c’est pour la remercier de faire de moi une vraie femme que je me retrouve dans ses bras, nos bouches jointent.
J’avais mis mes affaires, c’est dans ma chambre que je l’entraîne rouler sur mon lit, sa main me caresse les seins et je ressens la douceur sur son contact.
Quand ses doigts entrent dans mon vagin vierge, je n’ai aucune appréhension, même quand j’ai une petite douleur au moment où elle éclate mon hymen.
Êtres, dépucelé par sa belle-mère à vingt ans, peu de filles ne doivent pas réaliser cette prouesse, je le fais.
Elle me montre tellement de faciliter à me faire faire des pratiques qui font partie du monde des femmes que j’ai des doutes sur ce qu’elle m’a dit concernant ses rapports avec la directrice du foyer où elle avait été placée.
Je prends conscience que si je suis vierge à mon âge, c’est que les sexes des hommes me laissent indifférent et que le sexe de Florence est celui que j’attendais.

Je sais, il y a papa, je refuse qu’elle envisage de le quitter, d’ailleurs elle se garde bien de lui en parler, son cœur s’il apprenait risquant de flancher, jusqu’au jour où pendant que je suis dans ses bras, elle m’annonce que je vais avoir un petit frère.
Je pourrais prendre ombrage, mais je n’ai pas le temps de cogiter, quant au repas du soir, elle l’annonce à papa en ayant préparé un tête-à-tête et que je suis dans ma chambre pour les laisser à leur bonheur, j’entends un grand cri.
Le cœur de papa a flanché.

Les mois passent, Dorian vient au monde entouré de ses deux mamans, j’aime boire le sein après mon frère, sans pour autant lui enlever le pain de la bouche.
Nous avons été sages, mais nous avons repris nos jeux, maintenant nous nous fistons toutes les deux, quand bébé dort bien sûr.
Nous parlons mariage, au grand dam de certaines vieilles rombières qui trouvent inadmissible que la femme de mon père m’épouse, malgré notre lien de parenté.
Nous assumons, voulant que je connaisse la joie de la maternité, c’est moi qui vais aller en Belgique me faire féconder.
Pour le cabinet, elle le gère de mains de maître en attendant que je puisse la rejoindre, associée à 50/50.
C’est beau l’amour.