... Histoires De Sexe Audio :

Récits érotiques sur téléphone fixe ou mobile : Appelez le 08 95 22 70 67
Plusieurs catégories d'histoires libertines, sadomaso, insolites, lesbiennes etc...


54.9 SUITE de "Un beau mâle brun et très très chaud"


- Par l'auteur HDS -

Auteur de récits érotiques Récit érotique écrit par Fab75du31 [→ Accès à sa fiche auteur].
Auteur homme. - Email : fabien75fabienyahoofr

• 132 récits érotiques publiés.
• Cote moyenne attribuée par les lecteurs : 9.2 • Cote moyenne attribuée par HDS : 9.8
• L'ensemble des récits érotiques de Fab75du31 ont reçu un total de 1 291 785 visites.

sexe récit : 54.9 SUITE de Histoire érotique Publiée sur HDS le 01-02-2018 dans la catégorie Entre-nous, les hommes
Tags: Sodomie   Tendresse   Entre hommes - Gay 
Cette histoire de sexe a été affichée 2441 fois depuis sa publication.


Note attribuée à cette histoire érotique par HDS : 54.9 SUITE de ( 10.0 /10 )
 
 
Couleur du fond :


54.9 SUITE de "Un beau mâle brun et très très chaud"

J’ai tout juste le temps de capter son regard empli d’un sourire et d’une étincelle ô combien lubriques ; déjà ses mains m’attrapent, me saisissent, me retournent ; sans presque m’en rendre compte, je me retrouve allongé sur le lit, sur le ventre, maîtrisé par le poids et la présence musclée du bogoss complètement étalé sur moi, sa queue insistante et pressée cherchant à nouveau à s’enfoncer entre mes fesses. Mon bobrun bande dur à nouveau, sacré jeune étalon.
Je regarde les grands chiffres rouges de mon radio-réveil sur la table de nuit, elles affichent 18 h 02 ; mon bobrun doit le voir comme moi, nous regardons dans la même direction ; ses gestes ont d’ailleurs un je-ne-sais-quoi d’hâtif et d’impératif que, pour le coup, je ne sais pas si je dois l’attribuer à sa fougue ou à l’heure qui presse pour lui.
Quoi qu’il en soit, sacré polisson, mon beau mâle brun ne peut se soustraire à l’envie irrépressible de me défoncer une dernière fois, avant de reprendre son service. Il a envie de moi, il a sans cesse envie de moi. Alors je m’offre à lui, ma bouche, mes mains, mon ti cul : tout mon corps est à lui, offert à sa jouissance.
Le beau mâle brun me prend, s’enfonce en moi, m’envahit ; il me fait sentir à lui, et rien qu’à lui ; sentir le poids de son corps écrasant le mien, la chaleur de sa peau irradiant sur la mienne, la prise de ses mains imposant la domination de sa masse musculaire ; me sentir empalé, dominé, enivré par sa puissance sexuelle : c’est un plaisir insoutenable.
Le bogoss fait glisser ses mains et ses avant-bras sous mes aisselles, entravant mon corps, ne lui laissant d’autre choix que de s’offrir d’accepter, de seconder, de participer à sa jouissance ; par cette prise, nos corps brûlants, nos excitations vibrantes, nos jouissances à venir, ne font plus qu’un.
Ses coups de reins sont puissants, réguliers, sans fioritures, de ceux qui vont tout droit au but, et par le chemin le plus court. Car le bogoss est pressé ; pourtant, il prend quand même le temps d’envoyer ses mains fébriles tenter de se faufiler entre la couette et le haut de mon torse ; une tentative que je facilite en prenant appui sur mes coudes, en relevant mes épaules ; le temps d’un éclair, les bouts de ses doigts atterrissent sur mes tétons, commencent à les pincer doucement, à les caresser, à les exciter ; je pars en orbite ; le radio-réveil vient de passer de 18h07 à 18h08 et l’allure de ses coups de reins passe à la vitesse supérieure ; sa recherche du dernier orgasme est une délicieuse course contre la montre mais le bogoss ne se prive pas pour autant du bonheur que je sais être le sien de mordiller ma peau, mon oreille.
« T’as envie que je te gicle bien profond ce coup-ci ? ».
« Je n’attends que ça… ».
« Je vais te remplir… » fait-il, la voix cassée par la déferlante de son orgasme.
« Fais-toi plaisir, beau mâle, remplis-moi de ton jus… »
Mon ti cul envahi par sa puissance de mec, chauffé par ses va-et-vient ; les tétons enflammés par les caresses chaudes de ses doigts : il suffit que l’une de ses mains glisse sur ma queue ; rien que le contact avec ses doigts suffit à mettre le feu aux poudres d’une nouvelle jouissance, à embraser mon bas ventre.
« Putain… Jérém… tu vas encore m’avoir… » je lâche, la voix soufflée par le plaisir qui me happe déjà, le ventre en feu, la rondelle se contractant autour de sa queue, me renvoyant de nouveaux frissons par ricochet.
« Je viens… » fait le bogoss à son tour.
« Vas-y, remplis-moi… » je lui chuchote, à bout de souffle, pendant que je perds pied, que ma raison s’évapore, que ma vue s’embrouille, que mon cerveau se vrille.
Le précipice de ce nouvel orgasme en si peu de temps parait à mon corps encore plus vertigineux que les précédents ; la force de cette nouvelle jouissance me secoue à un point que j’ai l’impression de m’ouvrir en deux, de faire un malaise, l’impression d’avoir atteint l’orgasme ultime, celui dont mon corps ne se remettra pas, l’impression de partir à tout jamais en jouissant pendant un seul instant. L’orgasme masculin, délicieuse puissance d’un instant divin où le corps et l’esprit se transforment en big bang de jouissance.
Je jouis, envahi par sa queue ; il jouit, enserré par les contractions de ma rondelle ; on se procure l’un l’autre un plaisir délirant ; mon beau mâle brun rugit son plaisir, je pleure le mien ; nos corps communiquent leurs plaisirs au-delà de nos intentions, c’est une osmose parfaite, osmose qui nous permet de ressentir la vibration de la jouissance de l’autre, j’ai presque l’impression de sentir ses giclées inonder mes entrailles, féconder mon corps de sa bogossitude.
J’adore le fait de penser que mon Jérém ait compris que le fait d’amorcer ma jouissance lors de la pénétration est une délicieuse astuce pour décupler la sienne ; qu’il veut me faire jouir pour jouir lui-même comme un malade ; mais qu’il tient quand même à me voir jouir parce qu’il aime ça.
Nos corps épuisés, trempés, abandonnés sur le lit, superposés l’un l’autre ; fous de plaisir, c’est en silence que nous tentons de récupérer nos corps et nos esprits après les tornades qui les ont secoués.
Lorsque mon bobrun amorce le mouvement de se relever et de se déboîter de mon entrejambe, je me retourne aussi prestement que je peux, je l’attrape par les biceps et je l’attire contre moi. Pris par surprise, le bogoss n’est pas en position d’opposer de résistance à mon geste, il n’a d’autre choix que de se laisser faire.
Fou de plaisir, je l’enserre dans mes bras ; là encore, il se laisse faire ; je suis si bien, je le sens si proche, jamais je ne me suis senti si proche de son cœur.
« Tu es vraiment un sacré mec… tu me fais tellement de bien… je suis tellement bien avec toi… Jérém… je t’… ».
« Je dois y aller… » coupe court le bogoss tout en se dégageant de mon étreinte. Le temps presse, les mots aussi. Surtout ceux qui ne sont pas encore dits, mais qui déjà frémissent entre les lèvres de celui qui n’ose pas les prononcer et bourdonnent dans les oreilles de celui qui n’est pas prêt à les entendre.
Je regarde ses pecs saillants, ses abdos sculptés, alors que sa présence virile est toujours bien vive et brûlant entre mes fesses, au plus profond de moi : je n'arrive toujours pas à réaliser que ce petit Dieu vivant vient de jouir une nouvelle fois en moi ; que, depuis des mois, il m’offre chaque jour sa jeunesse, sa virilité, sa bogossitude.
Le bonheur d’avoir, de savoir sa semence dans mon ventre, c’est quelque chose qui dépasse presque mon entendement, comme si c’était un bonheur trop grand pour moi, et que je ne le méritais pas ; pourtant, c’est un bonheur qui me fait sentir vraiment à lui, qui me fait sentir bien : mon corps réagit au sien, à son plaisir, à cette énergie de mâle qu’il injecte en moi, à ce cadeau chaud et parfumé qu’il m’offre à chaque fois. Je voudrais garder en moi à tout jamais ce bonheur, sa jouissance.
Encore fou d’excitation, je me dis que, dans l’alchimie de nos plaisirs, c’est lui, le mâle, qui détient tous les éléments, la puissance, l’énergie qui la rendent possible ; alors que moi je n’ai que mon petit cul et ma bouche à lui offrir, c’est sa puissance sexuelle qui nous embrase, c’est sa semence brûlante qui nous fait jouir tous les deux.
Mais à tête froide, j’arrive quand même à me dire que c’est bien l'envie de moi met le feu à ses sens : en fait, j'ai autant besoin de lui pour jouir, que lui il besoin de moi pour jouir.
En deux temps et trois mouvements, le bogoss a passé son boxer, son short et ses baskets, et il s’apprête à quitter ma chambre avec son t-shirt et sa casquette à la main, certainement avec l’intention de les passer chemin faisant, avant d’arriver à la porte d’entrée.
J’enfile mon boxer et mon t-shirt à la va vite, je le suis dans le couloir, dans l’escalier, dans l’entrée ; le bogoss est pressé, il avance vite, le t-shirt et la casquette toujours à la main.
Dans l’entrée, il se retourne, tente de passer le t-shirt, il fait tomber sa casquette, il la ramasse, il se rend compte que ça entrave ses mouvements ; geste inattendu et trop mignon, profitant de ma proximité, il l’encastre sur ma tête avec un geste un peu brusque, certes, mais tellement adorable, geste accompagné par un sourire ravageur au possible.
Je suis touché, heureux, ému, j’ai envie de l’empêcher de partir, de le serrer dans mes bras, de le couvrir de bisous ; j’ai presque envie de pleurer face à ce petit geste ; sa casquette qui comprime mes cheveux, qui enserre mon front, comme une caresse de mon Jérém qui ne s’avouerait pas.
Je tourne la tête vers le miroir juste à coté, je me trouve beau avec sa casquette ; mais ce que je trouve encore plus beau, beau et déchirant à la fois, c’est le reflet de mon Jérém qui attrape le t-shirt bleu intense par le fond, apprêtant à le passer sur son torse, à dissimuler sa plastique de ouf, se préparant à partir.
Je me retourne vers lui, préférant l’original au reflet, et je suis une nouvelle fois happé par l’envie délirante de bouffer cette plastique parfaite avec ces petits poils bruns naissant qui repoussent, tout mignons ; je mate son torse si intensément que le bogoss en vient même à le remarquer et à me demander :
« Qu’est ce que tu regardes ? ».
« J’adore ces petits poils qui poussent, c’est beau, c’est sexy… » je trouve bien de lui répondre. Rien de plus que mon ressenti profond, sans filtres.
« J’ai pas eu le temps de m’en occuper ce matin, je vais couper ça demain… ».
« Mais pourquoi ?!?! » je m’insurge.
« J’aime pas… ».
« Mais surtout pas, surtout pas… s’il te plaît… tu es grave sexy avec, tu fais tellement mec… ».
« Je vais couper… ».
« Allez, s’il te plaît, laisse-les pousser un peu… pour voir ce que ça fait… ».
« Tu vas pas me dire ce que j’ai à faire… » il rigole.
« Non, c’est sur… je te dis juste ce que j’aimerais… après, tu fais ce que tu veux… » je le mets à l’aise, tout en me dédouanant de l’impression de vouloir lui donner des ordres.
« On est d’accord… ».
« N’empêche que je pense que tu serais encore plus sexy avec quelques poils… encore plus viril… encore plus mec… » je le titille cependant.
« Pourquoi, je ne suis pas assez mec pour toi ? ».
« Ah, si, grave !!! ».
Le bogoss sourit et passe son t-shirt ; puis, il arrache la caquette de ma tête pour la visser sur la sienne. Sur l’instant, je me ressens un brin frustré qu’il la reprenne : pendant une fraction de seconde, j’avais rêvé qu’il me la laisserait.
Je le regarde, ébloui par tant de bogossitude, par ce t-shirt moulant bleu intense, par ces biceps prêts à craquer les manchettes, par ces tatouages apparaissant et disparaissant sous le tissu, par cette chaînette posée sur le coton brillant : bref, par cette panoplie complète du bogoss sexy à se damner.
Et lorsque je me focalise sur sa casquette vissée à l’envers sur sa tête, je me dis qu’il n’y a pas de regret à avoir du fait qu’il ait reprise ; il faut se rendre à l’évidence, cette casquette lui va mille fois mieux qu’à moi : définitivement, il faut laisser l’art du port de casquette aux pros de la discipline, à ceux qui savent si bien la porter, à l’envers qui plus est : car une casquette est faite avant tout pour sublimer le côté petit con à bouffer d’un bogoss absolu.
Je sais que le temps presse : je ne peux cependant me résigner à le laisser partir sans le serrer une dernière fois contre moi, sans le charger de bisous.
« Lâche-moi, je dois y aller… » fait-il, tout en enfonçant une dernière fois ses doigts dans mes cheveux. C’est beau un bobrun qui se laisse aimer.
« Tu vas les appeler et dire que tu es malade, je vais te garder chez moi… » je délire tout en tentant de le retenir, vaine tentative, face à ses biceps qui se gonflent pour desserrer mon étreinte.
« Tu es pénible… » fait le bogoss en se libérant de mon accolade.
« Tu es beau… » je lui lance.
Le bogoss me regarde fixement, comme s’il voulait me dire quelque chose. Pendant un instant, j’ai l’impression qu’il hésite à me lancer « Toi aussi, tu es beau ».
Mais il en est rien. Déjà il se retourne, attrape la poignée de la porte d’entrée.
« Bye » il glisse au passage.
« Tu viens lundi ? ».
« On verra… » fait le bogoss juste avant de quitter la maison. Il me sourit. Son beau sourire lumineux est le dernier souvenir que je garde de lui cet après-midi-là.
Je le regarde s’éloigner, jusqu’à qu’il disparaisse au détour d’un coin de rue. Je suis fou de bonheur. Je fixe la rue désormais vide de sa présence.
J’ai envie de pleurer de bonheur tellement le changement de Jérém me rend heureux. Oui, mon bobrun est désormais si sensuel, plus humain, touchant. Pourtant, ce changement n’affecte absolument en rien son côté tellement mec, tellement « mâle » ; mon Jérém, est un vrai petit mec, et rien ne peut changer ça ; bien au contraire, le fait qu’il commence à assumer ses envies, qu’il se rende compte que j’existe et que j’ai des besoins aussi, projette à mes yeux sa côte de virilité à des sommets jamais atteints, la rendant presque palpable.
Viril, mais doux et touchant ; voilà la formule masculine la plus explosive qui soit.
Au terme de cette semaine magique, incroyable, bouleversante, après ce nouvel après-midi de bonheur parfait avec mon bobrun, j’ai plus que jamais le sentiment que le bonheur avec mon Jérém est à portée de main, qu’il est là à quelques centimètres, que je peux presque le toucher.
J’ai comme l’impression d’être arrivé à une sorte de ligne de partage du temps : ce moment où, comme pour une ligne de partage des eaux, les évènements sont sur le point de basculer dans un sens ou dans un autre ; j’ai l’impression d’être comme sur un fil, et que à tout instant un seul élément, un seul acte, un seul détail peut faire que les évènements vont suivre une direction plutôt qu’une autre.
L’impression que, comme lors de son envie manquée à cause d’un battant de porte mal fermé, un petit grain de sable pourrait stopper net la progression magique de notre relation.
Hélas, par malchance, les grains de sable seront nombreux, et concentrés dans l’espace d’une seule et unique journée, celle du lundi à venir.
Bien évidemment, à cet instant précis, seul dans mon lit, cherchant dans les draps l’odeur de celui que je considère être mon homme, l’homme de ma vie, j’ignore encore tout cela. En m’endormant, je me dis que j’ai encore oublié de lui donner le maillot que j’ai ramené de Londres. Je me dis que je vais le faire lundi, sans faute.

Désolé pour la coupure, due à la longueur du texte.
Ceci est la fin de l'épisode.
Dans tous les cas, vous pourrez toujours trouver les épisodes dans leur intégralité, et parfois avec des bonus par rapport à la version HDS, sur le site officiel :
jerem-nico.com

Le prochain épisode, 54.10 Docteur P’tit Con et Mister Classe, sera en ligne sur mon site en début de semaine et sur HDS en fin de semaine.

Sinon, j'ai regardé une mini série de six épisodes, sur TF1, les Innocents; une intrigue policière assez classique, mais agrementée d'une histoire d'amour très touchante entre deux garçons qui se retrouvent malgré eux au centre d'une affaire de meurtre. Pour ceux qui ne l'ont pas vue, je conseille de mater le replay : les scènes où les deux garçons se cherchent sont vraiment géniales, elles m'ont beaucoup ému.

Merci pour votre fidélité et encore bonne année à vous tous.
Fabien







... Histoires Erotiques Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67

Les avis des lecteurs

Soyez le premier à donner votre avis après lecture sur cette histoire érotique...
Réagissez au texte
Avis sur le récit

Vous êtes :

Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur de l'histoire.
Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 


Autres histoires érotiques publiées par Fab75du31


 
Jérém & Nico SAISON 1 Episode final - Récit érotique publié le 19-05-2018
 
Boucler la boucle (première partie) - Récit érotique publié le 12-05-2018
 
55.5 Après le déluge (partie 2, Gruissan – Toulouse) - Récit érotique publié le 28-04-2018
 
55.4 Après le déluge (partie 1, Toulouse – Gruissan). - Récit érotique publié le 16-04-2018
 
55.3 La dernière fois que Jérém est venu chez moi. - Récit érotique publié le 01-04-2018
 
55.2 Des grains de sable et des pas de crabe (version HDS). - Récit érotique publié le 17-03-2018
 
55.1 Les envies de Jérém (troisième du nom). - Récit érotique publié le 01-03-2018
 
54.10 Docteur P’tit Con et Mister Classe - Récit érotique publié le 10-02-2018
 
54.9 SUITE de "Un beau mâle brun et très très chaud" - Récit érotique publié le 01-02-2018
 
54.9 Un beau mâle brun et très très chaud. - Récit érotique publié le 27-01-2018
 
54.8 Le jeune loup à poil doré et le bel étalon à poil très brun. - Récit érotique publié le 16-01-2018
 
54.7 T’en as jamais assez, toi… - Récit érotique publié le 15-12-2017
 
54.6 Dans le noir, on voit parfois clair. - Récit érotique publié le 05-12-2017
 
54.5 Il y a cours de conduite et cours de conduite. - Récit érotique publié le 28-11-2017
 
54.4 Putain, qu'est-ce que c'est bon... - Récit érotique publié le 13-11-2017
 
54.3 Opération Petitcon Acasquette - Récit érotique publié le 28-10-2017
 
54.2 Les envies de Jérém (deuxième du nom). - Récit érotique publié le 07-10-2017
 
54.1 Le boblond vs le bobrun. Veni vidi… - Récit érotique publié le 25-09-2017
 
53.7 Mourad - Récit érotique publié le 09-09-2017
 
53.6 Retrouver Jérém. - Récit érotique publié le 02-09-2017
 
53.5 Fresque estivale toulousaine. - Récit érotique publié le 19-08-2017
 
53.4 Le café de Thibault. - Récit érotique publié le 22-07-2017
 
53.3 Du côté de chez Thibault - Récit érotique publié le 01-07-2017
 
53.2 Le beau moniteur, le bomécano et d’autres garçons. - Récit érotique publié le 17-06-2017
 
53.1 Une présence de mec. - Récit érotique publié le 03-06-2017
 
52 Jérémie en vacances - Récit érotique publié le 16-05-2017
 
51.7 Le réveil d’un bobrun en pétard - Récit érotique publié le 15-04-2017
 
51.6 Le garçon qui ne dort pas - Récit érotique publié le 01-04-2017
 
51.5 Le bel étalon et le puissant jeune taureau - Récit érotique publié le 25-03-2017
 
51.4 Les envies de Thibault - Récit érotique publié le 11-03-2017
 
51.3 Thibault ôte son t-shirt - Récit érotique publié le 25-02-2017
 
51.2 Le t-shirt de Thibault - Récit érotique publié le 21-02-2017
 
51.1 Le Jérém à peau mate et le Thibault à dos large - Récit érotique publié le 11-02-2017
 
50 P’tit branleur sexy (torse nu, casquette à l'envers) - Récit érotique publié le 04-02-2017
 
50 P’tit branleur sexy (torse nu, casquette à l'envers) - Récit érotique publié le 02-02-2017
 
49.10 Ouais, tu vas sucer… et tu vas en avoir pour ton grade ! - Récit érotique publié le 21-01-2017
 
49.8et9 Une douche et une pipe dans les vestiaires - Récit érotique publié le 31-12-2016
 
49.6.7 Baise dans un vestiaire de rugby après match - Récit érotique publié le 24-12-2016
 
49.3&4&5 Match et après match - Récit érotique publié le 20-12-2016
 
49.2 Dans ma tête, dans mon cœur, dans ma chair - Récit érotique publié le 03-12-2016
 
49.1 Une nuit avec Thibault. - Récit érotique publié le 26-11-2016
 
48.3 … tu sucerais qui ? - Récit érotique publié le 18-11-2016
 
48.2 Si loin et si près de toi - Récit érotique publié le 12-11-2016
 
48.1 Dans l'espace et dans le temps. - Récit érotique publié le 29-10-2016
 
47.3 (Sous) Le t-shirt de Thibault. - Récit érotique publié le 08-10-2016
 
47.2 La sieste, le Mojito et la bière avec Thibault. - Récit érotique publié le 01-10-2016
 
47.1 Pecs contre pecs. - Récit érotique publié le 24-09-2016
 
46.17 Jérém dans la peau, Jérém sur ma peau. - Récit érotique publié le 22-08-2016
 
46.16 Je viens… je vais jouir… - Récit érotique publié le 16-07-2016
 
46.15 Envie de jouir… en lui… - Récit érotique publié le 09-07-2016
 
En Savoir plus sur l'auteur, liste complète des histoires de Fab75du31...

... Récits érotiques Audio :

Appelez le 08 95 22 70 67
S'IDENTIFIER (Pas encore inscrit ?)

Mémoriser     [Mot de passe perdu ?]


 

Histoires triées par catégories :

Thématiques

Abstinence Amazones Amis Andromaque Anulingus Arabes Artisan Artiste Asiatiques Au boulot Au reveil Auto-fellation Autobiographie Avion Baby sitter Bateau Beau-frere Beau-pere Beauté Belle-mere Belle-soeur Bisexualite Bizarre Blacks Blondes Bois, Foret Bondage Boules de geisha Bourgeois Branlette espagnole Brunes Cage de chasteté Calin Camping Candaulisme CapdAgde Caresses preliminaires Casting Chantage Cinéma Club libertin Cocufiage adultere Combat Coming-out Cougar Coup de foudre Cousins Cuisine Culottes Cunnilingus Cybersexe Darkroom Depucelage Dialogue Discothèque Docteur Doigtage Dominant Maitre Dominatrix Double penetration Douche Bain Drague Echangisme Ejaculation faciale Ejaculation feminine Emotions sensibilité Endroits insolites Entre hommes - Gay Epilation Escort boy Escort girl Etudiant Europe est Exhibition Exotisme Extreme Facesitting Fantasmes Fantasy Fellation Féminisation Femme fontaine Femmes enceintes Fessee fetes soirees Fetichisme Fille encule homme Film porno Fist Fist-fucking Flagellation Frotteurisme Fucking machine Gang bang Gerontophilie Glamour Gloryhole Gode ceinture Godemiche gorge profonde Gros Grosses Gros seins Gros sexe Hammam Handicap Hermaphrodite Hermaphrodites Historique Hôpital Hotel Humiliation Inconnu-inconnue Infirmieres Ivresse Jambes Jeunes Jeux Jumeaux-jumelles Lactation Latina latino Lavement anal Lectures érotiques Legumes Lesbiennes Levrette Libertinage Lingerie Maigre Mammophilie Mariage Massage Masturbation Matures Mini jupe Missionnaire Mommy porn Mots crus Muscles Mythologie Naturisme nudisme Nymphomane Obéissance Oeuf vibrant Oncle et tante Onirique Parking Partouze Perles anales Petit sexe Petits seins Pieds Piercings Piscine, Plage Poesie Poilues Ponyslave Préliminaires Première fois Prison Prof Prostate Punitions Quebec Recit bilingue Romantisme Rousses Routiers Russes Sadomaso Saint valentin Salope Sans capote Sans culotte Science fiction Secrétaire Sensualité Sexe sauvage Sexshop Sextoy Sillicone Sodomie Soixante-neuf Soubrette Soumission Spermophile Sport String Striptease Tatouage Tendresse Terma Testicules Tétons Toys rosebud geisha Train Transexuelle Travesti Triolisme Triple penetration Uniformes Urophilie Pisse Vacances Vieux avec jeunes Voisins voisines Voiture Voyeurisme Wc

Petites annonces

Les dix dernières annonces :

• Par mandrake le 2018-05-18 ....
• Par max le 2018-05-17 ....
• Par PlaisirNoir le 2018-05-16 ....
• Par ocomme le 2018-05-15 ....
• Par Couple candau le 2018-05-15 ....
• Par 14000 le 2018-05-14 ....
• Par Loki Coquin le 2018-05-14 ....
• Par Julien le 2018-05-14 ....
• Par Mature Sissy le 2018-05-13 ....
• Par Mèlou le 2018-05-13 ....