Auteur de récits érotiques Note attribuée à cette histoire par les lecteurs ( 1 votes ):
COLLECTION CANDAULISME. Pile ou Face (1/1)
(10.0 /10 )

Note attribuée à cette histoire par HDS :
COLLECTION CANDAULISME. Pile ou Face (1/1)
(9.0 /10 )

Récit érotique écrit par CHRIS71.
Auteur homme.
chr.r.rsfrfr

Cette histoire de sexe a été affichée 4001 fois depuis sa publication.

sexe récit : COLLECTION CANDAULISME. Pile ou Face (1/1) Publié sur HDS le 13-10-2017
Catégorie : Dans la zone rouge
Histoire Réf : 27481-c2219

Titre : COLLECTION CANDAULISME. Pile ou Face (1/1)
 

COLLECTION CANDAULISME. Pile ou Face (1/1)

Ce soir, je suis à la veille d’épouser Cathy, j’ai décidé que nous passerions notre soirée avec mes deux témoins, Christophe et Adrien.
Nous sommes trois potes depuis l’école maternel, j’ai perdu un pari et c’est pour cela que j’ai demandé à ma future de préparer un repas pour nous quatre.
Elle a été un peu étonnée ayant voulu rester seule avec moi, mais quand on paire, on doit assumer.
Il y a 22 ans que nous assumons nos paris perdus les uns ou les autres.
Ce pari n’a aucune importance, mais il faut que j’impose à Cathy mon manque de jugement.
Le repas se passe bien avant d’aller sur le canapé du salon pour prendre le café.

• Viens sur mes genoux, tu vas me faire bander.
• Devant Christophe et Adrien, tu es devenu fou mon amour.
• Non, ce seront mes témoins demain, ils ont bien le droit à une petite compensation.
• Que veux-tu dire ?
• Tu fais très bien les strip-teases, veux-tu nous en faire un.
• C’est pire, tu me demandes de m’exhiber nues devant eus.
• Demain, nous allons nous jurer fidélité, aujourd’hui on peut encore être fous.
• Je sais que nous avons un peu trop bu pendant le repas, mais de là à faire ce que tu désirs, il y a un long chemin que j’aurais du mal à franchir.
• Pourtant, tu as bien mis l’ensemble de tes sous-vêtements rouges qui te vont si bien.
• Oui, mais seulement pour toi.
• On joue à pile ou face, es-tu d’accord ?
• Je veux bien.
• Pile, je gagne face, tu perds qu’est-ce que tu choisis ?
• Face.

Je sors une pièce de ma poche que je lui montre.

• Face, tu perds, j’ai gagné, je mets la musique.

C’est par ce subterfuge connu d’un enfant de 8 ans que j’arrive à ce que Cathy commence à se trémousser devant nous.

• Bien, regardez les copains la belle femme que je vais épouser.
• Tu as de la chance, regarde, Christophe, elle me fait bander.
• Arrêtez, vous me déconcentrez, profitez du spectacle, c’est bien parce que j’ai perdu.

Cathy saisit une chaise de la salle à manger et s’assoit, sa robe s’écarte montrant sa petite culotte rouge et ses bas noirs retenus par des jarretelles de la même couleur que la culotte.

• Regardez les copains, on voit sa chatte à travers la fine pellicule de tissus, vous bandez, moi je bande.
• T’as bien fait de perdre ton pari mec, elle est bandante.

Semblant ne pas nous entendre, elle referme violemment ses cuisses, nous cachant son fruit qui sera définitivement à moi demain.
Elle se relève et comme la grande Marlène contourne la chaise et place son pied dessus, sa fente nous apparaissant de nouveau.
Une par une, elle dégraffe ses jarretelles, fait rouler son premier bas, au moment de l’ôter, elle lui fait prendre le chemin inverse et le rattache méthodiquement.
Elle change de jambe, mais là, quand le bas est dans ses mains, elle le balance sur la figure de Christophe.
Elle recommence sur le deuxième, c’est Adrien qui le reçoit, je connais en temps normal, c’est moi qui les reçois sur mon museau.
La robe s’ouvre de nouveau, mais là jusqu’en haut, Cathy nous apparaît en string et guêpières rouge bien sûr pour les deux pièces.
Les copains comme moi, nous bandons comme des malades, je vois même Christophe passer sa main dans sa ceinture et se masturber.

• Cathy regarde Christophe, il a un problème, peux-tu le soulager avec ta bouche ?
• Tu es fou Luc, mais tu me connais, je mouille à m’exhiber devant vous, tu m’auras tout fait faire avant notre mariage.

Ma future s’avance et s’agenouille devant mon copain, semblant étonné que j’ai réussi mon pari, certes, j’en avais perdu un ce qui m’a obligé à la faire faire un strip devant nous, mais quand elle prend sa queue en main pour la porter à sa bouche, c’est moi qui gagne.
J’ignorais qu’elle avait autant de dextérité, elle suce tout en ouvrant la braguette d’Adrien qu’elle se met à masturber, sa bouche finie par passer de l’un à l’autre.
Étrangement ma réaction est tout autre que ce que je pensais, la voire sucer d’autres que moi devraient me donner envie de passer derrière ses fesses et de la pointer, là où ma queue voudra bien trouver son chemin.
Nous ne sommes pas bégueules, chatte ou sodomie, dans notre couple tout est bon pour que nous atteignions un plaisir maximum, je la vois faire et j’ai simplement envie de me masturber pour ne pas en perdre une miette.
Elle finit en apothéose, avalant tour à tour leur sperme, chose qu’elle fait régulièrement avec moi, ils giclent et moi aussi dans mon slip, les copains me salut et Cathy par dans notre chambre.

• Oui, Luc, je te jure fidélité et amour jusqu’à ce que la mort nous sépare.

C’est fait, elle a dit oui, nous sommes mariés quand j’en fais de même, le repas et la soirée jusqu’au gâteau se passent à merveille jusqu’au moment où j’ouvre le bal, rien que de bien normal jusqu’au moment où nous nous éclipsons.
Au volant de ma voiture, Christophe n’ayant pas bu accompagné par Adrien nous reconduit chez nous.

• Voulez-vous monter boire un dernier verre ?
• Ce n’est pas de refus.
• Les copains, vous êtes gentils, hier j’ai respecté mon pari perdu, ce soir c’est ma nuit avec Cathy.
• Luc, laisse-les monter, nous avons une surprise pour toi.

J’adore les surprises alors nous nous retrouvons dans le salon où hier ils se sont fait pomper, Cathy va chercher une bouteille de champagne et 4 coupes.

• Sers-nous Adrien, Christophe, as-tu acheté ce que je t’ai demandé au téléphone hier ?
• Oui, les voilà.

Je vois sortir mon témoin une paire de menottes que Cathy prend en main.

• Viens ici Luc, approche-toi.

Elle est à côté du radiateur, elle prend mon bras fixe une menotte et prestement ferme l’autre sur le radiateur m’emprisonnant.

• Luc, voici la pièce que tu t’es servis hier, je l’avais récupéré sur la table où tu l’avais posé hier.
Pile, je gagne, face, tu perds, pile jusqu’à la fin de nos jours d’autres hommes que toi me baiseront, face, tu n’auras plus jamais mon cul.
• Salope.
• Tu t’en rends compte maintenant, trop tard, hier j’ai bien vu que tu jouissais à me regarder sucer tes témoins, alors pile ou face.
• Face.
• Mon cul, c’est fini, tient, je te donne une nouvelle chance, pile ou face.
• Salope.
• Tu l’as déjà dit, pile ou face.
• Pile.
• Les gars, je suis à vous, faîtes moi vivre ma nuit de noces, mon époux va se régaler à me voir me faire sauter.

Pendant plus de quatre-heures, elle se fait mettre par mes témoins, rien ne m’est épargné des turlutes qu’elle leur fait, jusqu’à la sodomie sur le tapis pratiqué sur ma femme par Christophe me remplissant de plaisir.
Levrette et double pénétration font mon bonheur, chaque fois je gicle dans mon caleçon, d’une seule main il a été impossible d’ouvrir la fermeture de ma braguette.

Quand elle semble être repue, elle trouve toujours un nouveau jeu pour les remettre en forme jusqu’au lever du jour où ils partent.
Elle me détache et nous partons dans notre chambre.

• Salope.
• Et ce n’est pas fini.

Pour ne pas être fini, elle avait raison, ça fait cinq ans que je l’ai épousé, elle a tenu sa promesse, elle m’est fidèle n’ayant jamais baisé hors de ma présence, régulièrement quand elle me présente les menottes, je sais que ce soir, j’aurais droit à mon plaisir de la voir se faire sauter.
Elle a deux méthodes, soit elle part en ville revenant généralement avec un seul homme et se fait pilonner tant que le sexe du gars refuse de lui fournir du carburant, soit c’est sur Internet qu’elle racole.
Ce soir ils sont cinq à profiter d’elle, parmi eux il y a un noir qui la bourre comme jamais tellement, elle hurle son plaisir me faisant éjaculer, moi aussi, comme jamais.

Neuf mois plus tard, je suis père pour la troisième fois, mais pour la première fois, je sais quel spermatozoïde à féconder son ovule, mon premier fils est chocolat, mes deux filles étant bien blanches.
Cinq ans et cinq enfants que je chéris tous les jours quand elle part à son travail de responsable DRH dans une grosse entreprise, son salaire et les allocs nous faisant vivre.
J’adore deux choses, être un homme au foyer l’entretenant avec amour pour qu’elle trouve une maison douillette quand elle me revient et le moment ou elle me place les menottes après que j’ai emmené nos petits monstres chez mes parents habitant à deux pas.
Ont-ils des doutes sur sa fidélité ?
Je m’en fiche, je suis heureux, un jour ma femme a dit à ma mère qu’elle voulait une famille très nombreuse, cinq c’est bien, mais les menottes viennent de se refermer sur mon bras et mes deux témoins Christophe et Adrien viennent d’arriver.

• Luc, pile ou face que nous allons baiser Cathy, c’est vrai, tu as perdu ton pari d’avance, le jour de ton mariage Cathy a joué avec nous à ton jeu préféré et l’on a gagné des coups de queue chaque fois que nous en aurons envie.
Regarde bien !