Le blog d'histoires de sexe

RETOUR SUR LE PASSE

23 08 2010

Auteur : Helene2010
Catégorie : En solitaire

J'étais toujours allée dans ce parc. Il y avait un étang et des canards qui nageaient à l'automne mais depuis que j'étais partie continuer mes études à la ville, je n'y était plus revenue. Je voulais revoir aussi la maison de mes parents, celle de mon enfance. La grille qui nous empêchait d'y aller la nuit n'était plus que ruine et les allées envahies d'herbes là où nous avions fait du vélo avec mes copains. Il faisait beau.Le pavillon à l'entrée n'avait plus de carreaux. Bref, tout partait à vau-l'eau. J'ai avancé dans l'allée. Je voulais revoir l'étang, les canards peut-être. Les herbes hautes envahissaient tout et je suis retournée à la voiture pour prendre une couverture au cas où j'aurais envie de m'allonger près de l'eau. Il y avait aussi les cris d'oiseaux. Toutes sortes d'oiseaux comme dans une réserve. J'ai franchi les herbes et je suis arrivée au bord de l'étang. Lui, au moins, n'avait pas changé. Il y avait des canards et des cygnes et du coup, j'ai étalé ma couverture et je me suis assise dessus. C'était comme un nid et personne ne pouvait plus me voir. Qu'avait été ma vie maintenant que je n'avais plus de famille ? J'étais seule. J'avais fini mes études et je travaillais dans une agence de voyage et parce que j'étais jolie, les clients se sentaient obligés de me draguer quand ils venaient acheter leurs billets. Je n'avais pas tardé à trouver ça gênant et j'avais trouvé la réponse : à celui qui me proposait de m'emmener, je demandais de me payer le billet et c'était très efficace. Aucun ne l'a jamais fait mais ça m'a valu de me faire ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

VISITE DU CHATEAU

23 08 2010

Auteur : Patricia rousse et pulpeuse
Catégorie : Dominants et dominés

Je suis arrivée dans ce château la veille. La soirée avait était charmante mon hôte se montrant très courtois. Le lendemain une longue promenade dans le jardin précéda le dîner. Je sentis un grand désir chez mon amant qu’il m’avait déjà possédé plusieurs fois pendant la nuit. Je ne pus résister à l ‘envie de boire sa semence et lui administré une longue fellation pendant notre promenade. Malgré tout il ne semblait pas calmé et semblait très excité. Pendant le dîner il me parla du château et de ses mystères ainsi que de l’aile gauche que nous n’avions pas visitée. - Patricia mon amour, Sais tu qu’il réside un grand mystère dans cette aile. Il semble que toutes les femmes qui ont voulu la traverser ont toujours succombé aux hommes qui y habitent. - Qui sont ces hommes ? N’importe qui, des domestiques, des sans abris ou des hommes très épris de femmes à fantasmes. Es tu ce genre de femme - Tout dépend de quel fantasme tu parles - Oh très simplement, il s’agit d’un challenge intéressant, dans le couloir principal du château se trouvent 4 hommes attachés à une corde. Chaque corde ne leur permet pas de se déplacer de plus de quelques mètres. Une grande ligne blanche est tracée le long de cette salle qui te permet de la traverser de part en part sans te faire toucher par aucun des hommes. Si tu suis scrupuleusement cette ligne il ne t’arrivera rien, sinon dès que l’un de ces hommes t’attrape, tu dois le laisser accomplir avec toi tous ses fantasmes. Une fois à l’intérieur de la salle tu ne peux plus revenir en arrière. Sachant qu’après cette salle d’autres salles suivent ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

L'INFIRMIÈRE OBLIGÉE 3

22 08 2010

Auteur : Ervid
Catégorie : Dominants et dominés

Voici 6 mois que je suis devenue chienne Sylvia, sous le joug de Maitre John. Plus le temps passait plus je suis devenue dépendante à l' exhibition et à être dominée. Au bout de 3 mois Maitre John m' avait invité à signer un contrât de soumise. Comme exigé par Maitre John, je me mis au lit à 9h30. Vers 11h, je reçus un sms: « je suis chez toi dans 15 min avec un ami, que tout sois prêt ». Je me levais directement, et partit en cuisine tout préparer. Je mis le whisky et les cigares sur la table du salon, des glaçons dans la glacière. Je retournais dans ma chambre, mis ma guèpière transparente, pris des bas et un slip brésilien blanc. Me mis un plug dans le cul et me plaçais au milieu de la pièce mains attachées par un des menottes dans le dos dont lui seul avait les clefs, La tête placée au sol et cul tourné vers la porte. Je dus attendre 5 min dans cette position avant d' entendre la porte d' entrée s' ouvrir. « Tu vois, je t' avais bien dit qu' elle serait là à attendre » entendis- je Maitre John dire. Il vint à moi, m' attrapa par les cheveux, pour me lever. Je remarquais alors que la personne l' accompagnant était masqué, et qu' il ne parlait pas. Il défit le menottes, et me fit changer de vêtement pour ceux de servante. Ils se mirent à parler entre eux, et il me sembla que je connaissais la voix de l' homme cagoulé mais sans pouvoir dire à qui elle appartenait. Le Maitre me fit asseoir à ses genoux. « Cette chienne fait tout ce que l' on veut sans discuter » dit il sans se soucier de moi. « Enlève ton slip et montre ce qu' il y a dans ton cul ». « tu ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

MON FRÈRE ET MA FEMME

22 08 2010

Auteur : Cocu heureux
Catégorie : Dans la zone rouge

Ce matin je dois emmener ma voiture au contrôle technique. Mon frère reste seul avec ma femme mais j’ai confiance. Plus même : je ne pense pas que quoi que ce soit puisse se passer entre eux. Ma femme et mon frère. Il faudrait vraiment être pervers pour imaginer un homme faire cocu son propre frère ! Ce que me raconta Sylvie le soir même me fit comprendre que j’étais bien naïf. Sylvie porte une chemise de nuit enfantine avec des nounours mais qui s’ouvre sur le devant. Pierrot est assis dans la cuisine et la regarde préparer le petit déjeuner. Ne portant pas de culotte, la chemise de nuit de ma femme lui rentre entre les fesses, les moulant de façon indécente. Pierrot fait glisser sa chaise pour se rapprocher de ma femme. Il étend le bras et lui caresse la fesse. Sylvie s’en offusque mollement mais ne se met pas hors de portée. Mon frère glisse sa main devant et attire ma femme sur ses genoux. Il enlace Sylvie pour un long et tendre baiser. - « hummm ma petite belle sœur… » Leurs langues s’unissent. Pierrot descend sa main sur les seins de ma femme qu’il caresse longuement. Un à un, il fait sauter les boutons de la chemise de nuit. Il lui caresse le ventre, descend sur le pubis et glisse entre ses cuisses. Sylvie feint de se refuser et cela excite encore plus mon frère. Il lui enfonce les doigts dans sa chatte trempée. - Mouillée comme tu es, tu veux me faire croire que tu ne veux pas baiser avec ton beau frère ? - Tu as raison, viens, je veux que tu me baises dans le lit conjugal encore tiède. Je veux que tu le fasses cocu. Ils vont dans la chambre et ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

POURQUOI CHERCHER LOIN ?

21 08 2010

Auteur : Baiserjouir
Catégorie : Entre-nous, hommes et femmes

Chez moi, je suis seule: je n'ai plus de proches parents. Je loge au dernier étage d'un immeuble qui en compte 15. J'oubliais: j'ai un vague cousin que je rencontre de temps à autres, pour les fins d'années par exemple. pour le sexe je fait comme tout le monde: je cherche autour de moi. Parfois j'ai une bonne fortune et je baise. Souvent hélas, je me masturbe. J'ai des jouets sexuels et je m'en contente. J'ai des moments de manque. Mais cette fois ça marche: j'ai rencontré un voisin en prenant l'ascenseur. Grand, sympathique, bien bâti. Je lui ai souri: il m'a rendu le sourire et m'a adressé la parole. Il a une voix grave bien timbrée. Bref, cette rencontre me laisse espérer, peut-être une relation ?Je ne sais pas où il habite, j'espère dans le même immeuble. Il monte au dernier étage: loge-t-il ici, près de moi. Oui: il habite dans l'appartement juste en face. Je pense à lui toute la soirée: je suis amoureuse d'un quasi inconnu. Il me plaît et j'ai même envie de lui. Je suis obligée de me déshabiller et nue, je me regarde dans le grand miroir du séjour: Je me trouve belle et sexy. Je me touche les seins qui durcissent et ma main droite descend vers mon sexe. J'ai envie de jouir en pensant à lui. Je sort le godemiché et après m'être caressé le clitoris, je me baise. Je pense très fort que c'est sa bite qui est en moi. Je me fais jouir. Mais au fond de moi reste toujours cette envie de baiser avec lui qui doit savoir bien faire l'amour, j'en suis certaine. Le lendemain au réveil je pense encore à lui. En prenant ma douche je me suis masturbée, toujours avec lui ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

L'INFIRMIÈRE OBLIGÉE 2

21 08 2010

Auteur : Ervid
Catégorie : Dominants et dominés

Voici 4 jours que je n' ai plus de nouvelles de la part de l' homme qui me menace, j' en arrive à espèrer que ce soit terminé. Mais comme exigé, j' ai gardé le téléphone toujours branché avec moi, même si normalement c' est interdit car ça peut provoquer des interférences. À 13h ce lundi, le GSM sonne, je me précipite aux toilettes pour décrocher et être à l' aise pour parler sans me faire remarquer par la chef de service surnommée la fouine, qui ne me rate jamais. « hallo ». « tu vas être appelée chez ta chef de service pour un coup de téléphone personnel, tu répéteras exactement ce qu' on te diras au téléphone ». je n' eus pas le temps de répondre que l' homme avait déjà raccroché. J' entendis alors un appel interne: « Viviane est appelée au bureau ». je me précipitais au bureau ou la chef de service m' attendais, me tendant le téléphone dis: « tu sais bien que les coups de fil personnel sont interdit ». je ne répondis rien et pris le téléphone pour écouter et me mis à répéter. « comment çà tante Léonnie va mal, et il faut que je viennes directement, mais ce n' est pas possible ». « si je veux encore la voir vivante je dois partir maintenant ». Je me tournais vers ma chef qui me dit: « si tu dois vraiment y aller vas-y, il te reste des heures supplémentaires à récupérer ». « merci » lui dis-je. Je partis me changer dans les vestiaires, en ouvrant mon armoire qui est fermée par un cadenas qui n' a pas été forcé, je me rendis compte que mes vêtements avaient été échangés. Un chemisier tellement transparent que l' on voyait mes seins , une mini jupe ultra ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

MON DÉPUCELAGE

20 08 2010

Auteur : Neo_be_one
Catégorie : Pour la première fois

Je me présente, je m'appelle Neo (pseudo en référence à matrix s’il y a des amateurs) et je vais vous raconter, à travers différentes histoires, mon année de Terminal qui m’a permis d’apprendre beaucoup de choses niveau sexe et vivre de nombreuses expériences... Enjoy! Je passais mes 17 ans avec succès durant la fin du mois de septembre. En tant que puceau, il n’y avait que pour présence féminine: ma mère et ma grand-mère, autant dire rien de très réjouissant pour mes copains et moi en recherche de copines. Mes copains eux, évidement, étaient moins timide que moi,et abordaient les filles avec une simplicité déconcertante. Si bien qu’ils avait lancé un concours dont je faisais partis: « le premier qui baise avant 17 ans et 2 mois » qui est la moyenne national. Pour moi c’était plus que perdu... Comment trouver en 2 mois une fille que j’aime qui veuille me dépuceler, et en plus obtenir une preuve pour mes idiots de copains?? Je me mis alors à faire une liste des filles qui me plaisait dans mon entourage et abordable c’est à dire ni trop moche ni trop belle (pour pas se prendre de râteaux...) Mais hélas, je me rendis bientôt à l’évidence: ne parlant à aucune fille dans mon lycée, je ne pourrais jamais en serrer une. Le soir même, je me masturbais pour me redonner du courage... Après une semaine d’intense réflexion, je me rappelais une connaissance que je voyais tous les étés en Espagne qui m’avait retrouvé via le réseau social Facebook il y a un mois. Il est vrai que dans ma jeunesse, j’avais échangé quelques baisers rapides avec cette fille, mais ça faisait 5 ans que ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

JENNA N'AVAIT PAS PRÉVU ÇA

20 08 2010

Auteur : Jennashoes
Catégorie : Entre-nous, hommes et femmes

Bonjour voici ma troisième histoire Si vous ne me connaissez pas encore, je vous donne un peu d’information sur moi. Je m’appelle Jenna (Jennifer mais j’ai toujours été appelée Jenna) J’ai 41 ans, je vis au Canada. J’ai une position important dans une grosse compagnie ce qui fait que je voyage beaucoup. Je suis mariée et nous avons 2 enfants. Je mesure 1m69 et pèse 59kg. Je suis en bonne forme et j’ai ce qu’il faut pour attirer les hommes. Une poitrine naturellement ample (90C) et ferme, des fesses qui restent douces et fermes et des jambes longues. Je suis un peu allumeuse bien que je reste toujours habillée avec classe. Je porte souvent des bottes qui attirent l’attention des hommes ou des talons hauts. Mes ensembles de vêtements reçoivent toujours des commentaires positifs et des regards intéressés d’hommes. Tout ça sans m’habiller avec des minijupes (plus depuis quelques années) ou des décolletés ridicules. Bref j’aime être habillée avec classe et charme. Ce que beaucoup ignorent est que j’aime aussi porter de la lingerie sexy sous mes habits plus BCBG. Je ne porte que rarement des collants et plus souvent des bas par exemple. Ce que je vais raconter dans cette histoire s’est produit il y a quelques mois. D’autres épisodes suivront si je reçois des commentaires positifs. J’ai choisi de présenter cette histoire en français après l’avoir présentée en anglais. Je pense que l’audience francophone sera plus réceptive à mes « fétiches ». J’aime que l’on admire ce que je porte et que cela excite mon amant. Jusqu’à ces événements je n’avais pas trompé mon mari. Il semble ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

UN FANTASME PAS SI ÉLOIGNÉ DE LA RÉALITÉ

19 08 2010

Auteur : Helene2010
Catégorie : Plus on est

Un fantasme pas si éloigné de la réalité J'avais toujours imaginé que je ferais comme tout le monde, comme mes parents, mes frères et soeur et que je rencontrerais un amoureux et que je me marierais avec lui mais ça ne s'est pas passé comme j'avais toujours rêvé. J'avais découvert la masturbation que je pratiquais avec honte, comme si j'en étais droguée et pas un soir avant de m'endormir n'arrivait sans que je ne me masturbe. Bien qu'éduquée à la sexualité, je veux dire qu'on m'avait appris et que j'avais appris comment j'étais faite et comment ça devrait se passer plus tard quand je serais mariée, j'avais aussi écumé le dictionnaire médical de mes parents et m'étais délectée à regarder des revues pornos que mes copains et copines se procuraient je ne savais où. Je me masturbais donc en pensant à ces filles si belles et aux seins si gros, au pubis complètement rasé, ce qui me permettait de voir à quoi ma vulve ressemblait bien mieux que quand je l'observais dans mon rond miroir. Je rêvais aussi de leurs seins, moi qui étais un peu en retard sur ma soeur ou ma mère question poitrine car à dix-huit ans, je me traînais encore lamentablement des bonnets B. Du 34B. Je n'avais pas encore de petit ami parce qu'aucun d'entre mes connaissances ne me plaisait ni n'avait tenté de me draguer et j'avais l'impression d'être la seule dans ce cas. Après le bac, je suis entrée pour deux ans dans une école de secrétariat et je suis entrée dans une entreprise dès la fin de mes études. J'étais alors sous les ordres d'une femme à la quarantaine conquérante et ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

SOUVENIR DE RANDONNÉE

19 08 2010

Auteur : Couple eros
Catégorie : Plus on est

Souvenir de randonnée. Nous venons de rentrer de vacances dans les alpes où nous avons fait de la randonnée autour du Mont Blanc, soit 6 jours de marche, sac au dos et couchage en refuge ; vacances superbes et un souvenir de refuge qui restera dans nos esprits. Depuis deux jours, nous retrouvions le soir au refuge un groupe de 3 jeunes italiens (20/25 ans), un peu bruyants mais somme tout assez sympathiques ; ils partaient plus tôt que nous et lorsque nous arrivions au refuge, nous les trouvions frais et dispos après une bonne douche. Chacun mangeant son repas, mais à la même table ; ils parlaient un peu français et nous avons assez facilement lié contact. Ils nous proposèrent de faire route commune pour le lendemain, nous assurant qu’ils seraient respectueux de notre niveau de randonneur ; le lendemain matin ce fut un départ commun et je dois dire que notre marche en fut grandement agrémentée ; plein d’humour et joyeux lurons, ils nous mirent en boite « pour des vieux, vous vous en sortez bien »et autres petites taquineries sans méchanceté. Par contre la dernière partie de la grimpée était beaucoup plus difficile ; à 2500m la fatigue arrive vite et Mico a commencé à peiner ; ne voulant pas ralentir le groupe, j’ai pris une partie de son barda afin de soulager son sac et très gentiment les trois autres se sont répartis le reste ; ainsi soulagée, elle a pu arriver au chalet sans plus de difficulté. Sans autre formalité, après le café réparateur, nos trois lascars se sont mis à poil et sûr de leur physique se sont dirigés vers la douche commune ; Mico en ...

Cliquez ici pour lire la suite de l'histoire...

Menu principal des histoires...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 >