Quand mon amant me travesti

- Par l'auteur HDS Minpass -

→ Connectes-toi : tchat, discussions et rencontres...

Auteur de récits érotiques
Note attribuée à cette histoire par HDS :
Quand mon amant me travesti
( 9.0 /10 )

Récit érotique écrit par Minpass.
Auteur homme. jhsoushotmailcom

Cette histoire de sexe a été affichée 2676 fois depuis sa publication.
L'ensemble des récits de Minpass ont reçu un total de 491 504 visites.

sexe récit : Quand mon amant me travesti Publié sur HDS le 13-09-2017
Catégorie :Entre-nous, les hommes
Histoire Réf : 27360-m3809

 
 

Quand mon amant me travesti


J’avais 19 ans. Ca faisait deux mois que je fréquentais mon premier amant - Olivier. C'était un homme attirant. La quarantaine, muscle, virile, une petite toison sur le torse mais rasé du pubis. Il savait diriger et toute son attention au lit était attirée sur l’acte de dominer. Il était endurant et puis surtout, monté comme un cheval. C'était un excellent amant.

Olivier, comme moi, était bi. Sa femme savait qu’il fréquentait de jeunes amants. Au bout d’un mois nous avions tous les deux effectués un test VIH et promis d’utiliser une capote lors de chaque nouveau rapport avec un étranger.

Olivier était constamment à la recherche de moyens de renforcer notre rapport dominé/soumis. Il en était venu très rapidement à la féminisation, ce qui me convenait parfaitement. J'étais donc sa “petite”, ou encore “salope” et même “chienne”, et bien d’autres. Tout m’allait parfaitement. À notre deuxième rencontre Olivier m’avait rapporté un tanga en dentelle noire. Je l’avais enfilé avec joie avant de prendre mon amant, surexcité en bouche.

Cela faisait deux semaines que nous parlions d’aller plus loin. Olivier m’avait demandé de me travestir totalement - rasage du peu de poils que je possédais sur le corps, strings, collants, des prothèses en silicone mammaires et un soutif en dentelle. Je devais également enfiler un haut serré et une perruque coupée carrée. J’avais accepté.

Olivier s'était occupé de trouver chaque article. Il passa un matin chez moi pour me remettre l'ensemble. Nous nous étions donné rdv le soir même dans un bar près de son appartement. Je devais venir maquillé. Au lycée j’avais suivis un cours de théâtre pendant plus de deux ans. Je savais donc comment appliquer le fond de teint, le rouge à lèvres et le mascara.

J'étais du genre minet et le tout m’allait à merveille. En me voyant dans le miroir j’eus du mal à me reconnaître. J'étais… belle. Il n’y avait rien d’autre a dire. L'étape la plus étrange cependant avait été de faire “disparaître” mon sexe. Olivier m’avait trouvé un tuto en ligne. J’avais du m'allonger sur mon lit, remonter délicatement les boules, puis avec du scotch, attacher mon sexe au scrotum à présent vide, avant de remonter le tout entre mes fesses. La sensation était étrange mais a vraie dire, agréable. Olivier avait même trouvé un spray en pharmacie réduisant temporairement toute sensation au niveau du sexe. Je ne pouvais plus bander.

Le trajet en métro jusqu’au bar fut étrange. Je partis la tête basse, serrant mon sac à main contre mon torse. Très rapidement, cependant, je me rendis compte qu’on ne me prêtait aucune attention. Au premier regard, j'étais une jeune femme de sortie, rien de plus. La réalisation me donna du courage, et a vraie dire m’excita aussi. Je levais donc la tête, arborant un sourire.

En arrivant au bar, Olivier resta bouche bée. Puis il sourit, s’approcha, et pour la première fois de notre “relation” m’embrassa à pleine bouche. Je lui rendais le baiser, sentant ses mains me me serrer a lui, s’emparer même de mes fesses.

Notre rencard dura peu de temps. Sa main ne quitta jamais mes cuisses. Mais je restait imperturbable, mes mains croisées sur la table. Mais je ne pensais qu’a une chose - me laisser culbuter par cet amant sur-excité. J’allais devoir m’y prendre lentement, au risque de le faire jouir trop rapidement.

Olivier commanda un taxi et je le suivis chez lui.

“Elle n’est pas un peu jeune pour toi l’ami?” Rit le chauffeur.

Olivier répondit sans attendre, “Oh non, croyez moi, elle cache bien son jeu.”

“Je veux bien le croire!”

Olivier me fit monter les escaliers de son immeuble la première. Je sentais son regard sur mon cul. Arrivés a sa porte il se retourna. La porte d'entrée se trouvait dans un renfoncement a gauche du palier.

“Allez montre moi que t’es une bonne salope et suce moi.” Il plaça ses mains sur mes épaules et fit pression.

“Ici?”

“Suce je te dis.” Mon amant déboutonna sans attendre son jean.

Je tombais à genoux, remontant légèrement ma jupe. Mon amant sorti sa queue, déjà raide. J’ouvris la bouche et il me fourra son gland entre les lèvres.

“Vas-y petite salope, prend la bien en bouche.”

J'écartais les lèvres d’avantage et laissa Olivier me limer la bouche. Sans prévenir, au bout d’une minute, mon amant se raidit et je sentis un jet puissant et chaud se lancer au fond de ma gorge. Déçu, j’avalais le foutre et me recula.

“Deja?”

“Oh mais ne t'inquiètes pas petite, on est loin d’avoir fini toi et moi.”

Il me fit lever puis ouvrit la porte.

Nous entrâmes dans le salon. Sa femme lui avait laissé l’appartement. Olivier alluma une lumière et j'aperçus, dans un miroir au fond de la pièce, mon visage. J’avais du rouge a lèvres tout autour de la bouche. Ma jupe était toujours remontée autour de mes cuisses.

“Sert nous à boire, tu veux bien?” Il indiqua une bouteille de rouge et deux verres sur la table.

Olivier s’installa dans le canapé et me regarda faire.

“Alors, tu te sens comment?”

“C’est excitant.”

Il sourit. “Je savais que ca te plairait. Pas d’erection?”

“Non.”

“Parfait!”

Je me tenais devant lui, les jambes serrées, légèrement déhanchée. J'avais une main sur la taille, l’autre tenait mon verre. Pris d’une envie soudaine, je le vidais puis le reposa sur la table. Je défis ma jupe et la laissa tomber. Puis je me mis a quatre patte et revins lentement vers mon amant.

“J’ai envie de sucer ta grosse queue.”

“Gourmande.” Il défit de nouveau son jean.

Je me plaçais à quatre pattes entre ces cuisses et sortit son sexe, mou cette fois, du pantalon. Une fois en bouche cependant, mon amant raidit presque instantanément. Il me laissa le sucer longuement. Puis, sa queue turgescente, tachée de mon rouge à lèvre, il me fit signe d’arrêter. Il se leva et je fit de même.

“Viens.”

Je le suis dans la chambre. J’ai encore mon haut, laissant deviner la courbe de mes faux seins ainsi que mon string. Olivier se dirige vers la table de nuit et en sortit un tube de lubrifiant. En me fixant du regard, il s’applique une lampée sur le gland, puis s'astique le membre.

“Ben qu’est-ce que t’attends? Mets toi sur le lit.”

Je me place à quatre pattes sur le matelas. ]

“Pas comme ca. Sur le dos. Je veux te baiser comme je baise ma femme.”

J'obéis et me retourne. Puis j'écarte les cuisses. Je sens que mon sexe commence un peu à enfler. Mais le scotch le retient encore fermement en place.

Olivier s’approche, se saisit de mes jambes et les écarte davantage. Puis il écarte la bretelle de mon string. Son doigt, froid de lubrifiant vient se coller a mon anus. Ensuite, je regarde tandis que mon amant positionne son sexe gonflé entre mes jambes. Il sourit et fait pression.

Je gémis en sentant le bout de son sexe entrer en moi.

“Détend toi. Laisse moi te prendre comme une bonne femelle.”

Peu à peu, Olivier s’enfonce en moi. La pénétration devient plus facile une fois le gland totalement enfoncé.

“Tu aimes ca hein?”

“Oh oui!”

Mon amant commence les vas et viens et vient s’allonger entre mes cuisses. Je le tire vers moi, mes mains s'agrippant a ses fesses. Il me baise longuement. Puis il me fait retourner. Il me laisse à peine le temps de lui offrir mon cul qu’il se pousse en moi une nouvelle fois. Au bout de quelques minutes je sens le plaisir monter. Je jouis, laissant échapper un cri aigu.

Olivier continu, ses coups de reins se faisant plus forts et espacés. Il grogne profondément et s'immobilise. Ses mains me tiennent toujours fermement par la taille. Il s’enfonce jusqu’à la garde et je sens un jet chaud se projeter en moi.

“Voilà petite salope, baisée comme il se doit.”

 
Réagissez à l'histoire après lecture:




Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur ? Sinon, laissez vide :

° Recopiez le code suivant :
 
>
*



sexe recit érotique Quand mon amant me travesti Les avis des lecteurs :

 

très bon, on en souhaite encore